Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme une impression de déjà vu .... [Dimitri & Luce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dimitri Cooper
Admin fou-fou
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 995

MessageSujet: Comme une impression de déjà vu .... [Dimitri & Luce]   Mer 5 Avr - 21:33

De longs jours sont passés depuis mes retrouvailles avec mon ex-petite amie. Et fort heureusement, ou malheureusement, je ne l'ai pas revu. On avait convenu d'être potes et je trouvais ça trop cool. Ça me rappelait ces folles soirées que nous avions à l'époque où on traînait pas mal avec Saphyr et Andrea. J'en garde, aujourd'hui, des supers souvenirs. Parfois, quand je suis seul comme un gland, j’y repense et je ne peux empêcher ce sourire d’apparaître sur mon visage. Ce sont de bons instants passés, des moments inoubliables. Et quand bien même, nous nous sommes aimés, je ne peux nier ce que nous avons vécu. Aussi, je n’ai pas vu Luce depuis la dernière fois. Et il faut dire que mon emploi du temps n’a pas aidé. Forcément, avec ma place d’avocat dans cette grande entreprise, j’ai du boulot jusqu’au cou. Je bosse comme un dingue ne comptant pas mes heures. Mais ce n’est pas grave : j’aime ce que je fais. J’adore mon job et qui plus est, j’aime beaucoup l’entreprise où je suis désormais. Ça paye mieux. J’ai plus de liberté. Et j’ai même une secrétaire pour moi tout seul. Autant dire que ça valait le coup d’aller s’exiler six mois au Japon. Maintenant que j’ai fait mes preuves, je suis enfin tranquille. Je souffle. Je peux enfin savourer la joie d’être revenue parmi les miens, de pouvoir voir ma sœur à ma guise, mes amis. Et puis Luce aussi. Même si depuis, c’est silence radio. Peut-on réellement parler d’amitié ? Je n’en sais trop rien. A vrai dire, c’est quelque chose qui me dépasse un peu. D’ordinaire, je ne reste pas ami avec mes ex. Je préfère les éviter, les ignorer voir carrément faire comme si je ne les connaissais pas. C’est vache, je sais. Mais comment réagir autrement ? Je ne vais pas lui tailler la bavette pour savoir comment va machin ou bidule avec qui je me suis envoyé en l’air. Il y a juste l’exception confirmant la règle et celle-ci s’appelle Luce. M’enfin, c’est samedi soir, et je me suis motivé à sortir avec des amis. Aussi, la belle blonde n’est pas dans mon esprit. Rien ne me travaille hormis l’idée de passer une bonne soirée. Des potes m’ont proposés et naturellement, j’ai accepté. L’idée de sortir et de me changer les idées m’emballe énormément. Aussi, j’ai pris un soin particulier pour me préparer, m’habillant avec élégance comme d’habitude. Mes boucles brunes sont un peu dans tous les sens et je ne compte pas m’en séparer de sitôt. Bref, je respire le gars trop classe et une fois prêt, je me rends à l’Underground là où tous les copains m’attendent. Il doit être vingt-deux heures à peu près. Et je suis en retard. Qu’importe, six mois après, les videurs me reconnaissent. C’est appréciable d’un certain côté. Et on se check comme dans frères avec la petite accolade qui va bien. Les potes m’apprennent qu’apparemment, c’est hyper bondé ce soir. Comme tous les samedis soir à vrai dire.

