Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sam Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/11/2016
MESSAGES : 958

MessageSujet: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Dim 26 Mar - 1:44

Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles
Mickey & Sam

J'avais passé une nuit monstre à l'hôpital, j'avais laissé ma fille a Naïa toute la nuit pendant que je travaillais. Heureusement donc qu'aujourd'hui je ne travaillais pas, que j'étais de repos. Ca me faisait beaucoup de bien. En plus de Mia, j'avais pas mal de choses à faire à la maison familiale des Argent alors j'avais justement en profiter pendant les jours que je ne travaillais pas et aujourd'hui, j'allais donc m'occuper de faire les courses. Je laisserai une de mes soeurs faire le repas pour ce soir, j'en aurais probablement pas le courage après cette longue journée de folie. J'avais engagé une nounou pour pouvoir s'occuper de Mia quand je travaillais et que l'une de mes soeurs n'étaient pas disponibles, la personne qui s'occupait de ma fille faisait également de temps en temps le ménage, ce qui me permettait de pouvoir me reposer quand j'en aurais l'occasion. J'avais plutôt passé la matinée à traîner ici et là tout en m'occupant de Mia qui était en train de jouer avec ces poupées pendant que je regardais la télévision. Vers la fin de matinée, j'avais fait manger Mia et avait donc pris le déjeuner à mon tour. Après avoir pris le café, j'avais laissé ma fille a l'une de mes soeurs pour pouvoir aller faire les courses au supermarché. Cela allait être la folie dans les magasins à cette heure-ci, en début d'après-midi.

Ma vie n'était pas marrante tous les jours, loin de là, c'était toujours le même train-train. J'allais travailler et m'occuper de ma fille, c'était toujours la même chose. Franchement heureusement que j'avais ma famille pour pouvoir trouver le courage de me lever tous les matins, c'était la seule chose qui comptait à mes yeux, la chose la plus importe pour moi. Sans eux, je ne serais plus rien. Même si le père enfin si on pouvait appeler cela un père, on dirait plutôt le géniteur de Mia avait abandonné cette dernière et moi aussi par la même occasion, j'avais quand même décidée de garder l'enfant. Je ne pouvais pas pardonner à cet homme, mais Mia était la plus belle chose qui me soit arrivée dans la vie. Je ne le regrettais pas une seule d'avoir pris cette décision, de garder le bébé.

J'arrivai donc quelques minutes plus tard au supermarché de Berverly Hills, j'avais pris un caddie vu que j'avais pas mal de choses à prendre. Je prenais généralement le tout pour la semaine, j'allais certainement pas refaire des courses tous les quatre matins. Je prévoyais toujours large. J'avais déjà rempli la moitié du caddie. Pour éviter de le trimballer partout dans les rayons, je l'avais donc laissé au bout d'un des rayons pour aller chercher quelque chose. Quand je revenais avec mon truc dans les mains, mon caddie au bout du rayon avait disparu. Je regardais un peu partout et reconnu mon caddie qui était poussé par un inconnu. "Monsieur ! S'ils vous plaît, c'est mon caddie." Hurlais-je donc en m'approchant vers le jeune homme. Je posai ma main sur mon épaule pour qu'il se retourne. OH PUTAIN DE MERDE. C'était Mickey ! Mais qu'est-ce qu'il foutait ici ? BORDEL DE MERDE. Mais j'étais en plein cauchemar là, c'était horrible. Avoir le géniteur de ma fille qui a abandonné sous les yeux étaient horrible, c'était la pire des choses qui pouvaient arriver dans ma vie. Elle allait prendre un nouveau tournant là, c'est certain. Le gros cauchemar !
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickey Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/03/2017
MESSAGES : 135

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Dim 26 Mar - 16:59



Sam & Mickey



Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles



Aujourd’hui, c’était jour de courses pour ma part. J’avais déjà réussi à échapper à cette corvée la semaine dernière, je ne pouvais l’éviter une fois de plus. Avec ma meilleure amie et colocataire, on alternait chaque semaine, histoire que ce ne soit pas toujours un qui les fait et que l’autre soit tranquille. Nos travails nous permettaient de toujours trouver un moment de libre dans la semaine. Généralement, je faisais mes courses en pleine semaine, et elle, devait les faire le samedi. Ça collait toujours impeccablement bien. A chaque fois que nous allions les courses, le réfrigérateur était vide, n’attendant qu’une chose : être rempli. Enfin, quand je dis vide… Je dis vide de chose que l’on souhaite manger. Il restait toujours deux ou trois yaourts périmés de la semaine dernière, ou encore un bout de fromage qui embaumait le frigo pendant des semaines de sa délicate odeur, ou bien une salade devenant orange. Des choses dont on se passerait bien, mais que l’autre avait acheté durant ses courses sur un coup de tête. Il arrivait souvent que l’on se retrouve avec des choses complètement stupides, car on trouvait que c’était un bon investissement sur l’instant. C’est pourquoi on se retrouvait avec trois fouets alors qu’on a qu’un seul moule à gâteau, ou bien des dizaines de tablettes au chocolat noir alors qu’on aime le chocolat au lait, ou encore des yaourts avec des morceaux de fruits alors qu’on aimait que sans, simplement parce qu’ils étaient en promotion. Bref, tout un tas de conneries complètement inutiles. Vive le gâchis alimentaire chez nous, un écolo nous ferait un malaise.

Je déambulais dans les rayons. Il arrivait même que je prenne de l’élan pour me lancer sur le caddie comme si c’était un moyen de locomotion, filant à toutes vitesses dans les rayons. Je n’avais que faire de passer pour un idiot ou un gamin. Je partais du principe que les personnes que je voyais dans les allées ne me reverraient jamais. Et quand bien même, ils étaient sûrement jaloux de ma technique plus qu’efficace pour aller vite. Le temps était précieux durant les courses. Plus on allait vite, plus on passait vite la caisse, plus vite on rentrait. J’avais un timing, j’étais un homme occupé, voyez-vous. Je savais qu’en rentrant m’attendait une partie de Wii Sport. Une bonne partie de baseball. Allez, soyez pas jaloux. Je mettais dans mon chariot tout ce dont j’avais besoin. Je n’étais pas vraiment conserves, j’aimais bien cuisiner, c’était plaisant. Alors je prenais pour la plupart des produits frais. Je m’arrêtais en tête de gondole, garais mon caddie à l’entrée du rayon et filait dans le rayon pour aller chercher ce dont j’avais besoin sans me trimbaler le caddie à mes côtés. Bon sang, je ne trouvais pas ce que je voulais… Je retournais alors à mon caddie, que je croyais être mien, pour repartir dans un autre rayon.

