Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Esmeralda C. Martinez
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2017
MESSAGES : 55

MessageSujet: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Lun 22 Mai - 23:44




Esmeralda (Carmen) Martinez

❖ Nom Martinez. ❖ Prénom(s) Esmeralda. Comme la nana du Disney, comme celle de Victor Hugo, oui. Et en plus, je suis aussi bohémienne. La classance ! Ou pas. Et mon deuxième prénom, c'est Carmen, mais il n'y a que ma tante qui s'en sert ... Et encore, elle m'appelle Carmenita, elle. ❖ Date et lieu de naissance Le 22 décembre, à Mexico. Mexique. OUAIS ! Le pays de Speedy Gonzales, ariba ariba. ❖ Nationalité Mexicaine. ❖ Orientation sexuelle Lesbitch. Je l'ai longtemps refoulé, il faut dire que ma tante est très croyante, qu'elle n'accepte pas et comme elle est ma seule famille... Seulement, tout a changé depuis quelques temps. Je n'ai plus envie de le cacher, et tant pis si ça ne plaît pas. ❖ Statut civil Quand on me le demande, j'ai instinctivement encore le réflexe de me dire en couple... Mais non. Seulement il faut croire que j'ai du mal à accepter la réalité, et le fait qu'elle n'est désormais plus là à mes côtés. ❖ Profession et/ou études J'ai enchaîné beaucoup de petits boulots depuis mes 14 ans, femme de ménage, barmaid, serveuse... Mon rêve, ça a toujours été la chanson. J'ai eu la chance de naître avec une voix en or, et une prédisposition pour la danse. J'ai toujours voulu en faire mon métier, et aujourd'hui, je commence à me faire connaître peu à peu. Mais en attendant de vraiment décoller, je suis encore serveuse pour arrondir les fins de mois.❖ Décris ton personnage en quelques adjectifs souriante - optimiste - grande gueule - impulsive - franche - têtue - courageuse - généreuse - drôle - cynique - aimante - câline - fragile - écorchée - sensible - indépendante. ❖Avatar Naya Rivera  heart2   ❖ Groupe L'Hémorragie de tes Désirs ❖ Crédits tumblr.


L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire


Elle parle (hurle) en espagnol lorsqu'elle est énervée ¤ Elle adore les animaux ¤ Elle marche souvent pieds nus, même dans la rue ¤ Elle vient d'une famille croyante, et l'est elle même, même si sa foi a plus d'une fois été ébranlée ¤ Elle a tout le temps trop chaud ¤ Elle peut manger tout et n'importe quoi, elle ne grossit pas ¤ C'est quelqu'un de très indépendant, qui n'a jamais eu besoin de personne pour se débrouiller dans la vie ¤ Elle ne supporte pas les gens qui n'essayent même pas avant de s'avouer vaincus ¤ Sous son apparence de grande gueule, c'est une fille très sensible ¤ Elle pleure toujours devant les films/séries/dessins animés ¤ C'est cliché, mais son Disney préféré est Le bossu de Notre Dame ¤ Elle n'est pas vraiment fan des princesses type Blanche Neige, Cendrille et cie qu'elle qualifie de "nunuches" ¤ C'est une excellente cuisinière, et elle adore préparer des repas ¤ Elle a deux bijoux dont elle ne se sépare jamais: un bracelet de cheville qui appartenait à sa mère, et une bague en or qui appartenait à son ancienne petite amie. 

