Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaac S. Rothschild
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1802

MessageSujet: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Mer 12 Avr - 2:55


Le renouveau. Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee. Orane O'Mallay & Isaac. S. Rothschild
Parfois, on avait besoin de se faire pousser un bon coup dans le dos pour avancer. Et alors seulement, parfois, vous changez. Isaac Salomon Rothschild avait changé dernièrement. Le fondateur de la multinationale était, ainsi, décédé le 2 avril dernier. Oui, il y eut des émotions, de la tristesse. Toutefois, ce grand homme laissa bien plus que des larmes salées sur cette Terre. Bien, bien plus et il aurait refusé qu’on pleure sa mort.

Alors, en cette fin d’après-midi et en plein cœur du centre-ville de Los Angeles se déroulait une conférence de presse, un gala. Plusieurs investissements seront annoncés en cette journée préparée et publicisée à l’avance. Effectivement, autour de l’estrade il y avait bien plus que les employés du siège social de la multinationale.

De simples citoyens de Los Angeles passant par Will Rogers Memorial Park, faisaient escale pour un peu plus de quelques minutes. Et pour cause, Isaac dans son costume trois pièces au veston blanc parfait était monté sur la scène d’un pied léger, le sourire aux lèvres. Il salua la foule de ses employés qui scanda son nom l’applaudissant avec chaleur.

Pourtant, aussitôt qu’il arriva derrière le lutrin et prit le micro, on garda un silence respectueux.

- Bonjour à vous tous ! Je suis heureux que vous soyez tous venus commença-il d’une voix forte au micro. Même qu’il semble y avoir quelques personnes en plus ironisa-il dans un sourire en coin. Ne soyez timides voyons ! Vous êtes les bienvenues !

Faisait-il un geste de la main les invitant à s’approcher et à faire partie de la fête alors qu'on entendait des rires provenant de la foule. C’était bon pour l’entreprise après tout.

- Vous savez tous que mon grand-père et fondateur des Entreprises Rothschild est décédé le 2 avril dernier ! Elzéar Rothschild sera toujours rappelé comme un homme courageux, visionnaire et sage ! Et la première décision que je fais aujourd’hui, je la prends pour honorer ce grand homme ! Je la prends pour honorer mon grand-père qui m’a appris beaucoup.

Isaac déglutit et se racla la gorge tel si sa bouche se fut subitement asséchée. Son regard tomba à gauche de l’estrade où se trouvait Daniel Rothschild son père. Il lui sourit fièrement.

- En son nom, je place Daniel Elzéar Rothschild au poste de Directeur financier des Entreprises Rothschild ! J'invite ce dernier à monter de ce pas sur l’estrade !

Le brouhaha fut si assourdissant que notre homme s’en sentit baisser la tête. Il serra la main de son père et les deux hommes se firent l’accolade. Esther, présente au pied de l’estrade, se cacha le visage des larmes de joie coulant le long de ses joues. Si Elzéar avait, au moins, eu le culot de dire cela de son vivant. Non songeait-elle. Cela n’aurait pas fonctionné. Cela n’aurait pas pu. Elzéar savait ce qu’il faisait. Il l’a toujours su.

Isaac laissa, ainsi, la place à son père sur l’estrade et au micro. Il descendit et alla retrouver le gazon, la foule. Alors que son père commençait son discours, le téléphone sonna. Ah merde, ce n’est pas le moment pesta-il dans un murmure. S’éloignant de la foule, il s’appuya contre un arbre pour répondre à son investisseur dans la banque dont l’inauguration aurait lieu bientôt.

Occupé par cet appel, Isaac ne remarqua même pas qu’on venait directement sur lui.
CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orane O'Mallay
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 126

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Jeu 13 Avr - 18:42

Il y a des jours où nous sommes pas très bien, où nous ne voulons pas grand chose. Bref, il y a des jours où on aimerait simplement rester dans le lit et ne rien faire. Actuellement, j'étais dans cet état d'esprit. Il faisait quand même beau et je ne voulais absolument pas rester dans ma villa sans rien faire, en effet, je voulais profiter de ce soleil qui ne faisait que briller depuis quelques jours et qui donnait à Los Angeles ce charme que j'adorais. 

