Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anne-Evangeline Baker
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/03/2017
MESSAGES : 819

MessageSujet: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Mer 26 Avr - 15:24

Déambulant la rue avec son sac de courses dans les mains, Anne-Evangeline était en train de pester intérieurement. Quand une journée commençait ainsi, toutes les merdes s’accumulaient sans qu’elle puisse demander quoique ce soit. Tout le monde s’était donné le mot, en fait, pour que tout lui tombe sur le coin du nez et rien de mieux pour se sentir impuissante. Pourtant, Anne n’était pas du genre à se plaindre énormément. Bon, honnêtement, elle passait son temps à râler mais rien de bien méchant, non ?

En premier lieu, ça avait été son réveil. Après sa longue soirée au bar la veille, elle était rentrée vite chez elle pour se coucher et il lui en avait fallu peu pour fermer les yeux dans la minute tout en sachant qu’elle ne dormirait que cinq heures. Pourquoi si peu de temps ? Elle avait rendez-vous avec des clients pour faire des photos. Elle aurait pu prévoir un autre créneau mais il n’y avait pas moyen pour cette fois-ci. Ses clients, qui étaient un couple, tenaient que les photos soient prises sur la plage en début de matinée, au lever du soleil, et puis c’était un moment judicieux pour avoir le moins de monde possible sur les plages. Résultat ? Anne-Evangeline se levait en retard. C’était une horreur de prendre un coup de speed dès le réveil entre s’habiller, se coiffer, manger un pain au chocolat au coin de la bouche et la brosse à dent de l’autre... Oui, c’était ce qu’on pouvait appeler un coup de speed.

La seconde merde de la journée ? Sa voiture qui ne marchait pas. Bien. Elle allait devoir trouver ses clients autrement en y allant en vélo. Elle y arriva à peu près à temps mais à moitié en sueur là, mais elle y arrivait !

La troisième merde ? Faire ses courses. Il n’y avait plus ses gâteaux favoris. Pour récupérer du thé, elle était incapable de récupérer celui qu’elle voulait : les étagères n’étaient pas faites pour elle avec ses 1m55, surtout quand il n’y avait pas de marchepied dans le coin... et c’était sans parler des petites vieilles malpolies qui te foutent des coups de canne dans le mollet pour qu’elles puissent te doubler à la caisse... La mégère ...

La quatrième merde ? En sortant de l’épicerie, voilà qu’elle ne retrouve plus son vélo... On lui avait volé. Sacrilège ! Là, franchement, Anne en avait vraiment ras-le-bol alors c’était d’un pas énervé qu’elle rentra chez elle avec ses courses à la main. Que devrait-elle faire pour son vélo ? Finir par porter plainte ? Qui savait si on n’allait pas finir par retrouver son vélo et ce, pas en pièces détachées...

De ce fait, elle marcha à pas rapide sur le trottoir en direction de chez elle en espérant qu’il n’y ait rien qui allait s’immiscer sur sa route sinon elle allait maudire... Trop tard ! Son sac de course venait de se déchirer : sucre, farine, thé, nuggets... Tout se trouvait par terre.

- Oh, ce n’est pas vrai ! râla-t-elle. Il n’y a rien qui va comme il faut ! Qu’est-ce que j’ai fait pour être maudite !!! Si je croise le responsable de ce mauvais karma, je promets que je le tue ! finit-elle par crier au ciel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elinor Goldstein
Admin Mourante
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/08/2015
MESSAGES : 462

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Ven 28 Avr - 22:13

« Elinor, est-ce que tu aurais vu ma cravate ? Je ne la trouve plus. » La jeune femme sortit la tête de la salle de bain tandis qu’elle était encore en train de se coiffer pour regarder dans la chambre où David se battait comme un diable. Il ouvrait tous les placards de sa commode, soulevant tout. Intérieurement, la comédienne se dit que la pauvre femme de ménage aurait du boulot car elle se doutait que son petit-ami ne rangerait rien derrière lui. Il se conduisait tel un prince à qui tout était dû. De plus, son énervement traduisait sans mal le fait qu’il était en retard et que cette histoire de cravate l’irritait plus qu’autre chose. « Tu as toute une collection de cravate. De laquelle tu parles ? » demanda-t-elle en s’approchant pour vérifier avec lui. Il répondit d’un ton agacé qu’elle ne releva pas. « La bleue marine, celle que je mets toujours avec ce costume. Tu y as touché ? » Qu’aurait-elle eu à faire d’une cravate ? Le style à la garçonne n’était définitivement pas son genre et elle leva les yeux au ciel, bien que malgré tout à la recherche de cette fameuse cravate. « Je suis persuadé que ce pourrait être la femme de ménage. J’ai remarqué que des choses disparaissaient depuis quelques temps. » Tout en soulevant les draps, elle souffla. « Allons, c’est ridicule ce que tu racontes. Pourquoi te volerait-elle une cravate ? Tu as juste dû mal la ranger. Voilà tout. » Elle l’entendit grogner dans sa barbe mais n’en fit pas cas. Il ne cessait de pester pour un oui, ou pour non. Finalement, la comédienne trouva la cravate sur la chaise posée à côté du lit. Au même moment, David décidait d’abandonner avec humeur sa recherche. « C’est impossible, je le trouverai jamais. Et maintenant, je risque d’être en retard pour ma réunion. » Mais Elinor exhibait déjà la cravate sous les yeux de son petit-ami. A voir sa tête, on aurait cru qu’elle venait de lui présenter le Saint Graal. Pour la première fois, cette attitude la fit sourire légèrement tandis qu’il l’enlaçait avec plus de chaleur que d’ordinaire et qu’il récupérait la fameuse cravate pour la nouer autour de son cou. « Tu es parfaite. Bon, je dois y aller avant d’être en retard. Je ne sais pas quand je rentrerai. Sûrement tard. » Comme à chaque fois, mais elle y était habituée. Elle reçut son baiser rapide avant qu’il ne quitte la maison. Elle repartit se préparer dans la salle de bain, comme si de rien n’était. Lavée, coiffée et maquillée, elle revint dans la chambre pour récupérer un jean et un chemisier léger dans sa penderie.
Aujourd’hui, à son grand damne, elle ne travaillait pas. Du moins, elle avait été exemptée de répétitions au théâtre. Suite à son dernier rendez-vous à l’hôpital, il avait été décidé que son traitement serait augmenté afin de pallier aux nombreux malaises qu’elle faisait dernièrement. Toutefois, elle savait que ce n’était pas une solution en soi. Cela ne ferait que retarder une échéance qui ne cessait de se rapprocher de plus en plus. Elinor le savait, la tumeur allait finir par la dévorer. Mais pour l’heure, elle s’était pliée à quelques jours d’arrêts de travail que son médecin lui avait donnés afin qu’elle s’habitue au nouveau dosage de son traitement. Elle avait donc pour consigne de rester sagement chez elle et de se reposer. Toutefois, elle ne résistait pas à l’envie de répéter constamment chez elle, la première de sa pièce étant pour bientôt et elle détenait tout de même le rôle principal.

