Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant » ♥ Lou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A. Christopher Canovas
Admin soumis
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/02/2016
MESSAGES : 218

MessageSujet: « Vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant » ♥ Lou   Lun 3 Avr - 15:49

On ne se comprend pas, on hurle, ça crie dans tous les sens. Tu refuses de manger et ne me laisse pas dormir. C’est un si doux sortilège que tu me lances par-delà ta mort Roxanne. Cette douce petite fille qui possède ton dur caractère, tu as raison, elle en vaut la peine.

La barrière de compréhension entre moi et cette enfant était le problème majeur dans notre relation. Je ne parlais pas grand-chose de sa langue tout comme elle ne faisait aucun effort de comprendre la mienne. Alors nous n’étions que cris, désaccords et mésentente. Je ne savais pas qu’une petite fille de trois ans pouvait autant donner de la voix alors qu’elle voulait quelque chose mais que je ne comprenais pas. Oh bien sûr j’avais pu comprendre qu’elle souhaitait savoir où se trouvait sa mère, qu’elle ne voulait pas rester avec moi non plus d’ailleurs et que rien n’allait la retenir ici. Je pouvais comprendre qu’une gamine puisse avoir besoin de sa mère, qu’elle ait besoin de ce lien rassurant qui peut les unir mais malheureusement pour elle et tout comme pour moi, je l’avais tuée. Si je tenais debout c’était uniquement pour cette gamine qui hurlait à la mort comme le ferait un loup avec la lune. Cela faisait quelques jours à présent et la fatigue nous avait tous les deux gagnés, l’agacement était bel et bien présent mais au moins commençait-elle à bien vouloir essayer de communiquer. J’avais bien essayé d’être sympa avec elle, je lui avais acheté quelques poupées et autres jouets pour essayer de la calmer les premiers jours. Un qu’elle n’aimait pas avait volé par la fenêtre dans l’un de ses accès de colère et une poupée avait fini décapitée et à moitié noyée dans la baignoire. J’avais pourtant essayé de bien faire les choses, j’avais trouvé une petite maison assez agréable et non loin de l’ancienne villa que je partageais avec Roxanne. Finalement je ne savais pas me passer du souvenir de cette femme. Nous avions de la place, vraiment beaucoup de place pour deux personnes sur ce terrain, clôturé et surveillé par moi-même le temps qu’il faut lorsque la petite joue dehors ou encore à l’intérieur. Je passe mon temps à la regarder, à chercher les ressemblances entre Roxanne et moi. J’avais donc vu qu’elle avait le visage de sa mère, elle en avait même qu’elle mimiques des fois mais jamais ce regard dur qui caractérisait la veuve noire. Je me demandais comment elle serait lorsqu’elle grandirait, si le bleu de ses yeux resterait aussi identique au mien, si ses cheveux noirs allaient garder cet éclat et surtout de qui tiendrait-elle le caractère. Pour le moment je m’y retrouvais, j’y retrouvais également Roxanne d’ailleurs : têtue comme un âne.