Que penses-tu de la ville de Los Angeles ? J'aime cette ville depuis que j'y suis arrivée, quand j'avais huit ans. Bien sûr, parfois, Mexico me manque. C'est curieux à dire mais mon enfance là-bas a beau avoir été difficile, j'en garde des souvenirs particulièrement heureux avant que tout ne vole en éclat. Néanmoins, Los Angeles est ma deuxième maison, je m'y sens réellement comme chez moi. Et pourtant, depuis que Nat n'est plus là, chaque coin de rue devient douloureux à vivre tant les souvenirs me reviennent avec la puissance d'une gifle. Concernant ton groupe choisi, pourquoi avoir choisi celui-ci ? Sous mes airs de dure à cuire, je suis une sensible, et je crois en l'Amour avec un grand A. Celui qui vous fait vibrer, qui vous fait décoller de la terre ferme. Je crois aussi en l'âme soeur, même si je reste persuadée que nous n'avons pas un seul grand amour dans notre vie... Non, moi je pense que l'on peut tomber amoureux plusieurs fois, et avec autant de force que la première fois. Même si Nat a laissé un vide immense dans mon coeur. Peut-être qu'un jour, j'aimerais de nouveau aussi fort que ce que j'ai pu l'aimer elle... Quel est ton petit secret ? Un secret, c'est fait pour rester secret non ? Et puis, je n'ai pas vraiment des choses à cacher.
Je suis plutôt entière comme nana.


Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...


Parce que nous sommes curieuses, forcément, nous allons te demander touuuuut un tas d'informations bien croustillantes à ton sujet. Ton prénom/pseudo Je m'intitule Doriane, mais on m'appelle Dodo en général (ou sale gosse dans le cas de Célie Arrow ) Ton petit âge 24 petites années. Ce que tu fais dans la vie à part tuer des gens Je squatte chez des gens. Arrow Mais sinon je vais bientôt commencer un BTS, à Lyon normalement.  Ouaaaaaah (IL A ENCORE MON NOM !!!!!) Personnage inventé ou scénario Inventé ! Où as-tu connu le forum? On m'a racolé à l'époque de son ouverture...  le regard pervers Un dernier petit mot GUESS WHO'S BACK BITCHES ?  et là plus personne se souvient de moi...



Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque


Code:
[b]Naya Rivera :[/b][i][url=http://vice-et-versa.forumactif.org/t2737-esmeralda-belle-c-est-un-mot-qu-on-dirait-invente-pour-elle] Esmeralda C. Martinez[/url][/i]
[b]Esmeralda C. Martinez : [/b][i]Venice Beach[/i]
[b]Esmeralda C. Martinez : [/b][i]Serveuse et chanteuse débutante.[/i]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda C. Martinez
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2017
MESSAGES : 55

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Lun 22 Mai - 23:45


Je ne sais, Seigneur, si ces mots, monteront jusqu'au Ciel. Si tu entendras, tout là-haut, ce très humble appel... Moi : l'impure, l'exclue, la gitane, en toi j'espère toujours. Car dans le coeur de Notre-Dame... Les bannis, ont droit d'amour !



CHAPTER ONE.
Bohémienne, nul ne sait le pays d'où je viens. Bohémienne, je suis fille de grands chemins. Bohémienne, qui peut dire où je serai demain ? Bohémienne, c'est écrit dans les lignes de ma main.

