Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana   Ven 7 Juil - 13:17

When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. You can follow me and I will not desert you now
Matthew ∞ Ellana
Ma mère tient absolument à ce que je vois un psy, quelqu'un qui saurait trouver les bons mots afin de me relever. Le fait est que je ne parle pas, je passe trente minutes à regarder les décors, à l'écouter me parler des symptômes d'être veuf, de la perte d'un être cher aussi. Il vérifie aussi que je n'ai pas des tendances suicidaires. Il est vrai que j'y ai pensé avant, mais je me suis sauvée aussi. Si j'avais eu envie d'en finir, j'aurais très bien pu le faire en Angleterre. Rien ne m'aurait retenu. Venir aux États-Unis était pour moi une façon de ne pas me laisser sombrer. Et puis je l'ai promis à Matthew. Je ne l'oublie pas, et je ne me laisserais pas aller dans une tombe avec lui. Il n'aurait pas voulu ça, je sais qu'il aurait voulu que je me batte. Alors, même si je suis pathétique en ce moment, si tout me semble fade et insipide, j'essaye de reprendre goût à la vie.
Je pense que, même si je ne dis rien, il a vu cela. Pour m'aider à traverser cette période difficile, je suis sous antidépresseur. Je ne pensais pas qu'un jour cela m'arriverait, j'ai l'impression d'être encore plus molle, moins active et je n'aime pas ca. J'ai pour habitude d'être tellement active, de bouger partout, surtout quand je cuisine. Je crois que la cuisine me manque, mais je n'ai plus le cœur à cela. A vrai dire, ce soir j'ai le cœur à absolument rien du tout. Matthew est parti en France avec Héloïse, il m'appelle tous les soirs et cela me fait chaud au cœur. Je suis heureuse pour lui, vraiment. Il mérite le bonheur depuis tellement longtemps, et la vie amoureuse a été tellement cruelle que je suis heureuse de voir qu'il a enfin trouvé une personne qui le mérite, douce, tendre et qui l'aime pas pour son argent et son nom, mais bel et bien pour ce qu'il est.
D'un autre côté, je ne peux m'empêcher d'envier cette histoire, cet amour si jeune, si beau et pure. Pourquoi ? Parce que cela me rappelle ce que j'ai pu vivre avec James, mais surtout ce que j'ai perdu. J'aime mon frère plus que tout, mais je n'y arrive toujours pas. Je pense qu'il le sait. Je remarque à quel point il choisit bien ses mots, il me raconte ou non des choses afin de me ménager. Je le remercie d'être aussi attentif avec moi et j'espère redevenir vite moi-même. Quelqu'un de généreux et non dévoré par une jalousie malsaine.
Mais en attendant, il n'est pas là et je peux me laisser aller, je crois. J'ai pris des cachets, je n'ai plus compté combien. Je sais que j'ai pris une dose un peu élevée, mais rien de bien méchant. Mes jours ne sont pas en danger, je ne veux pas faire cela.
Assise sur le canapé, la fameuse boîte ouverte, je lis encore et encore ses lettres. Je sais que je ne devrais peut-être pas faire cela aussi souvent, que cela ne doit pas m'aider, pourtant j'ai l'impression d'être proche de lui. C'est son écriture, ce sont ses mots. Il a pensé cela, écrit cela, ses mains ont touché ce papier que je touche maintenant. Les larmes coulent encore et encore sur mon visage. Je me demande encore comment je peux pleurer après tout ce temps, après toutes ses larmes et ses cris. Je sens mon souffle se faire plus rapide et je décide d'appeler Matthew. J'ai besoin d'entendre sa voix, j'ai besoin qu'il me rassure. Seulement il ne répond pas... je rappelle une seconde fois et je tombe directement sur la messagerie. Je n'ai même pas pensé à la date, je ne songe même pas au fait qu'il est certainement dans l'avion de retour. Non, en cet instant je me sens encore plus seule et une solution me vient en tête.
Boire.
Je sors la bouteille de whisky. J'ai toujours détesté cela, mais c'était la bouteille de James. Je ne devrais peut-être pas la boire, mais elle est la seule bouteille d'alcool que j'ai. Je l'ouvre, prends une gorgée et fronce le nez. Je lâche un léger grognement, c'est ignoble mais, étrangement, j'ai l'impression que cela adoucit mon cœur. Je me rassois sur le tapis, par terre, dos contre le canapé et prends une gorgée, puis une autre. Je pioche une autre lettre, la lit, pleure, bois, c'est un rituel que je fais jusqu'à terminer la bouteille sans véritablement m'en rendre compte. Je sens que mes paupières sont lourdes et que mon cerveau flotte au-dessus de moi. C'est une sensation étrange, mais en même temps c'est agréable. J’essuie rapidement les larmes sur mes joues, du moins j'essaye avant de m'allonger sur le tapis. Il est doux, comme une caresse ou encore un câlin. Je me sens trembler un peu, j'ai soudainement si froid, mon souffle se fait plus saccadé et je me laisse happer par l'obscurité.
Depuis combien de temps je n'ai pas dormi ?..
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Matthew McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 13/03/2016
MESSAGES : 2489