Et effectivement, quand j’entre, je suis vite saisi par le monde se trouvant dans le bar, la musique, la lumière éclatante dans tous les sens. Ça va être le feu. Nous arrivons à la table que nous avons réservé et nous prenons place. La bouteille est commandée et durant le temps où il faut attendre, je discute avec l’un de mes amis, regardant parfois aux alentours. Il ne faut pas croire, je ne suis pas là pour me bourrer la gueule. Mais bien de profiter des à côtés, de revenir à mes anciens amours. Mesdames et Messieurs, je vous annonce ce soir que je chasse de la femelle #glamour. Et pendant que la jolie serveuse nous amène la bouteille de tequila avec les accompagnements, je jette encore un regard autour de moi. Il y a vraiment de jolies filles ce soir. Mais c’est avec un pincement au cœur que je me dis qu’aucune ne sera aussi jolie que Luce. C’est d’ailleurs pile à ce moment qu’un éclat blond attire mon attention. Tiens tiens… Quand on parle du loup. Mon cœur s’emballe un peu et durant un instant, je ne sais pas si je suis en train de rêver ou si ma vue part en couilles et que donc, j’ai besoin de séances d’orthoptie. Je n’en sais trop rien. Et puis de toute façon, mes amis se manifestent à moi afin que nous puissions trinquer tous ensemble. Ce que je fais avec un grand sourire, ne cessant de jeter des coups d’œil à l’endroit éloigné où j’aurais cru voir Luce. Sauf que l’éclat blonde attire un peu trop mon regard, je tourne un peu trop la tête finissant par comprendre que non, je ne rêve pas, je suis dans le même club que mon ex. Enfin, mon ex devenue ma pote. « Les amis, veuillez m’excuser. » Je déclare tout en prenant mon verre plein. Et j’avance au milieu de la marée humaine, devant jouer des coudes pour accéder à l’endroit où se trouve Luce. Le cœur bat un peu fort et je ne sais que penser réellement. Est-ce vraiment une amie ? Les pensées affluent en moi, bien vite remplacée par la surprise de voir que non seulement, Luce est bien là. Mais complètement torchée. Il suffit de voir sa démarche et puis quand bien même, elle est sublime, c’est écrit en gros et en gras sur son front qu’elle a abusé de la bouteille. « Mais quelle surprise… » Je déclare à son attention tandis qu’elle pivote pour me faire face. Mon sourire s’étire, d’un certain côté, je suis quand même content de la voir. On pourrait presque passer la soirée ensemble. Je dis presque parce que dans le fond, je ne sais pas trop si c’est une bonne idée ou non. Elle est peut-être accompagnée avec des amis ou.. ou autre. Je n’en sais rien. « C’est la fièvre du samedi soir pour toi aussi ?! » Je déclare d’une voix enthousiaste. Finalement que ce soit avec Luce ou avec mes amis, je me dis que passer la soirée avec la blonde est une bien meilleure solution. « ça va depuis la dernière fois ? » Je finis par lui demander sur un ton aimable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin sexy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 1652

MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu .... [Dimitri & Luce]   Mer 10 Mai - 12:00

Depuis l’épisode Dimitri et compagnie je ne cessais de me tourmenter sur le sujet. Oui c’est dégueulasse de sortir avec Josh et d’être en même temps encore amoureuse folle, parce que c’est clairement le cas, de mon ex petit ami. Dans cette malheureuse dernière rencontre, celui-ci n’a d’ailleurs pas trouvé mieux que de me reléguer à la catégorie de la friendzone d’où beaucoup de personnes tentent d’échapper mais c’est souvent en vain. Et même si je suis censée être avec quelqu’un et essayer de retrouver ce truc qu’on nomme stabilité relationnelle j’en suis tout bonnement incapable car mes pensées ne cessent de divaguer sur les souvenirs de ces maintes fois où j’ai pu coucher avec Dimitri. Comparant absolument tout à Josh, si vraiment tout ! J’en viens même à me demander qui a la plus grosse et mes flous souvenirs ne m’aident pas vraiment, faudrait peut-être que je remette le couvert avec les deux l’un après l’autre sans leur dire pour pouvoir effectuer LA comparaison totale en toute connaissance de choses vu que ce serait juste après l’autre … Et j’écrirais des notes entre les deux aussi histoire de ne pas oublier les petits détails croustillants que je risquerais d’omettre ! Le pire dans tout ça, parce que oui il y a encore pire que cette soit disant comparaison que j’aimerais faire entre les deux, c’est que j’en ai rêvé de cette histoire. La nana qui se tape deux mecs à la fois, plan à trois les gars grosse teuf youhou ! Le pire c’est que j’aimais vraiment bien ce rêve et j’aurais aimé retrouver cette réalité-là avec ces deux mecs plutôt que de me retrouver seule à geindre dans mon lit avant de fracasser le réveil contre un mur pour ne plus l’entendre. Bah oui le con venait de me priver de mon rêve érotique alors que je suis clairement en manque de sexe ! C’est pas les gardes tardives de Josh qui vont m’aidées pour le coup ! Et encore moins aller retrouver mon ex pour lui demander si de remettre le « et plus si affinité » en route sans la relation vu que je suis déjà avec quelqu’un ! A mais ça reviendrait à tromper Josh = comparer la situation de nouveau avec Dimitri = retomber en déprime = pas bon plan du tout ! CQFD = ne pas revoir Dimitri ni même coucher avec lui une dernière fois juste pour la comparaison. Affaire réglée, j’allais avoir l’esprit libre pendant un moment, du moins je l’espère. Je suis en manque de sexe coucou !

