Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Mer 4 Jan - 0:49

Tic tac, tic tac... Les heures passent et à part pianoter le clavier de mon téléphone, je n'ai absolument rien à faire... Depuis toute à l'heure, j'essaye par tous les moyens trouver des occupations, mais mes efforts sont vains. Une humeur triste et un air très maussade règne dans cette salle où je suis séquestrée. Tout le monde a l'air déprimé. Personne ne semble être content. Pour passer le temps, je me mets à détailler chaque personne présente dans cette salle d'attente, de la tête aux pieds. Ce gars à la chevelure noire et au look d'un rockeur par exemple, ou cette vieille dame aux cheveux gris et aux rides très marquées qui fixe le vide et qui semble ailleurs, dans un monde très loin du notre, ou encore, cette petit fille au visage innocent mais aux airs tristes qui sourit faussement à sa mère, comme pour lui dire qu'elle va bien. Mais je vois en ses yeux qu'elle ment, je vois que c'est absolument faux. Elle ne veut qu'une chose, la rassurer et lui faire croire que malgré tout ce qu'elle a pu vivre, elle va bien. Comment je sais tout ça ? J'ai vécu la même chose. J'essayais de rassurer ma mère, j'essayais de lui dire que j'étais en un parfait état mais au fond, j'étais détruite. Quelques personnes assises ici semblent attendre impatiemment leur tour pour pouvoir se confier et délivrer la tristesse qui leur envahit au psychologue et  ainsi, vider leur cœur de toute émotion négative. Mais je vois aussi que d'autres, ne veulent pas entrer dans cette pièce. Ils ont peur et il ne veulent pas être confrontés à un vieil homme pour lui raconter ce qu'ils ont vécu comme horreur. Moi, bah, les gens me voient sûrement comme l'adolescente à la chevelure blonde et à aux airs angéliques mal dans sa peau à cause de ces magazines qui ne mettent en valeur que des mannequins en bikini super bien foutues.

Or, ce n'est pas le cas. Je suis ici pour raconter les paupières fermées la très mauvaise expérience que j'ai eu dans cette petite salle qui avait quatre murs tapissés par des feuilles et un sol blanc pas bien balayé. Je me souviens de ce jour comme si c'était hier. La cloche venait de retentir, tout le monde avait quitté la salle. Mon professeur voulait que je reste. J'avais rassuré ma meilleure amie avec un simple hochement de tête. Je n'avais pas dû... J'ai été agressée et jetée au sol tel un déchet. Bon, il faut que je chasse ces pensées malsaines de ma tête... Je soupire et je continue de jouer sur mon téléphone jusqu'à ce qu'une autre personne entre dans la salle. Je lève mes yeux de mon écran et je souris légèrement à la blonde qui vient d'arriver. Je lui tapote la place libre à mon côté pour lui dire de venir s'asseoir à côté de moi. Faire la connaissance de quelqu'un fera sûrement passer mon temps. Je n'ai absolument rien à faire, alors autant faire connaissance avec quelqu'un ayant peut-être vécu quelque chose semblable à mon histoire, ou bien plus triste. En plus, je ne sais guère pourquoi, mais cette fille a l'air... Intrigante ? Oui, c'est le mot. Elle a l'air intrigante et elle semble avoir quelque chose de douloureux à confier au psychologue. J'ai la capacité de lire dans les gens avec leurs traits comme dans un livre grand ouvert et ça m'aide beaucoup des fois. "Salut, moi c'est Hanna." répliquai-je en souriant à la blonde et en lui tendant ma main droite.
Revenir en haut Aller en bas
Bucky Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 29/03/2016
MESSAGES : 825

MessageSujet: Re: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Lun 9 Jan - 19:32

