Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient ft. Josh&Sid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sidney Warren
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/03/2017
MESSAGES : 289

MessageSujet: L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient ft. Josh&Sid   Sam 24 Juin - 20:55


Josh & Sidney
L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient.

Je venais tout juste de sortir du lycée. J'attendais un petit peu devant l'école pour pouvoir attendre mon meilleur ami, Josh qui était aussi mon voisin. Dès notre première rencontre à l'emménagement, on était rapidement devenus amis tous les deux jusqu'à devenir de vrais inséparables. On passait beaucoup de temps ensemble que ce soit à la maison ou quand on était au lycée. On passait pas mal d'après-midi à parler de nos chambres respectives, nos fenêtres étant en face l'une de l'autre. On pouvait parler de tout et de rien, c'était vraiment un très bon ami pour moi. Je l'adorais depuis notre rencontre à Los Angeles, il connaissait pratiquement toute ma vie et vise-versa. Il était un confident pour moi, je savais que je pouvais lui dire tout ce que j'avais sur le coeur. Je pourrais lui faire confiance les yeux fermés. J'attendais donc que mon meilleur ami sorte du lycée pour qu'on puisse rentrer tous les deux. On avait l'habitude de faire ça la plupart des soirs de fin de cours. Je le vis arriver vers moi quelques minutes plus tard. "On peut y aller ?" Lui demandai-je donc tout sourire. J'étais contente de le voir, même si on c'était quand même croisé pendant la journée, entre deux cours. On commençait donc à marcher sur le trottoir en direction de nos maisons qui étaient l'une à côté de l'autre. "Tu as passé une bonne journée ?" Lui demandai-je donc toujours avec le sourire aux lèvres. C'était histoire de discuter et puis, surtout parce que ça m'intéressait de le savoir. C'était mon meilleur ami, alors forcément que sa vie m'intéressai. S'il avait des choses à me dire en particulier, je voulais tout savoir.

Il y avait une bonne chaleur dehors, c'était bien pour ça que ça faisait du bien de marcher. Si j'aurai dû rentrer en voiture, il allait faire une de c'est chaleur à grever en fait. On avait de la chance que nos maisons ne soient pas trop loin de notre école. Alors c'est cool, on n'aurait pas longtemps à marcher. On arrivait donc assez rapidement à destination quelques minutes plus tard. "Tu veux entrer boire un truc ?" Dis-je donc à mon meilleur ami. Comme moi, il aurait probablement des devoirs à faire, mais bon Josh faire ses devoirs, ça me ferait bien rire, il n'était pas le premier de la classe, ça je le savais. "Entre !" Dis-je donc à Josh. Oui, en vrai c'était intéressé, j'avais besoin de lui parler, de lui dire quelque chose. Ca faisait un petit moment, j'avais fait la connaissance de Zack qui était très populaire au lycée, comme moi d'ailleurs. J'adorais la danse depuis toujours, alors maintenant j'avais fini par être la capitaine des pom pom girls et c'était bien pour ça que j'étais connue dans cette école. J'avais aussi fait la connaissance d'Arizona, que j'avais prise sous mon aile depuis son arrivée au lycée de Los Angeles. Zack me plaisait assez depuis un petit moment et ce dernier avait réussi à me faire comprendre que c'était réciproque alors j'étais plutôt en joie aujourd'hui. Maintenant, je voulais donc en parler à Josh puisque c'était quand même mon meilleur ami, je voulais que ce soit le premier au courant. Savoir que j'avais un petit ami en plus le premier, c'était quelque chose qui se partage.

En même temps c'était mon meilleur ami, alors c'était obligatoire pour moi. En plus c'était le genre de mec que toutes les filles reverraient d'avoir et c'était moi qui l'avais fait craqué, qu'il avait choisi. Oui, on pouvait dire que c'était un honneur pour le coup. J'étais contente, je finirai par plus toucher terre. "Je vais avoir quelque chose d'important à te dire, en plus." Rajoutai-je donc avec un léger sourire en coin. Ca me faisait bien rire finalement. "Alors, qu'est-ce que tu veux boire ?" Lui demandai-je donc. J'avais plusieurs trucs, avec cette chaleur il fallait boire quelque chose de frais, c'était plus adapté je pense. J'attrapai deux verres pour pouvoir les poser sur ma table de la cuisine en attendant que le jeune me réponde.

