Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une rousse peut en cacher une autre [Lullaby & Dimitri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dimitri Cooper
Admin fou-fou
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 995

MessageSujet: Une rousse peut en cacher une autre [Lullaby & Dimitri]   Dim 9 Avr - 9:44

Un faux numéro. Cette fille m’a donnée un faux numéro. Franchement, j’ai cru rêver sur le coup mais quand j’ai entendu qu’on décrochait, que j’ai alors susurré un charmant « Hello petit cupcake enrobé de chocolat » et que j’ai entendu une voix chevrotante s’exclamer « Mais qui êtes-vous… ? Michel, Michel !!! Il y a un fou qui m’appelle petit cupcake », je me suis dit qu’il y avait un souci. Alors du coup, j’ai coupé ma ligne, j’ai changé d’identité, de maison, de pays, je me suis coupé les cheveux et j’ai ainsi pu échapper à Michel le terrifiant. Et c’est comme ça que le règne de Dimitri Cooper a cessé ….. Non j’déconne ! Faut pas raconter que de la merde non plus #troplolol. Parce qu’en vrai, je me suis excusé à la grand-mère toute chiffonnée et finalement, j’ai raccroché en me disant que cette rousse était le mal incarné. Non que dis-je, toutes les rousses sont le mal incarné à commencer par Emma Stone Aussi, suis-je donc dépité de la vie. Pourquoi les filles font ça ? Genre à moi ? Je ne pense pas avoir été un gros lourdaud pourtant. On a parlé, on a ri, elle m’a expliqué toutes les pâtisseries qu’elle avait fait, j’ai gouté, j’ai bu mon café, on reparlé, on a ri à nouveau. Tout ça pour quoi ? UN FAUX NUMÉRO ?! Je t’en foutrais moi des faux numéros. Ça m’agace un peu dans le fond. Quand bien même, il y a pas mal de choses qui m’agacent mais bon, il faut faire avec après tout. Et heureusement, qu’il y reste des choses bien quand même. Comme par exemple, ma sœur va se marier. Bon c’est sûr que ça aurait pu être plus sympa avec un autre qu’Edward – aka le meilleur ami de mon ex – mais bon tant qu’elle est heureuse, je ne pourrais jamais m’opposer au bonheur d’Aria.

