Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
N. Megan Neverson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 21/09/2016
MESSAGES : 1501

MessageSujet: On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg   Mar 14 Mar - 0:26

On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé
Aiden & Megan
Je n'aimais pas rendre visite à ma mère au parloir, on attendait pendant des heures, on se faisait fouiller, je faisais simplement ça pour faire plaisir à Cloé parce qu'elle, elle avait besoin de voir notre mère. Même après ce qu'elle avait fait à notre père, je comprenais qu'elle avait du mal à couper les ponts du jour au lendemain, mais aussi ce qu'avait fait notre père à notre mère n'était certainement pas quelque chose de facile, c'est sûr, mais le tuer avait été une décision radicale. Notre père aurait pu être puni, j'étais d'accord avec ça, mais il ne méritait pas pour autant la mort, la prison aurait simplement suffit et maintenant pourtant c'était notre mère qui s'y retrouvait. Enfin bref, ce n'est pas un sujet sur lequel j'aime m'étendre bien longtemps. Aujourd'hui comme je ne travaillais pas, j'allais en profiter pour faire un tour. Je connaissais Los Angeles par coeur étant donné que j'y étais depuis toujours, c'était la ville dans laquelle j'étais née et avait grandi. Je ne me voyais pas du tout habiter ailleurs en fait, surtout j'avais mes parents adoptifs et mes soeurs, la famille était la chose la plus importante pour moi alors j'allais certainement pas tout claquer du jour au lendemain pour aller je ne sais où même si je ne savais jamais de quoi demain serait fait.

Au bout de quelques minutes de marche, je m'arrêtai donc dans un bar. Il fallait que je boive un coup, j'étais épuisée. Et oui, c'était du sport de marcher tout de même. J'avais commandé et payé mon verre pour le prendre un terrasse, vu qu'il y avait un magnifique soleil, ça serait franchement idiot de ne pas en profiter. Alors que je m'asseyais, mon siège cogné dans celui de derrière. Je me retournais donc aussitôt vers cette personne. "Pardon, je suis vraiment... Aiden ?" Dis-je. Ouais à la base, je voulais m'excusait d'être rentré dans cette personne, mais quand je reconnu la personne en question qui n'était autre qu'Aiden, ça changeait tout. "Désolée." Rajoutai-je donc pour être polie parce qu'en fait, je m'en foutais un peu. "Ca fait un bail, qu'est-ce que tu fais à Los Angeles ?" Demandai-je donc. Ouais, j'étais curieuse. J'aurai demandé ça à n'importe qui sans vraiment m'intéresser de la réponse, mais celle d'Aiden m'intéressai oui. Ca faisait bizarre, tous les souvenirs avec le jeune homme remontés à la surface tout d'un coup. Je voulais savoir ce qu'il faisait ici, dans la même ville que moi, que la mienne. Je ne savais pas vraiment si c'était une bonne rencontre ou au contraire, je m'en serais peut-être bien passé. A vrai dire depuis que j'avais coupé les ponts avec lui, je ne pensais plus jamais le revoir. Faut croire que le destin en avait décidé autrement. Foutue destin, faut croire que des fois le hasard fait effectivement mal les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg   Mer 15 Mar - 15:01




On ne peut pas oublié quelqu'un qu'on a aimé
Ft. Aiden & Megan
 
Venice Beach, la route vers la rédemption, le début du chemin vers la réconciliation avec Los Angeles.

Soleil éblouissant, ray ban sur le nez, chemise hawaïenne pour les touristes, chaleur étouffante, les vacances commençaient plutôt bien. Mon appart était splendide, bien loin de celui que voulait me refourguer Tony, l’empoté d’assistant RH de chez Google. Quand il m’avait présenté son « superbe logement de fonction » ma réaction a été épidermique : Nan mais tu vas te la garder ta boîte de conserve.

Finalement, et parce que Tony ne voulait pas négocier, j’avais été obligé d’y aller de ma poche pour une location avec vue sur l’océan pacifique. Enfin « de ma poche » est une expression qui me fait bien rire, parce que Tony, et son code bancaire à quatre malheureux chiffres, ont gracieusement été désignés par moi-même pour participer à payer mon loyer des six prochains mois.

Ca t’apprendra à essayer de faire des économies sur mon dos, mon lapin.