« Monsieur ! S'il vous plaît, c'est mon caddie. » criait derrière moi une femme. Je ne savais pas si c’était à moi que m’adressaient ces mots, mais mon réflex fut de regarder l’intérieur du caddie. Oups, je crois qu’elle parlait à moi, ce n’était pas du tout ce que j’avais pris. Des couches ? Ah oui, ça, ce n’était vraiment pas à moi… « Oh, pardon. J’ai vraiment la tête aill… » … eurs ; dis-je en m’arrêtant dans le cours de ma phrase. Pour cause, la femme, c’était Sam. Sam, une femme avec qui j’avais été en couple pendant huit longs mois et que j’avais quitté comme un lâche quand elle m’a annoncé qu’elle était enceinte. La revoir, c’était bizarre, presque stressant. Cela faisait tellement longtemps… Deux ans et demi, me semble-t-il, bientôt trois ans ? Cela faisait bientôt trois années que nous ne nous étions pas croisés. Et là, la revoir de la sorte, j’avais envie de tabasser le maître du destin. Je ne m’attendais vraiment pas à la rencontrer à nouveau en faisant mes courses, et encore moins en lui piquant son caddie par inadvertance. Là, c’était vraiment du pas de bol. « Bonjour Sam. » furent les seuls mots que j’ai réussi à sortir de ma bouche. Quel idiot… Tu ne pouvais pas trouver mieux Mickey ? Le coup de la surprise, sûrement. « Comment vas-tu depuis le temps ? » lui demandais-je, accompagné d’un léger sourire gêné. Gêné de la revoir alors que la dernière fois je l’avais quitté d’une manière des plus indélicates. Mon dieu, cette question faisait la sensation de revoir un vieux pote de lycée, ça craignait, vraiment.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/11/2016
MESSAGES : 958

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Mar 28 Mar - 17:06

Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles
Mickey & Sam

Je n'avais pas spécialement envie de faire les courses, mais quand il fallait y aller, il fallait. On était très nombreux à la maison Argent, alors il fallait absolument que je fasses les courses. Il n'y avait plus rien pour le repas de ce soir, comme je ne travaillais pas aujourd'hui, c'était moi qui avait été de corvée pour les courses. En fait, ce n'était pas quelque chose qui me dérangeait le plus, j'aimais m'occuper de toute cette petite famille, de ma fille et mes soeurs et Konan mon petit frère. Il fallait bien les nourrir toutes ces petites bêtes, ça mange comme tout le monde. Même si j'avais une femme de ménage à la maison, ce n'était pas suffisant, il me restait toujours du travail à faire que ce soit le week-end ou même en semaine, le soir en rentrant à la maison après une longue journée de boulot à l'hôpital. Quand un Argent faisait les courses pour toute la famille, c'était limite s'il ne fallait pas y aller à deux pour pouvoir prendre un deuxième caddie parce que faire les courses tous les quatre matins n'était pas ma tasse de thé, je préférais tout prévoir pour la semaine, je trouvais ça bien plus pratique comme ça.

Je n'avais pas que ça à faire de mes journées non plus. J'avais d'autres choses tellement plus importante et intéressante surtout à la maison. Je me pressais de tout faire, au bout de quelques minutes à traîner dans différents rayons ici et là, j'avais déjà rempli la moitié du caddie. Je ne voulais pas rester ici pendant des heures, cela allait vite m'énerver sinon. Je n'étais pas du genre à m'énerver pour rien, mais quand il y avait trop de monde au supermarché, je me sentais oppressée et j'avais juste envie de me barrer d'ici. J'avais donc laissé mon caddie en bout de rayon pour pouvoir aller chercher quelque chose. Quand j'y reviens quelques secondes plus tard, mon caddie avait disparu. Il avait fallu que se tourne le dos au caddie pendant à peine une minute, qu'il avait disparu. Je voyais pas très loin un jeune homme avec un caddie, j'avais l'impression que c'était le mieux et effectivement, ça l'était bel et bien.

J'empressai le pas pour pouvoir rattraper le jeune homme et hurlai donc que c'était mon caddie. La grosse claque que je me prends quand le jeune homme en question se retourne vers moi. C'était une douche glaciale, c'était Mickey. Mon dieu. Pourquoi est-ce que j'étais venue faire les courses aujourd'hui, ce n'est pas possible. Je voulais simplement disparaître de son champ de vision. Récupérer mon caddie et continuer mes courses comme si de rien n'était et laisser la journée se dérouler normalement, mais maintenant c'était impossible. Rien ne serait plus comme je l'avais espéré. En une fraction de seconde, tout avait changé. Et le mec, lui il me disait bonjour comme si de rien n'était alors qu'il m'avait laissé seule, enceinte. Il se foutait de ma gueule là ! Je rêve. "Salut..." Prononçai-je donc sans expression sur le visage avant de reprendre. "Ca allait bien jusqu'à maintenant." Lui répondis-je donc sèchement. "Et toi ? Qu'est-ce que tu deviens ?" Lui demandai-je donc par pure politesse, même si finalement ça m'intéressait pas des masses.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickey Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/03/2017
MESSAGES : 135

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Mer 29 Mar - 2:22



Sam & Mickey



Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles



Revoir Sam, c’était une énorme baffe en pleine figure. Presque aussi douloureuse sur ma joue que celle qu’elle m’avait mise lors de notre rupture. Ou plutôt… De ma fuite. Et désormais, j’avais envie de fuir à nouveau. Mais pour une raison obscure, je ne bougeais pas. Au contraire, je restais planté en face d’elle, tel un cactus, et lui tapais même la discussion. Sérieusement, qu’est-ce que j’étais en train de faire ? Cela faisait bien deux ans et demi que je ne l’avais pas vu, car ça s’était d’une manière des plus brutes, et je lui demandais tranquillement comment elle allait depuis tout ce temps. On en parle ou pas ? L’ambiance était pourtant tendue, ça se ressentait dans nos voix, ainsi que dans expressions de visages, bien qu’on essayait tous les deux de camoufler notre envie de nous barrer dans la seconde qui suivait. En réalité, j’aurais très bien pu dire que je m’étais simplement trompé de caddie, lui redonner, et lui souhaitait la bonne journée. Et à bien y réfléchir, c’est ce que j’aurais dû faire, car la demoiselle ne semblait pas ravie de me voir. Bien au contraire, celle-ci prétendait que sa journée était parfaite jusqu’à ce qu’elle me voie. Merci bien, ça fait plaisir.