J’avais profité d’une courte nuit de sommeil pour Lola entre cris et pleurs pour pouvoir partir assez tôt au matin. Hé oui, cette gamine avalait une quantité impressionnante de bouffe en tout genre et particulièrement des saloperies. Bon d’accord c’est moi qui lui donne mais n’empêche que c’est le seul truc pour qu’elle se calme ! Alors il fallait bien que je refasse le plein de temps en temps ! C’est pour ça que je suis sorti ce matin pour aller faire des courses. Bon sang je ne me serais jamais imaginé aller refaire des courses un jour … De reprendre une vie pratiquement normale après toutes ces années de guerres incessantes. L’Afrique était loin désormais et le démantèlement du cartel Dilaurentis n’avait pas d’importance à mes yeux. Seule cette petite fille faisait l’objet de toute mon attention.
C’est donc super tôt que j’ai bougé mon cul pour aller faire des courses. Chips, bonbons et tous autres biscuits en tous genres finirent dans des sacs dans ma nouvelle voiture. Une merde comparée à ma Mustang qui avait rendu l’âme durant la course poursuite avec Roxanne … Mais je ne devais plus m’attardé là-dessus, je ne devais plus y penser … Je rentrais donc chez moi, ma nouvelle maison pour ma nouvelle vie avec cette gamine. Je garais la voiture dans la petite allée avant de prendre les sacs pour me rendre devant l’entrée. Je ne prêtais pas attention en rentrant à l’intérieur, je n’avais pas eu le temps de freiner cette petite bombe fonçant droit sur moi, passant aussi facilement qu’un chat évitant un obstacle. Voilà une gamine filant tout droit vers l’extérieur, devant la maison, l’espace qui n’est pas protégé, pas clôturé ni quoi que ce soit. Je lâchais directement mes sacs pour foncer dehors à sa suite. Intelligente comme elle est, elle avait réussi à filer. Je suis donc sorti en courant, fonçant je ne sais pas trop où. « LOLA !!!! » Hurlais-je à plein poumon tout en essayant de voir où est-ce qu’elle pourrait se cacher. Je tournais sur moi-même, paniqué. Putain encore une situation où Roxanne pourrait me dire que j’ai été bien trop con. J’avais réussi à perdre une gosse. « Putain Lola, où es-tu ?!! » J’étais agacée, énervé tandis que je marchais dans la rue, énervé de me rendre aussi ridicule devant mes nouveaux voisins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Morland
Admin Karaté Kid
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5669

MessageSujet: Re: « Vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant » ♥ Lou   Mer 5 Avr - 7:54

Ses pas claquent sur le goudron. Musique dans les oreilles, elle est en train de faire son footing. Le regard acéré, Lou observe ce qu'il se passe autour d'elle. Elle est déterminée, cela se voit. Cela se sent. Et comme tous les matins où elle est en repos, sa journée est consacrée à elle-même. Bien sûr que non, elle ne fait pas le ménage chez elle. Lou étant une bourgeoise, une employée se charge de tout mettre en ordre. Elle préfère passer son temps à entretenir sa féminité en courant, en allant se faire des soins et tout le bordel. Parfois, c'est en compagnie de Sam, parfois, c'est seule et en harmonie avec elle-même. Lou a déjà proposé à Otto mais elle n'a eu qu'en réponse, un regard désabusé. Elle aime faire chier. C'est son sport national. Cependant, pas quand elle court. Quand elle court, elle essaye de se focaliser sur sa respiration, sur ses muscles et l'écoute du corps. C'est de la méditation après tout. Il faut être en union entre le corps et l'esprit : c'est ce qu'on lui a appris au judo. Alors, elle court comme si elle avait le feu aux trousses. Elle adore son quartier vivant dans les collines de Beverly Hills dans un immeuble un peu péchu, qu'elle peut se louer avec son salaire. C'est ainsi que les riches fonctionnent. Ils ont accès aux privilèges d'entrée. Et il faut dire que son nom de famille est une chouette carte de visite. Ça aide. Même si pour les enfants avec qui elle travaille, ça ne sert strictement à rien. Les enfants savent juste que Mademoiselle Morland hurle facilement, Mademoiselle Morland sait aussi décocher des coups de pied à la Jean-Claude Van Damme -et ça a pas mal jasé durant des semaines- Mais Madeloiselle Morland sait aussi câliner, réconforter et redonner le sourire a un enfant en perdition. Elle les aime ces petits quand bien même, ils ne sont que des enragés de la vie. C'est que cette dernière n'a pas été tendre avec. À peine nés, la vie ne les a pas épargnés jusqu'à leur donner la pancarte d'enfants que personne ne veut. C'est triste dans un sens mais Lou ne le montre, elle préfère montrer que le foyer est un endroit heureux avec plein de copains. Lou aime faire le pitre tout en sachant que malgré tout, elle ne peut pas remplacer le parent manquant. C'est l'envers du décor. Une rage constante qu'elle ne sait pas canaliser. Il faut que ça sorte. Et la course à pieds est un excellent remède. Elle adore. Çala détend tant qu'on ne vient pas l'emmerder.