MessageSujet: Re: When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana   Sam 5 Aoû - 22:32

Rien ne pouvait déloger Matthew de son petit nuage. Pourtant, bien que romantique, l’auteur était un homme pudique et réservé. Il n’était pas du genre à montrer ses émotions, hormis quand il était en colère. Dès lors qu’il s’était levé du mauvais pied, la terre entière était en courant. Mais là, il se montrait plus aimable que d’ordinaire, il souriait plus que de raison et il irradiait de bonheur. Ce n’était pas gagné quelques semaines auparavant. Deux semaines avant, il était épuisé de travail, fatigué des efforts que fournissait son père pour contrecarrer ses plans et découragé de ne plus avoir une minute pour profiter de sa petite amie. Quelquefois, il rentrait si tard qu’il la trouvait endormie sur le canapé alors qu’elle lui avait fait la surprise de venir le voir à la sortie de son travail. Malheureusement, ses heures supplémentaires n’avaient fait que s’accumuler. Dépité, il n’osait la réveiller et il la transportait seulement dans son lit pour qu’elle puisse poursuivre plus confortablement sa nuit. Malgré tout, même endormie, sa présence lui faisait un bien fou pour ne pas exploser. Pourtant, travailler sans s’arrêter avait été son crédo durant de nombreuses années. Il ne s’arrêtait jamais, n’en ressentant pas le besoin. Son univers entier était consacré à la maison d’édition. Un véritable bourreau du travail. Mais désormais qu’il y avait une personne bien plus importante dans sa vie, il relâchait la pression concernant son travail. Il souhaitait accorder plus de temps à Héloïse, car c’était avec elle qu’il voulait construire quelque chose. De plus, avec la situation tendue avec son père, il s’attendait à tout moment à perdre la maison d’édition et sa situation. Cette perspective ne l’effrayait en rien. Il savait ce qu’il désirait. Entre sa carrière et sa petite amie, le choix était vite fait. Il préférait donc privilégier cette dernière pour ne pas le perdre en même temps qu’il pourrait se retrouver dépossédé de ses biens.
Mais pendant deux semaines, il n’avait plus eu à songer à toutes ces considérations. Il ne se demandait plus à quelle heure il allait rentrer le soir. Il ne s’angoissait plus de se demander si cette situation n’allait pas épuiser la patience d’Héloïse. Il n’avait plus à vérifier ses mails toutes les minutes, ni même à suivre des dossiers d’auteurs bien trop capricieux. Il n’avait plus à supporter la mauvaise humeur de son père et cette manière insupportable qu’il avait de rentrer dans le bureau de son fils sans un mot pour y déposer du travail supplémentaire. Autrefois, Matthew ne se serait pas laissé faire. Il aurait envoyé balader son père, ou il aurait tout refourgué dans les bras de son stagiaire. Sauf que là, c’était sa relation avec Héloïse qui était en jeu. Il souhaitait lui prouver que cette histoire était sérieuse et qu’il ne se laisserait pas décourager par toutes ses stratégies. Mais à Paris, plus besoin de tout ça. Il avait passé deux semaines paradisiaques où sa petite amie avait tout prévu afin qu’ils puissent profiter à fond. Il en venait à se dire qu’il avait vraiment une copine exceptionnelle et parfaite. Ils avaient même pu se pencher ensemble sur les recherches d’appartement puisqu’ils emménageraient bientôt tous les deux. Matthew avait grande hâte de pouvoir partager sa vie avec elle. Ellana pourrait d’ailleurs prendre sa place auprès de June afin de ne pas rester seule. Il savait qu’elle n’appréciait pas l’appartement de sa mère lui avait trouvé. Il la comprenait tout à fait, puisque sa cadette avait toujours eu des goûts simples et modestes. L’appartement de Matthew et June était tout aussi luxueux, mais il détenait une chaleur que l’autre ne possédait pas. Il comptait d’ailleurs en parler à Ellana dès lors que leur avion atterrirait et qu’il viendrait lui rendre visite.