« Et toi ? Qu'est-ce que tu deviens ? » me demanda-t-elle sur un ton des plus désagréables. J’avais envie de lui dire que si ça la faisait chier de me parler, qu’elle pouvait alors filer, je l’en encouragerais presque et serais complètement pour cette démarche. Mais quitte à celle qu’elle parle en montrant son sale caractère, autant faire de même. Si elle pouvait éviter cela ? Désormais, non. Je comptais bien rester en face d’elle, et perdre quelques minutes de mon temps pour faire de même de son côté. Après tout, je n’étais pas celui qui avait le plus souffert de notre rupture. Je le savais, j’en étais bien conscient. Moi, j’avais simplement dit ciao bye bye quand elle m’avait dit qu’elle était enceinte. Enfin, je dis ça, mais c’était beaucoup plus compliqué que ça… Il ne faut pas croire que je suis aussi cruel. Je venais de perdre ma femme. Enfin, elle était déjà décédée depuis plusieurs années à cette époque, mais tout de même, je n’étais toujours pas remis. Et alors que nous prévoyons de faire un enfant avec Haley, les médecins lui détectaient finalement un cancer. Le coup du destin. Elle céda une certaine nuit, espérons sans lutte. Et nous n’avions jamais pu faire l’enfant dont nous rêvions. Et finalement, cette opportunité s’était produite que trop peu de temps après. C’était trop tôt. Bien trop tôt. Beaucoup trop tôt… J’étais parti comme un lâche. Je n’étais pas capable de m’occuper d’un enfant alors que je pensais encore à celui que j’aurais pu avoir avec ma défunte épouse. « Toujours pareil. Le salon de coiffure, l’appartement avec Nekuia… Tout ça tout ça, quoi. » répondais-je enfin à sa question, avec une fin des plus suspicieuses qui ne voulait absolument rien dire. Elle pouvait tout traduire par ce "tout ça tout ça" inutile. En réalité, rien n’avait vraiment changé depuis que ça s’était terminé avec Sam. Rien. Hormis que j’avais vieilli de deux années, que j’avais pris de petites poignées d’amour et que je m’étais plus ou moins désormais remis du décès d’Haley, parce qu’il fallait tourner la page au bout d’un moment. « Et toi ? » demandais-je ensuite, par simple politesse, avouons-le. Je n’en avais pas grand-chose à faire, mais je faisais bien semblant. Après tout, si elle m’avait demandé, c’est sûrement que je devais en faire de même…


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/11/2016
MESSAGES : 958

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Ven 7 Avr - 20:27

Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles
Mickey & Sam

Être nez-à-nez avec Mickey n'était pas quelque chose d'agréable. Le jour de son départ quand je lui avais appris ma grossesse me revenait en mémoire, ce n'était pas franchement des souvenirs des plus agréables, loin de là. Cela avait été le plus terrible en fait de ma vie, le plus dur que j'avais vécu. Je n'aurai jamais pensé le revoir un jour et encore moins à Los Angeles, dans la même ville qu'on c'était connu. C'était vraiment un très grand hasard que je n'aurai jamais voulu voir arriver. C'était un cauchemar qui était devenu réalité malheureusement. Je n'aurais jamais cru que ce genre de choses arriverait. J'aurai peut-être préféré continuer ma vie comme si de rien n'était, en disant à ma fille qu'elle n'allait pas connaître son père et maintenant tout était différent. Ma vie avait changé du tout au tout en l'espace de quelques secondes, je ne savais plus vraiment ce qui allait se passer maintenant. Pourquoi est-ce que c'était aujourd'hui que j'avais eu besoin d'aller faire ses foutues courses. Franchement, qu'est-ce qu'il m'avait pris ? Je regrettais d'être venue maintenant, c'était certain. Et encore, on a évité le pire. Si j'étais allée faire les courses avec Mia, ma fille, mais là, cela aurait totalement été le cauchemar le plus horrible de toute une vie. On ne peut pas dire que j'étais super à l'aise en face de lui et que je n'allais pas franchement décrocher le moindre sourire, pour le moment du moins. Ce n'était pas franchement mon truc de faire comme si de rien n'était en face du jeune homme, ce n'était pas simple.

On avait engagé la conversation, je lui demandais donc des nouvelles même si n'était pas franchement quelque chose qui m'intéressait. C'était juste pour paraître polie envers le jeune homme. Je pouvais donc constater à ce qu'il me disait que rien n'avait changé depuis qu'il était "parti". Qu'il était toujours en colocation avec sa meilleure amie, qu'il avait toujours le même job qu'avant notre rencontre. Rien n'avait bougé au moins, pour ma part aussi c'était la même chose. Je me pince la lèvre avant de répondre à la question du jeune homme. Je laissai échapper un petit soupir. "Oh toujours la même chose aussi." Lui dis-je donc avec un léger sourire. Ouais peut être pas spécialement sincère mais bon. "Toujours en train de travailler à l'hôpital et m'occuper de mes soeurs et mon frère." Rajoutai-je. J'allais certainement pas parler de ma fille, mais de mes soeurs et mon petit frère, je le pouvais sans problème.

