Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 392

MessageSujet: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Ven 10 Fév - 19:01

Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin.
Lullaby & Caleb

Ca faisait plusieurs années que j'étais arrivé à Los Angeles. J'avais passé pas mal de temps à voyager et au bout d'un moment, il fallait bien que je me pose quelque part et j'avais choisi Los Angeles parce que j'y avais trouvé un travail. Celui que j'avais toujours voulu faire, être prof de sport. Aujourd'hui, j'avais cours seulement cet après-midi alors j'allais en profiter pour faire un jogging ce matin. J'aimais le sport depuis tout petit et en faisais tous les jours. Après ce sport, j'étais rentré prendre une douche chez moi avant de manger un morceau pour pouvoir aller au travail par la suite. Une fois prêt, je pris donc la voiture pour aller à l'école pour donner mes cours. J'avais donc passé l'après-midi à faire du sport à mes élèves, des fois c'était bien chiant même si j'aimais ça. Je n'avais pas spécialement envie d'avoir la patate tous les jours. Ce soir, je voulais donc me détendre dans un bar après cette journée qui n'avait pas été des plus bonnes.

J'avais vite fait manger avant de me rendre à l'underground, j'aimais bien ce bar branché de la ville. J'y allais souvent et au moins, il y avait toujours du monde là-bas. J'aimais faire la fête dans ce genre d'endroit, je n'avais pas besoin de grand-chose pour m'amuser. L'heure passait vite, et je me retrouvais donc rapidement dans ce bar que j'aimais beaucoup. Je m'installai au comptoir et commandais donc un bon whisky au serveur qui était devant moi, derrière le comptoir. Je remarquais rapidement une jeune femme pas très loin du comptoir, elle n'avait pas l'air très sobre franchement. Je décidai donc de m'approcher d'elle pour m'assurer que tout allé bien pour elle, cette dernière me semblait avoir un peu trop beaucoup abusé de l'alcool. "Tout vas bien ?" Commençai-je par lui demander avant de reprendre. "Je peux vous offrir quelque chose d'autre à boire ?" Rajoutai-je donc. Dans ma tête ce n'était quelque chose d'autre que de l'alcool, mais peut-être que la jeune femme penserait pas de la même façon que moi pour le coup. Je m'installai donc sur un tabouret à côté d'elle en attendant une réponse de sa part.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby W. Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/06/2016
MESSAGES : 1541

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Sam 11 Fév - 21:07



   
   Caleb & Lullaby
   Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin

H
onnêtement, je ne sais pas du tout comment j’en suis arrivée là mais je crois que je me rends compte finalement que je ne suis pas en pleine possession de mes moyens. Enfin, ça c’est quand je reviens à la réalité parce qu’en vérité la plupart du temps je suis totalement dans le brouillard. Comment suis-je arrivée dans ce bar ? Je ne m’en souviens pas vraiment en réalité. J’ai eu cette interview merdique avec ce chanteur à la con… C’est quoi son nom, déjà ? Jamie. Quel connard ce mec, il m’a rabaissée, traitée comme la pire des crétines et considérée comme totalement stupide et inapte à faire mon boulot correctement, j’avoue que ça m’a blessée même si je sais que ça n’aurait pas dû m’atteindre. Alors forcément, après une journée pareille quoi de mieux qu’un bon verre pour évacuer tout ça ? J’ai commencé par un shot de vodka et j’ai envoyé un texto à Luce, ma copine de galère qui vient toujours me soutenir dans les moments difficiles. Luce c’est une fêtarde mais aussi une fille super cool, je suis sûre qu’elle m’aurait accompagnée là-dedans. Sauf qu’elle devait être occupée ce soir parce qu’elle ne m’a pas répondu. Je me suis dit que j’allais l’attendre et puisque j’avais fini mon verre, j’en ai pris un second, puis un troisième. J’en étais à la moitié lorsqu’un mec m’a abordé et a engagé la conversation. Il m’a payé mon quatrième verre, m’a fait parfaitement comprendre qu’il attendait plus et lorsqu’il a vu que je n’étais pas franchement réceptive, il s’est tout simplement levé et il m’a tourné le dos comme si j’étais uns sous-merde. Ça n’a rien arrangé à mon humeur et sans réfléchir j’ai pris un cinquième verre et des chips pour éponger tout ça. Je savais déjà que je commettais une erreur, ma tête me tournait, je ne me sentais déjà plus vraiment moi-même et en plus mon portefeuille n’était pas du tout prévu pour supporter toutes ces dépenses. La vache. Qu’est-ce que je peux être conne quand je m’y mets. Pour éliminer une journée de merde, il faut que je me concocte une soirée toute aussi pourrie… J’aurais dû rentrer retrouver Héloïse, pleurer un bon coup et manger une grosse pizza, ça me ressemble plus que d’aller me bourrer la gueule toute seule dans un bar que je ne connais pas. C’est quoi son nom déjà ? L’Underground je crois, mais je n’en suis même pas sûre, ça craint encore plus, je crois. Et maintenant, je dois avouer que j’ai perdu le fil des verres qui se sont enchainés, tout ce que je sais c’est que j’ai trop bu, vraiment trop bu. Je ferme les yeux un instant et me masse doucement les paupières histoire d’oublier pendant un instant le brouhaha autour et prendre le temps de réfléchir. Mais je me rends vite compte que lorsque j’ai les yeux fermés, tout le bar se met à tanguer autour de moi, me donnant clairement envie de vomir. Je n’aurais jamais du boire.

