Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Zackary [V2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Team Fluffy
Zackary P. Larson
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 67

MessageSujet: Zackary [V2]   Lun 4 Sep - 18:41




"La Gloire excite l'envie" - Alexandre Pothey


"Zackary Paul Larson"


◑ Nom Larson. ◑ Prénom(s) Zackary Paul. ◑ Date et lieu de naissance 1er janvier 1987 à Miami (Floride). ◑ Nationalité Américaine. ◑ Orientation sexuelle Hétérosexuel. ◑ Statut civil Agent sportif. ◑ Profession et/ou études Répondre ici. ◑ Quartier d'habitation Maison à Hollywood ◑ Qualités et défauts de ton personnage Fêtard – Dragueur – Compétitif – Sportif – Confiant – Charismatique – Dynamique – Drôle – Débrouillard – Persuasif – Leader – Sociable – Protecteur – Malin – Prétentieux – Matérialiste – Audacieux – Impulsif – Superficiel – Râleur – Calculateur – Secret ◑ Avatar Alex Pettyfer. ◑ Groupe Anachorete Hypocondriaque. ◑ Crédits @Ninetofive

L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire



Tics et manies et de ton personnage
Zackary est une personne qui pense beaucoup à lui. Non, il n'est pas du tout égocentrique. A peine. Lors d'une compétition, il faut toujours qu'il soit le meilleur, le gagnant. Il est très mauvais joueur. Il faut que les choses aillent souvent dans son sens et non le contraire. C'est un beau parleur et sait convaincre ses partenaires. En même temps, il ne réussirait pas sa carrière d'agent sportif. Il aime attirer l'attention, être adulé. Il adore le sport et suit pas mal de match. D'en jouer, c'est mieux. Ce n'est pas un mauvais bougre dans le fond mais tout n'est que carapace quelque part.
Le petit cocon de ton personnage
Avec son beau salaire d'agent sportif, Zack a choisi une grande belle maison sur Hollywood... et évidement situé à côté de la maison d'Arizona, la femme de sa vie qu'il cherche à récupérer. Evidement, ça coule de source. L'agent sportif y vit avec une potiche au nom de Barbara qui lui sert pour ses envies au milieu de la nuit. Chacun y trouve son compte en fait puisque Barbie vit évidement avec lui pour son compte en banque. Sa maison est immense sur deux étages. Grande cuisine, grand salon, deux salles de bains et au moins trois immenses chambres. Malheureusement, Zack n'a pas encore construit sa piscine dans son petit jardin mais ça serait peut-être qu'une question de temps !
Que pense t-il de la ville de Los Angeles ?
Ma vie passée ici a été magnifique. En réalité, Arizona a rendu ma vie à Los Angeles magnifique mais finalement, je suis parti. J'ai tout quitté comme un lâche pour revenir à ma ville natale qu'est Miami... mais en réalité, rien ne vaut Los Angeles. J'ai été con car j'ai compris que ma vie était à Los Angeles... Voilà ce que j'en pense : c'est là qu'est ma vie !
Pourquoi avoir choisi ce groupe ?
Parce que je suis un con, ça marche ? En fait, je suis le genre de personne dont il ne faut pas chercher des noises. Je sais ce que je veux ou ce que je veux pas. J'aime quand les choses sont tournées à mon avantage. Il faut que je sois le meilleur sinon rien ne va plus ! Je pourrais en mettre des jours entiers pour me remettre d'un échec car je ne l'accepte pas. Bref, il ne faut pas que ça m'emmerde !
Quel est le petit secret de ton personnage ?
Mon secret ? Quitter Arizona a été la plus grande erreur de ma vie. C'est la femme de ma vie et j'ai fait la connerie de la quitter ? Pourquoi ? Parce que je me suis mis à flipper ? Entre autre. Voilà mon secret : j'ai été un gros lâche pour la première fois de ma vie. Arizona me rendait bien meilleure.

Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...