« Je crois que si je pouvais, je prendrai le prochain vol pour n’importe quelle autre destination avec toi. » affirma Matthew à Héloïse, un sourire tendre sur les lèvres. Ils étaient en train d’attendre leurs valises devant le tapis roulant. Il l’enlaça doucement, venant capturer ses lèvres. Il n’avait aucune envie de la quitter, sauf qu’ils devaient rentrer respectivement chez eux pour déposer leurs affaires. Puis ils devaient se retrouver pour un repas de famille chez les Bennett. Quelques minutes plus tard, ils attendaient un taxi qui les emmena loin de l’aéroport. La brune fut déposée en premier. Matthew donna son adresse au chauffeur en même temps qu’il était en train de rallumer son portable. Il s’aperçut alors qu’il possédait plusieurs appels en absence d’Ellana. Il fronça les sourcils et son cœur se serra. Généralement, ce n’était pas dans son habitude se montrer aussi insistante. Quand elle appelait autant, c’est que quelque chose n’allait pas. Un message vocal avait été laissé. Il l’écouta, bien compris à peine ce qu’elle balbutiait entre ses pleurs. « Changez de route. Allez à Hollywood. » Il donna l’adresse exacte, plus angoissé que jamais. Il eut l’impression de mettre une éternité avant d’atteindre le logement de sa sœur. Il paya le chauffeur en toute hâte, récupéra ses affaires et s’élança vers la résidence. Heureusement, il possédait un double des clefs. Il fut rapidement à l’intérieur. Il délaissa ses bagages dans l’entrée. « Ellana ! » appela-t-il à travers tout l’appartement. Il accourut vers le salon où il aperçut une forme recroquevillée parterre. Sa sœur. Et autour d’elle, une bouteille de whisky presque vide posée sur la table ainsi qu’une boîte de cachets, et des lettres éparpillées tout autour d’elle. Il n’avait pas besoin d’en lire une pour savoir de qui elles étaient. Il s’agenouilla à côté de la blonde, la retournant sur le dos. Elle était inconsciente. Il la secoua légèrement. « Ellana ! Ellana, réponds-moi ! » Sauf qu’elle ne se réveillait pas. Il se mit à craindre le pire. Sa peau était glacée. Posant son oreille contre sa poitrine, il décela un faiblement battement de cœur. Il n’attendit pas une seconde de plus pour attraper son téléphone et composer le numéro des urgences. D’ici quelques minutes, ils seraient là pour l’emmener à l’hôpital. Entretemps, il la mit en position de sécurité. « Bon sang, qu’est-ce que t’as fait ? Réveille-toi ! » dit-il d’une voix éteinte à cette forme endormie. Et lui, quel idiot de ne pas avoir été là. Il s’était laissé happer par son propre bonheur. Pétri d’angoisse, il lui sembla qu’une éternité s’était écoulée avant qu’il n’entende les sirènes de l’ambulance.

Moins d’une demi-heure plus tard, ils étaient tous les deux à l’hôpital. Matthew subit la longue attente de ne pas savoir ce qu’il se passait de l’autre côté de la porte. Il aurait aimé être à côté d’elle tout le long. Un médecin était venu le voir pour lui expliquer qu’une trop forte ingestion d’anti-dépresseurs et d’alcool avait causé un malaise. Ils pratiquaient un lavage d’estomac qu’ils espéraient efficace. Il en profita pour appeler Héloïse pour la prévenir de ce qu’il s’était passé et qu’il ne pourrait pas être présent pour le repas de ce soir. Il avait désespéramment besoin d’entendre sa voix, de l’écouter le rassurer. Elle voulut le rejoindre mais il insista pour qu’elle profite de sa famille après deux semaines d’absence. Il viendrait la voir dès que l’état de sa sœur serait stable. Il raccrocha quand un médecin vint auprès de lui. « Nous sommes parvenus à stabiliser l’état de votre sœur. Vous êtes arrivé à temps avant qu’il ne puisse y avoir de graves répercussions sur la patiente ou le bébé. » Un froid s’insinua dans le corps de Matthew. Il en perdit la parole pendant quelques secondes où il dévisagea le médecin. « Le… le bébé ? » - « Oui, Mademoiselle McGregor est enceinte. Vous n’étiez pas au courant ? » Le poète ne répondit pas, assommé par la nouvelle. Sa sœur pouvait-elle être au courant de son état ? N’aurait-elle pas supporté de porter l’enfant de James et elle aurait essayé de… Non, il ne pouvait penser qu’Ellana soit désespérée au point de faire cela. Il n’y croyait pas. « Est-ce que je peux la voir ? » - « Oui, elle se repose dans une chambre. Elle dort encore, il faut la laisser se reposer. » Matthew hocha la tête et se dirigea vers la chambre indiquée. Ellana s’y trouvait, encore inconsciente et raccrochée à une multitude de machines. Deux moniteurs représentaient les battements du cœur. Celui d’Ellana. Et celui du bébé. Il s’approcha prudemment, apportant une chaise pour s’asseoir à côté d’elle. Il se mit à songer à cette vie qui grandissait dans le ventre de sa sœur. L'enfant de James et d'Ellana. Il en était malade de chagrin. Et patiemment, il attendit qu’elle se réveille.
Plusieurs heures s’écoulèrent où Matthew s’assoupit avant qu’un mouvement à côté de lui ne le tire de sa somnolence. « Ellana… » souffla-t-il doucement en venant prendre sa main pour qu’elle reprenne pleinement conscience. Ses cils blonds battaient faiblement. Au cœur de la nuit, il n’y avait que l’éclat faible d’une lampe de chevet qui les éclairait. « Comment tu te sens ? » s’enquit-il aussitôt, serrant plus fort ses doigts entre les siens. Il avait eu tellement peur de la perdre mais il ne parvenait pas à le formuler correctement. « Pourquoi tu as fait ça ? » Il ne put s’empêcher de le demander, la voix légèrement brisée. Il avait besoin d’entendre qu’elle n’avait jamais voulu ça, qu’elle ne voulait pas les quitter malgré le chagrin. Dire qu’il avait promis d’être toujours là pour elle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: Re: When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana   Dim 6 Aoû - 17:32

