Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 520

MessageSujet: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Dim 9 Juil - 21:06


Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel.


Naïa & Caleb

Après une journée de boulot, j'avais besoin de me détendre. Le seul endroit qui me venait en tête était L'Underground, le bar le plus branché de la ville que je connaissais très bien depuis mon arrivée à Los Angeles en fait. Surtout maintenant depuis que j'avais rencontré la merveilleuse chanteuse au doux prénom de Naïa. Comme elle me l'avait dit, je savais qu'elle travaillait là-bas. Qu'elle y travaillait aujourd'hui, à vraie dire c'est pour ça que j'avais décidé d'y venir ce soir. Pour pouvoir voir la jeune femme. Depuis notre rencontre, je l'avais plus eu de nouvelle d'elle et maintenant ce bar était la seule solution pour pouvoir la revoir à Los Angeles. Comme je n'avais pas son numéro de téléphone ou quoique se soit d'autre qui lui appartienne, venir dans ce bar était le mieux si je voulais la croiser quelque part. A vrai dire depuis que j'avais fait sa connaissance, la jeune femme me trottait un peu dans la tête de plus en plus. Comme elle travaillait que le week-end, il avait fallu que j'attente toute la semaine pour pouvoir y aller. J'espérai juste que les choses allaient bien se passer. Heureusement que j'avais fait une petite séance de sport pour pouvoir me défouler. En fait, savoir que je pourrais la revoir me prenait la tête et me stressait un petit peu, alors le sport avait pu me calmer et me faire décompresser. Une fois rentré de mon petit jogging pendant une bonne heure. J'avais pris une douche, ce qui me détendait davantage avant d'aller m'habiller, toujours en simplicité en mettant un jean avec un simple tee-shirt et une paire de basket. J'étais partie acheter quelque chose à manger avant de pouvoir y aller. Après tout, on savait très bien que c'était dans une partie de la soirée que l'ambiance commençait à se faire. Bon, on n'était pas dans une boîte de nuit hein, mais je n'allais pas me ramener en début de soirée, il n'y aurait pas grand monde à ce moment-là, c'est sûr.

Je sortis donc vers vingt trois heures pour me rendre dans ce fameux bar. D'habitude je n'étais pas trop du genre à stresser, mais là pour le coup je ne savais pas trop ce qu'il m'arrivait, alors bon maintenant je m'étais lancé et c'était bien trop tard pour faire demi-tour puisque maintenant j'étais arrivée devant le bar. J'entrais donc à l'intérieur de l'établissement et m'avançais jusqu'au comptoir du bar. J'attendis quelques minutes avant de voir la petite Naïa au long qui était en train de s'occuper de d'autres clients. "NAÏA !" Hurlai-je donc. Avec la musique, on n'entendait pratiquement rien alors parler fort, c'était la seule façon d'attirer son attention. "Je voulais être servie par la meilleure chanteuse de la ville." Lui dis-je donc avec un clin d'oeil. Pour le coup, je voulais que ce soit elle qui me serve et pas une autre serveuse de ce bar qui n'arrivait peut-être pas à la cheville de la jolie brune. "Sers-moi ce qui te fait plaisir. Surprends-moi." Dis-je donc, un sourire se dessina sur mes lèvres. La jeune femme revient donc quelques secondes plus tard avec mon verre à la main. "Merci." Lui dis-je donc en attrapant mon verre pour pouvoir le déguster. C'était elle qui me l'avait préparé alors je ne voulais pas perdre une seconde de plus avant de gouter ce qu'elle m'avait préparé.

"Whouah, mais c'est trop bon !" Dis-je donc avant de reprendre. "Je vois que tu n'es pas doué qu'en chant." Rajoutai-je donc toujours avec se sourire qui était dessiné sur mes lèvres. "Alors, comment vas-tu depuis la dernière fois ?" Lui demandai-je donc maintenant. Après tout, maintenant qu'on était là, je voulais prendre de ces nouvelles. Ca faisait bien longtemps que je ne l'avais pas vu et ça m'intéressait de savoir ce qu'il y avait pu y avoir de nouveau dans la vie de la jeune femme brunette. Ca m'intéressais de savoir ce qu'elle avait à me dire, si elle le voulait bien du moins.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Argent
Admin bisounours
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/09/2015
MESSAGES : 556

MessageSujet: Re: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Mar 1 Aoû - 16:25

« Naïa, tu peux t’occuper de la 14 ? Je suis débordée ! » Bucky passe à côté de moi, un plateau rempli sur les bras. Ce soir, c’est vraiment la cohue et on est surbooké. A croire que tous les gens ont décidé de sortir ce soir précisément. Bon, certes, nous sommes le weekend et c’est toujours un rythme intense, mais ce soir, c’est plus mouvementé que les autres. Je hoche la tête à ma collègue avec un sourire et je me dirige vers la fameuse table après avoir terminé avec l’autre. Je prends les commandes et je m’empresse de transmettre au bar pour les boissons ou bien à la cuisine pour ceux qui ont pris des plats. Quelle idée de faire de la bouffe aussi ? Comme si on n’avait pas suffisamment de boulot ! Franchement, j’ai bien hâte que la comédie musicale soit produite. Que le grand jour arrive où nous saurons enfin si nos efforts ont été payant. En cas d’un succès terrassant, le lendemain même, je me pointerai à l’Underground pour déposer ma démission. Finis les weekends à suer tous les soirs pour servir les gens. Ma carrière sera lancée. Je serai peut-être même célèbre. Et je pourrai tirer la langue à Carl qui tient le bar et qui se plaint toujours que je ne suis pas suffisamment rapide. Naméwho ! Je ne lui permets pas. J’ai un avenir moi ! Ce ne serait sûrement pas très sympa à penser, mais ça me soulagerait assurément. Du coup, on court dans tous les sens. Je dois admettre que les premiers temps où je jonglais entre les répétitions avec Goldstein et le bar, c’était un vrai enfer. J’étais morte de fatigue à cause de ce nouveau rythme. Je me plaignais de mes courbatures. Bref, rien n’allait et je ne tenais absolument pas. Je me suis même endormie au boulot il y a quelques temps ! Une vraie catastrophe. Je me suis enfermée toute seule dans la réserve. Heureusement, Bucky est venue à mon secours et tout s’est arrangé pour le mieux. Enfin… la grosse tuile malgré tout. Quand je l’ai raconté à mes sœurs, elles ont bien ri. Par chance, j’ai pris l’habitude et je ne souffre pas de ces insomnies intempestives. Bien au contraire, je me plonge à corps perdu dans le travail. Je passe presque toutes mes journées au Conservatoire à répéter avec Goldstein, le reste de la troupe ou bien toute seule. Je crois que je chante bien plus que je ne parle normalement depuis quelques temps. Et quand je ne chante pas, j’ai la musique du Moulin Rouge dans les oreilles afin qu’elle m’habite constamment. Je ne rêve presque plus que de cela. Et le weekend, me voilà au bar. A m’empêcher de penser parce que des souvenirs bien trop douloureux me sont revenus en mémoire. Mais je les repousse d’un revers de bras. Je n’ai pas le temps pour toutes ces choses. Ce que je désire par-dessus tout, c’est que mon passé reste derrière moi et que je puisse avancer. Tout simplement.