Parce que nous sommes curieuses, forcément, nous allons te demander touuuuut un tas d'informations bien croustillantes à ton sujet. Ton prénom/pseudo Lorelei. Ton petit âge 27 ans. Ce que tu fais dans la vie à part tuer des gens Je vois du café. Personnage inventé ou scénario Scénario. Où as-tu connu le forum? J'y étais déjà avec une certaine Annouille. Un dernier petit mot ? Je vous nouille coeur

Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque

Code:
[url=http://vice-et-versa.forumactif.org/t3190-zackary-v2][color=red]◑[/color][/url] <span class="titlecat1">Alex Pettyfer</span> - Zackary P. Larson
[b]Zackary P. Larson : [/b][i]Hollywood[/i]
[color=green]♦[/color] [b]Zackary P. Larson: [/b] [i]Agent sportif[/i]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Fluffy
Zackary P. Larson
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2017
MESSAGES : 67

MessageSujet: Re: Zackary [V2]   Lun 4 Sep - 18:42



Dessine-moi un mouton


Le jour du réveillon, quelques heures avant l’heure fatidique qu’était minuit, Zachary avait décidé que c’était son moment de sortir du ventre de sa mère pour démontrer que celui-ci savait également faire la fiesta. Après quelques heures de travail, le beau blond naquit à trois heures du matin, faisant alors le bonheur de ses parents, Peter et Maria.

Zackary eut une enfance tout à fait normale et rien de plus banale, comme tous les enfants de son âge. Ayant de l’énergie à revendre, dès son jeune âge, ses parents l’inscrivaient aux clubs de sport : foot, basket. Il testa un peu de tout pour savoir ce qu’il appréciait le plus ou moins. Outre le fait que le sport le canalisait, très tôt, Zackary développa un esprit compétitif. Il fallait qu’il soit le meilleur. Il détestait absolument de perdre, et le faisait bien savoir.

L’enfant qu’il était n’avait pas de frère, ni de sœur avec qui partager quoique ce soit. Il grandit en tant que fils unique, mais ce n’était pas vraiment un problème. Cela l’arrangeait amplement car celui-ci adorait attirer l’attention de ses parents mais surtout celui-ci de sa mère. C’était si facile d’établir un lien avec cette dernière afin d’obtenir tout ce qu’il désirait. Sa mère ne lui mettait quasiment aucune limite, ce qui ne plaisait pas forcément à son père. La façon de l’éduquer avait souvent été un sujet de discorde entre ses parents. Selon son paternel, Zackary allait devenir quelqu’un d’égocentrique, de snobe et de feignant. Ce n’était pas de cette façon qu’on allait lui apprendre les bonnes valeurs.

A l’âge de 13 ans, la petite famille déménagea à l’autre bout du pays. Son père, Peter, étant commercial dans une entreprise, fut muté à Los Angeles, embarquant toute la petite famille avec lui. Pour Zackary, celui-ci n’avait pas forcément bien pris ce déménagement. Il ne partait pas dans un Etat voisin de la Floride. Non. C’était le bout de la terre : il quitta sa ville, ses amis, son club sportif. Tout. Et il devait alors tout recommencer à zéro. Rien de plus perturbant pour lui, au départ.