Malgré tout, elle trouva le moyen de sortir l’après-midi. Depuis quelques temps, elle avait besoin de sortir, étouffant à l’intérieur de cette maison si vide et bien trop grande. Ses promenades étaient généralement teintées de ses sombres pensées, mais elles avaient le mérite de l’extraire durant un temps de cet endroit qui lui déplaisait tant. Et quelquefois, durant un court instant, quand la brise venait caresser son visage, elle oubliait que la maladie était en train de la ronger. Après avoir promené durant des longues heures, elle s’apprêtait à retrouver sa voiture qu’elle avait délaissée un peu plus loin dans Beverly Hills. Elle marchait sur le trottoir quand une vive exclamation retint son attention. Elle leva le nez de son portable pour observer une tête blonde accroupit parterre qui récupérait ses courses. Son sac s’était cassé et tout son contenu se trouvait répondu au sol. « Attendez, je vais vous aider. » offrit Elinor en s’accroupissant à son tour pour récupérer les courses. Elle ne reconnut la blonde que lorsqu’elle releva son nez. « Oh Anne-Evangeline ! Je ne t’avais pas reconnue. » Un sourire s’étendit sur ses lèvres, sincèrement contente de la voir, bien que ce soit étrange de la croiser dans un autre contexte que l’hôpital. Dans le fond, ce n’était pas plus mal. « Alors comme ça, tu es maudite aujourd’hui ? » s’amusa-t-elle ne terminant de ramasser les dernières affaires. Elles se relevèrent toutes les deux. « Bon laisse-moi renverser ton karma à partir de maintenant. Je suis garée au coin de la rue. Je peux te ramener si tu veux. A moins que tu n’aies ta voiture pas loin ? » Elinor n’avait aucune idée de s’il s’agissait du quartier d’Anne-Evangeline ou non. Quoi qu’il advienne, elle avait une voiture pour la ramener au besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne-Evangeline Baker
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/03/2017
MESSAGES : 819

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Sam 29 Avr - 20:12

Anne-Evangeline ignorait ce qu’elle avait pu faire pour mériter une telle malédiction. Un petit démon devait s’ennuyer et avait donc décidé de s’amuser avec elle en lui jetant un sort. Même d’avoir le mot « Ange » dans son prénom ne lui était d’aucune aide, ni la couver d’une protection angélique au-dessus de sa tête. Mais promis, si la blondinette rencontrait ce petit plaisantin démoniaque, pas sûr que celui-ci reviendrait vivant. Elle était prête à se fighter.

Evidement, il n’y avait qu’une petite blonde pour pester ainsi. Elle attirait littéralement l’attention des passants qui la dévisageaient de la tête au pied ou bien étaient plutôt amusés de sa maladresse. A vrai dire, Anne s’en fichait éperdument. Heureusement, il y avait encore de bonnes âmes sur cette pauvre terre. Pour la photographe, elle avait été un peu surprise aux premiers abords, mais se ressaisit très vite. « Anne-Evangeline ? ». Oui ? C’était bien elle. Rare encore des gens qui l’appelaient par son prénom en entier.

- Elinor ! s’exclamait-elle.

Son visage avait changé le tout pour le tout. Anne ne pestait plus, mais souriait. Etait-ce son ange pour la journée ? Dans ce cas, ça serait magnifique !

- On répond à mes prières ! Hallelujah ! Qu’est-ce que tu fais là ? Comment vas-tu ?

Moulin à paroles ON enclenché... Il fallait croire qu’Elinor ait assisté à son petit spectacle de rue de A à Z ou de A à Y, pour qu’elle relève ce qu’elle avait pu dire en ce qui concernait son karma.

- Je te raconte même pas. Il y a des jours où j’ai l’impression que ça s’acharne et où il vaut mieux pas se lever, soupira-t-elle. Et encore la journée n’est pas finie ! râla-t-elle.

Anne souhaitait déjà se recoucher mais elle avait encore son service au bar à effectuer dans la soirée. Et non, la belle n’était pas déjà en train de se plaindre. Du tout. Mais pas du tout. Il y avait seulement des jours comme ça où rien ne suivait correctement. Il y avait des jours avec et des jours sans... alors qu’il y avait toujours pire que soi, n’est-ce pas ?

