Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Lun 6 Mar - 18:24

Il était une fois..
Arizona&Joan
Je suis en vacance pour deux semaines et je comptais bien en profiter pour me reposer un maximum car ses derniers jours, le rythme était très difficile avec cette grève des soignants et l'épidémie de grippe.
On était en sous effectif et les heures supplémentaires défilaient sans qu'on puisse dise quelque chose car des gens avaient besoin de nous et de nos compétences: la vie d'un humain était le plus important et c'était ma vision d'esprit.
On est tellement en manque de personnel que la dernière fois , je voulais piquer un patient avec Derek qui était violent avec les soignants et au final, je me suis injecter la dose à moi même . Vous vous rendez compte?! Je vous laisse imaginer le long sommeil que j'ai eu jusqu'à mon réveil , Derek avait pris soin de moi donc ça va.

J'avais pas laisser le directeur me dire quelque chose sur mes vacances et j'avais bien précisé que j'étais injoignable.
Premier jour des vacances et je décide de faire les magasins avec Arizona , ma meilleure amie depuis longtemps et je lui envoie un sms.
Salut Princesse des mers , on se fait une après-midi shooping? Rejoins moi dans 15 minutes bisous sur tes fesses .
Arizona ? Je la connais depuis le lycée car mes parents avaient décidé de m'envoyer faire mes années de lycées à Los Angeles et on s'est rencontré lors d'une selection de pompom girl.
Le feeling a tout de suite marcher entre elle et moi! On formait un trio de meilleure amie avec Arizona , Sidney et moi, les inséparables on nous appeler.
Les choses ont changé depuis entre Arizona et Sidney , je suis au milieu de cette guerre et pourtant je ne peux rien y faire pour les aider.

Je pars au centre commercial et m'installe vers la fontaine pour attendre Arizona qui se faisait attendre comme à son habitude.





Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Lun 6 Mar - 19:45



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



« Salut Princesse des mers, on se fait une après-midi shopping ? Rejoins moi dans 15 minutes bisous sur tes fesses. »
« Salut Colombe des îles. Je suis carrément partante ! Kiss sur tes seins. »

Ouais, beaucoup de subtilité était présente dans nos messages. On se connaissait par cœur, on n’avait aucun secret l’une pour l’autre et on s’aimait plus que tout. Elle aurait été un homme, elle aurait été l’homme de ma vie et je lui aurais demandé de me faire des gosses. Mais c’était une femme, donc elle était par conséquent, ma meilleure amie, la seule et unique. Mais il fallait que je me magne, que je me grouille comme jamais. Quinze minutes avait-elle dit ? Bon dieu, jamais je ne serais à l’heure. Je sautais du lit que je n’avais pas quitté mon réveil. Pour dire, j’avais même déjeuner sur les draps. Par chance, aucune trace de ketchup n’avait atterri inopinément sur le drap blanc immaculé. Je n’avais même pas pris ma douche… Shit. Pas le temps. J’étais le genre de nana à être carrément flippée d’être en retard, mais je l’étais souvent quand il s’agissait de Joan, puisqu’elle prévenait toujours à la dernière minute. Quinze minutes… Comment voulait-elle que je sois prête en quinze minutes, sérieusement ? Je me speedais à m’habiller, je prenais le premier pull léger qui me passait sous les mains, un pull large qui laissait apparaître une épaule, accompagné d’un jean slim des plus basiques. Pour ne pas paraître trop sac à patate, je mettais tout de même une paire de chaussures à talons aiguilles rosés. J’avais tellement l’habitude de marcher en talons que passer toute une après-midi shopping perchée sur ses aiguilles ne me faisait pas peur.

Mon taxi était arrivé devant chez moi, je montais dedans après avoir bien pris soin de ne pas oublier mon sac à main avec la fameuse carte bleue à l’intérieur. Celle-ci allait flamber toute la journée. Pauvre compte en banque, il allait avoir besoin de mouchoirs pour essuyer ses larmes. Par chance, avec le nouveau travail que j’avais trouvé, le fait d’avoir ma propre émission télévisée, faisant que les rentrées d’argent étaient beaucoup plus fréquentes et plus conséquentes. J’avais facilement gagné un zéro sur les chèques. C’est pourquoi, aller faire du shopping, était devenu un rituel plus régulier. De quoi ravir Joan la dépensière. J’entrais dans le centre commercial en trombe, voyant mon amie au loin sur un banc près de la fontaine, notre lieu de rencontre favori. L’air était frais avec la fontaine, au milieu des boulangeries et pâtisserie, loin de l’espace de jeux pour enfants. Un endroit idéal pour attendre l’autre qui est en retard. « Mille pardons pour mon retard ma belle. » dis-je en fondant d’excuses en ayant regardé ma montre au préalable. Je prenais alors ma meilleure amie dans mes bras afin de lui plaquer un baiser sur la joue. « Mais en même temps, tu préviens au dernier moment… Vilaine ! J’étais encore dans le plumard, pour te dire… » La loque. Il faut dire que quand tu n’as pas de petit-ami et que c’est ton jour de congé, tu ne fais rien et reste bien au chaud sous ta couette à regarder des films bidons à la télévision. « Bon, alors, prête à faire chauffer ta carte bancaire ? » demandais-je à la brunette en arborant un large sourire plein d’excitation.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Lun 13 Mar - 16:50

Il était une fois..
Arizona&Joan
Arizona avait l'habitude que je la prévienne au dernier moment pour faire une sortie , ce n'était pas ma faute si j'avais toujours une bonne idée à la dernière minute.
Je savais qu'elle allait arriver en retard mais cela m'est égal , l'importance était qu'elle soit avec moi aujourd'hui pour faire chauffer nos cartes bancaires.
Je vois ma petite blonde arriver et elle me dit que je suis une vilaine parce que je l'ai prévenu à la dernière minute et qu'elle était dans son lit, la flemmarde !
-Tu me connais ma chérie, j'ai toujours été comme ça. Je suis prête à faire chauffer ma carte!
Arizona était ma meilleure amie , la meilleure de toute avec Sydney , elle avait été mon témoin de mon mariage avec Logan qui celui-ci ne s'est présenter.
Arizona était une soeur à mes yeux , un vrai cadeau tombé du ciel et je sais que sans elle, je ne serai pas moi même.