« NAÏA ! » Je me tourne subitement vers la source de la voix. Mon regard se pose sur plusieurs visages avant que je ne discerne de qui il s’agit. Mon cœur rate un battement avant de repartir dans une folle cavalcade. C’est Caleb ! Quand je pense que je croyais qu’il m’avait oubliée ! Du coup, je me retrouve toute décontenancée et j’arrive juste à sourire comme une abrutie de le voir ici. Vingt-trois heures est là. Le coup de feu est passé et on peut respirer un peu. Bucky est même partie faire une pause. Je m’en vais rapidement donner la commande des clients à Carl avant d’arriver vers Caleb, toute pimpante. « Je ne pensais pas te voir. Je suis tellement contente ! » Et même plus encore mais je n’ai pas très envie de l’effrayer plus que ça. Je souris béatement quand il me fait un compliment. Je crois même que je rougis, mais heureusement, avec la lumière tamisée du bar ça ne se voit pas. « Et qu’est-ce que tu veux que je te serve ? » Quelque chose qui le surprenne. « C’est noté ! » Je repars vers le bar, demandant à Carl notre cocktail maison. Au même moment, Bucky passe à côté de moi, ayant terminé sa pause. Je l’attrape doucement par le bras. « Dis Bucky, je pourrai prendre ma pause maintenant ? » Mon regard coule en même temps vers la table où se trouve Caleb. Elle m’adresse un sourire complice, ayant bien compris. J’obtiens ma pause et toute guillerette, je récupère e cocktail pour l’apporter à mon beau brun. « Et voilà pour le meilleur dessinateur de la ville. » Fière de moi, j’attends qu’il me donne le verdict. Visiblement, celui-là est bon puisqu’il est enchanté par la boisson. « Merci beaucoup, mais je crois qu’il faut féliciter Carl, le barman. Moi, je n’y suis pour rien. » Je n’étais pas très douée en cocktail bien que je savais très bien les boire. Je viens m’asseoir à côté de lui, mon cœur battant à tout rompre. Ce mec me rend tellement gaga… J’ai un sourire de tarte sur les lèvres et j’ai l’impression que je glousse au lieu de rire. Je me sens bête. « Je vais très bien. Je suis assez contente parce que j’ai vraiment pris le rythme des répétitions. Je ne m’endors plus à tout bout de champ et j’ai vaincu les courbatures. » je rigole, me rappelant que je m’étais plainte auprès de lui. « D’ailleurs, j’ai même fait ma première conférence de presse. C’était si intimidant ! Mais je crois que je peux dire que je n’aime définitivement pas les journalistes. » Une vraie plaie. Ils cherchaient n’importe quoi pour évincer la personne en face d’eux. Les célébrités pouvaient avoir la vie dure et j’espérais que ce ne serait pas pareil quand je serai à mon tour connue. Enfin, si je le suis. « Et toi, comment vas-tu ? Je pensais que tu ne viendrais jamais. Tu as été beaucoup occupé, je suppose. » dis-je sans critique. J’étais juste très impatiente qu’il soit là. « En tout cas, je suis contente que tu n’aies pas oublié. » je confis dans un sourire timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 520

MessageSujet: Re: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Jeu 3 Aoû - 16:16


Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel.


Naïa & Caleb

J'avais bien besoin de me détendre et aller dans un bar, je ne connaissais rien de mieux. C'était le meilleur endroit pour passer du bon temps. Surtout dans l'établissement dans lequel j'allais aller, L'Underground. Depuis que j'y avais rencontré cette fille là-bas, à vrai dire c'était bien pour ça que c'était celui-là que j'avais choisi d'aller plutôt qu'un autre. Je pensais pas mal de temps à elle, ce qui me perturbait un petit peu pendant mes journées de boulot. Je n'étais pas totalement moi à présent. J'allais donc dans ce bar, le sourire aux lèvres en m'avançant jusqu'au comptoir. Je vis la jeune femme au loin qui était en train de travailler, bien sûr. Un large sourire se dessinait donc sur mes lèvres et je ne pus m'empêcher de l'appelait, je voulais que ce soit elle qui me serve mon verre. Après tout, on savait très bien que le client était roi, alors je pouvais quand même choisir ma serveuse non ? Ce n'était pas la fin du monde quand même. Même si ça pourrait un peu les bousculer et changer leur programme, c'était juste pour quelques minutes pour le coup. Je ne pense pas qu'on pourrait m'en vouloir pour ça quand même. C'était ma serveuse préférée dans ce bar, alors j'en profite tant qu'elle était sous mes yeux. Mon sourire s'agrandi de plus en plus quand la jeune femme s'approcha de moi, jusqu'au comptoir du bar. Ca me fit rire quand la jeune femme me disait qu'elle était contente de me voir. A vrai dire, moi aussi, c'était bien pour ça que j'étais venu ici aujourd'hui. "Moi aussi, je suis content de te voir." Dis-je donc avec un clin d'oeil. C'était la pure vérité, alors pourquoi là lui cacher. Il n'y avait pas de raison de mentir, ce n'était pas mon genre en plus. Je ne savais pas sur quelle boisson j'allais tomber, si ça se trouve, je trouverai ça complètement dégueulasse, mais j'avais une entière confiance en la jeune femme, je savais qu'elle choisirait quelque chose de bien pour moi. Quelque chose qui pourrait me correspondre comme il se doit. Elle était parfaite. Je remercie donc la jeune femme quand cette dernière revient avec mon verre entre ses mains. "A nous deux, on regnerait sur toute la ville." Dis-je donc à la jolie jeune femme avec un léger sourire en coin. Après c'était la meilleure chanteuse et j'étais le meilleur dessinateur, alors il n'y avait aucun doute que ça se passe autrement.