- Je parle, je parle ! Je râle surtout mais j’oublie de te remercier ! continua-t-elle, sincèrement, en se ressaisissant.

La blonde parlait de manière si spontanée qu’elle en oubliait les bonnes manières. La fatigue de cette journée se faisait un peu sentir pour elle. Elinor était sympa de s’être arrêtée naturellement et l’aider. Vraiment. Même si c’était plutôt étrange de se croiser en dehors de l’hôpital. Membre d’une association, Anne était bénévole pour animer des ateliers auprès des enfants malades pour leur apprendre à dessiner ou encore la photographie, histoire de changer leur quotidien. Ce n’était peut-être pas grand-chose pour certains mais c’était énorme pour ces gamins qui ne souhaitaient qu’on les regarde autrement que comme des malades.

D’une grande gentillesse, Elinor lui proposait de l’aider à ramener ses courses. Du moins jusqu’à sa voiture si Anne en avait une.

- Oui, elle n’est pas loin et n’a même pas souhaité sortir du garage aujourd'hui ! plaisanta-t-elle avec un sourire.

Un peu d’humour dans cette vie ne faisait pas de mal.

- Tu as peut-être envie de passer à la maison pour un café, si tu le souhaites et as le temps, proposa-t-elle. Pour te remercier de ton aide... et de ne pas craindre mon karma ! plaisanta-t-elle de nouveau avec le sourire avant de préciser : je suis tout juste au bout de la rue, précisa-t-elle.

Comme quoi, la blonde n’était juste plus très loin pour déposer ses petites courses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elinor Goldstein
Admin Mourante
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/08/2015
MESSAGES : 462

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Sam 27 Mai - 17:32

Elinor aimait les promenades en solitaire pour ce qu’elles pouvaient offrir de relaxant et de silencieux. Ses idées n’en étaient pas moins noires, mais marcher au grand air lui permettait de prendre un peu de recul sur les choses. Trouvait-elle une solution au grand casse-tête qu’était sa vie ? Sûrement pas. Tout bonnement parce qu’il n’y en avait pas vraiment. On né, on meurt. Et au milieu, on tente tout simplement de survivre. La brune commençait lentement à se faire à l’idée que ce temps à survivre serait bien moins long pour elle que pour les autres. Ses pensées déviaient d’un côté et de l’autre, songeant à toutes les composantes de son existence qui ne se réduisaient qu’à des impasses. Depuis le jour où elle avait découvert pour sa maladie, elle s’était jurée que sa condition ferait souffrir le moins de gens possible. C’est pourquoi, elle avait caché la vérité à sa famille, à ses amis et ses collègues de travail. Elle refusait de voir luire la peur ou la pitié dans le regard de l’autre. Elle ne l’avait que trop vu assombrir le regard de l’homme qu’elle aimait éperdument à cette époque. Lui savait. Et chaque jour qui passait, elle sentait croître chez lui cette peur viscérale de la perdre. Elle n’avait pas pu se résoudre à laisser Pyair abandonner sa carrière pour elle, à ne vivre qu’à travers sa maladie. Un beau matin, elle était partie sans plus jamais lui donner de nouvelles. Quelquefois, elle le voyait à la télévision. Il avait poursuivi sa carrière d’acteur et il brillait depuis plusieurs années sous le feu des projecteurs Hollywoodiens. Et même s’il lui manquait terriblement, elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’elle avait pris la bonne décision. Elle l’aurait privé d’un si bel avenir autrement… Peu de personnes étaient donc au courant. Par hasard ou uniquement parce qu’ils faisaient partie du corps médical. Son petit ami actuel était aussi au courant mais sa maladie n’était pas un frein à ses ambitions dévorantes. Dans un sens, cela l’arrangeait énormément.