L'enfant se manifeste de façon soudaine. Elle ne s'y attend pas. Elle déboule en hurlant un cri digne d'un démon. Serait-elle possédée ? Lou est très portée sur les esprits. Elle est capable de regarder un film d'horreur, de ne jamais montrer qu'elle se chie dessus, quitte à faire peur à l'accompagnant. Toutefois, elle est aussi incapable de s'endormir après avoir vu le film. Films de tapette qu'elle dira, suffisant pour convaincre l'accompagnant de regarder autre  chose. Cependant, Lou finit bien vite par comprendre que non, ce n'est pas un démon. L'éclat brillant sur les joues lui fait comprendre qu'elle pleure. « Je veuuux maaaa Mamaaaaaaaan !!! » Hurle-t-elle dans un déchirement de l'âme pour Lou. Elle n'a pas l'air d'être une enfant rejetée. Ses habits sont propres et neufs à vu d'œil. Le visage est propre si ce n'est qu'il est barbouillé de larmes et de morve - charmant- En revanche, elle remarque bien l'étiquette du prix sur le gilet que porte la petite. Qui est capable d'habiller son gosse sans enlever le prix hein ?! « Hey ma chérie ! » Dit-elle en trottinant vers elle. Mais voilà que la réaction de l'enfant ne se fait pas attendre : elle prend la fuite. « Mais non pars pas !!!! » Hurle-t-elle en se ruant vers la gamine. La plus grande râle. La plus petite s'égosille. Charmant spectacle. Fort heureusement, l'enfant est petite et Lou la rattrape bien vite. Son bras l'emprisonne. Toutefois, la petite essaye de se détacher, sans succès. « N'aie pas peur... » Sa voix est apaisée. Accroupie au niveau de l'enfant, la brune prend le temps d'observer malgré le fait qu'elle gigote. « Calme-toi ma chérie... » C'est une magnifique petite poupée. Brune avec des yeux couleur océan. Une beauté qui hurle trop et en plus dans une langue qu'elle ne comprend pas.  Elle babille beaucoup. Et Lou finit par comprendre que c'est du français. Woopitain, elle ne parle pas français. « Euh... Stop toi ! » Dit-elle en lui immobilisant les bras quand la petite essaye de lui en mettre une. « Non mais ça va pas la tête ?! » Dit-elle en grondant d'une voix hargneuse. D'où elle la frappe ? Elle a cru que c'était la fête à la maison ou quoi ?! Sidérée, elle en oublie le peu de mots français qu'elle connaît. Alors elle ne réfléchit pas et prononce les seuls mots qu'elle connaît « Bon appétit ! » Dit-elle ce qui lui vaut un regard interrogateur de l'enfant. Au moins, elle a cessé de hurler. C'est suffisant pour Lou de détacher l'un de ses bras pour fouiller dans sa moche et sort un mouchoir en papier. « Regarde toi adorable petite puce... Tu as le nez qui coule. » Et doucement, avec des gestes tendres et une voix douce, elle se charge de lui essuyer le visage. Ça calme l'enfant. Elle bredouille des mots et à part Maman qu'elle a fini par comprendre, elle ne saisit pas le reste. « Oui je sais où est ta maman ! Viens. » Et à ces mots, et sans lui laisser le choix, elle prend la petite dans ses bras. Son petit coeur bat fort. Elle le sent. L'enfant a l'air terrifié. Pourtant, Lou est tendre et douce. Et doucement, elle se met en marche avançant dans la rue où elle a vu la petite. Elle marche longtemps à vrai dire continuant d'avoir des mots apaisants pour la petite. Curieux dialogue après tout. L'enfant parle français. L'adulte répond en anglais. Mais ça donne l'impression aux deux brunes de communiquer. Surtout la petite qui a l'air apaisé et qui a l'air de vouloir expliquer plein de choses. Elle doit certainement appartenir à une famille riche au vu des vêtements de marque. Pourtant, il n'y a pas personne dans les rues ayant l'air de s'affoler. Bon sang ! Ça l'énerve et malgré qu'elle soit souriante avec la petite, elle bout de l'intérieur. « Tu ... Appeler ... Comment » Réussit-elle à marmonner. L'enfant comprend vite et finit par répondre qu'elle s'appelle Lola. « Moi... Lou... » Réussit-elle à dire avec un grand sourire ce qui déclenche les rires de la brune. Toutefois, l'expression de son visage se modifie lorsqu'un homme apparaît au loin. Déjà la petite geint en secouant la tête. Suffisamment pour que Lou stoppe sa marche. « Tu le connais mon coeur ? » Demande-t-elle sentant que la gamine s'accroche à elle. L'homme arrive bien vite dans leur direction. Brun avec des yeux bleus. Il a l'air de connaître Lola car c'est la première chose qu'elle entend, le prénom. Ça et de sentir les ongles de l'enfant s'incruster dans sa chair. Alors Lou est déjà sur la défensive. Tous ses sens sont en alerte. Elle pourrait presque se mettre à grogner. Les psychopathes et les pédophiles ça courent de partout maintenant. Elle est aux abois. « Vous êtes qui d'abord ? » Demande-t-elle d'une voix agressive. Non parce qu'il a pris la vie pour un kiwi ayant l'air de vouloir lui arracher l'enfant... S'accrochant désespérément à Lou, braillant dans un français qu'elle ne comprend pas et visiblement, lui non plus.

