Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 589

MessageSujet: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Lun 25 Sep - 15:12



Joan & Arizona



You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.



J’étais persuadée de les avoir mises là pourtant… Enfin, ça ne disparaît pas comme ça des oranges. Comment vais-je pouvoir presser le jus à l’intérieur des fruits pour mon petit-déjeuner moi ? Aish. Je n’avais pas vraiment besoin de ça dès le matin. Un bref coup d’œil en direction de la maison voisine suffisait à renforcer ma rage matinale. Elle, sa Barbara à la tête vide, avait très certainement son jus d’orange ce matin. Si ça se trouve, elle s’était infiltrée chez moi dans la nuit pour me piquer mes oranges et demander à Zack de lui faire son petit jus ce matin… Devenais-je parano ? Oui. La blonde avait ce don de rendre folle. Elle ne m’avait pourtant rien fait. Mais entendre sa voix aiguë, son rire d’abrutie et son corps bien trop fin comparé à mes petites poignées d’amour stockée depuis bien des années sur les hanches. Ok, j’étais peut-être jalouse. Un poil. Mais qui ne le serait pas ? Etais-je jalouse car elle vivait avec Zackary et vivaient ensemble une love story digne d’un film romantique ? Aucunement. Tout d’abord, avec Zackary, c’était fini depuis un bon moment déjà. La page avait été tournée et d’autres également ensuite. Finalement, il n’était qu’un premier chapitre de ma vie et d’autres avaient suivi cette histoire. Zackary avait compté, mais cela restait au passé. Zackary n’existait plus dans mon présent. Insignifiant. Et puis, il y avait Konan. Ah, Konan… Cet homme qui me rendait heureuse depuis déjà une demi-année. C’était fou comme le temps pouvait passer à une vitesse dingue avec lui. Moi qui doutais légèrement de la solidité de notre relation, ça semblait tenir plus que je l’aurais pensé. Je m’attachais de plus en plus au DJ, tombais de plus en plus amoureuse, succombais de plus en plus à la paranoïa qui m’habitais quand une relation amoureuse s’intensifiait. Ressaisis-toi Arizona, ne déconne pas, ne foire pas tout. J’aimais Konan. Oui, j’aimais Konan et il faisait mon bonheur au quotidien. Il était cette personne qui avait pris tant d’importance dans ma vie en si peu de temps, que ç’en était effrayant. Comment avais-je pu douter ? Et dire que j’avais failli passer à côté, à côté de ce bonheur, de cette joie de vivre qui m’habitait depuis. Jusqu’alors, seule ma famille et mes amis me comblaient de la sorte. Disons qu’il fallait faire avec les moyens du bord. Heureusement, ils avaient été là, eux. Oliver et Kate passaient régulièrement manger à la maison. Kate ramenait le gâteau, Oliver ramenait… Sa personne. James venait également me rendre visite, partageant une limonade sur la terrasse du jardin. Holly prenait un malin plaisir à triturer mes cheveux en parlant potins. Et Maya, quant à elle, me proposait régulièrement des sorties au théâtre et au cinéma, histoire de partager quelques soirées ensemble. Puis, il y avait les amis. Forcément, le premier nom qui me venait n’était autre que Joan. Joan, ma meilleure amie. La crème de la crème. The cherry on the cake. Cela faisait un moment que l’on ne s’était pas vu. Disons que mon travail m’avait énormément occupée dernièrement. Il faut dire que c’était la rentrée scolaire, l’émission reprenait alors de plus belle pour passer en temps et en heure chaque soirée à la télévision. Finalement, c’était également ma rentrée. Joan, elle aussi, était certainement très prise à l’hôpital. C’est pourquoi nous n’avions que peu de temps libre, chacune de notre côté, et nous voir était carrément impossible. Déjà, s’envoyer un sms était compliqué, s’appeler s’était pire, mais alors se voir… c’était impensable. Mais avec chance, mon agenda indiquait un grand temps libre dans ma journée. Une occasion en or de voir ma meilleure amie, la plus belle de toutes, afin de discuter et rattraper tout ce qu’on avait pu louper dans la vie de l’autre.

