Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RAYLAN & LOU] The ugly truth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Inconnus
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 10/08/2015
MESSAGES : 579

MessageSujet: [RAYLAN & LOU] The ugly truth   Mer 26 Avr - 21:44


   


Mélodie & Raylan

   The ugly truth


   
Les enfants t'ont gavés aujourd'hui, Lou. C'est la nuit et tu t'es décidé à enfiler un bas de survêt, un tee-shirt et tes baskets. Et te voilà en train de courir comme une dératée.
Tu n'as pas de juste de milieu.
Tu cours comme une folle, les cheveux dans tous les sens, la figure rouge pivoine, soufflant comme un boeuf.
Le glamour ? Nan tu connais pas, ce soir.

Quant à toi, Raylan tu bosses pour un client : un mari en plein divorce. Lui veut prouver par A+B que sa femme a été une infidèle depuis le début, qu’elle a commis des fautes pouvant faire lever toute indemnité à verser à sa femme à la suite du divorce.
Normalement, tu es détective privé, pas paparazzi, mais la somme d’argent proposée a été bien trop tentante. Tu as accepté l'offre.

Aussi, tu es donc dans ce quartier d’habitation, en pleine nuit sans te douter que ce soir, le quartier ne sera pas si désert que ça.
Toi, Raylan tu te contentes de sortir ton appareil photo et de venir te coller discrètement contre la fenêtre afin de trouver de sérieux indices qui te permettra de remplir ta part du travail.

En attendant, fais gaffe au chat, ça miaule beaucoup quand c’est dehors et tu risquerais de te faire prendre…
J’dis ça, j’dis rien… *sifflote*

-> Voilà votre RP et j’espère qu’il vous plaira Smile
->Raylan tu commences et ensuite c’est à toi Lou
-> Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à contacter ... Bah Lou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raylan Savagehood
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2017
MESSAGES : 38

MessageSujet: Re: [RAYLAN & LOU] The ugly truth   Sam 29 Avr - 11:58

The ugly truth

Petite devinette pour vous les copains, je ne suis pas pervers pourtant observer me permet de satisfaire une certaine curiosité, je ne suis pas photographe pourtant je connais tout des prises de vue et enfin je ne suis pas paparazzi mais pourtant prendre certaines personnes en photo me permet de boucler mes fins de mois, qui suis-je ? Ben pour le coup un privé engager par un connard au porte-monnaie bien rempli. Quoi ? Moi insulter une client ? Jamais de la vie, pourtant il fallait le reconnaître tout de même, un mec qui vous demande d'espionner sa femme, enfin pardon, son ex-femme pour prouver qu'elle a commis un adultère alors que lui-même était en train de se taper sa secrétaire lorsque vous êtes aller dans son bureau pour le rencontrer, c'est naturel de le traiter de connard non ? Rien d'insultant là-dedans, seulement une légère touche de réalisme, il avait beau me payer une somme susceptible de me permettre de prendre un congé sabbatique pour les cinq prochains mois, je n'allais quand même pas penser qu'il était le père Noël.

Oh rassurez-vous, j'avais pour projet de ne pas le laisser s'en tirer à si bon compte, j'allais photographié sa femme, ça c'était normal puisqu'il m'avait embauché pour, mais j'avais récupéré l'enregistrement de son ébat au bureau et sa femme trouverait un joli paquet livré devant sa porte une fois que j'aurai été complètement payé. Oh je vous vois venir, penser qu'il me payait pour rien et que du coup j'étais un arnaqueur, mais ce n'est pas ainsi qu'il faut penser mes amis, j'étais une sorte d'arnaqueur certes, mais un arnaqueur apportant un peu de justice pour une femme bafouée, ça change la donne non ? Et puis il y a le karma, trompe ta femme et ça te reviendra un jour en pleine poire, sans compter que ça me remplira les poches, à méditer.

