Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 this is what makes us girls - naïa&daisy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 216

MessageSujet: this is what makes us girls - naïa&daisy    Lun 12 Juin - 18:52



Daisy en a plus que marre. Qu’est-ce que c’est que cette journée atroce dont elle a hérité durant les dix dernières heures ? Elle s’acharne sur le cadenas de son casier qui, pour une raison obscure, lui donne du fil à retordre pour être retiré. La brune souffle longuement et avec des gestes calmes et patients, finit par le retirer facilement.
Tout a été de travers aujourd’hui. Ca a commencé par ses pancakes qui ont tout simplement brûlé, parce que mademoiselle était en train de rêvasser sur un site internet de vêtements : les soldes approchant à grands pas, DeeDee commence le repérage pour que son panier soit prêt le jour J ! Et elle était tellement concentrée dans ce qu’elle faisait qu’elle n’a pas fait attention à son petit déjeuner sur le feu. Ce n’est que lorsqu’elle a senti l’odeur de pâte brûlée, devenue trop envahissante, qu’elle a réagi, mais bien trop tard. Par souci d’éviter de faire du gaspillage, elle n’avait fait de la pâte que pour une fournée. Si bien, qu’elle s’était retrouvée sans rien une fois que les quelques pancakes qui lui étaient réservés, étaient à présent immangeables. A moitié affamée par la simple pomme ingurgitée en quatrième vitesse, elle est arrivée presque en retard au travail. Soucieuse d’être réellement en retard, elle a regagné son service en préférant les escaliers aux ascenseurs déjà bondés de bon matin. Finalement, elle est arrivée avec cinq petites minutes d’avance, juste le temps de croiser l’équipe de nuit, qui attendait impatiemment d’en avoir fini avec son travail. L’infirmière a retrouvé ses collègues, mais très rapidement elle s’est aperçue qu’il en manquait une à l’appel. Soulignant ce fait, les autres filles lui ont résumé la situation : Suzie garde ses deux enfants, malades au point de ne pas pouvoir se passer de la présence maternelle. Il allait falloir faire sans elle, et ce n’était pas une véritable réjouissance, bien au contraire. C’était comme retirer un bras à l’équipe, qui se retrouvait amputée dans ses moyens pour la journée à venir.
Elles se sont réparties les différentes tâches à effectuer, avec la surcharge de travail laissée par Suzie. Daisy était bien partie pour contrer sa malchance du matin, mais… Ca n’allait pas s’arranger.
Elle a dû essuyer la mauvaise humeur de plusieurs patients : elle était trop longue à venir, pas assez à l’écoute, et puis ses questions étaient trop nombreuses. Et surtout, surtout, elle ne savait pas comme ils avaient mal et comme c’était dur pour eux d’être ici. Parce que bien sûr, pour elle, c’était une partie de plaisir. Elle a rêvé, secrètement, de leur coller une petite dose supplémentaire de calmant, histoire de les faire dormir et d’avoir la paix. Mais c’est évidemment interdit. Alors, ce sont ses épaules, et sa tête dure, qui ont tout pris. Et avec le sourire, s’il vous plaît. La pause déjeuner lui a donné un court répit dans ses aventures malheureuses du jour. Elle en a profité pour voir quelques collègues qu’elle apprécie, et qui ne sont pas dans son service. Comme Sam, ou Lizzie. Elle a même eu le temps d’apercevoir le docteur McCarthy, alors que ce dernier arpentait les couloirs en compagnie d’une interne. Depuis le temps qu’elle se dit qu’elle doit se lancer pour lui parler de ses projets, et savoir si elle peut compter sur son soutien. Argh. Ce ne sera pas aujourd’hui, elle ne le sent pas. Si Daisy réussit la plupart du temps à rester positive, elle reste humaine : face au sort qui s’acharne et qui s’emploie de toutes ses forces à lui faire passer une sale journée, elle ne va pas tendre la joue pour prendre un coup de plus. Elle se jure intérieurement qu’elle finira par aller lui parler, bientôt. Des promesses, DeeDee s’en fait tout un tas. Et en parlant de promesses… Après avoir subi le courroux d’un médecin qui a l’habitude de prendre de haut tout le personnel dit « inférieur », Daisy irait bien chercher le coucher de soleil que le patient de la 322 lui a promis lors des mauvais jours. Elle regarde l’heure affichée sur sa montre, et après une petite seconde d’hésitation, fait demi-tour pour aller écouter une anecdote ou juste se ressourcer auprès du sourire du pompier. Parce qu’il en a à revendre des sourires. Sauf qu’au moment où elle a une vue sur la chambre, c’est une grande blonde, élégante, maquillée à la perfection, coiffée comme si elle allait tourner le dernier film hollywoodien, qui en sort. Ca la stoppe nette dans son élan. Et quand elle voit une alliance à sa main gauche, elle n’a pas beaucoup de doutes sur la personne qui vient de sortir de la chambre. La fameuse madame Brady. Elle se sent encore plus misérable dans sa tenue informe, mal coiffée, pas maquillée parce que pas le temps, en ce jour pourri, sans coucher de soleil. Ca, c’est la petite goutte de trop. Alors elle rebrousse chemin, et elle accepte son sort. Mais, jusqu’à une certaine limite : la fin de sa journée.
Celle-ci finit par arriver, enfin. DeeDee ne traîne pas, elle prend une petite douche rapide, enfile des vêtements propres, use de son rouge à lèvres caché au fond de son sac à main, et s’offre une deuxième chance pour sauver la journée en écrivant à Naïa. Elle espère fortement que cette dernière sera prête à lui accorder quelques heures : pour se plaindre un petit peu, et pour l’aider à faire tourner la roue. Elle n’attend pas longtemps avant de recevoir une réponse positive de son amie. Rendez-vous au bar habituel. Quel soulagement, une fin de journée qui ne s’annonce pas catastrophique.

Après s’être débattue dans la circulation au volant de sa voiture, la jolie brune arrive enfin à Venice Beach, où se trouve l’Underground. Elle rêve de son mojito depuis une bonne demi-heure à présent ! Alors, c’est d’un pas décidé qu’elle se dirige vers la terrasse après avoir salué les barmen, qui la reconnaissent, à force. En un clin d’œil elle repère la jolie tête de son amie, déjà installée à une table à l’ombre, pleine vue sur l’océan. Elle pose une main sur l’épaule de Naïa, et dépose une bise sur sa joue, avant de presque courir s’affaler sur la chaise libre et de pousser un long soupir de soulagement. « Comment était ta journée ? La mienne, atroce ! Alors… » Et elle lève aussitôt le bras pour faire signe à Ryan qui passe à proximité. « Salut ! Deux mojitos, comme d’hab’ ! » annonce-t-elle, tout sourire à l’idée du moment de détente qu’elle touche du bout des doigts. « Il faut bannir les jeudis. Surtout ce jeudi. Les gens sont infects, ma bouffe était infecte. Heureusement que t’es là, toi ! T’es le rayon de soleil de ma journée ! » plaisante-t-elle. A défaut d’avoir eu le coucher de soleil de Brady, elle a le visage rayonnant de la jeune femme qui se tient en face d’elle. « Merci d’avoir pu te libérer, tu n’imagines pas comme je suis contente de te voir. J’aime beaucoup ta coiffure ! » confie la brune en scrutant la jolie tresse de Naïa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
this is what makes us girls - naïa&daisy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA
» 07. Girls running wild
» Who run the World (girls)
» 01. Girls just wanna have fun !
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Où allons nous? :: Venice Beach :: L'Underground-