Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Team Fluffy
Lou Morland
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5876

MessageSujet: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Mar 30 Mai - 20:39

Elle se déhanche, roule des fesses au fur et à mesure que la musique résonne dans son appartement. Ce matin, elle est de super bonne humeur. Elle s'est levée à six heures du matin emmitouflée dans sa couette, la chevelure en bataille et l'air endormi. Mais la bonne humeur a été là dès le début. Aujourd'hui, elle est joviale. Elle se sent d'humeur à faire la fête, à profiter de la journée en plus, comment ne pas être en pleine forme quand c'est le weekend, qu'il n'y a pas de boulot et qu'elle va donc pouvoir bien profiter de sa matinée. Elle a plein de plan Loulou pour le reste de la journée. Probablement qu'elle appèlera Sam pour savoir si cette dernière bosse et donc l'embarquer avec elle vers d'autres horizons. C'est une bonne idée après tout. Elle pourra voir la petite Mia, gagater tout en se disant qu'elle est bien plus docile que ses monstres au foyer. Mais quand bien même, c'est juste merveilleux. Elle les aime ces gosses même quand ils la font chier. Mais qu'importe, elle est gentille et elle n'en demeure pas moins de bonne humeur. C'est ainsi qu'elle se lance activement dans son ménage. Après tout, Lou déteste la saleté et la poussière. Elle avait bien eu une employée de maison durant un temps mais à chaque fois, elle avait l'impression que rien était bien fait. Elle avait fini par la virer après avoir remarqué que ses DVD n'avaient pas été correctement remis à leur place après leur nettoyage intensif. Nom d'un chien et l'ordre alphabétique ? L'ordre de sortie des films ? Que fait Harry Potter et la chambre des secrets au milieu du Seigneur des anneaux ? Non, sa femme de ménage était tout simplement une incompétente et de ce fait, Lou s'occupe elle-même de son ménage. Elle adore ça. Elle y passe un temps de dingue mais elle ne s'ennuie pas. Jamais. Aussi après un bref petit déjeuner et toujours en pyjama, Lou finit par se mettre en position d'attaque. Allant vers la chaîne hifi, elle glisse son téléphone et lance sa playlist favorite. Elle s'appelle ménage. Et elle motive grandement. La guitare d'Highway to Hell se met à résonner contre les murs de son appartement. Ce n'est pas assez fort à son goût. Et elle monte le volume. À fond. À fooooond. Les voisins !? Hahahah elle s'en branle des voisins ! Elle leur crache dessus. Le pire c'est quand elle fait son bordel, les flics arrivent parfois mais manque de bol pour eux, il y a un pote à elle dans ce secteur et de ce fait, à chaque fois, il lui fait un petit clin d'œil, un petit high five, elle baisse le volume un peu mais reprend de plus belle. Elle n'est pas sympathique la Lou. Elle en a rien à foutre des autres. À vrai dire, elle traite le monde extérieur avec la même indifférence que celle des adultes pour les enfants dont elle s'occupe.

Aussi continue t-elle de se dandiner sur la musique armée d'un chiffon et d'un produit servant à nettoyer les meubles en bois. Elle y va avec une hargne féroce bien décidée à effacer la moindre couche de poussière traînant sur chaque surface plate. En même temps, elle est occupée à chanter cette chanson a tue-tête. À croire que chez Mademoiselle Morland, un chihuahua est en train d'être égorgé. Elle chante faux mais elle s'en fiche. Elle adore ça. Elle se détend ainsi. Elle se sent bien. Et le ménage se poursuit sous fond de musique rock. Toujours à fond bien sûr. Son audition est parfaite : elle ne risque rien. Et c'est ainsi qu'elle continue d'astiquer. Quand soudain, la sonnette de la porte d'entrée de fait entendre. Prise par surprise, la peur est le seul sentiment la saisissant. Hurlant comme une femmelette, son cri semble s'éterniser jusqu'à ce qu'elle se calme, mettant une main sur son coeur. Si AC/DC ne l'effraie pas, il en est autrement pour la sonnette. Elle n'attend personne pourtant. Et déjà, cette visite improviste l'agace. Elle pourrait se dire que c'est un colis ou un fleuriste mais elle n'a pas d'amoureux/se et ce n'est pas son anniversaire. De ce fait, le mécontentement est grand et elle se sent déjà presque énervée, mais presque donc c'est qu'elle est encore de bonne humeur. C'est tout en hurlant qu'elle va vers la porte d'entrée continuant à se dandiner à foison, roulant des hanches et des fesses. Qu'importe qui vient, elle l'enverra chier. En plus, lorsqu'elle ouvre la porte, le chanteur se lance alors dans un hurlement aigu de fin de musique qu'elle imite à la perfection tout comme elle donne l'impression de s'exciter sur une guitare électrique. Et puis finalement, lorsque le morceau cesse, Lou prend conscience de qui est en face d'elle. Une femme blonde. Plutôt bien foutu quand même. Que lui veut-elle d'abord ? « Quoi ? » Dit-elle sur un ton fort peu aimable. « Vous avez dû vous tromper d'étage. Je n'attends personne. » La regardant de haut en bas, elle ajoute d'une voix charmeuse « Si c'est pour les témoins de Jehovah, sachez que je suis Hamish athée. » Bon ok, elle se fout royalement de sa gueule mais Lou est ainsi, elle n'a du respect que pour elle-même. « Oh j'adore cette musique ! » S'exclame t-elle au moment où une nouvelle chanson démarre au quart de tour avec le bruit de guitare qui va bien avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Ven 16 Juin - 14:26

"Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey"
Lou ∞ Ellana

Le soleil est présent dans le ciel de l'Angleterre. Les coudes posés sur le rebord de la fenêtre, j'observe dehors alors que mes lasagnes cuisent dans le four. J'observe l'herbe haute qui semble flirter avec le vent, dansant au rythme des légères rafales qui permettent de ne pas suffoquer sous la chaleur. C'est un temps que nous pouvons qualifier de radieux. Et après on ose dire qu'en Angleterre il pleut tout le temps.
Soudainement, une forme s'approche au loin. Je cligne des yeux rapidement, comme si cela allait m'aider à discerner plus rapidement. Un frisson parcourt tout mon corps lorsque je reconnais l'uniforme, mais surtout la démarche de la personne qui s'approche de ma maison. Sans attendre une seconde de plus, j'abandonne tout pour sortir de cette maison et court afin d'aller
le retrouver. Je cours aussi vite que possible, je cours comme si ma vie en dépendait. Plus je m'approche, plus son visage se fait net, souriant, plus beau que jamais. Quand je suis assez proche, je me jette dans ses bras. Il me tient avec force, me fait même tourner alors que mon rire emplit le monde. Quand il me lâche, je plonge mon regard dans le sien, voulant puiser de sa force. Je ne sais pas pourquoi le voir me rend aussi triste. Pourtant il est là, il est rentré et il est avec moi !
Soudainement, cela me frappe. Je regarde autour de moi tout est trop parfait, et ce n'est plus chez moi. Non, je vis à Los Angeles maintenant parce que...
- James, je murmure, de façon presque désespérée.
Il me sourit et glisse sa main contre ma joue, son pouce jouant sur ma peau.
- Je sais.
- Je suis en train de rêver c'est ça...
Son regard s'assombrit doucement.
- Oui...
- Comment je peux faire sans toi... Je ne veux pas me réveiller... James...
- Tu feras comme tu l'as toujours fait. Tu vas te battre pour ce qui te semble juste et vrai. Je crois en toi...
Les larmes coulent de nouveau sur mes joues alors qu'un profond désespoir me submerge.
- N'oublie jamais que je t'aime...
Il se penche pour m'embrasser et moi, je prie pour que cet instant ne se termine jamais...