Elle me fit rire, elle était toute choupie. Moi j'étais en train de lui faire des compliments, ouais c'était mon habitude avec les femmes, je me fichais d'elles en fait, mais avec Naïa c'était complètement différent. Elle n'était pas comme les autres. Pas comme celle qui pourrait simplement partager mon lit et que je laisserai tomber comme une merde le lendemain. Elle était bien plus qu'une fille comme ça. "Oh, je suis sûr que tu y es aussi pour quelque chose. Rien qu'à la présentation." Dis-je donc à la jeune femme quand cette dernière me disait que c'était le barman qui avait préparé mon cocktail, c'était le cas, mais il y avait bien plusieurs façons de soigner la présentation du verre et ça, elle aurait pu le faire la connaissant un peu quand même. "J'espère que je ne te dérange pas en plein boulot, au moins ? Sinon, je peux repasser plus tard." Demandai-je donc. Oui, j'étais un vrai gentleman et je ne voulais certainement pas qu'elle se fasse engueuler par son chef à cause de moi. Ca serait pas cool de ma part, c'est pour ça que je préférai quand même lui poser la question. Ce cocktail était vachement bon, je crois que je n'en avais jamais bu de tel. Il était excellant que je pouvais pratiquement le finir en moins de deux. C'était sûr qu'on allait me revoir ici. Non seulement parce que les cocktails étaient délicieux mais surtout pour me faire servir par la meilleure serveuse du coin, c'était plus ça la vraie raison. Je n'avais pas besoin de me trouver d'excuse autre. "Ah bah, ça c'est une bonne nouvelle." Commençai-je par lui dire le sourire aux lèvres avant de reprendre. "J'espère qu'un jour, j'aurai droit à une petite chanson personnalité." Dis-je donc avec un léger sourire suivi d'un clin d'oeil auprès de la jeune femme. "Tu m'étonnes, ça doit être stressant la première fois." Moi, ça ne m'aurait probablement pas dérangé. Etant donné qu'avec mon métier, je parlais en public sans aucun problème mais pour une fille comme Naïa, c'était autre chose.

"Oh moi, ça va. La rouquine avec les élèves." Commençai-je donc par dire en laissant échapper un petit rire. "Mais si. J'y pensais souvent, mais j'ai trouvé le temps qu'aujourd'hui." Dis-je donc à la jeune femme. Pourquoi j'avais été obligé de dire que j'y avais souvent pensé franchement, qu'est-ce qu'elle allait penser de moi maintenant ? Un gros lourd, possible. C'était franchement pas l'effet recherché pourtant. Qu'est-ce que je pouvais être un boulet quand même de temps en temps. "Je n'aurai pas pu oublier, voyons. Je ne suis pas si vieux que ça." Dis-je donc en éclatant de rire. C'était les vieux qui oubliaient et ce n'était pas encore mon stade, même si j'allais sur mon trentième anniversaire très prochainement.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Argent
Admin bisounours
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/09/2015
MESSAGES : 556

MessageSujet: Re: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Mar 8 Aoû - 13:06

Dieu que la vie est belle tout à coup ! Du moins, la soirée me paraît moins insupportable et usante que les autres. A ce stade de la soirée, je devrais déjà être en train de me lamenter sur mon sort, à compter les heures qui me séparaient de ma libération. Bien que l’équipe soit chouette, je n’aimais pas du tout travailler dans ce bar. Pour moi, ce n’était pas mon ambition de servir des gens toute ma vie. Attention, je ne dénigrai pas la chose. Je comprenais tout à fait que ça permette aux gens de vivre. Sauf que ma vie, je la voyais sur les planches d’une scène. Je la voyais à chanter pour un public qui m’applaudirait tous les soirs. Je me voyais en tournée. Je voyais ma vie faite de paillettes et de flashs. Je rêvais de cette célébrité comme n’importe quelle petite étoile de Los Angeles qui peine encore à briller parmi les autres. Mais cette fois, avec Goldstein, c’était ma chance. Pour l’heure, travailler dans ce bar était une corvée et soudain, ça le devenait un peu moins quand mon regard croisa celui de mon beau brun. Je devais me montrer honnête, je finissais par désespérer de ne jamais le voir. Je sais bien qu’il faut respecter une certaine échéance pour montrer à la fille ou au garçon qu’on n’est pas trop intéressé, mais moi, je n’ai fait qu’attendre en jetant des regards envieux du côté de la porte. Ce soir, il venait de la franchir.