- Mama, pourquoi papa me déteste ?
Question posée du bout des lèvres. Je me souviens du regard fuyant de ma mère, de ses mains qui tremblent. De ce faible sourire qu'elle voulait rassurant… Je me souviens de ses caresses dans mes cheveux, de ses baisers sur ma joue. De sa douce voix qui me répétait en boucle que mon père m'aimait mais qu'il ne voulait pas le montrer pour préserver sa réputation. Sa réputation… Je m'en souviens aussi. Je me souviens des trafics de drogues, je me souviens des meurtres. Des tortures que j'ai vu alors que je n'aurais jamais dût. Des conversations surprises entre deux pas de porte, du regard menaçant de mon père. Qui s'est avéré ne pas être mon père, au final, mais à l'époque je n'en savais rien. Je me souviens du sang, de son odeur si particulière. Je me souviens du froid, de la faim. De la crasse. Je me souviens des bidonvilles de Mexico, je me souviens d'une petite brune, moi, courant en riant parmi les débris. J'étais misérable, mais j'étais heureuse. J'avais cette capacité à refouler toutes les mauvaises choses que je voyais pour ne me concentrer que sur les bonnes. De mes yeux d'enfants, tout me paraissait merveilleux. Une bague en toque trouvée au milieu des ordures suffisait à illuminer ma vie des jours entiers… Le bonheur n'était pas chose aisée, dans la misère de Mexico, alors on le prenait où on pouvait. Mon père, beau père en vérité, est, était, le plus grand mafieux de la ville. Il vivait dans une villa luxueuse, trop luxueuse, mais je n'y avais pas accès… Ou que très rarement. Une fois par mois, contrairement à ses autres enfants qui, eux, vivaient là-bas au quotidien. Moi ce n'était qu'un week-end, et je détestais ça. J'aurais pourtant pût apprécier le luxe d'une chambre et d'un lit confortable, moi qui passais mes autres jours à dormir à même le sol… Mais non. Ce n'était pas ma vie. Ma vie, c'était la rue. C'était chaparder une pomme à un étalage, c'était les courses poursuites dans les rues avec les policiers de la ville, c'était grimper sur les toits pour leur échapper. Ma vie, c'était la misère, le froid, la faim… Mais c'était aussi le partage, la générosité, le rire. Je ne me suis jamais plainte de ces quelques années où j'ai dût vivre à la rue. J'aimais ma vie, si l'on enlève les week-end où je devais aller à la villa. J'aimais Mexico, et ses rues bruyantes. Et par dessus tout, j'aimais ma mère. Et tout ça, on me l'a enlevé, du jour au lendemain.

- Carmenita, réveille toi ! Il faut y aller.
Cette nuit est gravée dans ma mémoire, je crois bien. Comme marquée au fer rouge. Encore aujourd'hui, il m'arrive d'en faire des cauchemars, et de me réveiller en hurlant. J'entends encore la voix paniquée de ma tante.
- Carmenita ! DEBOUT ! Elle m'a tiré par le bras, me forçant à me lever de ma paillasse, alors que j'étais encore à moitié endormie. J'ai titubé sur mes jambes d'enfants, je n'avais que huit ans. Je me suis frottée les yeux, j'ai gémis de fatigue, je crois.
- Tata. L'est où Mama ? Je me souviens de l'air coupable de ma tante, qui n'a pas répondu. Et là, j'ai entendu les cris. J'ai vu la lueur des flammes. Le bidonville était mis à sac, et même en étant une gosse, je savais que mon ''père'' était le responsable de ça. Je me suis débattue dans les bras de ma tante, alors qu'elle me tirait à travers les ruelles, évitant habilement les corps qui jonchaient le sol. Vision d'horreur pour une enfant si jeune. Mais ce n'était pas ça le pire… Le pire fut de voir ma mère. Elle était là, debout à quelques mètres de moi. Nos regards se sont croisés et du bout des lèvres, je l'ai entendu s'excuser. La seconde d'après, sa tête a éclaté. Littéralement. Sous mes yeux. D'une balle. Ma tante a plaqué sa main sur ma bouche pour contenir mon hurlement de douleur, et me soulevant dans ses bras, enfouissant mon visage dans son cou, elle a repris sa course folle. Pour fuir. Pour me sauver la vie. Moi, je n'intégrais plus rien. Je revoyais juste ma mère exploser, s'effondrer sous mes yeux… Notre course a duré un long moment. Une éternité à mes yeux, je crois. Je me souviens que ma tante a fini par me poser, caressant mes cheveux. Moi, j'étais figée. Raide comme un piquet. Et là, elle m'a tout expliqué à voix basse. Que mon père n'était pas mon père, que ma mère l'avait trompé avec un touriste américain il y a quelques années… Que si mon ''père'' me détestait autant, c'est qu'il avait toujours eu le doute, mais que sans preuves, il ne pouvait rien faire. Jusqu'à ce qu'il fasse un test de parenté, à l'insu de ma mère. Les résultats lui révélant qu'il n'était pas mon père. Et s'il y a bien une chose que Rodriguo Martinez déteste, c'est qu'on se paie sa tête. Si lui avait le droit d'avoir plusieurs femmes, ma mère, elle, lui devait fidélité. Même s'il l'obligeait à vivre dans la misère alors qu'il aurait pût tout lui donner. Elle lui devait fidélité. Elle ne l'a pas fait. Alors il a mis notre bidonville à feu et à sang. Avec pour ordre de nous assassiner, ma mère et moi, et tout ceux qui nous protégeraient. Ma survie, je ne la dois qu'à ma tante, qui avait tout prévu au cas où un jour, tout ceci arriverait… Elle a pris contact, fait des recherches, des démarches, pour pouvoir nous faire quitter le pays en urgence si la situation l'exigeait. Loin de Mexico. A Los Angeles. Là où Rodriguo ne me retrouverait jamais.
- Ca ira, Carmenita. Et saisissant ma main, ma tante m'emmena jusqu'à sa fille aînée, qui devait se charger de nous faire traverser la frontière. En une nuit, j'avais perdu toute ma vie.