[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Christopher Canovas
Admin soumis
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/02/2016
MESSAGES : 218

MessageSujet: Re: « Vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant » ♥ Lou   Mar 23 Mai - 16:34

Vous savez ce qui est le plus drôle la dedans ? C’est que je gueule après une gamine qui ne veut même pas entendre parler de moi. Non franchement c’est hilarant ! Comme si cette petite allait revenir en sautant dans mes bras juste parce que je l’appelle comme tout père le fait avec sa gamine. Mais non, cette gamine je la connais depuis très peu de temps, je la nourris comme je peux depuis peu de temps et après tout ça, la voilà qui se barre dans la rue en pleurant, pour pas changer. Depuis quand les gamines de cet âge-là sont-elles autant insupportable ?! Mais je trouve que c’est un bien doux poison qui continue de sévir sur moi alors que je sais très bien que je suis le responsable de la mort de sa mère. Oh Roxanne … Pourquoi les choses ne sont-elles pas différentes ? Elle serait toujours en vie, j’aurais appris l’existence de cette gamine et avec beaucoup de temps j’aurais presque pu mener une vie de parent normale avec sa mère toujours en vie. Si nous n’avions pas été trempé dans ses affaires douteuses depuis le début, si nous n’avions pas mis nos vies en danger à de nombreuses reprises … Si je n’avais pas pressé la détente lors de ce carambolage … Un jour, Lola aurait bel et bien une raison de ma haïr, une raison pour partir loin de moi et de fuir le monstre que je suis. Et lorsque ce jour viendra je ne pourrais pas protester, je ne pourrais battre des mains et des pieds pour pouvoir sortir la tête de l’eau et m’empêcher de me noyer. Mais en attendant, elle est bien trop petite et trop fragile que pour explorer le monde toute seule, bien trop innocente que pour pouvoir se barrer de la maison comme elle pourrait le faire lors de son adolescence. Ce qui me fait penser que je devrais mettre des barreaux à sa fenêtre si je ne veux pas la retrouver hors de son lit dans quelques années. Et encore moins de garçons dans ma maison, notre maison. Pas question.