Je ne savais pas vraiment quoi lui dire de plus. Je n'avais pas grand chose à lui raconter. Hormis ma fille, il n'avait pas beaucoup plus de choses à savoir sur ma vie. Je ne savais pas vraiment quoi lui raconter. Depuis le temps, on c'était forcément perdu de vu, mais je ne prenais pas forcément plaisir à lui raconter ma vie depuis qu'il était parti. Et puis, ce n'était pas comme s'il pouvait réapparaître dans ma vie comme si de rien n'était et lui raconter tout ce qu'il avait manqué depuis la dernière fois qu'on c'était vu.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickey Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/03/2017
MESSAGES : 135

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Sam 15 Avr - 18:02



Sam & Mickey



Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles



A ce moment-même, j’avais envie de tirer les cheveux de Nekuia de m’avoir fait venir jusqu’ici, dans ce fucking magasin, parce que le shampoing qu’elle utilise dernièrement n’est pas disponible sur le drive. Bordel, elle n’aurait pas pu changer de marque, juste pour cette fois ? Normalement, j’aurais simplement dû prendre la voiture, me rendre jusqu’au garage du centre commercial pour récupérer ma commande et basta ! Mais là, il avait fallu que je descende de la voiture, que je prenne un chariot et que je déambule dans chaque allée pour récupérer le nécessaire pour une bonne semaine, voire plus. J’étais ra-vi ! Surtout quand je tombais face-à-face avec Sam, une ex petite-amie que j’avais eu il y a quelques années, deux ou trois approximativement. Cela ne m’aurait pas dérangé des masses si nous avions fini en bon terme, mais c’était le contraire. Notre rupture se fut brutalement, et pas dans les meilleures conditions possibles. En effet, la ravissante brune m’annonçait qu’elle était enceinte… De moi. Après seulement huit mois de relation, et quelques mois de veuvage pour mon cas, c’était bien trop précoce. Nous n’en avions jamais encore parlé, c’était un des points qu’on avait abordés car notre relation était encore trop fraîche, trop jeune… Nous n’étions pas destinés à avoir un enfant aussi tôt dans notre relation. Et pas comme ça, pas juste après le décès d’Haley, même si celui-ci remontait à plusieurs années avant. Je n’étais toujours pas remis. J’aurais tenté d’avoir de nouvelles relations avec des femmes, mais le souvenir d’Haley était encore beaucoup trop présent dans mes pensées. Sam avait beau être une femme magnifique, pleine de qualité, avec un sourire incroyable et un rire communicatif… Rien n’y faisait. Elle n’était pas Haley. Peut-être que cela aurait fonctionné entre nous si elle n’était pas tombée enceinte si tôt. Personne ne pouvait le savoir et on ne saurait jamais… Mais j’ai fui. J’ai préféré décamper, fuyant mes responsabilités de futur père, quittant une femme qui ne demandait qu’à être aimée et construire sa propre famille. J’ai été lâche, mais dire que je regrette serait peut-être abusé. Quelques fois il m’arrivait d’avoir des remords concernant cet enfant qu’elle avait peut-être finalement eu, mais je me rappelais qu’à l’époque je n’étais pas prête et que j’aurais sûrement fait la même chose si cette situation se représentait à nouveau. Bien sûr, des années avaient encore passées et le souvenir d’Haley n’était presque plus que joyeux, cessant légèrement cette douleur, cette pointe dans ma poitrine à chaque fois que je pensais à elle. Peut-être que, désormais, je serais capable d’accueillir à nouveau une femme dans ma vie et d’envisager construire une famille avec celle-ci. Mais Sam était arrivée trop tôt, et surtout cet enfant l’avait été.

Finalement, on abordait les banalités de la vie, comme si rien ne s’était passé et qu’on rencontrait à nouveau un vieux pote qu’on avait perdu de vue. Enfin, peut-être pas à ce point-là, mais ça pouvait y ressembler. Et nous nous rendions compte qu’aucun de nous n’avait changé de vie. J’avais toujours mon petit train-train quotidien avec le salon de coiffure d’Haley, habitant toujours sous le même toit que Nekuia. Rien de nouveau sous les tropiques. Sam, quant à elle, travaillait toujours à l’hôpital et gérer sa petite famille. Nous avions des vies bien trépidantes… « Oh, et j’oubliais ! Je te rends ton caddie. » dis-je alors en soufflant un léger rire. Parce que, ouais, il fallait quand même que je lui redonne au bout d’un moment. Retournant mon regard vers son chariot, je lui redonnais en revoyant l’objet que j’avais vu un peu plus tôt et qui m’avait fait comprendre que je m’étais trompé de caddie, que ce n’était décidément pas le mien… DES COUCHES. Couches… Sam… Couches… Sam… Rupture… Sam… Enceinte… Couches… OH BORDEL DE MEEEERDE. Mes yeux s’écarquillèrent dans la seconde, choqué, surpris, sur le cul. Elle l’avait finalement eu ce fichu môme ? « Sam, si tu n’as pas envie de répondre, alors ne réponds pas… » dis-je alors en baissant la tête, laissant un peu de mystère avant de dire la suite. A vrai dire, je ne savais pas si je souhaitais vraiment savoir. Non, il ne fallait pas que je sache. Mais en même temps, j’étais tellement curieux que la question me brûlait les lèvres… « Concernant l’enfant, dont tu étais enceinte de… moi… Tu l’as eu ? » J’en parlais presque comme si c’était d’une plante, matérialisant contre mon gré le bébé. Pitié, dis-moi que c’est pour le gamin d’une de tes sœurs ou de ton frère...


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/11/2016
MESSAGES : 958

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Sam 29 Avr - 16:42

Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles
Mickey & Sam

Il y avait plus d'un supermarché dans la ville et il avait fallu absolument comme par hasard qu'on se retrouve dans le même. Moi qui avais toujours espéré ne jamais le revoir et bien là, on pouvait dire que ça ne s'était pas passé comme je j'aurais voulu. On faisait comme si de rien n'était en se posant des questions sur vos vies actuelles, le travail, la famille et puis voilà. Bien sûr en évitant de lui parler de Mia, c'était la seule chose qu'on avait en commun aujourd'hui et pour tout le reste de notre vie d'ailleurs. Je ne voulais tout simplement pas qu'il soit au courant, ça faisait bien trop longtemps, bien trop d'années que je n'avais plus eu de nouvelle du jeune homme alors ce n'était pas maintenant que j'allais le lui dire. Il était parti alors ça ne le concernait plus, plus du tout. Et puis, je ne pense pas que c'est maintenant qu'il pourrait plus avaler la pilule qu'il y a quelques années de cela. Je voulais juste récupérer mon caddie à présent et filer d'ici. Passer à la caisse du supermarché, payer et rentrer chez moi, chez les Argent. Tout simplement reprendre le cours de ma vie, faire comme si de rien n'était, continuer ma vie comme si ce moment n'avait jamais existé. Comme si je n'aurais jamais revu Mickey à Los Angeles aujourd'hui. Je savais bien que je ne pourrais pas faire comme si de rien n'était, même si je l'aurai pourtant souhaité plus que jamais.