J'avais décidé de me vêtir d'une robe bustier noir et blanche, cela faisait habillé mais aussi adapté à la saison et à la chaleur actuelle. J'ai également décidé de m'attacher les cheveux avec un simple chignon sur le haut de la tête, je ne voulais absolument pas perdre de temps à me préparer, je termine par un peu de maquillage et après j'étais enfin prête à sortir. Je prends donc la voiture afin de me diriger vers le parc, où j'allais me ressource quand l'envie me prenait.Musique à fond, je conduis jusque là-bas... Il y avait beaucoup de voiture déjà garée, c'est normal, ce parc était tout le temps bondé, et bien souvent nous ne savions pas faire un pas sans rencontrer une personne. Je me gare à une centaine de mètres du parc et je conduis le chemin à pied, lunette de soleil sur les yeux.

J'arrive dans ce parc où une fête s'y tenait, enfin je pense que ceci était une fête. En effet, beaucoup de personnes allait et venait d'un endroit dans ce parc. De nature curieuse, je décide d'aller voir ce qui se passe. Plus je m'approchais et plus je voyais des personnes écoutant d'autres personnes qui étaient elles même filmées par certains journalistes. 

Un homme avait pris la parole et ensuite avait appelé un autre homme à monter sur l'estrade pour le rejoindre. J'essayais d'écouter mais il y avait beaucoup de bruit pour arriver à discerner quelque chose. Je regarde alors les personnes applaudir et sourire face à ce que l'homme plus âgé disait. 

Je regarde ensuite autour de moi, je n'ai pas envie d'être reconnue à vrai dire, j'ai envie de profiter d'un moment en tant qu'inconnue et donc rester dans la foule n'était pas très intelligent. Je souris en voyant un homme appuyé contre un arbre un peu plus loin. Si je l'ai bien repéré c'est la personne qui était descendue de la scène et qui avait cédé sa place à la personne plus âgée. Je me décide et je me dirige alors vers lui. 

" Excusez moi ?" Je souris, il était au téléphone ça pouvait être impoli de lui parler, mais je voulais qu'il sache que j'étais près de lui. A vrai dire, j'espérais qu'il puisse m'expliquer ce qui se passait dans le parc, en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac S. Rothschild
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1802

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Mer 19 Avr - 2:44

Le renouveau. Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee. Orane O'Mallay & Isaac. S. Rothschild
- Non ! Je ne veux pas de buffet ! Je veux seulement un apéro … Non ! N … Attendez ! …

Isaac soupirait de plus en plus impatient face à son investisseur à l’autre bout du fil. Un doigt dans son oreille libre pour couvrir le bruit de la foule, il se mâchouilla lourdement la lèvre inférieure. Pourquoi son investisseur s’évertuait à vouloir inclure un buffet et non seulement un apéro ? Isaac n’avait aucune envie que l’inauguration prochaine de la banque soit trop longue. De nos jours, les gens appréciaient que ce soit bref. On discute légèrement autour d’un apéro. On repensait par après à tout cela pour donner l’envie d’y retourner … Éventuellement.

Trop était tout simplement trop. Les gens allaient s’agacer et s’impatienter. Comme lui actuellement.

Soupirant un énième fois, Isaac remontait aussitôt le regard sur une belle femme à la poitrine bien mise en valeur, une véritable star avec ses lunettes de soleil. Il aurait pu avoir un petit sourire en coin gêné face à cette beauté, mais notre homme était fort occupé. Dans un réflexe, il mit son index en direction de la femme obtempérant le silence.

- Je vais vous rappelez plus tard. On en discutera … Oui ! Merci. Bon après-midi !

Appuyant finalement sur la touche annuler du clavier de son téléphone, Isaac laissa tomber sa tête vers l’arrière. Ses yeux bleus en virent alors le dessous des branches de l’arbre ou il se situait actuellement. Les bruits de la foule semblèrent être plus lointains, les pépiements des oiseaux tous près telle une poésie.