Et elle était donc à toutes ses considérations quand sa route croisa celle d’une charmante blonde qui venait de perdre le contenu de ses courses sur le sol. Lui venant rapidement en aide, elle ne mit pas longtemps à reconnaître Anne-Evangeline. Elinor ne masqua pas son plaisir de la voir, l’aura rayonnante de la jeune femme lui ôtant toutes mauvaises pensées. Elle s’amusait même de l’entendre rouspéter et râler après un karma qui n’était visiblement pas de son côté aujourd’hui. « Effectivement, je vois que je tombe au bon moment. J’étais venue faire une promenade. Et je vois donc que tu fais tes courses. » Quel sens de l’observation pour notre petite comédienne ! Mais il aurait été idiot de lui demander ce qu’elle faisait ici alors qu’il était évident qu’elle rentrait chez elle, les bras remplis de sacs. Elinor l’aida à rassembler toutes les affaires étalées sur le sol. « Comme je te comprends, » affirma la brune quand Anne lui parla des journées qui s’acharnaient parfois. « Il y a des jours où rien n’est de notre côté. Enfin tu peux souffler, je vais t’aider maintenant. » Elle n’avait rien d'urgent de faire dans les prochaines heures, et il était dans sa nature de venir en aide à ceux qui en avait besoin, surtout des amis. Elle le faisait donc avec gaieté de cœur. « Je parle, je parle ! Je râle surtout mais j’oublie de te remercier ! » Elinor lui offrit un sourire ravissant. « Tu n’as pas besoin de me remercier. C’est naturel. » Il était étrange de se croiser en-dehors de l’hôpital. Toutefois, la singularité de leur rencontre ôtait la moindre gêne. Heureusement d’ailleurs. Cela n’enlevait rien à son plaisir de la voir, tout comme elle était enchantée de la croiser à l’hôpital régulièrement.
Les affaires rassemblées, Elinor demandait si elle habitait non loin ou si elle avait sa voiture à proximité. Apparemment, la voiture aussi avait décidé de faire la grève en même temps que la chance d’Anne et elle n’avait pas bougé d’un pouce. « Bah dis donc, quelle poisse ! » Fallait l’admettre, rien n’allait bien pour aujourd’hui. Toutefois, la maison était proche et la blonde lui proposa de venir y boire un café la remercier de son aide. Elinor hocha la tête. « Ce n’est pas refus. Puis je vais t’aider à porter tes courses jusqu’à chez toi. » Elles se mirent donc toutes les deux en route vers le domicile de la jeune femme. Elle vivait dans une résidence assez coquette et Elinor fut enchantée de constater qu’il y avait un ascenseur. Au regard de ses dernières analyses, trop d’efforts en montant trop d’escaliers n’aurait sûrement pas été conseillé. La question ne se posait cependant pas et elles furent rapidement dans l’appartement d’Anne. « C’est vraiment super mignon chez toi ! » s’enthousiasma la brune en observant le décor tout autour d’elle. Elle suivit son amie jusqu’à la cuisine, venant déposer les courses sur la table. Définitivement, cet appartement était trop beau. « J’aimerais tellement vivre dans un appartement de ce genre. David, mon compagnon, vit dans une maison si grande que j’ai presque failli me perdre les premières fois. Je ne vois pas l’intérêt de vivre dans un endroit si immense alors que nous ne sommes que deux. » Jusqu’à il y a quelques mois, Elinor vivait encore dans son appartement de Beverly Hills. Mais quand son petit ami lui avait proposé de venir vivre avec lui, elle avait dû renoncer à son chez-elle pour habiter cette grande maison où il n’était presque jamais. C’était tellement dommage. « Alors dis-moi, c’est quoi toutes ces mésaventures qui t’arrivent depuis ce matin ? Tu as cassé un miroir hier ? Tu as marché sous une échelle ? » plaisanta gentiment Elinor. « S’il faut, on peut toujours faire de la magie noire pour conjurer le mauvais sort ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne-Evangeline Baker
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/03/2017
MESSAGES : 819

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Lun 29 Mai - 21:16

Franchement, Anne-Evangeline ne pouvait pas mieux tomber. Elinor apparaissait tel un ange sur son chemin pour la secourir, telle une super héroïne. Ben quoi ? Pas besoin de porter de collants, d’un costume ridicule, pour devenir un super héros dans la vie de tous les jours. Les pompiers, les policiers et les infirmiers faisaient déjà ce beau boulot, mais pour les autres dans le monde commun des mortels, un simple petit geste comme celui-ci était magnifique. Oui, la blondinette voyait généralement ce genre de beauté dans la vie de tous les jours... Mais en ce jour, un peu moins si elle attrapait ce salaud qui avait osé lui voler son vélo ou le responsable de ce mauvais karma... Elle se vengerait en le mettant sur une broche et elle le ferait doucement farcir. Elle, sadique ? Pas du tout !

La blonde était donc heureuse que Elinor lui donne un coup de main. Elle venait vraiment égayer sa journée de merde... Cela dit, la photographe espérait vraiment qu’elle ne lui transmette pas sa poisse, qu’il lui arrive un accident près d’elle au point d’aller appeler les secours... Le coup de flippe là ! Non, la jeune demoiselle ne devrait peut-être pas pensé au pire.

Les courses en main, Anne-Evangeline conduisit Elinor jusqu’à chez elle. Pour sûr, c’était un quartier assez fleuri. Si elle avait pu trouver facilement cet endroit, c’était surtout grâce à son oncle, Daryl, qui vivait aussi à Los Angeles. Ayant des contacts, cela facilitait beaucoup de choses ainsi que son intégration dans la ville. Logement, emploi, désormais, le petit oiseau avait fait son petit nid et prenait son envol. A l’intérieur de son appartement au troisième étage, ce n’était pas spécialement bien rangé mais ce n’était pas non plus le bordel. La décoration était à son image : simple mais colorée, pas au point que ça ressemble à Barbie World, mais plus rock’n’roll. Ca respirait la joie de vivre. En bref, littéralement à son image.

- Merci ! fit Anne, plutôt ravie que son amie apprécie son petit cocon. Fais comme chez toi ! Installes-toi !

Et si Anne était déjà bien ravie, elle était encore plus ravie qu’Elinor se livre un peu plus à elle, en lui parlant de sa petite vie, notamment sa petite vie avec ce David dans une maison.

- Effectivement. S’il faut un GPS pour se retrouver dans sa propre maison, c’est assez rigolo ! Sans indiscrétion, ça fait longtemps que tu es avec ton compagnon ? demanda-t-elle curieuse en rangeant deux trois petites choses qui craignaient dans son frigo. Ca serait dommage de perdre un peu ce qu’elle avait acheté un peu plus tôt.

Sa nouvelle amie avait, en plus, de l’humour. Qu’est-ce qu’elle avait fait pour attirer les foudres de ce mauvais karma ? Utiliser de la magie noire pour conjurer le mauvais sort lui plaisait mais Anne était assez peureuse quand ça concernait ce genre de chose. Après avoir récupéré deux tasses noires avec une guitare blanche dessus, la blonde commença à faire couler les cafés dans sa machine.

- T’as un mode d’emploi pour ça ? demanda-t-elle avant de soupirer et de raconter sa journée : Ayant travaillé tard hier au bar où je suis serveuse, je me suis couchée tard et j’ai pas entendu mon réveil ce matin. Des clients m’attendaient pour un shooting. Ma voiture n’a pas voulu démarrer donc j’ai pris mon vélo comme solution de secours et résultat, on m’a volé mon vélo à la sortie du Supermarché !