Bon du coup j'étais devant la maison de la dame, à qui je n'aurai pas refuser une petite partie d'amusement d'ailleurs, sérieusement ce mec était un imbécile, d'accord la secrétaire était jeune et sexy, mais sa femme, oh bordel j'en connaissais plus d'un qui aurait tué sa propre mère pour en avoir une pareille et la foutre en cloque pour la garder. Enfin bon, on ne me payait pas pour avoir mon avis, même si c'était quand-même franchement un gros con, et puis l'avocate sur place apportait aussi une certaine dose de charme, il fallait le reconnaître, même si les blondes c'était pas trop ma came en général. Bon, à ce rythme j'en avais pour la nuit, aucun mâle à l'intérieur et je savais que madame n'était pas lesbienne, j'avais tout de même un peu étudié ma cible, une catholique vraiment pratiquante, comment son mari voulait-il qu'elle puisse le tromper ?

Bref, du moment qu'il me payait je m'en tapais, j'allais donc retourner à ma voiture pour surveiller depuis une position assise avec un petit joint n'attendant que moi, ouais c'était quand même plus relaxant que jouer les cambrioleurs en repérage. Mais tandis que j'allais sortir du jardin, je sentis un truc velu venir se frotter à ma jambe, ce qui me glaça le sang. Je baissai doucement la tête pour me retrouver en tête à tête avec les yeux d'un animal des plus féroces, certes il était jeune, mais ne vous y fiez pas, plus c'est petit, plus c'est vicieux ces bestioles. Une saloperie de chat s'accrochait à ma jambe, il m'arrivait au moins à la cheville, c'est vous dire la taille du monstre. Bon bah du coup, réflexe, je commençai à secouer la jambe pour tenter de l'effrayer, même si pour le coup je n'étais pas vraiment certain de qui effrayait l'autre.

« Allez dégage ! Saloperie ! »

L'enfoiré avait même commencé à planter ses griffes dans mon mollet, oh bordel, il voulait me bouffer ! J'avais pas signer pour ça moi ! Je fis un shoot digne des plus grands footballeurs et propulsai la boule de poils démoniaque directement contre le mur de la maison, faisant retentir un rugissement félin digne des lions d'Afrique et quelques pots de fleurs se brisant.

« Oh merde... »
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Morland
Admin Karaté Kid
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5669

MessageSujet: Re: [RAYLAN & LOU] The ugly truth   Dim 14 Mai - 9:33

Elle court comme une dératée. Un jour, il faudra vraiment qu’un professeur de sport vienne lui apprendre la notion d’endurance. Car elle fait tout de travers. L’endurance, c’est courir lentement, c’est économiser son souffle, ses jambes et son cœur tout en courant à son rythme et sur la durée, le plus longtemps possible. Or là, Lou fait n’importe quoi. Elle se contente de courir comme si elle avait le feu aux trousses. Et pourtant, elle a besoin de se défouler pour exhumer sa rage, la frustration d’une journée de merde où les enfants lui ont cassé les pieds. Ils ont été insupportables et elle n’a cessé de multiplier les punitions. Quand bien même, ça ne les a pas arrêté, ils n’ont pas cessé d’être chiants, de mal parler. C’est bien le souci dans un foyer pour enfants. Il y a de tout et bien trop souvent, il y a des enfants en manque de repère, de parents et d’éducation. Alors, si les trois quarts du temps, ils n’en demeurent pas moins adorables, il y a des moments où la centrale explose dans leur tête et ils font n’importe quoi. Mais genre… N’importe quoi. A les prendre et à les taper contre un mur. Son chef cuisinier dit que c’est parce que la lune est pleine en ce moment. Lou n’a jamais vraiment trop compris le principe. Mais ils sont chiants et elle est rentrée énervée. Trop. Aussi, a-t-elle fini par se décider à aller courir. C’était ça ou se rendre à la salle afin de trouver le sac de frappe : elle aurait s’armer de gants de boxe et frapper à s’en craquer les phalanges. Mais non. Finalement, elle se trouve dans les rues de Beverly Hills, occupée à courir comme une folle. La sueur coule sur son visage et ses cheveux sont plaqués dans une attitude fort peu sexy. De toute façon, elle s’en fiche. Elle continue à courir, ne faisant pas attention aux rares passants qu’elle rencontre, la fixant comme si elle était un extraterreste. C’est qu’en même temps … Il faut la voir faire. Et ça n’a rien de glorieux. Bien au contraire, c’est risible. Ça donne à sourire. Sauf qu’elle finit bien par cesser sa course, à bout de souffle, hors d’haleine. Elle s’arrête dans une allée chic de Beverly Hills, presque à deux doigts de vomir sa vie entière entre deux voitures. Elle marche un peu sentant bien vite ses jambes protester contre le traitement infligé. Pliée en deux, ayant posé les mains sur ses genoux, elle essaye de récupérer une respiration normale, tout en laissant son cœur se calmer. « ’Tain, j’ai trop couru moi… » Murmure-t-elle pour elle. Elle se croit seule dans cette rue déserte et elle n’a pas peur. Lou n’a peur de rien. Elle sait qu’en cas d’agression, elle se transformera vite en ninja karaté-kid, décocheuse de coup de pied rotatif. Elle adore ça. Et quand bien même, à voir sa tête de psychopathe, on n’a pas forcément envie de s’y frotter. C’est qu’elle est assez agressive quand elle s’y met.
C’est alors qu’elle entend le feulement.