- LA LA LA LA
Je me réveille en sursaut. Assise sur le canapé, je me suis endormie devant mon émission de télé. Je regarde autour de moi et me sens soudainement vide. J'étais avec lui... C'était un rêve mais bon sang, je donnerais tout pour y être encore...
J'entends la femme continuer de chanter avec la musique à fond et soudainement je ressens une haine profonde. Cette femme vient de gâcher le peu de minutes de bonheur que j'ai pu vivre depuis sa mort, le peu de sommeil que j'ai pu emmagasiner depuis des semaines. Je me redresse avec fermeté et sort avec colère. Une fois devant la porte, je sonne sans ménagement. La musique est tellement forte de toute façon, est-ce qu'elle va m'entendre... Oh oui.
- HEY CA VA PAS LA TÊTE !
Elle ouvre finalement la porte et je tombe nez à nez avec une femme brune qui me semble familière.
- Quoi ? Vous avez dû vous tromper d'étage. Je n'attends personne.
Je la regarde un instant et sens mes poings se serrer.
- Pourriez vous étein...
- Si c'est pour les témoins de Jehovah, sachez que je suis Hamish athée.
Je pince mes lèvres alors que je sens clairement ma patience être mis à bout.
- Ce n'est pas ça je... je dors à peine j'ai vraiment besoin de... de calme et j'aimerais que vous arrêtiez vo...
- Oh ! J'adore cette musique !
Je sens les larmes monter à mes yeux alors que je me sens tout simplement à bout. Je n'en peux plus, je ne supporte plus ce manque de respect. Alors j'ouvre sa porte grandement et la gifle comme jamais je n'ai giflé personne... Oui, elle est bel et bien la première personne que je gifle...
- ARRÊTEZ CETTE MUSIQUE !
Je me recule rapidement et porte une main à mes lèvres. Je n'en revient pas de ce que je viens de faire.
- Je... Je suis désolée mais... Vous n'êtes pas seule dans cet immeuble et... Certaines personnes ont besoin de silence... De calme...
À cet instant, mon pays me manque cruellement, ma maison encore plus, et je ne parle même pas de mon mari... J'aurais voulu que ce rêve continue, mais cette femme à gâcher un instant de bonheur... Oui c'était un rêve et je suis certainement folle, mais je pense que je sombre dans cette folie... Et je l'enlacerais avec plaisir si cela me permet de le voir, même quelques secondes...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Fluffy
Lou Morland
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5876

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Dim 2 Juil - 20:54

Si elle n’avait pas été obnubilée par sa musique. Si elle n’avait pas été occupée à scander des « la la la » résonnant dans l’appartement. Si elle avait regardé la femme en profondeur – en gros, si elle n’avait pas laissé son regard aller sur ses formes généreuses et appréciables, elle aurait pu se rendre compte que son visage lui disait quelque chose, qu’effectivement, il y avait un air de McGregor reconnaissable d’entre mille, qu’elle a déjà connu bon nombre des gosses de cette famille pour avoir passé un bon nombre d’été à côté de leur immense demeure de riches. Toutefois, c’était il y a fort longtemps. Et puis, Lou ne s’imagine pas qu’ils puissent avoir tous migré ici. Son père a fini par vendre leur résidence secondaire et puis, à force elle avait cessé d’apprécier l’Angleterre. Pourtant, elle s’est éclatée en tant qu’enfant, bien occupée à martyriser chacun des enfants McGregor, à terroriser la petite dernière, surtout. Comment s’appelait-elle déjà ? Mais les choses ont changé et ces visages du passé ont finalement fini par être mis à la trappe. Son accident de voiture d’il y a quelques années lui a un peu pété la caboche aussi. Et de ce fait, certains visages ont tout simplement disparu de sa mémoire, lui donnant l’impression de connaître sans reconnaître. Même si les trois quarts du temps, c’est aussi qu’elle ne cherche pas trop à se poser de questions. Elle agit en fonction de ses sentiments, au gré de ses envie sans jamais se prendre la tête. C’est bien pour cette raison qu’elle se sent d’humeur à faire le ménage en hurlant des paroles de son groupe de rock, la musique à bloc. D’ailleurs, et si elle repeignait le plafond ? Lou se sent d’humeur à se faire des plans sur la comète, à essayer des choses nouvelles mais c’est sans compter cette voisine. Pourtant, elle ne l’envoie pas chier. Pour une fois, elle va plutôt dans la direction du foutage de gueule. Elle est comme ça Lou. Elle n’a pas trop de cœur et de considération pour ses voisins.

Pourtant, elle aurait pu se rendre compte que la blonde n’a pas forcément l’air d’aller bien, que l’œil est vitreux, que la mine est fatiguée et le regard triste. Le regard de quelqu’un ayant perdu un être cher… Mais que peut-elle en juger, elle qui n’a jamais perdu qui que ce soit ? C’est alors qu’elle arrive sans crier gare. Elle le mérite sans doute. Cette gifle. Tonitruante. Surprenante. Le soufflet lui coupe le sifflet et durant un instant, elle est comme hébétée en même qu’elle a été surprise par le soudain hurlement poussé par la blonde. Lou n’a rien vu venir, trop habituée à des voisins un peu plus guindés ayant plus l’habitude de l’aborder de façon polie et snob dans cette résidence luxueuse où elle vit. La main se porte sur son visage, tandis qu’elle relève le regard vers la blonde, la musique continuant. Toujours aussi forte. Le temps de réagir. Une seconde. Deux secondes. « ESPÈÈÈÈCE DE SALOOOOOPE !!!! » Hurle-t-elle de façon soudaine. Sans chercher à comprendre, la furie se réveille doucement bien décidée à lui faire ravaler toutes ses dents. On ne frappe pas Lou Morland nom d’un bonhomme en papier. Ses mains s’agrippent sur les épaules de la femme, lui saisissant le haut pour avoir un appui suffisant pour la forcer à reculer, l’éloignant de sa porte d’entrée et allant la faire heurter contre le mur, sans aucune forme de douceur. Elle dégage l’une de ses mains pour l’immobiliser avec son bras appuyé contre le cou. Lou n’est plus qu’un masque de fureur. « Tu peux simplement me demander d’arrêter la musique. Tu peux peut-être hurler parce que c’est trop fort et que je donne l’impression d’en avoir rien à foutre. Tu peux aussi dire bonjour quand j’ouvre la porte. Tu peux aussi te poser la question de savoir pourquoi les pingouins naissent en noir et blanc et sans aucune forme de couleur. MAIS SURTOUT PAS… M’en coller une parce que j’ai mis de la musique ! En plus le meilleur groupe du mooooonde !! Encore, t’aurais pu dire quelque chose si j’avais mis du Justin Bieber. Mais LÀ, on sait tous que AC/DC, après Pretty Reckless, c’est le meilleur groupe DU MONDE putain de chié !!! » Braille-t-elle avant de reprendre son souffle tout en dégageant sa prise pour reculer d’un pas. « Recommence une fois et tu vois ce pan de mur… ? Et celui-là ? » Pointant tour à tour, elle finit par dire d’une voix menaçante. « Je te ferais un salto arrière avec appui sur les deux murs, juste pour te foutre une gifle avec élégance. » Finit-elle par dire en secouant sa chevelure, condescendante à souhait comme seule une Morland peut le faire. Bon et ça l’agace aussi de ne pas reconnaître le visage. Pourtant, elle le connaît. Elle l’a déjà vu quelque part ? A la tête peut-être. Bref, elle s’en fiche de toute façon, elle préfère continuer à prévenir la jeune demoiselle sexy si jamais, elle venait à recommencer. « Bon pour aujourd’hui, je suis d’excellente humeur alors sois assurée que Lou Morland ne te fera rien. Mais la prochaine fois, on demande poliment car la musique ne gêne personne. » En réalité si. Mais tout le monde a fini par abandonner dans l'immeuble et se sont résignés à supporter cet insupportable personnage. Enfin, la voilà qui se calme finalement et son sourire revient bien vite. Et puis, elle est mignonne malgré son air dépressif. Peut-être n’a-t-elle pas eu d’orgasme depuis un moment ? Un sourire s’étirant sur ses lèvres, Lou finit par conclure par un très charmant « Et sinon, t’es célibataire ? » Et t’es charmante, ça te dit une glace à la menthe ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Lun 3 Juil - 22:36

"Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey"
Lou ∞ Ellana

Elle ne m'écoutait pas, elle m'a coupé la parole à plusieurs reprises... C'est mal poli... Et sans vraiment que je ne m'en rende compte je lui donnais une gifle. Je ne me souviens pas avoir donné une gifle à quelqu'un dans ma vie. Je ne me cherche pas d'excuse, mais en ce moment je ne me reconnais même plus. Je ne suis que l'ombre de moi-même, et tout comme celle de Peter Pan, elle fait ressortir le pire de ma personne. Je m'excuse rapidement, expliquant qu'il faut éteindre la musique, mais ma voix fluette est recouverte par l'insulte de la jeune femme. J'ai un hoquet de surprise, mais surtout de peur quand elle me plaque contre le mur. J'ouvre de grands yeux, tremblante, suffoquant même alors que son bras est contre mon cou, alors qu'elle parle beaucoup...
- Tu peux simplement me demander d’arrêter la musique. Tu peux peut-être hurler parce que c’est trop fort et que je donne l’impression d’en avoir rien à foutre. Tu peux aussi dire bonjour quand j’ouvre la porte. Tu peux aussi te poser la question de savoir pourquoi les pingouins naissent en noir et blanc et sans aucune forme de couleur. MAIS SURTOUT PAS… M’en coller une parce que j’ai mis de la musique ! En plus le meilleur groupe du mooooonde !! Encore, t’aurais pu dire quelque chose si j’avais mis du Justin Bieber. Mais LÀ, on sait tous que AC/DC, après Pretty Reckless, c’est le meilleur groupe DU MONDE putain de chié !!!
Je ne sais même pas quoi répondre. Moi je voulais juste un peu de calme et je me sens de nouveau tomber. Mon cœur bat encore plus vite. Cette femme est complètement folle, maman aurait pu vérifier le voisinage franchement.
- Recommence une fois et tu vois ce pan de mur… ? Et celui-là ? Je te ferais un salto arrière avec appui sur les deux murs, juste pour te foutre une gifle avec élégance.
Je sens la colère monter en moi, je fronce le nez. J'ai presque envie de lui cracher au visage.
- Et bien fais le, je m'entends dire.
Je suis un peu étonnée mais en même temps, je sais pourquoi je dis cela. Je me rends compte que cela m'importe qu'elle me frappe, qu'elle m'hurle dessus, parce que moi aussi je sais frapper. J'ai l'impression de devenir maso, mais le fait est que cela me donne l'impression d'être vivante. Les paroles de Matthew me reviennent en tête.
Mais avec le temps, la douleur sera moins vive. Il faut juste te raccrocher à la vie, Ellana. Ne t’enterre pas avec James. Ce n’est pas ce qu’il aurait voulu.
Je crois que cela commence par le fait de ne pas me faire tabasser par la voisine... Je baisse la tête essayant de reprendre mon souffle sans fondre en larmes.
- Bon pour aujourd’hui, je suis d’excellente humeur alors sois assurée que Lou Morland ne te fera rien. Mais la prochaine fois, on demande poliment car la musique ne gêne personne.
Je n'en crois rien. Cette musique aussi forte alors qu'on cherche de la tranquillité. Et pourtant les murs sont bien isolés, c'est à dire si elle écoute sa musique fort.
- S'il était possible de l'écouter moins fort... J'ai vraiment besoin de calme...
Est-ce vraiment ce don j'ai besoin ? D'entendre le silence qui m’accompagne chaque jour depuis sa mort, les rires d'enfants dans ma tête qui s'éloigne à petits pas, resté en Angleterre avec James. En vérité je ne sais pas ce don j'ai vraiment besoin, je ne sais plus. C'est la voix de mon étrange voisine qui me ramène à la réalité.
- Et sinon, t’es célibataire ?
Je cligne des yeux rapidement ne comprenant pas pourquoi elle me pose la question. Et soudainement je sens un poids sur mon cœur plus fort que jamais. Cette vérité m'éclate au visage. J'avais trouvé ma moitié, mon tout, cette personne qui me complétait si bien que j'étais une femme, une personne mariée, prise pour toute la vie... Mais c'est fini maintenant.
Je suis célibataire.
Mon souffle se fait plus rapide, je porte instinctivement une main au creux de ma poitrine, attrapant avec force les plaques de James. Je ne sais combien de temps je reste sans voix, tentant de calmer la tempête qui fait rage en moi.
- Je suis veuve, je m'entends murmurer sans vraiment le contrôler, mais cela me rassure.
Veuve... oui, cela veut dire que j'appartiens à un homme, qu'il n'est plus mais que je reste sienne... Je suis veuve, mon cœur appartient à James et a personne d'autre... Je sens les larmes commencer à me monter aux yeux avant de secouer la tête.
- Je... Je dois y aller, je souffle, laissant un sanglot m'échapper alors que je commence à marcher vite dans le couloir pour retourner chez moi.
Oui, j'ai besoin de calme maintenant pour penser à James, le retrouver encore une fois, même si c'est pour cinq minutes...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Fluffy
Lou Morland
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5876