The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page
Hanna ∞ Bucky
Je ne voulais pas venir ici à la base. Je sais que cela va m'aider, que je dois en parler maintenant que toute ma famille est au courant, seulement je ne veux pas plus que je ne voulais en parler avant la mort de mon bourreau.
J'ai eu peur pour maman, peur qu'elle nous quitte et qu'on se retrouve seuls avec mes frères et sœurs. Tout ceci aurait été ma faute, mais alors que la police s'occupait de l'affaire, alors que je pensais qu'ils allaient m'en vouloir, ils m'ont soutenu. Ma famille est la meilleure, la plus aimante et parfois je me demande ce qu'il se serait passé si j'avais parlé avant. Seulement papa me menaçait, et je l'ai cru. Je me sens salit, souillée, et c'est pour ça que maman a tenu à ce que je vienne ici.
Toutes les personnes qui vont voir cet homme ont vécu des traumatismes, plus ou moins grave, mais des choses qui ont fait qu'aujourd'hui la vie semble plus fade. Je soupire une nouvelle fois dans la voiture alors que ma mère me regarde inquiète. Je la sens se tendre à côté de moi et je sais que c'est mon rôle de la détendre, de lui montrer que tout va bien. Je me tourne vers elle et lui sourit. Elle a besoin de ce sourire. Elle me regarde et pose une main sur ma joue.
- Comment fais-tu pour garder le sourire...
Parce que si je cesse de sourire je ne cesserais de pleurer...
- Tout vas bien maman, je lui murmure non sans cesser de sourire.
Je finis par sortir de la voiture et ne me retourne pas. Elle a tout de suite vu que je n'étais pas enchanté par l'idée d'aller parler à un psy, je me demande même si j'en serais capable. Je n'ai pas su le faire à ma propre famille alors que nous vivions sous le même toit. Comment avouer à un inconnu que ma première fois était quand j'avais neuf ans, que j'ai eu un petit garçon à l'âge de treize, que je l'ai laissé faire encore et encore et que je me suis senti mourir un peu plus chaque fois.
Je rentre dans la salle d'attente, me permettant de regarder chaque personne présente. Je bloque en voyant la petite fille qui sourit à sa mère. On croirait mon portrait caché.Cela me tord le cœur et j'aurais envie de la prendre dans mes bras et de lui dire que tout va bien se passer. Je pourrais lui faire un tour de magie pour lui donner un vrai sourire... Je secoue rapidement la tête, non, laisse la magie en dehors de ca. Tu as promis à maman d'être sérieuse...
Je tourne la tête une nouvelle fois et une fille tapote le siège à côté d'elle. Je la regarde un instant sans comprendre et me dis que peut-être elle aussi n'a pas envie d'être là, qu'elle cherche à se changer les idées... Je m’assois à côté d'elle, attrape dans ma poche une pièce et je commence à la faire tourner une pièce entre mes doigts. C'est quelque chose pour m'entraîner, mais cela me permet aussi de me détendre.
- Salut, moi c'est Hanna.
Je me tourne vers ma voisine sans cesser mon entrainement.
- Moi c'est Rebecca...
Je me sens frissonner en entendant ce prénom. Ma mère n'aime pas m'appeler Bucky, je ne supporte plus de m'appeler Rebecca. C'est lui qui le disait tout le temps. Il y avait le ton en colère, le ton qui précédait mon cauchemar et le pire de tous, ses murmures pendant...
- Mais tout le monde m’appelle Bucky...
C'est devenu comme une seconde identité, celle de la fille qui veut être magicienne, celle qui n'a peur de rien. C'est l'identité d'une fille qui semble parfois vulgaire, chiante, mais surtout souriante et ne montrant pas ce que le passé lui a fait... Bucky c'est mon nouveau moi car plus jamais je ne laisserais quelqu'un abuser de moi...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Mer 15 Fév - 1:29