Le jeune homme m'avait raconté son histoire, son passé par rapport à sa femme. Ce que j'avais parfaitement pu comprendre, mais on ne pouvait pas dire que partir sans donner signe de vie du jour au lendemain avait été très correcte. Bien au contraire, même s'il m'aurait dit qu'il ne voulait pas de cet enfant, j'aurais préféré l'entendre de sa bouche que de le comprendre de sa manière d'agir. Je ne disais rien, je récupérais mon caddie que le jeune homme voulait bien me redonner. Oh purée, il y avait les couches que j'avais acheté à l'intérieur du caddie. Juste prier qu'il n'y fasse pas vraiment attention et qu'il reparte de son côté lui aussi. J'eus simplement un léger sourire comme signe de remerciement pour me laisser reprendre mon caddie. Je commence à me mordiller la lèvre quand j'entendis que je n'étais pas obligé de lui répondre, ça me mettait pas très à l'aise vu qu'apparemment il avait donc une question à me poser forcément au sujet que je ne voulais pas aborder. Et voilà qu'il me posait la question sur l'enfant que j'avais attendu du jeune homme. Je mis quelques secondes avant de répondre. "Oh les couches... Non, c'est pour ma nièce." Dis-je donc. Je n'étais pas spécialement douée pour le mensonge, mais j'espérais simplement qu'il me croirait c'est tout. "Oh Sam, bonjour." Entendis-je donc derrière moi. C'était une voisine, j'eus un léger sourire. "Ca me fait plaisir de te voir et ta petite princesse, j'espère qu'elle va bien aussi. Byebye." Disait-elle. Oh putain merde, mais juste elle aurait pas pu fermer sa gueule. Maintenant j'étais vraiment grave dans la merde. J'allais vraiment passer pour une grosse conne, je perdais toute crédibilité à présent. C'était facile à comprendre maintenant que je lui avais menti. Enfin, je ne pense quand même pas qu'il m'en voudrait. Ca serait vraiment abusé de la part du jeune homme après ce qu'il m'avait fait.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickey Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/03/2017
MESSAGES : 135

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Ven 12 Mai - 23:53



Sam & Mickey



Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles



Je buguais. J’étais en plein blocage sur le paquet de couches dans le caddie de Sam. Euh… Le paquet de couches ! #charmedrpz. Et si c’était pour son enfant… Notre enfant… Enfin, « notre » était un bien grand mot qui ne signifiait absolument plus rien au stade où nous en étions. Avoir détaler du jour au lendemain sans laisser signe de vie avait été bien lâche de ma part, mais c’était le mieux à faire. Enfin, c’est ce que je pensais à l’époque… Il y a de ça presque trois, l’annonce de la grossesse de Sam avait été un sacré coup de massue pour moi. Pas que je n’avais jamais souhaité avoir d’enfant, car au contraire, j’avais voulu avoir un enfant. Avec Haley… Uniquement avec Haley. Et son décès étant encore trop proche, et notre rêve commun d’avoir un enfant annulé à jamais, je n’avais pas pu… Je ne pouvais pas… Je ne pouvais pas construire une famille avec Sam, avoir notre enfant. Et pourtant, elle était une femme magnifique, plein d’humour malgré son franc parlé, d’un naturel attendrissant et avec une situation stable au niveau de son emploi et familialement parlant car ils s’entendaient tous bien chez les Argent à ce qu’elle me disait. Elle semblait sincère, émue de cette nouvelle, prête à franchir le pas… Avec moi. Tandis que je ne pouvais pas en dire de même. J’avais reculé d’un pas, puis fuis en lui disant que je ne souhaitais pas avoir cet enfant. Ou alors, j’avais dû bafouiller quelques mots avant de quitter son porche. J’avais merdé, c’était évident, mais je n’aurais pas été capable d’agir autrement avec Haley qui semblait si proche alors qu’elle était loin dans le ciel depuis déjà plusieurs années. Je me souviens être rentré en fracas dans l’appartement que nous partagions et partageons toujours avec Nekuia. Je me souviens être rentré dans sa pièce qui lui servait d’atelier, la regarder d’un air grave en lui disant simplement « Sam vient de m’annoncer qu’elle était enceinte. » et qu’elle m’avait demandé « Et ? », puis s’en était suivi un résumé d’homme fuyard mais simplement par peur. Peur de m’engager à nouveau pour que tout me file entre les doigts une nouvelle fois. Peur d’avoir cet enfant, puis de perdre Sam ou l’enfant pendant la grossesse ou après. Que sais-je… J’avais juste peur. Peur de tout.

« Oh les couches... Non, c'est pour ma nièce. » Rassuré ? Peut-être que je l’étais. Déçu ? Aucunement. Je n’avais jamais voulu avoir cet enfant avec elle, et je ne le souhaitais pas deux années plus tard. C’était du passé avec Sam et ça le resterait. Désormais, mon cœur balançait vers une autre personne. Mais c’était sans compter l’arrivée d’une femme qui semblait connaître la jolie brune qui récupérait son chariot de courses. « Ça me fait plaisir de te voir et ta petite princesse, j'espère qu'elle va bien aussi. » Sa… Petite princesse ? Parlait-elle de sa nièce ? D’ailleurs… Quelle nièce ? Taylor aurait été eu une fille ? Je n’imaginais pas un des triplés avoir un enfant, mais Taylor pouvait être crédible. Seulement Sam se trahissait toute seule. On lisait de la peur, de l’appréhension ou quelque chose ressemblant à envie de garder toute cette histoire secrète encore un moment. Je regardais les deux femmes échanger entre deux prises de paquets de céréales pour les enfants de ce qui semblait être la voisine de Sam, à les entendre converser. J’étais perturbé. Perdu. J’étais anxieux, nerveux, je ne savais plus ce que je devais comprendre, ce que je devais croire, ou même demander à Sam. C’est quand la voisine de Sam partait pour continuer ses courses que mon regard se retourna vers mon ex-compagne pour ne plus lâcher son regard. Pitié, ne m’oblige pas à redemander… Je voulais savoir. Tout. Maintenant. Tout de suite. Dans la seconde. Je voulais savoir si elle avait vraiment eu cet enfant qu’elle attendait de moi. Ou s’il s’agissait bien de la fille d’une de ses sœurs ou de son frère. Si c’était sa nièce et non pas sa fille. Mais en même temps, j’avais peur. J’avais peur d’entendre la réponse à cette importante question. Mais je devais savoir. Je devais qu’il était temps que toute la vérité soit révélée au grand jour et que le deuxième principal intéressé, étant moi, soit au courant de tout ce qu’il se tramait dans mon dos depuis un peu plus de deux ans. « Sam… » l’appelais-je alors d’une petite voix. Peut-être que si je l’appelais ainsi, elle comprendrait la suite logique de mes paroles, elle comprendrait que j’allais à nouveau lui poser la question. « Tu as eu cet enfant ? Oui ou non ? » Et là, je voulais la vraie réponse…