En revanche, pour celui de Luce, c’est tout à fait autre chose. J’ai découvert, il y a peu, que cette blonde était en couple. Ouais, elle s’est bien gardée de me le dire d’ailleurs. Et qu’elle n’a été ma surprise de le savoir. Alors, oui j’ai été incroyablement jaloux. Oui, j’ai cru que j’allais péter les dents à son gugus trop laid. Oui, j’ai senti mon petit cœur en prendre un coup. Fort heureusement, je suis doté de cette capacité à m’adapter à toutes sortes de circonstances. Je n’aime pas me retrouver en position de faiblesse, je n’aime pas montrer que j’ai été atteint dans ma dignité et dans mon âme. Alors, je fais semblant. Et dans un sens, ça marche. J’ai fini par me convaincre de passer à autre chose. Et c’est comme ça que je suis passé à autre chose et que j’ai appelé la pâtissière. Enfin… la femme de Michel. Mais ce n’est pas grave. RIEN N’EST GRAVE D’ACCORD EUKÉ !? Aussi, suis-je d’humeur optimiste comme d’habitude. Comme a dit un jour Mickaël Jackson dans une parodie « la vie continue » Et quand bien même, je ne me laisse pas abattre. Après tout, n’ai-je pas été le connard de service avec Luce ? Oui, bien sûr. Et puis, je me suis cassé six mois au Japon. ça fait doublement connard. aussi, tout se comprend. Tout s’explique. Tout se pardonne même. Ça me gave c’est vrai. Je mentirais en disant le contraire. Après tout, elle n’a pas été ma première expérience mais juste la première fois dont je suis réellement tombé amoureux. Et ce sont des choses ne s’oubliant pas. On ne peut pas passer à côté de son premier amour. C’est impossible. Je ne peux oublier Luce comme si je venais d’oublier une conquête d’un soir. Qu’importe, je décide, ce soir, de noyer mon chagrin – ou pas – dans une soirée entre amis. On a choisi d’aller se déhancher le boule en boite tout en se descendant une bonne bouteille. Bon ce soir, c’est soirée salsa en plus. Comment dire que ça rend la technique de drague plus caliente. Aussi, nous voici attablés autour de la table basse avec les copains. On s’est pris une bouteille de vodka mais il manque quelques accompagnements comme le jus de pomme par exemple ou la redbull. « Je vais aller en chercher ! Elle a l’air de ne plus savoir où donner de la tête ! » Je finis par dire en évoquant la serveur courant à droite, à gauche, ce soir. Il faut dire que le lieu est bondé. C’est samedi soir les gars ! Et c’est en jouant des coudes que j’essaye de me frayer tant bien que mal un chemin vers le bar. Bordel de dieu, ils ne peuvent pas limiter les entrées ? Parce que là, c’est impossible franchement. Les gens se bousculent et ça devient franchement peu top. Mais je finis bien vite par arriver devant le bar saluant Jimmy avec un grand sourire. Lui, je l’aime bien. A force de venir ici, on finit par se reconnaître facilement. « Haribaaaaaaa ! » Je braille façon Speedy Gonzales. « Dis-moi Abuela del Corazon, ta serveuse elle a oublié la moité des trucs pour notre commande. Le jus de pomme. La redbull ! On ne va pas boire la vodka cul sec ! » Et là, je ris façon « classe-comme-un-Cooper » quand je remarque la rousse se trouvant à côté de moi. WOOOPITAING !!! C’est Emma Stone !! FUYEZ ! une amie de Luce. Et si je ne me trompe pas, c’est Lullaby. Je l’ai rencontré quelque fois et si au début, lorsque nous étions ensemble, elle semblait ridée du sourire, elle avait fini par se dérider et je l’avais bien aimé. Mais ça, c’était avant… Quand j’étais avec Luce. Alors que maintenant, comme elle va réagir ? « Oh bah ça alors !! Lullaby ! » Je lui souris façon sourire colgate fraîcheur des pins « Ça fait un bail dis donc ! Comment vas-tu ? T’es de sortie toi aussi ?! » Question con, je me doute bien qu’elle n’est pas venue ici dans l’espoir d’en apprendre plus sur le cycle lunaire ou la reproduction des tortues.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby W. Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/06/2016
MESSAGES : 1541

MessageSujet: Re: Une rousse peut en cacher une autre [Lullaby & Dimitri]   Jeu 11 Mai - 9:00