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh McCarthy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/10/2016
MESSAGES : 1841

MessageSujet: Re: L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient ft. Josh&Sid   Mar 27 Juin - 1:26



Sidney & Josh



L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient



▬ OCTOBRE 2002 ▬


Un petit texto pour dire que j’arrivais à la Miss Warren, puis je rangeais toutes mes affaires de football dans mon gros sac de sport. Cet après-midi avait été en un mot : entraînement. Et avec le coach que nous avions, je peux vous assurez qu’on ne rigolait pas. De plus, j’étais quand même le quaterback de l’équipe, ce qui faisait de moi un pilier important au sein de l’équipe. Sidney devait sûrement avoir fini de s’entraîner avec les autres pom-pom girls. De toute façon, elles finissaient toujours plus tôt que nous. A croire qu’il fallait simplement que Sidney montre les mouvements une seule fois pour qu’elles les assimilent directement, répètent une fois, et c’était dans la poche. Je penchais plus sur le fait que les demoiselles aux pompons souhaitaient rapidement rentrer chez elle, mais je ne dirais rien. J’aurais trop peur de m’attirer les foudres de l’australienne. Un signe de tête, des « à demain » à mes coéquipiers, et j’étais parti en direction de l’entrée du lycée. J’imaginais déjà la blonde s’impatienter, d’autant plus que le terrain était à l’autre bout du bahut. Elle devait soupirer en tapant du pied. Je la connaissais par cœur. Par cœur, sans exagération. Cela faisait déjà un moment que nous nous connaissions. Depuis qu’elle avait emménagé à Los Angeles, pour être précis. Sa famille avait acheté la maison juste à côté de la mienne. Et il faut savoir que les maisons étaient plus ou moins rapprochées dans notre rue, tellement qu’on pouvait voir l’intérieur de la chambre de l’autre de nos fenêtres. Ceci dit, c’était plutôt à bon point. Pourquoi ? Vous n’imaginerez jamais toutes les discussions nocturnes que nous avons eu ensemble inter-fenêtres. Elles furent nombreuses. Je m’étais même fait une petite réserve de cailloux dans ma chambre, posées juste à côté de ma fenêtre, pour les jeter sur la sienne si jamais ses volets étaient fermés. Oui, j’étais comme ça : omniprésent. Que ce soit au lycée, mais également une fois rentrés chez nous. Il fallait dire qu’elle était ma meilleure amie. Nous étions très proches, on se confiait à l’autre sur chaque chose que l’on pouvait penser, on se demandait conseils, on faisait les devoirs de l’autre quand l’un sortait de chez lui en secret pour faire le mur et aller à une fête… Nous avons vécu tellement de choses ensemble. Une meilleure amie, ça se chérie, n’est-ce pas ? Elle était précieuse à mes yeux. A vrai dire, pour être honnête, je l’aimais beaucoup. Très beaucoup, si vous voyez ce que je veux dire… J’espérais secrètement qu’on puisse passer au stade supérieur, dépasser la friendzone, bien que plutôt très imprégnée déjà. Après tout, si on s’entendait si bien, on aurait pu former un couple, non ? Je le voyais comme ça. Je me sentais bien avec elle, je la respectais énormément, et il se peut que pu ressentir des sentiments amoureux pour elle. Elle était belle, intelligente, drôle… Et point à ne pas oublier : elle était capitaine des pom-pom girls. Et ça, c’était un point important ! La capitaine des cheerleaders et le quaterback de l’équipe de football américain du lycée… Ça en jetait tellement qu’on pourrait ressembler à un couple de magazine people.

« On peut y aller ? Tu as passé une bonne journée ? » me demandait Sidney alors que j’arrivais juste en face d’elle après avoir traversé tout le lycée. Je hochais de la tête, recommençant directement à marcher pour faire la route du retour jusqu’à notre quartier. « Ouais, tranquille. Et la tienne ? Les cours étaient relous aujourd’hui, surtout le cours de Monsieur Lincoln... Mais les entraînements de cet aprem étaient cools. J’étais sur le terrain tout à l’heure, t’as vu ? » Pipelette McCarthy aux commandes, ou l’art de poser une question en début de phrase et continuer à raconter sa vie juste ensuite comme si de rien n’était. Sûrement sa beauté qui me faisait perdre tous mes moyens. Je sais, je pourrais avoir n’importe quelle autre nana du lycée, mais c’était elle que je voulais. Toutes les autres craquaient forcément sur le quaterback, c’était un truc de gonzesses pré-pubères qui fantasmaient devant les membres de l’équipe de football du lycée, c’était la base. Mais aucune autre ne m’intéressait. Elles n’étaient pas… Comme Sidney.