Je l'emmène dans un magasin de lingerie car j'avais besoin de body, d'ensemble assez sexy pour me sentir bien dans ma peau.
Je lui montre un body noir à dentelle qui me tapa dans l'oeil et lui montre:
-Tu as vu ce body noir? Il est trop beau ! Je vais l'essayer. Que me raconte tu de beau princesse?





Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Mar 14 Mar - 2:41



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



J’étais arrivée, essoufflée, vers ma meilleure amie déjà présente au centre commercial, assise sur le rebord de la fontaine. Notre endroit fétiche. « Tu me connais ma chérie, j'ai toujours été comme ça. Je suis prête à faire chauffer ma carte ! » Ça c’était bien vrai ! Je la connaissais depuis bon nombre d’années et n’avait jamais changé sur ce point-là. Cette femme dépensait sans compter et il n’était pas rare que je l’accompagne en faisant pareil. Nos journées shopping viraient toujours à une refonte complète de notre dressing. « Ça tombe bien, parce que moi aussi ! » Ma carte bleue brûlait d’impatience de se délivrer de quelques dizaines de dollars.

Nous étions à peine rassemblées que l’on filait déjà vers un magasin de lingerie. La brunette avait besoin d’un body et de dessous sexy. A chaque fois que l’on faisait les magasins, il y avait toujours l’étape lingerie indispensable ! Joan était la meilleure pour me conseiller un soutien-gorge sexy qu’il fallait que j’achète à tout prix, et à chaque fois, je suivais ses conseils. Mais là, on était dans ce magasin pour elle principalement. « Tu as vu ce body noir ? Il est trop beau ! Je vais l'essayer. Que me raconte tu de beau, princesse ? » me disait la demoiselle qui partait déjà en cabine d’essayage. Je la suivais alors jusqu’à passer la tête à travers le rideau. Aucune pudeur ! « Eh bien… Tu ne sauras jamais qui a emménagé à côté de chez moi ! » répondais-je, laissant quelques secondes de suspens, comme si c’était l’information du siècle, voire du millénaire. « Zack. » finissais-je par dire, mettant fin au suspense. Joan n’était pas encore au courant de cette information car c’était encore très récent et je n’avais pas encore pu la voir depuis l’emménagement de mon ex petit-ami dans la maison juste à côté de la mienne. « Je suis perturbée, je te jure. » dis-je avant d’ajouter « Je ne sais pas si je dois aller le voir ou pas… » En effet, je n’étais toujours pas allée de voir et faisais comme s’il n’était pas là. Alors qu’en réalité, mon esprit ne pensait qu’à ça, à lui. « Il ne sait même pas que je suis sa voisine. » dis-je finalement à ma meilleure amie alors que celle-ci avait fini d’enfiler son body. « Ma chérie, tu es SU-BLIME ! »


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Sam 25 Mar - 14:58

Il était une fois..
Arizona&Joan
Je savais qu'on passerai une très bonne après-midi avec Arizona et puis , nous avons pas d'homme à la maison alors on pouvait rentrer à n'importe quel heure.
C'était un avantage d'être célibataire car il avait pas d'homme pour nous emmerder ou nous faire une leçon de moral.
Je pouvais être libre comme l'air et ne doit rien à personne, ça c'était l'avantage d'être célibataire et ça me convenait très bien.
Je vais en direction des cabines d'essayages pour essayer mon body noir trop sexy avec de la dentelle comme j'aime ! Arizona me suit et tire légèrement le rideau pour passer sa petite tête , aucune pudeur entre nous !
Je la sens troublé par quelque chose et elle ne tarde pas à me dire ce qui la travaille dans son cerveau de blondasse : Le retour de Zack .. son ex petit ami qui a foutu une sacré merde entre Sidney et Arizona.

Je ne savais pas comment réagir à cette nouvelle et je pouvais comprendre ma meilleure amie qu'elle avait peur de le voir.
Je ne sais pas ce que je ferai si Peter revenait à Los Angeles , je crois que je l’engueulerai ou même l'ignorerai.
-Oh purée.. Quel situation .. Tu as envie de le voir toi? Je suppose que tu éprouve encore des sentiments pour lui non?
Il ne savait pas qu'elle était sa voisine et je ne savais pas comment le jeune homme réagirait face à Arizona, je n'allais pas le laisser détruire le coeur de ma blonde une seconde fois.
-Si Peter revenait à Los Angeles, je ne serai pas comment me comporter non plus au vu de sa lâcheté.

Je sors de la cabine et ma blondasse me dit que je suis sublime , je me regarde dans le miroir et c'est vrai que je me trouve assez sexy dedans.
Je rentre dans la cabine et lui dit :
-Entre Sidney et toi c'est toujours mort?





Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Dim 26 Mar - 4:09



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



C’était bien vrai : nous avions plutôt de la chance être des femmes célibataires, seules, indépendantes d’hommes. Pour le coup, le célibat avec du monde. Pour cause, aucune limite de timing. Les hommes étaient connus pour ne pas être les plus patients du monde quand leurs nanas faisaient du shopping ; et les femmes étaient connues pour prendre dix plombes dans les boutiques pour n’acheter que trois bouts de tissus qu’elles avaient trouvés au début de leur tour de magasins. Une perte de temps ? Non, vous rigolez ! Les après-midi shopping, il n’y avait que ça de vrai. A aucun moment on ne perdait notre temps. On discutait, on rigolait, on s’installait des fois en terrasse pour boire un verre, on faisait des essayages, on blaguait… Bref, notre journée était bien remplie et on ne voyait pas le temps passer. Car, comme on dit, le temps passe vite quand on s’amuse. Et bon sang ce que je m’amusais quand j’étais avec Joan ! Joan, c’était ma meilleure amie depuis tellement d’années qu’on aurait pu penser qu’on s’était déjà tout dit, mais non ! On avait toujours quelque chose à raconter à l’autre. Et pour le coup, j’avais une nouvelle incroyable à lui annoncer : j’avais revu Zack ! Enfin, presque, pas totalement. Disons que je l’avais juste aperçu de loin, que lui ne m’avait pas vu, mais que nos retrouvailles semblaient inévitables depuis qu’il avait emménagé dans la maison voisine à la mienne. « Oh purée.. Quel situation.. Tu as envie de le voir toi ? Je suppose que tu éprouves encore des sentiments pour lui non ? » Je soupirais. Je ne savais pas si j’avais envie de le revoir. J’avais mis tellement de temps à l’oublier. Je me sortais juste de cette spirale infernale de souvenirs remontant à chaque fois à la surface, que je doutais. « Je ne sais pas trop… C’est comme si le destin nous forçait à nous retrouver. Tu vois ce que je veux dire ? » répondais-je avec une moue triste, avant d’ajouter « J’ai mis tellement de temps à l’oublier. J’ai peur que si je le revois, je retombe follement amoureuse de lui et qu’il parte à nouveau soudainement… » Je craquerais, certainement… J’étais faible. « Si Peter revenait à Los Angeles, je ne serai pas comment me comporter non plus au vu de sa lâcheté. » La remarque de Joan eu l’effet de me faire rire. Pas parce que c’était spécialement drôle, non, vraiment pas. Mais parce qu’on avait vraiment des vies sentimentales dites catastrophiques. « Décidément, nous sommes tombées sur des perles niveau mec ! » m’exclamais-je en riant. « Mais ouais, c’est compliqué. Je ne sais pas comment je réagirais en face de lui… »