Quand j’ouvre les yeux, je me rends compte qu’il y a un mec en face de moi. Plutôt beau gosse d’ailleurs, il ne faut pas que je lui vomisse dessus parce que franchement ça craindrait trop. J’essaie vaguement de lui sourire mais je ne sais pas trop si c’est très convaincant. "Tout vas bien ?" Je mets du temps à saisir ses propos, c’est comme si ses mots ne voulaient pas monter jusqu’à mon cerveau, je suis totalement dans le pâté. Bah oui ça va ? Pourquoi cette question ? Je suis carrément au top ! A cette heure-ci, je devrais probablement être au lit depuis longtemps et pourtant j’ai l’impression de péter le feu, c’est fou. Je crois qu’il a l’air vaguement inquiet, il doit penser que je suis bourrée mais pas du tout, je n’ai bu que quelques verres, je suis raisonnable comme fille, heureusement d’ailleurs. « Ouais nickel et toi ? » Je demande d’une voix un peu rauque que j’ai un peu de mal à reconnaitre. « C’est une tuerie ce bar, ça va devenir mon nouveau bar favori. » Mais qu’est-ce que je raconte bordel… Un bar favori et puis quoi encore, je vais passer pour une alcoolique ça craint. Purée, je suis nase, je ne m’exprime jamais comme ça d’habitude mais les mots sortent de ma bouche avant que j’ai pu les contrôler. Il va falloir que je me mette un peu à réfléchir parce que là ça ne va pas être possible du tout. "Je peux vous offrir quelque chose d'autre à boire ?" Mes yeux s’illuminent d’un seul coup, ça c’est une super idée, j’ai trop envie de boire un nouveau verre. D’ailleurs, le mien est vide, je me demande pourquoi je n’ai pas encore demandé à ce que l’on me remplisse. Sans doute parce que j’ai écoulé tout l’argent que j’avais sur moi, ce n’est pas une raison stupide. « Tu serais chou… Je veux bien une vodka, j’ai plus de quoi m’en payer une. » J’avoue sans aucune honte alors que je ne réalise pas que je n’ai même pas de quoi me payer le taxi pour rentrer chez moi. Je suis vraiment dans une belle merde, j’ai dû dépenser une fortune en l’espace de quelques heures. Quelque chose me dit que je vais manger des pâtes jusqu’à la fin du mois. « Toi aussi tu veux coucher avec moi ? » Après tout, l’autre mec qui est venu me payer un verre juste avant a eu l’air déçu que je refuse alors autant lui éviter une déception. « Parce que j’ai pas trop envie-là, mais je veux bien ma vodka quand même… » Je suis presque fière de moi, j’ai l’impression d’être une femme forte et indépendante, je ne me rends pas compte que je suis surtout extrêmement ridicule et en plus, on ne peut plus m’arrêter, j’ai envie de parler c’est plus fort que moi. Je me penche à l’oreille du jeune homme comme si j’allais lui dire un énorme secret. « J’ai tellement envie de faire pipi mais j’ai peur de pas marcher droit si je me lève. » Je glousse comme une idiote. Décidément, cette soirée ne pouvait pas plus mal se passer et je ne sais pas ce qu’il m’attend pour la suite, mais à mon avis, je suis vraiment dans le pétrin.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 392

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Ven 17 Fév - 19:46

Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin.
Lullaby & Caleb

Après mon après-midi de boulot et avoir pris mon dîner, j'étais donc allé me détendre dans un bar. J'allais toujours dans le même bar depuis mon arrivé à Los Angeles, je l'aimais bien et il y avait toujours de l'ambiance là-bas, alors pourquoi changer les habitudes quand elles sont bonnes ? Mais finalement vu ce qu'il m'attendait là-bas, si j'avais su j'aurai peut-être changé d'endroit pour une fois. Quand je m'étais approché de cette jeune femme, elle m'avait l'air déjà d'avoir pas mal pu d'alcool et en avoir beaucoup dans le sang, ça allait être de pire en pire. Par politesse, je lui demandais donc comment elle allait parce qu'elle n'avait pas l'air d'être en pleine possession de ses mouvements. "Bien, bien merci." Lui répondis-je donc quand la rouquine me retournait la question. J'allais bien mieux qu'elle en tout cas, c'était certain. J'eus un sourire quand la jeune femme me disait que ça allait devenir son bar préféré, vu que c'était déjà le mien je pouvais parfaitement la comprendre, cet endroit était génial. C'était évident quand j'avais proposé un verre à la jeune femme, que cette dernière allait me répondre quelque chose avec de l'alcool bien sûr, mais je savais par expérience qu'il fallait jamais contrarier quelqu'un qui était un peu beaucoup bourré alors j'allais certainement pas l'obliger à prendre un café ou un autre truc dans le genre. "Hm d'accord, mais c'est la dernière hein." Lui dis-je en faisant signe au serveur pour commander la vodka de la jeune femme et pour moi aussi, je n'avais pas l'habitude de la vodka mais ça me rangerait de d'habitude de mon verre de whisky. Le serveur revient donc vers nous avec les deux verres à la main qu'il déposa délicatement sur le comptoir. J'attrapai donc le mieux et tendis l'autre à la jeune femme. "A la tienne." Lui dis-je avant de boire mon verre. "Pardon ?" Prononçai-je quand la jeune femme me demandait si je voulais coucher avec elle, c'était limite si j'allais pas recracher le liquide que j'avais dans la gorge d'un coup. C'était surpris mais bon en étant dans cet état, ce n'était pas impossible qu'elle allait sortir un truc du genre pendant la soirée. "Ah non. Ce n'est pas mon genre." Lui dis-je avec un léger sourire. J'aurai bien rajouté que j'étais gay même si c'est pas vrai pour pas qu'elle se pose davantage de questions, mais après je ne voulais pas que la jeune femme le cri haut et fort sur les toits ce qui aurait bien pu m'attirer des ennuis.