Voilà en gros ! Oh, après, il n’y avait rien de dramatique en soi. Après cette petite journée, Anne pouvait en rire de tout ça mais ce n’était pas drôle à vivre sur le moment, surtout quand les bourdes avaient tendance à s’accumuler. Dans ce cas-là, c’était à se demander où ça s’arrêtait.

- Et tu es arrivée à temps en mode Wonder Woman ! conclut Anne avec le sourire. Voilà ton café !

Elle lui tendit la tasse, puis, elle sortit la boite à sucres au cas où si son amie en prenait.

- Il faudra que je me débrouille ce soir pour descendre à Downtown pour mon travail, pensa-t-elle. Enfin, je trouverai bien une solution.

Peut-être qu’en appelant un de ces collègues au bar, il pourrait la dépanner.

- Les journées comme ça, t’as l’impression que c’est sans fin ! Tu ne sais jamais comment ça finit ! Pourtant, je n’ai pas croisé d’échelle, ni cassé de miroir ! continua-t-elle en reprenant les propos d’Elinor. Du sucre ? proposa-t-elle. Et toi ? Ta journée ? Ca fait plaisir de se voir en dehors de l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elinor Goldstein
Admin Mourante
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/08/2015
MESSAGES : 462

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Mar 25 Juil - 13:42

Le hasard des rencontres faisait parfois bien les choses et notamment aujourd’hui. Au cours de la promenade que s’était accordée Elinor, son chemin avait croisé celui d’Anne-Evangeline. La comédienne appréciait énormément cette jeune femme pour son naturel rafraîchissant. Elle faisait partie de ces rares personnes qui connaissaient pour sa maladie. Non pas parce qu’elle s’était confiée, mais bien parce que leur route s’était souvent confondue à l’hôpital. Par chance pour la blonde, ce n’était pas en tant que patiente. Ce que la brune appréciait chez elle, c’était sa manière bien à elle de voir le monde. Et surtout, de ne pas la voir comme une simple malade. Elle la considérait de la même manière que tous les autres. Elinor en avait cruellement besoin. En sa présence, elle ne se sentait pas comme une cause perdue. Bien au contraire.
Elle lui était donc venue en aide alors qu’Anne était en mauvaise posture. Apparemment, le mauvais sort s’était acharné sur elle toute la journée durant. Son sac de course venait de s’éclater au sol. Ensemble, elles rassemblèrent les affaires et prirent le chemin de l’appartement de la blonde. Elinor n’était encore jamais venue chez elle et elle devait admettre qu’elle appréciait grandement l’endroit. C’était un appartement décoré avec goût. Un petit cocon chaleureux et accueillant. Par certains aspects, il lui rappelait son propre appartement qu’elle possédait juste avant d’emménager avec David. Elle y avait son monde et son indépendance. Il s’agissait de son havre après avoir vécu une rupture aussi compliquée qu’avec Pyair. Elle le regrettait parfois. Pourtant, le luxe de la demeure de son petit-ami était digne d’un prince. La maison était immense. Ils possédaient tout ce dont ils avaient besoin. David employait même une cuisinière, une femme de ménage, un jardinier et une personne pour s’occuper de la piscine. La demeure grouillait constamment de monde pour que jamais le faste du lieu ne se ternisse. Pourtant, Elinor n’était jamais parvenue à s’y sentir comme chez elle. Elle s’y voyait comme une étrangère qui n’avait pas sa place dans un tel endroit. D’ailleurs, elle n’aimait pas y rester trop longtemps. Et David n’était jamais là. C’était comme vivre seule. En tout cas, elle exprima son affection pour cet endroit et Anne parut enchantée. Suivant son invitation, elle s’assit sur une des chaises de la cuisine tandis que la blonde rangeait ses courses dans le frigo et les placards. La comédienne se mit à évoquer brièvement sa vie avec David. En effet, la maison était bien trop grande à son goût et elle s’y perdait un peu trop souvent. Pourtant, elle était habituée au luxe. La famille Goldstein était réputée pour être une famille riche, malgré tout, elle se plaisait dans la simplicité. « Oh, nous sommes ensembles depuis trois ans à peu près. Peut-être un peu plus. Je ne vois pas le temps passer. » Et elle n’avait jamais vraiment prêté attention aux dates. Surtout que David s’en moquait éperdument. En vérité, c’était à se demander pourquoi ils étaient ensembles.