Mais par chance ce soir je sortais avec des amies, oui oui des amies tout à fait ça existe dans mon langage ! Même si les mots putes et salopes ressortent régulièrement c’est possible faut me croire ! Je pense avoir mentionné les mots cons et justes baisable aussi … Mais ce n’est qu’un petit détail comparé au reste de la soirée qu’il va se passer.
Soirée habituelle sauf que je manque de mec pour la soirée et vu que j’ai décidé de rester fidèle et de tester ce truc de relation nouvelle avec quelqu’un d’autre et bien je décide que je ne rentrerais pas avec quelqu’un ce soir malgré mon état de tigresse sauvage. Alors je bois, je joue à des jeux complètement idiots que ces dindes ont réussi à inventer sur le coup. Le premier jeu était de boire une bonne gorgée de notre verre à chaque fois que l’on entendait une certaine note dans une chanson, pas terrible comme jeu mais bon sang ce qu’on a bu ! Le deuxième consistait à un « je n’ai jamais » le truc classique qu’on fait généralement en fin de soirée mais je n’ai rien et je me suis contentée de rire et de picoler parce que faut avouer qu’il y a plein de trucs que j’ai fait et du coup … Ouais bah on connait la suite. Le troisième petit jeu était sur la piste de danse. Cette fois, on devait se faire payer le plus de verres possible par le plus de mecs possible. Nichons au balcon et tout sourire nous nous sommes donc précipitées dans la salle pour obtenir les petits verres de liquides précieux. Mon poison étant la tequila, je priais ces messieurs pour m’en offrir. C’était du tout cuit, j’allais gagner ! Revenant à notre table j’affichais l’air triomphant des grands sportifs qui savent très bien qu’ils vont gagner la partie. Mes petits verres étaient parfaitement alignés les uns à côté des autres et lorsque je me suis assise en m’auto prononçant vainqueur de la partie, les filles se sont tournées vers moi avec un énorme sourire et se sont toutes exclamées en même temps : « BOIS ! » Ah bah ça je l’avais pas vu venir. Parce qu’un verre en enchainant un autre et bien … Et bien me voilà, moi, maintenant, tout de suite et dansant comme jamais sur la piste. Je chante, je tourne, je danse avec une amie en la prenant dans mes bras alors que j’ai dit qu’elle était conne il y a même pas une petite heure. Mais j’aime ça, j’aime cette ambiance, et je tourne, je danse, je continue, je me laisse emporter. Et puis je pivote encore une fois parce que j’entends le mot surprise et que j’adore les surprises et là c’est le BOUM dans mon cœur. Les lumières dansent sur sa peau alors que je le fixe béatement avec un sourire énorme, je suis complètement flinguée et me voilà face à Dimitri Cooper = amour de ma vie. Tiens, je refais des math comme ce matin ! Sa voix me semble si douce, comme toujours ! J’aimerais me laisser bercer par ce son tout le restant de ma vie. « Dimitri Cooper ! » Je m’exclame tout en me laissant tomber contre lui pour le serrer dans mes bras. « Je suis contente de te voir ! » Je m’écarte un peu de lui tant bien que mal, et non ce n’est pas les hormones qui parlent ! « Euh … Oui je crois que ça va ! Et toi ? » Et puis la chanson change, c’est entrainant, ça bouge, j’ai de nouveau envie de danser. Mes yeux s’éclairent alors que l’idée se projette, j’attrape les mains de mon ex, l’entrainant dans ma course. « J’adooooore cette chanson ! » Je suis prise de ce sentiment que seul l’alcool nous donne, de véritables ailes qui me permettent de me pousser tout contre lui, lui faisant poser ses mains sur mes hanches alors que je recommence à danser. C’est débile, je sais, mais cette fois ce sont les hormones qui parlent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin fou-fou
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 995

MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu .... [Dimitri & Luce]   Mar 30 Mai - 20:21

Sans doute n’est-ce pas une bonne idée que d’avoir quitté mes amis pour me diriger vers cette blonde. Ce n’est pas n’importe laquelle. Je n’y vais pas avec la volonté de vouloir me montrer séduisant, charmeur et dans l’objectif de l’attirer dans mon lit. Bien au contraire, j’y vais parce que… parce que, à vrai dire, je ne sais absolument pas pourquoi. C’est bizarre hein les émotions humaines ? On a l’impression de les maîtriser alors qu’en fait, pas du tout. Mon instinct m’a fait me lever et mon cœur m’a fait me diriger vers elle. Pourtant, mon esprit me hurle que ce n’est pas une bonne idée. Qu’après tout, nous sommes amis. Mais bon, peut-on parler d’amitié dans ces cas-là ? Je n’en sais rien. Je dois avouer que c’est perturbant, que j’ai l’impression d’être plein d’assurance alors que face à elle, c’est tout le contraire. A vrai dire, je suis presque perdu si ce n’est qu’en apparence, tout prête à une confiance sans borne. Je ne veux pas me mentir, mais je suis content de la voir. Alors, c’est avec un grand sourire que je la salue et quand bien même, elle a l’air torché, je ne suis pas prêt à la voir se jeter sur moi et me serrer contre elle. Bien sûr, c’est affectueux et je ne peux m’empêcher de rire, posant mes mains sur ses épaules tendrement mais aussi dans le but de l’écarter de moi. Sinon, ça ne va pas le faire et on risquerait d’être trop proche pour des amis. Je rappelle que j’ai quand même relégué Luce, mais c’est pour son bien, dans la friendzone tout en le faisant pour moi-même. Nous sommes censés être « amis ». Luce finit par se détacher de moi sans que j’ai besoin de la repousser. Non parce que nous connaissant, je me dis qu’il vaut mieux avoir une distance de sécurité, faire attention pour ne pas franchir des limites. On l’a déjà fait et à chaque fois, c’est devenu catastrophique.

Heureusement, elle ne voit rien de mon trouble, semblant perdue dans sa nébuleuse éthylique. Visiblement, elle a trop consommé. Mais elle n’en demeure pas moins belle. Comme toujours. Luce, de par sa petite taille de hobbit, a toujours dégagé une force monumentale comme je n’en ai jamais vu, m’ayant toujours plu et attiré. C’est d’ailleurs de par nos forts caractères que nous avons sus, finalement, nous apprivoiser et nous aimer à la folie. Alors que maintenant, nous sommes « amis » et gênés. Enfin moi, surtout. Luce elle, est complètement mignonne, me confirmant qu’elle pense aller bien. D’ailleurs, elle ne me laisse pas en placer une que la voilà en train de s’extasier parce qu’elle adore cette chanson, prenant mes mains et le posant sur ses hanches tandis qu’elle se colle à moi. Elle se met à danser de façon énergique et durant un instant, je me dis que je dois être en train de rêver. Ou de faire une connerie. A vrai dire, je ne sais pas trop. Je danse avec Luce sans trop savoir s’il vaut mieux s’arrêter ou non. Mais comme je suis un peu bête, forcément, je continue jusqu’à la fin de la musique, appréciant cette danse un peu sensuelle, nous poussant à nous frôler dans une caresse indécente et lancinante, torse contre torse. Comme on l’a si bien fait autrefois. Et j’ai l’impression d’être dans cet autrefois, de me perdre dans le temps et dans l’espace, me rappelant avec une force effrayante combien on était heureux ensemble. Et maintenant, tout a tellement changé. Et malgré tout, je me laisse aller au jeu de cette danse entre nous, de ce frôlement indécent et de cet échange de regard jusqu’à cet enchantement cesse après de nombreuses musiques dansées ensemble. Comme au bon vieux temps. Danser jusqu’à la déraison. Danser jusqu’à l’excès. Danser jusqu’à ce que le frôlement des lèvres soient si perceptibles que je me rends compte que je suis à deux doigts de l’embrasser, de faire une connerie. Et ça suffit à rompre cette magie après tant de minutes à se mouvoir l’un contre l’autre, comme si nous n’étions que les deux êtres perdus dans cette salle peuplée.