Déjà si elle n'avait même plus d'argent pour pouvoir se payer un verre dans un bar, je me demandais bien comment elle allait faire pour rentrer chez elle après cette soirée. Peut-être habité-elle à côté du bar, j'espérai pour elle parce que sinon, elle aurait bien du mal pour arriver à son domicile. Ce n'était pas mon genre de laisser quelqu'un comme ça, alors bien sûr si elle en aurait besoin, je pourrais rester et l'a ramener chez elle. Au moins, je serais sûr qu'elle serait bien rentrée chez elle et en sécurité. Puis je sentis à la jeune femme s'approcher de moi, de mon oreille, elle voulait probablement me dire quelque chose. D'ailleurs ce qu'elle venait de me dire me fit plutôt bien rire en fait. C'est vrai que c'était marrant, bon peut-être un peu gênant mais ça m'avait bien fait rire en tout cas. "Oh. Heu, tu veux peut-être que je vienne avec toi alors ?" Lui proposai-je donc. Ce serait une grande première mais ça pourrait être marrant d'une certaine façon. "Tu voudras peut-être que je te raccompagne chez toi si tu n'as plus d'argent pour prendre un taxi ?" Lui demandai-je donc, c'était sûr que j'allais pas la laisser comme ça, la lâcher dans la nature.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby W. Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/06/2016
MESSAGES : 1541

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Sam 25 Fév - 0:11



   
   Caleb & Lullaby
   Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin

J
e ne me rends pas trop compte de ce qu’il se passe autour de moi et étrangement ça ne me fait même pas flipper, pourtant je devrais me méfier compte tenu de ce qu’il m’est arrivé mais l’alcool ne me permet pas d’être aussi prudente que d’habitude et c’est bien malheureux. Je crois quand même que j’ai légèrement conscience d’être totalement pitoyable mais je ne contrôle pas le flot de paroles qui sort de ma bouche, c’est plus fort que moi, je parle, je parle et je parle encore, on ne peut plus m’arrêter. Je ne sais pas si je me souviendrais de tout ça demain compte tenu du taux d’alcool élevé que j’ai dans le sang mais il est possible que ce soit le cas et ça me fait peur d’avance. Pourtant, rien ni personne n’aurait pu m’empêcher de commander cet énième verre que le jeune homme me propose et lorsqu’il me tend mon verre, je m’empresse de boire la première gorgée, comme si ma vie en dépendait. "Hm d'accord, mais c'est la dernière hein." Je hoche la tête comme une enfant sage promettant à ses parents de ne plus faire de bêtises et je lui offre un grand sourire après avoir avalée ma première gorgée. Ce mec est bon samaritain, je n’ai aucun doute à ce sujet. "Pardon ? Ah non. Ce n'est pas mon genre." Je crois qu’il a l’air vraiment choqué, c’est signe que je dois pouvoir lui faire confiance ou alors que je suis bien trop naïve mais ça je le sais déjà et je préfère opter pour la première option parce que de toute façon je n’ai personne d’autre sur qui compter à mes côtés. Et puis, c’est vraiment un chouette garçon, j’aurais tort de l’envoyer chier alors qu’il vient de me payer un verre, il pourrait sûrement m’en payer d’autres après… Quoi que, il m’a bien dit que ce serait le dernier mais je suis certaine d’avoir les moyens de le faire craquer si jamais je le désire vraiment. Ou pas. Je le découvrirais bien assez tôt. « Je savais que t’étais quelqu’un de bien. » Dis-je en lui mettant une grande claque sur l’épaule, je joins à ce geste absolument pas féminin un sourire amical. Je suis vraiment bien tombée. « Tu t’appelles comment ? » Après tout, on ne se connait pas et je trouve le moment bien choisi pour faire plus ample connaissance, j’ai envie de discuter avec quelqu’un et il n’a pas l’air de vouloir partir en courant. « Tu viens ici souvent ? » Je pose des questions très banales, mais ce sont les seules qui me viennent à l’esprit et ne me demandent pas une trop grosse réflexion.

La suite de notre conversation n’est pas beaucoup plus brillante, beaucoup de personnes auraient pris la fuite pour moins que ça mais pas lui, je suis étonnée qu’il soit resté bien sagement à sa place. Peut-être devrais-je revenir sur ma première impression et envisager qu’il veut réellement profiter de mon évidente faiblesse. Mais je n’en fais rien, j’aime trop passer du temps avec quelqu’un, la solitude de cette soirée me pesait plus que je ne voulais l’admettre. Et puis, qui sait, peut-être que j’ai devant mes yeux un nouvel ami ? Il a vraiment l’air sympa et attentionné, ce sont des qualités assez rares de nos jours, il est donc important de les souligner. "Oh. Heu, tu veux peut-être que je vienne avec toi alors ?" J’éclate de rire, incapable de me retenir en imaginant ce garçon en train de me tenir pour m’emmener jusqu’aux toilettes. Il est complètement dingue de vouloir se charger d’une mission pareille, mais j’avoue que ça me serait d’une grande aide, ça m’éviterait de faire pipi entre deux voitures quand j’aurais enfin réussi à m’extraire de ce tabouret pour sortir du bar. Trouver la sortie va d’ailleurs être compliqué, je le sens. « T’es vraiment chou, toi. » Cette réponse n’en est pas vraiment une et je mets du temps à réaliser que je n’ai ni accepté ni refusé sa proposition. « T’es pas oblige de m’accompagner jusque dans les toilettes, mais si tu pouvais faire un bout de chemin avec moi, je t’avoue que ça m’arrangerait bien. » J’ai réussi à prononcer une phrase aussi longue toute seule sans avoir besoin de lire une pancarte ? Non ?! Incroyable. Je n’en reviens pas d’être toujours capable de la prononcer en entier sans m’arrêter en plein milieu. En tout cas, ce garçon est vraiment chouette, il faut que je prenne son numéro avant la fin de la soirée, si j’y pense, et que je ne suis pas assez bourrée pour l’écrire. "Tu voudras peut-être que je te raccompagne chez toi si tu n'as plus d'argent pour prendre un taxi ?" Est-ce que je devrais avoir peur qu’un parfait inconnu me propose de me raccompagner ? Oui, certainement, peut-être que je devrais envoyer un message à Héloïse pour lui demander de venir me récupérer elle-même… Mais à dire vrai, je ne me sens pas capable d’infliger ça à ma colocataire, elle est tellement chouette comme fille, j’aurais l’air de quoi moi à côté d’une fille aussi brillante ? D’une loque, très certainement, non vraiment, je ne peux pas faire ça. « Je peux pas rentrer maintenant. » Je grimace devant mon aveu, j’ai un peu honte de moi pour le coup. « J’ai pas envie que ma colocataire me voit comme ça, si ça se trouve elle voudra déménager après et moi j’ai trop besoin d’elle. » Cet éclair de lucidité ne durera pas longtemps, autant en profiter. « Peut-être qu’on devrait aller prendre l’air, j’ai trop bu, pas vrai ? » Je ne sens pas très bien mais je ne me sens pas encore trop mal non plus, il faut arrêter les dégâts maintenant avant qu’ils deviennent vraiment trop important. Seulement, l’idée de rester assise sur ce tabouret et de prendre un autre verre me tenterait bien aussi, écouter ma conscience va être extrêmement compliqué, je le sais, je le sens.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 392