Arrivés devant nos maisons, Sidney me proposa d’entrer chez elle boire un verre. Why not, après tout, sa maison était aussi ma deuxième maison tellement j’y traînais. Je connaissais bien Madame Warren qui était d’une gentillesse incroyable. « Je vais avoir quelque chose d'important à te dire, en plus. » précisa l’australienne avec son charmant petit sourire qui ferait craquer tout homme. De toute façon, impossible de refuser avec Sidney. Je n’avais même pas le temps de répondre que j’étais déjà embarqué à l’intérieur de sa demeure. « Alors, qu'est-ce que tu veux boire ? » me demanda Sidney, une fois rendus dans sa grande cuisine. J’aimais énormément sa cuisine. Elle était toujours propre, bien rangée, et quand sa mère cuisinait, ça sentait délicieusement bon. « Un coca, s’il te plait. Et au fait, tu n’as rien dit mais… J’ai de nouvelles baskets, t’as vu ? » répondais-je en approchant mes chaussures de la belle blonde. Oui, j’étais fier de mes nouvelles chaussures. Et puis, elle me faisait bien des défilés privés quand elles venaient de faire les soldes, alors pourquoi pas moi ? Je devais avouer être assez curieux sur cette chose qu’elle devait me dire. Avait-elle la même idée que moi sur l’idée qu’un couple avec la capitaine des cheerleaders et le quaterback de l’équipe serait carrément une tuerie super puissante ? Le mieux pour savoir, c’était quand même de demander. « Alors, c’était quoi cette chose que tu voulais me raconter ? T’as chose genre "super importante", t’as vu. » Et ce dernier "t’as vu" était purement gratuit, parce que c’était ma terminaison de phrase du moment et que je savais que ça énervait Sidney au plus haut point. Et puis, qu’est-ce qu’elle était mignonne quand elle était agacée…


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney Warren
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/03/2017
MESSAGES : 289

MessageSujet: Re: L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient ft. Josh&Sid   Mer 2 Aoû - 0:05


Josh & Sidney
L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient.

Finalement, j'étais contente d'être allée en cours aujourd'hui, puisque maintenant j'en étais pas ressortie célibataire... J'avais mon voisin, on rentrait ensemble à la maison, comme nos maisons étaient voisines, c'était beaucoup plus sympa comme ça que de faire le trajet toute seule. J'avais toujours forcément le temps de le voir pendant nos pauses entre les cours,  alors au moins, là on avait le temps de papoter un peu tous les deux, des trucs banales et surtout de raconter à l'autre sa journée. C'était mon meilleur ami depuis que j'étais arrivée ici, à Los Angeles, alors ça valait de soi que ce soi le premier au courant de ma mise en couple avec le fameux Zackary Larson. "Ouais, comme dab." Commençai-je donc par lui dire quand il me demandait comment c'était passée ma journée, même si j'aurai toujours cette chose à lui raconter. J'attendrais qu'on soit chez moi pour plus de discrétion. Ce n'était pas rien quand même. "Ah mais, il est chiant de toute façon. Avec sa bouche qui pue le camembert. Je connais ça, je l'avais l'année dernière, heureusement que je ne me retape pas cette année." Dis-je donc à mon ami en éclatant de rire. Il y avait des profs avec qui franchement ça ne pouvait pas passer, bah avec Monsieur Lincoln, c'était le cas. Même si je m'étais toujours bien comporté devant lui pour faire genre d'être une élève modèle, comme je savais si bien le faire. "Ouais, je t'ai même fait un petit signe de la main, t'as même pas regarder. Tu devais probablement avoir la tête ailleurs avec toutes ces filles qui te matent en scred." Dis-je donc en éclatant de rire. Depuis que je connaissais Josh, je savais très bien que la plupart du temps, il était dans la lune. Il s'était créé un petit monde à lui, où il voyait ce qu'il avait bien envie de voir, mais il était toujours gentil et trouvait toujours le moyen de faire rire quelqu'un, il ne pouvait pas s'en empêcher, mais si pour le coup, la plupart du temps c'était moi. Ca n'avait pas d'importance, bien au contraire, je m'amusais toujours bien en sa compagnie. C'était bien pour ça que c'était rapidement devenu mon meilleur ami. On arrivait donc devant nos maisons, j'invitai le jeune homme a venir chez moi pour qu'on puisse continuer de discuter et que j'avais surtout quelque chose de super important à mes yeux, à lui dire. Je devais sauter sur l'occasion de l'avoir entre les mains.

