Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Fuyez pauvre fou ! » [Victoire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Samuels
Admin inspecteur Derrick
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2017
MESSAGES : 278

MessageSujet: « Fuyez pauvre fou ! » [Victoire]   Mer 30 Aoû - 21:26

Gérer un business illégal n’est pas une mince affaire et je m’en rends bien compte. Chaque jour est consacré à l’opulence d’une vie que je crois vivre au travers d’une illégalité ne me ressemblant pas. A vrai dire, je passe ainsi mon temps à jongler entre ce que je suis réellement et ce que je laisse croire. Autant avouer que je marche constamment sur des œufs, que je veille à ne pas être suivi, ni être entendu, essayant d’être le plus naturel possible. Ça demande des efforts constants, surtout lorsque l’on joue dans la cour des grands, que désormais, j’ai atteint les places de façon suffisamment conséquente pour avoir un visuel sur l’ensemble des cartels de Los Angeles et ses environs. La lutte contre le mal continue encore. Et c’est bien pour ça que l’enquête continue ainsi, que je suis toujours infiltré, que le FBI continue de veiller sur moi de loin. Nous avons tellement avancé depuis nos débuts à Chicago. Maintenant, c’est Los Angeles et j’ai l’impression que nous atteignons le but : avoir enfin la clé pour faire chuter un bon nombre d’organisations illégales. Cependant, ce n’est pas une mince affaire. C’est compliqué. C’est long, c’est douloureux. L’atout d’un cartel, c’est de pouvoir rebondir rapidement. Un chef meurt ? Pas de souci, le suivant reprend sa place. Et en soi, ça rend l’intervention des fédéraux quasi caducs. Aussi, notre rôle est de détruire un cartel de l’intérieur, de le faire imploser petit à petit. Et il ne faut pas croire, malgré tous les avantages en nature, ce n’est pas une partie de plaisir que je mène. Je suis tout le temps aux aguets, je vois rarement ma famille et je ne peux plus me balader au milieu des bureaux du Fbi en mode « salut les copains » parce que je suis censé être le méchant, être une figure de l’illégalité sous couvert d’un réseau de drogue et de prostitution étendus. Il y a les courses illégales également. Un moyen idéal pour dealer, pour se faire du pognon et pour faire comprendre que les Gallagher sont toujours là et qu’ils ne comptent pas se faire marcher sur les pieds. Aussi, suis-je au milieu d’un milieu d’amateurs de sensations fortes, occupés à mettre en avant l’un de mes pilotes. « Alors, est-ce qu’il y en a un autre qui souhaite se mesure à Jack ? » Je demande en jetant un regard aux alentours. Il a déjà gagné une course et les résultats ont été à la hauteur du talent de notre chauffeur. « D’ailleurs, le prochain qui souhaite se mesure à lui.. S’il gagne… » Un sourire carnassier s’étire sur mes lèvres tandis que j’ajoute : « Il gagne la voiture en même temps que la mise. » Une voiture pimpante, toute préparée, toute puissante, droguée à tout un tas de combustible destinés à améliorer sa puissance. Il faut être pilote pour conduire un enfin pareil. Et forcément, bien vite un pauvre ignorant tombe dans le panneau ouvrant les paris. La situation me fait sourire et je laisse Tatiana empocher les billets. Elle est l’une des membres du cartel et souvent on fonctionne à deux. Moi je lance les défis et les paris et elle empoche. Il faut dire que Tatiana, elle attire le regard par sa plastique de rêve, ça pousse facilement un esprit faible à accepter un pari fou. Moi, à force, je ne regarde plus Tatiana comme avant. C’est une collègue, une très belle femme. Et ça s’arrête là.

Ainsi, nous empochons ce qu’il faut, prenant note des paris jusqu’à ce qu’on nous informe que les routes sont coupées, que l’on peut lancer la course. Pourtant, alors qu’une demoiselle se met en piste pour lancer le top départ, l’un des gars surveillant les environs se met à hurler. « Les fliiiiiics !!! Ils sont là !!! Tirez-vous !! » Et déjà les sirènes hurlent au loin tandis que la foule se disperse. On a pas le temps de redistribuer le pognon. Ce sera une prochaine fois. Il faut fuir et avec Tatiana, on se met d’accord sur le lieu du rendez-vous. Pour l’instant, il s’agit de les semer, d’adopter un profil bas et surtout de ne pas se faire prendre. Alors, on part en courant, chacun de notre côté. Au milieu des cris, de la panique et des sirènes de police, j’emprunte une allée sombre et je cours comme un dératé. Ce n’est pas que je crains les forces de l’ordre. Mais si je peux éviter de me faire prendre, ça m’arrange. Après, les fédéraux doivent faire des pieds et des mains pour effacer l’arrestation dans mon dossier. Personne n’est au courant que je suis infiltré. Alors je cours comme un couillon. Je vise les rues sombres comme je fais à chaque fois. Ça a toujours marché. Sauf que cette fois ci, je suis à mille lieux de savoir qu’une personne m’a suivie. Une personne qui apparaît au moment où je m’octroie une pause histoire de reprendre mon souffle pendant deux secondes. La froideur de l’acier se pose contre ma nuque. Dans mon essoufflement, je n’ai pas fait attention dernier moi. J’ai mon arme mais je ne sais pas combien ils sont derrière moi. Ça peut être un troupeau. « Tiens tiens, on dirait qu’on a touché le gros lot ce soir… » Je lâche acerbement, dégouté et enragé. Moi qui ne tenait pas à me faire choper, me voilà pris la main dans le sac en plein milieu d’une organisation de courses illégales de voiture se déroulant la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoire L. Scott
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/12/2016
MESSAGES : 1709