CHAPTER TWO.
Protège, mon Dieu, les malheureux, éclaire la misère des cœurs solitaires ... Nul âme à part moi ne les entendra si tu restes sourd aux mendiants d'amour. Je ne désire rien, ni gloire ni biens mais le gueux qui a faim doit mendier son pain

- Carmenita, tu sais que tu n'es pas obligée de faire ça ? Tu devrais te concentrer sur le lycée.
Combien de fois ai-je entendu cette phrase en grandissant… Ma tante toujours à s'inquiéter. En arrivant avec elle à Los Angeles, j'ai eu beaucoup de mal à m'adapter. Comprenez… J'avais tout juste huit ans, tout ce que j'avais toujours connu venait de partir en fumée, ma mère s'était prise une balle dans la tête juste sous mes yeux… Et je me retrouvais dans une ville inconnue, totalement désorientée ? Dieu me pardonne, mais j'ai été très dure avec ma tante, au début. Je ne parlais pas un mot d'américain, en prime, alors l'intégration était encore plus compliqué. Je me contentais de lui hurler dessus en espagnol, furieuse. Jusqu'au jour où elle a craqué devant moi. J'avais 10 ans, et cela faisait déjà deux ans qu'elle tentait de me canaliser, de se faire accepter par l'enfant traumatisé que j'étais. Et un jour, elle a baissé les bras. Elle a enfoui son visage dans ses mains, accoudée à la table, alors que je venais pour la énième fois de fracasser mon assiette par terre, refusant de manger ce qu'elle avait cuisiné. Et j'ai vu ses épaules tressauter. Elle pleurait. Par ma faute. Et j'ai compris que la vie n'était pas spécialement facile pour elle non plus … Que nous étions deux cabossées, deux abîmées et qu'au lieu de lui faire la guerre, je devrais l'aider. Ce soir-là, en silence, j'ai ramassé les débris de mon assiette, j'ai nettoyé le sol, alors que ma tante pleurait toujours. Puis je suis venue l'entourer de mes bras, posant ma tête sur son épaule. Elle a simplement levé une main pour venir me caresser les cheveux, gardant l'autre sur ses yeux couverts de larmes. Je ne sais plus combien de temps nous sommes restées ainsi, ce soir-là, mais à partir de là, tout a changé entre nous. On a appris à se connaître de nouveau. Au final, très vite, nous avons été complices. Toujours là l'une pour l'autre. Et plus je grandissais, plus je me rendais compte que ma tante avait du mal à joindre les deux bouts, financièrement parlant… Alors, dès que j'ai pût, je l'ai aidé. J'ai commencé les petits boulots à 14 ans. Quelques heures de ménage par-ci, des gardes d'enfants par là. A 16 ans, j'ai décroché un petit boulot de serveuse. Etant jeune, j'étais sous-payée, mais ça suffisait à nous aider un peu. Alors certes, à jongler entre les cours et le boulot, j'étais épuisée, j'avais rarement du temps pour moi, mais quelle importance ? Ma tante et moi, nous étions une famille, et je refusais de la laisser tout assumer seul. Elle me disait qu'une fille de mon âge n'aurait pas dût avoir ce genre de préoccupation… Mais quand j'y pense, je n'ai jamais eu de vie ''normale'', quelque soit mon âge. Alors un peu plus, un peu moins… Qu'est-ce que j'en avais à faire, moi !