J'attrapai les deux coca qu'on allait boire, après un peu de marche, ça donnait soif. "Tiens." Lui dis-je donc en lui tendant son coca. Puis, je sorti deux verres du placard de la cuisine et lui en donnait un aussi. J'étais en train d'ouvrir mon coca quand le jeune homme me parlait de ses nouvelles chaussures dont je n'avais pas fait attention, puisque je ne lui en avais pas fait de compliment. C'est vrai que pour le coup, je n'avais même pas remarqué. La honte. Ca le faisait pas trop là. "Ah oui, je n'avais même pas fait attention..." Commençai-je par dire un peu honteuse avant de reprendre pour me rattraper. "Eh, elles sont stylés ! Tu as la classe comme ça." Dis-je donc au jeune homme avant de reprendre. "Tu les a eus à combien ? Et tu les a achetés où ?" Oui, je voulais tout savoir. "Il y avait des trucs pour fille ?" Rajoutai-je donc. Peut-être que je pourrais trouver mon bonheur dans son magasin de perles rares, qui sait.

Je ne savais pas trop comment il allait prendre la chose. Après tout c'était mon meilleur ami, alors je pense qu'il serait tout simplement content pour moi. Du moins, ça serait logique non ? Par contre, je n'allais peut-être pas lui dire la chose de but en blanc, il fallait que je le fasse un petit peu miroiter quand même, sinon ce n'est pas drôle. "Tu vois c'est qui Zackary Larson ? Super populaire au lycée ?" Lui demandai-je donc avant de reprendre, sans vraiment lui laisser le temps d'en placer une en fait parce que j'étais tellement contente, ce n'était pas difficile à deviner rien qu'à dire son nom, j'avais un sourire qui arrivait jusqu'aux oreilles. "Il est venu me parler aujourd'hui." M'exclamai-je donc toujours avec se sourire. "Il est trop mignon." Rajoutai-je donc à la scène qui s'était passée entre nous deux quelques heures plus tôt.

BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh McCarthy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/10/2016
MESSAGES : 1841

MessageSujet: Re: L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient ft. Josh&Sid   Mer 16 Aoû - 20:55



Sidney & Josh



L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient



Faire le chemin du retour à la maison en compagnie de Sidney était toujours le meilleur moment de la journée. Qu’il fasse chaud avec le chant des oiseaux, qu’il pleuve avec le partage d’un parapluie, ou qu’il neige avec un combat de boules de neige. Cela nous permettait de nous retrouver qu’entre nous, partager ce chemin après les cours, soufflant après une longue journée de travail. Enfin, en vérité, ce qui me fatiguait le plus n’était pas les cours mais bel et bien l’entraînement de football. Les cours, c’était plutôt facile. Etant plus jeune, on m’avait détecté un quotient intellectuel des plus élevés qui me permettait d’apprendre rapidement, mémoriser facilement et réutiliser quand je le souhaite. Si j’utilisais cette faculté ? Oui, intérieurement, je comprenais tout. Extérieurement, je jouais à l’imbécile heureux en prétendant rater mes examens, être nul comme un pied et allait même jusqu’à prétendre avoir de mauvaises notes. En réalité, j’étais un élève surdoué, avait de plutôt bonnes notes et avait de grandes chances d’aller une université des plus prestigieuses du pays, tout en intégrant directement l’équipe de football américain de l’université sans aucun problème, prenant également le fabuleux de quarterback que je campais depuis plusieurs années déjà. Ils y en avaient bien qui avait tenté de prendre ma place, mais j’étais irremplaçable, que voulez-vous. « Ouais, je t'ai même fait un petit signe de la main, t'as même pas regarder. Tu devais probablement avoir la tête ailleurs avec toutes ces filles qui te matent en scred. » répondait la belle blonde alors que je lui demandais si elle m’avait vu sur le terrain tout à l’heure. « Un signe de main ? Je devais plutôt être concentré sur le match, haha. » répondais-je, accompagné d’un rire gêné. Gêné de ne pas avoir vu son geste, ni de ne pas y avoir répondu. Mais elle m’avait regardé. Elle m’avait regardé, et fait un signe… Rien que cela me rendait heureux comme un abruti. En tout cas, elle avait raison sur un point : j’étais observé par plein d’autres filles. Mais je ne voulais qu’elle.