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Mer 19 Juil - 8:11

Lou n’est pas une personne docile, encore moins polie quand elle s’y met. Pourtant, lorsqu’on la connaît vraiment, lorsqu’on arrive à gagner son affection, on ne peut que l’aimer. Pour sa franchise. Pour sa joie de vivre. Pour sa façon de se mettre en colère et de se prendre pour Jackie Chan. D’ordinaire, il ne vaut mieux pas être dans sa ligne de mire lorsqu’elle devient furax. Bien au contraire, la fuite est la meilleure des solutions. Et c’est d’autant plus la seule que lorsque Lou a enclenché le mode « colère » il devient, franchement, difficile de la raisonner, de la calmer. C’est une furie quand elle s’y met. Et dire qu’elle était de bonne humeur en plus, c’est rare le matin. Et cette femme est venue tout gâcher. Enfin… Sa gifle surtout. Et ça, ça la met hors d’elle. Personne n’a giflé Lou, pas même ses parents. Jamais, on aurait osé faire une telle chose sur une princesse telle que la brune. C’est choquant. C’est inédit. Et surtout, c’est hyper énervant. Là, Lou ne songe qu’à se venger, à faire la même chose. Mais fort heureusement, la bonne humeur sauve la blonde. Elle ne la frappera pas mais lui fait bien comprendre que pour aujourd’hui, il n’y aura aucun cadeau. La brune risquerait de ne pas apprécier à nouveau. Aussi, est-il hors de question de lui laisser croire qu’elle acceptera une nouvelle gifle sans agir. Lou n’encaisse les coups qu’au combat. Avec un adversaire. Avec la règle d’un KO à la fin ; Rien d’autre. Il est donc évident que la blonde ne s’y risquerait pas. Ce serait à ses risques et périls. Elle la prévient donc et quelle n’est sa surprise lorsque la blonde lui confirme de le faire, de la frapper, de lui faire mal en faisant un triple salto arrière, saut périlleux entre deux murs et un joli coup de pied en pleine face. La remarque la surprend. Les yeux deviennent ronds. « Attends, ça va faire super mal ! » Dit-elle pour prévenir. Et puis de toute façon, ce matin elle n’a pas envie. Lou est d’excellente humeur. Et puis, il faut aussi dire que la blonde est délicieuse. Mignonne. Elle a un petit air délicat la faisant fondre, des lèvres qui doivent être bien douces au toucher. Mais pour l’instant, la blonde se contente de lui demander de ne pas écouter sa musique trop fort. Ce que Lou peut bien faire. C’est qu’elle a une idée bien précise en tête. « Booooon OK, je vais l’arrêter ! » Elle sourit de plus belle, fixant le visage de la blonde et ne peut s’empêcher de se dire qu’elle la connaît. Mais de où, Nom d’un chien ! Ce visage lui dit quelque chose !! Et ça la soule de ne pas savoir. Quand bien même, c’est secondaire, Lou a une autre question à lui poser d’ailleurs. Savoir si elle est célibataire.

Bah quoi ? Elle va éteindre sa musique, elle va bien pouvoir lui répondre gentimment. Peut-être même qu’elle lui dira qu’elle aime les filles. Et là, ce sera le combo gagnant ! Lou sera bien contente d’avoir une femme de son acabit dans cet immeuble. Mais la réponse qu’elle reçoit, n’est pas ce qu’elle espérait entendre. Veuve C’est le genre de réponse qui glace, qui fout l’ambiance par terre. Surtout, quand il y a de la musique donnant envie de danser. La gêne est là aussi. C’est un peu comme dire à sa voisine qu’on est content qu’elle soit enceinte et qu’elle nous répond, qu’elle ne l’est pas. La bouée de sauvetage y est pour beaucoup. « Je suis désolée… » Souffle-t-elle doucement mal à l’aise. La question qu’elle n’aurait jamais dû poser. Comment on rattrape ça ? On lui propose d’aller danser avec elle dans son appartement ? On propose un café ? Putain mais comment on fait ?! Avec les gosses, ce n’est pas pareil. Et de toute façon, la blonde reprend vite la parole décrétant qu’elle doit y aller. Mais sa voix tremblante et ses yeux brillants contractent le cœur de Lou. C’est décidément trop triste. Même son cœur de marbre est touché par une telle tristesse. Et quand elle la voit déjà tourner les talons pour aller dans son appartement, la jeune femme est prise par un soudain accès de gentillesse. « Hey !! Attends-moi ! » Dit-elle en se mettant à courir pour venir près d’elle. Bon, ok. Le premier voisin qui passe et qui se moque de son pyjama où trône fièrement un « j’aime les minous » entouré de pas mal de chats aura affaire à elle. On ne se moque pas de ses supers pyjamas ! Et puis, c’est aussi le cadet de ses soucis tandis qu’elle pose délicatement une main sur l’épaule de la blonde. « Je m’excuse, je ne voulais pas être impolie. » Ouais et en même temps, elle ne pouvait pas savoir. Faut pas déconner non plus. Au moins, elle se sent désolée pour la jeune femme, la trouvant terriblement jeune pour dire une telle chose. Veuve mon dieu… Son poil se hérisse sur ses bras mais elle ne dit rien. « ça va être con ce que je vais te dire mais… » BAAAAAAM Un bruit de claquement et Lou constate que la porte de chez elle vient de se fermer. Ok, ça aurait pu être normal si la porte s’ouvre avec sa clef. Clef se trouvant à l’intérieur de chez elle. Clef qui n’est pas avec elle, pour cause de présence extérieure. Vous voyez le truc ? « Putain de merde !!! » Braille-t-elle en fronçant les sourcils. « Ma porte vient de se fermer et bien sûr, les clefs sont à l’intérieur !! » Elle n’est pas contente du tout. Elle n’a même pas de téléphone pour appeler qui que ce soit. Se tournant vers Ellana, elle se rappelle que cette dernière semblait ne pas être en forme, elle frotte, de nouveau, son épaule. « Je t’aurais bien proposé du thé pour me faire pardonner mais là… » Elle rit jaune et ajoute « Je baisserai la musique. » Dit-elle en entendant la musique résonner à travers la porte fermée. Ah ouais quand même ! C’est fort cette histoire. Et elle a une porte à défoncer. « Tu as une téléphone pour que je puisse appeler à l’aide ? » Finit-elle par dire, se disant qu’une fois que tout sera réglé, elle retournera la voir, lui proposera un thé sur fond de musique classique, histoire de ne plus se sentir mal à l’aise d’avoir fait tant de boulettes ! Et puis, elle est terriblement sexy aussi…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Mar 1 Aoû - 12:43

"Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey"
Lou ∞ Ellana
- Attends, ça va faire super mal !
Voilà ce qu'elle me répond alors que je lui réponds qu'elle peut me frapper. Ce n'est pas tant que je n'ai pas peur, c'est juste que j'ai l'impression de n'en avoir tout simplement rien à faire. Elle pense que ca peut me faire mal, franchement c'est qu'elle ne me connaît pas (et c'est bel et bien le cas). Rien ne peut être plus douloureux que mon cœur en miettes, que les larmes ravageant mon visage quand je relis encore et encore ces lettres. Rien ne peut être plus douloureux que cette solitude que je ressens quand je suis dans cet appartement qui ne reflète pas ma vie, qui ne me ressemble pas, qui nous ressemble pas. Rien n'est plus douloureux que d'aller me coucher seule dans ce lit si froid, sans personne pour me serrer fort, sans James pour me murmurer à l'oreille que tout ira bien et  qu'il m'aime... Rien n'est plus douloureux que cette solitude...
Tellement rien que si elle me frappait maintenant, ce ne serait rien...
- Booooon OK, je vais l’arrêter !
Alors c'est ça, un peu d'audace et elle va enfin arrêter cette musique ! Et bien je vais pouvoir rentrer chez moi... Surtout maintenant que je lui ai avoué que j'étais veuve. Le simple fait de le dire rend toujours la situation bien trop réelle. Tellement que je ne peux plus rester dans ce couloir avant de fondre en larmes, surtout en entendant qu'elle est désolée. Ils le sont tous quand je parle de mon veuvage, mais ils ne comprennent pas à quel point je m'en moque de leurs excuses, cela ne me rendra pas mon mari... Je commence alors à fuir, à vouloir rentrer chez moi.
- Hey !! Attends-moi !
Je suis sur le point d'ouvrir la porte mais elle me rattrape et je garde les yeux baissés alors qu'elle reprend la parole.
- Je m’excuse, je ne voulais pas être impolie.
Je secoue la tête.
- Vous ne pouviez pas savoir...
- ça va être con ce que je vais te dire mais…
Et là, dans un bruit terrible la porte de chez elle se ferme. Je me penche pour regarder, me demandant comment cette porte a pu se fermer avec autant de violence. A-t-elle les fenêtres ouvertes en même temps ? Et bien, je ne dois pas être la seule voisine à supporter sa "douce" musique...
- Putain de merde !!! Ma porte vient de se fermer et bien sûr, les clefs sont à l’intérieur !!
Je souris un peu, me disant que le karma est de mon côté. Mais c'est mauvais de se moquer comme ça... Mais c'est un peu drôle il faut l'admettre.
- Je t’aurais bien proposé du thé pour me faire pardonner mais là… Je baisserai la musique. Tu as une téléphone pour que je puisse appeler à l’aide ?
J'hoche la tête et ouvre la porte. Ce n'est pas vraiment le genre d'endroit accueillant comme je les aime, ça pourrait l'être, mais je ne fais rien pour. Je me souviens de ma maison en Angleterre, maison de campagne tout à fait atypique, elle donnait envie de rester pour cuisiner pendant des heures. Depuis combien de temps je n'ai pas vécu de ma passion pour la cuisine ?.. Cela fait des semaines maintenant... Les cartons sont encore plus que présents que jamais malgré le fait que j'habite ici depuis un moment. Et puis sur la table basse, il y a ma boîte. Je cours presque pour pouvoir tout ranger, c'est mon trésor je refuse que d'autres voient son contenu. Je la repose sur une petite table contre le mur avant d'aller dans la cuisine.
- Je peux vous offrir du thé ?
Mon accent anglais peut lui signifier que le thé est quelque chose d'important dans ma culture, et c'est la vérité. Surtout chez les McGregor, le thé c'est très important. Si on fait du mauvais thé, on peut être sûr de devenir la critique familial pendant un petit moment. Et pendant que l'eau chauffe je ne peux pas m'empêcher de penser à son nom... Lou Morland elle a dit... Pourquoi celui-ci me semble presque familier...
- Le téléphone est juste ici, je vous en prie, appelez qui vous voulez...
Je commence à faire chauffer de l'eau, en la laissant faire ce qu'il faut. J'espère que cette histoire se réglera vite, parce que sinon cette musique forte va vraiment me rendre dingue...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Fluffy
Lou Morland
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5876

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Jeu 10 Aoû - 21:26

Peut-être qu'elle admet avoir un peu exagéré, qu'elle a mis la musique un tout petit peu trop fort. De ce fait, l'énervement de la voisine peut s'expliquer, pas la claque. Mais Lou s'est déjà calmée. Sans doute est-ce les larmes ? Elle n'aime pas voir les gens pleurer. Surtout les filles. C'est fragile, beau et délicat. Elles ne doivent pas pleurer. Lou n'aime pas causer du chagrin aux filles. Après tout, c'est si doux. Cependant, quand elle est énervée, elle ne maîtrise plus rien. Elle est comme aveuglée. Elle ne répond plus de rien. Elle est en furie. Et maintenant, elle est calmée. Elle a compris qu'elle est allée un peu plus loin. De lui demander si elle est célibataire alors que sa voisine est veuve. Et jeune. Ça ne doit pas faire vingt ans. Et là la brune comprend qu'elle a été à côté de ses pompes avec la blonde. Et malgré son caractère de cochon, il y a du bon en elle et Lou se décide à se racheter. De façon maladroite. Mais sincère mais qu'elle est prête à baisser sa musique mais Dieu a raison d'elle. Et finalement, le destin punit son insolence en faisant claquer sa porte grande ouverte provoqué par un courant d'air divin. Les clefs sont à l'intérieur. SINON CE N'EST PAS DRÔLE D'ACCORD !? La jeune femme ne sait pas comment réagir si ce n'est qu'elle pourrait hurler. Mais ce n'est pas le moment d'effrayer la blonde. Surtout, si elle vient lui faire des excuses. Et puis, Lou va avoir besoin d'elle. De son téléphone pour pouvoir appeler un serrurier et lui dire de ramener son cul sur le champ. Elle ne peut pas rester dehors comme ça. En plus, la musique gueule toujours et on l'entend bien dans le couloir. Elle se mettrait bien à chanter en rythme mais il faut faire bonne figure et la jeune femme accepte alors de l'aider. Elle l'invite donc chez elle. Et lorsque la porte s'ouvre, Lou s'attend à un appartement luxueux, bien décoré alors que c'est sommaire et qu'il y a encore des cartons. « Ooooh t'es arrivée ici depuis peu. » Dit -elle avec de grands yeux ronds. C'est qu'elle ne l'a jamais vu. Et puis bon, Lou est rarement chez elle aussi. Ça y fait. Et la musique avec. C'est fort en effet. Et Lou en est vraiment désolée. Sur le coup, c'est sincère. « Je suis désolée pour la musique. Je ne m'en suis pas rendue compte. La prochaine fois, je mettrais un casque sur la tête. » Elle sourit à la blonde qui lui propose du thé. « Bon d'accord. Mais la prochaine fois, c'est moi. Parce que avouons le, le thé c'est la vie. J'ai passé tous mes étés chez les Rosbeef, alors autant te dire que le thé c'est devenu l'amour de ma vie. » Même qu'elle aime boire une camomille avant de dormir. ça l'aide à dormir et ça renforce ses problèmes de transit intestinal. Alors, Lou est toute contente de partager ce thé avec sa voisine. Elle lui indique que le téléphone se trouve non loin du salon et avec un hochement de tête, elle y va, mais un détail se rappelé à elle. « Merci. Mais tu peux me tutoyer si tu veux ! Quand tu me vouvoies, j'ai l'impression que tu me donnes cinquante ans. » Déjà que les enfants l'appellent parfois Madame et elle le vit mal. Mais là, c'est plutôt un problème de riches. Le vouvoiement, le respect à la limite du léchage de cul. Et Lou est riche mais authentique, un peu bûcheronne sur les bords. Souriant à la blonde, elle va vers le téléphone et appelle un ami. Celui qui vient toujours s'occuper du foyer que ce soit pour la plomberie, l'électricité. À force, ils ont écumé des bars ensemble, partagé des filles parfois. Bref Lou l'adore. « Alllooooooo ! Je te réveille gros con ? J'ai besoin de toi ! J'suis grave dans la merdasse in-ter-na-tio-nale ! La porte de chez moi a claqué.... Hey te marre pas salaud et viens m'aider !! Sur le champ. » Elle écoute son interlocuteur et se met à rire « Bizn sûr que je te paierai un coup à boire ! Depuis quand, je n'ai pas oublié hein ? Bon saute de ton lit, embrasse la fille que t'as fourré dans ton pieu et come on !! » Et sur ces délicates paroles, elle raccroche allant vers la blonde ayant préparé le thé. « Merci en tout cas ! » Dit-elle avec un grand sourire. « Tu me sauves la vie, vraiment. Et celles de tes oreilles aussi. » Et ça la fait rire parce que comme dit plus haut, Lou est vraiment de bonne humeur. Elle est joviale et ça lui fait plaisir de se racheter vis à vis de la jeune femme. Elle prend donc place à côté d'elle tandis que la blonde lui sert le breuvage dans une jolie tasse. Lou, elle est contente. Et une fois que les deux sont servis, elle lève brièvement sa tasse en direction de sa voisine « Et bien, à notre rencontre claquante et musicale ! » Elle pouffe de rire parce que ça l'amuse. Dans un jour où elle aurait été mal luné, elle aurait tout saccagé. Mais là, tout est bien même le thé qu'elle reconnaît immédiatement. « Du thé anglais !!! J'adore ça ! Ça n'a rien à voir avec la pisse se vendant ici. Là, on sent les fragrances du thé. » Et parce qu'elle se sent d'humeur bavarde, elle continue « Ouais comme je te disais. J'ai passé tous mes êtes en Angleterre, en pleine campagne. On avait une grande maison et combien de fois, j'ai joué avec mes voisins. Ils étaient trois et je me souviens, j'arrêtais pas de les embêter ! Et eux aussi d'ailleurs... Une fois, j'ai tellement fait peur à la petite dernière qu'elle s'est fait pipi dessus alors que j'étais juste cachée derrière un arbre ! Je me suis vraiment tapée des barres de rire. Et je buvais du thé tous les matins. » Et elle adore, du thé, une anglaise dont elle reconnaît l'accent. Et finalement un détail lui revenant en mémoire « Et tu t'appelles comment ? Je ne t'ai pas demandé ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Lun 14 Aoû - 23:39

"Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey"
Lou ∞ Ellana
On rentre dans mon appartement et si normalement on doit être fier de notre foyer, il se trouve que je ne le suis pas. Ce n'est même pas un foyer pour moi, plutôt une sorte d’échappatoire, un point de chute dans ce nouveau pays que je ne connais pas.
- Ooooh t'es arrivée ici depuis peu.
Le genre de question qui me met mal à l'aise. Oui, on pourrait croire que je viens d'arriver il y a quelques jours, pas presque un mois maintenant. Je souris timidement en secouant la tête.
- Il y a plusieurs semaines...
Ce qui montre clairement ce manque de vie d'une certaine manière. Les personnes normales déballent vite leurs affaires afin de faire de la nouvelle maison un véritable foyer. Je n'ai rien fait de cela car je suis encore en deuil et ce serait une façon de tourner la page. Je ne suis pas encore prête à le faire. Le serais-je seulement un jour ?
Alors qu'elle s'excuse pour la musique, moi je lui propose du thé. Rien de mieux que de boire une tasse pour entrer dans une conversation civilisée.
- Bon d'accord. Mais la prochaine fois, c'est moi. Parce que avouons le, le thé c'est la vie. J'ai passé tous mes étés chez les Rosbeef, alors autant te dire que le thé c'est devenu l'amour de ma vie.
Je fronce le nez n'aimant clairement pas ce surnom.
- Je suis moi-même Anglaise et nous avons le meilleur thé oui.
Je me montre un peu cinglante mais elle a un franc parlé que je n'ai jamais réellement aimé chez les hommes (ou ici femmes) Mais bon, ce n'est pas le moment de se prendre de nouveau la tête, et puis elle me propose même de la tutoyer afin d'apporter une nouvelle proximité je pense, même si au final c'est parce que le vouvoiement la rend vieille d'après ses dires. C'est dommage, le vouvoiement perd de sa superbe aujourd'hui. Je lui indique alors le téléphone pour qu'elle appelle pendant que je termine le thé. J'écoute sa conversation, je n'ai pas spécialement envie mais le fait est qu'elle parle si fort qu'on entend qu'elle (et sa musique...) Et puis sa façon de parler à cet interlocuteur m'horrifie tout simplement. Comment une personne peut se laisser parler comme ça et ne pas s'en offusquer. La fille qu'il a fourré... Bon sang, je me sens rougir c'est affreux de fréquenter des personnes comme ça franchement ! Elle fini par raccrocher et je lui tend la tasse de thé alors que je m'installe sur la chaise haute du bar Américain.
- Et bien, à notre rencontre claquante et musicale !
Sa réflexion me fait sourire doucement et j'hoche la tête pour tchiner avec elle de manière élégante. Je prends une gorgée, savourant en silence, mais celui-ci ne fait pas long feu.
- Du thé anglais !!! J'adore ça ! Ça n'a rien à voir avec la pisse se vendant ici. Là, on sent les fragrances du thé.
- Je vous... te l'ai dit, le thé Anglais est le meilleur. Je ne pourrais jamais acheter en grande surface, le thé est sacré chez moi.
Surtout pour une chef cuisinière je ne peux pas me permettre d'avoir des produits de mauvaises qualités, même si je ne travaille plus, mon palais est mon métier.
- Ouais comme je te disais. J'ai passé tous mes êtes en Angleterre, en pleine campagne. On avait une grande maison et combien de fois, j'ai joué avec mes voisins. Ils étaient trois et je me souviens, j'arrêtais pas de les embêter ! Et eux aussi d'ailleurs... Une fois, j'ai tellement fait peur à la petite dernière qu'elle s'est fait pipi dessus alors que j'étais juste cachée derrière un arbre ! Je me suis vraiment tapée des barres de rire. Et je buvais du thé tous les matins.
Plus elle parle, plus je sens mes yeux s'ouvrir grandement. C'est comme si elle me décrivait ces étés où une famille venait dans la maison d'à côté. Leur fille était un vrai monstre, la langue bien trop pendu et ne cessant de vouloir nous traumatiser. J'ai moi même fait pipi une fois dans ma culotte tellement j'ai eu peur... Mais c'est trop similaire et je me mets à prendre peur. Je repense à cette petite brune et me dis qu'elle pourrait être clairement la personne en face de moi.
- Et tu t'appelles comment ? Je ne t'ai pas demandé !
Lui dire comment je m'appelle pourra nous donner le cœur net au moins.
- Ellana Fraser...
Je m'arrête soudainement, sentant mon cœur se serrer en entendant le nom de mon mari. C'était encore mon nom il y a peu mais cette promesse avec mon père m'a fait perdre celui-ci. Je regrette par moments, je n'aurais jamais dû accepter...
- Je veux dire... C'est le nom de mon mari... Mon nom de jeune fille est McGregor...
Maintenant, on verra bien si ca lui fait le déclic, et si c'est bien ce monstre qui m'a fait faire pipi dans ma culotte, qui m'a coupé une fois les cheveux pendant que je dormais ou qui encore me pinçais le bras, fascinée de me faire un bleu si vite parce que j'ai la peau qui marque...  
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Fluffy
Lou Morland
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5876

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Ven 25 Aoû - 19:56

Lou est vraiment contente d'avoir trouvé une solution pour sa porte. Même si la musique résonne encore. Ça reste un son étouffé et elle peut reconnaître le morceau joué. Elle pourrait presque balancer sa tête au son de la musique mais la voilà en train de partager une tasse de thé avec sa voisine. La veuve gifleuse songe Lou tandis qu'elle s'extasie du goût du thé. Forcément, cette dernière lui rappelle qu'elle est anglaise. La brune pourrait d'ailleurs lui rabattre le caquet à ce sujet mais elle est dans un immeuble de bourgeois et tout le monde n'a pas le même franc parler que Lou. Une fois, elle a même fait une fête des voisins en pensant que ce serait soirée rock branché mais elle a été mortifiée de voir qu'il s'agissait d'un instant riche avec du caviar et du saumon bio de père en fils depuis trois siècles. Autant dire que ça a été l'horreur et que le prétexte a été sorti pour fuir. Elle doit certainement être du même acabit. Mais parce qu'elle lui sauve la vie en lui permettant d'appeler un ami, la brune incendiaire se tait et commence à parler de l'Angleterre, des vacances avec ces petits richous coincés de la nouille avec qui, elle s'est quand même amusée. Elle adore s'en rappeler parce que ce sont de bons souvenirs de vacances. Avec le temps et son accident, tout a été altéré. Si elle se souvient par bribe des enfants, elle a l'impression qu'un seul des trois enfants la craignait. Le reste semblait l'aimer mais le choc à la tête doit y pour beaucoup. Si seulement elle savait. La jeune fille finit par changer de sujet pour ne pas se retrouver à faire la conversation toute seule, questionnant la blonde sur son identité. Elle ne lui a toujours pas dit son prénom.  « C'est très beau Ellana ! J'aime beaucoup ! » Dit la brune avec un grand sourire. Le nom de famille ne semble pas s'apparenter à des bourgeois d'ici. Mais se rappelant qu'elle est de l'Angleterre, c'est normal.