Elinor accepta un café bien mérité. Autour de deux tasses, Anne pourrait raconter ses déboires afin d’extérioriser tout ça. La comédienne proposa de la magie noire. « Je n’ai pas de mode d’emploi mais je suppose qu’on peut trouver un moyen de se débrouiller quand même. » dit-elle dans un rire. Elle se tut pour écouter la liste de mésaventures de son amie. Au fur et à mesure, Elinor écarquillait les yeux. « Eh bien dis donc, c’est ce qui s’appelle ne pas avoir de chance ! Mais peut-être que ça va faire contre sort et que tu auras beaucoup de chance demain. » Elle se découvrait soudain une nature optimiste. Sûrement était-ce le naturel enjoué d’Anne qui la rendait ainsi. Cette fille était un bol d’air frais à elle toute seule. Quand Anne la compara à Wonder Woman, elle leva les bras pour faire mine de montrer ses muscles. Muscles inexistants d’ailleurs, mais cela l’amusait. Une sacrée Wonder Woman. Cela la fit penser à Alaric qui lui avait proposé de lui apprendre la boxe. « Merci pour le café. » Elle reçut la tasse et y versa un sucre. Elle se mit à touiller avec une cuillère, attendant que le liquide soit moins chaud. Anne exposa ses problèmes par rapport à son travail. « Je peux t’y amener si tu veux. Ma voiture m’a lâchée la dernière fois, mais j’ai encore une des voitures de David à disposition. Je viens te chercher chez toi ce soir et je pourrai te ramener. Qu’en dis-tu ? Ça ne me dérange absolument pas. Je n’ai rien à faire aujourd’hui. » Ce n’était certainement pas David qui allait venir lui tenir compagnie. Autant qu’elle se trouve une occupation pour ne pas broyer du noir. De plus, cela lui plaisait de venir en aide à une de ses amies. Cette dernière lui demanda d’ailleurs comment s’était passé sa journée. « Oui, c’est vrai que c’est bien de se croiser au-dehors. Ça ne nous était jamais arrivé encore. » L’ambiance entre elles n’était pas tout à fait la même. Elinor était bien plus détendue. « Oh je n’ai pas passé une journée bien trépidante. Mes journées sont principalement occupées par la répétition de mes textes. La première de la pièce est pour bientôt alors il faut tout connaître sur le bout des doigts. » Mais elle avait déjà appris son rôle par cœur. Shakespeare n’avait plus aucun secret pour elle. « Mais j’étais seule à la maison. David travaille beaucoup. Alors j’en ai eu marre et j’ai voulu me promener. Finalement, ma route a croisé la tienne. » La suite, elle la connaissait bien. « Tu constitues l’élément le plus joyeux de ma journée. » Ce qui n’était pas bien difficile. Généralement, ses journées se distinguaient par leur insipidité. « Et dis-moi, tu en es où de la photographie ? Tu es bien photographe, c’est cela ? » Elle but une gorgée de café. Finalement, elles ne connaissaient pas grand-chose l’une de l’autre. « Je ne sais pas dans quoi tu es spécialisée, mais si tu veux, je peux te recommander. Tu aurais une carte ? On a besoin de photographes parfois pour les affiches de théâtre. Ou aussi auprès des collègues de David. Il connaît tellement de monde. » Un véritable homme politique. Il connaissait tout le gratin de la ville et même du pays. « Et au fait, personne ne partage un petit bout de ta vie ici ? » Anne était belle, drôle et intelligente. Il serait étonnant qu’elle n’ait personne. Tout à coup, la brune était bien curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne-Evangeline Baker
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/03/2017
MESSAGES : 819

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Mar 1 Aoû - 18:00

Depuis un peu plus de trois ans, Anne-Evangeline avait tout plaqué – amis et famille – pour déménager à Los Angeles pour vivre ses rêves. Elle ne connaissait personne, excepté son oncle qui vivait déjà ici depuis plus longtemps. Par la suite, la blondinette n’eut pas trop de problèmes à s’intégrer. N’étant pas du genre timide, elle allait de rencontres en rencontres. Parmi ces nouvelles connaissances de passage, elle réussit à se faire des amis qu’elle revoyait souvent, ou bien ses collègues de boulot qui étaient devenus sa nouvelle petite famille. Anne-Evangeline prenait la vie comme ça venait, ne se prenant pas la tête. La preuve était : elle venait de croiser Elinor et ce n’était pas pour autant qu’elle l’évitait. Bien sûr que non. Elle lui accordait même du temps si l’envie y était et c’était le cas, à son grand bonheur. Elinor venait de mettre un peu de gaieté dans sa journée et ce sentiment était réciproque.

Anne-Evangeline s’intéressait donc à son invitée du jour. Cette dernière était en couple depuis trois ans. Chanceuse ! Tant qu’elle était heureuse avec cet homme, que demande le peuple ! La blonde était contente pour elle, dans ce cas. Quelque part, elle l’enviait. Pas qu’elle puisse croire au Prince Charmant, mais la petite blonde espérait bien rencontrer quelqu’un, connaître le « grand amour ». Enfin, ça arrivera bien un jour ! Elle était encore jeune.

La photographe fut tout de même amusée, après son récit d’aventures, mais surtout après la superbe imitation de Wonder Woman de l’Elinor internationale. Anne-Evangeline relativisait tout de même, même si tout ce qui lui tombait dessus était très enquiquinant et rageant.

- La roue tourne !

Anne-Evangeline espérait bien que le lendemain soit meilleur. De toute manière, elle ne pouvait pas faire pire qu’en ce jour plus pourri, tu meurs !

- De rien ! lui fit-elle quand Elinor la remercia pour le café. Je ne te vois pas tous les jours alors ça me fait plaisir.

Oui. Non seulement elle ne la voyait pas tous les jours, mais ça lui faisait vraiment de la voir... et ce, en dehors de l’hôpital. En parlant de boulot, Elinor se proposait de jouer les taxis. Vraiment ? Encore un peu, Anne allait avoir le souffle coupé. Bon, c'était un peu exagéré mais elle n'en croyait pas ses oreilles.

- T’es sûre ? Je ne veux pas déranger !


Même si ça lui faisait un peu plaisir d’entendre ça car elle lui enlevait une épine du pied. Ca faisait une chose en moins à se préoccuper pour se rendre à son boulot sans sa voiture.

- Oh ! T’es vraiment ma Wonder Woman !
fit Anne, enchantée.

Elle était tellement enchantée et reconnaissante qu’elle prendrait bien son visage entre ses mains et l’embrasser tellement Elinor lui sauvait la vie. Et c’était peut-être réciproque car passant la journée seule, Elinor avait eu besoin de sortir au risque de devenir folle. Au moins, elles se rendaient mutuellement service, quelque part. A entendre qu’elle était « l’élément le plus joyeux sa journée » était plaisant à entendre. Elinor venait de lui mettre la banane.

- Han. C’est trop chou !