Finalement, son regard retomba devant lui. Isaac se rappela la présence de cette magnifique femme sur ses devants. Il sourit tout en soupirant sarcastiquement.

- Bonjour. Je suis désolé. J’avais un appel important et rien ne se régla en plus.

Roula-il des yeux au ciel dans une attitude semblant se penser au-dessus, bien au-dessus, de la position de cet homme qu’il avait au téléphone. Sur cette attitude, on vit Isaac ranger son téléphone dans la poche intérieure gauche de son veston blanc. Son regard était toujours porté vers cette femme en oubliant pratiquement le discours que produisait son père. Ce dernier semblait maintenant expliquer les prochains investissements dans la publicité.

Il fallait avouer aussi que Isaac n’était toujours pas remis de la douleur que lui causa la dispute avec Tea Samuels en février dernier. Évidemment, lui-même n’en savait rien. Trop fier, il ne dit rien encore à Tea. Elle ne vint pas le voir non plus. Alors, inconsciemment, il était attiré par les femmes. Il apprécia même le plaisir que lui donna une belle blonde à la poitrine plantureuse un soir dans son lit après une heure au High Club. Elle lui avait même caressé son bras blessé, dans le plâtre … Un homme plein de faiblesses avait-elle laissé entendre. Cela l’avait achevé.

Isaac ne reconnaissait pas la pianiste mondialement connue, peut-être pour cause de ses lunettes de soleil malgré cette grande beauté qui aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Il avait dû la voir … Quelque part. Ils vivaient à Beverley Hills après tout.

- Vous désiriez quelque chose madame ? Je m’appelle Isaac Rothschild, président directeur général des Entreprises Rothschild dont tous les employés doivent se trouver derrière moi actuellement.

Pointa-il de son pouce droit derrière lui, un petit sourire espiègle aux lèvres.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orane O'Mallay
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 126

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Dim 30 Avr - 11:19

Il y avait tellement de monde dans ce parc, des personnes qui étaient là pour l'événements et d'autres qui étaient là comme moi simplement pour se promener mais qui sont curieux de savoir ce qui se passe et donc qui s'arrêtent afin d'observer les personnes qui faisaient la fête. Moi j'ai préféré m'isoler, aller près des arbres où une seule personne était là, et à vrai dire cette personne était assez attirante il faut dire.
 
Le monsieur était appuyé contre l'arbre et au téléphone, il avait l'air d'être assez préoccupé par sa conversation, il m'avait à peine regarder avant de remettre son esprit dans sa conversation comme si je n'étais pas là. Son soupir avant de me regarder voulait tout dire : cette conversation n'était pas positive et ne menait pas à ce qu'il voulait. Quand il me regarde je souris simplement, en espérant qu'il réagissent un petit peu tout de même. Il raccrocha finalement son téléphone de façon exaspérée, puis lança le regard en l'air, je ne savais pas vraiment quoi dire, ni que faire, .. Je pensais quand même déranger, moi Mademoiselle O'Mallay.
 
« Bonjour. Je suis désolé. J’avais un appel important et rien ne se régla en plus ». Ca je l'avais remarqué que rien ne réglait, je l'avais observé et cet air exaspéré je l'avais bien repéré .. Je souris simplement et je le regarde à travers mes lunettes de soleil. « Bonjour Monsieur, oui j'avais remarqué. Quand rien ne se règle ça nous énerve assez rapidement, je connais ça. » Il est vrai qu'en tant que pianiste, j'avais également souvent des situations qui se réglait pas : un concert sans sécurité, des personnes qui veulent un concert puis ne donne aucune organisation.
 
Il était dans ses pensées, et ne m'avait pas encore reconnu. J'avoue que je commençais à m'impatienter, car j'aime être reconnue directement. Je souris encore, je regarde mon téléphone portable, voir si j'avais un appel ou un texto, mais actuellement les personnes ne me contactaient pas beaucoup ce qui laissait du temps pour moi.
 