Elle relève le regard constatant à qu’une cinquantaine de mètres d’elle, il y a sur cette pelouse un étrange duo occupé à se « battre ». Ses yeux perçants s’habituent très vite à l’obscurité et elle finit par comprendre qu’il s’agit d’un homme aux prises avec un chat enragé lui ayant sauté dessus. Fronçant les sourcils, elle s’approche en silence pour voir s’il n’a pas besoin d’aide. Ne sait-on jamais. Pourtant, depuis quand ne sait-on plus se battre contre un matou ? Elle se pose la question jusqu’à arriver suffisamment prêt pour voir un changement dans la scène d’agression. Sous ses yeux, la bouche s’écarquille quand elle voit l’homme se débarrasser du chat et donnant un shoot dans la bête qui atterrit contre la vitre d’une maison avant de s’exploser dans les pots de fleur tombant dans un fracas qu’elle oublie bien vite, la fureur enflant en elle comme un abcès pas soigné. « Connard ! C’est quoi ton problème !!! » Hurle-t-elle en venant près du gars, consciente qu’elle a une tête à faire peur avec ses cheveux plaqués contre son visage, un peu dans tous les sens, faute de les avoir attachés pendant sa course à pied. Qu’importe, elle va lui refaire, les dents, le portrait. Elle est encore plus énervée quand elle entend le miaulement du chat devenu miaulement de chaton – et qui n’a plus rien à voir avec le feulement de tout à l’heure – aussi, s’approche-t-elle du mec. Un blond. Il a une carrure imposante mais ça ne l’effraie pas plus que ça. « ça va pas la tête ? T’en prendre à un chaton ?! T’as eu des soucis dans l’enfance ou quoi ? Non mais les gens sont fous dans leur tête…. Petit petit… Viens voir maman. » Finit-elle par dire en baissant le ton, occupé à traverser la pelouse pour voir où se trouve le chat. Ne le trouvant pas – a-t-il été écrasé par un pot de fleur ? – la brune au regard incendiaire, relève la tête et ajoute « On t’a volé tes chocolatines et ton jus d’orange à la sortie de l’école ou quoi ?! » Hurle-t-elle. « On s’en prend pas aux animaux, OKAY ?! » Et merde, dire qu’elle voulait, à la base, se calmer. C’est râpé. Merci monsieur d’ailleurs !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raylan Savagehood
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2017
MESSAGES : 38

MessageSujet: Re: [RAYLAN & LOU] The ugly truth   Ven 19 Mai - 14:01

The ugly truth

Je restais dubitatif, comment allais-je bien pouvoir le faire ce foutu job si tout le monde s'amusait ainsi à venir me planter des épines aux pieds. D'abord une foutue boule de poils et maintenant une bonne femme, bordel, j'aurai préféré un pétard et une bière, mais un truc me disait que ça n'arriverait pas là. Je l'observai une minute, abandonnant l'idée de jouer le paparazzi pour le moment. Si avec un bordel pareil ma cible qui...sérieux ? Bon je repris mon appareil et bombardai de clichés, j'allais peut-être en garder quelques unes d'ailleurs, faut dire que l'avocate et sa cliente était franchement séduisantes, surtout lorsqu'elles couchaient ensembles. Je dû revenir à l'emmerdeuse inconnue, je me souvenais d'habitude de mes ex, bon il y avait bien le traditionel « connard » qu'elles chantaient toutes en cœur, mais aucun souvenirs de la miss, bon ben c'était pas une de mes ex, c'était déjà franchement ça de pris. Enfin ce spécimen de femme sauvage était pour le moins bruyant, mais au moins elle ne loupait aucun mouvement de bouche, j'estimai qu'une pomme pourrait la boucher si elle continuait à s'évertuer à chanter le plus horrible morceau de métal que j'avais jamais entendu. Je profitai de son engouement de l'expression verbale pour revenir sur le trottoir en m'allumant une clope, j'avais tout ce qu'il me fallait, ça aurait été con de me le faire confisquer pour violation de propriété privée, ce que la petite chanteuse d'opéra ne semblait pas avoir réalisé.