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/11/2016
MESSAGES : 958

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Lun 12 Juin - 13:45

Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles
Mickey & Sam

Putain, mais cette voisine la prochaine fois que je l'a verrais, je ne sais pas ce que je lui ferai, mais ça serait certainement pas agréable du tout comme discussion, comme celle que j'ai un peu en ce moment avec Mickey. Je voulais juste disparaître maintenant, je ne savais plus où me mettre. Je voulais partir, continuer mes courses et rentrer chez moi comme si de rien n'était. Je ne savais plus quoi faire, quoi dire. C'était très gênant et tout simplement une situation horrible. Pourquoi il avait fallu que ce genre de choses arrive à moi, franchement c'était super chiant. J'avais une vie tranquille et il fallait que ce mec pointe le bout de son nez maintenant dans ma vie et celle de ma fille qui était aussi la sienne. J'avais bien essayé de lui faire croire que les couches n'étaient pas pour moi, mais pour l'une de mes soeurs. On ne pouvait pas dire que cela avait eu un grand succès. Même si je n'étais pas une très bonne menteuse, je pense que cela aurait pu passer jusqu'à ce que l'autre dondon se ramène pour me demander des nouvelles de Mia. J'étais royalement dans la merde. A mon avis, il n'était pas assez débile pour bien comprendre que je lui avais monté un bobard. En même temps avec cette fille, ce n'était pas si difficile à deviner. J'étais au pied du mur. On peut dire qu'il y avait un grand blanc pour le coup. C'était certainement pas moi qui allais prononcer le moindre mot, même si ce n'était pas vraiment mon genre de rester muette. En même temps, voir le jeune homme me rappelait pleins de souvenirs que j'avais pu partager avec lui qu'ils soient bons ou mauvais étaient qu'un détail, mais je ne voyais pas tout lui avouer maintenant alors qu'on venait à peine de se revoir depuis qu'il était parti avant la naissance de ma fille.

Je le regardais même plus jusqu'à ce que j'entende mon prénom sortir de sa bouche, je tournais légèrement la tête vers le jeune homme redoutant ce qu'il allait me dire. J'aurai mieux fait de partir en fait, faire demi-tour pendant que la voisine me parlait. Même si ce n'était pas poli, au moins il n'y aurait pas de problème maintenant. "Quoi ?" Dis-je donc, comme s'il venait de rien se passer. Je commençais à me pincer la lèvre inférieure très nerveusement. Comme je l'imaginais, il en vient donc à me demander si j'avais donné naissance à l'enfant que j'avais dans le ventre à l'époque où nous étions encore ensemble. Je pris une grande inspiration, maintenant il était bel et bien trop tard pour faire machine arrière, sinon ça ferait des années que je l'aurais fait. "Heu, oui." Dis-je donc d'un ton un peu sec. Bah voilà qui est dit. Lui qui voulait savoir, maintenant il sait et puis c'est tout. Il peut continuer sa vie tranquille et moi de même avec ma fille comme je le fais déjà depuis plusieurs mois. "C'est une petite fille." Dis-je donc avec un léger sourire. C'était à l'idée de penser à Mia qui me faisait sourire et tous ces moments qu'on avait passés toutes les deux. Ouais, il ne pourrait peut-être pas comprendre de pourquoi j'avais gardé cet enfant, mais je ne regrettais rien maintenant, c'était la plus belle chose qui m'était arrivée dans la vie que je changerai pour rien au monde. Peut-être qu'il ne voudrait pas en entendre parler, moi perso je m'en fiche. En pensant à ma fille, je ne savais plus vraiment ce qui pouvait être bien ou non. Pour moi, ça serait vite réglé, mais il fallait bien que je pense à l'intérêt de Mia. C'était la seule chose qui importait pour le moment.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickey Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/03/2017
MESSAGES : 135

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Jeu 15 Juin - 16:39



Sam & Mickey



Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles



Electrochoc. Cette conversation, plus que rapide d’ailleurs, avec cette voisine aura eu l’effet d’une bombe. Reprendre des nouvelles de la petite. La petite de Sam. La petite de… Moi-même ? Il fallait que j’en sois sûr. Je ne sais pourquoi, sachant que je l’avais ignorée ces dernières années, il fallait que j’en ai le cœur net. Que je sache absolument si elle était allée au bout de sa grossesse, si elle avait mis au monde l’enfant qu’elle attendait de moi. Je voyais ça comme la plus grande erreur qu’elle aurait pu faire. Enfin, sa première erreur fut de tomber sur un homme comme moi. Un homme en plein deuil de sa femme décédée. Un homme encore meurtri qui ne pouvait tomber à nouveau dans l’engrenage d’une histoire d’amour passionnelle. Une histoire d’amour comme j’avais vécu avec Haley ne se vivait qu’une fois. Une seule et unique fois. A l’époque où j’étais avec Sam, je savais bien que je n’étais pas prêt à me remettre avec une femme. Et pourtant, j’avais accepté d’entrer dans une relation amoureuse avec la belle brune. Elle était si belle, si charmante, si attachante, si intelligente, si drôle… Je n’avais pas pu laisser filer l’occasion de me retrouver une femme qui correspondait à mes attentes. Et pourtant, elle n’avait rien à voir avec Haley. Aucunement. Mais elle avait réussi à me faire m’attacher à elle. Et peut-être bien l’aimer. Oui, peut-être. Enfin, j’essayais de m’en convaincre, jadis. Mais finalement, cette question qui avait été soulevée maintes fois, avait pour réponse finale « non ». Non, je ne pense pas l’avoir réellement aimée. C’était évident. Si je l’avais aimée comme il se devait, j’aurais eu cet enfant avec elle. Peut-être que si notre histoire avait eu lieu des années plus tard, bien plus tard après la mort d’Haley, nous aurions eu cet enfant et l’aurons élevé à deux, ensemble. Mais tout avait eu lieu beaucoup trop tôt. Et pas qu’au niveau du décès d’Haley. Cela été un fait, mais il y avait aussi à prendre en compte la jeunesse de notre relation. En effet, cela ne faisait que huit mois que nous étions ensemble. Seulement huit petits mois. Etait-il réellement possible de bloquer un avenir pourtant incertain au bout de huit minuscules mois, en donnant naissance à un enfant dont les sentiments entre les deux parents sont purement et simplement fictifs ? Non. « Heu, oui. C’est une petite fille. » annonçait-elle comme si elle informait qu’elle avait pris une baguette pas trop cuite à la boulangerie. J’avais du mal à la comprendre. J’eu un pas de recul. Sûrement afin de me protéger, et sous l’effet de surprise.