Cependant, la blonde rectifie en ajoutant qu'il s'agit de son nom de femme mariée. Quand le McGregor retentit, ça sonne comme un son de cloche dans sa tête, comme si la mémoire revenait, prenait sa place. Ça lui arrive très souvent d'ailleurs. Depuis son accident de voiture, forcément sa tête a tapé et le médecin avait été formel, elle risquait d'avoir des oublis. Genre la dernière fois, c'était avec leur grande tante Eugénie, Lou avait été incapable de se rappeler qu'elle avait passé un bon nombre de Noël chez elle entre deux et sept ans, qu'elle lui avait fait tomber son sapin, qu'elle avait rasé le chat avec le rasoir de Monsieur, qu'elle avait voulu apporter la bûche mais était tombée avec tête la première. Et quand Eugénie lui avait remis un chèque de don pour le foyer, Lou avait retrouvé la mémoire dès lors que ses doigts avaient effleuré le bout de papier. Eugénie était généreuse. Voilà ce qui la caractérisait le plus. Comment avait-elle pu oublier ? Et les McGregor. Bien sûr qu'elle s'en souvenait ! Elle avait juste occulté les visages se rappelant qu'ils étaient trois chieurs, tous imbus de leur personne et se prenant pour la neuvième merveille du monde. Elle les avait d'abord détesté avant de finir par jouer avec eux. C'était pas mal, c'était pas comme aux États Unis avec ses voisins. Les McGregor étaient précieux et se pissaient dessus pour un rien. C'était d'un affligeant ! Pourtant Lou ne pensait pas à ça. Dans sa tête, elle imaginait que des instants géniaux où elle se fendait la poire. Pourtant, elle avait été si souvent grondée. Et c'était injuste parfois qu'elle se souvenait que le garçon l'énervait grave ! Et là, Lou prend conscience que « Ellana McGregor !? » Elle pose sa tasse et plonge ses doigts sur ses tempes qu'elle masse en crispant le visage. « Ellana... » Elle répète de nouveau essayant de mieux souvenir. Fucking mémoire à la con ! « ELLANANAAAAAAS ! » Braille-t-elle soudain en frappant dans ses mains avant d'éclater d'un rire aigu. #possession #needtocallfamilyWarren #démence #Fuyez « Mais la coïncidence ! Madré Dios Mio Del Carmen ! » La voilà qu'elle jure en latinos et qu'elle perd la boule. « Le monde est petit mon dieu ! Je ne sais pas si tu te souviens de moi, mais mes parents avaient une maison à côté de chez vous. On a souvent joué ensemble... Lou la terreur... J'étais terrible je sais... J'ai dû vous en faire voir de toutes les couleurs. » Elle rigole de nouveau avant de boire une tasse de thé. « Enfin, mes souvenirs sont flous, j'ai eu un grave accident de voiture et ma caboche a sévèrement pris alors... C'est chaud pour se rappeler parfois. » Elle sourit n'ayant pas l'impression - le moins du monde - d'avoir été plus qu'horrible avec l'enfant. À l'époque, Lou était déjà en conflit avec ses parents, elle ne supportait pas l'idée qu'il puisse la foutre dans un moule. Elle ne tenait pas à ressembler à ces McGregor si bien éduqués, si parfaits mais tellement enchaînés. « J'ai été une enfant terrible je sais. J'ai dû en faire souffrir plus d'un. » Dit-elle le plus naturellement possible sans qu'elle ne se sente culpabiliser pour ça. « Mais à l'époque, je ne supportais pas que mes parents puissent vouloir faire de moi une petite fille bien élevée, correspondant à leur moule ! C'était bien plus facile de m'affirmer. J'ai la paix au moins. » Dit-elle en souriant à Ellana et en espérant qu'elle en avait fait de même parce que voila, les parents ça peut être chiant et Lou le voit bien avec son frère. Ce dernier subit une telle pression de son père. Et rien que pour ça, Lou sait que personne ne viendra décider de quoi que ce soit à sa place. Jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Lun 4 Sep - 16:21

"Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey"
Lou ∞ Ellana

- Ellana McGregor !?
Je la regarde sans véritablement comprendre. C'est comme si elle me connaissait tandis que moi, je la fixe un peu comme si elle était folle. Il est impossible que je connaisse une personne aussi mal élevée et possédant un vocabulaire aussi fournis en insulte et mots du genre. Pourtant, la voilà qui répète mon prénom en l'hurlant, comme dans ses films où une fille revoit une ancienne amie.
- Mais la coïncidence ! Madré Dios Mio Del Carmen ! Le monde est petit mon dieu ! Je ne sais pas si tu te souviens de moi, mais mes parents avaient une maison à côté de chez vous. On a souvent joué ensemble... Lou la terreur... J'étais terrible je sais... J'ai dû vous en faire voir de toutes les couleurs.
Soudainement je me sens un peu blêmir. Mais c'est elle... C'est elle qui s'amusait à rendre nos étés vraiment mauvais. Chaque fois qu'on savait qu'ils arrivaient, on grognait, on se plaignait et on cherchait comment faire afin de la croiser la moins possible. Nous en faire voir de toutes les couleurs est un bien faible mot. Elle s'amusait à rendre notre vie un véritable calvaire. Je m'endormais la boule au ventre, j'avais tellement peur de sortir que maman croyait que je voulais tout simplement garder une peau blanche, signe d'élégance (surtout dans les siècles anciens mais passons). Le fait est que, si elle semble heureuse de cette coïncidence, je me dis que je l'aime encore moins qu'avant. Elle n'a pas changé, toujours prête à rendre les gens qui l'entourent complètement fou. Bon sang pourquoi je l'ai invité à rentrer à la maison. Enfin je sais que je n'aurais pas pu la laisser en pleine détresse mais franchement, ça aurait été une petite revanche savoureuse. Je me contente alors d'hocher la tête doucement.
- Ah... Lou, génial...
Je crois qu'on sent un peu trop l'ironie, mais je m'en moque. Au pire, elle se croit tellement géniale qu'elle mettra ça sur le compte de mon veuvage.
- Enfin, mes souvenirs sont flous, j'ai eu un grave accident de voiture et ma caboche a sévèrement pris alors... C'est chaud pour se rappeler parfois.
Je la regarde, soudainement attristée de ce que j'entends. Si j'ai souvent souhaité qu'elle tombe dans une flaque de boue, je n'ai jamais souhaité qu'il lui arrive un tel drame. Je me dis alors que je pourrais lui donner une seconde chance. Cela lui a peut-être permis de changer un minimum... oui, un minimum parce que la musique qui traverse la cloisons me permet de dire que ce n'est pas tant le cas.
- J'ai été une enfant terrible je sais. J'ai dû en faire souffrir plus d'un.
Je ne réponds toujours pas. Oui, elle m'a fait souffrir, j'ai souvent eu des crises d'angoisse et l'été est une saison que je hais. D'autant plus maintenant que mon époux est mort en été...
- Mais à l'époque, je ne supportais pas que mes parents puissent vouloir faire de moi une petite fille bien élevée, correspondant à leur moule ! C'était bien plus facile de m'affirmer. J'ai la paix au moins.
Je cligne rapidement des yeux. Alors que nous sommes deux femmes si différentes, voilà qu'elle nous trouve un point commun. Cette envie, ce besoin de s'émanciper de nos parents qui veulent que l'on soit parfait. Pour moi, cela s'est fait par amour...
- Je comprends ca... Mon père voulait que j'épouse quelqu'un possédant un grand nom... Il n'a pas vraiment aimé que j'épouse un militaire, fils d'une famille ouvrière. Quand j'ai en plus renoncé à mon nom, il ne l'a pas supporté. C'est pour ça qu'il m'a fait promettre que si cela se terminait entre nous, je devais reprendre mon nom de jeune fille.
Je baisse la tête me sentant mal d'avoir finalement cédé. Mais je suis tellement faible que je suis incapable de la moindre décision ces derniers temps.
- J'aurais sûrement dû ne pas le faire... mais j'avais promis, parce que je savais que rien ne nous séparerait... J'ai oublié la mort...
Je ne sais pas pourquoi je me confis ainsi à cette femme qui ne deviendra certainement jamais mon amie. Enfin on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve, il peut être désagréable comme plein de surprise.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Fluffy
Lou Morland
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 5876