C’est donc plein d’entrain que je m’étais rué en direction de Venice Beach pour savourer mon premier, mon ultime vice ; un California Sunset. Je n’avais pas été dans mon bar préféré, celui-là, je me le gardais pour quand je serai mieux installé, que j’aurai repris mes marques, l’idée de revoir ma meilleure ennemie se savourait. Après tout, le meilleur, c’est toujours pour la fin qu’on se le réserve…quand on est un peu masochiste sur les bordures.

J’étais donc tranquillement attablé à une terrasse de Venice, laissant le vent jouer avec mes cheveux quand une garce vient percuter le dossier de mon siège avec le sien, détruisant le fil de mes pensées.

Nan mais c’est pas vrai ! On va pas m’emmerder dès le premier jour…

Je me retourne, le couteau entre les dents. J’allais me la faire cette garce, elle allait payer pour tout ce qui tournait pas dans ce putain de monde.

"Pardon, je suis vraiment... Aiden ?"

Ces yeux…ce minois enjôleur….ahaha qu’est-ce que je me verrai bien décamper en quatrième vitesse. Désolé, j’ai oublié, j’ai entraînement pour le marathon de New York ah…ahah…ah… Je déglutis comme le dernier des crétins ; orage en vue.

Hey…salut…Megan…

Hey salut ?...Vraiment ? T’as rien d’autre Aiden ? Nan parce que là, t’as encore l’air plus con que surpris…

"Ca fait un bail, qu'est-ce que tu fais à Los Angeles ?"

C’est tout ce que tu as à dire après tout ça ? Vraiment ? Et moi si je m’attendais à te revoir là…maintenant…je me serai abstenu de poser mon cul sur cette chaise, ouais.

Pourquoi je suis là ? Ah, vaste question…fuir ma fiancée ? te revoir une dernière fois ? juste pour le plaisir de…traîner…quelque part ? ou parce que j’ai simplement le droit d’être ici si je veux ,nan ? Oh mais ses yeux…pourquoi j’ai une boule dans l’estomac ? J’imagine un instant le regard noir que me réserve Vesper quand je fais quelque chose qui ne lui plaît pas…’tain, j’en ai des frissons mais au moins, ça m’aide à me ressaisir.

Ah ben tu sais, le boulot et tout…on sait pas où ça vous mène hein ? De toute façon, je ne suis que de passage…d’ailleurs, je ferai peut-être bien d’y aller…j’avais justement terminé

Et cet enfoiré de serveur qui s’amène justement avec mon Sunset…bon, j’ai l’air d’un imbécile là…va falloir se résoudre à faire la conversation avec un de mes plus gros regrets…Bordel, je haïs Los Angeles. Pas le choix…passage en mode détournement de conversation, de mauvaise grâce. Etrangement, je ne me sentais pas soulagé de la revoir, au contraire.

Et toi ? qu’est-ce que tu deviens ? Je vois que tu as retrouvé ta langue. Tu as meilleur mine que la dernière fois où on s’est vu

La dernière fois ? avant qu’elle ne te lâche comme un chien dans un bois ? La dernière fois, c’était dans son lit, mon grand…sûr qu’elle avait mauvaise mine après ce que je lui avais…ahum, on se concentre un peu, Aiden, on se concentre. Je ne suis même pas certain d’avoir envie d’entendre sa réponse, la revoir était certainement une mauvaise idée, je sens déjà la rancune me tordre les tripes. J’aurais mieux fait d’envoyer mon patron aller se faire voir avec son idée à la con.

Enfin…la dernière où t’as bien voulu me parler

La grenade est lâchée, et avec le ton acerbe à point, le reproche rempli de venin, qui te laisse un joli trémolo dans la voix et un regard profond qui pouvait paraître tout aussi fascinant qu’assassin.