•••

« Je suis papa ? » redemanderais-je sous le coup de la surprise, n’étant pas bien sûr d’avoir réellement compris ce qu’elle venait de me dire. En entendant sa réponse, un sourire se dessinerait sur mon visage, des étoiles s’installeraient dans mes yeux pour les faire briller sous l’excitation d’une telle annonce, d’une telle information qui me vaudrait un rire joyeux. « JE SUIS PAPA ! » m’exclamerais-je en joie à travers le magasin, prenant Sam par la taille pour la soulever du sol et la faire tourner. « UNE FIIIILLE ? Mais je suis l’homme le plus heureux du monde ! Est-ce que je pourrais voir ma princesse ? Et elle parle ? Elle marche ? Elle va sur le pot toute seule ? #sims » questionnerais-je Sam sans qu’elle n’ait réellement le temps de répondre à mes questions, bien trop heureux d’avoir appris que j’étais père depuis deux ans, oubliant complètement que je l’avais abandonnée, enceinte, il y a deux ans de cela, sans jamais me retourner ou encore culpabiliser.

Oui. J’aurais pu réagir comme cela. Mais ma réaction fut toute autre…


•••

« Mais… T’es complètement inconsciente. » répondais-je immédiatement, spontanément, abasourdi par cette réponse qu’elle avait sortie si facilement, sans pression, dans le plus grand des calmes. Je clignais des yeux, n’étant pas sûr de bien comprendre. Dites-moi qu’elle me fait une blague… « Tu as… Argh… Une fille ? » redemandais-je en levant les yeux au ciel, soupirant, manquant presque d’air à cet instant même. Je n’étais pas bien. Mes jambes commençaient à trembloter. Où avait-elle la tête le jour où elle m’avait annoncé qu’elle était enceinte de moi ? Pourquoi avait-elle voulu le garder après ce que j’avais pu lui dire ? Après ma fuite, mon abandon ? Pourquoi voulait-elle donner naissance à l’enfant dont le père l’avait laissé dans une si mauvaise posture ? Mon dieu, je ne la pensais pas si… Inconsciente, pour ne pas dire stupide. Peut-être étais-je trop dur en réagissant de la sorte. Mais c’était une combinaison entre le stress, la surprise et la remémoration de notre rupture qui faisait que c’étaient plus les nerfs qui parlaient que le cœur.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/11/2016
MESSAGES : 958

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Sam 24 Juin - 21:27

Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles
Mickey & Sam

Maintenant que j'étais au pied du mur, je ne pouvais pas passer à côté et j'étais forcé de dire la vérité au jeune homme. Voilà maintenant que c'était dit, c'était fait. Basta, on pouvait passer à autre chose. Bien évidemment, je m'attendais que sa réaction soit comme celle qui venait de faire. Vu comment il était parti à l'époque et tout ce qu'il avait pu faire ou dire n'avait rien changé à ma décision. Ce n'était pas comme si j'avais pris cette décision en l'air, j'avais bien réfléchi à l'avance. Ce n'était pas complètement stupide non plus. Même si cette gamine me venait d'un conard/salaud quelqu'un de lâche, ma fille était la plus belle chose qui m'était arrivée dans la vie. Rien que pour ça, je ne regrettais pas ma décision une seconde. Cela avait changé ma vie au plus au point. C'est bien pour ça que ça m'énerve davantage quand le jeune homme me disait que j'étais inconsciente. En même temps s'il s'était pas barré du jour au lendemain, cela aurait été bien plus simple. Pourtant ce n'était pas mon genre d'être en colère, mais la vraiment pour le coup ça m'énervait complètement. Il ne pouvait pas comprendre, à mon avis il y avait qu'une femme qui pouvait le comprendre je pense. Même si mes proches m'avaient déconseillé de garder cet enfant, j'en avais plutôt fait à l'instinct.

Je n'étais pas débile quand même, je savais ce que je faisais. Je m'étais posé tout un tas de questions avant de prendre une telle décision. J'avai réfléchis aux conséquences, comment serait la vie de ma fille après ça. Savoir qu'elle allait grandir sans père. Ce n'était pas comme si j'étais seule maintenant, je vivais avec mes soeurs et mon petit frère qui prenait très bien soin de Mia avec moi. "Bah oui, c'est bien connu que je suis stupide et que je réfléchis pas du tout avant d'agir." Dis-je donc au jeune homme. A vrai dire pour être honnête, quand on regarde ma famille entre mes soeurs et mon frère, on pouvait franchement dire que j'étais celle qui avait plus la tête sur les épaules. J'avais des responsabilités à présent et les assumés complètement. J'étais heureuse et vivait bien ma vie tranquille avec ma fille, cette dernière aussi était bien dans la famille Argent. Même si j'avais eu un accident de voiture que seule Lou était au courant puisque cette dernière avait été présente, j'avais quand même décidé de mener ma grossesse à terme et comme quoi, j'avais bien eu raison, tout c'était très bien déroulé jusqu'à l'accouchement de ma fille. Ca faisait déjà plus de deux années que je l'a pratiquait, alors tout était parfait. Après bien sûr que je pouvais comprendre qu'il trouve la situation assez étrange, mais moi c'était le plus beau cadeau que la vie m'avait donné depuis toute petite.

