Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est la salsaaaa du démon ! [Zack&Dim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dimitri Cooper
Admin fou-fou
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 996

MessageSujet: C'est la salsaaaa du démon ! [Zack&Dim]   Lun 1 Mai - 22:44

Ce soir c’est la fiestaaaa. C’est le samedi et qui dit samedi, dit forcément faire la fête. Aussi suis-je donc hyper motivé pour aller faire la bamboula. En plus, ce sera en compagnie de mon petit Zack. Et comme dire… Ce gars je l’adore ! Voilà que nous nous sommes rencontrés à mon retour du Japon. Il venait ici pour la première fois, je revenais ici après plusieurs mois d’absence, tout japonisé, bridé, habitué aux sushis et aux ramens. Autant dire que j’ai mal vécu de manger un hamburger tout gras et huileux. Mais je m’égare et de ce fait, pour en revenir à Zack, nous avons donc sympathisé dans le milieu de la nuit. La rencontre a été hasardeuse mais pas l’amitié qui s’en est découlé. Comment dire que c’est l’amour fou ! Qu’on s’appelle Bro’ et que lorsqu’on se salue, on se check pendant trente secondes. Comme de vrais mecs ! On a trop la classe. Et forcément, de cette soirée marquée sous le signe de la rencontre, nous avons entamé bien d’autres soirées marquées sous le signe de la beuverie, de la drague et de l’amusement à en perdre la raison. En règle générale, le dimanche nous sommes toujours dans un triste état nous remettant d’une gueule de bois et allant bruncher masquant nos yeux vitreux sous nos lunettes de soleil. Mais le sourire est le même : comme le soir, nous sommes autant contents de nous voir en journée. Et de ce fait, lorsqu’il faut sortir, ce n’est jamais l’un sans l’autre. Et bon sang, ça fait du bien d’avoir un ami #SOSsansamis. On se retrouve, on se raconte nos vies, bref ça fait du bien. Et ça me rappelle ce temps désormais révolu où nous étions une sacrée bande avec Saphyr, Andréa et Luce. On avait bien rigolé et finalement, chacun avait pris un chemin différent. Le groupe d’amis n’est plus aujourd’hui pas même que je n’ai de nouvelles d’Andréa ou de Saphyr. On s’est perdu de vue et le Japon n’a pas aidé tout comme le décalage horaire aussi. Mais fort heureusement, la vie continue. Et puis, maintenant que je suis de nouveau sur Los Angeles, je compte bien en profiter à chaque instant.

C’est pourquoi tout prêt, tout parfumé et forcément tout beau, je finis par partir de chez moi et me rend à la boîte de nuit que nous avons choisi. Le lieu est select mais en grand habitué des lieux, le videur m’a assuré qu’il nous laissera entrer sans souci. Forcément, c’est au volant de ma nouvelle Audi Cabriolet au moteur V6 qui ronronne fortement que je me rends vers le lieu du rendez-vous. Forcément, les augmentations ça paye, et de ce fait, je gagne encore mieux ma vie que lorsque je bossais avec Isaac. Autant dire que ça fait du bien pour le compte en banque et l’égo. Ma nouvelle voiture, j’en suis fou et ça attire pas mal quand il s’agit de draguer une jeune demoiselle. Le seul point négatif c’est que forcément, elle est rapide et je dois souvent faire attention pour ne pas me faire griller par les flics. Il ne manquerait plus que je perde mon permis de conduire. Comment je ferais pour me déplacer ? En bus ? En métro ? NO WAY. Il n’y a pas moyen. Alors, c’est à vitesse normale que je me rends vers le lieu en question, garant ma voiture dans le parking prévu. Et puis, j’arrive devant l’entrée et ce qu’il y a de bien dans notre amitié, c’est que nous sommes ponctuels. On avait rendez-vous à vingt-deux heures et il est vingt-deux heures pétantes ! Parfait. « Mon Broooo ! » Je m’exclame en venant dans sa direction. On se check comme on sait si bien le fait avant de s’étreindre brièvement. Ouais, on est comme ça nous. On s’aime. « Comment ça va mon lapin ? Tu es en forme, hein ? » Je lui demande avec un grand sourire. Sans plus attendre, nous allons vers l’entrée de la boite où le videur nous reconnaît et nous salue avec un grand sourire. Toujours être ami avec le videur, c’est la règle de base pour entrer dans ce lieu sans faire la queue, pour avoir la classe comme si on était Jay-Z et Beyoncé qui entraient dans le club select Je suis Jay-Z, j’préviens