MessageSujet: Re: « Fuyez pauvre fou ! » [Victoire]   Mer 11 Oct - 12:24



❝Fuyez pauvre fou !❞
Aaron & Victoire
Depuis que je savais que je ne pourrais pas avoir d'enfant, on va dire que je n'avais pas trop la forme c'est clair. Pour l'instant seule ma meilleure amie Anne-Evangeline était au courant. Il fallait aussi que je le dise à ma soeur étant proche d'elle, mais bon ce n'était pas quelque chose que je pouvais dire aussi facilement comme mettre une lettre à la poste. C'était compliqué. Heureusement que j'avais encore mon boulot pour me changer les idées. Cela oui, ça me les changeaient bien. Après tout entre mon travail et les proches, c'était la seule chose qui me restait. D'ailleurs j'avais eu une bonne journée de boulot aujourd'hui. J'avais eu pleins d'affaire à traiter et avait de la paperasse en retard avec mes rendez-vous chez le médecin, alors forcément que j'avais dû m'en occuper au plus vite. Oui parce que même avec mes problèmes personnels, je n'avais pas pris de congés où quoique ce soit d'autre. Je ne voulais pas rester seule, ça me mettrait encore plus le moral à zéro. Déjà qu'il n'était pas très élevé en ce moment, normal quoi. D'ailleurs c'était le moment où j'avais enfin terminé ma journée, que je pouvais rentrer chez moi qu'il fallait encore que je reste au commissariat. Enfin plutôt que je devais encore bosser parce que c'était à l'extérieur qu'on devait aller. On avait été prévenu par quelqu'un de la bande. Apparemment ils faisaient des courses illégales.

On était parti à plusieurs, c'était beaucoup plus sûr. Surtout qu'il devait y avoir pas mal de personnes alors forcément, cela allait vraiment être quelque chose d'énorme. Déjà si on pourrait arriver à faire quelques arrestations, ça serait franchement pas mal quand même. Je serai assez dégoûté si on revenait au commissariat sans rien du tout, sans un suspect. Ça ferait encore une journée pourrie de plus. Dans ma voiture de police, on arriva rapidement sur les lieux avec la sirène de police qui avait été activé. Là il pouvait s'attendre à voir la police débarquer oui. Ce genre de sirène n'était pas franchement discrète. En arrivant à destination, je descendais aussitôt de la voiture comme mes collègues pour qu'on puisse procéder à des arrestations comme il se doit. D'ailleurs je vis au loin un jeune homme qui essayait de s'enfuir. Pas de bol pour lui qui courrait dans la rue, je l'avais vu. Alors je me mettais aussitôt à lui courir après. J'allais certainement pas le laisser filer comme ça, pas le laisser filer sous mes yeux. Surtout que s'il se mettait à courir comme ça, c'est qu'il avait quelque chose à se reprocher. D'autres de mes collègues m'avaient suivi, on avait beaucoup plus de chance de l'attraper si on était à plusieurs dessus.

Voyant que le jeune homme s'arrêtait, j'en profitais bien au contraire moi pour accélérer le mouvement. Comme ça, j'arrivais rapidement jusqu'à lui. Il avait voulu faire le malin, bah maintenant c'était trop tard. Il était grillé et je l'avais choqué. "On vous arrête !" Dis-je donc au jeune homme en attrapant les menottes de mon collègue pour les mettre aux poignets du suspect. "Allez, on va au poste." Dis-je donc en n'avançant vers la voiture de police. Le jeune homme entrait à l'intérieur de la voiture et quelques minutes plus tard, on arrivait au poste de police. Une fois sur place, j'amenais le jeune homme jusqu'en salle d'interrogatoire pour que mes supérieurs puissent s'en occuper. En attendant, je restais là, au poste pour pouvoir savoir ce qu'il allait en advenir. Comment les choses allaient finir tout simplement. Quelques minutes plus tard, je vois le jeune homme sortir de salle d'interrogatoire, genre tranquille. "Non mais, attendez. Vous allez où là ?!" Lui demandai-je donc. Ils n'avaient quand même pas pu le libérer, ce n'était pas possible après ce qui venait de se passer ou alors il me manquait franchement une casse.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Samuels
Admin inspecteur Derrick
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2017
MESSAGES : 278