Finalement, le blondinet n’eut pas trop de difficulté à s’habituer et à s’intégrer en côtoyant sa nouvelle école, son nouveau club sportif. De nature non timide, il arriva à se faire de nouveaux copains... Et puis sans oublier les filles. Zackary entrait dans l’âge où ces mistinguettes devenaient intéressantes et attirantes. Même en rentrant au lycée, il fut dans son élément, comme un poisson dans l’eau. Entrant dans l’équipe de foot, Zackary devenait rapidement très populaire. Il était l’attraction des lieux parmi les autres sportifs de l’établissement. Ce fut alors dans sa première année de lycée où il perdit sa virginité avec l’une des filles populaires avant de fréquenter d’autres filles et surtout la belle Sidney, la chef des Cheerleader. Tous les deux faisaient le couple idéal et rêvé du lycée. Ils respiraient le parfait cliché du couple parfait. Quoi ? Trop de « parfait » ? C’était éventuellement le cas car en réalité, Zackary avait eu le coup de foudre sur cette nouvelle qui porte le nom d’Arizona. Dès le premier jour, dès son arrivée au lycée dans le couloir, la première fois que Zackary l’avait vue, il n’avait eu que d’yeux pour elle. Arizona était si attirante, énigmatique... elle avait ce quelque chose, ce pouvoir si mystique et si magique sur lui... mais ce n’était pas pour autant qu’il l’abordait. Non. En réalité, Arizona lui paraissait si inaccessible.... Pourquoi ? Parce qu’ils paraissaient si différents ? Peut-être. Celle-ci était posée, intelligente... Et lui, en réalité, tout lui était acquis. Quelque part, peut-être, il craignait ce qu’il pouvait ressentir à son égard... Et dans tout ça, sortir avec la chef des Cheerleader était la meilleure solution ? Evidemment ! C’était comme par hasard la meilleure amie de cette très chère Arizona.

Toutefois, la première fois qu’il côtoya réellement Arizona, ce fut quand celle-ci vint lui donner des cours d’algèbre. Si Zack était bon quelque part, c’était en sport. Après, le reste, et surtout les mathématiques, c’était mort ! Son très cher père, avec qui il avait de magnifiques liens – ironiquement parlant – insista alors pour qu’il ait des cours particuliers afin d’améliorer ses notes dans cette matière... Il tenait à ce que le blond fasse des études et aille le plus loin possible, et ça ne marcherait pas autrement. Il fallait évidemment qu’il soit bon de partout. Merci père de mettre une pression supplémentaire ! Vraiment, merci ! Cela dit, quand Zackary se rendit compte que sa tutrice était Arizona, il tomba de haut et ne put s’empêcher d’être froid, distant et hautain avec ses grands airs pour lui balancer un « T’es qui, toi ? », comme s’il ne la connaissait pas et ne l’avait jamais vu alors que c’était tout le contraire. Il l’avait pertinemment bien vu.

De fil en aiguille de leurs entrevues, Zackary osa lui demander de rester pour faire un film. Depuis le temps, il commençait largement à la connaître un peu plus et ... elle lui plaisait toujours un peu plus. Ses sentiments étaient toujours là, bien présents. Il ne savait réellement comment ça avait pu se faire mais cette soirée-là était un tournant où tous deux captivés par le regard de l’un et l’autre, Zack franchit la limite pour l’embrasser. Ce soir-là, Zackary n’avait même pas eu une seule pensée pour Sidney. Nada. Niette.

Le lendemain, Zackary retrouva rapidement Arizona sous les gradins du stade, à l’abri des regards. Quand ils avaient enfin récupéré leurs esprits et atterri sur terre, Arizona lui fit tout suite comprendre qu’il ne s’était rien passé. Ce jour-là, cette annonce fut comme un coup de poignard dans son cœur. Ne l’intéressait-il pas ? N’avait-elle pas de sentiments pour lui ? Ne ressentait-elle rien ? Tant de questions se bousculèrent dans son esprit ainsi que tant d’émotion : la frustration, la déception... Aucun mot de ne sortait de sa bouche et le fait de lui avouer ses sentiments ? Il n’en avait pas le courage de peur de se prendre une claque. Sa fierté prenait le dessus. Sans un mot, il la laissa planter là, alors... respectant son désir : il ne s’était absolument rien passé et il allait faire genre...