On a déjà fait plus plus délicat comme entrée en matière…
 

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
N. Megan Neverson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 21/09/2016
MESSAGES : 1501

MessageSujet: Re: On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg   Sam 18 Mar - 15:52

On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé
Aiden & Megan
J'adorais Los Angeles, c'était vraiment une superbe ville. Je ne pourrais plus m'en passer maintenant, je n'avais jamais essayé d'aller ailleurs en même temps. J'avais fait quelques croquis cette nuit pour la ligne de vêtement, j'en avais justement profité pour les faire étant donné que j'étais de repos aujourd'hui. Après cette longue nuit, j'avais eu besoin de sortir aujourd'hui pour pouvoir prendre l'air et profiter de prendre un verre en terrasse. Ce que j'avais fait à peine quelques minutes après être sortie de l'appartement de la colocation à Beverly Hills. En voulant m'asseoir, j'avais cogné celui de derrière. Je m'étais donc rapidement retournée vers la personne pour pouvoir m'excuser auprès d'elle, mais quand j'ai capté que c'était Aiden, mon ex enfin si on pouvait appeler cela un ex vu comment les autres c'était passé entre nous quelques longs mois plus tôt. J'allais commencé à m'excuser mais m'était complètement arrêté en plein chemin. J'étais tellement surprise que ce soit lui qui soit en face de moi. Je ne savais pas quoi faire, quoi dire. J'étais tellement choquée que j'avais réussi à sortir que des banalités en lui disant que ça faisait longtemps qu'on s'était pas vu et lui demandait donc ce qu'il faisait ici, à Los Angeles. Il y avait tellement de ville dans ce putain de monde et il avait forcément fallu qu'on se retrouve à Los Angeles. C'était un grand hasard, pas franchement des plus agréables, loin de là. C'était tout le contraire, ça faisait un moment que j'essayais temps bien que mal de tourner la page de cette histoire et puis le revoir ici, ça n'arrangeait pas du tout les choses, mais alors pas du tooooout. Il était à Los Angeles pour le boulot apparemment vu ce qu'il me disait. Je pouvais clairement comprendre qu'il ne voulait pas me parler quand il me disait qu'il devait partir et cela se confirme quand le serveur vient lui ramener son verre à sa table. Okkkkkkkkk... C'était clair, mais bon en même temps vu notre passif, je pouvais parfaitement le comprendre. J'avais cessé de lui parler à l'époque par culpabilité envers mon ancienne meilleure amie et avait coupé les ponts avec les deux personnes par la même occasion.

Le jeune homme me retourna la question en me demandant ce que j'étais devenue depuis la dernière fois qu'on s'était vu, depuis la dernière fois qu'on s'était parlé. "Je travaille en tant que styliste à mon propre compte." Lui expliquai-je donc sans vraiment lui faire de remarque sur ce qu'il venait de dire sur notre dernière rencontre, la dernière fois qu'on s'était vu. Que pouvais-je rajouter de plus ? M'excuser pour le passé ? Maintenant, cela ne servirait à rien franchement, ça ne changerait pas ce qu'il s'était passé entre nous. "Tu as eu des nouvelles d'Emy ?" Lui demandai-je donc. Ouais ma question était peut-être un peu beaucoup déplacé, mais bon moi comme elle avait plus voulu me parler après ce qui s'était passé, ce qui était tout à fait normal, je voulais quand même savoir si lui avait eu des nouvelles ou non. Je pouvais constater qu'il était bien rancunier et moi qui le suis également, on n'était pas sortie de l'auberge. C'est vrai que pour le coup, j'avais manqué de tact de ne plus avoir donné signe de vie du jour au lendemain. "C'est vrai qu'au lieu de ne plus avoir donné de nouvelle du jour au lendemain, ce n'était pas très correcte de ma part, mais m'excuser maintenant ne changerai pas grand chose, je pense." Lui dis-je donc sincèrement. Si ça lui faisait plaisir, je pourrais m'excuser, mais voilà quoi, au final ça nous fait une belle jambe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg   Lun 20 Mar - 14:17




On ne peut pas oublié quelqu'un qu'on a aimé
Ft. Aiden & Megan
 

J’avais l’impression de me retrouver dans un film de série B minable, au moment où la plage idyllique se transforme en véritable enfer infesté de zombies, un peu comme ce jeu vidéo ; « Dead Island » et son île paradisiaque dont les vacanciers se muent en amateurs de chair humaine. Sauf qu’ici, j’avais la nette sensation que Megan était le boss de fin du jeu.