MessageSujet: Re: « Fuyez pauvre fou ! » [Victoire]   Dim 22 Oct - 16:03

Je viens de me faire avoir comme un rat. On dirait le petit délinquant de bas étage qui vient de dealer sa barrette de cannabis pour la première fois. Je suis vexé. Ma fierté en a pris un coup comme pas permis. Et alors que d’ordinaire, je passe les menottes aux gens le méritant, me voici en train de me faire coffrer. Je sais, je sais… Se faire arrêter pour des courses illégales, ce n’est pas bien non plus. Mais bon, cela sert pour ma couverture. Et de ce fait, je n’ai pas le choix. Je sais que je suis couvert par mes collègues mais quand même, si je peux éviter de me faire des casiers judiciaires ça m’arrange. Mon supérieur m’a déjà expliqué combien c’est des pieds et des mains pour supprimer mon incarcération et les détails de mon arrestation. Aussi, suis-je acerbe avec la brune tandis qu’elle m’arrête en m’immobilisant les poignets et en déclarant qu’elle m’emmène au poste. « Oui, j’imagine bien que vous m’emmenez au poste. Ceci dit, si c’est chez vous, je ne dis pas non. » Je lui souris de façon charmeuse même si je n’en pense pas moins. Pauvre petite, elle va vite être déçue de me voir sortir dans une heure grand maximum. Elle va rien comprendre à son existence. D’ailleurs, j’en profite encore pour la titiller. « D’ailleurs, vous avez oublié de prononcer la phrase habituelle « vous pouvez garder le silence etc… » comme dans les films. Vous êtes flic depuis quelques jours ? » Bon ce n’est pas bien d’agir ainsi, je sais. Maaaaais bon, faut bien titiller les flics. C’est quoi cette arrestation hein ? Ceci dit, rien ne joue en ma faveur et finalement, on finit par aller au poste de police, moi à l’arrière de la voiture de la police. Durant le trajet, je garde le silence me disant que lorsqu’on arrivera, j’utiliserai mon droit à passer un coup de fil. Il faudra que j’appelle mon supérieur afin qu’il fasse le nécessaire pour me faire sortir d’ici. Mais pour l’instant, je conserve le silence, ressassant dans ma tête, tout ce que je vais pouvoir dire.

Une fois qu’on arrive au poste, je déclare immédiatement que je veux passer un coup de fil. J’en profite donc pour engager la conversation avec mon supérieur avec qui j’explique ce qui m’est arrivé. Bien sûr, j’explique sans avoir de craintes, il sait à quoi je m’engage. Je suis en mission d’ailleurs. Ce n’est pas pour le plaisir que je me lance dans tant d’illégalités. Je suis obligé de faire et de ce fait, je préfère alors être mis en cellule et attendre le temps que mon chef fasse le nécessaire. C’est long d’ailleurs. Et finalement, je finis par voir un policier apparaissant et ouvrant la porte « Samuels, dehors. » Dit-il tandis que je me lève du banc et sors. Me dirigeant vers la sortie, je tombez nez à nez avec la femme flic m’ayant arrêtée, me demandant ce que je fais. « Bah, ça ne se voit pas ? Je me promène. » Je lui déclare d’un air amusé, souriant de façon un peu moqueuse, parce qu’il ne faut pas déconner non plus. De toute façon, elle ne pourra rien faire. Mon chef a tout annulé. « J’ai été libéré. » Je finis par lui dire d’une voix froide. Non parce qu’il est hors de question qu’elle me remette en cellule, j’ai été libéré et puis c’est tout. Mais je ne peux pas lui parler de ma mission. Je suis agent du FBI infiltré et ça doit rester secret. « Vous avez arrêté la mauvaise personne. Je n’étais pas mêlé à ces courses. » Je finis par dire en lui mentant effrontément. « Vous avez dû vous tromper de personne. Mais ce n’est pas grave, je ne vous en veux pas. » Je finis par lui dire en me mettant à sourire. « Les erreurs, ça arrive souvent. Je me dis que vous devez avoir commencé il y a peu, pas vrai ? » Ça m’amuse quand même de la charrier. En plus, ça se voit qu’elle est dégoutée de me voir dehors. Elle a dû se sentir rayonnante en m’arrêtant. Et maintenant, c’est la cruelle désillusion. « Peut-être que je peux vous offrir un café. » je finis par ajouter me doutant qu’elle va sans doute m’envoyer paître. Essayera-t-elle de m’arrêter encore une fois ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Fuyez pauvre fou ! » [Victoire]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Chavez traite Obama de « pauvre ignorant »
» Viens voir Victoire (Elle)
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Pourquoi les Haitiens forment-ils la classe la plus pauvre au Québec???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Hollywood-