Je renversais le coca-cola dans le verre, qui créait une fontaine de petites bulles passant par-dessus le récipient. Je n’attendais pas une minute de plus pour en boire une gorgée. Il fallait dire que nous n’habitions pas tout près du lycée pour autant. La petite marche faite nous ouvrait l’appétit en plus de nous assoiffé complètement. Ainsi, autour de notre verre, je présentais alors mes baskets à Sidney, comme si c’était une information capitale à côté de laquelle il ne fallait pas passer, sous aucun prétexte. A vrai dire, je les avais achetées simplement parce que je pensais qu’elles lui plairaient. Ridicule ? Certainement. Mais elle me faisait faire des choses ridicules. « Ah oui, je n'avais même pas fait attention... Eh, elles sont stylées ! Tu as la classe comme ça. Tu les as eues à combien ? Et tu les as achetées où ? Il y avait des trucs pour fille ? » Elle en rajoutait des tonnes. Juste un « wow, elles sont super jolies, oui. » aurait suffi. Je n’avais pas demandé autant. Mais je souriais toutefois comme un idiot, fier de lui. « Oh, pas très cher. Tu sais, c’est dans cette boutique qui a ouvert dans la grande rue, à côté du marchant de disques. On pourra y aller la semaine prochaine si tu veux, il y a également des choses pour les nanas. » répondais-je, prévoyant comme un potentiel rencard avec la blonde au passage. Ma foi, je ne loupais aucune occasion.

Finalement, Sidney passait au plus important : l’annonce qu’elle devait me faire. J’étais curieux, hâtif de tout savoir. Que pouvait-elle bien me dire ? Elle avait eu un A au cours d’algèbre ? Elle avait déjà trouvé sa robe, des mois à l’avance, pour le bal de fin d’année ? Elle était en charge de l’organisation du bal du printemps ? Elle avait changé, une énième fois, l’enchaînement de pas de la chorégraphie des pompoms girls, pour qu’elle soit (encore) mieux ? « Tu vois c'est qui Zackary Larson ? Super populaire au lycée ? » Mon regard s’assombri, mes yeux se plissèrent alors que je tentais de comprendre où elle souhaitait en venir. Pourquoi me parlait-elle de Zack ? « Il est venu me parler aujourd'hui. Il est trop mignon. » Ses mots eurent un effet de coup de poignard en plein cœur. C’est comme si je m’étais baladé dans une grotte et que toutes les stalactites m’avaient transpercé d’un coup d’un seul. « Forcément que je le connais. Il est dans l’équipe, je te rappelle. » répondais-je à la cheerleader d’un ton sec. Ouais, le gentil Josh s’était barré en même temps qu’elle avait prononcé le prénom de Zackary. « Enfin, il n’est que running back, hein. Pas la peine d’en faire tout un fromage. Le mieux, c’est quand même d’être quarterback. » ajoutais-je afin de piquer encore plus. Parce que, bon, J’ÉTAIS le quarterback. Et le quarterback est toujours meilleur que TOUS. « Enfin… Peut-être qu’il est populaire... Je n’ai pas fait gaffe. Tu penses ? » dis-je alors en revenant sur le premier point. Toujours moins que moi, c’était une certitude dans tous les cas. Et pourquoi me disait-elle tout cela ? Est-ce que… Il lui plaisait ? « Il me semble qu’il est attiré par les hommes, non ? Je crois que j’ai entendu ça quelque part… » finissais-je par dire, comme une sorte d’attaque indirecte. Ne me dites pas que c’est ce que je pense


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney Warren
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/03/2017
MESSAGES : 289

MessageSujet: Re: L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient ft. Josh&Sid   Mar 17 Oct - 16:05


Josh & Sidney
L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient.