MessageSujet: Re: "Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS   Sam 16 Sep - 11:38





Putain de ouf ! Ellana McGregor ! Lou n’en revient pas. Elle se dit que la vie est trop faite de coincidence. C’est fou quand même, le monde est vraiment petit et la demoiselle en est toute chamboulée. Limite, elle a oublié que si elle est chez elle – en pyjama d’été – en train de boire du thé, c’est bien parce qu’elle est coincée, qu’elle ne peut plus rentrer chez elle avec la musique en fond sonore. Mais au moins, elle se conforte dans son malheur. Car pour Lou, c’est tout à fait naturel d’être content de revoir cette blonde. Sexy mais veuve récente et trop, sans doute, pour tenter une approche plus suave et coquine. Elle gardera ça pour la prochaine fois, même si pour l’instant, elle est bien trop occupée à blablater du passé, ayant oublié qu’elle a été, tout simplement, horrible avec les McGregor. Or, dans son esprit cabossé, elle se souvient de moments où elle n’a cessé de rire. A vrai dire, elle croit se souvenir qu’elle était triste quand les trois anglais n’étaient pas là. Or, il s’agissait surtout de frustration de ne pas pouvoir leur mener la vie dure. Mais le temps s’est écoulé et Lou continue à mener la vie dure à tous ceux qui seraient tenter de lui casser la pied. Elle est ainsi. Pleine de fouge. Mais dans le fond, c’est juste une personne sincère, vraie et entière. Si elle ne va pas bien, Lou pleure. Si elle est contente, Lou rit. Et si elle trouve une nana mignonne, elle fera tout pour la draguer. Les seuls cas de dispense sont le veuvage et tout individu estropié ou vieux. Mais pour l’occasion, elle est surtout occupée à se rappeler avec une certaine émotion, combien elle avait tenté chercher à se défaire de l’emprise de ses parents. Surtout quand ces derniers ont constamment cherché à faire d’elle une petite fille bien élevée. Lou c’est un peu la Rose du Titanic qui a réussi à dire « merde » dès le début du film à sa mère. Elle a suivi sa voie, elle a fait ce que bon lui semble. Et le résultat, c’est qu’elle en est très heureuse. Elle vit sa vie sans se poser de questions. Et ses parents ne l’emmerdent pas. Ce qui est une assez belle victoire pour elle. Cependant, elle est surprise d’apprendre que ça n’a pas été le cas pour Ellana. A vrai dire, ça la surprend car elle ne pensait pas que ces enfants-là subissaient une quelconque pression familiale. Après tout, elle croyait à l’époque qu’ils adoraient tortiller du cul pour chier droit, qu’ils avaient ça dans le sang. Or, quand Lou se compare à ses parents ou son frère, elle se dit toujours qu’il y a eu un loupé dans l’ADN, que sa mère a dû se faire inséminer, qu’elle a probablement hérité de la semence d’un bûcheron provenant du Texas et non pas de son père. Or, la surprise est grande si ce n’est qu’en plus, c’est tout simplement horrible. Lou ouvre grand la bouche, restant sans voix. « Sérieux ?! » Finit-elle par dire réprimant un frisson. C’est tout simplement horrible de se dire qu’elle a dû renoncer au nom de son mari pour faire face à la promesse de son père. « Mais c’est atroce !! » Voilà déjà que Lou s’insurge, fronçant les sourcils parce qu’elle n’aime pas ça, parce qu’elle ne peut pas se contenter de dire « très bien » face à une telle chose, parce que Lou ne peut, tout simplement, pas se la fermer quand elle doit dire quelque chose. « Et toi tu cautionnes ça ? Je veux dire, tu as subi déjà une terrible perte. Perdre son mari doit être la pire chose au monde – bon d’accord, perdre la finale du championnat de NBA aussi mais bref ! -  Tu as subi une telle épreuve et tu as laissé ton père décider pour toi ?! Mais il ne faut pas voyons !! » Oh non, ça il ne faut pas. Lou en est mortifiée. Elle n’est pas habituée à cela. Elle a toujours été confortée à cet éternel combat entre elle et ses parents. « A ta place, je lui aurais dit merde à mon père, j’aurais préféré vivre de mes propres ailes que de me laisser perdre la seule chose pour laquelle j’avais combattu ! » Elle finit par se taire parce que sans doute ce n’est pas la bonne manière de parler, qu’Ellana a un peu trop l’air fragile dans tous les sens du terme. Elle doit certainement être du genre à se rouler sur le canapé en PLS tout en écoutant du Barbara Streisand avec du chocolat devant elle… Lou n’en sait rien, elle suppose et s’indigne. « et puis ça lui fait quoi à ton père que tu t’appelles Dupont ou Macintosh ? J’veux dire, c’est ta vie à toi. Faut jamais laisser tes parents décider pour toi. Tu as été forte pour décider de suivre l’homme que t’aimes, tu dois être assez forte pour t’opposer encore ! » Même qu’elle peut lui montrer comment faire. Lou peut lui apprendre à se battre. Elle peut faire plein de choses mais sans doute parfois, vaut-il mieux garder le silence. Elle se mêle un peu trop de ce qui ne la regarde pas. « T’as pas de la famille qui te soutient ? T’as ton frère ou ta sœur, non ? » A moins qu’ils soient morts aussi et que finalement, la vie de cette fille est vraiment très très triste surtout s’ils sont morts en été

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Parlez-moi de vous plutôt." - " Ah non, moi c'est Odile, Pluto c'est l'ami de Mickey" ELLANANAS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond c’est que vous êtes schyzo. ∆ Peyton
» Carwyn ♦ Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond c’est que vous êtes schyzo.
» Brandon ⊹ Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond c’est que vous êtes schyzo
» Parlez-vous le SMS et le langage du net...
» Quelles langues parlez-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Beverly Hills :: Home sweet home-