Je me doutais de toute façon qu'il allait mal prendre les choses. Déjà dès que je lui avais appris ma grossesse, il n'était pas bien alors maintenant savoir qu'il avait une fille devait être pire, je comprenais bien mais, il pouvait aussi me comprendre dans un sens. Ca ne devait pas être à sens unique quand même. Je voulais bien faire des efforts où quoique se soit d'autre, il pourrait faire de même lui aussi. "Oui, une fille." Dis-je donc avant de reprendre. "Je n'ai pas pris cette décision sur un coup de tête, tu sais. J'avais bien réfléchi aux conséquences avant et j'avais ma famille, ils étaient là eux au moins." Dis-je donc. Je n'avais pas à le cacher, après tout c'était bien la vérité sur ça.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickey Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/03/2017
MESSAGES : 135

MessageSujet: Re: Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam   Mar 27 Juin - 19:35



Sam & Mickey



Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles



Et voilà qu’elle jouait à l’idiote. Ma réaction n’était peut-être pas la meilleure qu’il soit, certes, mais elle se valait d’être honnête et spontanée. La traiter d’inconsciente n’était pas la meilleure chose à faire, mais c’était sorti tout seul, sans que je ne puisse le contrôler. Mais elle s’emballait, prétendant directement que je l’avais traité d’idiote. Marseillaise. « Oh, je n’ai pas dit que tu étais idiote pour autant, hein. Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. » dis-je d’un ton agacé à la brune. Inconsciente ne voulait pas dire idiote, je n’étais pas aussi dur pour la qualifier ainsi. Inconsciente, oui elle l’avait été sur ce coup. Idiote, jamais, elle ne l’était pas. Elle devait certainement encore avoir ma fuite en travers de la gorge. Ce qui pouvait parfaitement se comprendre. Mais bon, ça faisait plus de deux ans maintenant que je l’avais quittée. Elle avait forcément retrouvé un homme avec qui partager sa vie, non ? Je ne voulais pas paraître trop intrusif. D’autant plus que ça ne me regardait absolument pas et que je n’en avais carrément rien à faire au final. C’était une information futile qui pouvait être intéressante, mais sans trop. Juste histoire que la pilule soit mieux passée pour l’infirmière. « Une fille… Je vois. » répétais comme un idiot. Enfin, je voyais surtout des couches. Et non directement la gamine. Enfin, je pensais à ça, mais ce n’est comme si je voulais la voir… Après tout, je suis le père qui l’a abandonnée. C’est bien comme cela qu’on dit quand on ne savait même pas qu’elle était née ? Parce qu’après tout, peut-on qualifier cela d’un abandon si ça s’est passé avant même la naissance ? Ouh, je m’embrouillais tout seul dans mes pensées.

« Je n'ai pas pris cette décision sur un coup de tête, tu sais. J'avais bien réfléchi aux conséquences avant et j'avais ma famille, ils étaient là eux au moins. » dit une Sam qui semblait remontée par la réaction que j’av ais pu avoir. Mais comment voulait-elle que je réagisse au juste ? Après tout, j’étais surpris. Je ne m’attendais pas à apprendre que j’étais père en allant faire mes courses ce matin. Enfin… « père » était un grand mot. « Géniteur » serait plus approprié, certainement. Bref. J’étais quand même le géniteur de sa fille, je l’avais conçue avec elle. Et de savoir ça, du jour au lendemain, c’était un grand choc. Un choc auquel je n’étais pas préparé aujourd’hui. En réalité, je n’étais pas préparé à cette nouvelle depuis la mort d’Haley. Si je l’avais été, peut-être que jamais je n’aurais fui Sam. Peut-être que je serais resté à ces côtés, à l’épauler durant la grossesse pour ensuite élevé cette fille, notre fille, ensemble. Mais rien ne s’était déroulé comme cela. La mort d’Haley était encore beaucoup trop récente, je n’étais pas prêt à m’enchaîner dans une relation qui se valait beaucoup trop sérieuse, beaucoup trop tôt. Construire une famille, ce n’était pas rien, ça se préparait. Et pas seulement en huit mois, ça prenait des années entières. « Oui, je sais, je n’étais pas là. » répondais-je d’une voix plus calme que celle que j’avais précédemment. Après tout, il fallait descendre d’un ton pour que le dialogue soit plus constructif. Nous n’étions pas des animaux mais des adultes qui se devaient de parler sur un sujet important qui les réunissaient. « Mais Sam… Nous n’étions ensemble que depuis huit mois. Huit petits mois. Comment pouvais-tu concevoir de construire une famille ensemble ? C’était trop prématuré ! » ajoutais-je d’un même ton, essayant de lui faire comprendre la raison de mon départ. Une lâcheté certaine, mais un désespoir caché d’un amour volé par la mort. « De plus, tu connaissais mon histoire. Tu devais te douter que je ne serais pas prêt… » Je lui rappellerai bien qu’on a diagnostiqué le cancer d’Haley alors que cette dernière se rendait allait à l’hôpital parce qu’elle se pensait enceinte, mais je ne voulais pas reparler de ça. Pas avec Sam, pas maintenant, ni jamais. Après tout, elle avait eu le récit de mon histoire avec Haley il y a deux ans, quand nous entretenions une relation qui semblait pourtant prometteuse. Mais une fois suffisait. Si elle ne s’en souvenait pas, c’est qu’elle en avait juste rien à faire, qu’elle n’avait pas été touchée par cette histoire et qu’elle n’avait pas pris en considération ce qu’il s’était passé dans ma vie pour comprendre ce que j’avais pu ressentir à l’annonce de sa grossesse. Si j’avais refusé de poursuivre cette grossesse avec elle, si j’avais claqué sa porte pour éviter de montrer mes larmes, ça n’avait pas été pour rien. « Et... Euh… Tout s’est bien passé ? Pour la grossesse, je veux dire. » En dehors du fait qu’elle n’avait pas d’homme à ses côtés pour l’aider. Et par homme, j’entendais : moi.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Qui a raté ses adieux ne peut rien attendre de ses retrouvailles ft. Mickey&Sam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flashback] Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles. | Cletus & Allyria
» Les Serpys valent rien [Et l'on n'y peut rien] - Génération Goldman
» Erin McAlister • Donner sans rien attendre en retour
» Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles ▬ Siobhan
» Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de sesretrouvailles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Beverly Hills :: Beverly Center (centre commercial)-