Je débordais d’une énergie nouvelle, venant aussitôt m’occuper de lui pour lui servir ce cocktail qu’il désirait tant. Au bar, je me pris même au jeu de garnir sa boisson de toutes les décorations qui pouvaient exister. Si bien qu’il se retrouva avec un verre débordant d’un parasol, d’un baguette feux d’artifices, d’un petit bonhomme qui danse la salsa, d’une brochette de bonbons et d’un soleil en papier. Heureusement, au milieu de toutes ces fioritures, une paille dépassait pour qu’il puisse goûter la boisson. Un grand sourire s’étala sur mes lèvres quand il affirma aimer. En soi, je n’avais pas beaucoup de mérite puisque le barman s’était chargé de la mixture, mais il me devait la présentation. Une présentation surchargée, mais une présentation soignée malgré tout. Je ne pus m’empêcher de rougir, et je bénis les lumières tamisées qui ne laissaient pas apparaître ma gêne. « Non, tu ne me déranges pas du tout ! Bien au contraire, j’ai pris ma pause et je la passe avec toi. De toute manière, dans une heure, j’ai fini. » Une dernière heure qui serait interminable avant la délivrance. Est-ce que mon beau Caleb attendrait tout ce temps pour moi ? Je ne le savais pas trop. Je l’espérais et quelque chose dans son regard me disait que je n’espérais pas en vain.
Avec tout ce temps qui était passé, je me mis à lui raconter ce qu’il avait loupé. Je devais admettre que beaucoup de choses avaient changé. Premièrement, je souffrais moins de cette fatigue constante qui me pénalisait énormément. Je pouvais m’endormir dans des endroits improbables à une époque. L’entraînement de Goldstein portait ses fruits désormais et je me sentais en pleine forme. De mes sœurs, j’apprenais que tout allait bien et qu’elles étaient heureuses. Au fur et à mesure des répétitions, je prenais cette assurance qu’il me manquait. Je sentais enfin une véritable reconnaissance pour mon travail dans les yeux de Goldstein. Je me familiarisais avec la troupe et cette comédie musicale prenait forme. Mon rêve devenait réalité. J’étais même épanouie dans mes amitiés, notamment grâce à Héloïse. Je connaissais cette fille depuis peu, mais c’était fou comme elle m’apportait un équilibre dont j’avais désespéramment besoin. Dans le fond, toutes ces choses me permettaient d’affronter le seul point noir de ma vie. Un passé sombre qui ressurgissait. Mais j’avais décidé de me taire à ce sujet. Uniquement Jahia savait pour l’instant et je pouvais lui faire confiance. Je ne voyais donc pas de raison de ne pas à dire Caleb que je vais très bien. Même plus que bien depuis qu’il se trouve en ma présence. Lui aussi, c’est fou l’effet qu’il peut détenir sur moi. Pourtant, c’est idiot. On se connaissait à peine. Et quelquefois, je me demandais s’il était conscient de l’emprise qu’il pouvait détenir sur moi. « Oui, c’était très stressant mais je crois que je suis parvenue à bien me débrouiller. Je ne voudrais surtout pas faire mauvaise impression. » Ni faire du tort à mon patron. Je crois que je ne pourrai pas me le pardonner. Ce fut à son tour de me parler de lui. Apparemment, tout se passait très bien. Je fis un effort immense pour me retenir de sourire comme une idiote quand il laissa sous-entendre qu’il avait souvent pensé à moi, ou à venir ici. Il ne m’avait définitivement pas oublié, ce que je craignais depuis quelques temps. Mais je devais sûrement m’emballer un peu trop… Sauf que lorsque je faisais les choses, ou que je ressentais quelque chose, c’était toujours à fond. Je n’étais pas dans la demi-mesure. J’étais une personne entière. Mon rire se joignit au sien, mais une phrase tournait dans ma tête. Je n’aurai pas pu oublier, je n’aurai pas pu oublier, je n’aurai pas pu oublier… J’en avais des papillons dans le ventre. « Oh non, ce n’était pas ce que je disais ! D’ailleurs, tu as quel âge ? Enfin… si je peux demander. » je plaisantais, même si j’étais très curieuse. Si ça se trouve, on avait un écart de malade. Whaaa non, pourquoi je pensais à ça moi ? Puis au pire, je m’en fous. « Naïa, qu’est-ce que tu fous ?! » Une fois encore, ce fut la voix charmante du barman qui retentit jusqu’à moi. Quand le patron n’était pas là, il se prenait pour un vrai petit chef. « Mince… ma pause est finie. Je dois y aller ! Je termine dans… une heure, je pense. » je précisai en consultant ma montre. Je me relevai d’un bond, prête à partir avant de revenir timidement vers lui. « Tu crois que… tu pourrais attendre un peu que je termine ? On pourrait aller se balader après mon service… ou manger une glace sur le bord de mer si tu veux ou… » - « Naïa !! » - « Ouais, bref, je dois y aller ! » Et je m’envolai vers mes clients à servir. Si seulement ils pouvaient tous disparaître d’un coup de baguette magique… Mais non, je me coltinais ma dernière heure de service en jetant des regards découragés du côté de Bucky. Visiblement, elle aussi en avait marre. Quelquefois, je voulus jeter un regard à la table de Caleb pour vérifier s’il était toujours là mais j’étais sans cesse happée par mon travail.

Quand le service fut enfin terminé, Bucky et moi partions des vestiaires où nous avions récupéré nos affaires. Le bar était bouclé et plus personne n’était à l’intérieur, à mon plus grand désarroi. Etait-il parti ? Non, il m’aurait sûrement prévenu. « Bonsoir, Bucky. Rentre bien ! » je dis tandis que nous sortions toutes les deux. Elle partit en direction d’un motard qui eut tôt fait de l’emmener avec lui. Et moi, je me mis à attendre sur le trottoir, regardant d’un côté et de l’autre. Où était-il passé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 520

MessageSujet: Re: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Ven 25 Aoû - 15:55


Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel.


Naïa & Caleb

Je voulais revoir Naïa et je ne connaissais rien de mieux que de passer sur son lieu de travail, après tout je ne connaissais pas grand chose d'elle, alors c'était le seul endroit où j'étais sûr de tomber sur elle. Eh bingo ! Elle était là, si belle comme dans mon souvenir. Je m'installai donc au comptoir du bar et c'était la jeune femme qui était venue me servir tout simplement parce que je l'avais demandé. De toute façon, le client était roi et juste exiger une certaine personne, je pense que ce n'était pas la mer à boire quand même, ça pourrait peut-être un peu perturber leur organisation mais pour cinq minutes ce n'était pas grand chose je trouve. Je m'étais mis à papoter avec la jeune femme brune sans vraiment me rendre compte si elle avait du travail ou non, alors c'est bien pour ça que je lui posais la question à savoir si je la dérange dans son travail. J'eus un sourire qui s'affichait sur mon visage quand la jolie brunette me disait qu'elle était en pause et qu'elle la passait avec moi, j'étais flatté. C'était gentil de sa part. "Ah parfait, alors." Dis-je donc à la jeune femme en lui faisant un clin d'oeil. Elle m'expliquait donc qu'elle avait fait la première conférence de presse, je ne m'empêchais pas de lui dire que cela avait dû être vachement stressant. A sa place, je ne sais pas comment j'aurai fait. Pourtant avec mon job de prof de sport, j'étais habitué à parler en public, mais ce n'était quand même pas la même chose. C'était totalement différent en fait, au final. "J'en suis sûr que tu as été bonne et tu ne peux pas faire de mauvaises impressions, je trouve t'inquiète pas." Dis-je donc à la jeune femme avec un sourire qui se dessinait sur mes lèvres. En tout cas, moi c'est sûr qu'elle m'en avait une de bonne impression, c'était certain. Et je crois que c'était un secret pour personne maintenant.