   
   Dimitri & Lullaby
   Une rousse peut en cacher une autre

P
endant la semaine qui vient de s’écouler, j’ai vraiment cru que j’allais craquer. Les examens n’ont jamais été ma tasse de thé, j’ai une mémoire pourrie, une faible résistance au stress et l’idée de devoir aller aux rattrapages me rend tout simplement malade. Les semaines de partiels à la fac sont donc une source d’angoisse énorme et plus le temps passe et moins je me sens en confiance et en sécurité. Je remets tous mes projets d’avenir en question, je m’imagine au chômage, à vivre de nouveau dans la rue, à devoir annoncer à Héloïse que je ne peux plus payer le loyer. Bref, c’est la lose totale. Pourtant, jusqu’ici, tout s’est très bien passé pour moi et je devrais être heureuse d’en être arrivée là mais non, je n’arrive jamais à me détendre pendant ces moments-là, bien au contraire. Heureusement, cette fameuse semaine est derrière moi maintenant et avec les autres élèves de ma promotion, nous avons décidé d’aller fêter la fin des examens en boite. Clairement, je n’ai plus l’habitude de fréquenter ce genre d’endroit depuis ce qu’il m’est arrivé, j’en garde tout simplement de mauvais souvenirs que je n’aime pas voir remonter à la surface, mais je pense que pour fêter la fin d’une période de tension intense avec les personnes qui ont partagé mon calvaire, je peux bien faire ça. Alors j’ai mis une jupe moulante un peu sexy, un top pas trop moche et j’ai sorti mes talons pour rejoindre mes camarades de classe et amis pour une soirée destinée à nous faire oublier le cauchemar que nous venons de vivre. Et ça marche plutôt bien. Après deux margarita, je me sens déjà plus joyeuse et je rigole comme une baleine en regardant deux de mes copines se déhancher sur la piste juste devant moi. La danse et moi, on n’a jamais été très copines et je ne suis pas assez bourrée pour me donner en spectacle mais je ne regrette pas mon choix, ce spectacle est à mourir de rire. « Vas-y Jenna, t’es une tueuse ! » Je hurle en direction de l’une des deux filles qui ressemble pourtant à un chiot proche de la noyade. Je bois une petite gorgée dans le verre contenant ma troisième margarita et pose ledit verre sur le bar qui se situe juste derrière moi pur battre des mains et accompagner la folie des deux jeunes filles. Cette soirée est vraiment excellente, je ne regrette pas du tout d’être venue. Je sais bien que ce verre sera le dernier pour moi, je ne tiens pas trop l’alcool et j’ai déjà appris à mes dépends que j’avais des limites à ne pas dépasser pour mon amour-propre et pour la qualité de la soirée de mes camarades. Je ne tiens pas du tout à ce qu’ils soient obligés de s’occuper de moi pendant les trois prochaines heures parce que je serais trop mal en point pour m’occuper de ma propre personne. Au pire, je pourrais toujours reprendre un verre un peu plus tard dans la soirée si jamais je m’en sens capable, j’ai bien l’intention de passer ma nuit ici, demain je suis en congé, mon patron ayant adorablement considéré que je serais sûrement fatiguée après mes examens et que j’aurais besoin d’un peu de repos. Je l’aime d’amour.

« Oh bah ça alors !! Lullaby ! » Je me tourne immédiatement vers la personne qui vient de m’interpeler pour constater avec stupeur qu’il s’agit de Dimitri. J’ai l’impression d’être en face d’un fantôme ou d’un revenant, je n’en sais trop rien et la stupeur doit certainement se lire sur mon visage. Luce a dû oublier de me dire qu’il était de retour en ville celui-ci parce que franchement je n’étais pas au courant. Ou alors, elle n’est pas au courant non plus et dans ce cas-là je suis sacrément dans la merde car je devrais prendre la responsabilité de lui en parler ou non et je ne sais pas du tout si raviver des souvenirs douloureux est une bonne idée et si lui mentir pour la préserver en est une meilleure. « Dimitri ! » Je m’exclame sur le même ton enthousiaste après l’avoir dévisagé pendant de trop longues secondes avec un air de merlan frit. En vérité, je ne suis pas mécontente de le voir, c’est un garçon sympa, pas prise de tête et avec lequel je me suis toujours plutôt bien entendu malgré mon appréhension à l’idée qu’il fasse souffrir ma copine compte tenu du fait qu’il est tellement désinvolte que tout semble glisser sur lui sans réellement l’atteindre. Cependant, malgré tout ce qu’il s’est passé, je ne crois pas qu’il soit nécessaire que je l’envoie vraiment chier ou en tout cas pas tout de suite, après tout sa relation avec ma copine ne me regarde pas, ou en tout cas pas à ce moment-là. Tant qu’on ne me demande pas de prendre parti, je préfère lâchement m’en abstenir. « Ça fait un bail dis donc ! Comment vas-tu ? T’es de sortie toi aussi ?! » Un bail, c’est le cas de le dire, je ne sais pas combien de temps j’ai passé sans avoir Dimitri en face de moi mais à mon avis ça doit faire un sacré bout de temps, d’ailleurs je croyais qu’il avait quitté la ville mais il a l’air surpris de ne pas m’avoir revue avant donc je me trompe peut-être. « Carrément longtemps, ouais, je croyais que t’étais plus à LA ? » C’est carrément indiscret mais la margarita est un bon suppresseur de filtres et je ne me fais pas prier pour poser les questions que j’ai envie d’aborder. « Ca va plutôt bien, je suis venue fêter la fin des examens avec ma promo, c’est plutôt cool, j’ai l’impression de retrouver ma liberté, ça fait trop du bien. » L’idée de ne plus être submergée par le travail scolaire dans les prochains mois me plait vachement. Bien sûr, je vais encore avoir à m’occuper de mon émission de radio mais j’ai justement envie de me replonger à fond dans mon boulot, j’ai de nouveaux projets à mettre en place et je compte bien m’y investir maintenant que j’ai le temps pour le faire. « Et toi, alors, tu vas bien ? QU’est-ce que tu deviens ? » On se comporte comme deux amis de longues date en plein milieu de nos retrouvailles émouvantes alors qu’en réalité on n’a jamais été i proches que ça mais c’est peut-être l’ambiance de la soirée qui veut ça et franchement ça n’a rien de désagréable.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin fou-fou
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 995

