Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Connor S. Hill
Admin my little poney
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 183

MessageSujet: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 13:00




Connor Sebastian Hill

❖ Nom Hill, c'est pas vraiment impressionnant mais c'est mon nom alors ...   ❖ Prénom(s) Connor est mon premier prénom, Sebastian est le deuxième. Choisissez votre favori. ❖ Date et lieu de naissance Je suis venu au monde le 05 juillet 1988 à Vancouver au Canada. ❖ Nationalité Je suis Canadien de base mais avec une double nationalité Américaine   ❖ Orientation sexuelle Hétéro ❖ Statut civil Célibataire mais heureux de l’être ❖ Profession et/ou études Je suis moniteur équestre mais également voltigeur équestre, vous ne connaissez pas ? C'est un peu comme un cascadeur, gymnaste, sur le dos d'un cheval ❖ Décris ton personnage en quelques adjectifs Charmeur - Désinvolte - Obstiné - Adorable - Audacieux - Passionné - Franc - Impulsif - Instable ❖Avatar Chace Crawford ❖ Groupe La question sinusoïdale ❖ Crédits Tumblr.


L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire


On peut dire de moi que je suis une personne soucieuse du bien être de son cheval, je ne supporte pas la saleté de son box, la poussière sur son dos et je peux d’ailleurs passer des heures à le brosser pour qu’il soit d’une propreté impeccable. Je n’aime pas les conflits, je préfère m’éloigner de ce genre de chose en partant à cheval, peu importe le temps, les heures que je passe dehors avec lui à m’entrainer ou me balader. Je ne sais pas quoi dire de moi, je rêve de devenir quelqu’un de renommer dans le milieu, je me trouve un peu dans l’ombre en restant dans la compagnie. J’ai peur du jour où je découvrirais la mort de mon cheval aussi et j’ai également peur de me faire attraper lors d’un de nos nombreux vols après le spectacle. J’ai tendance à toujours garder mon téléphone dans ma main au cas où il y aurait un problème à l’écurie. Je suis assez proche de ceux avec qui je travaille et j’adore donné des cours aux enfants. Leur soif d’apprendre ma rappel toujours mes débuts. Je n’aime pas les prétentieux, les « diamants » comme on les surnomme entre nous et surtout ce genre de personne à repérer et voler ensuite.

Que penses-tu de la ville de Los Angeles ? Los Angeles est une ville très agréable, adieu le froid que je connaissais au Canada et bonjour la chaleur souriante de cette fameuse côte ouest ! C’est dingue comme on peut changer de climat juste en descendant le long de la mer. J’adore. Dans cette ville on peut laisser libre cours à l’imagination dans nos spectacles, tout trouve toujours un public ! Alors tant que nous aurons un public aussi fantastique, j’aimerais toujours cette ville. Même si j’en connais d’autre tout aussi bien et superbe. Concernant ton groupe choisi, pourquoi avoir choisi celui-ci ? Parce que je ne suis pas un fêtard, je ne suis pas quelqu’un qui ferait tout pour ne pas rater une soirée ou faire n’importe quoi pour m’amuser. Je suis posé et réfléchi car je dois être comme ça. Je ne suis pas non plus une fleur bleue en attente du grand amour et qui ferait tout et n’importe quoi pour le retrouver ou simplement le trouver. L’amour ne mène à rien dans mon métier, je n’ai pas besoin de quelqu’un dans mes pieds pour me demander quand est-ce que je rentre. Je ne suis pas non plus quelqu’un qui prend la mouche et démarre au quart de tour. S’énerver ne sert à rien du tout, alors il ne me reste plus qu’un seul choix, n’est-ce pas ? Quel est ton petit secret ?
Chacun préservant son secret j’aurais préféré ne pas avoir à dévoiler le mien. Mais pour entrer dans votre cercle il va me falloir vous l’expliquer. Comment vous dire que lorsque nous sommes en tournée avec notre compagnie de spectacle nous sommes avant tout des acteurs, cavaliers et cascadeurs mais dans l’ombre de tout ce qu’il se passe sur la scène, chacun notre tour, nous sommes désigné pour être le voleur de la soirée. Chose qui ne sert à rien dans les petites villes discrètes mais quand on se trouve dans les grandes villes c’est une chose facile de voler. C’est donc avec plaisir que je vous annonce l’arrivée de Fly Away dans votre ville, prenez garde à votre fortune ou vos maisons, nous choisissons avec soins nos victimes mais jamais vous ne nous soupçonnerez.  


Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...


Parce que nous sommes curieuses, forcément, nous allons te demander touuuuut un tas d'informations bien croustillantes à ton sujet. Ton prénom/pseudo Nadou le regard pervers Ton petit âge 20 prochainement 21 :huhu : Ce que tu fais dans la vie à part tuer des gens Je cède à la shizophrénie le regard pervers Où as-tu connu le forum? Si je me souviens bien, par un top site Razz Un dernier petit mot Je vous aime très très fort heart3



Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque


Code:
[b]Chace Crawford :[/b][i][url=http://vice-et-versa.forumactif.org/t1466-cest-ca-le-sentiment-equestre-ce-nest-rien-dautre-que-de-lamour-connor#34288] Connor S. Hill[/url][/i]
[b]Connor S. Hill : [/b][i]Santa Monica[/i]
[b]Connor S. Hill : [/b][i]Moniteur/Voltigeur équestre[/i]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor S. Hill
Admin my little poney
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 13:01


On ne renonce jamais aux chevaux.






« NON ! » Hurlais-je à plein poumon. « NOOOOOON ! » Recommençais-je à crier alors que deux palefreniers me tenaient fermement par les deux bras. Les larmes coulaient le long de mes joues, la rage se reflétait dans mes yeux autant que la colère qui me parcourait les veines. « Vous ne pouvez pas faire ça ! » Je continuais de crier tandis que je tentais par tous les moyens de me dégager de la prise des deux hommes. Ma mère se trouvait un peu plus loin devant moi. Elle savait, elle savait que s’ils continuaient, j’allais partir pour ne plus jamais revenir mais elle ne pouvait rien faire. « Empêchaient les de faire ça je t’en prie maman ! » J’implorais alors, ma colère ne tenait plus face à l’immense tristesse ainsi que l’impuissance face à laquelle je devais faire front à présent. Ils allaient l’emmener, ils allaient le prendre sous mes yeux et je ne pouvais rien faire à part les regarder anéantir le travail d’un mois que j’avais fait avec lui. « Je vous en prie … » J’implorais une dernière fois avant de me laisser tomber sur le sol, mes genoux heurtant la terre avec tant de violence qu’on entendit un gros choc, plus fort que les hennissements de peur du cheval qu’ils montaient dans ce van. « Ne faites pas ça … » Je murmure alors que les larmes double sur mon visage. Mais alors que je continuais d’implorer qu’on arrête, qu’on me laisse ce cheval, qu’on ne le monte pas dans ce camion ridicule qui lui inspire tellement de crainte, je suis tenu par les bras. Incapable de me dégager. Impuissant, je vois mon cheval capituler et finir par monter dans le van. Je ne peux toujours rien faire. « Il était bien trop dangereux Connor … » J’entends ma mère murmurer près de moi, elle se trouvait à genoux à mes côtés à présent mais je ne pouvais pas la regarder dans les yeux, elle savait que c’était terminé, que j’allais ficher le camp d’ici avec la compagnie qui était venu me trouver plus tôt cette semaine. Le camion démarra, emmenant ce van ainsi que le cheval avec eux. Les deux hommes me lâchèrent, pensant que je ne ferais plus rien maintenant mais ils se trompaient. D’un bond je me relevais avec la force d’un courage insoupçonné et me suis mis à courir. « Arrêtez-vous ! » J’hurlais à plein poumon. « Non arrêtez ! » Je continuais encore de cette manière, courant derrière ce véhicule qui ne s’arrêtait pas, entendant le cheval hennir en m’entendant. Pensait-il encore que je pouvais le sauver ? Non, il devait avoir compris lui aussi que je ne pouvais plus rien faire, que nous étions séparé désormais et que plus rien n’était possible. Le véhicule arriva sur la route, quittant le chemin de notre écurie, et je m’arrêtais pour reprendre mon souffle. Je reviens en marchant vers la maison, ma mère essaya de poser sa main sur mon épaule mais avant qu’elle ne puisse me toucher j’attrapais son poignet pour le rejeter. Le regard froid et dur, je rentrais dans la maison, prit un sac pour y mettre des affaires ainsi que tout ce dont j’avais besoin et je pris la route. Défiant mon père des yeux lorsqu’il me vit sortir. Jamais il n’aurait dû vendre mon cheval, même si celui-ci était d’un sauvage que nous n’avions jamais vu. J’aimais cette bête et c’était lui mon seul refuge, ils n’auraient pas dû prendre cette décision, elle ne leur revenait pas. C’est de cette manière que je suis parti de chez moi, à 17 ans.