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Ven 10 Mar - 1:20

Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin.
Lullaby & Caleb

La jeune femme rousse m'avait l'air d'avoir déjà pas mal bu alors j'avais préféré lui préciser que le verre que j'allais lui offrir serait le dernier, de toute façon, elle n'avait pas les moyens de s'en acheter un autre pour ce soir. Je ne voulais certainement pas de conflit surtout qu'il ne fallait jamais en avoir avec les personnes qui étaient plus très sobre, mais je voulais pas que son état empire au point de plus savoir où elle habitait. La rouquine m'avait plutôt l'air d'une compagnie agréable même si peut-être qu'elle ne se souviendrait probablement pas de cette soirée le lendemain même. Je ne pouvais m'empêcher de rire quand la jeune femme faisait l'allusion que j'attendrais peut-être quelque chose d'elle en échange de ce fameux verre que je voulais lui offrir. C'est vrai que cela aurait pu être mon genre, mais certainement pas avec une fille bourrée. Je n'y voyais aucun intérêt dans ce cas. "Il paraît, ouais." Lui dis-je quand la jeune femme rousse me disait que j'étais quelqu'un de bien. Comme la plupart du monde, je n'avais pas vraiment d'opinion de moi-même, je n'étais pas le genre de personne à être sûr d'elle, bon peut-être juste devant les femmes pour faire genre, mais pas plus. C'est quand la jeune femme à côté de moi me le demanda que je remarquais qu'on ne s'était même pas présenté l'un à l'autre. "Oh, moi c'est Caleb." Lui dis-je donc avec un sourire avant de lui retourner la question. "Et toi, c'est quoi ton joli petit nom ?" Lui demandai-je donc toujours avec se sourire qui ne quittait plus mes lèvres. "Oh, oui. Très souvent, c'est mon bar fétiche de la ville." Lui dis-je donc suivi d'un clin d'oeil. C'est vrai que j'avais eu de quoi tester plusieurs bars depuis que j'étais arrivé à Los Angeles et celui-là était mon préféré de loin. C'est simple, je n'allais plus ailleurs depuis que je l'avais découvert en fait. "Et toi, tu traînes souvent dans le coin ?" Lui demandai-je donc, j'avais peut-être des chances de la recroiser ici si elle venait souvent bien sûr. Ca me permettrait de la voir sous un autre jour, c'était certain. Nous commandons donc nos verres auprès du serveur. J'adorais leur whisky, c'était toujours ce que je prenais quand je venais. Elle pouvait quand même paraître étrange la jeune femme étant bourrée, mais bon ce n'était pas maintenant que j'allais la laisser tomber et me barrer comme si de rien n'était. En fait, elle me faisait plutôt bien rire. Ce qui le prouvait encore une fois de plus, c'était quand elle me disait qu'elle voulait aller aux toilettes mais qu'elle avait bien trop peur de ne pas pouvoir arriver à destination sans de dommage en chemin. Puis, moi sans y réfléchir d'abord, j'avais donc demandé à la jeune femme si elle voulait que je l'accompagne aux toilettes. What ? Sérieusement. Je ne sais pas ce qui avait pu me passer par la tête pour sortir une chose pareille. Je n'allais quand même pas lui baisser la culotte, non plus. Sérieux quoi. J'en pouvais plus de moi-même pour le coup.

La preuve, la jeune femme avait éclaté de rire à ma proposition des plus ambigu peut-être, alors que ce n'était pas du tout mon intention. C'était simplement pour l'aider, mais peut-être qu'elle n'allait pas le prendre de la même façon. Quand la rouquine me disait que j'étais vraiment chou, je ne savais pas vraiment comment je devais le prendre. J'étais un peu mitigé sur le coup. "Pas de problème." Dis-je à la jeune femme avec un léger sourire quand celle-ci me disait donc de simplement faire un bout de chemin jusqu'aux toilettes avec elle. Pas que je voulais en voir plus, hein. J'accompagnais donc la jeune femme comme elle me l'avait demandé et attendit que cette dernière termine avant de retourner au comptoir pour y terminer mon verre d'un coup sec. Je proposai donc à la jeune femme de la raccompagner chez elle, vu qu'elle n'avait plus d'argent. Je n'allais pas la laisser seule maintenant, je voulais être sûr qu'elle soit en sécurité quand je l'aurais quitté. Je pouvais parfaitement comprendre ce qu'elle disait, elle ne voulait pas montrer cette partie d'elle à sa colocataire, c'était parfaitement compréhensible. "Ouais, allons-y." Lui répondis-je donc avec un sourire quand elle proposait qu'on aille dehors pour prendre l'air. Je tenais la rouquine, sait on jamais, je ne voulais pas qu'elle tombe en chemin jusqu'à la sortie. J'avais fait signe au serveur pour lui dire au revoir. A peine quelques minutes plus, nous voilà donc dehors. "Ca fait du bien de prendre l'air, hein ?" Demandai-je donc à la jeune femme. Quand on était bourré, prendre l'air était une bonne sensation, je savais de quoi je parle. "Et sinon à par sortir, tu fais quoi dans la vie ?" Lui demandai-je donc en plaisantant.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby W. Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/06/2016
MESSAGES : 1541