Ca me fit rire quand la jeune femme était contente que je ne l'ai pas oublié, comment pourrais-je oublier une fille comme elle franchement ? C'était impossible. Après lui avoir dit que je n'étais pas aussi vieux que ça pour oublier des personnes, la jeune femme en vient justement à me demander mon âge. "Mais je sais, t'inquiète je plaisante. Oh et bien, j'ai 29 ans. Et toi, tu as quel âge tant qu'à faire ?" Demandai-je donc. Elle me demandait le mien, alors je pouvais faire de même avec le sien. Ce n'était pas dérangeant dans le fond. J'entendis son collègue qui demandait à la jeune femme ce qu'elle était en train de faire, puisqu'elle devait probablement travailler maintenant. Elle avait l'air d'être comme moi, un peu déçu de devoir se séparer après à peine quelques minutes de discussion. Je la vois revenir vers moi pour me demander de l'attendre, pour qu'on puisse se retrouver après son service. Une heure, ce n'était pas difficile et si long à attendre, surtout quand on était dans un bar. "Je ne bouge pas d'ici, je t'attends." Dis-je donc avec un clin d'oeil à la jeune femme en la voyant l'éloigner pour retourner travailler. Je terminais mon cocktail tranquillement en jetant de temps en temps des coups d'oeil à la jeune femme pour voir comment elle travaillait et elle se débrouillait très bien, même si j'y connaissais pas grand chose. Je pouvais quand même dire que je la trouvais douée. J'avais payé mon verre depuis un bon moment. Maintenant, il fallait qu'on sorte du bar, les clients devaient sortir du bar pour que le personnel puisse fermer. Alors évidemment que moi aussi je devais sortir. J'étais donc sorti de l'établissement pour attendre sagement la jeune femme avec qui j'avais une sorte de rencard. Je m'étais un peu plus loin pour ne pas perturber la fermeture. Je voyais donc quelques minutes plus tard, la jeune femme qui attendait sur le trottoir du bar. Je m'approchai donc doucement. "C'est moi que tu attends, peut-être ?" Demandai-je donc à la jeune femme avec un léger sourire avant de reprendre. "Alors où est-ce qu'une jolie demoiselle comme toi voudrais aller ?" Demandai-je donc toujours avec se sourire qui ne quittait plus mon visage.

15 août 2017

C'était mon anniversaire aujourd'hui. Ce n'était pas un jour comme les autres, forcément. Les jours de fête, moi j'aimais bien. Enfin en me disant que c'était mon anniversaire, c'était aussi celui de mon jumeau que j'avais perdu il y a très longtemps, quasiment à notre naissance, alors par moment j'avais comme une boule au ventre. En plus, j'avais rendez-vous avec Naïa aujourd'hui. Le jour de mon anniversaire, c'était trop fort. Tout cela allait me faire une très bonne journée. On avait rendez-vous chez la jeune femme. Une fois prêt, je partais donc en direction de sa maison. J'arrivai devant ma porte en donnant un coup de sonnette, mais personne ne répondait. Je voyais que la porte était entre-ouverte, ça m'inquiétait là. Y avait-il eu un truc de grave ? Je n'espère pas, mais alors pas du tout. J'entrais donc à l'intérieur la pointe sur les pieds histoire que personne ne m'entende. "Naïa ?" Commençai-je donc par hurler avec toujours  aucune réponse, je repris. "Naïa, tu es là ? C'est moi, Caleb !" Hurlai-je donc à nouveau. Je m'avançais de plus en plus et je vis comme des décorations qu'il y avait dans le salon. Savait-elle que c'était mon anniversaire ? Je lui avait dit ? Je m'en souviens plus. En tout cas, c'était bien mignon tout ça et puis l'odeur, une odeur qui me donnait faim.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Argent
Admin bisounours
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/09/2015
MESSAGES : 556

MessageSujet: Re: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Mer 30 Aoû - 19:43