The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page
Hanna ∞ Bucky
"Moi c'est Rebecca... Mais tout le monde m'appelle Bucky..." me dit la blonde. "Bucky, quel joli surnom.  Donc, est-ce que j'ai le droit t'appeler ainsi ?" demandai-je à Bucky qui semble paraître légèrement désemparée en lui souriant avec sympathie. "Enchantée, Bucky." lui répondis-je en lui tendant la main. "Quel âge as-tu et qu'est-ce que tu fais dans la vie ?" lui demandai-je en arquant mon sourcil droit. "Moi je suis lycéenne. J'ai fêté mes seize ans il y a une semaine." lui dis en lui souriant. Raconter sa vie à une inconnue, je doute qu'elle le fera mais quand on est réunis dans la même salle noyés dans le chagrin, sûrement à cause d'un passé, ou d'un présent épineux, franchement, pourquoi pas ? Après tout, tout le monde est rassemblé ici pour une seule et unique raison. La tristesse. La déception, le chagrin. Et je peux encore donner d'autres synonymes. Le désespoir, l'amertume, la noirceur de notre vie. Parler et faire la connaissance de quelqu'un me fera sûrement beaucoup de bien. Je passe presque toutes mes journées enfermée dans ma chambre.

Je ne vois que rarement le soleil et je suis toujours collée à mon ordinateur au lieu de sortir me changer les idées. Donc, c'est sûrement l'occasion parfaite pour parler à quelqu'un d'autre que mon psy. Quelqu'un qui a vécu ou qui est entrain de vivre un événement aussi horrible que le mien. "Ce serait assez direct comme question mais, pourquoi es-tu là ? Tu veux en parler ?" lui demandai-je en lui adressant un petit sourire qui se veut rassurant. Elle est là pour en parler au psy mais, se confier à quelqu'un d'autre pourrait lui faire du bien. Parler de mon abus à mon frère, ça je ne pourrai pas le faire, mais en parler à quelqu'un, à un inconnu qui a déjà enduré une épreuve aussi dure que la mienne, ça ne me ferait pas de mal car, il me comprendrait sûrement. Alors, je ne pense pas que je serai gênée et dérangée si je pouvais m'ouvrir à cette belle inconnue. Tout le monde a une histoire et j'aimerai beaucoup en apprendre plus sur Bucky.

HRP:
 
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Bucky Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 29/03/2016
MESSAGES : 825

MessageSujet: Re: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Mer 15 Fév - 14:23

The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page
Hanna ∞ Bucky
Je n'aime pas cette salle d'attente, je n'aime pas avoir à parler de ce qu'il s'est passé. J'ai passé tellement d'années à garder ça pour moi que je ne sais même plus ce que je dois partager. Quand maman a découvert ce qu'il se passait, quand il a disparu pour toujours, j'ai été soulagé. Le psychologue sait que dans le fond je suis toujours choquée après ce qu'il m'a fait durant tant d'années et après avoir vu mon père mourir sous mes yeux. Seulement, je n'ai jamais été aussi soulagé que de savoir qu'il ne respirait plus. Par moments j'ai l'impression d'être un monstre de penser ainsi, puis je me souviens que je suis la victime...
Assise à côté d'une fille que je n'ai jamais vu (contrairement à la personne dans le coin là-bas), jouant toujours avec ma pièce, elle entame la conversation. Je lui avoue alors que je m'appelle Rebecca, mais ce prénom est clairement à bannir...
- Bucky, quel joli surnom.  Donc, est-ce que j'ai le droit t'appeler ainsi ?
Je lui souris en hochant la tête.
- Je ne laisserais plus jamais personne m’appeler Rebecca...
Elle ne peut pas comprendre, et c'est comme si je lui disais que je ne lui faisais pas une faveur en la laissant m'appeler ainsi. Je peux paraître froide en cet instant, mais si je fais tout pour être positive dans la vie de tous les jours, être dans cette salle d'attente ne m'aide pas vraiment. Elle fait ressortir le stress, la peur mais aussi le fait que ce que j'ai vécu n'est pas normal.
- Enchantée, Bucky.
- Enchanté Hannah, je murmure.
- Quel âge as-tu et qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Moi je suis lycéenne. J'ai fêté mes seize ans il y a une semaine.
Je cligne doucement des yeux, pourquoi parle-t-elle autant ? Je ne suis clairement pas la personne la plus bavarde du monde et je ne peux m'empêcher de me demander ce qui la pousse à poser autant de questions. Les personnes qui parlent le plus sont parfois celle qui souffrent plus encore. Je me tourne vers elle intriguée.
- Joyeux anniversaire... J'ai 18 ans et... Je suis magicienne.
J'ai arrêté l'école dès que je pouvais, mon rêve est de partir à Los Angeles et je rassemble tout l'argent que je peux pour enfin réaliser ce petit instant de magie auquel j'aspire tant.
- Ce serait assez direct comme question mais, pourquoi es-tu là ? Tu veux en parler ?
Je fixe le mur en face de moi, me sentant soudainement vide. Je me tourne finalement vers elle fronçant les sourcils. Elle a beau me sourire, je me sens soudainement comme attaquée.
- C'est direct oui. Je pourrais te retourner la question et tu verrais en quoi demander ce qui amène une personne à venir voir un psy pro des traumatismes les plus affreux ne se fait pas. Non, je ne veux pas en parler.
Ma voix est froide, mon souffle plus rapide. Les larmes montent aux yeux sans que je puisse vraiment le cacher mais je me tourne finalement pour regarder de nouveau le mur. Je joue avec ma pièce pour tenter de me calmer. Je refuse de pleurer dans cette salle d'attente. Je ne le fais que trop rarement avec le psy et je hais ça, alors je ne vais pas le faire devant des inconnus.