C’était trop touchant. Et c’était sincère. La petite Anne avait un petit cœur d’artichaut l’air de rien.

- Oui, je suis dans la photographie. Enfin, pour l’instant je suis serveuse dans un bar, à Bloody Hell à Downton. La photographie, c’est plus par « passion ». Malheureusement, je ne vis pas encore de ça. J’ai un site internet où tu peux voir tous mes clichés et les services que je propose ! lui fit-elle en cherchant une quelconque carte vers un petit secrétaire qui n’était pas bien loin. Je propose de tout : mariage, photo de famille. Si ça intéresse du monde ...

Anne revint près d’elle avec la petite carte où était écrit ses coordonnées et son site internet.

- Je n’ai jamais eu l’occasion de travailler avec les théâtres mais mes talents intéressent, je suis preneuse. Ca peut faire une chouette expérience.

Non seulement une expérience mais il fallait savoir aussi jouer de ses relations. C’était un peu l’idéal.

- D’autant plus que ça serait aussi un plaisir de te voir jouer un jour ... pensait-elle.

Pourquoi pas après tout ! Anne ne l’avait jamais vu jouer sur scène. Ca serait une occasion de sortir. Enfin cela dit, il faudrait que ça tombe à une soirée où elle serait de congé.

En passant du coq à l’âne, Elinor lui demandait en retour si la blondinette avait quelqu’un dans sa vie.

- A part mon autre moi schizophrénique, ... commença-t-elle par plaisanter. Malheureusement, non, je n’ai pas encore rencontré un gentil prince charmant. Pourtant, j’en vois défiler des beaux gosses au bar où je travaille, et des petites serviettes avec numéro !

Et elle ne plaisantait pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elinor Goldstein
Admin Mourante
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/08/2015
MESSAGES : 462

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Mar 8 Aoû - 13:50

Le hasard faisait parfois bien les choses, comme aujourd’hui lorsque la route d’Elinor avait croisé celle d’Anne-Evangéline. En mauvaise posture, cette dernière avait pu être secourue par la comédienne. Ensemble, elles avaient emporté les courses de la blonde jusqu’à son appartement. Elles prenaient désormais un café bien mérité. La brune observait autour d’elle ce décor qui lui plaisait tant. Certes, ce n’était pas grand, mais elle appréciait la chaleur qui se dégageait du lieu. Pour sa part, elle avait toujours été habituée à des demeures immenses. En premier lieu chez ses parents qui possédaient une grande maison à la hauteur de leur condition, bien ensuite en vivant avec David qui vivait dans une demeure aux dimensions démesurées. Entretemps, elle avait aussi vécu dans un appartement luxueux avec Pyair quand ils étaient encore ensemble. Elle aimait cet endroit pour le bien-être qu’il dégageait malgré l’ampleur des lieux ou la décoration plus soignée. Néanmoins, il y avait une empreinte dans cet appartement qu’elle n’avait trouvé nulle part ailleurs. Mais chez son amie, elle se sentait bien. D’ailleurs, Anne sembla le remarquer. A moins que ce soit l’absence du cadre hospitalier qui lui donne cet effet. Elinor n’aimait plus cet endroit où elle devait se rendre tous les mois comme une sentence. Elle s’y pliait uniquement parce qu’elle n’avait pas le choix, mais le poids de cet épreuve se déchiffrait facilement chez elle. Aujourd’hui, elle en faisait abstraction.

« Voyons, je ne te le proposerai pas si ça devait me déranger. Au contraire, je serai ravie de te rendre ce service. » Après tout, qu’avait-elle de mieux à faire ? Puis elle appréciait pouvoir rendre service aux gens quand ils étaient dans la détresse. Dans le fond, ce n’était pas grand-chose. Intérieurement, cela l’arrangeait de ne pas se retrouver seule à la maison ce soir. Ou en compagnie de David. Entre les deux, elle ne savait pas encore ce qu’elle préférait. Elinor sourit à l’idée d’être cette fameuse Wonder Woman. Pourtant, elle n’en avait pas l’impression, elle qui ne souhaitait même plus de battre contre sa maladie. Elle fut surprise de la familiarité d’Anne et de son côté tactile, mais elle ne trouva pas cela désagréable pour autant. Les Goldstein étaient une famille aimable, mais un peu coincée sur certains points. L’affection de la blonde lui réchauffait le cœur. Elle voulut en apprendre plus sur son métier, n’étant pas certaine de se souvenir. La photographie, lui semblait-il. Ce qui était le cas, mais il s’agissait dès lors que d’une passion. Afin de payer ses factures, elle travaillait dans un bar. Elinor ne pouvait que comprendre que les métiers de l’art soient difficiles, bien qu’elle avait toujours bénéficié d’une sécurité financière qui lui permettait de vivre de sa passion. « Oui, c’est toujours un peu compliqué de percer au début. Mais avec le temps, j’espère que tu pourras vivre de ta passion. C’est le plus beau cadeau qui soit. » Elle prit la carte qu’Anne lui tendit. « Merci beaucoup, je ferai passer tes coordonnées dès que j’en aurai l’occasion. Si je te recommande, ce devrait fonctionner. » Elinor n’était pas connue, mais elle possédait une certaine influence grâce à son nom et à sa relation avec David Peterson. Ses conseils seraient forcément considérés. Elle ferait de même pour le théâtre. Après tout, sa touche artistique pourrait plaire là-bas aussi. Enfin, ce n’étaient que des pistes à suivre si le cœur lui en disait. « Cela me ferait aussi plaisir que tu assistes à l’une de mes représentations. » Chose qu’elle ne disait pas souvent. En vérité, elle n’avait pas grand monde à inviter en dehors de sa famille. Elle pourrait être chagrinée d’avoir peu d’amis, mais c’était bien ce qu’elle avait désiré depuis qu’elle avait appris pour sa leucémie. Elinor fut soudain curieuse de savoir si la blonde avait le cœur qui battait pour quelqu’un. Apparemment, ce n’était pas le cas. Elle cherchait l’élu parmi une bande d’idiots qui n’avaient rien de prince charmant. Elle sourit en imaginant tous les papiers numéros qu’elle devait recevoir tous les soirs. « Je n’en doute pas une seconde. Après, le prince charmant, ça finit forcément par se trouver. » Elle se mit nostalgiquement à penser à Pyair. Si la maladie ne s’était pas déclarée, elle serait encore avec lui à l’heure qu’il est. Mariée à lui. Peut-être avec des enfants. Peut-être aurait-elle aussi accepté de se lancer dans une carrière dans le cinéma et qu’ils auraient tourné des films ensembles. Mais la question ne se posait pas. Etrangement, le visage d’Alaric apparut dans son esprit. Son cœur rata un battement, mais elle ne chercha pas à comprendre mieux de quoi il en retournait. Elle n’aimait pas s’attarder sur ses sentiments, ou se laisser le temps de ressentir quoi que ce soit.