« Vous ne devriez pas rester là... »

La belle ne semblait pas décolérer, visiblement ça l'avait un peu agacé que j'envoie le fauve s'éclater un peu plus loin. Si je la revoyais un jour j'allais lui acheter une peluche, mais pour l'heure, comme prévu les tuyaux d'arrosage automatique de l'herbe se déclenchèrent, arrosant copieusement madame qui devait comprendre à présent pourquoi le chat s'était barré, ils sont malins ces saletés, je les soupçonne même de fomenter un complot mondial, mais ne le dîtes à personne, je n'ai pas de preuve à part un lien bizarre avec l'Egypte Antique. Je grimaçai amusé en la voyant se prendre la flotte sur la poire et le corps, tiens, c'est qu'elle avait un physique beaucoup plus intéressant que ce qu'en disait la bande-annonce cette femme.

« Je vous ai prévenu... »

Un sourire bien entendu fixé sur mon visage, je m'éloignai, la laissant se dépatouiller avec l'arrosage automatique et souhaitant qu'elle ne se fasse gauler pour violation de propriété privée en prime, j'aurai rigolé toute la nuit d'une telle connerie. Oh me regardez pas comme ça, oui c'était un peu méchant c'est vrai, mais qui a dit que j'étais gentil ? C'était marrant comme idée et je vous ai vu sourire bande de bons samaritains. J'ouvris la portière de ma voiture pour y ranger l'appareil photo qui allait me permettre de régler le loyer et quelques dettes, puis je repensai à miss jets d'eau et soufflai d'exaspération, mais pourquoi je m'en inquiétais ? Je ne la connaissais même pas cette folle ! Rageur, je claquai la portière avant d'aller attraper mon sac de sport dans le coffre et d'en sortir une serviette.

« Allez Raylan, c'est qu'une bonne action... »

Je revins donc jusqu'à la jeune gazelle devenue vraiment humide, finalement j'aurai peut-être mieux fait de sortir mes fringue de sport aussi. Je lui tendis la serviette, regardant un peu aux alentours, comme si quelqu'un allait me juger pour ma générosité relative, et pire, comme si j'en avais franchement quelque chose à faire.

« Si vous voulez un de rechange, j'en ai...dans ma voiture...enfin si ça vous intéresse... »
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lou Morland
Admin Karaté Kid
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5669