« Tu prends la diagonale, tu enchaînes avec un pas espagnol à la lettre X ensuite tu reprends en F un pas de travail et tu prends le trot en A pour faire un cercle, vas-y ! » J’écoutais attentivement la patronne pour pouvoir apprendre mon numéro du mieux possible, nous devions le revoir car il manquait d’un petit quelque chose et c’est de cette manière que nous tentions d’aborder des figures plus complexes pour agrémenter le spectacle. Nous étions deux en piste, travaillant en miroir, ce numéro promettait d’être assez bien. Je m’exécutais facilement, dirigeant mon cheval d’une main experte tout en veillant à être en parfait miroir avec ma partenaire de spectacle. La patronne nous observait du bord de piste, nous donnant les indications pour la suite. « Connor, ton cheval n’engage pas assez au trot, avance ! Layce, ralentis ton cheval pour être en même temps que Connor. » Et on exécutait sans dire un mot. On savait tous les deux que la patronne était meilleure cavalière que quiconque présent dans la compagnie. « Parfait ! Enchainez avec un doubler suivit d’un arrêt en X et pirouette ! » Dit-elle avec enthousiasme. Je doutais des capacités de Layce sur le coup, elle ne maîtrisait pas encore assez son nouveau cheval que pour avoir une belle pirouette mais si Clary le disait, c’est que c’était possible. D’un coup vers l’autre cavalière je m’engagerais sur le doubler, m’arrêtant à côté d’elle, presque jambe contre jambe, les étriers s’entrechoquant dans un léger bruit métallique lorsque nous arrivions à la hauteur l’un de l’autre. Je plaçais donc mes aides pour faire cette fameuse pirouette, mon cheval répondant parfaitement à ce que je lui demandais mais Layce semblait perdue face à la réaction de son petit gris un peu nerveux. Je fronçais les sourcils au même moment où je vis Clary entrer en piste, ce qu’elle ne fait jamais sauf en cas de danger à prévoir. J’arrêtais alors le mouvement et mit pied à terre. « Layce, arrête, on travaillera ça ensemble. » Je dis calmement tandis que son cheval semblait s’énerver car elle insistait pour lui faire exécuter la figure. « Non, il peut le faire ! » Insista-t-elle en s’énervant également. Chose à ne jamais faire soit dit en passant. « Layce, tu ferais mieux d’arrêter ou tu vas … » Je n’eux pas le temps de terminer ma phrase, le cheval de ma partenaire de spectacle venait de cabrer mais ce n’était pas mesurer, il avait agis sous l’énervement et n’avait donc pas prit l’équilibre nécessaire, ce qui les fit chuter tous les deux sur le sable de la carrière avec un cri de la part de la cavalière. Je lâchais automatiquement les rênes de mon cheval pour aller voir si tout allait bien. « Layce ! Tout va bien ?! » Dis-je en même temps que Clary qui venait d’arriver près de nous. J’entendis la cavalière ronchonner, marmonnant un oui en se redressant péniblement. Je me mis à rire en l’observant se relever doucement en se frottant le bas du dos. « Eh bien voilà, tu apprendras à écouter maintenant ! » Je plaisantais en entourant ses épaules d’un bras, attrapant de l’autre les rênes du petit cheval gris qu’elle montait. « Et toi mon ami, on va un peu bosser tous les deux ! » Je soufflais au cheval en passant les rênes à Layce pour pouvoir prendre les rênes de mon cheval. « Fini pour aujourd’hui je pense, non ? » Je demandais à Clary qui nous observait mi- amusée et mi- contrariée. « Oui, on s’arrête là. Je pensais vraiment que Bastille était capable d’enchainer cette figure, je vais faire venir le vétérinaire il y a peut-être un problème. » Répondit-elle simplement. Nous avons hochés tous les deux la tête avant de quitter la carrière et de rejoindre les écuries pour nous occuper de Bastille et Bel’air. Une fois les chevaux débarrassés du matériel, nous avons rejoint la pièce commune. « Tu fais l’after ce soir ? » Me demandait Layce, je savais exactement de quoi elle parlait et non, je n’étais pas sur le coup de ce soir. « Non, je pense que c’est Clary et Joey ou alors Jessy et Morgan. » Layce hocha la tête tandis qu’elle se prenait un café. « On va bientôt aller rejoindre une autre écurie, les Fly Away débarque à Los Angeles ! » Me dit-elle avec un large sourire. « Sérieux ?! Comment tu as su ça ? » Je ne cachais pas ma joie non plus, j’en avais un peu assez de Washington et de sa pluie infernale, les chevaux aussi car ils ne pouvaient presque pas sortir en prairie et donc pas de balade non plus. « Clary en parlait avec Morgan l’autre jour, je les ai entendu dire que nous étions un peu trop sous les projecteurs à cause de nos afters. » Dit-elle avec un air malicieux. Je ris, nos afters n’étaient pas de grosses fêtes pour célébrer nos réussites mais c’était plutôt des cambriolages chez nos spectateurs les plus fortunés. Ils ne s’aperçoivent jamais de rien car nous volons de petites choses mais qui ont assez de valeurs. Cela nous permet de vivre et d’avoir un sacré salaire en fin de mois en plus des revenus des spectacles qui fonctionnent vraiment bien. Mais me sentant fatigué, je sentais que j’allais bientôt rejoindre mon appartement. Layce, Morgan, Joey et moi avions notre appartement dans le même bâtiment près de l’écurie, ce qui était vraiment pratique. Seul Clary et Jessy partageaient une petite maisonnette non loin également. « Je vais aller prendre une bonne douche, à demain Layce et si jamais tu as des courbatures ne compte pas sur moi pour te masser ! » Je lui lance avec un clin d’œil et un large sourire. Je savais bien que la situation était compliquée entre elle et moi, qu’elle ressentait des sentiments que je ne partageais pas mais avec bonheur cela ne se ressentait pas dans notre relation. Nous étions restés des meilleurs amis très proche l’un de l’autre. Car même si je ne ressentais pas la même chose elle restait très importante pour moi. « J’y penserais, bonne soirée Connor. » Me répondit-elle avec ce même sourire adorable que j’apprécie beaucoup.