Tout à coup, c’est comme si le brouhaha, les cris, les chants revenaient en force. A mes oreilles, le bruit me semble strident mais me ramène à ce que nous sommes désormais. Des ex. Des amis. Je suis moins inhibé que Luce alors mes idées sont peut-être plus claires. Et elle n’a pas l’air de tenir droit. « On ne devrait pas danser ensemble. Ce n’est pas une bonne idée. » Je finis par dire avec un sourire. C’est vrai que c’est une mauvaise idée. Je me rends compte plus que jamais. Mais la volonté mollit face à l’attraction qu’elle exerce sur moi. J’ai parlé trop doucement pour qu’elle m’entende, j’aurais dû m’approcher de son oreille, parler d’une voix forte. Mais dans un sens, je me dis que non, je n’ai pas forcément envie. A croire que le cœur affronte la raison. Et cette dernière l’emporte, je préfère me dire que je ne suis pas quelqu’un de bien pour elle, que je l’ai fait souffrir un bon nombre de fois. Et que ça ne peut plus durer. Quand bien même, la voir dans cet état me donne encore moins envie de faire mon connard et de tourner les talons, la laissant dans sa merde, qui sait ce qui pourrait arriver ainsi. Je m’inquiète c’est vrai et je trouve le courage de me pencher pour lui parler à l’oreille d’une voix forte. « T’es pas en état de continue ta soirée, Luce. Tu ne veux pas que je te ramène chez toi ? Tu risques de faire des conneries, t’as trop bu ! » Je déclare d’une voix forte. De toute façon, qu’elle accepte ou non, c’est la même chose. Je suis prêt à y aller à la force, et même à la porte sur mon épaule si elle proteste. Ma main a déjà tiré la sienne et voilà que je m’exclame à nouveau : « Viens Luce, la soirée est finie. » Je déclare finalement, ayant conscient que même pour moi, prendre l’air me fera du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin sexy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 1652

MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu .... [Dimitri & Luce]   Mar 30 Mai - 22:12

J’aime sentir mon cœur battre plus fort tandis que je sens son souffle si proche de moi. J’aime cette sensation de béatitude qui m’envahit toute entière alors que je m’abandonne totalement dans cette danse qui ne devrait pas avoir lieu d’être. Jouant de mon corps contre le sien, de cette proximité interdite qui rend le jeu encore plus tentant, encore plus fort, encore plus attirant. Je me sens comme un papillon irrésistiblement attiré par la lumière, éblouis par une flamme me brûlant avec une telle force qu’il embrase mon cœur tout entier. L’humain possède de nombreux défauts, il peut se montrer possessif et jaloux, dur et froid lorsqu’il entre en contact avec les autres et l’homme fait également des erreurs. Eprit par des passions trop fortes et prit par ses démons intérieur il peut se laisser tenter par le passé, par ce qu’il a pu faire auparavant et se laisser aller dans ces mauvaises habitudes qui l’ont si longtemps habitées. C’est sûrement ce genre de pensées ivres qui me permet de m’approcher autant de Dimitri, de mon ami, de mon ex … Je brûle de ce désir qu’une fille amoureuse peut encore ressentir après une rupture. Oui, c’est bel et bien ce qu’il se passe, mais je ne suis que son amie et de plus est que je ne suis pas seule. Du moins, je ne suis pas accompagnée ici mais lorsque je redeviens cette Luce de tous les jours, celle qui reste sobre toute la journée, celle qui retrouve son appartement le soir au lieu de la boîte de nuit, celle-là même qui rentre parfois le soir pour retrouver son nouveau petit-ami. Et même si cette relation est bonne, qu’elle me rend heureuse, elle ne me complètement pas comme je pouvais l’être lorsque je me tenais auprès de l’homme avec qui je danse. Mais je suis trop proche, mon souffle se mélange bien trop au sien, ses lèvres sont bien trop près et l’alcool n’aidant pas je me laisse totalement aller. Et qu’importe ce qu’il peut arriver, je le veux, je le souhaite de tout mon cœur. Oh Josh, je m’excuse, je sais que je ne me conduis vraiment pas comme la copine idéale. Mais l’ai-je seulement déjà été ? Oui, peut-être, certainement. Mais ce n’est pas auprès de celui qui travaille pour sauver des vies que je ressens cette électricité qui palpite entre le corps qui se trouve près de moi et du mien. Je ne suis qu’une flamme ardente brûlant du désir que me procure Dim.