- Ouuh la menteuse, elle est amoureuse !
- TA GUEULE !
Ca, c'est un dialogue banal, dans une journée banale, entre Thomas McGee et moi. On en a eu souvent, des répliques de ce genre. Pourquoi ? Parce que Thomas est un insupportable chieur, voilà ! Mais en même temps, sans lui, ma vie aurait été beaucoup plus triste, je crois… Je l'ai rencontré il y a environ quatre ans. Il cherchait une colocataire, j'ai répondu à son annonce… Et la folle aventure a commencé. Je crois que de ma vie, je n'ai jamais rencontré une personne aussi fabuleuse, aussi géniale que Thomas McGee. C'est un peu le frère que je n'ai jamais eu, mon doudou quand j'ai peur la nuit, la personne que j'irais voir si jamais j'ai tué quelqu'un et que j'ai besoin d'aide. Notre colocation a été assez… Explosive. Dans le bon sens du terme. Il ne se passait pas une journée sans qu'on rigole, sans que son foutu chat tente de me tuer une paire de chaussures ou que McGee m'accuse de vouloir tuer son foutu chat, justement. Je vous le dit, son chat, c'est le diable ! D'ailleurs, je l'ai renommé El Diablo, ce qui n'a jamais plus à Thomas… J'y peux rien si son animal est une sale bête. Je finissais généralement par l'enfermer dans le panier de linge sale, et j'allais me planquer quand Thomas rentrait du travail. A la fin, il avait pris l'habitude et fonçait directement dans la salle de bain.
- Oh mon bébé, elle t'a encore emprisonné ! Elle est vilaine, on se vengera, je te le promets, la sorcière Esmé ne te touchera plus ! Qu'il lui susurrait à l'oreille. Taré, ce type, je vous le dis. Bon, dans le fond, je l'aimais bien, cette bestiole – là, je parle du chat, pas de McGee. Ca rythmait nos journées, même si on n'avait pas besoin de ça pour s'occuper. On trouvait toujours quelque chose à faire… J'ai tenté de lui apprendre à cuisiner, avec un succès… Mitigé. Disons qu'il réussissait mes plats, après avoir failli mettre le feu à la cuisine 46 fois. Mais sans lui, je crois que j'aurais fini dans la merde… Ou dépressive. Il m'a aidé plus d'une fois, a souvent supporté mes crises de nerfs, de colère, sans broncher. Il me laissait lui hurler dessus et l'insulter quand j'étais énervée, puis il venait juste me prendre dans ses bras, en me disant qu'il était là. Ca suffisait à me calmer. Moi, j'étais un peu comme sa maman. Toujours sur son dos, toujours à lui dire fais pas ci, fais pas ça… Mais il me le rendait bien ! Sérieusement, je n'ai jamais vu un type se mêler autant de la vie des autres. Et notamment de la vie amoureuse ! On en revient à ce que je disais plus haut… Thomas a toujours pensé que j'étais raide dingue de Nat, ma meilleure amie. Bon, dans le fond, Thomas n'avait pas totalement tort. Seulement j'ai longtemps nié, et Thomas a toujours insisté, tentant même de jouer les entremetteurs. Je ne compte plus le nombre de fois où il a invité Nat à dîner ou déjeuner. Je ne compte plus non plus les sous-entendus trèèèèès discrets -ou pas.
- Elle est belle dans cette tenue, Esmé, hein Nat ? Accompagné de ce fabuleux haussement de sourcils débile qui voulait tout dire. Il a même été jusqu'à nous enfermer toutes les deux dans une pièce un jour… Et sérieusement, il aurait pût mieux choisir que la buanderie. Parce que rester enfermée deux heures (oui oui, deux heures, merci McGee!) entre le produit vaisselle et la machine à laver, merci bien ! Et pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, aussi adorablement stupide que soit Thomas... Son plan a fonctionné. Ce jour-là, dans cette buanderie, Nat et moi nous sommes mises en couple.