Immédiatement, nous sommes happés par les néons lumineux, la musique assourdissante et le monde environnant. Ça n’a qu’une seule odeur : celle de la fête. « Il y a un moooonde de dingue ! » Je m’exclame à l’attention de mon acolyte. « Mais il y a de belles plantes aussi ! » Juste au moment où un groupe de filles passent devant nous, fort fort charmantes. Un sourire s’étire sur mes lèvres et je me dis que la soirée va être plus que géniale, je le sens. On se laisse être guidé par une serveuse qui nous installe dans une petite alcôve où se trouve une banquette ronde et une petite table basse. On s’y installe comme des seigneurs, pour qu’on puisse passer une commande. C’est pas que mais j’ai soif et je compte bien m’amuser. « On se fait comme d’habitude ? Une petite bouteille de tequila ? » Comme d’habitude, on ne change pas une équipe qui gagne et je n’ai jamais oublié mon amour pour ce type d’alcool eu égard de toutes ces soirées où j’ai fini torché par le liquide sacré. « On pourra se refaire une soirée cap ou cap, d’ailleurs ! » Non parce que la dernière fois, ça avait fini en un peu n’importe quoi. Mais bon sang, on avait tellement ri. C’est ce qui fait d’ailleurs qu’on s’entend si bien : avec Zack, on a pas froid aux yeux. Quand il faut foncer, on fonce !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackary P. Larson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 36

MessageSujet: Re: C'est la salsaaaa du démon ! [Zack&Dim]   Mar 2 Mai - 15:28

Sept années s’étaient écoulées. Sept années dont Zackary n’avait pas remis les pieds à la Cité des Anges et seul Dieu savait que c’était bon. Il était peut-être natif de Miami mais sa vie était dans ces rues de Los Angeles là où il avait vécu ses plus grosses folies, l’amour accompagné de ses malheureux déboires. En passant ces dernières années à Miami, il avait pu répondre à ses questions et remettre un peu en ordre sa vie, puis il avait su, su que sa vie n’était plus là-bas mais sur la côté Ouest, baby !

Le blondinet n’avait aucun regret. A peine arrivé, il fit la connaissance d’un copain fêtard et aussi fou que lui. A vrai dire, ça avait direct matché pour qu’ils deviennent cul et chemise. Evidement, Zackary était la chemise. *TOC*. Dimitri était un super gars. Vraiment ! Et puis, il ne fallait pas être fou de ne pas être ami avec un avocat, n’est-ce pas ? L’agent qu’il était savait bien s’entourer et un avocat était toujours très utile lorsqu’il y avait un club sportif qui se rebiffait et n’était pas très content de son joueur. Non, au départ, Zack ne s’était pas bien entendu avec Dimitri par intérêt. Evidement que non.

D’ailleurs, en parlant de son propre boulot, Zack avait récemment fait signer un contrat entre un club et un joueur de football américain à 10 millions de dollars... Franchement, il fallait fêter ça et il n’attendait que son meilleur pote pour fêter ça comme il se devait et comme ils savaient si bien le faire. Ca changera d’une danseuse de macaque. Pour ce rendez-vous en soirée, Zack s’était habillé en condition : un tee-shirt moulant et d’un jean. Chez lui, Barbara – sa « copine actuelle » qui servait d’animal de compagnie – lui avait demandé où il sortait encore. Depuis le temps, elle devait avoir l’habitude de ses absences, et puis ce n’était pas comme si ça lui déplaisait puisqu’elle vivait à ses crochets. Bref, elle n’avait rien à dire et à redire la grogniasse, Zack n’avait pas envie qui lui pète une ou deux couilles. Au moins, si elle ne lui servait pas à grand-chose, elle lui servait au moins de pendule pour qu’il soit à l’heure à ses rendez-vous.