HRP:
 
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Sam 18 Fév - 20:29

The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page
Hanna ∞ Bucky
Je commence à jouer avec mes mains en attendant la réponse de Bucky et celle-ci arrive rapidement, mais très très froidement. "C'est direct oui. Je pourrais te retourner la question et tu verrais en quoi demander ce qui amène une personne à venir voir un psy pro des traumatismes les plus affreux ne se fait pas. Non, je ne veux pas en parler." me dit-elle d'un ton froid avant de se retourner. Aouch... Je reste silencieuse, mais pas du beaucoup surprise par sa réaction. Bah oui, elle n'allait tout de même pas déballer toute sa vie à une belle inconnue, mais je m'attendais à un  simple "désolée, ça ne te concerne pas", donc c'est vrai que sa réponse était un peu cinglante. "Je comprends tout à fait que tu ne veuilles pas en parler à une inconnue, je te présente mes excuses Bucky." lui dis-je avec un petit sourire qui accompagne aussitôt mes paroles. Je m'excuse parce que ma curiosité était une très mauvaise idée, mais le "Je ne laisserais plus jamais personne m’appeler Rebecca" m'avait mis sous confusion et m'avait ainsi attiré ma curiosité. Peut-être que ce qu'elle a vécu est bien plus grave que ce que moi j'ai déjà vécu. "Ça ne me dérangerait pas d'en parler." lui dis-je en haussant mes épaules d'un ton normal. "Je ne te connais pas, mais après tout, je ne connais pas le psy non plus." continuai-je. "Tu peux me retourner la question si tu veux, je te répondrai." dis-je à Bucky en souriant.