CHAPTER THREE.
Mendiants et brigands dansent la même danse à la Cour des miracles, puisque nous sommes tous des gibiers de potence... Voleurs et tueurs boivent au même calice à la Cour des miracles, puisque nous sommes tous des repris de justice...

Je me souviens de cette journée comme si c'était hier.
- Eeh la plus belle, c'est l'heure de se lever ! Avec un grognement pour seule réponse, j'avais enfoui ma tête sous l'oreiller. J'ai entendu le rire de Nat résonner dans la chambre et quelques secondes après, elle se glissait à mes côtés, m'entourant de ses bras, caressant mon ventre tendrement. Je t'ai préparé un petit déjeuner au lit. M'a t'elle chuchoté à l'oreille.
Nos dimanches matins ressemblaient souvent à ça. C'était notre petit moment rien qu'à nous, où nous restions dans notre lit des heures, à manger, à parler et à rire. Comme des enfants. Amoureuse jusqu'au plus profond de mon âme, Nat a changé ma vie bien plus que je ne l'aurais cru. Notre relation n'était pas toujours simple, encore plus du fait que ma tante n'acceptait pas -et n'accepte toujours pas aujourd'hui- mon homosexualité. Tout au long de ma relation avec Nat, elle n'a jamais vraiment rien dit, mais je voyais bien ses regards accusateurs et méprisants. Elle n'a d'ailleurs jamais voulu rencontrer ma petite amie et notre complicité a presque disparu quand j'ai commencé à fréquenter Nat. Mais revenons à cette journée qui a marqué ma vie à jamais. Nat m'avais préparé le petit déjeuner au lit, et nous étions en train de rire comme des gamines quand son bipper a sonné. Elle était infirmière libérale, et le dimanche était un de ses jours d'astreinte. En général, jamais personne ne l'appelait ce jour-là, mais cette fois, son bipper a sonné. Je la revois encore se lever du lit avec une petite moue navrée. Je l'entends encore râler, me répéter qu'elle n'avait pas envie d'y aller. Je sens encore la sensation de ses lèvres sur les miennes quand elle m'a embrassé en me disant qu'elle allait faire vite. Je me rappelle encore l'avoir observé quitter notre appartement. Pour la dernière fois. Nat n'est jamais revenue.

- Mademoiselle Martinez ? Je suis désolé. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, mais l'hémoragie était trop importante et...
Je n'ai pas entendu la suite. Il me semble m'être évanouie. Ou au moins avoir perdu conscience de ce qui m'entourait. Nat était morte. Rien d'autre ne me traversait l'esprit. Nat était morte. D'un accident de voiture. En l'espace de quelques minutes, elle m'avait été arraché et je n'avais pas les armes pour lutter contre ça. Je ne les ai pas plus aujourd'hui. Le reste n'a été qu'une suite floue d'événements. Je me suis réfugiée dans la musique pour oublier ma peine, mais rien ne pouvait apaiser la tristesse qui me gangrenait le coeur. Nat était morte. Partie. Sans crier gare, sans prévenir. Et moi je me retrouvais là, à devoir affronter ça, à devoir apprendre à vivre sans elle, à rire sans l'entendre rire en retour. A me passer de nos petits déjeuners du dimanche, de sa main caressant ma joue. De son regard tendre, de son sourire d'enfant. De ses lèvres, de son coeur. De ses sautes d'humeur, et de sa joie quotidienne. Même ses défauts me manquaient. Elle me manquait. Nat n'avait pas seulement perdu sa vie. Elle avait aussi emporté la mienne.