Je venais de prendre ma douche et allait me mettre au lit avec un bon film lorsqu’on toqua à la porte. En ouvrant, je vis Layce, le visage tendu et je pouvais voir que des larmes avaient coulées le long de ses joues. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » Je lui demande alors, ne remarquant pas vraiment que j’étais torse nu et un simple jogging me couvrant les jambes face à une fille qui craquait pour moi. Celle-ci fondit dans mes bras, je fronçais les sourcils en me demandant ce qu’il pouvait bien se passer. Je l’entendais marmonner entre ses sanglots mais sans trop comprendre ce qu’il se passait, seuls quelques mots me parvinrent directement aux oreilles très clairement. « Bastille est mort, il avait des coliques, on a rien vu … » Je fermais les yeux un instant en serrant la jeune femme dans mes bras. « Je suis désolé Layce … Ne restons pas là, entre. » Et nous sommes rentrés chez moi, ma meilleure amie dans les bras. Nous avons regardé le film ensemble, allongé tous les deux dans mon lit. Je lui caressais doucement les cheveux alors qu’elle se calmait doucement, je fini par l’entendre respirer normalement. Même si la tristesse était toujours là, je savais qu’elle allait pouvoir reprendre le dessus. Bastille était son jeune cheval et c’était le cœur serré qu’elle allait devoir continuer mais elle retrouverait le sourire tout comme moi j’ai réussi à le retrouver. Je la sentis bouger dans mes bras pour se tourner vers moi, ses yeux rougis par les larmes. « Connor … Je sais que je suis chiante avec ça, que tu en as assez mais il faut que je te parle … » Murmura-t-elle en se pinçant les lèvres. Je me redressais un peu pour plonger mes yeux dans les siens, sans cesser de jouer avec ses cheveux. « Tu n’es jamais chiante et c’est important de se parler, tu n’es pas n’importe qui tu le sais. » Je répondis avec un petit sourire en caressant sa joue du bout des doigts avant de remettre ma main dans ses cheveux. Elle sourit un peu elle aussi avant de poursuivre. « Tu sais que je t’aime … » Je poussais un léger soupir, oui je savais … Mais je ne savais pas ce que je ressentais pour elle au fond. Oui j’adorais cette fille mais je ne voulais pas lui faire de mal, je ne voulais pas sortir avec elle et tout gâcher entre nous. « Je sais … » Murmurais-je alors qu’elle s’approchait plus de moi encore, ses lèvres frôlant les miennes un instant. On s’est embrassé  timidement, chose pourtant que je ne faisais jamais car j’avais l’habitude d’amener des filles ici, dans mon lit … Mais Layce était une amie, une amie très proche et je ne voulais pas la faire souffrir. La stabilité, très peu pour moi. Alors après ce baiser hésitant, elle revient se mettre simplement dans mes bras, moi lui caressant toujours les cheveux. Geste qui a dû l’apaiser car elle finit par s’endormir et moi aussi, j’avais 24 ans.