« Vous désiriez quelque chose madame ? Je m’appelle Isaac Rothschild, président directeur général des Entreprises Rothschild dont tous les employés doivent se trouver derrière moi actuellement. » L’entreprise Rothschild, je connaissais de nom mais je ne savais pas exactement ce que c’était, voir pas du tout, mais bon comme je ne suis pas ici depuis très longtemps cela est certainement normal.
 
« Je me demandais ce qui était célébré dans ce parc aujourd’hui, mais vous m’en avez donné la réponse. » Je souris tout en enlevant mes lunettes, j’aurais peut-être un peu plus de chance de me faire reconnaitre, et bon je profite de retirer mes lunettes de soleil pour jeter un regard dans celui d’Isaac qui est un homme très appréciable, il faut l’avouer. 
Au loin j'entendis une musique, celle d'un groupe Anglais assez connu mais je ne reviens pas sur leur nom. L'envie me prends alors de commencer à danser doucement, mais en même temps c'est la fête dans ce parc donc autant en profiter totalement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac S. Rothschild
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1802

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Sam 6 Mai - 3:23

Le renouveau. Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee. Orane O'Mallay & Isaac. S. Rothschild
Non, rien ne se fut réglé de prime abord. Isaac commençait à avoir la nette impression de s’être fait rouler. Normalement, c’était lui qui manipulait les gens et avec brio de surcroît. Notre homme avait la désagréable sensation que cet investisseur voulait un buffet, car ceci lui rapporterait plus d’argent comparativement à un simple apéro.

Isaac Rothschild n’arrêtait pas de ressasser tout ceci dans son esprit. Il était clair de devoir s’amuser, prendre du bon temps. Après tout, le nouveau lien unissant son père et lui ferait sans aucun doute des ravages. Pourtant, il était tendu. Il restait frustré. Il ne pouvait pas faire autrement. Il était comme ça. Il avait le sang chaud et quand son envie de frapper se faisait sentir, notre homme avait une nette difficulté à l’en empêcher. Impitoyable pour cette raison aussi. Son père pourrait probablement lui prêter main forte. Oui, vous avez bien lu. Isaac lui-même se surprit de penser à son père en ces termes. Cet homme qu’il détesta depuis son enfance …

- Oui, c’est un grand changement dans les Entreprises Rothschild. Il fallait fêter cela.

Rétorquait Isaac lorsque Orane semblait avoir capté automatiquement l’objectif de cet estrade, de cette foule et de cette musique à Will Rogers Memorial Park en cet après-midi. Et notre cher arrogant crut, tout bonnement, que Orane O’Malley savait exactement de quoi il en retournait. Que c’était Daniel Rothschild qui prenait place sur cet estrade. Qu’on laissait entendre les investissements en publicités puis, le futur investissement de la banque. Après tout, tout le monde connaissait Isaac Rotschild à Los Angeles. Elle aussi. Non ? Un peu imbu de lui-même, cet Isaac quand même. Non ? Hrm.

Il leva la tête, fier pour se tourner vers la foule et l’estrade. Son père en descendait alors qu’on se mit à jouer la première chanson provenant du groupe anglais bien connu : Coldplay. Isaac avait choisi lui-même toutes les chansons de cet après-midi de fête. S’apercevant que la jeune femme semblait vouloir s’amuser dansant gentiment, il retourna son regard vers elle.

- Vous aimez Coldplay ? Je suis flatté alors d’avoir mis cette chanson en premier.

L’observait-il dans un petit sourire ironique amenant le rire. Elle était belle et sans ses lunettes, elle lui rappelait une personne. Il s’en mâchouilla la lèvre inférieure. Merde, mais ou ais-je pu la voir songeait-il agacé de se sentir aussi idiot ? Une femme telle que celle-ci aurait dû faire une plus forte impression. Alors, sans vouloir passer pour le pire crétin de la journée, Isaac invita cette jeune femme à faire la fête.

- Souhaitez-vous venir faire la fête en ma … notre compagnie ? demanda-il subitement alors que sa langue fourcha bêtement. Ce n’était pas le moment de penser à autre chose songeait-il. Venez ! D’ici, on se sent bien seul.