When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. You can follow me and I will not desert you now
Matthew ∞ Ellana


Assise dans l'herbe, je place ma main au-dessus de mes yeux afin de cacher le soleil. Au loin, James s'approche de moi avant de s'asseoir à côté de moi. Je pose ma tête contre son épaule alors que je sens ses lèvres venir sur mes tempes. Je ferme les yeux, en paix avec moi-même ainsi que ce qui m'entoure. Je pose finalement mon menton sur son épaule et il m'observe. Sa main joue avec une mèche de cheveux qu'il replace derrière mon oreille. On reste comme ça un moment, laissant le soleil ainsi que le vent caresser nos visages. Pas besoin de parler entre nous de toute façon, on se connaît par cœur, deux amants en parfaite symbiose.
- Je pense que ce sera un petit garçon.
Je pouffe de rire alors que sa main glisse dans mon cou avant de venir sur mon ventre rebondi.
- Pourquoi ?
- Car j'ai besoin d'un homme fort pour pouvoir prendre soin de toi.
Je lève les yeux au ciel en souriant.
- Et si c'est une fille.
- Alors j'aurais la chance d'avoir les deux plus belles princesses au monde.
Je l'embrasse attendris et follement amoureuse. Je finis par plonger mon regard dans le sien, comme si je voulais capturer cet éclat si particulier de ses yeux bleus en mémoire.
- Nous allons être les parents les plus heureux au monde.
- Oui... Tu seras une merveilleuse mère... Mais maintenant, tu dois te réveiller...



Je fronce le nez légèrement, une sensation étrange dans la bouche. Mon estomac me tire un peu, et j'ai l'impression d'être complètement engourdi. Mon dos me fait un peu mal, le matelas n'est pas aussi confortable que d'habitude... D'ailleurs, comment je suis arrivée sur mon matelas... La dernière chose dont je me souviens est d'avoir bu le whisky de James ainsi que d'avoir appelé Matthew sans succès. Je finis par cligner des yeux, laissant ma vision s'acclimater à la faible luminosité. Je fronce les sourcils, regardant autour de moi ces murs trop blancs et puis, ces machines qui semblent m'entourer, cherchant à comprendre où je suis. Mon regard se pose alors sur Matthew, assis sur un siège à côté de mon lit. Je crois que mes mouvements l'ont réveillé lui aussi.
- Ellana...
Sa main glisse dans la mienne et je le regarde droit dans les yeux. C'est la seule chose qui me rassure en ce moment, familière, tendre, et je ne veux plus le lâcher.
- Matthew ? Je... Qu'est-ce qu'il s'est passé ?..
- Comment tu te sens ?
Je sens sa main me serrer un peu plus et j'essaye d'interpréter son geste. Comme s'il ne voulait pas me lâcher, ou encore s'assurer que je suis bien présente. Je réfléchis sincèrement à sa question, voyant de l'inquiétude dans son regard. Je me dois alors de lui dire la vérité, ne laissant ainsi aucun faux-semblant entre nous.
- Je me sens un peu... fatiguée, j'ai mal au ventre et j'ai un goût affreux dans la bouche, je dis avant de faire une légère moue dégoûtée.
Le silence s'installe de nouveau alors qu'on se regarde. J'essaye de remettre les morceaux du puzzle dans ma tête, mais cela semble encore trop flou.
- Pourquoi tu as fait ça ?
- Ca ? Je demande, interdite, sans comprendre la tournure de sa question.
Mais les morceaux s'emboîtent peu à peu, permettant de créer un récit plus ou moins plausible dans ma tête. Je me souviens avoir laissé le noir me happer alors que j'étais allongée sur le tapis. Je détourne le regard, me sentant soudainement honteuse de cette soirée et de m'être laissée aller aussi faiblement.
- Je... J'étais triste... Comme chaque soir... Je sens les larmes me monter aux yeux en pensant à James, comme à chaque fois aussi... J'ai pris un cachet, le psy m'a dit que cela pouvait me calmer dans des moments de crises... Mais ce n'est pas passé alors j'en ai pris un deuxième... Je crois que j'en ai pris deux ou trois de plus... Mais ça ne passait toujours pas... Comment peut-il penser que des pilules peuvent arranger les choses et nous faire oublier notre profonde tristesse... Je lisais ses lettres... Encore je sais... Et j'ai pris la bouteille pour m'apaiser et je l'ai bu... Je voulais dormir alors je me suis allongée et...
Je laisse les larmes couler sur mes joues.
- Je suis désolée Matthew de t'avoir fait peur... Je ne voulais pas... Je voulais juste dormir un peu... afin de ne pas être triste ne serait-ce que quelques heures... Je t'ai appelé... Je voulais entendre ta voix mais... tu n'as pas répondu... Je hais être comme ça tu sais... Mais il me manque tellement... je murmure, ma voix se brisant sur la fin.
Je ne le regarde toujours pas, mais je serre sa main, lui exprimant à quel point je suis désolée mais aussi que j'ai besoin de lui et que je suis heureuse de l'avoir auprès de moi, dans cet espace inconnu qui me fait presque peur.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Matthew McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 13/03/2016
MESSAGES : 2489