Même pas un mois plus tard, leurs chemins se croisèrent lors d’une soirée chez Cassie, une belle fille du lycée. Zack était bien surpris de retrouver Arizona. Après tout, c’était loin d’être son genre de soirée à celle-ci, non ? Les verres s’enchaînaient. N’était-ce pas le but de ce genre de soirée ? L’alcool coulait à flots et c’était fait pour le boire... mais ce n’était pas bon pour tous les deux. Non. Quand il s’agissait de tous les deux, seul à seule... c’était à se demander ce qui se commandait chez eux quand le cerveau était en off et perdait le contrôle... Dire que ça pouvait être défini comme une nuit magique alors que tous les deux étaient déchirés. Quelque part, Zackary avait réalisé dont il avait rêvé. Peut-être pas de cette manière mais ... Quand Sidney découvrit le pot aux roses  (évidemment la nouvelle s’était répandue comme une traînée de poudre) celle-ci avait pris la poudre d’escampette après avoir crier son dégoût et ses quatre vérités... Et c’était l’occasion pour le blondinet d’avouer tout ce qu’il avait sur le cœur à Arizona. Il ne regrettait absolument rien car il n’y avait qu’elle à ses yeux. Pas Sidney. Pour une fois, il n’avait pas eu peur, ni craint d’avoir déballer ce qu’il ressentait à ce moment-là... et depuis ce jour-là, tous les deux vivaient un conte de fée.

Après les années lycée, le couple entamait l’université. Ils étaient toujours inséparables. Zackary voulait rester dans le domaine sportif. Si d’un côté, il aurait tout voulu claquer pour devenir joueur de football, son père s’était totalement opposé à ça... L’idée de devenir agent sportif était ainsi venue comme limpide et une évidence, surtout que ça demandait seulement une étude de trois ans.

Tous deux diplômés, ils s’installèrent enfin ensemble. Pour sûr, leur couple évoluait très bien. Petit à petit. Il n’y avait rien de plus sérieux...Le temps passait si vite. Vraiment. Ils s’étaient rencontrés au lycée, avaient continué leur relation à l’université et désormais, ils vivaient ensemble... pendant deux années. Deux bonnes années. La prochaine étape ? Le mariage ? Un bébé ? Pour sûr, c’était une chose dont Arizona ne serait vraiment pas contre, la connaissant. Qui savait si elle en rêvait déjà, ou bien, n’attendait que ça de sa part... Pour sûr, Zackary se mit un coup de pression monstre, et ce, peut-être pour plusieurs raisons et pas forcément très légitimes. Déjà, sa carrière professionnelle avait du mal à décoller. Il était jeune, pas tout à fait bien expérimenté même s’il s’acharnait et y mettait toute sa volonté. Il ne pouvait pas forcément offrir grand-chose à Arizona s’il ne pouvait rien lui apporter financièrement parlant. Alors en plus d’imaginer un gamin ? C’était beaucoup trop tôt. Zackary se sentait beaucoup trop jeune pour ça. Et ses parents n’étaient pas forcément un modèle. Evidement que non puisque ce fut la période où il découvrit que celui qu’il croyait être son père n’était pas le sien biologiquement. Non. Sa mère avait déjà été enceinte lorsqu’elle rencontra Peter. Cela ne semblait pas le déranger puisqu’il ne pouvait concevoir. Dans la tête de Zackary, fonder une famille n’était pas spécialement l’idéal. Il n’en avait pas spécialement l’envie non plus... Pas encore. Il ne pouvait s’empêcher de se demander qui était réellement son vrai père dans tout ça ? Encore un peu, le blondinet allait traverser une petite crise d’identité. Suite à ses informations récoltées, son père biologique se trouvait toujours à Miami.

Sans crier gare, en plein été, Zachary laissa un mot à Arizona pour lui dire de ne pas le chercher. Arizona méritait tellement mieux... Oui, le beau blondinet qu’il était plaquait tout. Il laissait tout tomber. Son couple. Son chien. Son appartement... Il avait besoin de s’offrir des opportunités professionnelles, il avait besoin de changer d’air, de voir du monde... de savoir qui était son vrai père... Tout. Et si en réalité, d’avoir rencontré Arizona le bloquait dans une bulle ? Le bloquait tout court ? Non, il n’était pas en train de péter un câble. Il pourrait tout simplement lui parler. Arizona pourrait comprendre, de même peut-être le suivre au bout du pays mais non, au lieu de ça, il la planta comme un lâche. Il ne pouvait lui dire en face... C’était comme s’il devait faire tout ça de lui-même.