« Entre Sidney et toi c'est toujours mort ? » Sidney ? Mon dieu, ce prénom me faisait froid dans le temps. Repenser à cette blonde me rendait à la fois nostalgique et rétissante à l’idée de la revoir. Plein de souvenirs remontaient à la surface. « Avec Sidney ? Toujours au même point. » Je n’avais pas revu Sidney depuis le lycée. Je n’avais jamais eu de nouvelles. Je n’avais jamais cherché à en avoir. J’avais juste vu une fois sa tête dans un article de presse. Une comédie musicale, me semble-t-il. Apparemment, elle était devenue professeur de danse. C’est tout ce que je savais. Je ne demandais jamais de nouvelles de Sidney à Joan également. Je ne voulais pas savoir. C’était beaucoup trop dur de repenser à elle, des paroles qu’elle avait eu à mon égard même si je l’avais peut-être cherché. Je ne voulais pas repenser à elle, savoir ce qu’elle devenait. « Mort, et certainement enterré. » ajoutais-je finalement en haussant les épaules. « Bon, et toi ? Quoi de beau de ton côté ma belle ? »


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Dim 30 Avr - 18:35

Il était une fois..
Arizona&Joan
Zack est revenu à Los Angeles et le pire dans tout ça, c'est qu'il est le voisin de ma meilleure amie ! C'est une situation pas facile pour ma petite blonde de retrouver son ex qu'elle a tant aimé et qu'elle a eu beaucoup de mal à l'oublier.
Elle ne sait pas si elle éprouve des sentiments envers lui et quand elle me parle de destin , je savais ce qu'elle voulait dire c'est comme si le destin leur donnais un petit signe .
Au fond, j'ai toujours pensé qu'ils étaient fait l'un pout l'autre mais après avoir larguer Arizona , ma vision de leur couple avait beaucoup changé et je n'allais pas laisser Zack lui refaire du mal ! Hors de question!
-Je sais ce que tu ressens Arizona, tu as peur de retomber amoureuse mais si j'étais toi . Je referai ma vie et si il tient vraiment à toi fait le galérer!

Je ne voulais que son bonheur à Arizona et si Zack était vraiment son âme sœur, il devait lui prouver sa sincérité et son amour envers elle.
Si je le croise ce petit morveux, je lui dirai ma façon de penser sur sa fameuse disparition et je lui ferai bien comprendre que je n'aurai plus confiance en lui.
-Ouais comme tu dis ma belle ! Pourtant, je ne peux pas oublier Peter !

Je lui demande si avec Sidney leur histoire s'est réglé car être entre ses deux , c'est compliqué car je l'ai aime toute les deux et je désire retrouver notre trio comme au bon vieux temps.
-Pas grand chose à part que j'ai rencontré un jeune homme charmant au prénom de Caleb et toi?




Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Mer 24 Mai - 18:22



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



Joan était ma meilleure amie, et il allait de soi que je pouvais tout lui raconter. A commencer par le retour fracassant et inattendu de Zack, mon ancien petit-ami que j’avais aimé comme il était impossible d’aimer. Elle le connaissait. Elle savait comment je l’avais aimé, et elle savait comment j’avais été effondrée à son départ soudain. Quel départ… Un petit mot pour me demander de ne pas le recontacter. Quel enfoiré, sérieusement. Il était allé jusqu’à changer de numéro de portable, c’était incroyable. On ne comptait plus le nombre de soirs où j’étais allée dormir chez Joan pour ne pas rester seul dans cet appartement qu’on avait acheté ensemble, avec Zack. Finalement, on avait presque fait de la colocation jusqu’à ce que je change finalement d’appartement pour m’acheter une maison à Hollywood. Et qui est réapparu juste à côté de cette maison ? Zack, bordel de merde ! Le mec qui n’a pas compris que mon cœur allait à nouveau être en miettes. D’autant plus quand il débarque avec sa nouvelle greluche. UNE PUTAIN DE BLONDASSE DE MERDE ! Ouais, ok, je suis blonde aussi, mais je ne suis pas refaite de partout comme sa gonzesse. Certes, je suis peut-être un peu jalouse, mais j’ai aussi le droit d’être énervée. Ceci dit, peut-être qu’à elle aussi il lui fera le coup de la fuite du jour au lendemain, donc qu’elle arrête de l’appeler « chaton » ou « bébé » ou encore « bébé chaton » (qui, entre parenthèses, est un sacré pléonasme, mais vaut mieux pas lui dire parce qu’elle ne connaîtrait sûrement pas ce mot…) toutes les cinq secondes, sinon je lui déballe ce qu’il m’a fait, tout cela en lui expliquant que c’est pour son bien, mais ce sera réellement pour MON bien. J’étais remontée comme un coucou, tout en étant morte de trouille de ce qu’il pouvait bien se passer désormais. Je ne le cachais pas à ma meilleure amie, elle connaissait tout de moi de toute façon… « Je sais ce que tu ressens Arizona, tu as peur de retomber amoureuse mais si j'étais toi. Je referai ma vie et s’il tient vraiment à toi fait le galérer ! » Elle avait raison… En fait, Joan avait toujours raison et donnait toujours de super bons conseils. A chaque fois que je l’avais écoutée, cela avait fonctionné. Puis les autres fois où j’avais fait ma tête de mule, à n’en faire qu’à ma tête, j’avais merdé en beauté. Donc cette fois-ci, je devrais également prendre ses conseils en compte et les appliquer. Mais dans un certain sens, j’avais déjà appliqué ces conseils car j’étais bel et bien passé à autre chose depuis plusieurs années, il avait bien fallu. J’avais eu d’autres petits amis, plus ou moins longtemps, je ne pensais plus à Zackary tous les jours de ma fichue existence… Bref, je m’en sortais plutôt bien. Et même si comme elle, elle ne pouvait pas oublier Peter, je pense que je ne pourrais jamais oublier Zack également… Il avait marqué sept ans de ma vie.