Les images passent en boucles dans ma tête, une voiture qui déboule de nulle part sur le bitume et renverse Lola, un pervers qui lui propose des bonbons et se casse avec elle, une folle furieuse qui la porte dans ses bras … Putain mais je ne rêve pas là ! Il y a bien une connasse qui porte ma fille et en contre sens ! Non mais ça va pas dans sa tête ou bien ?! Je me remets à hurler le prénom de ma fille tout en marchant plus vite, ouais je ne suis pas vraiment inquiet parce que je sais très bien que je garde toujours un flingue sur moi. Habitude à perdre je sais, mais passons : Il y a une femme qui se barre avec ma fille ! Ce qui est étrange c’est que Lola semble être très calme dans ses bras, et ça c’est encore plus choquant.

Mais lorsque j’arrive à la hauteur de la mégère et de la furie, voilà que je me fais agresser comme si j’étais le diable en personne. Bon d’accord je le mérite un peu ce ton douteux sur lequel elle me tuerait bien. Mais je hausse les sourcils, comme j’en avais l’habitude de le faire avec Roxanne et la regarde droit dans les yeux, comme si la réponse n’était pas évidente bordel ! « Moi, je suis son père. Vous, vous allez me rendre ma fille. » Œil pour œil dent pour dent ! Son ton agressif je le luis rends avec une douceur sans fins. Et puis je m’en fou d’être apprécié ou non, je veux juste qu’on me foute la paix avec ma fille. « Sa mère est morte récemment, elle ne parle que le français et je suis son père qui ne parle qu’une langue étrangère pour elle. Ce serait sympa de me laisser me débrouiller avec nos problèmes. » Le même ton très peu sympathique, le faux sourire un peu agacé et j’ai juste envie de rentrer dans la maison pour continuer à essayer de trouver des solutions. Lola, elle, semble plutôt contrariée de me revoir, oh ça va elle bouffe quand même tout ce que je lui donne ! Puis elle n’est pas battue, pas maltraitée et tout va bien dans le meilleur des mondes vu tout ce que je lui achète ! Bon d’accord je débute mais c’est pas si terrible quand même … Pas au point de me prendre pour un psychopathe … Même si ma gentille gamine n’a pas l’air de vouloir me donner un coup de main en me faisant passer pour un monstre, vu comment elle s’accroche à cette femme … C’est vraiment agréable de se sentir soutenu par sa famille. Surtout quand elle ne parle pas la même langue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Morland
Admin Karaté Kid
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5669

MessageSujet: Re: « Vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant » ♥ Lou   Dim 11 Juin - 10:00

Depuis tout ce temps qu’elle bosse dans le foyer, Lou en a vu des vertes et des pas mûres. C’est encore plus terrible car elle sait qu’elle n’a rien d’une famille d’accueil. Ce n’est pas aussi bien, les perspectives et les promesses ne sont pas les mêmes non plus. Dans une famille d’accueil, les enfants sont dans l’attente que des parents viennent les récupérer, leur donner un nouvel espoir et une possibilité de démarrer convenablement dans la vie. Mais dans les foyers, surtout dans SON foyer, c’est moins glorieux. Parfois, des familles d’accueils viennent les récupérer mais les trois quarts du temps, ce sont souvent des enfants instables, des enfants dangereux, des enfants trop grands mais surtout des enfants ayant trop souffert. Le traumatisme est terrible car il s’imprime dans leurs chairs, les marquent à vie. Et pour cela, Lou s’efforce d’être attentive pour eux, douce et patiente. Ce n’est pas toujours évident cela dit. Il y a des moments où ils jouent avec ses nerfs, où elle a envie de les tuer tant elle les trouve malpolis et méchants. Mais dans le fond, ce ne sont que des enfants. Et Lou le ressent avec la petite Lola. Elle a presque réussi à la calmer mais voilà que débouche ce brun décrétant être son père. Mais surtout étant aussi agressif que Lou. Ce qui la dérange dans cela, c’est la façon dont s’agrippe la petite contre elle, comme si elle avait peur, comme si l’homme représentait un danger. Alors forcément, elle protège, Lou grogne et montre les dents. Et l’homme se présente comme le père de la petite. « Ah ouais ? » Dit-elle, d’une voix méfiante. « Vous avez une preuve d’abord ? » Non parce que les pédophiles et les meurtriers savent manipuler. Si elle se campe aux seuls mots de l’homme, elle peut très bien mener la petite vers un destin atroce et ça, elle ne s’en remettrait jamais. Elle regarde l’homme d’un œil soupçonneux, bien peu décidée à lui donner l’enfant. A vrai dire, elle ne le fera pas. Elle n’a pas très envie. Pourtant, l’homme se justifie encore, évoquant sa mère morte, le fait que l’enfant parle une langue qu’il ne maîtrise pas, et qu’il souhaite être tranquille.
Forcément.