Los Angeles était plus accueillante que ce que nous avions tous pensé, les spectacles trouvaient leurs succès à chaque fois et nous avons fini par décider que nous allions nous installer définitivement notre compagnie ici. Les Fly Away restèrent donc à Los Angeles, dans leur propre écurie. La maison était magnifique, comportant une cuisine et un salon commun mais chacun avait sa chambre et sa salle de bain privée. Jessy et Morgan finirent par se mettre ensemble après des années à se tourner autour. Nous avons fêté ça autour d’un verre, gardant ce jour mémorable dans une photographie, nous créant des souvenirs comme si nous étions une famille, issus de tous les milieux, tous différents les uns des autres mais une famille tout de même. Layce et moi … C’était bizarre. Je ne suis pas amoureux d’elle mais je ressens quelque chose, je l’adore car je ne peux pas l’aimer. Je sais que je la blesse lorsque je ramène une autre fille mais c’est ma manière de lui faire comprendre que nous ne pouvons être plus que des meilleurs amis. C’est déjà bien non ? Je suis toujours là pour elle, toujours fourré ensemble mais sans être ensemble. C’est la fille que je ne voudrais jamais perdre alors je ne peux me permettre de sortir avec elle, même pour essayer. Layce sait tout ça … Mais elle persiste à y croire, de ce que Morgan m’a dit. Je le savais depuis notre arrivée à LA, lorsque nous sommes partis à la recherche d’un nouveau cheval pour elle, pour le spectacle. Nous l’avons trouvé sous forme d’un petit cheval arabe noir, elle ne l’aimait pas vraiment au début, trop nerveux, trop vif et brute pour elle, j’ai dû beaucoup travailler avec lui pour qu’il lui convienne. Le spectacle était toujours aussi beau avec ce petit Joy et mon cheval, Bel’air. Mais cette année nous avons aussi inauguré sur d’autres numéros.