« Alors, tu le prends le body ? » lui demandais-je, avant de faire les gros yeux au cas où elle répondrait négativement. Elle DEVAIT le prendre ! Il lui allait tellement bien. Une fois Joan rhabillée, nous pouvions passer à la caisse avant de sortir du magasin. « Que dirais-tu d’un milkshake ? » lui proposais-je. Oui, on avait à peine commencer notre shopping, mais j’avais déjà envie d’un milkshake, c’est quoi le problème ? Sorties de la boutique, je demandais alors à la jeune femme ce qu’il se passait de nouveau de son côté. « Pas grand-chose à part que j'ai rencontré un jeune homme charmant au prénom de Caleb, et toi ? » Et ça, ç’en était du nouveau ! « Caleb… Quel prénom sexy ! » répondais-je alors avec un sourire en coin qui voulait tout dire. « Dis-moi tout ! Je veux TOUT savoir ! » ajoutais-je en trépignant d’impatience. Parce que bon, c’est bien de parler de moi avec toutes les péripéties qui m’arrivent en même temps en ce moment, mais sa vie m’intéresse grandement également. D’ailleurs, je devrais peut-être lui dire que j’ai également rencontré un homme…


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Lun 12 Juin - 16:00

Il était une fois..
Arizona&Joan
Arizona était ma meilleure amie et c'était mon devoir de l'aider , l""écouter attentivement et mes conseils marché la plus part du temps.
Je la comprenais car Zack avait été son premier amour et elle a vécu sept ans avec lui mais les hommes ne savent pas la valeur qu'on n'a.
C'est après des années qu'ils se rendent compte qu'il ont merdé et qu'ils se rendent compte qu'on est des pépites d'or.
Elle devait aller de l'avant et ne pas prêter attention à lui sinon ça serait trop facile, si il voulait vraiment la récupérer il fallait qu'il se batte.
En amour , rien n'est facile et parfois c'est compliqué mais quand on aime fort quelqu'un , il faut se battre pour prouver l'amour qu'on porte à l'autre même si ça peut mettre beaucoup de temps.
Pour ma part, c'était différent car avec Peter on n'a jamais été ensemble et la seule fois ou j'ai ouvert mon coeur , ce con s'est barré sans me laisser de mots , ni de numéro.
Je prend le body noir car Arizona me disait qu'il m'allait bien et puis je me sens bien dedans, c'était l'essentiel.
On part se caller dans un bar pour prendre nos milkshakes , c'était bien notre habitude à toute les deux de prendre quelque chose après avoir fait un magasin.

Je lui parle de ma rencontre avec Caleb mais comment dire , j'avais peur de m'engager dans une relation avec un homme.
Je ne savais pas si j'étais prête à ça , revivre une relation avec un homme et devoir ouvrir mon coeur.
-Il est très gentil mais tu me connais, je suis méfiante et j'ai peur de m'engager. Et toi , tu n'a pas un homme dans ta vie?





Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Ven 16 Juin - 1:48



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



Joan était toujours de bons conseils. Je savais que je pouvais lui faire confiance, l’écouter et prendre en compte sérieusement son point de vue. C’est celle qui me connaissait le mieux parmi tout mon entourage, hormis mes frères et sœurs, bien sûr. Et encore… A chaque événement, ou même encore des broutilles de la vie de tous les jours, la demoiselle était au courant des péripéties de la vie d’Arizona Stewart. Et ce, depuis tellement d’années… Joan était une vraie amie, une sur laquelle on peut compter. Nous étions le meilleur des duos : la brune et la blonde, le moelleux au chocolat et la crème anglaise. Il me la fallait toujours au bout du téléphone. C’était dingue le nombre de fois où on s’appelait… Il nous arrivait même de nous appeler plusieurs fois dans la même journée. Et pire encore, de nous appeler plusieurs fois dans la journée, pour ensuite se voir en face-à-face le soir-même. Nous étions folles, oui. Mais Joan, c’était comme mon double, mon âme-sœur. D’ailleurs, je la considérais comme mon coup de cœur, mon âme-sœur amicale. C’était vraiment la femme avec qui ce serait à la vie, à la mort. Jamais rien ne pourrait nous séparer. Nous étions pareilles, enfin presque, mais on aurait pu se considérer comme des jumelles avec pas les mêmes parents. Finalement, on se parlait tout le long de la journée, on se voyait pour sortir quand nos travails nous le permettait lors de nos jours de repos, et il arrivait que l’une débarque chez l’autre dans la soirée pour dîner ensemble, voire partager le même lit. Après tout, nous étions deux femmes célibataires qui avaient besoin de compagnie. Alors pourquoi pas ? Bon, ok, ça ne remplaçait pas les bras chauds des hommes que nous convoitions, mais les soirées entre meilleures amies étaient quand même les plus drôles !