Oui, en souriant. Je souris alors que j'ai été violée par un professeur quand j'avais douze ans, je souris alors que j'ai été frappée, j'en parle l'air de rien alors que quatre ans après, je garde toujours des cicatrices dans le coeur. Des cicatrices profondes, pas encore guéries, des cicatrices qui ne seront peut-être jamais guéries. Mais je garde le sourire. Pas un vrai, mais je le garde quand même. J'ai des cicatrices qui ne guériront jamais, mais je souris toujours, je continue de jouer à la comédie, je continue de faire semblant de bien aller alors que tout va mal, tout va très mal. Ma soeur et mes parents m'aident à m'en sortir et Ezra aussi, mais ils sont toujours loin du but. Je fais semblant que tout va à merveille, mais au fond je n'existe déjà plus, au fond, je suis déjà morte, mais pourtant, je vis toujours et dieu sait que j'ai un mal de chien dans le coeur. "Ne te retiens pas de pleurer, pleure, tu te sentiras mieux. Tu auras toujours mal, mais tu te sentiras beaucoup mieux. Moi en tout cas, c'est mon cas. Je pleure chaque nuit, ayant but de me sentir mieux le lendemain et ça marche." dis-je à la blonde en souriant. Je passerai peut-être pour une psychopathe ou pour une dépressive ou pour les deux, en ce moment-là mais je n'en ai rien à foutre. Les larmes me montent aux yeux moi aussi et je ne les empêche pas de couler, je les laisse couler le long de mes joues mais je souris. C'est ce que je ferai toute ma vie, sourire aux gens et nier que ça va mal, mettre un masque ou un maquillage avant de sortir de ma chambre et sourire jusqu'aux oreilles aux autres.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Bucky Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 29/03/2016
MESSAGES : 825

MessageSujet: Re: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Dim 19 Fév - 13:17

The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page
Hanna ∞ Bucky
Je ne connais pas cette fille, et son ton direct fait que je me referme tout de suite sur moi-même. C'est un système d'auto-défense classique que de sombrer au plus profond de soi pour ne laisser personne voir nos émotions. Pourtant si elle est là, même sans connaître son passé elle doit comprendre un peu cela. Elle doit voir ma façon de me crisper, la façon dont les larmes commencent à vouloir rouler sur mes joues mais que je fais tout pour les retenir. Mon ton est froid, je n'ai aucune envie de parler de mon passée. Je vais déjà le faire assez avec le psychologue, je vais déjà m'épuiser à lui parler de moi ce n'est pas pour commencer dans la salle d'attente.
- Je comprends tout à fait que tu ne veuilles pas en parler à une inconnue, je te présente mes excuses Bucky.
Je sens ma mâchoire se crisper mais je continue de regarder le mur en face de moi. Cela m'arrive par moments. Ayant grandi trop vite j'ai parfois des réactions d'enfant. C'est ce qui se passe en cet instant, je boude tout simplement.
- Ça ne me dérangerait pas d'en parler.
Je fronce les sourcils, intriguée par ce qu'elle me dit. Par moments je me dis que toutes personnes ayant vécu des choses plus ou moins similaires ne veulent pas en parler. Mais c'est vrai que tout le monde est différent, la preuve.
- Je ne te connais pas, mais après tout, je ne connais pas le psy non plus. Tu peux me retourner la question si tu veux, je te répondrai.
Ma colère recommence à monter un peu alors que je me tourne complètement vers elle.
- Et bien dis-moi alors Hanna, pourquoi es-tu là ?
Je me sens mauvaise, je n'aime pas me montrer aussi froide, aussi méchante même. J'aimerais pouvoir m'excuser mais je sens bien trop l'adrénaline dans mes veines pour pouvoir m'excuser de mon comportement. Et puis elle m’énerve à toujours sourire, comme si la vie était si belle dans cette salle d'attente. Si je fais tout pour rester positive, cette salle fait ressortir le pire en moi...
- Ne te retiens pas de pleurer, pleure, tu te sentiras mieux. Tu auras toujours mal, mais tu te sentiras beaucoup mieux.
Encore son sourire.
- Arrêtes... Tu ne me connais pas... Tu ne sais rien à propos de ma douleur...
Après tout, chacun vit une douleur bien différente et je sais qu'elle souffre aussi mais moi je ne peux pas comprendre non plus parce que je ne la connais pas, je ne sais pas comment elle gère sa situation.
- Moi en tout cas, c'est mon cas. Je pleure chaque nuit, ayant but de me sentir mieux le lendemain et ça marche.
Ma colère retombe presque aussitôt. Oui je sais que tout le monde souffre ici, mais les regarder en silence, ce n'est rien comparé à entendre ce qu'elle fait le soir... Comment fait-elle pour continuer de sourire après ce qu'elle vient de me dire. Comment fait-elle pour se confier ainsi avec une fille aussi froide que moi...
- Je ne pleure jamais... je murmure doucement. Je fais tout pour toujours me retenir... J'ai trop pleuré avant et je me suis promis d'être toujours forte et de ne plus jamais pleurer...
Cela marche plus ou moins, si les larmes commencent à monter comme ce fut le cas il y a cinq minutes, j'ai toujours réussi à refouler mes pleurs.
- Je reste forte pour ma famille... pour mon fils, je murmure à peine, plus pour moi que pour elle.
D'ailleurs, si elle ne m'entend pas ce n'est pas grave. Je parle rarement de mon fils, quand je parle de lui c'est en tant que mon dernier petit frère. Pourtant un lien unique nous unis, je l'ai porté dans mon ventre, je l'ai bercé, protégé, je lui ai même donné son prénom, un prénom que j'ai toujours adoré... William, mon fils caché...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Sam 25 Mar - 19:42