MessageSujet: Re: Une rousse peut en cacher une autre [Lullaby & Dimitri]   Mar 30 Mai - 20:24

Franchement, je n’étais absolument pas prêt à rencontrer une amie de Luce par ici. Bon, il faut dire que je n’en ai pas connu des masses. Elle n’a jamais eu foule d’amies, d’autant plus que beaucoup la voyait souvent comme celle qui allumait les mecs, se la jouant séductrice et surtout, les chauffant un peu trop facilement. Il faut dire que mon ex n’a pas eu forcément une bonne réputation, et a souvent rencontré des difficultés à se faire accepter auprès de la gente féminine. En revanche, en ce qui concernait la gente masculine, aucun souci n’était à déplorer. Ceci dit, pour évoquer ça, je sais de quoi je parle. J’avais, trop souvent, vu Ophélia et Zoey, être jalouse de Luce parce qu’elle rigolait un peu trop fort avec leurs petits-amis respectifs. Et puis, lorsque les choses ont changé, lorsque finalement, nous sommes sortis ensemble. Tout a viré à cent quatre-vingt degrés. Les choses ont évolué et les gens se sont finalement mis à l’apprécier. Et puis… La suite, forcément, tout le monde la connait. De ce fait, je ne suis pas forcément à l’aise en voyant Lullaby. Je me dis qu’elle va me juger, qu’elle va sans doute me gaver mais quand bien même, je reste poli. Je la salue avec l’enthousiasme me caractérisant habituellement. Il est donc hors de question que des rumeurs courent à mon sujet, décrétant que j’évite les gens. D’autant plus qu’elle, étant rousse, et moi, beau gosse et aux cheveux longs bouclés, on ne peut s’ignorer longtemps. De ce fait, je ne peux m’empêcher d’être aimable bien que je ne peux que craindre sa réaction ? Et si elle me fout un vent sous prétexte que je suis un salopard ayant brisé le cœur de son amie ? C’est fort possible. Je suis prêt à en assumer les conséquences, quand bien même, ça ne sera pas forcément plaisir.