MessageSujet: Re: When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana   Mer 30 Aoû - 11:12

Matthew ne parvenait plus à comprendre le geste de sa sœur. Qu’elle soit malheureuse, il le concevait. Ne serait-il pas anéanti si Héloïse venait à disparaître de son existence ? Il ne serait plus que l’ombre de lui-même. Une âme errante sans but et sans avenir. Un pâle reflet de lui-même. Mais n’avait-il pas promis d’être toujours là pour elle ? Ne lui avait-il pas assuré qu’elle ne serait jamais seule ? Il n’était pas le seul à se montrer présent. June était là, ainsi que ses parents. Il comptait plus sur la compassion de sa mère que de son père, mais c’était sa famille malgré tout. Toutefois, elle l’avait fait. Ce geste d’autodestruction. Cette volonté d’en finir avec cette vie où elle souffrait terriblement. Il aurait pu lui en vouloir, mais c’était à lui-même qu’il en voulait affreusement. Il promettait d’être présent, alors qu’il ne l’était pas. Il lui avait assuré qu’elle ne serait jamais seule, et il y avait failli à sa parole. Depuis toujours, Matthew s’était donné pour mission de protéger ses sœurs, d’être celui qui les épaulerait quoi qu’il puisse advenir. Il l’avait déjà eu fait en s’opposant à son père. Concernant Ellana, il n’avait pas une seule fois remis en doute la décision de sa sœur quand elle avait exprimé son souhait de se marier à James. Un simple soldat. Un roturier qui n’aurait rien d’autre à lui offrir d’une vie simple. Mais en quoi était-ce si mal ? Ce que son père ne pouvait concevoir, Matthew tentait toujours de lui faire comprendre. Il ne gagnait pas toujours, mais il ne renonçait jamais. Souvent, dans leur enfance, l’auteur avait menti, s’accusant d’une bêtise que June ou Ellana avaient pu faire. Il se moquait bien de la punition, de ce qu’il pouvait advenir tant que ses sœurs étaient heureuses. En laissant Ellana au bras de James, il s’était convaincu qu’il serait l’homme qui saurait prendre le relais pour lui. Bien entendu, il l’avait étudié longuement afin de s’assurer qu’il serait un homme bien pour sa cadette. Il n’avait pas été un homme tendre avec le soldat, mais à force de preuves, il avait su lui faire changer d’avis. Quand Matthew avait dû quitter l’Angleterre en y laissant sa sœur, il l’avait fait avec la certitude qu’elle serait entre de bonnes mains. Mais voilà qu’une mort venait de tout chambouler… celle de James, amenant un vide immense dans l’existence d’Ellana, une douleur indicible. Matthew ne pouvait comprendre une telle douleur, mais il pouvait cependant la concevoir rien qu’en s’imaginant perdre Héloïse. Elle n’était pas sa femme, mais il en était presque de même. Un avenir sans elle lui paraissait inconcevable. La perdre n’était pas une option. Il avait désespéramment besoin d’elle comme Ellana avait besoin de son mari. Était-ce pour cela qu’elle venait de commettre un acte aussi désespéré ? Était-ce pour cela qu’elle avait envisagé de le rejoindre tout là-haut ?