Elle comme moi paraissions heureux de nous retrouver, ironiquement bien évidemment. Ma belle humeur m’avait définitivement quittée sans pour autant que je ne laisse (encore) transparaître.
Qu’elle fasse dans le stylisme ne surprenait guère finalement. Elle avait toujours eu l’art de s’habiller, et de le faire avec goût. Mais le monde du stylisme, c’est comme un aquarium, mais avec quinze requins au mètre cube, impitoyable et très élitiste. J’aurais pu, c’est vrai, lui demander comment allaient les affaires, mais cela aurait été entamer une conversation que je n’étais pas sûr d’avoir envie de prolonger…surtout…après ce que me dit Megan par la suite.

Alors là, je vais avoir du mal à pas faire la gueule…non mais je rêve là. Allez Aiden, on respire un grand coup et on fait preuve de la plus glacée des amabilités.

On se revoyait après des années sans se parler, j’avais couru en vain derrière elle pendant plus de trois mois, et tout ce qu’elle trouvait encore à me dire, c’était si j’avais des nouvelles d’Emily. Au moins, j’étais fixé sur le fait que la raison de son silence était bien son ex-amie Emily, ce que je savais déjà, mais en plus, qu’aujourd’hui, rien n’avait changé. Cette conversation n’avait lieu que parce que le hasard nous y avait contraint, et aucun de nous deux n’y voyait là, une quelconque opportunité d’enterrer la hache de guerre. Bon, au moins, il ne m’aurait fallu que quelques heures à Los Angeles pour déjà avoir un début de réponse à mes questions.

Des nouvelles d’Em ? Oh pas directement…je pense être une des dernières personnes au monde à qui elle aurait envie de donner des nouvelles. Il paraît qu’elle sort avec un mec originaire de San Francisco et que son père tire à la carabine sur ma photo dans son jardin…du moins si j’en crois ma mère.

Et puisque mes activités « informatiques » n’étaient pas connues de Megan, je n’allais pas lui avouer que la curiosité, ainsi que mon instinct de préservation, m’avait poussé à vérifier les données bancaires d’Emily. Au moins avais-je su prouver qu’elle ne disposait pas des fonds nécessaires pour mettre un contrat sur ma tête. On imagine pas comme ces petites précautions peuvent être nécessaires quand les choses se passent aussi mal qu’elles l’avaient été entre Em’ et moi. Après, je n’avais pas été fouiller sa vie dans les moindres détails, j’essaie autant que possible de respecter un code de conduite, une forme d’éthique pour ne pas ouvertement m’immiscer dans la vie privée des gens. Ce que je lui avais fait était dégueulasse et puis, avec le recul, vu le comportement de Megan par la suite…

T’aurais mieux fait de t’abstenir et de rester avec Emy…t’aurais pas été dans cette merde…


Mais comme je me disais souvent « Le futur ne se souviendra pas, le passé n’oubliera pas ». Restait plus qu’à avancer de l’avant, malgré la mauvaise foi de certains.

Tu penses peut-être que ça ne changerait rien, mais ce serait déjà un bon début.

Me laissant retomber contre le dossier de ma chaise, je me permis de prendre le temps de boire une gorgée de mon California Sunset, qui pour le coup, eut un goût qui faillit me le faire recracher. Je n’avais plus la tête à boire.

Trois mois Meg. Je t’ai couru après pendant trois mois, ne fût-ce que pour comprendre pourquoi tu me fuyais, je t’ai laissé des messages, envoyé des textos et rien, pas un mot, pas une nouvelle.  J’aurais dû faire quoi ? T’envoyer un pigeon voyageur ?

Derrière cette touche d’ironie que représentait le coup du pigeon voyageur, se cachait une amertume tenace. Ses dernières paroles me faisaient presque fulminer devant sa prétendue ignorance de ce que je ressentais pour elle à l’époque.

Je t’aimais Meg…je n’ai pas trahi Emy par plaisir. Que tu te révèles si indifférente à ce que je ressentais, au point de trouver inutile de t’excuser… enfin soit.

Un geste de la main et le serveur réapparaît, aussi bien dressé qu’un bon petit chien obéissant.

L’addition s’te plait, j’ai plus soif.

Peu importe que l’homme me regarde avec un mélange de perplexité et de contrariété, qu’il ne me cherche pas où ça allait être la bagarre, elle m’avait foutu de mauvaise humeur. L’orage menaçait d’éclater, la situation était bien loin de celle que j’avais pu imaginer pour des retrouvailles…mais au moins, ça ne me laisserait aucun regret.