Commençait-il à revenir vers le centre de l’attention espérant que Orane O’Malley le suive. Et c’était probablement le cas, car tous les médias présents fondirent aussitôt sur lui. Tout bonnement, Isaac pensa que c’était pour lui. Certes, les flashs semblaient viser ailleurs. Il visaient sa compagne. Et … Et les rumeurs iraient bon train dites donc.

- Mademoiselle O’Malley ? Vous connaissez monsieur Rothschild ?

- Mademoiselle O’Malley ? Avez-vous été invité personnellement à cet événement par monsieur Rothschild ?

La bouche ouverte telle un brochet, Isaac fut tétanisé par cette révélation. Orane O’Malley ! Oui ! La pianiste mondialement connue et vivant à Beverley Hills. Il avait même eu vent de son emménagement récent. Comment avait-il pu être confus sur cette jeune femme ? Crétin oui songeait-il pour lui-même. Certes, il dut abroger, car s’approchait un journaliste voulain aussi lui poser une question.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orane O'Mallay
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 126

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Mer 24 Mai - 20:52

J’étais dans le parc depuis plusieurs minutes maintenant, je regardais au loin cette fête et se défilé de personnes curieuses. En effet, je pense qu’on était plusieurs curieux cette après-midi à venir voir cette musique et cette entreprise qui venait donc de vivre un changement. Par contre, le nouveau PDG de cette entreprise avait l’air préoccupé et bon il ne m’avait toujours pas reconnu … Cela m’étonnait vraiment à vrai dire. « Oui, c’est un grand changement dans les Entreprises Rothschild. Il fallait fêter cela. » Bon, je ne savais pas que c’était ça, que c’était un changement qui venait de s’opérer mais le jeune homme face à moi venait de me donner la réponse non pas de façon polie il est vrai. « Merci monsieur, mais malheureusement je ne connais pas votre entreprise et donc encore moins le changement qu’il s’y est fait. ». Je peux avoir un caractère assez compliqué quand on me cherche et là cet homme était vraiment arrogant et donc je ne voulais pas me laisser faire et je voulais rétorquer par des paroles très sèche également. Une musique passait, cette musique était un hit du groupe Coldplay, groupe que j’affectionnais particulièrement depuis qu’ils étaient connus, j’avais même déjà fait un de leurs concerts en Grande-Bretagne quand j’avais moi-même été pour un concerto que j’avais donné, il y a quelques années déjà. Ce morceau m’avait c’est vrai donné envie de danser et de m’amuser aujourd’hui. Tout le monde sait que je ne suis pas la dernière à m’amuser, au contraire, j’aime sortir et j’aime profiter de la vie qui est tellement courte. Le jeune homme posait alors son regard sur moi, cela ne m’empêcha pas du tout de continuer à danser, au contraire je lui souris tout en dansant. « Vous aimez Coldplay ? Je suis flatté alors d’avoir mis cette chanson en premier. » Je souris encore plus quand il me demandait cela. « Oui, je suis une de leurs fans, j’ai déjà été les voir plusieurs fois en concert. ». En lui parlant j’avais retiré mes lunettes de soleil, il pouvait donc voir mes yeux le regarder. « Souhaitez-vous venir faire la fête en ma … notre compagnie ? » Le lapsus que cet homme, Monsieur Rothschild venait de faire me fit sourire. Il ne me laissait pas le temps de répondre à vrai dire. « Venez ! D’ici, on se sent bien seul. » Je le suis alors car lui avait déjà démarré vers le centre où se situait l’estrade et où les gens s’amusait. « Je vous suis. ». Je me retourne alors pour aller le rejoindre, et là c’est le drame .. En effet, les journalistes présents m’avait eux reconnus, et ils étaient déjà tous entrain de me demander ce que je faisais là, et surtout si c’était Monsieur Rothschild qui m’avait invité, cela me fit rire… « Oui oui, c’est Isaac qui m’a invité à cette fête. » Je regarde alors Isaac Rothschild en espérant qu’il ait compris que je voulais ennuyer les journalistes et leurs donner une matière pour leurs potins quotidien, j’aimais bien les alimenter …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac S. Rothschild
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1802