Matthew en était malade d’incertitude. Dans sa main, il tenait les doigts froids de sa sœur en songeant à cette vie qui naissait au creux de son ventre. Son regard s’arrêtait longuement sur le moniteur qui pulsait au rythme assidu des battements du cœur du fœtus. Ellana était enceinte… aurait-elle pu ne jamais supporter la nouvelle ? Ne pas se sentir capable d’élever cet enfant qui lui ferait penser à James chaque seconde ? Torturé de questions, il finit par s’assoupir avant qu’un mouvement ne l’éveille. Ellana était en train de reprendre connaissance. Il se redressa, venant serrer sa main dans la sienne. Elle devait reprendre ses esprits, mais il brûlait de lui poser mille questions. Visiblement, elle ne savait pas ce qu’il s’était passé. Mais au lieu de lui expliquer, il chercha à savoir comment elle allait. La fatigue la tenaillait, c’était normal. Rien cependant qui pouvait alarmer. De toute manière, il allait bientôt appeler une infirmière. Sauf qu’il n’en tenait plus. Il fallait qu’il sache, alors lui demanda… pourquoi avait-elle fait cela ? Pourquoi tenter de mettre fin à ses jours ? Au départ, elle ne parut pas comprendre et Matthew fut décontenancé par ses yeux hagards. Il vit dans son regard qu’elle reprenait le fil de l’histoire. Attentivement, il l’écouta, resserrant un peu plus chaque fois sa main sur celle de sa sœur. Pour la réchauffer. Pour lui prouver qu’il était là. Pour la soutenir malgré tout. Une bouffée de soulagement s’empara de lui quand il découvrit qu’elle n’avait aucune intention d’attenter à sa vie. Bien que le résultat restait le même, il n’aurait pas supporté qu’elle puisse songer un jour vouloir quitter cette vie. Elle avait encore tellement de belles choses à vivre. Une autre vie à mener. Et puis… cet enfant qui serait bientôt à naître. Ses yeux s’emplirent de larmes. « Ellana… je suis tellement désolé. J’aurai dû répondre à tes appels. Je t’avais promis d’être là… » Mais les appels ne passaient pas dans l’avion. Néanmoins, il ne se cherchait pas d’excuses pour cette situation. Il en incombait la responsabilité. Cependant, il avait eu si peur en la trouvant étendue par terre. Il préféra le taire pour ne pas l’accabler plus. Il porta sa main à ses lèvres pour les embrasser avec une tendresse fraternelle. « Je sais qu’il te manque, Ellana… Quelle épouse serais-tu s’il ne te manquait pas… ? Mais désormais, tu dois voir les choses autrement. Tu ne peux plus te laisser aller ainsi. Ce n’est pas bien… » Pour le bébé. Matthew abordait une question délicate sans savoir si la principale intéressée était au courant de son état. Il chercha une réponse dans les yeux de sa sœur, mais ils n’étaient qu’un océan de larmes. Pourtant, il ne lui sembla pas qu’elle comprenait où il voulait en venir. Il tira légèrement sur son bras pour attirer son attention et qu’elle le regarde enfin. « Ella… je ne sais pas comment te dire ça. Je ne sais même pas si tu le sais ou non… Quoi qu’il advienne, sache que je serai là pour toi. Pour vous. Plus jamais, tu ne seras seule. » Il se confronta au regard interloqué de sa cadette. Manifestement, elle ne savait rien. Il conserva longuement le silence, mais admit rapidement que c’était à lui d’annoncer une telle nouvelle. Pas de la bouche d’un inconnu. Pas de la bouche de quelqu’un qui ne comprenait de quoi il en retournait véritablement. « Tu es enceinte, Ella… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Ellana McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 232

MessageSujet: Re: When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana   Lun 4 Sep - 17:54