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Mar 21 Mar - 8:05



   
   Caleb & Lullaby
   Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin

J
e crois que la roue tourne enfin pour moi, j’en suis même persuadée. La dernière fois que je me suis mis dans une situation de merde comme ça, j’ai fini pendant trois ans enfermée dans une maison à devoir servir de jouet à des hommes plus ou moins bien intentionné. Aujourd’hui, les choses sont différentes et c’est un jeune homme gentil, serviable et respectueux qui est venu à ma rencontre, m’assurant directement qu’il ne voulait pas que je finisse dans son lit et me proposant son aide comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. Si je n’étais pas aussi bourrée, je crois que je pleurerais de joie en voyant qu’il existe encore de belles personnes qui ne profitent pas de la faiblesse des autres, mais pour le coup, je ne réalise pas franchement ce qu’il m’arrive et je me contente de m’accrocher à ce garçon comme à une sorte de bouée de sauvetage ce qui doit me donner l’air un peu ridicule. Tant pis, je ne vais pas refuser l’aide d’un garçon adorable sous prétexte que j’ai peur de passer pour une imbécile. Est-ce qu’il se rend compte que j’ai un peu bu ? Probablement oui, même si je tente encore de faire bonne figure et d’imprimer toutes ses paroles dans ma tête pour entretenir une conversation normale. Je réalise pourtant que je suis un peu dans le pâté et que les mots ne sortent pas de ma bouche aussi linéairement qu’ils le devraient. Bref, autant être honnête, j’ai l’air complètement ridicule. « Enchantée Caleb. » Je réponds lorsqu’il se présente, en essayant de sourire même si j’ai un peu du mal à former un vrai sourire sur mes lèvres, j’ai l’impression d’avoir le visage complètement distendu c’est assez étrange mais je ne m’en formalise pas plus que ça, tout me parait tellement futile ce soir. « T’as un joli prénom, j’aime beaucoup. » J’arrive quand même à faire un compliment, je ne dois donc pas être si mal en point que ça… Enfin si, je suis terriblement mal en point, ça ne sert à rien de se mentir, mais j’arrive quand même à assimiler certaines informations ce qui est plutôt une bonne chose. « Moi je m’appelle Lullaby, mais tu peux m’appeler Lulla, tout le monde m’appelle comme ça, sans doute parce que c’est plus court. » Le pauvre ne doit en avoir absolument rien à foutre mais c’est plus fort que moi, l’alcool me transforme en véritable moulin à paroles, je dis des trucs complètement sans intérêt et je suis incapable de m’arrêter. Cependant, ça n’a pas l’air de déplaire à ma rencontre du jour qui continue à discuter avec moi le plus normalement du monde, comme si j’étais totalement saine d’esprit et en état d’avoir une vraie conversation. Et étonnamment, c’est quelque chose que j’apprécie chez lui, je trouve ça cool qu’il me traite comme une adulte et non pas comme une fille ivre morte alors que je n’en suis pas franchement loin pourtant.

« Ton bar fétiche, carrément ? Pourquoi ? Il a quoi de plus que les autres ? » Je pose carrément trop de questions mais savoir ce qui lui plait dans ce bar me ferait réellement plaisir raison pour laquelle je n’hésite pas à lui demander. J’aime cet endroit moi aussi, il est chaleureux sans être trop familier, propre sans avoir l’air trop coincé et surtout il n’est jamais trop mal fréquenté. Je ne viens pas souvent dans le coin, enfin pas pour boire en tout cas, mais pour le moment mon impression est plutôt bonne alors ce garçon à de bons goûts. « Moi, je ne sors pas beaucoup d’habitude, mais j’ai un appartement dans le centre-ville alors disons que c’est un peu mon quartier… » J’essaie tant bien que mal d’expliquer. A dire vrai, je ne sais pas franchement pourquoi je suis là ce soir. Certes, j’avais besoin de prendre un peu l’air et de me changer les idées mais j’aurais mieux fait d’aller au ciné plutôt que dans un bar. Enchainer les verres ne me ressemble pas franchement et je m’en veux un peu d’être aussi faible. « Mais là j’ai vraiment passé une journée trop pourrie, j’avais besoin de me changer les idées. Je suis tombée sur un con et… Bref, c’est une longue histoire. » Je m’interromps, il n’a sans doute pas envie d’entendre mes histoires de boulot, on est là pour se détendre avant tout. Je préfère le laisser m’accompagner aux toilettes, d’autant plus que ma vessie menace de me lâcher à n’importe quel moment. Il m’attend dehors et je titube péniblement dans la première cabine que je trouve. Assise sur la cuvette, j’appuie mes mains sur mes paupières. La tête me tourne et avoir les yeux fermés est encore pire. Je m’extirpe difficilement de l’habitacle et prend le temps de rincer mes mains et de me passer de l’eau sur le visage, j’ai vraiment besoin d’air et lorsque je retrouve mon sauveur celui-ci semble le comprendre puisqu’il me propose rapidement de sortir d’ici et de rentrer. J’acquiesce, soulagée, je commence vraiment à me sentir mal et je le laisse m’entrainer dehors en me portant à moitié pour éviter que je tombe. A ce moment précis, j’aime ce garçon de tout mon cœur, j’ai l’impression qu’il est en train de me sauver la vie. Ma première bouffée d’air pur est une délivrance et je lui lance un regard plein de reconnaissance. Il semble se rendre compte qu’il a bien fait de me laisser sortir, il est perspicace ce garçon. « Carrément du bien. Pourquoi t’es si sympa avec moi ? » Bah oui, j’ai du mal à comprendre, il n’a rien à tirer de moi, je n’ai pas d’argent, pas de famille, je ne suis personne, je ne pourrais rien lui apporter en échange de son aide à part éventuellement une nuit dans mon lit mais je l’ai déjà prévenu que ça n’arriverait pas. Donc, non, franchement, je suis totalement perdue, encore plus lorsqu’il décide de relancer la conversation. « Je suis animatrice radio, mais j’aimerais percer dans la chanson… Peut-être un jour, tu veux que je te chante un truc ? » Je suis trop bourrée pour chanter mais je n’en ai même pas conscience. « Mais si je chante un truc pour toi, je veux un bisou en échange. » Je glousse, je suis complètement pathétique… Mon dieu Lulla, tu es en train de te ridiculiser devant un parfait inconnu c’est lamentable. « Et toi, tu fais quoi dans la vie ? » On va changer de sujet ça vaut mieux, avant d’atteindre un point de non-retour parce que franchement pour le coup, je crains carrément.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 392