Les sept prochaines longues années après sa séparation avec Arizona, Zachary les passa en Floride en quête de retrouver son père, de réponses et avant tout une carrière professionnelle. Quelques mois suivant son arrivée, il trouva la trace de son père : Marcus Byrne, PDG de plusieurs club fitness. Zackary avait peut-être trouvé un filon pour intégrer les lieux sans pour autant tout avouer de but en blanc à cet homme. Il voulait tout abord apprendre à le connaître avant de se faire jeter comme de la merde. En parallèle, Zackary put rencontrer de nombreux partenaires et des joueurs et put jouer les intermédiaires. Le fait d’avoir une facilité à négocier entre ce beau monde attira énormément l’attention de Marcus, son père. Celui souhaitait faire des projets avec lui, lui faire rencontrer des personnes haut-placé. Professionnellement parlant, Zackary avait largement trouvé le bon filon pour pouvoir se développer...

Du point de vue familiale ? Plus il se rapprochait de son père, plus il s’immisçait dans sa vie, et c’était pour découvrir sagement qu’il avait un demi-frère, Jason, et une demi-sœur, Maÿlis. Ceux-ci étaient nés avec une cuillère à la bouche. Si Maÿlis était adorable, Jason, quant à lui, était exécrable. Le courant ne passait pas du tout. S’il savait qui il était, pas sûr que ça améliore leur relation. Zackary ne s’empêchait absolument pas de lui faire du rentre-dedans pour se défendre. Leur relation ne s’arrangea pas quand Marcus traitait Zack comme s’il était son fils, plus que Jason l’était.

Un jour, Marcus lui annonça qu’il était malade, victime d’un cancer et que ce n’était qu’une question de temps... Il souhaitait même léguer son entreprise à lui et non à Jason. Zackary profita de cet instant pour lui avouer sur sa véritable identité. S’il pensait bien faire, il avait eu tort... Toute suite, Marcus ne le crut pas et pensait qu’en réalité, Zack était venu surtout là pour le dépouiller. En l’espace de deux secondes, il avait le cerveau littéralement retourné... Cela sonna comme un « au revoir »... Jason, lui, fut bien heureux de voir que ça parte en vrille. Son pauvre père avait enfin ouvert les yeux et lui allait pouvoir récupérer l’entreprise.

Zack crut bon de partir et de revenir à ses autres sources : Los Angeles. Maÿlis, sa demi-sœur, lui avait avoué qu’elle lui manquerait. Peut-être était-ce réciproque. C’était la seule personne qui lui voulait du bien. Pour sûr, il gardera contact avec elle.

De retour à Los Angeles, il avait bien repéré où il allait vivre : Hollywood. Et pas n’importe quel maison, non plus... Cela faisait un moment qu’il surveillait et dès qu’il eut l’opportunité, il la saisit ! Oui, quelque part, Arizona n’avait pas quitté ses pensées depuis tout ce temps... Pour dire, il la suivait son émission et souriait comme un con même si parfois, il en était nostalgique.. Oui, son retour fut tout à fait calculé. En réalité, il ne savait ce qu’Arizona était devenue, si elle l’avait oublié, si elle avait refait sa vie ou non mais Zackary était déterminée à la retrouver et la reconquérir... Mais c’était déjà mal barré : il emménageait avec une nénette superficielle qui lui servait de « petite amie » ou plutôt de poupée gonflable la nuit !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Fluffy
Aaron Samuels
Team Fluffy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2017
MESSAGES : 190

MessageSujet: Re: Zackary [V2]   Mar 5 Sep - 11:16

Je te valide What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Zackary [V2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zackary "La plupart de nos ennuis sont notre création originale"
» (m) Zackary Quinto - Mercenaire, chef de meute
» Partner in crime ~ Samuel & Zackary
» Retrouvailles ✘ Svein & Zackary
» Rien, ni personne sur mon chemin ne pourra me briser.... - Zackary Bowman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Tes rancœurs dialectiques :: Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous ! :: Les fiches validées-