When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. You can follow me and I will not desert you now
Matthew ∞ Ellana
Les images me reviennent, la profonde tristesse avec. J'ai beau sentir la main de Matthew tenter de me réchauffer, j'ai tellement froid. Je sens mon cœur battre plus lentement, je frissonne alors que je repense à cette envie de dormir. Et puis il y  a ce rêve avec James, cette sensation de me sentir si bien à ses côtés et maintenant je suis arrachée à cette vision. Je suis de nouveau dans cette réalité qui me brise le cœur, dans cette réalité qui fait que j'ai pris trop d'antidépresseur, cette réalité qui fait que je suis en dépression...
Je hais cette réalité qui fait que je suis aux Etats-Unis, celle qui fait que je suis veuve, celle qui fait que je suis tellement malheureuse que je me sens parfois capable de faire des choses qui m'effrayent dans le fond. Je hais cette réalité qui fait de moi cette personne que je ne suis pas, vide, fade, sans sourire. Je hais cette réalité qui fait que je lis dans le regard de mon frère que j'aime tant cette inquiétude si forte. Pourtant c'est ma réalité, et je ne peux rien faire si ce n'est tenter de vivre avec...
- Ellana… je suis tellement désolé. J’aurai dû répondre à tes appels. Je t’avais promis d’être là…
Je secoue la tête. Il n'a pas à s'excuser, il n'a pas à prendre le blâme. Oui je l'ai appelé parce que j'avais besoin de lui, et comme il ne répondait pas j'ai pris cet alcool... Mais je refuse qu'il se donne le blâme pour ce que j'ai fais la nuit dernière.
- Et tu tiens cette promesse en étant là...
Je n'ose imaginer ce qu'il se serait passé si je m'étais réveillée toute seule. Je préfère ne même pas y penser, mon cœur est assez lourd comme ça en cet instant. Je le regarde, toujours un peu dans les vapes d'une certaine manière, alors qu'il embrasse ma main. Ce geste tendre m'englobe le cœur de quelque chose dont j'ai tellement besoin, d'un peu de tendresse. Je souris timidement et serre sa main.
- Je sais qu’il te manque, Ellana… Quelle épouse serais-tu s’il ne te manquait pas… ? Mais désormais, tu dois voir les choses autrement. Tu ne peux plus te laisser aller ainsi. Ce n’est pas bien…
Je me mordille la lèvre inférieure, honteuse et je détourne la tête. Ce n'est pas bien, et pourtant je n'arrive pas à regretter ce que j'ai fais. Je voulais juste dormir et j'avais mal... Si mal... Sans cela je me demande si j'aurais pu survivre... littéralement. Seulement, l'entendre me parler ainsi me fait un peu de la peine. J'ai l'impression d'être sermonnée, je sais qu'il fait ça pour mon bien mais je n'y arrive pas... pas toute seule... Je me contente alors de répondre la seule chose dont je suis capable :
- Je sais...
Mais cela ne veut pas dire que je sais comment m'en sortir...
- Ella… je ne sais pas comment te dire ça. Je ne sais même pas si tu le sais ou non…
Je me tourne vers lui, me sentant soudainement inquiète, j'ai presque l'impression de pâlir (si c'est encore possible).
- Quoi qu’il advienne, sache que je serai là pour toi. Pour vous.
Pour nous ?
- Plus jamais, tu ne seras seule.
Je ne comprends rien à ce qu'il me dit. En vérité, j'entends tout simplement qu'il va être là pour moi, se montrer plus prudent d'une certaine manière. Je le regarde droit dans les yeux, cherchant à comprendre ses mots. Je ne me fais que des interprétentations sans réellement comprendre de quoi il s'agit...
- Tu es enceinte, Ella…
Je cligne des yeux rapidement, laissant les mots venir à mon cerveau. Pourtant j'ai bien entendu mais je n'arrive à faire aucun mouvement.
Enceinte...
C'est ce qu'on voulait créer ensemble à son retour qui aurait dû se faire dans deux mois à présent. Pourtant Matthew affirme que je le suis déjà. Soudainement, je m'attarde sur les petits bips qui m'agacent tant depuis mon réveil. Je sais pourquoi maintenant, ils sont trop nombreux, trop rapides aussi. Je tourne mon visage vers le moniteur... Ou plutôt les moniteurs... Cette chose qui semble battre si vite est... Son cœur ?..
Je sens mon souffle se faire plus vite, j'ai l'impression que je vais suffoquer et soudainement, je ne tiens plus. J'éclate littéralement en sanglots. C'est la seconde fois que Matthew me voit dans un état pareil. Je pleure cette nouvelle qui devrait en être une bonne mais qui me semble insoutenable en cet instant. Je pleure le fait que mon mari ne saura jamais qu'il a un enfant, qu'il m'a donné la chance de donner la vie. Il ne saura jamais qu'il est père, il ne saura jamais qu'il m'a laissé une famille... Mais ce qui me tue certainement le plus est de savoir que cet enfant ne connaîtra jamais son père, qu'il n'aura jamais la chance d'entendre sa voix, de se voir dans son regard, de le serrer contre lui. Cet enfant n'aura jamais de père, et mon cœur se brise encore plus que je ne l'aurais cru capable. Je me recroqueville sur moi-même alors que je pleure, que j'hurle aussi, que j'aimerais prendre cette nouvelle comme un espoir, mais que je le prends comme une gifle pour l'instant, comme un coup de poing, comme un nouveau coup de poignard dans ma poitrine. Je porte son enfant, et tout ce qui m'occupe l'esprit et son absence, plus forte que jamais en cet instant...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Minion
Matthew McGregor
Team Minion
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 13/03/2016
MESSAGES : 2489

MessageSujet: Re: When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana   Mer 13 Sep - 22:27

Matthew ne savait pas comment lui annoncer une telle chose. Une multitude d’émotions se confondaient en lui. Il ne parvenait pas à se détacher de cette culpabilité immense de n’avoir pas été présent. Il n’imaginait même pas ce qui aurait pu se passer s’il n’était pas rentré ce soir, s’il n’avait pas décidé de se rendre chez elle. Qui d’autre serait venu la voir et combien de temps serait-elle restée dans cette situation sinon ? Et pire encore, que serait-il advenu du bébé ? Car désormais, il avait un nouveau petit être dans l’équation. L’éditeur ne parvenait pas à déterminer s’il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise chose. Tout en lui criait que cela ne ferait qu’ajouter à sa douleur. Cet enfant, si elle décidait de le garder, ne ferait que lui rappeler un peu plus l’homme qu’elle avait perdu. Et en même temps, ce bébé constituait un nouvel espoir pour la jeune femme. Un moyen de se battre pour quelque chose et de trouver la force de se relever. Elle avait un nouveau but dans sa vie, de la même manière que Matthew avait trouvé Héloïse. Parfois, il suffisait d’une rencontre. D’un rendez-vous pour que l’existence entière d’une personne soit chamboulée et retrouve finalement un sens. Pour Ellana, il s’agirait de ce bébé qui grossissait dans son ventre.