La remarque arrache un rire sans joie à la brune. Il dure longtemps jusqu’à ce son visage perde toute trace de joie et qu’elle ajoute d’une voix blasée « Absolument touchant. » Bon ok, elle se fout de sa gueule. Mais c’est plus fort qu’elle. « Mais je ne vous crois pas. Vous savez, les enfants c’est ma spécialité. Des cas comme ça, je m’en occupe tous les jours. » Bombant un peu le torse et raffermissant sa prise sur Lola, elle continue dans ce sens « Alors, autant vous dire que votre résumé de l’épisode quatre-mille huit cent quatre vingt quinze des Feux de l’Amour, ça ne marche pas ! On sait tous qu’Ashley est la fille de Victor et que sans le savoir, elle a épousé son père à qui, elle a fait un enfant et sans le savoir, vient de mettre au monde… Son frère…AH QUE C’EST DÉGUEULASSE ! » Hurle-t-elle soudain, faisant sursauter la petite. « Mais en tout cas, ce que vous dites… Tout pédophile l’a déjà dit. Après tout, vous dites que c’est votre fille… OK ! Donnez-moi la preuve ! Sa mère est morte ? Et vous ne parlez pas la langue ? Merci Captain Obvious !! » Elle se tait, fixe l’homme d’un œil mauvais. Puis reprenant son monologue comme une véritable actrice de cinéma, la jeune femme ajoute : « N’avez-vous pas l’impression que votre récit ne tient pas la route ! Ce que vous dites est insensé ! Enfin, heureusement pour vous, je parle le français ! » Et tournant la tête vers Lola, elle a soudain très chaud, se demandant si la petite fille va comprendre tout ce qu’elle dit. Ce n’est pas gagné à vrai dire. Mais bon, elle doit faire bonne figure à ce mec et lui faire comprendre que les vaches ne sont pas des bœufs, et que leurs pis ne sont en aucun cas des testicules. « Mon cœur. Si.. Un jour.. la vie .. t’arrache à moi.. Si tu meurs… Que tu sois … loin de moi.. Peu m’importe… Si tu m’aimes.. »Bon ok, elle ne parle pas français mais elle aime bien la chanson d’Edith Piaf, et elle trouve que l’hymne à l’amour et elle connaît les paroles même si c’est avec un accent fort bien merdique. Ce n’est pas grave dans le fond, elle s’en fiche. C’est suffisant pour que Lola la regarde avec des grands yeux brillants avant de soudainement enfouir son visage dans le cou d’une Lou victorieuse. Bon ok, elle n’a rien dit d’extraordinaire. Mais à croire que la petite a choisi son camp. Et de ce fait, la brune ajoute sur un ton mielleux « On voit qui elle aime désormais. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Vouloir à la fois câliner et étrangler son enfant » ♥ Lou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il était une fois... Carrefour!
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» " N'UTILISER L'EAU QU'UNE SEULE FOIS... QUEL GASPILLAGE ! "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous? :: Une fois, j’me suis couché il était minuit dix.-