Peut-être que je devrais tenter de revoir Emy quand même…histoire de m’excuser…même si ça ne lui fera pas plus chaud que ça…

Mais en attendant, je devais traiter avec Megan, dont l’apparente indifférence m’insupportait à chaque seconde un peu plus.

On est au moins d’accord sur une chose, toi et moi. On a pas envie de se voir, et encore moins de se parler. Donc, si t’y vois pas d’inconvénients, je vais te laisser boire ton verre tranquille et repartir de mon côté. Je sais pas pour toi, mais moi, j’ai autre chose à faire que de me prendre la tête alors qu’il fait si beau.

En même temps…vous êtes deux à vous prendre la tête Aiden…

Et pour couronner le tout, j’avais là , une sacrée envie de lui envoyer mon verre à la figure…

 

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
N. Megan Neverson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 21/09/2016
MESSAGES : 1501

MessageSujet: Re: On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg   Jeu 23 Mar - 22:16

On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé
Aiden & Megan
Franchement qu'est-ce qui m'avait pris d'avoir envie de sortir de chez moi ? Pour prendre l'air, ouais bah j'aurai du simplement ouvrir la fenêtre, cela aurait parfaitement fait l'affaire. Alors que maintenant, j'étais piégée à me retrouver face à Aiden, ce n'était pas du tout une situation que j'appréciais, bien au contraire. Je détestai ça. C'était mon pire cauchemar qui était devenu réalité. Je m'étais imaginé la scène plus d'une fois et maintenant qu'elle était réelle, je ne savais plus vraiment quoi lui dire. Je n'avais peut-être pas été très maligne sur le coup pour lui demander des nouvelles de mon ancienne meilleure amie, si elle avait été malheureuse c'était déjà assez bien de ma faute, alors j'espérai simplement qu'elle aille bien, qu'elle est tournée la page de tout ce désastre. Cela en faisait déjà une, au moins. Ca me faisait plaisir d'apprendre qu'elle avait rencontré quelqu'un d'autre depuis le temps. Comme je n'avais plus eu de nouvelles, maintenant je savais qu'elle n'était pas seule ce qui provoquait en moi comme une sorte de soulagement. "Oh, c'est bien. Ca me fait plaisir qu'elle ait rencontrée quelqu'un d'autre." Commençai-je donc par dire. Ca lui permettrait de passer à autre chose contrairement à moi, j'allais devoir vivre avec ce poids sur la conscience et ce n'était pas tous  les jours faciles, loin de là. "Bon, si c'est ce que tu veux, ok. Excuse-moi, tu as raison. Je n'aurai pas dû partir comme une voleuse, ce n'était pas très correct de ma part. Après à toi de voir si tu me crois ou non, mais c'est sincère." Lui dis-je donc, honnêtement. Bon à part avec cette histoire, j'avais toujours été une fille honnête. Le pigeon voyageur aurait pu être une bonne idée, mais bon j'allais certainement pas lui dire. Ca ferait qu'empirer la situation et elle était déjà assez désastreuse comme ça.

Que pouvais-je faire ou dire de plus ? Je m'étais excusée auprès du jeune homme, j'étais sincère quand je lui avais présenté mes excuses. J'aurai dû répondre à ses messages même si cela aurait probablement pas été agréable à entendre, j'aurai dû le faire, mais maintenant c'était trop tard. Je pouvais plus revenir en arrière. Je m'étais tellement senti coupable à l'époque et c'était toujours le cas de temps en temps en repensant à cette histoire, ça me prenait souvent la tête. "Moi aussi, je l'ai pas trahi par plaisir. J'étais trop mal à cette époque et voulait juste oublier cette histoire..." Commençai-je donc par lui dire. C'était toujours ce que j'avais voulu, oublier cette histoire mais je n'avais jamais encore réussi à le faire et avoir Aiden en face de moi, ne m'aidais pas du tout pour tourner la page. Je n'étais pas à l'aise d'être en face de lui, depuis le temps qu'on s'était pas vu. Je pouvais parfaitement comprendre les reproches qu'il me faisait. A l'époque, moi j'étais trop mal et me semblait beaucoup coupable de la situation. Avoir quitté le petit-ami de sa meilleure amie, ce n'était pas du joli joli. Je regrettais ce qu'avait subi Emily en apprenant notre relation avec Aiden. Elle avait tellement été bouleversée en apprenant ça, alors je n'avais pas pu faire comme si de rien n'était avec le jeune homme et avait préféré partir pour passer à autre chose.