Arrivé devant la boîte, il retrouva rapidement Dimitri. Pour sûr, Zackary était content de le voir.

- Poto ! s’exclamait-il sur la même longueur d’ondes tout en se checkant comme de vrais mâles.

C’était l’amour fou. L’amour de dingue. Avouez que vous enviez !

- On ne peut mieux ! Et toi ? répondit-il. Prêt à faire un désastre sur le dancefloor ?

Rentrant sans difficultés dans la boîte, comme à son habitude, Dimitri s’extasiait devant tout et n’importe quoi. Bon, peut-être pas tout et n’importe quoi, non plus... Quand il s’agissait de belles plantes, Dimitri n’avait pas tort du tout puisque Zack les suivait également des yeux, ne ratant pas une miette.

- Il y aura peut-être une chanceuse qui se fera arroser !

Zack ne sous-entendait rien du tout, ni ne proposait rien du tout. Il ne manquerait plus qu’ils fassent un concours aux chiottes sur lequel des deux butinerait le plus longtemps lorsqu’ils auraient pécho chacun sa belle plante. Les deux mecs s’installèrent normalement dans un coin comme à leur habitude.

- On ne change pas une équipe qui gagne... Surtout que tu sais quoi ?

Zack marqua une pause pour faire un petit suspense.

- Devines qui a signé un contrat à 10 millions de dollars ?

C’était bibi ! Bon, il ne touchait pas les 10 millions mais une bonne commission là-dessus et c'était E-N-O-R-M-E ! Alors pour sûr, ça se fêtait et ils n’allaient pas faire les choses à moitié. Zack leva le bras, attirant l’attention d’un des employés de la boîte. Il fallait bien se faire servir dans ce monde de brutes. Dimitri lui proposait de refaire une soirée cap ou pas cap.

- C’est bien le genre de soirées qui ne se refuse pas, mon bichon ! approuvait Zack avec un clin d’œil.

La dernière fois, ils s’étaient tellement marrés que le blondinet ne pouvait pas refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin fou-fou
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 996

MessageSujet: Re: C'est la salsaaaa du démon ! [Zack&Dim]   Dim 14 Mai - 9:53

Je suis vraiment trop content de revoir mon pote Zack. J’ai l’impression que ça fait douze siècles au moins qu’on ne s’est pas vu, alors que pourtant, ça fait à peine une semaine pile que nous avons fait la fête. Et que donc, nous nous sommes vus. Forcément, nous sommes toujours aussi chaud patate. On est motivé et le monde nous entourant nous délivre une adrénaline plus que jamais positive. On va s’éclater. « Et comment ça va bien ! Je suis en pleine forme ! J’ai trop hâte de faire ma petite session de danse disco/grand écart/déhanché à la Beyoncé ! On va mettre le feu ! » je déclare avec un grand sourire. Et bien vite, je fais remarquer à mon ami toutes les jolis filles nous passant devant. Le sourire est grand. Il y a de quoi faire ce soir. La répartie de mon pote m’arrache un grand éclat de rire et je l’observe d’un œil hilare « Heureusement que je n’étais pas en train de boire quand tu m’as dit ça, sinon j’aurais été obligé de tout recracher. » Non mais Zack a parfois le chic pour te balancer des punchlines dans la figure. Et je ne compte pas le nombre de fois où je me suis pris des fous rires en sa compagnie. D’ailleurs, lorsqu’une femme passe devant nous, laissant entrevoir qu’elle n’est plus très jeune, voir qu’on peut qualifier de plutôt vieille, je glisse à l’oreille de mon ami « Bon il y en a certaines qui sont tellement ratatinées que ça ne sert plus à rien d’arroser, le bourgeon n’apparaîtra plus. » Et si ça continue, on va passer la soirée à se lancer des vannes sur fond de jardinage et mains vertes. Mais heureusement, nous prenons bien vite place et nous papotons en attendant qu’un serveur vienne vers nous, afin de prendre notre commande. Je suis déjà chaud pour boire de la téquila, pour me mettre minable comme on sait si bien le faire. Je suis là pour me détendre et déstresser d’une semaine de boulot assez éprouvante. Forcément, quand on occupe un poste à responsabilité, ça nous accapare pas mal la tête.