MessageSujet: Re: [RAYLAN & LOU] The ugly truth   Dim 11 Juin - 9:56

Elle veut se calmer à la base. Mais genre, vraiment. C’est bien pour ça qu’elle est allée courir. Comme une folle furieuse cela dit. Elle sait qu’elle n’a rien de sexy. Mais quelle est la probabilité de tomber, à ce moment précis, où elle souhaite être détendue et zen, de tomber sur un agresseur de chats ? Non parce que si elle est énervée, qu’est-ce qu’on dit de lui ? Quelle mouche le pique pour s’en prendre à un être innocent. Autant dire qu’elle voit rouge lorsque le malheureux chaton, accroché à la jambe du type, finit par être éjecté avec violence. Ça lui suffit pour être encore plus enragée et péter littéralement un câble. Elle est chaude comme la braise pour la baston et le gars ne lui fait, absolument, pas peur. Forcément c’est tout en gentillesse agressivité qu’elle se rue vers lui. Elle déteste qu’on s’en prenne à des animaux. Pour Lou, ce sont des êtres vivants ne méritant pas qu’on leur fasse du mal. Alors, c’est sûr, elle n’est pas au point de Brigitte Bardot. Mais la méchanceté gratuite, ça l’insupporte.  D’autant plus que le gars a l’air de l’ignorer superbement. Ça l’enrage un peu plus, surtout quand il se contente simplement de lui dire de ne pas être là. « Je suis très bien là, espèce de carpette ! Et je ne te permets pas de m’ignorer quand je te parle ! D’où tu t’attaques à plus petit que toi !!! » D’ailleurs, elle continue à chercher le chat en ajoutant « T’es franchement un… » Mais les mots se meurent dès lors qu’elle se retrouve immédiatement trempée jusqu’aux os. L’arrosage automatique s’est mis en route pour son plus grand désarroi. « Kyaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhh !!! » Braille-t-elle soudain prise par un véritable geyser d’eau lui empêchant de bien voir. Le chaton devient le cadet de ses soucis, si ce n’est qu’elle pense à une chose : « fuyez pauvres fous ! » Et finalement, sa vision s’habituant à toute cette eau, elle avise la route et se met à courir afin d’échapper aux fontaines dignes de Bellagio. C’est donc honteuse, furax, mais surtout trempée qu’elle se retrouve sur la route, à côté du type et de probablement sa voiture. « Merdeuuuuh. » Rage-t-elle  en contemplant  les dégâts. Elle est dans un triste état. Ses vêtements sont trempés. Et cette fois-ci, ce n’est pas de la transpiration. En plus, le t-shirt est blanc et laisse bien entrevoir ses sous-vêtements en dessous. Génial. Super. Lou est ravie et se demande si elle n’aurait pas mieux fait de rester à la maison dans son pyjama et éviter ainsi une sortie nocturne virant au fiasco international.

Parce que le gars, lui, il a l’air de trouver cela bien drôle. Son petit air de suffisance l’énerve un peu et elle ajoute d’une voix grondante « Je t’emmerde ! On frappe pas les animaux ! » Bon ok, il n’a pas frappé le chat mais quand même, c’est presque comme si. D’ailleurs, le minou a disparu et ne semble pas revenir. Il est vrai que le jardin étant trempé, peut-être ne peut-il pas revenir. Ou pire, peut-être est-il mort, violenté par l’homme… Qui a l’air d’être assez tranquille. Il n’a pas l’air d’avoir peur de la colère de la brune. Et rien que cela suffit à l’énerver un peu plus. « Et t’aurais dû me prévenir un peu plus fort, c’est d’ta fauuuute ! » Rugit-elle tout en continuant à secouer ses bras et essayant d’enlever les gouttes éparses. Elle s’attarde ensuite sur son t-shirt le tordant afin d’en sortir le plus d’eau possible. Il y en a une quantité mais elle n’en garde, pas moins, un œil sur le gars fort occupé à tourner les talons. « Et te casse pas, j’ai pas fini de te parler ! » Dit-elle d’une voix furieuse mais visiblement, il se contente d’ouvrir son coffre et de  chercher quelque chose. De son angle de vue, elle ne peut rien voir, si ce n’est qu’il revient avec une serviette qu’il lui tend. Là, elle est perdue. Elle ne sait pas trop si elle doit l’accepter ou non. Toutefois, elle est trempée. Aussi, ne cogite-t-elle pas trop longtemps. D’un mouvement sec, elle lui attrape la serviette. « Merci. Tu culpabilises c’est ça ? » Dit-elle de cette même voix de rechange tandis qu’il lui propose quelque chose de rechange. Ah… Il doit sans doute parler d’un haut et d’un bas. « Merci, mais ça devrait suffire cette serviette. » Ajouta-t-elle d’une voix froide. Sa « générosité » a suffi à calmer le petit bout de nerf qu’elle est. Elle est plus docile mais le fixe toujours autant avec une expression meurtrière. Faudrait qu’elle revoit le livre de la politesse et du comportement, mais elle a bien trop de rancœur. Elle l’a vu être horrible. Et ça, elle n’en démordra pas. « Alors, pourquoi tu t’attaques au chat ? Qu’est-ce qu’il t’a fait ? Et tu faisais quoi près de ce jardin ? C’est chez toi ici ? » La voix est soupçonneuse et voilà qu’elle se livre à un véritable interrogatoire de police tout en s’essuyant les cheveux et le haut. Ce n’est pas très glorieux et elle n’en demeure pas moins trempée mais c’est déjà une bonne chose aussi. Pour le reste, elle surveille chaque geste du type prête à décocher des coups de pied rotatifs et des coups de boule en cas de besoin. Sauvage, vous avez dit sauvage ?