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Jeu 13 Avr - 19:20

Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin.
Lullaby & Caleb

On m'avait toujours appris de ne pas contrarier une personne qui était saoule et ce n'était pas du tout mon intention. La jeune femme rousse m'avait l'air d'avoir déjà pas mal assez d'alcool dans le sang, mais d'un côté d'être dans cet état, elle avait l'air bien plus détendue et sa compagnie m'était carrément bien agréable parce que des fois des mecs qui étaient bourrés, fallait pas vraiment venir leur chercher des noises. Vu qu'elle avait l'air d'avoir envie de discuter, j'allais en profiter parce que rester tout seul dans mon coin pour la soirée, ce n'était pas vraiment une partie de plaisir. Je l'a trouvé bien rigolote, ça me changeait les idées au moins, parce qu'après la journée que j'avais passé, j'avais bien eu besoin de me détendre en bonne compagnie dans un super bar de la ville de Los Angeles. On avait bien commencé à discuter tous les deux, sans me rendre compte que je m'étais pas présenté à la jeune femme, on en vient donc à se présenter l'un à l'autre. "Merci, c'est gentil." Lui répondis-je donc avec le sourire aux lèvres quand la rouquine me disait qu'elle trouvait mon prénom joli. On me l'a faisait pas vraiment celle-là, mais c'était toujours agréable d'entendre ça. Elle me faisait bien rire quand elle, elle se présentait à moi en me disant que tout le monde l'appelait Lulla, ça me faisait beaucoup rire. Elle était toute mignonne, ce n'était peut-être pas vraiment le genre de fille qui pourrait me faire, vers qui je pourrais me tourner dans la rue, mais elle m'avait l'air adorable après je ne sais pas si c'est parce qu'elle était ivre, mais elle m'en avait l'air. Ce n'était pas du tout le genre de personne qui pourrait faire le mal autour d'elle, j'en étais certain. Elle m'avait l'air très gentille, quelqu'un avec qui j'aurai la facilité de m'entendre. "Ravie de te connaître Lulla." Lui dis-je donc avec un clin d'oeil en lui tendant ma main pour pouvoir la saluer comme il se doit. Je préférais largement tomber sur quelqu'un de comme ça, qui soit tout le temps en train de parler quand il est bourré plutôt que quelqu'un qui était en colère, à vouloir tout tapé autour de lui.

J'expliquai donc à la jeune femme que c'était mon bar préféré, c'était bien le cas. Moi qui adorais faire la fête, j'avais testé tous les bars de la ville et celui-là avait été le meilleur à mes yeux. Peut-être pas pour tout le monde, mais j'y aimais l'ambiance et les personnes qui y traînaient, la preuve faire la connaissance de Lullaby avait été une bonne chose qui m'avait plu. Je ne regrettais pas du tout cette soirée, on pouvait dire que cela aurait été la meilleure depuis plusieurs siècles limite. Je commençais donc à pouffer avant de répondre à la question de la rouquine. "Oh, bah j'aime bien l'ambiance et puis, il y a des personnes sympa. Comme toi par exemple." Lui dis-je donc le sourire aux lèvres. Ce n'était pas pour la falter, mais c'était bien vrai. Je trouvais la demoiselle complètement gentille et appréciais sa présence a mes côtés même si pour le coup, là elle était bourrée, ce n'était pas vraiment grave pour moi. Ca l'a rendait plus joyeuse au contraire, j'appréciais. Je demandais donc à la jeune femme si elle, elle venait souvent dans ce bar. Comme ça, j'aurais peut-être des chances de la revoir et peut-être moins bourrée. Comme ça, je pourrais la voir sous un autre jour, ça changerait. "Ah, c'est pratique d'habiter dans le centre-ville." Lui répondis-je donc. C'est vrai que c'était bien plus pratique de vivre dans le centre-ville plutôt que d'être à 40 kilomètres de là où on doit se rendre, pour le travail par exemple.

Effectivement, je fus surpris de retrouver la jeune femme ici alors qu'elle me disait qu'elle n'était pas vraiment du genre à sortir faire la fête, quand cette dernière me disait qu'elle avait donc passé une mauvaise journée, je pouvais donc bien mieux comprendre la situation. Je me pinçais la lèvre avant de reprendre. "Malheureusement, il y a des cons partout..." Répondis-je donc. C'était bien vrai, s'il y avait un monde sans con, ça serait vraiment trop bizarre et très surprenant. Après que la jeune femme rousse soit allée aux toilettes, nous décidons donc de sortir de l'établissement. C'était bien plus agréable de prendre l'air quand on est bourré, il lui fallait de l'air. Sentir l'air frais, je ne connaissais rien de moi dans cette situation. Il en fallait de peut pour être heureux dans ces moments-là et la jeune femme aussi avait l'air de l'être, alors quoi de mieux pour demander au peuple. "Parce que, je te trouve sympa." Lui répondis-je donc avec un clin d'oeil quand la rouquine me demandait pourquoi j'étais si gentille avec elle. J'étais sincère quand je lui disais ça, que je l'a trouvé sympathique, ce n'était pas des paroles en l'air. Ce n'était pas vraiment mon genre de toute façon. Je demandais donc à la jeune femme ce qu'elle faisait dans la vie parce que même si on ne se connaissait pas, je voulais en savoir plus sur ce jolie petit minois qui était devant moi.