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Mer 31 Mai - 3:18

Défi : 91. Dans un rp, ton personnage se verra se faire chier dessus par une mouette ayant avalé par erreur un laxatif

Le renouveau. Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee. Orane O'Mallay & Isaac. S. Rothschild
Pour tout avouer, Isaac Rothschild n’avait pas rétorqué quant à l’apparente frustration précédente de Orane O’Malley. Ses mots furent emplis, subitement, de hargne. Elle voulait se faire entendre. Elle voulait le faire descendre de son piédestal. Isaac avait quand même dû regarder un moment vers les hautes branches de l’arbre sous lequel on se situait pour soupirer un bon coup puis, vraiment regagner son calme.

Aisé donc que ces mots prononcés il y a peu, lui revinrent en plein visage. Cette femme n’avait fait ni une ni deux et rétorquée aux journalistes et médias de toute sortes – il semblait même s’y trouver un journal numérique – que c’était notre parfait homme, lui-même, l’ayant invité à cet conférence de presse.

- Huh … Ou …

Ne sachant que répondre sur le coup de la surprise surtout, il se mâchouilla fortement cette lèvre inférieure pour baisser le regard. Isaac voulait éviter ceux des journalistes ici et maintenant. L’herbe semblait alors devenir très intéressante : elle pouvait même devenir inspirante. Comment rebondir maintenant ? Comment faire en sorte que le tout Los Angeles pensait Orane O’Malley, la pianiste mondiale, et Isaac Rothschild le milliardaire de la mégalopole ne sortaient pas ensemble ?

- Monsieur Rothschild ? Depuis combien de temps connaissez-vous madame O’Malley ? Êtes-vous …

- Non, non. Pas du tout. Nous nous connaissons … Hm. Orane O’Malley a emménagé depuis peu dans Beverley Hills et donc … Nous sommes voisins si je peux m’exprimer ainsi.

Il posa alors son regard sur Orane qui semblait bien s’amuser en fait. Son regard à lui fut plus neutre. Isaac ne souhaitait pas se mettre en colère devant la caméra. Ce n’était jamais gagnant.

Les flashs ni les caméras ne s’arrêtèrent en si bon chemin. Les journalistes savaient tenir un filon d’or, un scoop. Ces deux jeunes gens leurs cachaient le pot au rose : ils sortaient ensemble ! Oh ! C’était magnifique ! Des yeux de ces journalistes affamés pépiaient déjà les brillants d’une robe de mariée serties de diamants que porterait Orane O’Malley. Wow ! Isaac se lécha les lèvres de la langue n’ayant pas pris, néanmoins, la main d’Orane dans la sienne. Non, il ne jouerait pas le jeu. Il n’en avait pas envie. Pas du tout. Peut-être se vengeait-elle de lui dû à son attitude mesquine précédente ? Elle s’amusait à ses dépens ?

Mais elle ne savait rien … Elle ne savait pas que l’amour était le pire des cauchemars pour Isaac Rothschild. On ne savait rien. Personne ne savait. Depuis peu maintenant, mais aussi depuis fort longtemps. Cela n’a jamais changé. L’amour le faisait souffrir … Tant souffrir. Elle était belle, si belle, mais … Cette jeune femme à la chevelure brune et son sourire pétillant de joie. Non, Orane O’Malley ne faisait pas partie de sa rêverie.

PLOP !

Sursautant, Isaac sortit aussitôt de ses pensées. Il avait ressenti un truc tomber sur sa tête. Un truc froid, mou et … Il passa sa main droite contre sa tête. C’était effectivement mou. Ramenant sa main vers l’avant, il fit presqu’une grimace écœuré découvrant là de la merde … de la merde d’oiseau.

- Mais … murmura-il encore sous le choc. Ok ! Vous coupez cela au montage ! COUPEZ ! MERDE ! C’est de la merde cela !