Mais que nenni, rien de tout cela ne se passe. Bien au contraire, je suis agréablement surpris de la voir d’assez bonne humeur. Qu’elle me salue avec chaleur égaie un peu plus mon sourire. On ne va pas se mentir. J’ai toujours apprécié la rousse depuis la première fois où Luce nous a présenté. Je l’ai toujours trouvé joviale et assez ouverte d’esprit. Tout à fait ce que j’apprécie chez quelqu’un. Il n’y a rien de tel que de tomber sur quelqu’un ayant un humour aussi raide qu’un piquet. Aussi, je suis content de la voir aussi chaleureuse malgré tout ce qui s’est passé. Forcément, elle est surprise de me voir ici. Visiblement, elle avait eu vent de mon départ des terres américaines. « Et oui ! Je suis revenu du Japon ! Les US me manquaient trop. Et puis, mon exil n’était que temporaire. Depuis, je suis revenu. Et je ne compte pas repartir. » Et je suis hyper sérieux sur ce point. Laissez-moi donc les hamburgers bien gras. J’ai fait une overdose de sushi alors autant dire que désormais, tout ce qui est lié ou de prêt à quelque chose de bridé, de manga, de fluo, de chelou, ça m’horripile plus qu’autre chose. Quand bien même, ici, je connais du monde. Comme Lulla et je suis tout ravi d’apprendre qu’elle fait la fête ici pour saluer la fin de son année. « Tes examens se sont bien passés ? Ca me rappelle le temps où j’étais étudiant. » Un rire franchit mes lèvres et j’ajoute « Je parle comme un vieux. Mais c’est vrai. Parfois, ça me manque terriblement les soirées étudiantes, les spring breaks et puis le fait de n’avoir comme souci que celui de réviser les prochains partiels ! » Désormais, tout a changé. Le taf. Les responsabilités. Les factures. La vie d’adulte en somme. Mais je ne m’en plains pas. Bien au contraire, j’aime mon job et maintenant, je me suis même offert une voiture neuve avec un « vroum vroum » bien puissant. Alors autant dire qu’il y a ses avantages et j’adore ça. Lullaby finit par me demander ce que je viens après tout ce temps. C’est vrai que ça fait une éternité. Et à bien y voir, ça fait même presqu’un an que tout est devenu compliqué, que mon histoire avec Luce a éclaté. Alors autant dire que  nous avons des choses à nous dire. « Ce que je deviens ? Bah je suis allée au Japon pour une entreprise américaine. Ils avaient une sorte de mission avec une embauche à Los Angeles à la clé. Alors, je suis resté le temps qu’il fallait. Et puis maintenant, je suis toujours dans cette boite. C’est une entreprise de finance et je m’occupe de la partie juridique. Autant dire que ça me plait pas mal. Et puis sinon, bah c’est un peu le traintrain habituel. Le travail. Le dodo. Les soirées. On ne change pas une équipe qui gagne ! » Ma voix est plus qu’enthousiaste lorsque je termine mon monologue, bien décidé à questionner la rousse. « Et toi que deviens-tu en dehors de picoler en soirée pour marquer la fin des études ? Tu continues tes études ou t’arrives dans la ligne droite ? » Et comme je suis un être curieux, forcément, je pose pleiiiin de questions. « T’étudiais dans quoi déjà ? Tu bosses toujours à côté ? » Je finis par dire avec un grand sourire bien loin de me douter que je vais peut-être la gaver avec mes questions. Et encore… Je ne lui ai même pas demandé ce qu’il en était des amours !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lullaby W. Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/06/2016
MESSAGES : 1541

MessageSujet: Re: Une rousse peut en cacher une autre [Lullaby & Dimitri]   Ven 23 Juin - 22:56