« Connor passe ta main par derrière ton dos, de cette manière Layce pourra monter en plein galop en prenant appuis sur toi ainsi qu’en tenant la poignée devant toi. » Clary nous expliquait comment faire de la voltige, débutant dans le domaine nous n’étions pas fameux mais en travaillant tout serait parfait. Je passais donc ma main à Layce comme la patronne l’avait demandé, elle se hissa en sur le dos de Roy, notre cheval de trait spécial voltige, sans problème. Nous avions beaucoup travaillés notre souplesse et l’agilité pour nous permettre de faire ce genre de numéro. « Pas mal ! Maintenant Connor tu vas tenir Layce par la taille, tu l’entoures avec ton bras et tu gardes appuis en tenant la poignée de l’autre. Layce, tu vas faire l’oiseau, prête à voler ? » Dit-elle en plaisantant. Clary savait très bien qu’il fallait une confiance aveugle pour exécuter cette figure, elle savait qu’elle pouvait nous demander de faire ça. J’entourais la jeune femme de mon bras, qui prit appui sur mon épaule, faisant d’abord la planche sans oser tendre les bras pour « faire l’oiseau ». « Layce, tend les bras, les pointes des pieds bien tendues et les jambes droites, vas-y tu peux le faire ! Et Roy ne va pas galoper des heures ! » Perdit un peu patience Clary alors que Layce hésitait encore. Mais elle finit par tendre les bras. Morgan, Jessy et Joey étaient sur le bord de piste et nous applaudirent fortement, sifflant alors que Layce riait sur mon épaule et moi, je lâchais également mon autre main pour aller trouver celle de la jeune femme en la tenant fermement de l’autre bras. Son rire était contagieux, je me mis à rire aussi, heureux de savoir que nous étions capables de faire ce genre de choses tous les deux. Roy passa au pas et s’arrêta, Layce descendit la première en faisant une roulade avant sur l’arrière main du cheval. Je descendis en simple amazone tandis que les autres continuaient à applaudir. J’avais 26 ans.

« Joyeux anniversaire Connor … » Souffla une petite voix qui me réveillait agréablement. J’ouvrais doucement les yeux pour apercevoir Layce. La jeune femme avait de nouveau passé la nuit dans ma chambre mais comme d’habitude il ne s’était rien passé. Je l’avais simplement prise dans mes bras comme toujours et nous nous étions endormis en regardant un de nos nombreux films favoris. « Bonjour gremlins. » Je soufflais en souriant en prononçant ce surnom qu’elle déteste par-dessus tout. « M’appelle pas comme ça ! Ou je te fais nettoyer le box de mon cheval pendant deux semaines et en plus de ça tu n’auras pas ton cadeau ! » S’exclama-t-elle en me tapant doucement l’épaule. Mais c’est le mot cadeau qui me réveilla totalement, j’adorais les cadeaux surtout de la part de Layce car elle savait toujours ce qui me ferait plaisir. « Promis j’arrête ! Je peux avoir mon cadeau ? » Je demande en me relevant assez vite. Elle me tendit directement le paquet rectangulaire enveloppé dans un papier rouge vif ainsi qu’un ruban doré. Je m’empressais de l’ouvrir, déchirant sans remords le papier. Je le défaisais plus lentement lorsque je vis ce qui m’apparaissait. Il s’agissait d’une photographie dans un cadre très simple mais tout aussi beau par sa sobriété. La photo nous montrait, Layce et moi, sur Roy la première fois que nous avons exécuté l’oiseau. Le sourire de Layce alors qu’elle regardait vers l’appareil photo, sa main droite dans la mienne alors que la gauche était tendue dans les airs, moi la tenant fermement par la taille avec le bras gauche, souriant tout autant alors que je regardais vers nos mains enlacées. On ressentait la complicité qui nous liait dans cette photo, l’amour qui nous unissait sans être quelque chose d’amoureux, ce lien si fort qui nous reliait l’un à l’autre. Face à la puissance de cette photo mon cœur se serra, c’était simple mais pourtant rien d’autre ne m’aurait fait plus plaisir. Je pris le cadre des deux mains en l’observant longuement. Voyant que je ne prononçais pas un seul mot, Layce vient plus près de moi sur le lit, posant sa tête sur mon épaule et m’entourant de ses bras. « Puisque nous ne pouvons pas le vivre, nous gardons cet amour dans une photographie … » Murmura-t-elle à mon oreille en venant m’embrasser dans le cou. Je soupirais un instant en tournant la tête vers elle puis je la pris dans mes bras en la serrant fort contre moi, l’embrassant dans le cou également. « Merci Layce … » J’aimais cette fille plus que tout. Elle représentait tout pour moi et je ne sais pas ce que je ferais sans elle. Nous sommes restés toute la matinée au lit, profitant de notre dimanche tous les deux. À midi nous avons rejoints les autres dans le salon commun. J’eu droit à une symphonie de joyeux anniversaire de la part de l’équipe avec une série de cadeaux. Mais rien n’était comparable à celui de ma meilleure amie. Grâce à notre souplesse acquise, Layce et moi avions été mis sur les prochains vols organisés sur la prochaine tournée. Nous avons voyagé dans plusieurs villes avec nos chevaux. Nous avons été un peu partout dans le monde maintenant, tout se passait à merveille, nous étions une famille soudée et surtout nous avions une couverture parfaite grâce à la compagnie, les Fly Away meilleure compagnie 2014, 2015, 2016 et en route d’être également la meilleure pour 2017. Personne ne nous soupçonne des vols car nous en faisions moins désormais, l’argent ne manquant pas vraiment grâce aux spectacles et nos numéros prestigieux. Layce et moi entrions désormais dans les concours de dressage aussi, les résultats venant de temps en temps, faisant encore plus de publicité pour nous ainsi que nos chevaux. J’avais 28 ans.