Mais l’étreinte qui me coupait du restant du monde se coupa. Mes yeux se rouvrirent alors avec un air interrogateur tandis que je regardais l’homme face à moi. Je ne voulais pas m’éloigner de lui, je ne voulais plus me sentir, ne serait-ce qu’un instant, loin de cette douceur infinie. L’alcool m’empêchait de réagir vraiment, alors j’attendais sagement quelque chose, un signe, un geste venant de sa part qui m’inviterait à me glisser une nouvelle fois dans ses bras. Son sourire me faisait le même effet que le soleil fait à la glace, je me liquéfiais complètement. Mais j’avais mal de cette distance, je ne voulais plus la sentir, je refusais d’avoir mal en restant éloigner un instant de plus. Je fis un pas vers lui tant bien que mal, bon sang j’avais bien trop bu ! Je manquais soudainement d’oxygène alors que je comprenais que rien ne se passait ce soir. Que la réalité était toujours la même et qu’il ne redevenait pas celui que j’avais tant attendu ces derniers mois. J’avais bien vu ses lèvres bougés mais je n’avais pas compris et après tout je n’avais pas envie de savoir non plus. Je tentais alors de retourner vers le bar mais sa voix, plus forte et proche de mon oreille, m’empêcha de partir. Il avait raison et je ne pouvais absolument pas nier ce qu’il me disait. Mais qu’il se soucie que je fasse des conneries me réchauffait le cœur, s’il s’inquiétait pour moi alors je comptais encore un peu pour lui. « Mais je vais très bien tu sais ! » Je lui réponds à mon tour, les yeux brillants d’éclats à cause de l’alcool ingurgité.

Mais sa main avait saisi la mienne et le courant électrique me parcourut toute entière. Je me sentais plus forte de par ce contact même s’il ne représentait rien. Je me laissais donc entraînée vers l’extérieur, saluant de la main les personnes que je reconnaissais sur notre passage accompagné d’un large sourire. Je vais avoir droit aux questions après ça, aux interrogatoires même et je n’en avais pas envie. Mais une fois à l’extérieur, l’air me frappe et me permet de me rendre compte du point auquel je suis soûle. Je n’aurais jamais dû autant boire, jamais. Mais j’y étais, je ne contrôle plus vraiment l’impulsion qui me fait réagir et c’est après avoir marché quelques pas dehors que je me tourne alors vers Dimitri, mes yeux se plantèrent dans les siens tandis que je tentais de faire barrière de mon corps pour qu’il arrête d’avancer. Accrochée à son regard je me sentais emplie d’une nouvelle force. « Pourquoi nous ne sommes plus ensemble Dim ? » Demandais-je tout simplement tandis que mes doigts jouaient avec sa main qui continuait de me tenir. Oh je savais qu’il m’avait trompé, je savais que tout avait été terriblement compliqué et je savais aussi très bien qu’il était partit durant de très longs mois. Mais l’adrénaline de fin de soirée coulait dans mes veines et accompagnées de la présence de cet homme je me sentais capable de tout. « Ne me laisse plus toute seule … » Continuais-je avec cette force de la personne complètement irradiée, je le savais mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Dans cet instant de force mais aussi de grande faiblesse, je fondis sur lui, le serrant dans mes bras. Respirant cette odeur familière et rassurante que lui seul possédait. Rien n’était pareil avec Josh et j’avais besoin de retrouver ce semblant d’habitudes que j’avais créé avec Dimitri, tellement besoin …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin fou-fou
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 995