   
   Dimitri & Lullaby
   Une rousse peut en cacher une autre

R
encontrer Dimitri est étonnant d’autant plus que j’étais persuadée qu’il n’était plus à Los Angeles. Du coup, je suis totalement sous le choc et c’est tout juste si mes jambes ne me manquent pas de me lâcher sur mes talons qui me paraissent d’un seul coup un peu trop haut. Et puis franchement, croiser l’ex d’une de mes meilleures potes alors que je me suis habillée de manière un peu moins conventionnelle que d’habitude et dans un endroit que je n’ai pas l’habitude de fréquenter, ce n’est pas le genre de truc qui me met particulièrement à l’aise. Mais bon, j’engage la conversation et tout se passe très bien, Dimitri est un mec cool et désinvolte, il ne se prend pas la tête et sa bonne humeur est contagieuse, je lui souris chaleureusement alors que nous continuons à parler. Les deux Margarita et demie que j’ai ingurgitées doivent aider à rendre cette discussion un peu moins bizarre. Merci alcool je t’aime. « Et oui ! Je suis revenu du Japon ! Les US me manquaient trop. Et puis, mon exil n’était que temporaire. Depuis, je suis revenu. Et je ne compte pas repartir. » Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle mais en même temps, ça a l’air de lui faire plaisir d’être de retour alors je prends le parti de me réjouir. « Trop cool ! T’es content d’être de nouveau ici ? C’était comment le Japon ? » Personnellement, compte tenu de mon petit budget et de la vie que j’ai eu avant de réussir à me prendre en main et à rebondir, je n’ai absolument pas eu l’occasion de voyager en dehors des Etats-Unis. Je connais, en tout et pour tout, trois villes différentes et même si j’ai eu l’occasion de voyager un peu lors de mes vacances, je n’ai jamais eu le fric nécessaire pour partir à des milliers de kilomètres de Los Angeles. Qui sait, peut-être plus tard, on verra bien.

« Tes examens se sont bien passés ? Ca me rappelle le temps où j’étais étudiant. » Je hoche la tête de haut en bas avec un minimum de conviction. Les examens, il ne faut pas trop m’en parler à dire vrai, je suis bien incapable de savoir si ça s’est bien ou mal passé, pour le moment je fête juste le simple fait que ce soit terminé, on verra ensuite lorsqu’il faudra que je pleure sur mes notes. Demain est un autre jour. « Franchement, j’en ai aucune idée, je te dirais ça quand j’aurais les résultats. » Ouais, enfin, ou pas, je pense que je ne suis pas amenée à le recroiser plus tard mais bon je tiens à être polie plutôt que de lui dire qu’il ne le saura jamais parce qu’on ne se reverra jamais de la vie, je ne suis pas ce genre de connasse. En plus, j’ai pas bien suivi l’histoire avec Luce alors même si j’ai bien compris qu’il avait fait de la grosse merde avec ma copine, ce n’est pas à moi de jouer les justiciers en armure juste parce que je l’ai croisée par hasard en soirée. « Tout ce que je sais, c’est que c’était ultra dur et que je suis bien contente de m’en être tirée. » Parce que sincèrement, il y avait peu de chances pour que je m’en sorte, je ne partais pas favorite du tout dans cette histoire, raison de plus pour être fière de moi. « Je parle comme un vieux. Mais c’est vrai. Parfois, ça me manque terriblement les soirées étudiantes, les spring breaks et puis le fait de n’avoir comme souci que celui de réviser les prochains partiels ! » Ce mec est irrécupérable, lui il se souvient de ses études comme une grosse fête géante alors que moi je vois surtout ça comme un calvaire sans fin qui m’empêche de travailler à temps plein et me fait salement galérer pour payer à la fois la fac et mes factures. Mais bon, les spring break c’est sûr que ça doit être super. « Tu peux toujours te faire passer pour un étudiant et continuer les soirées, ça craint un peu mais ça te rappellerait tes bons souvenirs. » Il risquerait également de se taper une mineure et de finir en prison mais bon ce n’est pas à moi de l’informer de ce petit détail désagréable, au contraire.