Le besoin de se vider le courgeon est donc vital. Aussi, nous tombons d’accord sur ce qu’on boira d’autant plus que visiblement, nous avons quelque chose à fêter. Et Zack finit par m’apprendre l’heureuse nouvelle : il a décroché un contrat avec un cout assez conséquent « Et bah dis donc mon lapin ! T’as géré le steak on dirait ! C’est vraiment super que t'ai pu avoir ce contrat !! Je suis trop content pour toi !! Vivement qu’on nous amène la boisson et qu’on trinque pour toi ! » Ma joie est tout à fait sincère. Zack est vraiment quelqu’un de bien et je l’apprécie énormément. Forcément, comme nous sommes sur la même longueur d’ondes, nous sommes donc d’accord pour nous lancer dans un cap ou cap. Mais avant ça, je veux boire. Fort heureusement, ça arrive plutôt vite et. finalement, nos verres sont bien vite remplis. Je lève le mien et le tend vers mon pote « A nous mon chou ! Et à ton contrat de dix millions de boules ! Franchement t'as géré ! » Me rappelant du troisième énergumène composant notre fratrie, ne peux m'empêcher d'avoir une pensée émue pour lui. Quand bien même, on ne le voit plus. Il est occupé qu'il dit. « Et portons un toast à notre ami Matthew fort occupé ! » Sur ces mots, nous buvons notre verre vite fait bien fait même si je crois bon d'ajouter : « J'en suis sur qu'il devient canard ce petit... » Je souris parce qu'on l'a forcément tous été. Le truc c'est que finalement, on est bien quand on ne l'est pas. Au moins, on peut boire, on peut danser, on peut faire la fête. Même qu'au bout d'un moment, je finis par dégoter une sublime blonde assez forte et assez grande. Elle danse sur la piste et je dois dire que c'est agréable à voir « Mate moi ça. » Je déclare tout en remplissant nos verres. « Elle a un beau cul. » Bon ok. Niveau finesse, je peux aller me rhabiller. Mais je m'en fiche, je suis libre comme l'air et je suis là pour me taper de la femelle. D'ailleurs, la blonde finit par apercevoir que je l'observe, pivote et me dévisageant à son tour. Elle nous fait un petit signe de la main. Forcément, ce genre de truc met toujours les mecs en ébullition. Me tournant vers mon pote, je suis assez content de moi sur le coup. « Et bah dis donc ! On a trouvé une belle plante ce soir ! Tu dirais géranium ou jonquille ? » Mon rire se fait entendre. C'est qu'on en dit des conneries. C'est alors qu'après moult jeux de regard et de signes de mains entre nous, qu'elle finit par se rapprocher de notre table, prenant place à côté de nous. Son visage demeure assez carré quand même, elle a une mâchoire assez forte mine de rien. Mais ça ne l'empêche pas de sourire et de poser ses mains sur nos cuisses. Bien sûr comme dit Denis Brogniart, à ce stage de l'aventure, je suis assez content de moi. Je me dis qu'on a une touche. Sauf que la voix grave et terriblement et irrévocablement et monstrueusement masculine met fin à tout rêve de gloire et de conclusion sexuelle endiablée « Alors les garçons, on a envie de goûter à la bête ? » Demande la femme ... Enfin, l'homme. Sauf que mon regard alterne entre son visage visage et ses seins dont l'arrondi ressort du bustier. J'ai un doute. Un gros doute. Un très très gros doute parce que franchement, je ne suis carrément pas prêt. Je croyais draguer une femme pas un transsexuel. Ma masculinité en prend un coup. Et soudain, je ne sais plus quoi dire. « Ah Ah... Non pas du tout » Je ris encore parce que je suis gêné et je finis par tendre le doigt vers Zack ajoutant « C'est lui d'abord qui est intéressé ! » Je déclare en acquiesçant la tête frénétiquement. Bon Ok. Il y a zéro compassion. Et je culpabilise bien vite parce que le trans n'est pas prêt de nous lâcher. De ce fait, c'est faussement enjoué que je m'exclame : « On a été ravi de faire ta connaissance. Au revoir ! » Plus direct. Tu meurs ! Mais l'homme / femme sourit et susurre alors « Je vous rejoins sur la piste de danse... » Dit-il doucement avant de se lancer gracieusement et de retourner de là où on l'a rencontré. Je pousse un intense soupir de soulagement et bois mon verre d'un trait pour me remettre de mes émotions. « Mon dieu quelle horreur... » Je marmonne en fixant le regard de Zack. Et puis doucement, je me mets à rire parce que la situation n'en demeure pas moins tordante. Vraiment il aura fallu le faire : se faire draguer et draguer aussi un transsexuel. On aura tout vu ! Quand bien même, nous sommes soulagés et vivants encore. « Bien. On avait décidé de se lancer dans un cap ou pas cap. Alors on va commencer pour toi... Je dirai... Que tu n'es pas cap de chanter comme un goret au milieu de la piste de danse. » D'entrée, je met la barre très haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zackary P. Larson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 36