The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page
Hanna ∞ Bucky
Elle est froide dans ses paroles, elle veut se montrer méchante et elle essaye de camoufler ses blessures pas encore cicatrisées, je suis sûre qu'elle ne veut pas que je lise en elle, mais pourtant c'est ce que je suis en train de faire et ce n'est pas difficile. Dès que j'ai posé mes yeux sur elle j'ai su qu'elle cachait un lourd passé derrière elle. Pourquoi je suis là... ? Il y a quelques minutes, j'essayais de me la montrer confiante en lui demandant de me retourner la question que je lui ai posé, mais, je commence un peu à regretter. Je n'aime pas m'ouvrir à des gens qui ne s'ouvrent pas à moi. Mais si je m'ouvre à elle, peut-être qu'elle s'ouvrira à moi elle aussi ? Elle a peut-être juste besoin d'un coup de pouce, un petit coup de pouce qui lui montre qu'elle peut avoir confiance en moi. "Je... Disons que j'ai vécu une histoire assez traumatisante. Je... J'étais jeune et..." commençai-je avant de me racler la gorge, laissant les souvenirs refaire surface dans ma mémoire tels de nombreux flashbacks déchirants. "J'ai été agressée, sexuellement, ça fait quatre ans." lui répondis-je en me mordant la lèvre inférieure.

Et ce traumatisme a laissé des marques graves dans ma vie. J'ai peur, peur de tout le monde, peur de tout mon entourage. J'ai peur quand quelqu'un me regarde avec insistance, j'ai peur quand quelqu'un s'approche de moi et j'ai peur quand quelqu'un me touche. Il y a un an j'avais même giflé quelqu'un qui voulait juste me donner un bracelet que j'avais fait tomber. "Je reste forte pour ma famille... pour mon fils." me répond Bucky en un murmure. Je hoche ma tête avec un air compréhensible. "Pleurer n'est pas un signe de faiblesse Bucky..." lui répondis-je légèrement offensée. Quand tu pleures, c'est juste parce que tu as enduré beaucoup de choses dures mais que t'es restée forte, pendant très très longtemps... "Bien au contraire..." chuchotai-je. "Le père de ton fils... Est-ce qu'il est au courant ? Et, ton fils a quel âge ? Parce que franchement je t'applaudis, éduquer un enfant à dix-huit ans doit être quelque chose de très dur, non ?" lui demandai-je prise encore une fois par la curiosité. "Si tu ne veux pas répondre à mes questions, je comprends tout à fait." continuai-je en levant mes mains à l'air, pour éviter qu'elle s'énerve à nouveau. Mais honnêtement, se charger de l'éducation d'un enfant à un aussi jeune âge, wouah, franchement, grand chapeau à Bucky. Elle doit endurer beaucoup de choses mais elle essaye toujours de ne pas craquer, de ne pas céder. Enfin, elle fait ça à sa façon quoi.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Bucky Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 29/03/2016
MESSAGES : 825