HJ: je suis désolée du temps de réponse. La faute aux vacances huhu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raylan Savagehood
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/04/2017
MESSAGES : 38

MessageSujet: Re: [RAYLAN & LOU] The ugly truth   Dim 11 Juin - 16:39

The ugly truth

Mais quelle casse-noisettes celle-là ! Ceci dit, la vision sur son tee-shirt devenu transparent aidait beaucoup à la rendre supportable, mais j'avais déjà vu mieux comme sous-vêtements, enfin passons, le fait que je lui rapporte une serviette avait l'air de l'avoir calmé, enfin, tout su moins deux minutes, avant qu'elle ne m'accuse d'être la cause du fait qu'elle soit toute mouillée. Je sais à quoi vous pensez bande de pervers, moi aussi en me passant cette phrase dans la tête j'y pensais.

« Hey on se calme petite...primo, bien que je serai ravi d'être le responsable du fait que tu soit mouillée...là j'ai rien à voir dans l'histoire, si veux t'introduire chez les gens, tu le fais bien ou c'est ce genre de choses qui t'arrivent... »

Enfin surtout il faut se mêler de ses fesses, aussi jolies soient-elles, et non pas de celles des autres, mais bon ça, je me gardai bien de le lui dire, je ne savais pas pourquoi mais vu le personnage je me doutais qu'elle ne la prendrait pas super bien cette tirade, pourtant il y avait un compliment dedans, je tenais juste à le signaler.

« De rien... »

Ton sarcastique à souhait, je ne comptais pas répondre à ses questions, déjà parce qu'elles étaient trop nombreuses, rien que d'y penser ça m'emmerdait de répondre, à tous les coups il y aurait d'autres questions de toutes façons. Ensuite parce qu'elle manquait cruellement de politesse, pas un seul merci pour la serviette, elle croyait quoi ? Que je l'avais gardée exprès pour elle ? Et enfin, parce que je me voyais mal avouer à une inconnue que la boule de poils m'avait fichue une peur bleue.

« T'es toujours aussi aimable ou c'est moi qui te fais de l'effet ? Bref, tu peux garder la serviette...à la prochaine... »

Je me retournai pour m'apprêter à partir quand je sentis un truc se coller à ma jambe, je savais ce que c'était, mais je ne voulais pas regarder pour savoir que j'avais raison.Oh bordel, mais pourquoi ce foutu chat me collait ainsi ? Je ne bougeais plus, tandis que le ronronnement de cette créature des enfers retentissait, brisant le peu de silence que j'avais obtenu à cause de cette petite nana débarquée de nulle part. Ma tête se tourna d'une façon plutôt robotique, lentement et en saccade, vers ma jambe où se dandinait cet animal sauvage extrêmement menaçant.

« Enlève-moi ce truc s'il te plaît...je ferai ce que tu veux mais enlève le m... »

Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase que cette bestiole commença à m'agresser en plantant ses horribles griffes dans ma jambe et en commençant à me grimper dessus. Bien que je tentais de rester calme, mon corps commença à réagir à ma peur en tremblant, je me sentais beaucoup trop vulnérable soudainement et je n'aimais pas ça, mais alors pas du tout. Pourquoi fallait-il toujours que ce genre de conneries ne me tombe dessus ?

« P...p...pourquoi il monte ?...Pas mon visage...allez dégage !...Mais aide-moi toi ! »

Je commençai à souffler comme on soufflait sur un moustique ou une mouche dans le but de faire dégager le monstre qui me lacérait le torse à travers mon tee-shirt avec ses putains de griffes diaboliques. J'avais envie de courir, mais mes jambes refusaient de bouger, c'était plus facile quand ces créatures démoniaques ne me grimpaient pas dessus.
Berth©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[RAYLAN & LOU] The ugly truth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ray ◊ The wasted years, the wasted youth. The pretty lies, the ugly truth.
» Selene ~ The pretty lies and the ugly truth
» the pretty lies, the ugly truth ▽ NIKARA II
» (Flora) Pretty lies, ugly truth.
» Mark The ugly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous? :: Une fois, j’me suis couché il était minuit dix.-