Plutôt que de m’informer sur sa vie sexuelle, je décide plutôt de prendre quelques nouvelles. Après tout, le Japon ça devait être méga cool mais pour qu’il soit revenu maintenant, c’est qu’il a probablement eu d’autres opportunités, chose qu’il me confirme tout de suite. « Ce que je deviens ? Bah je suis allée au Japon pour une entreprise américaine. Ils avaient une sorte de mission avec une embauche à Los Angeles à la clé. Alors, je suis resté le temps qu’il fallait. Et puis maintenant, je suis toujours dans cette boite. C’est une entreprise de finance et je m’occupe de la partie juridique. Autant dire que ça me plait pas mal. Et puis sinon, bah c’est un peu le traintrain habituel. Le travail. Le dodo. Les soirées. On ne change pas une équipe qui gagne ! » Ah ouais, en fait le mec s’est mis un peu de plomb dans la cervelle et a pris sa vie en main. Purée, je suis impressionnée, je crois même que ça se lit sur mon visage et ça craint un peu, on dirait que je viens de voir une cabane de pêcheur se transformer en château juste sous mes yeux. Je suis trop mauvaise langue en plus, je le croise en boite et voilà que je le considère direct comme un fêtard qui met une fille différente dans son lit chaque soir. Franchement, c’est super nase, si ça se trouve il pense la même chose de moi en plus. « Ah ouais, ça a l’air franchement génial ! Tu deviens un vrai homme d’affaires, c’est fou ! Quelle est la prochaine étape ? Monter ta propre société ? Devenir milliardaire ? Les deux en même temps ? » Qui l’aurait cru ? Certainement pas moi et il est fort possible que Luce tombe de haut également en l’apprenant. Si elle ne le sait pas, bien sûr. C’est encore une autre histoire. « Et toi que deviens-tu en dehors de picoler en soirée pour marquer la fin des études ? Tu continues tes études ou t’arrives dans la ligne droite ? T’étudiais dans quoi déjà ? Tu bosses toujours à côté ? » Ah ouais ? Il se souvient de tout ça ? Franchement, jamais je n’avais imaginé qu’il m’écoutait pour de vrai, je pensais que c’était une simple question de politesse alors que pas du tout. Je suis heureuse de voir que je ne suis sans doute pas aussi transparente que je le pensais. « Malheureusement, c’est juste la fin de mes examens, j’ai encore un petit peu de chemin à faire avant que tout ça soit derrière moi. A dire vrai, je ne sais même pas si je vais valider toutes mes matières cette fois, mais je croise les doigts. » Mine de rien, c’est difficile d’avoir un boulot et de faire ses études à côtés, j’ai pas mal galéré cette année lorsqu’il fallait que je prépare une émission de radio importante tout en planchant sur mes cours, d’autant plus que certaines fins de mois difficiles m’obligeaient à travailler comme serveuse dans un fastfood pour arrondir mes fins de mois. Dimitri n’a pas besoin de connaitre mes problèmes financiers, donc j’élude cette partie-là. « J’étudie la musique… Enfin plutôt l’histoire de la musique, je ne suis pas musicienne, c’est un peu compliqué. » J’aimerais jouer d’un instrument c’est sûr, mais je n’en ai clairement pas les moyens donc je me contente de la théorie pour le moment et c’est déjà plutôt pas mal. « Et oui, je travaille toujours à côté, je suis animatrice radio mais demain je suis en congé alors j’ai la nuit devant moi et ça c’est cool. » Je ne compte pas renter trop tard en réalité, mais j’aime savoir que je vais pouvoir dormir jusqu’à midi et me trainer vers le réfrigérateur pour attraper un pot de glace en guise de déjeuner. La fin des examens m’offre de nouvelles perspectives et la vie m’apparait soudain sous un jour merveilleux.
WILDBIRD
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une rousse peut en cacher une autre [Lullaby & Dimitri]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une lettre peut en cacher une autre... [Vik]
» Une bonne nouvelle peut en cacher une autre ►Alex & Flo◄
» Un train peut en cacher un autre
» Une menace peut en cacher une autre
» Une voiture peut en cacher une autre (rp privé Ayou)[Avorté]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Hollywood :: Le High Club-