Oui, ça on pouvait le dire mon cher Isaac. Tes cheveux en sont couverts. Un jeune journaliste murmurait alors quelques mots dans un rire qu’il peinait à cacher.

- En plus, la mouette semble avoir avalé un laxatif ou je ne sais quoi … Regardez, elle est là-bas pointait-il vers une mouette dans le ciel.

- LA FERME ! Qu’est-ce que je …

Isaac était de plus en plus furieux. Il laissait sa main droite dans les airs pour éviter de toucher quoique ce soit au même moment ou ses yeux scrutaient les alentours. Une fontaine.

Il se dirigea donc d’un bon pas tout en bousculant quelques journalistes vers l’eau pouvant sauver son après-midi. De quoi aurait-il l’air devant ses employés, devant son père ? Tout cela, c’était de la faute de Orane ! Pour une raison qu’il ignorait, elle le détestait ! Ok, la colère lui donnait des pensées complètement folles.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orane O'Mallay
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 126

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Sam 3 Juin - 12:33

J’avais peut être fait une bêtise en disant que c’était Isaac qui m’avait invité à cette fête, j’aurai dû je pense dire la vérité, mais maintenant cela est trop tard. Je regardais le beau brun de façon timide, j’avais peur qu’il m’en veuille… Déjà que bon, c’était sa fête, enfin la fête de son entreprise et moi je lui volais la place médiatique car je m’étais accordée une pause dans ce parc de Los Angeles qui est très populaire. Je l’avais pris par surprise en plus, j’avais vu au loin les journalistes et j’aurai donc dû lui en parler. Je me contente donc de simplement sourire et j’essaie d’apaiser les tensions. De façon spontanée, je remets mes lunettes de soleil, ces lunettes que je n’aurai pas dû retirer à vrai dire .. « Non, non. Pas du tout. Nous nous connaissons … Hm. Orane O’Malley a emménagé depuis peu dans Beverley Hills et donc … Nous sommes voisins si je peux m’exprimer ainsi. » Il leur avait tellement bien répondu, j’étais assez fière … Car bon les journalistes si un garçon invite une fille c’est qu’ils sont ensemble alors que pas du tout. J’inspire alors avant de prendre la parole à mon tour. « Il n'y a rien du tout entre Monsieur Rothschild et moi-même et j’aimerai que vous nous laissiez tranquille, j’ai envie de profiter d’un moment comme une personne normale. » Je prends donc Isaac par le bras afin de l’écarter des journalistes et des flashs des photographes. Malheureusement ceux-ci nous poursuivent à la recherche d’un petit élément qui pourrait mener à la conclusion qu’on était ensemble … Malheureusement pour eux, ils n’auront pas cette chance. Je ne voulais pas qu’ils se fassent des idées et dans un sens tout ça était de ma faute et il faudrait donc que j’arrange tout ça mais comment ? Je fus alors dans mes pensées et après je remarque que l’homme brun à côté de moi sursaute de façon assez imprévue, cela me fit sortir de ma rêverie. Je le regarde et je vois qu’il a une merde d’oiseau sur lui … Je ne savais pas ce que je devais faire : rire de façon nerveuse ou me contenir et ne rien dire. J’en avais déjà assez fait pour aujourd’hui, il allait me prendre pour une folle. En plus, ces journalistes continuez à le prendre en photo sans arrêt, la colère montait en moi. « Vous n’avez pas compris … Vous pouvez arrêter. » Et ils continuaient, ils n’arrêtaient donc pas. Je perds patience et m’éloigne un peu. Isaac était parti d’une vitesse que je ne m’attendais pas dans la fontaine, la grande fontaine qui fait le diamètre d’un étang, au centre du parc .. Il était parti là bas. « Bon laissez-le … Laissez-nous » j’essayais une nouvelle fois de partir loin des journalistes et je me dirige donc vers Isaac. « Je suis désolée, je vais vous aider. Je ne voulais absolument pas que cela arrive … Je n’aurai jamais du venir ici. » Je voulais m’excuser mais cela était-il bien venu ? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac S. Rothschild
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1802