"Attends ! Laisse-moi une chance de t'expliquer." Lui dis-je donc quand le jeune homme voulait partir d'ici. Heureusement qu'il n'y avait pas grand monde sur la terrasse, ce n'était pas géniale de se disputer en plein milieu, devant tout le monde. Ce n'était pas du tout mon genre. "Je sais que j'ai eu tort de ne pas te donner de nouvelle, mais je me sentais tellement coupable vis-à-vis d'Emy alors j'ai préféré couper les ponts." Commençai-je donc par lui dire. Cela avait probablement été une façon pour moi de me punir de ce que j'avais fait, d'être loin lui. "Ce n'est pas pour ça, que je n'ai pas pensé à toi." Rajoutai-je donc, ce qui était bien vrai. Je n'avais pas été maligne de partir sans dire un mot, mais j'avais souvent pensé à lui et encore très rarement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg   Mer 29 Mar - 15:45




On ne peut pas oublié quelqu'un qu'on a aimé
Ft. Aiden & Megan


Parfois, je me demandais s’il n’y avait pas en moi, un petit côté masochiste, de ceux qui espère la douleur et se complaise à souffrir. Je savais que je devais quitter cette terrasse, rentrer dans mon appart’, balancer quelques objets contre les murs pour me défouler et faire comme si ces cinq dernières minutes n’avaient jamais existé. Pourtant, par une force inconnue de l’univers, j’interrompis mon mouvement pour partir avant de me laisser retomber lourdement sur ma chaise, le visage visiblement contrarié par la tournure des événements.

Megan, comme toutes les femmes, avait cette incroyable capacité à vous assassiner en quelques phrases bien senties, sans même s’en rendre compte. Qu’elle se réjouisse des changements dans la vie d’Emily, m’énervait passablement. Je n’avais pas de raisons particulières de ne pas vouloir que mon ex aille de l’avant mais je n’aimais pas que Megan se sente encore aussi concernée par l’actualité de la vie de son ancienne meilleure amie.

Faut pas se leurrer, avec le numéro qu’elle te fait là, tu peux que regretter ce que t’as fait à l’époque Aiden…voilà pourquoi.

C’est évident que l’attitude désinvolte de Megan m’exaspérait intérieurement mais j’avais subi un entrainement de ninja pour apprendre à camoufler mes émotions. Et puis, je devais bien admettre être néanmoins curieux de ce qu’elle allait bien pouvoir me dire.



Au moins, elle s’excusait. Je n’arrivais pas à déterminer si c’était réellement sincère ou bien si c’était juste une concession diplomatique pour empêcher une guerre ouverte au milieu d’un bar mais soit, je devrais m’en contenter. C’était peut-être le moment de me montrer un peu plus conciliant…

Tu vois, t’excuser ne t’aura pas arraché la gorge non plus…que ce soit sincère ou pas, c’est pas la question. Le problème Meg, c’est qu’il a quand même fallu que je t’arrache les vers du nez.

Et voilà que je redevenais rancunier. Fallait croire que ma rancune ne connaissait aucun répit. Cette histoire m’avait laissé amer assez longtemps que pour avoir une quantité non négligeable de venin à cracher, comme un serpent.

Le dieu cobra hein…

Nouveau souvenir amer. A croire qu’il faisait une promotion sur l’amertume au Wall Mart du coin…cette belle journée allait virer à ces moments où je devenais sombre et désagréable avec tout le monde.

Je laisse Megan m’expliquer en quelques mots le pourquoi de son silence. En moi-même, je sais qu’en dix comme en mille, toutes ses paroles ne pourront pas me satisfaire. Et comme prévu, sa réponse ne tarde pas à me laisser sur ma faim et c’est pas cette caresse dans le sens du poil sur sa dernière réflexion qui me fera changer d’un iota.

Je te vois arriver à me passer la pommade.