Nous nous installions à une terrasse d’un bar afin de commander un milkshake. Parce que le milkshake était l’indispensable des sorties shopping. Pour faire de bons achats, il faut bien reprendre des forces en ingérant une boisson fraîche et sucrée dans nos petits corps de femmes. Et puis, c’était devenu une habitude entre nous. C’était d’ailleurs autour d’un milkshake qu’il y avait lieu des discussions de cœur qui sentaient bon la nouveauté. Et quoi de nouveau sous le soleil pour la belle brune ? Un homme, nommé Caleb. Je ne pouvais qu’être enthousiaste et pendue à ses lèvres afin d’en savoir plus ! « Il est très gentil mais tu me connais, je suis méfiante et j'ai peur de m'engager. Et toi, tu n'as pas un homme dans ta vie ? » Il était vrai qu’elle était devenue méfiante au sujet des hommes depuis la fuite inexpliquée de Peter alors qu’elle annonçait ses sentiments à son égard. Quel goujat. Il ne savait pas ce qu’il perdait cet idiot… Il avait dû fuir parce qu’elle était trop parfaite pour lui. Oui, ce doit être ça ! Il ne la méritait pas, c’était évident. « Oui, je comprends... Il vaut mieux y aller doucement. C’est plus sûr. Mais comment vous vous êtes rencontrés ? » demandais-je à nouveau, voulant réellement TOUT savoir. « Jo’, tu sais que quand je dis que je veux TOUT savoir, c’est vraiment TOUT ! » ajoutais-je en riant joyeusement. Oui, la cardiologue était piégée avec une Arizona plus que curieuse ! Comment l’avait-elle rencontré ? Comment s’était passé leur première conversation ? Est-ce qu’elle avait réussi à obtenir son numéro ? Comptait-elle le revoir ? Prévoient-ils un rencard tous les deux ? Enfin, tout le tralala habituel quoi. Mais elle semblait vouloir se faire désirer en me demandant si je n’avais pas un homme également de mon côté. Quelle fourbe cette Miller ! « Hm… J’ai peut-être rencontré quelqu’un moi aussi… » répondais-je en restant vague avec un sourire taquin. Autant la faire mijoter également ! Si elle ne voulait pas tout me dire avec ce fameux Caleb, je n’allais lâcher aucune information à propos de Konan qui vient d’arriver il y a peu dans ma vie, mais qui a pris une certaine place en si peu de temps. Parce que, oui, il m’avait tapé dans l’œil. Au sens figuré, hein, qu’on s’entende. « Mais j’avoue que j’ai un peu peur sur le fait qu’il est quand même plus jeune de cinq ans… » ajoutais-je en baissant la tête, ne pouvant pas me retenir un instant supplémentaire de ne pas divulguer d’informations au sujet du DJ. L’âge était-il un réel problème ? Oh, qui sait. Je me mettais bien des barrières pour pas grand-chose… Mais l’avis de ma meilleure amie était indispensable. Elle, qu’allait-elle en penser ?


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Jeu 22 Juin - 15:12

Il était une fois..
Arizona&Joan
Arizona me connaissait par coeur et elle savait que depuis Logan et Peter, j'étais très méfiante vis à vis des hommes.
Je n'étais pas prête à refaire ma vie avec un homme mais avoir rencontré Caleb était une bouffé d'air frais et qui sait ce que l'avenir nous réservera mais pour le moment, je me fais pas d'idée.
Je n'ai pas beaucoup eu d'histoire d'amour dans ma vie mais celle qui m'a le plus marqué c'est celle avec Logan que j'avais rencontré à la fac de médecine à San Francisco.
C'était un amour sans limite , sans frontière qu'on ne connaissait que des virgules mais jamais de point enfin c'est ce que je me disais.
Notre histoire était la plus belle de toute sans doute parce que Logan était mon premier amour et que nous avons vécu beaucoup de choses.
On allait se marier mais celui-ci a préférer parti avec une jeune femme et m'a laissé devant l'autel devant sa famille et nos amis.
Je m'en étais rendu malade pendant un long moment mais j'avais pu compter sur Isaac, Arizona, Sidney et Peter .
Bref revenons à nos moutons , Arizona était une vraie fouine et je savais qu'elle ferait tout pour savoir pour Caleb et moi.
-On s'est rencontré dans un bar et j'attendais une collègue qui n'ai jamais venue . Caleb m'a tenu compagnie et nous avons discuté et devine quoi? On se revoit bientôt!

Cette Stewart était une sacré fouine et je voulais la faire patienter un peu avant de tout lui dire mais en attendant, il fallait que je sache pour son mystérieux homme qui a cinq ans de moins qu'elle.
A-t-elle peur du regard des autres si elle devait sorti avec lui? Je n'étais pas le genre de femme à juger et l'important pour moi était que ma petite blonde soit heureuse.
Si ce jeune homme la rendait rayonnante alors elle devait se lancer à l'eau pour ne pas passer derrière une belle histoire d'amour.
Franchement , ça lui ferait du bien qu'elle sorte avec un autre homme que Zack et ça lui permettrait d'oublier celui-ci très vite.
-Tu as peur du regard des autres ? Mais Arizona ! Tu es une belle femme intelligente et belle tu va pas te refuser de sorti avec un jeune homme? Il a cinq ans de moins que toi et alors? Si il te rend heureuse ma chérie , j'estime que tu as le droit d'avoir de l'amour dans ta vie!







Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Ven 23 Juin - 18:39



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



Discuter avec Joan, c’était comme boire un thé glacé durant l’été : un super rafraîchissement. Cela faisait un bien fou de la revoir, la retrouver et papoter telles deux concierges de ce qu’il pouvait bien se passer dans nos vies, comme dans celles de ceux qui nous entouraient. C’était comme prendre une grande bouffée d’air qui permettait de m’extirper du tas de problèmes que je pouvais avoir contre moi en ce moment. Joan, elle était tout ça. Joan, c’était la meilleure. Joan, c’était celle que je voyais déjà comme mon témoin pour mon mariage. A l’époque, avec Zack, mais bon. A bien y réfléchir, on ne s’était jamais crêpé le chignon de manière sérieuse. Non, jamais. Aucune secousse à déclarer. Finalement, on s’entendait tellement bien, on était toujours sur la même longueur d’ondes malgré nos nombreuses différentes, que ça faisait notre force. Nous avions bon être les parfaits contraires au niveau de nos caractères, cela faisait que nous étions complémentaires. De plus, nous avions toutes deux des vies sentimentales plutôt catastrophiques en la matière, et nous arrivions donc toujours à nous conseiller au mieux. Parce que si nous n’avions pas vécu les mêmes traumatismes, nous savions les conséquences de ceux-ci sur notre moral. Au final, le mieux serait d’oublier tous les hommes et de former un couple toutes les deux !