MessageSujet: Re: C'est la salsaaaa du démon ! [Zack&Dim]   Ven 19 Mai - 15:12

Sous ses yeux, son meilleur pote respirait la joie. C’était à se demander s’il n’avait pas pris un peu d’herbe avant de venir... En fait, non, c’était son état naturel. Zack  le connaissait depuis et cela ne le surprenait pas. Il en était plutôt amusé et d’ailleurs, Zack ne pouvait s’empêcher de le suivre dans ses conneries. D’ailleurs, si jamais Dimitri faisait sa Beyoncé sur la piste, le blondinet voulait voir ça, et peut-être qui savait, il en ferait une fortune en vendant la vidéo sur internet. Ben quoi ? Ca servait à ça, les potes ! Ca filmait et mitraillait avec leur portable ! L’agent sportif était doué pour le business.

Zack sourit face à la réaction de son ami face à sa répartie. Et quoi ? Quand on parlait de plante, il était logique qu’on les arrose ? C’était rempli de sens quand on avait la main verte... ou pas. Au sens propre, ce n’était pas le cas du jeune homme... Une petite « vieille » passa près d’eux.

- Autant ne pas trop se frotter aux cactus, mon gars ! enrichissait Zack.

C’était connu que les cactus n’avaient pas trop besoin d’eau, non ? Et puis bon, contre des cougars, ils ne seraient pas forcément contre mais quand celles-ci confondaient les boites avec les maisons de retraite... C’était un peu chaud ! La meuf s’était trompée de quartier là. La course des déambulateurs, la soupe et les jeux de cartes n’étaient pas ici.

Enfin posés, Zackary était enfin heureux d’annoncer à son ami la bonne nouvelle, soit son contrat de dix millions de dollars. C’était une bonne raison pour faire la fête. En fait, avoir une bonne raison n’était toujours pas une bonne raison pour festoyer. La vie était faite pour qu’on s’amuse ! Et ça, Dimitri et lui savaient très bien le faire. Ca faisait plaisir que l’avocat partage sa joie. Lui aussi était un homme d’affaires pour gagner sa pomme à la fin du mois. Ils aimaient les nombreux zéros qui s’affichaient sur leurs comptes en banque. Par contre, dans le lot, il manquait évidemment Matthew et les deux fêtards auraient apprécié que le troisième du trio soit présent avec eux en cette fête.

- Ca ne me surprendrait pas ! Il se fait mener par le bout du bec, lui...

Ou par autre chose qui y ressemble du moins ! Oh, les deux hommes pouvaient se moquer et ce, bien gentiment... Lui-même avait été canardé pendant plusieurs années avec Arizona jusqu’à ce qu’il la plaque, sept ans plus tôt. Depuis, Zack était libre comme l’air, butinait de fleurs en fleurs sans de véritables scrupules... et d’ailleurs, il avait une Barbie qui trainait à la maison mais par contre, elle ne servait pas à grand-chose à par l’arroser quand il en avait envie.