CHAPTER FOUR.
Je regarde vivre les gens d'en bas, chaque jour j'envie leurs vies, moi qui vis solitaire. Mais leur histoire je ne la connais pas ! J'apprends leurs chansons, leurs rires, leurs visages, moi je les vois mais eux ne me voient pas...

- Carmenita, il faut que tu ailles de l'avant. Et puis maintenant qu'elle est morte, tu vas pouvoir revenir dans le droit chemin.
Ma tante n'a jamais été méchante. Et même aujourd'hui, je reste persuadée qu'elle ne s'est pas rendue compte d'à quel point sa phrase fut mesquine, méchante et horrible. Pourtant, c'est à partir de ça que tout a basculé pour moi. Jusque là, même en étant avec Nat, j'avais parfois honte d'être ce que j'étais. D'aimer les femmes, et non les hommes. Mais quand, six mois après la mort de Nat, ma tante m'a balancé cette phrase à la tête, j'ai décidé de ne plus avoir honte. Si elle n'était pas capable de m'accepter comme j'étais, tant pis. Je voudrais pouvoir enfin vivre normalement. Effacer ces derniers mois de cauchemars. Arrêter de me réveiller toutes les nuits en pleurant. Je sais qu'il faudra du temps, mais je ne perds pas espoir. J'ai toujours été optimiste, pourquoi ça changerait ?



❖ ❖ ❖
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Sullivan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 12/11/2015
MESSAGES : 896

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Lun 22 Mai - 23:55

Je t'aime heart2
    cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venus E. Blossom
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 28/09/2016
MESSAGES : 920

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 0:02

Le retour de Doriaaaaane ! OuaaaaaahOuaaaaaahOuaaaaaah
Je sens que le fait que tu passes quelques jours avec Célie t'a reconduis vers l'inscription. un petit air de musi
En tout cas, je suis ravie de te revoir parmi nous. coeur
So, rebienvenue & fighting pour ta fiche. fight

ps: ah et au passage, j'adoooore le pseudo & l'avatar. cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Watts
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 20/05/2017
MESSAGES : 76

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 0:05

Heyyyyy !!!
Bienvenue enfin re bienvenue de ce que je comprends
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 214

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 0:05

Rebienvenue parmi nous ! yolo
Bon courage pour ta fiche et je suis très fan du choix d'avatar et du pseudo amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse Bennett
Admin bisounours
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 12/03/2016
MESSAGES : 3146

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 5:54

Et celui qui lui jettera la première pierreeeeeee ..
Moi quand j'ai vu que Sandra revenait, j'ai dit à Marion que t'allais sûrement revenir What a Face
J'avais raison Razz
Rebienvenue chez toi Dodo de l'amour avec l'inoubliable Santana Ouaaaaaah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taylor Sullivan Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 20/12/2016
MESSAGES : 1167

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 5:58

Avec ses grands yeux noirs qui nous ensorcèlent ! danse1

Welcome back
Tu connais la maison hein cligne Courage pour ta fichette mouton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiwen S. Wesker
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/03/2017
MESSAGES : 308

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 7:41

Re bienvenue miss Smile
Oh une future lyonnaise héhé danse de la joie cheers
Bon courage pour ta fiche heart3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Samuels
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016
MESSAGES : 615

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 7:58

Revienvenue sandra !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Argent
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/11/2016
MESSAGES : 927

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 9:19

Re-bienvenue, ça fait plaisir de te revoir par ici & bon courage pour ta fichette. coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Matthew McGregor
Admin prétentieux
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 13/03/2016
MESSAGES : 1811