« On s'est rencontré dans un bar et j'attendais une collègue qui n'ai jamais venue. Caleb m'a tenu compagnie et nous avons discuté et devine quoi ? On se revoit bientôt ! » Joan avait donc rencontré un homme. Caleb. Elle savait à quel point j’étais curieuse. Pour cause, elle me poserait tout un tas de questions similaires dans le cas inverses. Nous étions de vraies fouines et cherchaient à tout savoir sur la vie de l’autre. Pas pour faire usurpation d’identité, mais bien parce que ça nous intéressait et cela nous faisait à chaque fois plaisir de voir un peu de gaieté atterrir dans la vie de l’une ou de l’autre. Et un homme, c’était une vraie bonne nouvelle. Déjà, je me voyais lui proposer de venir dîner à la maison avec son nouveau chéri, alors qu’ils n’étaient même pas encore ensemble. J’avoue, je mettais toujours la charrue avant les bœufs. Mais l’excitation était bien trop présente ! « Tu le revois bientôt ? » m’exclamais-je avec un large sourire qu’elle connaissait plus que par cœur. Ça, c’était une sacrément bonne nouvelle ! « On bénie la collègue qui ne s’est pas pointée alors ! » ajoutais-je en riant, alors qu’un serveur arrivait à notre table pour prendre notre commande. « Un milkshake coco pour moi, s’il vous plait. » commandais-je avec un sourire greffé sur le visage. « Prends celui que tu veux ma belle, voire deux. C’est moi qui offre ! » finissais-je par dire sans pouvoir cesser de sourire. Sérieusement, on pourrait croire que j’étais encore plus heureuse qu’elle…

Il faut dire que j’avais aussi mon lot de surprises et de nouveautés dans ma vie. J’avais également rencontré un homme il n’y a pas si longtemps que ça. Un homme, un peu plus jeune que moi. Et si ce n’était pas spécialement un problème aux yeux des gens, personnellement, ça me gênait un peu. Pourquoi ? Si seulement je le savais, mais moi-même je ne pouvais répondre à cette question. Cela devait être de la non-confiance en moi, comme m’avait énormément reproché tous mes professeurs durant mon cursus scolaires. En fait, en face de Konan, je redevenais cette petit Arizona à couettes qui perdait toute son aise devant un homme. Il avait beau être plus jeune, il m’impressionnait davantage. Il avait un charme fou, un sourire affolant, des yeux tortionnaires, et dégageait une magnifique aura. Quand j’étais en sa présence, mon cœur s’affolait comme il avait cessé de s’affoler depuis un moment. La naissance de sentiments ? Peut-être. Mais j’étais une grande romantique, une grande amoureuse de l’amour et je pouvais tomber amoureuse du premier inconnu que je pouvais croiser dans la rue. Du moins, c’est ce que mes sœurs Kate et Holly ne cessaient pas de me répéter. Une telle naïveté était plutôt problématique et mettait ma vie sentimentale en péril à chaque relation qui aurait pu devenir sérieuse. Avec Konan, il y avait eu quelque chose, il semblait différent. Mais c’est ce que je disais à chaque nouvel homme dans ma vie et je ne voulais plus m’emballer comme je n’arrêtais pas de le faire à chaque nouvelle rencontre… Joan me connaissait bien, elle saurait me conseiller. « Non, tu sais bien que je n’ai pas peur du regard des autres, mais… » En effet, je n’avais pas peur du regard des autres, ou du moins je m’efforçais de croire que je n’en avais pas peur ; sinon, je n’aurais pas mon émission de télévision. « Tu ne trouves pas que ça fait beaucoup cinq ans ? » demandais-je afin d’être rassurée par mon amie. « C’est vrai que, ceci dit, il est mature dans sa tête… » ajoutais-je afin de m’auto-rassurer cette fois-ci. Le serveur revenait en même temps nous apporter nos collations. Après des remerciements, j’attrapais ma boisson pour trinquer avec ma meilleure amie. « A la tienne ma belle ! » Nos deux verres s’entrechoquèrent avant que j’en déguste une première gorgée. Ce que ça faisait du bien ! Je me rapprochais ensuite de la belle brune, en mode confidence. « D’ailleurs, il m’a invité au restaurant la semaine prochaine ! »


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Lun 10 Juil - 11:16

Il était une fois..
Arizona&Joan
Etre avec Arizona était une sacré bol d'air frais et j'adorais passer des moments avec , c'était mon âme sœur .
Il existait des coups de foudre en amour mais aussi en amitié et avec Arizona , c'était une amitié très forte et puis, nous avons vécu beaucoup de chose elle et moi.
Notre amitié n'avait jamais connu de dispute ou très peu car nous étions des femmes caractérielle et quand ça n'allait pas , on savait se le dire en face sans hypocrisie.
Même si elle m'a connu avec très peu d'homme dans ma vie , j'étais toujours gêné de lui raconter ma rencontre avec le beau brun et elle me lâcherait pas pour savoir un peu plus d'info sur ça.
Elle avait raison en disant que je devrai remercier la collègue qui n'est pas venu car grâce à elle, j'ai pu rencontré Caleb mais je n'irai pas la remercier car ma collègue n'avait pas besoin de savoir ma vie privé.
-C'est vrai que je pourrai la remercier mais je le ferais pas. On n'a pas encore convenu de rendez-vous mais nous savons que nous allons se revoir.

Arizona et moi somme devant le glacé et celle-ci prend milkshake coco : c'était son préféré ! Elle m'invite alors qu'elle sait que je n'aime pas ça entre nous mais elle est si têtue que je ne voudrais pas la vexer de ne pas accepter son invitation.
- Un milkshake vanille s'il vous plait !Merci ma chérie !
Ma meilleure amie me parle de ce mystérieux homme qui lui fait palpiter son petit cœur et la différence d'âge lui fait peur mais l'importance s'est qu'elle soit heureuse non?
Les gens pourraient être choqué de la différence d'âge mais pour moi , ce n'était pas un problème et j'avais envie de rencontrer ce jeune homme pour me faire ma propre d'idée et savoir si il est à la hauteur de ma blonde.
-La différence d'âge n'est pas un problème car l'importance c'est que tu sois heureuse avec lui ! Ne te préoccupe pas des gens ils seront jaloux ! Oh ! tu passe l'étape supérieur ma chère et toi tu ressens quoi pour lui?