- A nous ! Et Matt ! fit-il, portant alors le toast avant de boire une bonne gorgée de cette fabuleuse et agréable boisson. Il faudra qu’on tire ses petites fesses emplumées ici un de ces quatre, ajouta-t-il même, en parlant de leur ami en commun.

Au loin, une nana attirait toute l’attention de l’avocat. Zack regarda alors à son tour dans la direction que son ami lui indiquait et dévisagea la nénette de la tête au pied, tout en s’attardant sur ces petites fesses.

- Les géraniums et les jonquilles, ce sont des belles plantes pour toi ? Ca ne vaut pas le jasmin ou le lilas, mon pote !

Enfin, si Zack pouvait lui faire confiance pour ses goûts en nana... (quoique, pas bien sûr !), il ne pouvait pas lui faire confiance en ce qui concerne ses goûts pour les vrais fleurs. Cela dit, le fait de mater la biche sur la piste, celle-ci vint dans la gueule du loup en venant se joindre à eux. Au moins, une qui n’avait pas froid aux yeux et qui s’assumait pleinement, rien de mieux que ça pour plaire aux deux mecs... mais tous deux déchantèrent très vite en se rendant compte que c’était un transsexuel. Zack faillit avaler sa tequila de travers tellement c’était tordant là ... encore plus tard quand on savait que ce n’était pas dans les cordes de Dim, là.

- Hey, oh, tu te démerdes avec tes couilles, mec ! le rembarrait Zack, en se marrant.

Bon, ce n’était vachement pas sympa à l’égard de ce travelo mais c’était un vrai kinder dans le sens qu’il avait ignoré la belle surprise qui se cachait sous le chocolat. Dimitri et Zackary n’étaient malheureusement pas de ce bord-là et il fallait bien le dire qu’ils n’étaient pas du genre très intéressé, ni de ce bord-là. Un peu gêné, le travelo déchanta très vite et se barra alors, rapidement.

- Ah mais tellement ! Je n’ose imaginer ...

... ce qu’il y avait entre les jambes là, ce qui pouvait remplacer un vagin. Rien que d’avoir cette image était presque un viol dans son esprit... Il chassa tout ça de son esprit.

- Evites les pissenlits, mec ! prévint Zack.

Vu qu’ils s’étaient accordés à faire un cap et pas cap, son ami lui lança son premier défi. Chanter comme un goret sur la piste de danse ?

- Chiche !

Mais avant de jeter à l’eau, il but une gorgée de sa tequila et se jeta alors sur la piste en n’ayant aucune honte. Il chanta comme un goret. Bon, heureusement que la musique camouflait un peu mais en tout cas, le blondinet fut amusé par la réaction de ses voisins qui le regardaient d’un mauvais œil. Hey, vous n’avez pas le sens de l’humour les gars ? Bande d’ignares ! Bon au moins, y’en avait un qui en rigolait ! Tant mieux ! Lui, au moins, il avait tout compris à la vie ! Il avait peut-être « free » chez lui s’il avait tout compris à la vie ! L’agent sportif revint voir son pote qui se marrait comme un con. Maintenant, c’était à son tour de lui imposer quelque chose.

- Cap ou pas cap de demander à une des nanas de la piste de te donner sa culotte !

Quoi ? Zack était vil ? Pas du tout ! Ca devrait être facile pour certaines de l’enlever, non ? Surtout quand elles portaient une mini-jupe qui ne les recouvrait que leurs fessiers. Par contre, peut-être qu’il y avait des coquines qui n’en portaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
C'est la salsaaaa du démon ! [Zack&Dim]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zack Fair.
» Kit pour Zack Sykes.
» Number Two Contender For US Champion : Zack Ryder vs Bryan Evans
» Dolph Ziggler & Rey Mysterio Vs Alex Shelley & Zack Ryder
» United States Championship : Triple H Vs Zack Ryder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Hollywood :: Le High Club-