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 10:27

Oooh les prédictions de Madame Milie ont fonctionné huhu
Esméralda est un si beau prénom cute Re-bienvenue parmi nous hello
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda C. Martinez
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2017
MESSAGES : 55

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 10:30

Célie Jolie - je t'aime aussi heart2 blblbl amour coeur coeur love ! léchouilles


Ludi - j'avoue que ce n'est pas pour rien si je suis de retour. un petit air de musi
Célie m'a corrompu  
merci en tout cas ! cligne et puis Naya Rivera et moi, c'est une grande histoire d'amour. cute et même si Esmeralda c'est cliché comme prénom, ça lui va tellement bien ! Ouaaaaaah


Nick - merci ! cheers


Daisy - merci, et double merci ! cute j'aime beaucoup le prénom Daisy aussi ! **

Milie - celui-là ne mérite pas d'être sur Terreeee..  yoooo
Haha, rien n'était joué encore, mais j'ai eu le malheur de lâcher devant Célie et Sandra que j'avais envie de me remettre au RP... J'étais foutue après ça.  fifou
merci !  clow dans le bain

Taylor - je vais mettre "Belle" dans la tête de tout le monde, mouhahaha.  
merci ma belle !  

Kiwen - merci ! **
eh ouais, future lyonnaise si tout se passe bien ! et même si tout se passe mal Je suis tombée amoureuse de cette ville.  cute

Chloé - azy je vais me vexer, moi c'est Dodo  mouais  huhu
mais ça va je te pardonne ! merci ma toute belle !  amour

Sam - merci miss ! ça me fait plaisir de revenir !  Hey Bro  casserole

Marion - j'aime trop ce prénom, puis Esmeralda, c'est une grande histoire d'amour pour moi. cute Merci ! Langue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Fordham
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 14/01/2017
MESSAGES : 66

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 22:22

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac S. Rothschild
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1806

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mar 23 Mai - 23:32

Re-bienvenue !

Je suis contente de te revoir. Je connais cette chanson aussi !!! De Roch Voisine qui a fait plus fureur en France que chez moi d'ou il vient. Bah quoi, on n'est pas prophète en son pays après tout. What a Face Arrow

Courage pour ta fiche !!! Exciting

J'ai de voir ce que cela va donner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin sexy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 1653

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mer 24 Mai - 19:14

RE BIENVENUUUUUUE coeur
Je te fais plein de bisous, je veux des liens aussi et puis bon retour !!! amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne-Evangeline Baker
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/03/2017
MESSAGES : 418

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Mer 24 Mai - 20:59

Esmeralda est un beau prénom cute Bienvenue à toi par ici hello
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlin Brennan
Admin Wonderwoman
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/04/2016
MESSAGES : 504

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Jeu 25 Mai - 10:28

Bienvenue parmi nous hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellana McGregor
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 107

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Jeu 25 Mai - 13:20

coeur coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda C. Martinez
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/05/2017
MESSAGES : 55

MessageSujet: Re: ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.   Ven 26 Mai - 19:08

Elijah - merci ! cute

Isaac - c'est Garou, et pas Roch Voisine ! huhu
merci en tout cas, je suis contente de revenir ! omg

Nadou - Gnnn, je te fais des bisous aussi, avec plaisir pour les liens et merciiii ! amour amour

Anne - oui j'aime beaucoup ce prénom ! Et merci ! léchouilles
(btw, Avril Lavigne, excellent choix !)

Caitlin - merci ! cute

Clo - heart2 heart2 heart2 heart2 heart2 heart2 Lourd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ESMERALDA - belle, c'est un mot qu'on dirait inventé pour elle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» CORALEEN MCDOUGALL ► Kristina Pimenova - Papa ! Viens manger ta glace, elle va refroidir.
» BELLE TAPISSERIE
» Notre Dame de Paris
» Une très belle peinture
» Belle étalon cherche femme...xD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Tes rancœurs dialectiques :: Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous ! :: Les fiches validées-