Après ma journée de lycée, la plupart du temps je faisais le retour avec Josh, mon meilleur ami et voisin. Ça nous permettait de nous raconter nos journées, même si on se voyait quand même de temps en temps entre certains cours. On arrivait assez rapidement dans notre rue étant donné qu'elle n'était pas très loin du lycée. J'invitais donc le jeune homme à entrer chez moi, dans l'appartement que je partageais avec ma mère. Ça me fit sourire quand le jeune homme disait qu'il devait plutôt être concentré sur le match qui avait fait dans la journée plutôt que sur les filles qui l'admiraient. Oui parce qu'il y en avait des tas, moi je les remarquais celle-là. Quelques minutes plus tard, le jeune homme me montrait ces nouvelles chaussures qu'apparemment je n'avais même pas remarqué, alors que pourtant elles étaient très belle. Puis tout d'un coup, pleins de questions me traversais l'esprit avant de lui en avoir fait des compliments bien entendus. Je lui demandais donc s'il y avait des chaussures pour filles dans le magasin où il les avaient achetés parce qu'elles étaient vraiment belle, en plus elles lui allaient comme un gant. En plus, s'il les a eu pour pas trop cher, ça pourrait me plaire encore plus. Si je pouvais en trouver à mon goût, ça serait parfait. "Ah c'est super ça." Commençai-je par dire à mon meilleur ami avant de reprendre. "Oui, on pourra y aller." Lui dis-je donc le sourire aux lèvres. Surtout que j'avais bien besoin de nouvelle chaussures, alors si je pouvais trouver chaussure à mon pied, ça ferait parfait pour moi.

J'avais besoin de parler de Zack. Je ne connaissais que Josh à qui je pouvais en parler, après tout c'était mon meilleur ami. Il était évident donc que ce soit le premier à être au courant que le capitaine de l'équipe m'est embrassé. J'étais vraiment trop contente, j'étais aux anges. Oui, c'était bien le cas de le dire. J'avais eu un peu la tête dans les nuages oui. Demander à Josh s'il connaissait Zackary alors qu'ils sont dans la même équipe, forcément qu'il le connaissait, mais j'étais tellement excitée à ce que j'allais lui dire que je me mélangeais un peu les pinceaux. "Ah oui, c'est vrai." Dis-je donc au jeune homme en éclatant de rire. Il devait bien se demander maintenant pourquoi je parlais de lui, qu'est-ce que j'avais qui ne tournait pas rond dans la tête à cet instant précis. Ça me fit sourire, tout comme Josh il était populaire. Je crois bien que c'était les deux garçons les plus populaires du lycée, et c'était pourtant moi qu'il avait choisi. C'était un grand honneur pour le coup. "Mais si, il est populaire. Pleins de filles lui tourne autour aussi." Rajoutai-je donc avec un léger sourire en coin en regardant mon meilleur ami.

Encore une fois je ne pouvais m'empêcher d'éclater de rire quand le jeune homme disait que Zackary était homosexuel. Ça oui, ça me faisait bien rire. Heureusement que je n'étais pas le cas parce que sinon qu'est-ce que j'aurais eu le seum. Ça ne serait vraiment pas de bol vu comment il était super beau, il faisait craquer toutes les filles alors heureusement qu'il n'était pas attiré par les hommes oui. "Mais n'importe quoi." Dis-je donc. C'était les seuls mots qui pouvaient sortir de ma bouche pour l'instant. J'étais toujours en train de rigoler tellement je ne comprenais pas ce qui pourrait lui faire penser une chose pareille. "Et je peux te le confirmer puisque... Puisqu'il m'a embrassé." Dis-je donc au jeune homme avec un sourire qui s'afficha sur mon visage avant de reprendre. "C'était ça qu'il fallait que je te dise." Rajoutai-je donc en buvant une gorgée de mon coca en attendant une réaction de la part du jeune homme.
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'amour est comme le vent, on le sent, même si on ne sait pas d'où il vient ft. Josh&Sid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A comme Amour, A comme Astrid
» Lenaïc ; L'amour c'est comme une fleur, on la plante, elle grandit et puis une vache arrive et tout est fini.
» Black Pearl, changeante comme le vent...
» Ambre libre comme le vent ! |Indien
» ( Diarie) Je suis libre comme le vent ( rp fini !!) :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: J'ignore de le savoir :: Des fois, t’as pas un peu envie de pas rien faire ? :: Flashback-