Quand je l'a voyais parler de son métier, me dire qu'elle voudrait devenir chanteuse, je pouvais bien voir que c'était sincère, elle avait des étoiles dans les yeux en parlant de ça. "Mais oui carrément, avec plaisir." Lui dis-je donc quand elle me disait si je voulais qu'elle chante pour moi. Elle ne pourrait pas chanter plus faux que moi, c'était certain et ça pourrait être assez marrant comme expérience. Je rigolais quand la rouquine me disait quand échange de son chant, qu'elle pourrait me faire un bisou. Ca me faisait bien rire. "Oh, ma foi ce n'est pas mon genre, mais si tu veux." Dis-je donc en continuant de rigoler. Je ne faisais pas ce genre de marcher, mais si ça lui faisait plaisir, alors ça me faisait plaisir. Elle me retourna donc la question à propos de mon métier. "Moi, je suis prof de sport en école." Lui dis-je donc avec un sourire.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby W. Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/06/2016
MESSAGES : 1541

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Jeu 11 Mai - 9:44



   
   Caleb & Lullaby
   Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin

J
e ne crois pas pouvoir dire que je passe la meilleure soirée de ma vie compte tenu de mon état actuel et de mon incapacité à revenir totalement à la réalité mais j’ai de la chance d’être tombé sur un gentil garçon prêt à me tenir compagnie, alors je ne peux pas non plus dire que cette soirée est complètement nulle. "Merci, c'est gentil." Je lui souris tant bien que mal, conscience que ce n’est pas un petit compliment qui suffira à exprimer une quelconque gratitude à l’égard du jeune homme. Pourtant, je suis véritablement ravie de l’avoir à mes côtés dans ce moment de trouble pour moi et je crois que je commence à lui accorder ma confiance malgré le fait que notre rencontre ne date que de plusieurs minutes. Je sais que je dois arrêter de me croire dans le pays des Bisounours et que je dois absolument être prudente mais c’est plus fort que moi, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il s’agit de quelqu’un de bien. "Ravie de te connaître Lulla." Je serre sa main tendue non sans galérer à essayer de l’attraper dans la mienne. J’ai l’impression d’être au ralenti c’est super perturbant mais j’essaie tant bien que mal de dissimuler qu’à l’évidence mon taux d’alcoolémie est bien trop élevé. "Oh, bah j'aime bien l'ambiance et puis, il y a des personnes sympas. Comme toi par exemple." Je comprends pourquoi il aime ce bar, il est vrai que l’ambiance est super sympa et je glousse bêtement lorsqu’il avoue aimer rencontrer des personnes sympas comme moi. Ce n’est qu’un simple compliment il ne m’a pas dit qu’il voulait m’épouser, acheter une maison et avoir des enfants avec moi mais j’ai l’impression d’être une collégienne en train de se faire draguer par un bel adolescent. Je suis tout simplement pathétique. « T’es trop mignon, toi. » Je lui réponds avant de glousser de plus belle, complètement à côté de la plaque.

Je ne sais pas comment mais nous finissons par arriver à entretenir une conversation plus ou moins correcte ce qui n’est plutôt pas désagréable. En tout cas, pour ma part, je profite carrément de ce moment même si mon malaise provoqué par l’alcool est toujours bien présent. "Ah, c'est pratique d'habiter dans le centre-ville." Je hoche la tête, consciente d’avoir bien de la chance de m’éviter des tonnes d’heures de transport et de devoir payer super cher le taxi quand je rentre tard le soir chez moi. Bon, je dois quand même prend un taxi de temps en temps mais au moins les frais ne sont pas astronomiques puisqu’en général mais soirée n’ont pas lieu à plus de quelques kilomètres de chez moi. « J’ai beaucoup de chance, en plus mon appartement est super cool, je te le montrerais un jour, si tu veux. » Je dis ça comme si on était amené à se revoir et comme si j’allais l’inviter chez moi alors qu’il s’agit juste d’un inconnu rencontré par hasard dans un bar mais je ne me rends pas spécialement compte que mes propos n’ont pas franchement lieu d’être.  "Malheureusement, il y a des cons partout..." Une fois de plus, je ne peux qu’acquiescer. Il y a des cons partout et heureusement que certaines personnes viennent un peu rattraper tout ça parce que franchement je n’ai pas eu tant de chance que ça dans ma vie. « Non seulement ils sont partout mais en plus, moi, je les attire, c’est tellement chiant ! » Je suis totalement persuadée de ce que je dis à ce moment-là. Mes parents sont des cons, les mecs qui m’ont enlevé étaient des cons, la plupart des célébrités que j’ai rencontré dans le cadre de mon métier étaient connes et prétentieuses également. Bref, je ne sais pas si c’est mon cadre de vie qui veut ça mais j’ai l’impression de ne pas avoir beaucoup de chance avec le gens.