***

Le soir venu, Elinor était à l’heure devant l’appartement d’Anne. Après le café, elle était rentrée chez elle. Non seulement pour se reposer car un violent mal de crâne l’avait prise, mais aussi pour récupérer la voiture. Elle avait attendu le soir pour revenir vers son amie. Elle lui envoya un sms pour la prévenir qu’elle était arrivée, et voilà que la blonde déboula en quelques secondes. « Tu as passé une bonne après-midi ? » demanda la brune tandis qu’elle démarrait. « Je te préviens, il va falloir que tu sois mon GPS, je n’ai aucune idée de là où se trouve ton bar. » dit-elle en riant. Et faire marcher son portable ? Impensable. Elle ne savait pas le faire. On pouvait bien se moquer d’elle car Elinor n’était pas très en phase avec la technologie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne-Evangeline Baker
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/03/2017
MESSAGES : 819

MessageSujet: Re: Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]   Jeu 10 Aoû - 14:16

Son nouvel ange gardien avait raison : elle renversait son karma. Vraiment. Elinor était une Wonder Woman. Elle lui sauvait la vie. Lui proposer de l’emmener au boulot lui enlevait une sacrée épine du pied. Anne n’avait pas à se préoccuper de ça pour y aller et personnellement, ça lui permettait de gagner du temps pour se reposer un peu et récupérer quelques heures de sommeil qu’elle avait manquées durant la nuit, et ainsi de pouvoir retomber sur ses pattes en appelant son oncle pour qu’il joue les Monsieur Bricoleur. En ce qui concernera de rentrer après son service au bar, Anne fera gentiment les yeux doux à son collègue pour qu’il la ramène sans aucuns problèmes. Il ne fallait pas laisser les jolies filles trainer seules dans la rue le soir, n’est-ce pas ? Anne se voyait mal  rentrer à pied car s’il y en avait une quarantaine de minutes en bus, elle en avait pour plus de trois heures à pieds. Merci Google !

Mais il n’y avait pas que ça pour la mettre de bonne humeur. C’était vrai qu’Elinor était aussi dans le milieu artistique. Ca serait un peu dommage que la photographe n’en profite pas. Bon, elle ne faisait pas vraiment ça par intérêt. Si ça aidait à la faire un peu décoller dans sa carrière, Anne-Evangeline n’allait pas cracher dessus mais elle remerciera Elinor à sa manière. Oui, la blondinette était persuadée qu’Elinor et elle pourraient devenir de bonnes amies. En tout cas, ça lui ferait plaisir de voir Elinor sur les planches. Ca serait une bonne occasion de sortir et de voir un peu autre chose.

- Un jour, il mordra à mon hameçon ! fit-elle enchantée.

Anne-Evangeline voyait toujours le verre à moitié plein. Après tout, c’était vrai qu’elle en récoltait quelques numéros. Alors un jour, il n’y avait qu’à espérer le bon jour pour ça. Il fallait rester optimiste et positive. Chaque personne trouve chaussure à son pied.

Plus tard dans la journée, il était l’heure de partir travailler. Anne lui avait donné une heure de rendez-vous car il fallait bien une vingtaine de minutes pour y aller. Le « Bloody Hell » se trouvait à Downtown, et non à Beverly Hills. Veillant au grain, dès qu’elle eut le message, Anne démarra au quart de tour et sortit vite fait. Elle était ravie de la retrouver.

- Oui ! J’ai pu me reposer un peu ! Et toi ? Ca va mieux ?

Il semblerait que Wonder Woman ne soit pas du tout GPS. Ah, le GPS n’était peut-être pas un outil intergalactique ! Non, sérieusement, c’était compréhensif car le quartier de son bar n’était sûrement pas un quartier qu’elle traînait tous les jours.

- Ok, Diana ! On va aller à Downtown. Prends la route, là-bas !

Non, Anne-Evangeline n’était pas du tout à fond sur Wonder Woman au point de l’appeler « Diana » comme surnom. Venant de la blonde, il ne fallait pas le prendre mal du tout. Et d’ailleurs, elle allait prendre le rôle du GPS très sérieusement.

- Ca ne te dérange pas que j’allume la radio ? demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tu es le rayon de soleil de ma journée ! [Elinor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rayon de soleil... Vent agréable printanier... [Pv]
» Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE
» (f) ma fille, ma moitié, mon rayon de soleil - Lien familial
» La métaphore
» Au service de Scylla ? [Irène & Aetius]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Beverly Hills-