MessageSujet: Re: Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre   Sam 17 Juin - 2:57

Le renouveau. Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee. Orane O'Mallay & Isaac. S. Rothschild
Le vent sifflait dans ses oreilles tels les cris d’excitation des journalistes non loin. Oh ! Isaac Rothschild aimerait tant que les journalistes le lâchent parfois. Non qu’il les détestât. Bien au contraire. Dans de parfaites conditions, comme lors de son allocution, il se sentait aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau. Il serra la mâchoire. Pourquoi ceci n’arrive qu’à moi songeait-il tout en donnant un coup de pied rageur dans l’herbe.

Ses oreilles lui avaient aussi ramené les efforts d’Orane O’Malley pour faire taire les journalistes. Il avait envie de rire. De la taquiner. De lui dire : à quoi vous vous attendiez en leurs laissant entendre que je vous avais invité ? Malgré sa colère, on put voir quand même poindre un petit sourire en coin. Tel est pris qui croyait prendre se gardait-il d’en dire quoique ce soit tout haut.

Sarcastique dans ses pensées, Isaac apposait physiquement les deux mains contre la pierre de la fontaine penché au-dessus. Quelques jets d’eau rendaient l’endroit plus agréable et doux aux regards et aux oreilles. Aussitôt, l’homme trempa sa main droite dans l’eau se débarrassant de la merde blanche. Au même moment, il tournait la tête sur Orane O’Malley. Elle avait remis ses lunettes de soleil.

- Il ne faut jamais tenter de taquiner les journalistes lui rétorquait-il. C’est comme mettre son doigt saignant dans une mer remplie de requins.

Il hochait les épaules rigolant tout aussi sarcastiquement que le furent ses mots. Isaac n’avait pas vraiment envie de se battre, de se disputer avec Orane O’Malley. Cela aurait été stupide. Il n’était pas comme cela. Il était bien mieux. Son sourire en coin en disait effectivement bien plus long. On gagnait bien mieux une joute avec des mots qu’avec les poings. Haha ! Et Isaac Salomon Rothschild était très connu pour gagner à Los Angeles.

Il s’assit finalement sur le bord de la fontaine et enleva son veston pour le poser tout près. Son regard se posa un moment en la fête battant son plein non loin. Ouf ! Père ne s’est rendu compte de rien songeait-il ne souhaitant pas avoir l’air du parfait imbécile devant lui après une si fragile réconciliation. Et oui, jamais avant Daniel et Isaac Rothschild s’étaient apprécié. Il était certain que leur nouvelle amitié se trouvait fragile. Isaac ramassa de l’eau pour la porter dans ses cheveux, mais n’arrivait effectivement à rien. Avec le peu qu’il ramassait, cela lui prendrait trois heures pour éliminer totalement la merde blanche.

- Je crois que j’ai besoin de votre aide en effet …Je n’arrive pas à y croire que cela m’est arrivé soupirait-il. Je vois bien ma tante crier vengeance. Il sourit sans se forcer. J’avais tellement ri lorsqu’elle avait reçu la merde sur sa tête.

Et il pouffa de rire une fois de plus. Il avait 10 ans à l’époque et vivait encore à New-York. Son regard remontait alors sur Orane O’Malley. Elle aussi avait déménagé. Dans son cas, c’était très récent.

- Alors. Vous resterez longtemps à Los Angeles ou bien vous n’êtes que de passage ?

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le renouveau - Parce que moi, j'avais tant envie que cela channnngggeee - Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 'ZOLA' Je pleurais parce-que je n'avais pas de chaussure, puis je vis un homme qui n'avait pas de pieds.
» Un député donne 30 jours à Martelly pour débloquer la crise sinon...
» L'envoûtant attrait de l'eau [Libre]
» Quand la pluie nous ennuie ( pv Kiba ) --- Terminé ---
» J'avais pas envie d'être là mais je dois surveiller Benti alors voilà ~ [Finie ~]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Downtown :: Will Rogers Memorial Park-