« J’en suis sûr que tu as été bonne et tu ne peux pas faire de mauvaises impressions, je trouve t’inquiète pas. » Je me souviens encore de toute la pression que je m’étais mise pour cette conférence de presse. A juste titre puisque les journalistes ne faisaient pas de cadeau et se montraient plutôt incisifs. J’avais été choquée, mais l’aplomb impressionnant de Goldstein m’avait donné la motivation nécessaire pour me montrer aussi brave que lui. Finalement, cette histoire s’était soldée par un succès et je n’avais pas manqué d’en parler à toute ma famille et mes amis pour raconter l’épreuve. Je ne peux que sourire comme une niaise d’entendre de tels propos sortir de la bouche de Caleb. Je me sens tellement gauche et idiote. Ce n’est pas la première fois qu’un garçon me dit des choses gentilles ou qu’il me drague, mais avec lui, c’est autrement différent. De la même manière que j’ai moins peur et que je ne ressens pas ce besoin de le rejeter comme j’ai pu le faire avec d’autres garçons. Peut-être que pour la première fois, je pourrai dépasser mes peurs et aller un peu plus loin avec un garçon. Enfin, ne pensons pas cela tout de suite !! D’ailleurs, une question me vient subitement à l’esprit. Quel âge a-t-il ? Je découvre qu’il approche bientôt la trentaine. « J’ai eu vingt-six ans. Mais je préviens, je suis la plus jeune des triplés ! » Depuis le début, Konan et Jahia s’amusent à me rabâcher que je suis la plus petite. Je passe mon temps à renchérir que ça ne se compte qu’en minute, mais ça paraît suffisant important pour eux. Généralement, nos parents préfèrent ne pas se mêler au débat. Les lâches, ils se défilent ! Sauf que je n’ai pas vraiment le choix d’en dire plus. Ma pause est terminée et je dois retourner à mon service. M’attendra-t-il ou bien passait-il juste en coup de vent ? Peut-être qu’il avait autre chose de prévu ? Mes entrailles se serrent, mais voilà qu’il me dit qu’il va m’attendre. Mon cœur fait un bond dans ma poitrine et je retourne travailler en trottinant comme une gamine à qui on aurait promis une glace. Je poursuis mon service d’une humeur resplendissante, bien que le temps s’écoule à une vitesse bien trop lente à mon humble avis. Si bien que lorsque je sors de la réserve après avoir tout rangé pour demain, je me retrouve face à une salle vide où tout le monde est sorti. Caleb y comprit. Il attend dehors ? Forcément que oui ! Je récupère ma veste, mon sac et je m’envole avec Bucky. Nous fermons et moi, je reste sur le trottoir à attendre. J’inspecte les alentours avant de tomber nez-à-nez avec Caleb. Mon sourire s’élargit. « Qui d’autre ? » je réponds à sa question. Forcément que c’est lui que j’attends. Je deviens pensive quand il me demande où je voudrais aller. Plusieurs idées me viennent en tête avant que je ne jette mon dévolu sur l’une d’elle. « La plage ! Ça ne te dirait pas de te promener sur le bord de mer ? » Après tout, le bar en question n’était pas si loin de la plage. A pied, nous pouvions le faire. Je prends une expression mutine. « Puis j’ai entendu dire qu’ils faisaient de très bonnes glaces. » J’évoque, tout innocemment. Et ma belle glace, je la veux !

***

15 août 2017


« Et je peux même pas voir sa tête ? Promis, je serai cachée ! » Je secoue la tête, poussant Jahia au passage pour qu’elle s’enlève de devant le four et que j’y récupère mon gâteau tout chaud. « Non, non, et non ! Je t’ai dit que c’était un anniversaire surprise juste pour lui. Si y’a d’autres gens qu’il ne connait pas, il ne va pas comprendre. » Puis j’ai envie d’être seule avec lui, c’est trop demandé ?! Ma jumelle fait ses yeux de chat potté. « Mais je ne resterai pas. Je ferai semblant de partir en retard à un rendez-vous, et pof ! je rencontre l’Apollon. » Je dépose mon gâteau brûlant sur la table de la cuisine. Maintenant, il faut que j’attende qu’il refroidisse un peu pour le décoré. Je pose mes mains sur mes hanches. « Qu’est-ce que tu n’as pas compris dans surprise ? Puis tant que je n’aurai pas vu ta belle blonde, tu ne verras pas mon beau brun, na ! » Et un point pour Naïa ! Elle ne trouve rien à répliquer. « Allez ouste, va plutôt m’aider à décorer le salon puis va à ton rendez-vous en amoureuses. » Le dîner est prêt et le gâteau attend encore. Ça nous laisse suffisamment de temps pour mettre la table dans le salon, décorer avec des guirlandes et gonfler des ballons un peu de partout. « Tu crois qu’il va trouver que ça fait trop ? » je demande inquiète. Jaja me rassure d’un dédaignement de tête. « Mais non, il va trouver ça mignon ! Allez, va te préparer. Moi, je termine et je m’envole. » Je ne me le fais pas dire deux fois. Je cours prendre ma douche, m’habiller, me coiffer et me maquiller. Je décide de refaire ma petite natte sur le côté que Daisy avait trouvé si jolie. J’enfile aussi une robe pastel toute simple avec des fleurs dessus. Je veux être jolie, mais je ne veux pas trop en faire non plus. Je redescends pour me montrer à ma sœur. « Alors, t’en dis quoi ? » Elle m’observe sous toutes les coutures, un sourire sur les lèvres. « T’es magnifique. Il va tomber sous le charme ! » Elle me prend dans ses bras mais voilà qu’elle doit partir. Elle m’offre un dernier sourire protecteur, sachant parfaitement combien tout ceci compte pour moi après ce que j’ai pu vivre et elle s’en va. Je retourne donc dans la cuisine, enfilant un tablier pour ne pas me salir tandis que je m’attaque à la décoration du gâteau. J’y mets beaucoup de soin, prenant même la peine de construire deux petites altères avec de la pâte à sucre noire pour lui rappeler son côté sportif. Je me dis que ça pourra toujours le faire rire. Je termine tout juste d’écrire sur nom sur le gâteau que j’entends mon nom crié dans la maison. « Bonté divine ! » je m’exclame. Je me dépêche de cacher le gâteau dans le réfrigérateur avant de me précipiter dans le salon. « Suuurpriiiiise ! » je m’exclame en ouvrant grand les bras pour présenter l’œuvre dans le salon. La décoration est peut-être un peu chargée, mais au moins, on comprend que c’est un anniversaire. D’ailleurs, je pousse un hurlement terrible quand je marche accidentellement sur un ballon et qu’il éclate sous mon pied. Je pose ma main sur mon cœur avant de me recentrer sur la situation. « Joyeuuux anniiiiversaire ! » Je viens me pendre à son cou pour claquer une grosse bise sur sa joue avant de me reculer. Je réalise soudain que j’ai encore mon tablier. « Oups ! » je le retire et je l’envoie balader sur le canapé. « Je ne savais pas trop si tu avais prévu quelque chose mais comme tu as accepté d’avoir rendez-vous avec moi, je me suis dit que tu devais avoir du temps. Au pire, ce n’est pas grave, on peut se faire un repas express ! » Au fond de mon cœur, je rêve qu’il me dise qu’il a toute la journée devant lui et qu’il veut bien la passer avec moi. Le cœur battant, je suis ravie et gênée à la fois. « Ça te plaît ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 520

MessageSujet: Re: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Mer 18 Oct - 15:47


Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel.