Tu sais Megan, si il y a quelque chose que je dois te reconnaître, c’est que tu restes cohérente dans ta ligne de conduite. C’est évident que si tu voulais « oublier » cette histoire, tu n’allais pas me répondre. Mais le truc, c’est le pourquoi tu as voulu « oublier ». Je te rappelle que tu étais aussi consentante que moi ce soir-là.

Je n’étais pas devin, je ne pouvais pas savoir qu’elle n’avait pas réfléchi aux conséquences et qu’elle appliquerait la politique de l’autruche au moment de faire face à ses actes.

Ok, ce qu’on a fait à Em’, c’était pas sympa, on est d’accord là-dessus. Tu pouvais te sentir coupable si t’avais envie. Mais ce qui était fait, on pouvait pas le changer. Je pensais que tu m’aimais…on aurait pu rebondir et faire quelque chose ensemble, entamer quelque chose de sympa. Qui sait, depuis le temps, où nous en serions aujourd’hui ?...une maison à Beverly Hills, deux marmots, un chien, un court de tennis, un cabriolet et un Hummer…peut-être que tu me balancerais des objets à la figure tous deux jours parce que je rentrerai trop tard du boulot et que tu penserais que je couche avec ma secrétaire…ce qui serait peut-être le cas.

J’avoue, je n’ai pas pu m’empêcher de terminer ma phrase avec un petit rire que j’ai rapidement étouffé. Je n’avais pas spécialement envie de faire de l’humour devant Megan, après tout, nos retrouvailles, c’étaient pas d’aussi bons souvenirs qu’avec un vieux pote de fac qu’on a plus vu pendant quelques temps.

Bref, je vais pas te mentir, j’ai souvent pensé à toi…mais j’ai pas besoin de te préciser que ça n’était pas en te voulant du bien. J’ai longtemps refusé de couper les ponts…

Mais contrairement aux ruines, mes ponts n’étaient pas éternels. Mon voyage en Asie m’avait permis de relativiser, de passer à autre chose et de décider que si Megan ne voulait pas me voir, je n’avais qu’à faire un trait dessus. Mon retour ici n’était qu’une formalité, une recherche de réponses avant de faire le grand saut…simple pensée qui d’ailleurs, me donna le vertige.

Enfin, le serveur s’amène avec mon addition. Je ne la regarde même pas, je lui tends un billet de vingt dollars.

Garde la monnaie.

Après tout, ce billet-là, il vient pas de mon boulot chez Google alors bon, c’est pas pour le petit pourboire de type que je vais faire une maladie.

Ah, avant que je m’en aille, j’ai une dernière question pour toi. Le suicidaire qui est assez fou que pour sortir avec toi actuellement, tu le considères aussi mal que tu m’as considéré moi ?

Une pointe de rancune, un zeste de mauvaise humeur, saupoudrez le tout de mauvaise foi et vous aurez le cocktail avec lequel je venais de lui servir ma dernière question.


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
N. Megan Neverson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 21/09/2016
MESSAGES : 1501

MessageSujet: Re: On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg   Sam 15 Avr - 19:25