 





Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Dim 16 Juil - 18:12



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



Le shopping, ça fatiguait. Il nous fallait quelque chose pour nous rafraichir, nous désaltérer. Et ainsi, jailli l’idée de génie : boire un milkshake ! En réalité, ça n’avait rien d’incroyable… On s’en prenait un à chacune de nos sorties shopping. C’était une étape incontournable, un passage obligé. C’est d’ailleurs toujours autour d’un milkshake que l’on se racontait tous les derniers potins. Ainsi, ma meilleure amie me racontait qu’elle avait rencontré un nouvel homme, se prénommant Caleb. Mais le plus intéressant suivait : allaient-ils se revoir ? « Oh, mais c’est déjà une bonne chose ! » m’exclamais-je alors que la belle brune me disait qu’ils avaient prévu de se revoir, sans pour autant s’être fixé une date pour le moment. « Mais si vous n’avez pas encore convenu d’un rendez-vous mais que c’est prévu, ça veut dire que… Tu as son numéro de téléphone ? » demandais-je, commençant doucement à m’exciter. Oui, j’étais une vraie gamine et je devenais carrément hystérique quand Joan me racontait ses nouvelles rencontres qui pouvaient potentiellement se transformer en relations amoureuses. Heureusement pour les oreilles de Joan, le serveur revenait vers nous avec notre commande. Un milkshake vanille pour la belle cardiologue et un milkshake coco pour ma personne. Mon dieu, le service était rapide, ce qui n’était pas pour me déplaire car j’avais une grande soif. Ainsi, mes lèvres s’emparaient directement de la paille pour me délecter de la boisson lactée.

Puis la conversation déviait à nouveau sur le sujet « Konan ». Nous étions comme ça avec Joan : jonglant entre son histoire à elle, puis mon histoire à moi. Aucune transition, passant du coq à l’âne même si l’on restait toutefois dans le même thème, sans aucun problème. La belle brune me rassurait alors sur le fait que l’âge n’était pas un problème tant que j’étais heureuse. Elle avait raison, ceci dit… « Bon, après ce n’est pas comme si nous avions vingt ans de différence, tu me diras… On a que cinq ans. Mais c’est juste que je trouve ça bizarre qu’une trentenaire sorte avec un petit jeune de vingt-cinq ans. Ça fait cougar, non ? » Ouais, j’exagérais un peu sur le dernier point, j’avoue. Mais sinon, pour le reste, ce n’était pas trop mal, n’est-ce pas ? Seulement cinq petites années de différence, pas de quoi en faire tout un plat. En fait, c’est juste le fait que j’étais entrée dans les trente ans qui me faisait encore bizarre. Je me sentais vieille à ses côtés. Je veux dire par là que j’aurais juste un an de moins, juste vingt-neuf ans, cela aurait été totalement différent. Juste le fait de me dire que j’ai trois décennies, ça changeait la donne. Mais apparemment, ça n’avait pas l’air de le déranger lui… « Après je t’avouerais que je l’aime bien. Voire beaucoup, en fait. Il se peut que j’aimerais passer à l’étape supérieure. Tu sais, genre… Le bisou ? » Mon dieu, je parlais comme une gamine. C’est bon, je devenais rouge aux pommettes, rien qu’à cette idée. Mais il était vrai que je l’aimais beaucoup ce DJ. Il était différent (même si je disais ça à chaque nouvel homme entrant dans ma vie, mais qu’importe). Sa jeunesse apportait la fraîcheur que je n’avais plus, un plus d’aventure. Et puis, il était carrément craquant, canon, sexy et tout le tintouin. Ouais, il me plaisait. Beaucoup beaucoup.

Avec Joan, nous n’avions jamais eu réellement de chance dans nos histoires d’amour.  Soit on tombait sur des idiots, ou alors des totalement cons, voire des psychopathes. Les mecs bien se faisaient rares. Sinon, ils ne voyaient pas les créatures magnifiques que nous étions et ne nous traitaient pas à notre juste valeur. Ou encore, c’est nous qui gâchions tout. Enfin, je savais que j’avais déjà gâché plusieurs de mes relations à cause de ma phobie de l’abandon. Il faut dire qu’avec ce que j’avais vécu avec Zackary, je ne donnais plus aussi facilement ma confiance ; et j’avais parfois des crises de paranoïa intense qui faisait que j’avais peur pour tout. Un simple texto reçu sur son portable et je devais y jeter un œil. Ou encore, il me fallait l’adresse exacte où il allait si jamais il partait en soirée avec des potes. Et du coup, ils avaient peur et fuyaient. « En tout cas, je serais ravie que ça se fasse avec ce Caleb. S’il peut te faire oublier toutes les conneries des autres, ce ne serait pas plus mal ! » répondais-je en prenant une nouvelle gorgée de mon milkshake coco, en reparlant du jeune homme qu’elle avait fraîchement rencontré. Après tout, si elle pouvait se trouver un nouvel homme, je ne disais pas non. Tout d’abord, parce qu’elle était une femme formidable. Deuxièmement, parce qu’ainsi elle méritait de se trouver un bon homme qui la comblerait de bonheur. Et finalement, parce qu’elle en a besoin. Oui, elle a besoin d’un homme. Sinon… A qui pourrait-elle montrer le body qu’elle venait d’acheter ? Pardi !


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 635

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Sam 12 Aoû - 8:08

Il était une fois..
Arizona&Joan
Arizona était la fille la plus curieuse du monde mais c'était ma meilleure amie et je l'aimais pour son côté là.
J'avais dis trop de chose par rapport à ma relation avec Caleb et en avait conclu que j'avais réussi à avoir son numéro , je suis rouge comme une gamine qui n'ose pas avouer quelque chose.
Je lui fais mon grand sourire et lui dit timidement que j'avais son numéro mais que j'attendais que ça soit lui qui me propose un rendez-vous.
Le serveur arriva avec nos boissons et Arizona se jeta dessus comme si elle avait pas bu depuis deux jours, ce qui me fait rire.
J'étais heureuse de passer la journée avec elle car c'était une grande bouffée d'air frais , un soleil qui rayonnait dans ma vie.
Passons aux histoires de ma petite blonde qui a rencontré un petit jeune qui lui fais battre son petit coeur ! Je veux tout savoir sur ce bonhomme et j'allais fais ma curieuse jusqu'au bout. !
Cette homme qui rendait ma Arizona toute joyeuse avait donc 25 ans et il avait conquérir le terrain avec grande sagesse mais la blonde avait peur de se faire passer pour une cougar .
-Tu sais les gens jugeront toujours et même si les personnes penseront que tu es une cougar , ce n'est pas grave car 5 ans d'écart ce n'est pas grand chose! Ma petite cougar !