Naïa & Caleb

Voir la jeune femme et parler avec elle me faisait du bien. Depuis notre rencontre dans ce bar, elle occupée très souvent mes pensées. Je savais qu'elle aurait réussi sa conférence de presse et c'était bien le cas, c'était la meilleure. J'eus un petit rire quand la jeune femme me demandait mon âge, je lui disais donc que j'en avais 29 ce qui était bien la vérité et autant qu'à faire, je lui demandais donc le sien. C'est vrai, ça faisait pas très longtemps qu'on se connaissait, elle me plaisait, elle était à mon goût et je connaissais même pas son âge en fait. La jolie brunette m'expliquai donc qu'elle en avait 26 et qu'elle était la plus jeune de sa famille, la plus jeune des triplets. Alors forcément que ça devait être la petite princesse de la famille, qu'elle devait être chouchoutée par tout le monde. Après tout c'est normal, c'est toujours ce qu'on fait avec les plus jeunes d'une famille. Ça va elle n'était pas si jeune que ça finalement, enfin par rapport à moi. C'était pas comme si on avait un grand écart d'âge. C'était pas ce qui comptait le plus maintenant d'ailleurs, je m'en fichais a vrai dire. C'est certainement pas son âge qui me ferai reculer à ce que j'avais en tête. La jeune femme m'expliquai donc qu'elle devait retourner travailler, oui ils pouvaient discuter avec les clients mais bon, il y avait quand même des limites. Je ne voulais pas qu'elle se retrouve dans la merde pour son travail à cause de moi. Je ne le permettrait pas. C'est bien pour cette raison que quand elle me demandait de l'attendre, attendre qu'elle finisse son service, j'étais partant. Surtout aussi parce que j'avais envie de passer un moment avec elle.

Plus le temps passait et le bar fermé donc. J'étais donc sorti à l'extérieur comme tous les autres clients d'ailleurs, mais je restais dehors pour attendre la jeune femme. Après tout, je lui avais promis de l'attendre, alors ce n'était pas maintenant que j'allais m'envoler, partir ailleurs. Je ne voulais pas être ailleurs qu'ici. Quelques minutes plus tard, j'aperçue la belle jeune femme qui sortait du bar, je m'approchais donc de cette dernière et lui demandait si c'était bien moi qu'elle attendait ce qui était le cas. Maintenant qu'on était tous les deux et que la demoiselle avait fini son service, je lui demandais donc naturellement où sais qu'elle voulait aller. La plage, qui dont que ça pouvait être romantique une balade là-bas. J'eus un sourire qui s'afficha sur mes lèvres. "Oh oui, une balade au bord de la mer est une excellente idée." Dis-je donc à la jeune femme toujours avec se sourire qui était sur mon visage. Je ne peux m'empêcher d'avoir un petit rire quand la jeune femme disait qu'ils faisaient de bonnes glaces, c'était ce qu'il y avait de mieux avec une telle chaleur. "Avec cette chaleur, c'est ce qu'il nous faut !" Dis-je donc à la brune. "Alors on y va ?" Rajoutai-je donc en commençant à marcher en direction de cette fameuse plage.

15 août 2017


J'avais rendez-vous avec Naïa aujourd'hui, j'étais tout excité. Surtout que c'était mon anniversaire aujourd'hui, alors forcément que c'était encore plus excitant comme journée. Je m'étais habillé assez chic, après tout un rendez-vous avec une fille ce n'était pas rien. Il fallait y mettre les formes, je voulais que ce soit une journée inoubliable pour elle comme pour moi. J'arrivai donc assez rapidement chez la brune. C'était étrange, je n'entendais rien. J'avais beau frapper à la porte, mais personne ne me répondait. Alors j'entrais à l'intérieur, la porte était ouverte donc je n'allais pas rester sur le pas de la porte une seconde de plus. En entrant à l'intérieur je remarqua pleins de décorations en avançant jusqu'au salon et la brunette arriva donc avec excitation en me souhaitant mon anniversaire. Elle était tellement mignonne. Rien que pour m'avoir préparé tout ça. Je sens que cela allait être mon plus beau anniversaire de toute ma vie. Un grand sourire s'afficha sur mon visage quand la jeune femme me sauta au cou, c'était une très belle surprise. "Whouah !" Commençai-je par lui dire toujours avec se sourire avant de reprendre. "C'est magnifique." Dis-je donc à la brune. C'était bien le cas, j'adorais ce qu'elle avait fait. Surtout pour mon anniversaire, c'était parfait. Tout était parfait. "Oh, non t'inquiète pas. On va fêter ça comme il se doit." Dis-je donc à la brunette. J'étais vraiment heureux à ce moment précis de ma vie. "J'ai tout mon temps. Il y a qu'avec toi que je veux passer cette journée." Mon frère n'était plus là depuis longtemps et mes parents étaient toujours à New-York. Naïa était là, tellement belle alors oui je ne voulais pas passer ce moment avec quelqu'un d'autre qu'elle.

"Oh oui c'est magnifique !" Dis-je donc en regardant toute cette décoration qu'il y avait dans le salon, c'était vraiment très beau. Je me tournais vers la jeune femme avec un sourire qui s'affichait sur mes lèvres. "Toi aussi, tu es magnifique." Lui dis-je donc toujours avec se sourire. Oui, dans sa petite robe à fleur, elle était vraiment belle, vraiment magnifique. C'était l'une des plus belles femmes que j'avais pu voir dans ma vie. C'était un très beau cadeau. Elle me faisait un très beau cadeau pour mon anniversaire. Je sentais l'odeur de la nourriture qui arrivait jusqu'à mes narines. "Hm, ça s'en bon. Qu'est-ce que tu nous a préparé ?" Demandai-je donc à la brune. "Merci beaucoup. Ça me fait très plaisir." Rajoutai-je donc auprès de la jeune femme. C'était rassurant de savoir de quelqu'un pense à moi un jour comme celui-ci. Ça me faisait chaud au coeur.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïa Argent
Admin bisounours
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/09/2015
MESSAGES : 556