Il retenait mal le soulagement de comprendre que le geste d’Ellana n’était pas délibéré. Jamais, elle n’avait voulu attenter à sa vie et mettre fin à ses jours. Il s’agissait d’un accident dû à une grosse négligence. Néanmoins, cela ne minimisait pas l’inquiétude de Matthew qui se donnait pour mission de veiller constamment sur sa cadette. Désormais, elle l’aurait sur le dos tout le temps. D’autant plus puisqu’elle était enceinte. L’éditeur réalisa tout à coup qu’il deviendrait oncle. Cette idée lui paraissait étrange, mais pas déplaisante pour autant. Et à ce titre, il espérait tenir cette place aussi bien qu’il essayait d’être un bon frère pour ses sœurs. Bien entendu, il ne doutait pas une seule seconde qu’elle aurait préféré vivre cette grossesse avec son époux, mais il prendrait le relais d’une certaine manière. Il refusait qu’elle soit seule pour traverser ça, même si elle voyait l’avenir sous un meilleur jour. Mais pour l’heure… qu’en serait-il de ce qu’elle allait penser de cette grossesse ? Quelle serait sa réaction en sachant que cet enfant qu’elle avait tant désiré avec James était dans son ventre ? Souvent, Ellana avait abordé la question avec Matthew au téléphone. Elle lui parlait des projets qu’elle avait avec son mari. Ils attendaient qu’il revienne de sa prochaine mission pour fonder une véritable famille. Une famille dont il parlait depuis si longtemps. Ellana s’était même déjà figurée la décoration de la chambre pour le bébé, les prénoms possibles, ou simplement en se moquant de son frère en lui demandant quand est-ce qu’il comptait se mettre à devenir père pour faire un compagnon de jeu à son cousin ou cousine. Ce sujet avait toujours été léger, jusqu’à ce que James parte et ne revienne jamais. Evidemment, la question n’avait plus été évoquée. Cette nouvelle bouleversait tout.
Un instant, Matthew se demanda si la jeune femme était au courant de son état. Ce grand élan de chagrin provenait-il de là ? Néanmoins, il connaissait suffisamment sa cadette pour savoir que même au cœur du désespoir, elle n’était pas d’une nature à mettre en péril la vie de son enfant, souhaité ou non. Il en eut la confirmation quand il vit l’interrogation dans le regard d’Ellana. Il n’osait annoncer la vérité de but en blanc. Il ne parlait que par allusion, cherchant à connaître la réponse dans le regard de sa sœur. Il n’était que le reflet de l’incompréhension. Les entrailles de l’auteur se serrèrent. Il n’aimait pas jouer ce rôle-là. Etre celui qui allait provoquer un chagrin plus immense dans le cœur d’Ellana. Pourtant, il ne pouvait pas se résoudre à ce qu’elle puisse l’apprendre de la bouche d’un autre. Un médecin. Un professionnel. Quelqu’un qui ne la connaissait et qui n’avait aucune idée du boulet de canon qu’il allait lâcher. Il devait le faire, et personne d’autre à la place.

Alors il lui dit… qu’elle était enceinte. Que sa vie allait radicalement changer. Qu’elle n’était plus vraiment seule et qu’elle devrait prendre soin d’elle. Il vit l’hébétude prendre possession de son visage. Il guetta une réaction dans ses yeux, mais ces derniers se braquèrent sur le moniteur qui pulsait plus rapidement que l’autre. « Ellana… ? » A quelle réaction pouvait-il vraiment s’attendre ? Aucune qui ne soit véritable bonne. Car il n’y avait pas de bonne réaction dans ce genre de situation. Il ne put qu’être le spectateur impuissant d’une terrible souffrance qui la fit suffoquer, pleurer, crier. Il se redressa prestement, venant s’approcher d’elle pour la prendre dans ses bras. Pour la consoler et lui prouver qu’il était là. Mais il n’avait aucune parole à lui donner. Aucun mot pour la réconforter. Aucun discours qu’elle n’aurait été capable d’entendre dans l’état où elle se trouvait. Elle se contenta de la tenir tout près de lui, caressant ses cheveux, lui murmurant que tout irait bien. Il la garda longtemps contre son cœur tandis qu’elle pleurait silencieusement, songeant à ce que pourrait bien devenir l’avenir. Il ne la relâcha que lorsqu’une infirmière se présenta. Il la laissa l’examiner, vérifier ses constantes ainsi que celles de l’enfant, et elle ne repartit qu’après lui avoir assuré que tout allait bien. Il lui fallait du repos. Il prit sa main dans la sienne. « Je sais que les choses ne se déroulent absolument pas comme tu l’avais prévu… je sais que c’est une épreuve de plus, mais tu peux aussi en faire une force, Ella. Cet enfant, c’est le vôtre et James vivra à travers lui… » Il avait écrit tellement de situations dramatiques. Des discussions presque aussi tragiques, mais il était incapable de trouver les mots justes pour sa sœur. « Mais je veux que tu prennes soin de toi maintenant. Je veux que tu saches que je serai toujours là. Je te le promets encore. Tu n’es pas seule. » Il serra un peu plus sa main dans la sienne. « Ella, regarde-moi… » Les yeux chargés de chagrin de sa cadette se tournèrent vers lui. Il lui adressa un triste sourire. « Je suis là. N’en doute jamais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
When darkness falls and surrounds you, when you fall down, when you're scared and you're lost... Be brave. I'm coming to hold you now. When all your strength has gone and you feel wrong like your life has slipped away follow me. ❅ Matthew&Ellana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» | When Darkness Falls
» When darkness falls and surrounds you ► Nirvana
» Kiss me until I forget how terrified I am of everything wrong with my life.
» [100%] Calliope ♣ I'm the darkness on your soul, the sweetness on your life, and the dream on your mind
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Downtown :: Los Angeles General Hospital-