MessageSujet: Re: Comme une impression de déjà vu .... [Dimitri & Luce]   Ven 16 Juin - 8:48

Trop souvent, je suis envahi par ces regrets. Le doute me saisit aussi dans ces mêmes moments. Luce est encore et toujours au centre de mon esprit. Et à chaque fois, la rengaine est la même. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est ainsi. Pourtant, je n'ai pas vraiment gardé en mémoire mes histoires de coeur passées. Je n'ai jamais eu un souvenir aussi clair et limpide de ces filles que j'ai côtoyé. Mais Luce a dépassé tout cela. Luce a su apporter un centre de gravité dans mon monde. Luce a été bien plus que la relation d'un soir. Ainsi, elle a cette importance si spéciale. Elle ne partira pas quand bien même, je fais tout pour. À force, je me résigne. J'apprends à vivre avec. Ce n'est pas la meilleure des solutions. Mais c'est ainsi. On grandit je crois. Quand bien même, l'erreur reste là, si humaine. Je suis quand même content de moi à l'idée de ne pas l'avoir embrassé. J'aurais pu. Ce n'est pas l'envie qui me manquait cela dit. Elle exerce cette attirance sur moi que je ne peux nier. Son corps appelle au mien comme lorsqu'on s'est connu de façon plus intime, quand un jeu innocent a transformé, en l'espace d'une soirée, l'atmosphère chargée en sensualité. Mais cette fois-ci, j'aborde ce geste comme la pire des infamies. Ce n'est pas moi que je crains d'atteindre mais bien Luce, je ne veux pas qu'elle souffre par ma faute, qu'elle puisse croire que j'ai raconté des bêtises en évoquant une pseudo amitié qui, finalement, ne donne rien de bien concret. Des amis danseraient-ils ainsi ? Des amis laisseraient-ils leur corps se frôler de façon indécente ? Et ces bouches se frôlant sans cesse ? Je me pose toutes ces questions mais j'en connais déjà les réponses. Je sais qu'il ne peut en être autrement. Qu'être amis est la seule solution mais ce n'est pas forcément la meilleure. Et puis éméchée comme elle est, je finis par me dire que le mieux c'est de la ramener chez elle. Aussi, je lui fais comprendre qu'il serait temps qu'elle rentre à la maison. Mais elle proteste déclarant qu'elle va très bien. Je l'observe d'un air mitigé, haussant un sourcil et peu convaincu de ce qu'elle dit. Je la connais trop bien pour savoir quand est-ce qu'elle va vraiment bien. Or là, je ne peux retourner à ma soirée en la laissant ainsi. Si vulnérable et offerte. De ce fait, j'insiste prenant sa main et je remarque qu'elle se laisse faire, qu'elle me suit. Comme si la confiance était encore là. Les sentiments aussi. Je me contente de faire un signe à ma table d'amis là-bas, mimant le geste de les appeler. Ils comprendront même si dans leur esprit, je suis, sans doute, en train de me taper mon ex. Ce qui n'est pas le cas. Quand bien même, c'est du sauvetage. Et finalement, après des coups de coude, une insertion dans la foule assez compliquée, je finis par déboucher à l'air libre, ne lâchant jamais sa main. Ce n'est pas maintenant qu'il faut la perdre. Les gens nous observent d'un œil avisé, un peu comme si nous étions le couple d'un soir se cassant pour s'envoyer en l'air. Or moi, je me contente, simplement, de l'emmener ailleurs, de me dire que je fais quelque chose de bien pour une fois, qu'elle sera mieux chez elle à décuver, qu'ailleurs. Toutefois, Luce est bien décidée à rentrer mais pas dans le silence.