MessageSujet: Re: The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]   Dim 26 Mar - 11:40

The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page
Hanna ∞ Bucky
Je ne sais pas pourquoi je lui parle. Je n'ai pas envie de parler. Je n'en parle même pas à ma famille. Comment les regarder dans les yeux et leur expliquer ce que j'ai subi alors qu'ils étaient présents eux aussi. Ils s'en veulent déjà assez sans que je leur explique dans les détails tout ce qui a pu arriver. Déjà, quand ils ont compris qui était le père de William, cela a été le choc. Et puis, tomber enceinte à 10 ans, je sais qu'ils se sont douté de quelque chose. Après tout, à cet âge-là on ne sait pas vraiment encore comment ça marche, seulement moi je le savais déjà avant que maman ne m'en parle. Je pense qu'elle a toujours su que quelque chose d'un peu tragique m'était arrivé, mais j'étais tellement heureuse d'être enceinte. Oui j'étais jeune, mais c'était mon havre de paix dans cet enfer. Le moment où il a prit soin de moi comme un père et non comme un monstre. William a été ma plus belle chance, et même si j'aurais pu le détester, au contraire, je l'aime plus que tout.
Je ne sais pas pourquoi je parle, mais le fait est qu'elle me parle aussi. Elle n'est pas obligée de le faire, mais peut-être que le dire à une personne lamba qui sait ce que c'est de souffrir, c'est plus facile ?
- Je... Disons que j'ai vécu une histoire assez traumatisante. Je... J'étais jeune et... J'ai été agressée, sexuellement, ça fait quatre ans.
Je me sens frissonner et je m'en veux automatiquement d'avoir été mauvaise avec elle. On ne sait jamais quel traumatisme se trouve dans une salle d'attente. Il se trouve que là, nous avons vécu un traumatisme plus ou moins similaire. Je lui avoue que je ne pleure jamais, je hais ça, je dois rester forte et cela passe par ce côté froid de ma personne. En vérité, cela passe surtout par mes sourires plus ou moins forcés.
- Pleurer n'est pas un signe de faiblesse Bucky... Bien au contraire...
Je me permets de grogner un peu, je ne suis pas d'accord.
- Le père de ton fils... Est-ce qu'il est au courant ?
Je me sens frissonner et ne réponds pas. Je ne veux pas parler de lui. William n'a pas de père, William a toute une famille pour lui.
- Le père de ton fils... Est-ce qu'il est au courant ? Et, ton fils a quel âge ? Parce que franchement je t'applaudis, éduquer un enfant à dix-huit ans doit être quelque chose de très dur, non ?
Elle pose beaucoup de questions, mais je crois que je commence à m'y habituer.
- Si tu ne veux pas répondre à mes questions, je comprends tout à fait.
Je souris doucement. Après tout... Parler ca peut faire du bien non...
- J'ai une famille formidable... Et un garçon tellement intelligent... Je n'ai aucune gloire tu sais... Il a sept ans, il commence à devenir un jeune homme.
Je ne la regarde toujours pas, je n'ai pas envie de voir son regard quand elle va comprendre, quand elle va compter à quel âge j'ai eu mon petit garçon.
- Je suis désolée pour ce qui t'es arrivée...
C'est utopiste mais, j'aimerais que personne ne connaisse ce que j'ai pu connaître. Idiot, parce que cela arrive encore tous les jours...
- J'espère au moins que ca va t'aider, je murmure en montrant la porte du fameux médecin du doigt.
Parce que même si elle parle trop, elle a l'air gentille, et j'espère que ca ira mieux pour elle.

Spoiler:
 
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The Next Chapter Doesn't Start Until You Turn The Page [Bucky & Hanna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» ✣ take me back to the start (meltala)
» Just to start shit [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: J'ignore de le savoir :: Des fois, t’as pas un peu envie de pas rien faire ? :: Flashback-