MessageSujet: Re: Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb   Mer 1 Nov - 17:48

J’étais à la fois surexcitée et tendue comme une puce. Dans le fond, nous ne nous connaissions pas depuis très longtemps. Il n’y avait pas de doute sur le fait que nous nous plaisions, mais peut-être risquait-il te de me trouver trop entreprenante ? Ou trop étrange dans ma manière de faire les choses ? Il est vrai que c’est assez rare qu’une presque inconnue vienne à préparer une fête d’anniversaire pour lui. Surtout… une fête en tête-à-tête. J’aurai bien voulu inviter des amis à lui, mais je n’en connaissais aucun, pas plus que sa famille. La preuve que nous ne nous connaissons pas si bien que cela Et je dois admettre aussi que –égoïstement- je n’étais pas contre passer cette journée avec lui. D’autant plus qu’il n’avait pas dit non ! J’ai envie de dire… c’est un signe ! Je suis donc toute à mes fourneaux, prenant soin que le repas soit succulent. J’avais écumé les livres de cuisine pour cela, choisissant un menu qui plairait à nous deux avec le peu d’informations que je pouvais détenir. Pitié qu’il n’ait pas d’allergies ou une bêtise du genre… Oui, non. Ne commençons pas à faire des pronostics idiots. Ainsi, le repas cuit patiemment tandis que je vérifie la décoration. En ai-je trop fait aussi ? En observant les guirlandes qui partent de tous les côtés, les ballons de toutes les couleurs, tout ce que j’ai dressé sur la table –qui donne la sensation que nous serons quinze- je me dis que j’y suis peut-être allée un peu fort. Mais je suis ainsi. Généralement, je ne fais pas les choses à moitié, quitte à en faire trop. Peut-être trouvera-t-il ça mignon après tout ?

Je trépigne d’impatience et mon cœur s’emballe à une allure folle quand j’entends sa voix qui revient du salon. Immédiatement, je m’y précipite, retirant en toute hâte mon tablier. Un immense « surprise » fila d’entre mes lèvres tandis qu’il découvrait tout ce qui avait été prévu pour lui dans le salon. Bon sang, est-ce qu’il était aussi beau la dernière fois que je l’avais vu ? C’est la trentaine qui le rend si séduisant ? A chaque fois que je le voie, je ne peux pas m’empêcher de le trouver toujours plus beau. Sans guère de pudeur, je lui saute au cou pour célébrer son anniversaire et en profiter un peu aussi. Je m’éloigne ensuite d’un pas, lui demandant ce qu’il en pense. A voir l’expression sur son visage, il ne s’y attendait clairement pas mais il paraissait plus ravi qu’autre chose. Je frappe dans mes mains de bonheur comme une gamine, très fière de mon idée. Après tout, il avait peut-être délaissé ses plans pour venir à cette surprise que je lui avais prévue. Il fallait que je rivalise ! Mais il me rassure immédiatement en m’affirmant qu’il ne voulait passer la journée qu’avec moi. J’en rougis de la tête aux pieds, un sourire niais se dessinant sur mes lèvres. Je suis prête à mourir d’une crise cardiaque, mais je me rappelle que ce n’est pas vraiment le moment idéal.
Je me reconstitue une dignité, quand il en rajoute en me disant que je suis magnifique. Bien que ce soit difficilement possible, j’en rougis d’autant plus. « Merci… » je minaude d’une petite voix. Heureusement, son attention est détournée par la bonne odeur qui revient de la cuisine. Effectivement, ça sent bon et j’espère que ce sera le même résultat une fois dans la bouche. « J’ai fait du poulet au curry et au coco avec du riz. J’espère que ça va te plaire ! » D’ailleurs, ça ne devait sûrement pas être loin d’être cuit. Je m’éclipse un moment dans la cuisine pour vérifier tout cela. J’en profite pour revenir avec une bouteille de vin. « Va-s’y installe-toi. Le repas ne devrait pas trop tarder à être fini. On va boire un verre. » Je l’invite à prendre place sur la table que j’ai dressé pour nous deux. J’espère qu’il ne va pas trouver ça trop kitch non plus. Je nous sers deux verres de vin et je lève le mien. « A ton anniversaire et à cette journée… tous les deux ! » Je trinque avec lui, buvant une première gorgée. Je deviens de plus en plus tendue, comme une cocotte minutes dont le rythme s’affole. « Tu faisais quoi généralement pour tes anniversaires précédents ? » Je demande, assez curieuse. Je continuais à être curieuse du fait qu’il ait pu me choisir moi à la place d’être avec des amis, ou éventuellement de la famille. Evidemment, je ne me plaignais pas, bien au contraire. « Bon… je voulais attendre le dessert, mais je crois que je ne vais pas réussir à tenir. J’ai trop hâte que tu découvres ton cadeau. » Je me lève, me dirigeant vers la montagne de ballon. Je les débarrasse un peu jusqu’à ce qu’ils ne dévoilent un paquet sous eux. Je vais le mettre entre les mains de Caleb. « J’espère que ça te plaira. Au début, je ne savais pas quoi te prendre, et puis finalement, ça m’a paru évident ! » Sous le paquet cadeau, il allait découvrir un nécessaire entier de dessin avec des crayons de toutes sortes, du matériels poussés. Un vrai attirail de professionnel. Il dessinait si bien, cela aurait été dommage de ne pas encourager son art, de la même manière qu’il prétendait que je chantais divinement bien. C’était son tour de mettre son talent en avant. Je détaille chacun de ses gestes et de ses expressions jusqu’à ce qu’il ouvre le paquet. « Alors, ça te plaît ? » je demande, pétrie d’excitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand le coeur rencontre sa reine, toutes ses nuits deviennent des lunes de miel ft. Naïa&Caleb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Y'a des signes qui ne trompent pas, quand le coeur s'emballe parfois...| Vitaly
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» ☼ Quand le Cœur lâche, Rien ne va plus! ☼ {Pv Fenice Nakata!}
» Toutes les nuits sont belles sur Naboo ... [PV Julia Wolfross]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Venice Beach :: Home sweet home-