On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé
Aiden & Megan
Ce n'était pas vraiment le genre de rencontre que j'aurai pensé en me levant ce matin, j'aurai mieux fait de rester au lit tiens. Cela avait mon seul jour de repos de la semaine et finalement, on ne pouvait pas dire qu'il avait été des plus reposant. Pour ainsi dire, cela aurait été le pire jour de la semaine. C'était toujours le moment que j'avais redouté le plus au monde et pensait même qu'il n'allait jamais arriver et maintenant que j'étais en plein dedans, je ne trouvais pas toujours les mots juste pour expliquer mon silence auprès du jeune homme, les trouvaient pas du tout même, j'avais l'impression plus on avançait dans la discussion, de pire en pire c'était. J'étais maladroite et impulsive, mais à ce point-là, qui l'aurait cru. J'avais pourtant rêvé de nombreuses fois de le revoir, mais je me doutais fortement que ça se serait passé de la même manière que c'était en train de se dérouler. Je m'étais encore foutue dans la merde, une fois de plus. Ca ne changeait pas vraiment d'avant, j'étais toujours la même hélas. Puisque c'était ce qu'il avait voulu, je m'étais donc excusé auprès du brun. Il avait totalement raison. C'est vrai que m'excusait pour moi, ne changeait absolument rien mais c'était un bon début, même si ça ne faisait pas franchement avancer les choses. Tout était fichu. A cette époque, j'avais eu le don pour tout foutre en l'air. Ma relation avec Emy et après celle avec Aiden. Sans oublier la leur, bien évidemment. Je n'avais peut-être pas été très maligne à d'abord demander des nouvelles d'Emy, vu que sa rupture avec le jeune homme avait été de ma faute, pas que, mais tout de même. Je m'étais pas senti très à l'aise avec tout ça, loin de là. C'est vrai que ce n'était pas en coupant les ponts avec les deux que cela allait pouvoir changer le passé, pouvoir changer ce qui s'était passé entre Aiden et moi. Je m'étais tellement senti coupable et assumé pas spécialement cette idée à l'époque que voilà, j'avais préféré prendre la fuite. Ca n'avait peut-être pas été la meilleure des solutions, loin de là. C'est du moins, ce que je pouvais constater vu les reproches que le jeune homme pouvait me faire. Je ne répondis donc rien quand le jeune homme me disait qu'il avait dû m'arracher les vers du nez, c'était la vérité. A par lui dire qu'il avait raison, que pouvais-je lui dire d'autre ? Je pense qu'il le savait parfaitement, alors il n'avait peut-être pas besoin que je le lui répète quand même.

Je lui disais donc que je m'étais senti trop coupable par la situation, après tout ça ne pouvait pas être bien pire que maintenant, alors il avait trop à la vérité. A ce que je ressentais. "Oui, je sais. Je m'en souviens." Dis-je donc. J'avais peut-être voulu oublier cette histoire, mais ce n'était pas pour autant que j'avais réussi. Je me souvenais de parfaitement tout que ce soit bon ou mauvais, même si la plupart étaient de mauvais souvenir. Ca avait peut-être été un peu extrême comme décision, mais à l'époque j'étais certaine d'avoir fait ce qu'il y avait de mieux pour tout le monde. Peut-être que ce n'était pas le cas, j'en sais rien, mais maintenant, je ne pouvais rien y faire, je ne pouvais malheureusement pas revenir en arrière pour changer ce qu'il s'était passé. "Oui, je t'aimais..." Commençai-je par dire en me pinçant la lèvre avant de reprendre. J'en avais souvent rêvé de cette vie, de ce qu'il aurait pu advenir entre nous si j'avais décidé de rester au lieu de partir, mais maintenant c'était bien trop tard pour réfléchir à tout ça, ce n'était plus d'actualité et servait absolument à rien. "Effectivement, cela aurait pu se passer ainsi, mais ça s'est passé autrement. Même si j'ai souvent imaginé cette vie." Dis-je donc probablement avec une petite pointe de regret. Nos actes ont toujours des conséquences, mais ils font qu'on vive avec.

"Je te comprends. C'est normal." Lui dis-je donc avec un léger sourire quand le jeune homme me disait qu'il avait pensé à moi, mais pas en bien. C'était tout à fait normal. Moi-même, je pourrais m'en vouloir et me détester par moment pour avoir subi ce que je lui avais fait subir. Je m'étais pris une grosse claque dans la figure quand il me demandait si je faisais subir à mon petit ami actuel, ce que je lui avais fait subir. Comment dire ? C'était assez compliqué pour le coup. C'était sûrement quelque chose de nécessaire pour lui pour qu'il me pose cette question. "Faut croire qu'il y a pas de mec assez suicidaire pour être avec moi." Dis-je donc. A vrai dire, on ne peut pas dire que j'avais vraiment cherché depuis ce qu'il s'était passé avec Aiden. C'était bel et bien la triste vérité. Je ne voulais plus vivre le genre de même histoire que j'avais déjà vécu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
On ne peut pas oublier quelqu'un qu'on a aimé ft. Aiden&Meg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.
» Réponse de la Direction Générale de C.A.M. face à la note circulant sur le web e
» Le calme durant la tempête... [Kira et peut-être quelqu'un d'autre]
» Il y a certaines choses qu'on ne peut pas oublier (Feat Ryuk)
» On ne peut oublier le passé, mais le futur peut l'enfouir || Vent du Sahara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Venice Beach-