Il est vrai que Arizona et moi avons une sacré mal chance avec les histoires de coeurs mais Arizona avait vécu une longue relation avec Zack qui l'a détruit au plus profond d'elle et j'étais bien heureuse qu'un autre homme lui fasse oublier cette période même si il ne sortait pas officiellement ensemble.
Elle avait cette envie de tourner la page définitivement , oublier ce fameux Zack qui lui as procurer beaucoup de bonheur pendant une longue période mais qui lui a causer beaucoup de mal en partant du jour au lendemain sans mots.
- Et lui ? Tu pense qu'il ressent quelque chose pour toi? Prend le temps ma chérie , si vous êtes destiné à être ensemble ça se fera.


 





Nymeria. ♕ avatar de ICI & ICI ♕ 0000 mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 389

MessageSujet: Re: On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]   Mer 16 Aoû - 17:13



Joan & Arizona



On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner.



L’avantage avec Joan, c’est qu’il n’y avait pas besoin de filtrer mes paroles. Je pouvais parler comme bon me semble de tout ce qui me chante. Je n’avais pas besoin de prendre quelconque pincette quand il s’agissait du nouvel homme qui était entré dans ma vie : Konan. Avec certaines personnes, j’aurais été tentée de ne pas abordé le sujet de l’âge. Vous me direz, cinq ans, ce n’est rien. Oui, certes, ce n’est rien, seulement cinq petites années. Généralement, personne ne disait rien quand l’homme était âgé de cinq ans de plus. Mais, bizarrement, quand il s’agissait de la femme, surtout une personnalité publique, ça faisait parler. L’encre coulait, les photographes apparaissaient… Bref, il fallait mieux être discret. Finalement, c’était un sujet sur lequel les esprits n’étaient pas encore assez ouverts. À voir chez les politiques, cela faisait toujours polémique. D’autant plus, qu’en toute honnêteté, on s’en bat tous les steaks de leur vie amoureuse. Ils pourraient bien être attiré par des aubergines que ça me serait complètement égal. Mais je stressais, je me prenais la tête, je tergiversais sur le sujet, et je n’assumais que moyennement. Stupide, n’est-ce pas ? J’avais cette impression qu’on me jugeait, qu’on me surveillait, qu’on m’espionnait, comme si je faisais quelque chose du mal. C’est comme si je faisais du détournement de mineur, alors qu’il est loin d’être mineur, vous voyez le délire ? Je réfléchissais beaucoup trop. Après tout, il était majeur et vacciné, pleinement conscient de ses actes… Pourquoi me bloquais-je de la sorte ? J’avais juste à me laisser aller, à écouter mon cœur plutôt que ma tête. Et Joan suivait ce résonnement. « Tu sais les gens jugeront toujours et même si les personnes penseront que tu es une cougar, ce n'est pas grave car 5 ans d'écart ce n'est pas grand-chose ! Ma petite cougar ! » Et tout ça dans la déconnade légendaire et inégalable de ma meilleure amie. Elle, elle savait comment faire, quelles paroles dire, pour me faire me sentir mieux, me rassurer. Je ne pus m’empêcher de lui tirer la langue en souriant. « Haha, très drôle ! » dis-je d’un ton sarcastique. « Tu verras quand tu seras confrontée à ce genre de problème ! » ajoutais-je d’un ton amusé, avant de boire une énième gorgée de mon milkshake.

Il fallait dire, quand même, que malgré ses "juste" vingt-cinq ans, il était plutôt mâture, non ? En réalité, j’étais tellement à me questionner que je doutais sur tout. Après tout, nous n’étions pas du même monde, du même milieu professionnel, nous n’avions pas le même caractère, les mêmes habitudes, ou… Oh, que sais-je ? Je ne savais, en réalité, pas grand-chose de Konan. Nous avions simplement discuté le temps d’une soirée où il mixait et que j’étais invitée. Ce n’était qu’une conversation autour d’un verre, rapide en plus de ça, car monsieur le DJ devait retourner aux platines afin d’animer la soirée. Mais il y avait eu ce jeu de regard. Ce jeu de regard où tu sais qu’il se passe quelque chose, que tu ressens quelque chose au fond de toi, que tu sais que ce n’est pas un regard anodin. Le feeling était passé. Nous avions beau être très différents, nos différences nous rapprochaient. Ainsi, nous avions tout un tas de choses à découvrir et à nous apprendre. « Et lui ? Tu penses qu'il ressent quelque chose pour toi ? Prend le temps ma chérie, si vous êtes destiné à être ensemble ça se fera. » m’assura la cardiologue de sa voix apaisante et rassurante. Je hochais la tête en direction de mon amie. « Oui. Enfin, non. Je ne sais pas… Tu sais, je ne suis pas aussi douée que toi pour détecter les signes. J’ai juste cette impression qu’il s’est passé un truc cette soirée-là. » répondais-je en essayant de me persuader. Je buvais à nouveau mon milkshake jusqu’à entièrement le terminer et faire un bruit atroce de fin de verre avec ma paille. « Enfin… Je ne me mets pas de pression, hein. » assurais-je alors qu’il était clair que je me mettais beaucoup trop de pression. « Si ça doit se faire, ça se fera. Sinon, tant pis, c’est que ce n’était pas le bon. » finissais-je par assurer tout en sortant mon porte-monnaie de mon sac. « Ne bouge pas, je reviens. » dis-je en me levant de ma chaise afin de me diriger vers la caisse et payer nos consommations. Revenant vers la plus belle des meilleures amies, je lui souris. « Alors, prête à continuer notre shopping ? »


FIN


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On se promet d'être soudés quoiqu'il arrive et de ne pas s'abandonner [ Arizona]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» « Ça promet d’être intéressant ! » PV • Flurry & Oumayma.
» 5 test marrants et rapides à faire. Ca vaut le coup, je vous le promet !
» Je promet, ce sera court !
» Viens, je te promet que tu ne perds pas ton temps ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Beverly Hills :: Beverly Center (centre commercial)-