❖ ❖ ❖
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molly N. Bennett
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 14/04/2016
MESSAGES : 242

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 13:24

Oh tu as réussi à trouver un avatar huhu Hâte de découvrir l'histoire de ce monsieur Very Happy heart3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor S. Hill
Admin my little poney
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 14:07

Oui j'ai trouvé ! le regard pervers Elle vient très vite, promis huhu heart3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 14:10

Attend attend, avant de commenter je ferai mieux d'essuyer ma bave bave
Rebienvenue parmi nous, j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de ce personnage heart2
Revenir en haut Aller en bas
Lou Morland
Admin Karaté Kid
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5925

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 14:11

Tu es sexy What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor S. Hill
Admin my little poney
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 14:15

Essuie donc cette bave Manou le regard pervers ouuuuuuuuh
Et merci heart3

Milie, vive la sexytude le regard pervers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 15:50

Encore toi ! Surprised xD Je plaisante, rebienvenue parmi nous, du coup. hug

Tu fais de l'équitation ? *-* Non parce que je suis une grande passionnée donc si j'ai une copine cavalière, ça ne peut être que chouette. cute En plus la voltige c'est vraiment trop chouette et trop beau à voir et l'équipe de France n'est franchement pas mauvaise. Very Happy

Bref, j'arrête, je repasserai lire ton histoire. heart3
Revenir en haut Aller en bas
Connor S. Hill
Admin my little poney
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 18:10

Oui encore moi le regard pervers
Je monte à cheval depuis que j'ai 6 ans et fait de la voltige une année mais malheureusement à cause d'une opération de la jambe je ne peux plus en faire, je me contente de travailler à l'obstacle et le dressage maintenant mais plus au niveau compétition Razz heart3

Oui j'ai vu l'équipe de France et franchement ... WAOU cute ça donne tellement envie d'en refaire que ça me rend dingue Razz et je poste l'histoire dans dix minutes un peu près cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 18:25

Uuuh quel beau gosse huhu
Revenir en haut Aller en bas
Connor S. Hill
Admin my little poney
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Lun 18 Juil - 18:33

Merci huhu

EDIT : Ficher terminée, je la déplace dans les validées heart3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Mar 19 Juil - 22:43

(reuh)Bienvenue hola Chace bave
Revenir en haut Aller en bas
Connor S. Hill
Admin my little poney
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦   Mar 19 Juil - 22:53

Hihi merci le regard pervers hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C’est ça le sentiment équestre, ce n’est rien d’autre que de l’amour ♦ Connor ♦
» L'amitier un sentiment fort [ rp avec petite Balafre]
» Nul sentiment pire que la honte (Herbert)
» Nathan Porter- La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.
» Le centre équestre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Tes rancœurs dialectiques :: Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous ! :: Les fiches validées-