J’ai un peu de mal à comprendre pourquoi ce garçon reste auprès de moi. C’est adorable vraiment, mais j’ai l’impression de ne pas le mériter et ça m’embête carrément. "Parce que, je te trouve sympa." Je souris une fois de plus, flattée par le compliment même si ce n’est certainement pas le truc le plus mignon qu’on m’ait jamais dit. « Je suis encore plus sympa quand je bois pas, je te jure, mes amis disent que je suis adorable. » Je glousse pour la millième fois depuis notre rencontre, il va véritablement finir par penser que je suis une pauvre cruche mais en même temps, pour le coup, il n’aurait pas totalement tort. "Mais oui carrément, avec plaisir." Je sautille sur place, heureuse qu’il ait accepté que je chante pour lui. Je ne sais pas si je suis très apte à le faire, mais je crois que je peux essayer, ça va être plutôt drôle. Mais je tiens à ma contrepartie. "Oh, ma foi ce n'est pas mon genre, mais si tu veux." Comment ça ce n’était pas son genre ?! Ce n’était pas très gentil de dire ça, s’il continuait comme ça cette chanson allait finir par lui passer sous le nez et ça serait quand même dommage. « Je ne suis pas ton genre, alors ? Je ne te plais pas ? Même pas un petit peu ? » Sa réponse précédente n’avait rien à voir avec ça mais je n’étais pas forcément apte à tout comprendre. Demain, j’aurais certainement honte de m’être donné en spectacle de cette façon mais pour le moment, j’étais bien incapable de contrôler mes réactions pour ne pas avoir l’air totalement ridicule. "Moi, je suis prof de sport en école." Waw. Cool. Je suis surprise alors que je ne devrais pas forcément, il exerce un beau métier mais compte tenu de son calme olympien, je crois que je l’imaginais plus psychiatre ou philosophe, mais professeur de sport c’est cool aussi. « Tu dois avoir des abdos de malade ! » Je m’exclame, laissant s’exprimer mes pensées sans trop pouvoir les contrôler. Je commence à dépasser les bornes et je ne serais pas étonnée qu’il me plante là et se casse sans demander son reste.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 392

MessageSujet: Re: Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb   Dim 11 Juin - 15:43

Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin.
Lullaby & Caleb

La jeune femme rousse me faisait beaucoup rire, même si c'était probablement son état avec l'alcool qui faisait qu'elle était comme ça mais, au moins ça pouvait que me faire sourire. Ce n'était pas tous les jours que je pourrais croiser une situation comme celle-là, on pouvait dire que c'était une soirée assez amusante pour le coup. Elle l'était bien plus en tout cas, si je n'avais pas rencontré la jeune femme la soirée aurait été aussi banale que les soirs où je sortais juste pour boire un coup. J'avais l'habitude de venir dans ce bar comme je l'expliquai à la jeune femme rouquine. Depuis que je l'avais découvert en venant à Los Angeles, à vrai dire maintenant je venais plus que dans celui-là. J'avais mes petites habitudes et si c'était pour y voir des personnes comme Lullaby, je pouvais qu'apprécier davantage qu'elles soient bourrées ou non. Ca me faisait bien rire quand elle disait que j'étais mignon. Après tout, j'étais simplement sincère et puis, on m'avait toujours appris qu'il ne fallait pas contrarié quelqu'un de bourré alors je ne comptais pas du tout mettre la rouquine de mauvaise humeur, sinon va savoir comment cela allait se passer, comment elle pourrait réagir. La jeune femme m'expliquai donc qu'elle habitait dans le centre ville en colocation avec une amie d'où le fait qu'elle soit ici ce soir, dans ce bar. "Oh oui, pourquoi pas." Lui dis-je donc quand la jeune femme me demandait si je voulais un jour visiter son appartement. Pas sûr qu'une fois sobre, elle me referait la même proposition, mais bon pour le coup je disais oui pour ne pas la contrarier.

J'eus un léger sourire quand la jeune femme disait qu'elle attirait les cons comme des mouches. Quand même, il ne fallait pas penser des choses comme ça même si par moment, on pourrait croire que c'est vrai. Je pouvais parfaitement la comprendre, ce n'est pas comme si mes relations que ce soit avec les femmes ou les hommes étaient simples, c'était bien tout le contraire. Moi avoir une relation sérieuse avec quelqu'un, je ne connaissais pas vraiment même si j'en avais eu quelques unes mais qui c'était finalement terminé comme toutes les autres. "Je te comprends. Ce n'est jamais simple ces histoires..." Dis-je donc à la jeune femme. Je le pensais bien, ce n'était pas comme si j'allais m'étaler sur ma vie, mais je comprenais ce qu'elle voulait me dire pour le coup. Ca faisait du bien de prendre l'air et puis j'étais en bonne compagnie, alors je ne pouvais rien demander de mieux à présent. J'éclatais de rire quand la rouquine disait qu'elle était encore plus sympa quand elle n'était pas bourrée. A mon avis l'un comme l'autre, elle pouvait parfaitement être adorable et je pouvais le constater pour le coup maintenant que j'avais bien discuté avec elle. C'est vrai que j'aurais pu juste l'aider un instant et puis, partir après reprendre le cours de la soirée, mais j'étais bien en compagnie de la jeune femme alors rester avec elle me plaisait assez. Ca me changais de d'habitude où c'est que j'étais la plupart du temps, seul. L'entendre chanter pourrait être marrant et une bonne partie de plaisir surtout si elle est bourrée, là j'étais certain de m'amuser comme il se doit. Je me mis à sourire quand la rouquine me demandait si elle me plaisait. Je crois qu'elle n'avait pas trop compris ce que je voulais dire par là. "Si tu es plutôt jolie comme fille. Ce que je voulais dire c'est que ce n'est pas mon genre de demander quelque chose en échange, mais je ne dirai pas non." Lui expliquai-je donc suivi d'un éclat de rire. Peut-être que maintenant, ça pourrait être plus clair. Quoique dans son état, pas sûr.

On parlait donc de nos métiers et j'expliquai donc à la jeune femme que j'étais prof de sport. J'éclate de rire quand la rouquine disait que je devais avoir de superbe abdos, elle avait bien raison pour le coup. "Oui, effectivement !" M'exclamai-je tout sourire avant de reprendre. "Je fais souvent du sport alors forcément que je suis bien foutu." Dis-je donc à la jeune femme en rigolant, même si c'était plutôt vrai. "Donc si un jour, tu veux aller transpirer. J'en serais honoré de venir avec toi." Dis-je donc avec un léger sourire. Il n'y avait rien d'ambigu pour le coup, mais peut-être que les propos que j'avais employés été un peu ambigu, même si ce n'était pas du tout voulu.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je boirai du lait le jour ou les vaches mangeront du raisin ft. Lulla&Caleb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Venice Beach :: L'Underground-