Car à peine nous avons commencé à marcher que la bougresse me saute dessus littéralement afin de m'empêcher de passer. Le reste n'est qu'une question me sciant l'estomac. La fameuse question. Pourquoi, à ce jour, nous ne sommes plus ensemble. Ah la question qui tue. On a bien envie d'y répondre mais face à son air éméché, je me dis que répondre de la merde ne sera pas la meilleure des solutions. Toutefois, je ne peux rester insensible à ses charmes, à sa façon de venir se mouvoir contre moi, de me dire qu'elle ne veut pas être seule.  Mais est-ce dit pour moi ou en général ? Bien sûr, je pense pour moi. Mon ego en est flatté après tout. Mais ce n'est pas forcément une bonne idée. « Luce... Tu sais dans la vie, on ne peut pas décider de ce que l'on veut, on peut avoir le choix, c'est sûr. Mais rien de plus. Rien de moins. » Bon. Mon charabia ne veut rien dire mais je continue quand même. « Ce que je veux dire par là, c'est que selon Epicure, il faut savoir vivre simplement pour être heureux. Genre par exemple, ce philosophe estimait qu'il fallait qu'on vive pieusement en philosophant à fond les ballons. La vie est courte mais n'est-elle pas courte parce que nous le voulons bien ? Ou alors, si ce n'est qu'elle est longue parce que nous voulons qu'elle soit courte ? Tout est relatif. » Je continue sur ma petite lancée telle le prof de philo du coin. « Et donc ! Épicure estimait que si on pouvait vivre simplement, alors on pouvait parfois se faire plaisir, dans des orgies alimentaires, festives et sexuelles. Telle est la vision d'une vie épicurienne. Ce qui n'est pas mon cas. » Je me tais, essayant d'ignorer la petite voix dans ma tête me disant que Luce ne va pas comprendre un beignet de ce que je raconte. Mais ce n'est pas grave. J'embourbe le cerveau. Le sien. Mais le mien aussi. Ça me permet d'aborder la suite sans trop me mettre la pression. « Ce que je veux dire, c'est que nous ne sommes plus ensembles parce que j'ai fait le con. Parce que je sais que ça pourrait recommencer. Je crois qu'o. ne change pas ce qu'on est. » Tout en disant cela, je pose mes doigts sur mon bras pour la reculer loin de moi, histoire de se remettre en route, pour que je la ramène et que je conserve encore mes idées claires. « Allez, je ne vais pas te laisser seule. » Je finis par dire afin de répondre à sa demande quand bien même, je me dis qu'elle veut dire autre chose que ce que je veux bien croire. Mais c'est ainsi et je l'amène jusqu'à ma voiture où je lui ouvre sa portière comme un véritable gentleman. Je veille à ce qu'elle s'attache bien comme il faut avant de venir prendre place à mon tour. Le moteur s'allume, rugissant doucement tandis que je me mets la ceinture. « T'as pas déménagé j'espère ? » Je finis par lui demander avec un petit sourire en coin. Parce que bon, je n'ai connu qu'une seule adresse et qu'il peut s'en passer des choses par ici. Mais non, elle est toujours au même endroit « Ah tu es toujours avec ta coloc ? Comment elle s'appelait déjà ? Josiane ? » Je sais que ça finissait en -Anne à la fin. Mais à vrai dire, retenir les prénoms des gens dont je me fiche totalement, m'importe guère. La coloc je lui ai souvent dit bonjour mais sans plus. De ce fait, j'attends qu'elle me confirme l'endroit où arriver pour l'amener, roulant doucement cette fois-ci, comme si je n'avais pas forcément d'arriver rapidement chez elle, de se dire qu'il faudra se dire au revoir dans le mensonge que la vérité honteuse force à avouer. « Gerbe pas dans la voiture Kane sinon je te le pardonnerais jamais et tu devras me racheter un nouveau siège en cuir. » Je finis par dire avec un sourire en coin, amusé par la situation et pour alléger l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Comme une impression de déjà vu .... [Dimitri & Luce]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme une impression de déjà vu - Freya & Graham & Logan
» "Comme une impression de déjà vu" - [Rose]
» Comme une impression de déjà vue [pv Nindaeï]
» J'ai comme l'impression d'être au milieu d'une chanson de Police ||Ewen||
» Comme une impression de déjà vus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Venice Beach :: L'Underground-