« Par pitié, dis-moi que tu as un peu de temps cet aprem. J’suis dispo. Il faut absolument qu’on en profite pour se voir ! Tiens-moi au courant ma beauté. xoxo ♥️ »

Ni une, ni deux, le sms était envoyé. J’avais toujours peur de l’appeler, de peur de la perturber durant son travail. Il faut dire que Mademoiselle Miller n’avait pas choisi le meilleur des jobs niveau horaires. Cette dernière pouvait travailler autant de jour que de nuit. Tu parles d’un rythme… Enfin, de ce côté, je pouvais bien parler. J’espérais réellement que Joan soit disponible cet après-midi pour discuter. C’était bien beau de discuter avec la famille, les potes ou les collègues, mais rien ne valait une meilleure amie. Une meilleure amie qui savait tout de moi. Une meilleure amie qui suivait chacune de mes péripéties depuis le lycée.

***
MARINA DEL REY

Rien de mieux que l’air frais sur la Marina. Le bruit des quelques vagues de l’océan Pacifique s’échouant contre les coques des bateaux dans le port. Oui, tout cela formait une image des plus agréables. La seule chose qui manquait, c’était la beauté de Joan dans le paysage.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 857

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Dim 1 Oct - 14:33

You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.C'est une sacré période que nous avons là à l'hôpital et pour cause, c'était la saison ou les gens étaient nombreux à venir défois pour rien ou bien au contraire, ils viennent pour des raisons plus graves.
On était en sous-effectif et l'hôpital refusait de recruter alors on est obligé de faire des heures supplémentaires donc tu sais que ses horaires-là ne seront jamais payé.
Maintenant mon planning était trop chargé et je n'avais plus le temps de voir mon frère et ni mes amis mais je savais que c'était juste une petite période à passer.
Aujourd'hui, j'étais enfin en repos et je peux vous dire que je comptais me reposer un maximum et ne pas sortir à part pour me faire des courses.
J'étais tranquillement dans mon canapé en pyjama avec mon thé quand je reçois un message de ma meilleure amie Arizona , je saute de joie!
Elle me propose qu"on se voit dans le Marina Del Rey et bien sûr j'accepte son invitation,j'avais trop besoin de la voir ma petite blonde.

Comme il faisait froid dehors, je décide de me mettre un pull par dessus le tee shirt avec un motif de licorne et un jean foncé pour être en accord avec la saison.
EN regardant le temps , c'est là qu'on se dit que l'été avait bien disparu et que l'automne avait pris place pour après laisser à l'hiver.
Les température était supportables mais pour combien de temps? Quand je sors , il faisait ni trop chaud, ni trop froid, je rejoins la belle blonde sur le port et lui souris:
-Ma chérie ! Tu m'a manqué ! dit-je en la prenant dans mes bras.
Nous allons dans un petit café par très loin du port et je comptais bien faire ma curieuse de sa petite vie et surtout son couple avec le beau Konan qui faisait vibrer son petit coeur.
Un serveur fort mignon arrive en notre direction et prend notre commande et croyez moi que je me suis pas gêné de lui faire des sourires , je regarde Arizona et lui dis:
-Alors tu va bien bichette ? Quoi de beau dans ta vie?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 589

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Lun 4 Déc - 14:10



Joan & Arizona



You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.



Il fallait que je voie ma meilleure amie. C’était d’une importance capitale ! Beaucoup de choses s’étaient passées depuis la dernière fois qu’on s’était vues. Joan, c’était celle qui me comprenait, celle qui me conseillait, celle qui savait me dire quand je faisais bien ou que je faisais mal, celle qui me réconfortait quand ça n’allait pas, celle qui était toujours présente pour moi, quoiqu’il se passe. Joan, c’était vraiment une personne importante à ma vie. Sans elle, que ferais-je ? Elle était comme ma famille. Après tout, c’était bien connu que les amis était la famille que nous avions choisie. Et Joan, je l’avais directement choisie, au premier regard, au premier contact. Nous étions faites pour nous rencontrer, nous entendre et ne plus jamais se quitter. Notre amitié durait depuis bon nombre d’années déjà. Quinze ans, pour être exacte. La moitié de notre vie. Et même s’il ne s’agissait que de la moitié, j’avais l’impression de l’avoir toujours connue et eue à mes côtés. On se connaissait tellement bien, dans les moindres recoins. Aucun secret entre nous, aucun tabou, on se disait absolument tout. Même quand on savait que ça ne pouvait pas plaire à l’autre, on ne pouvait pas s’empêcher de le dire. On se l’était juré, aucun secret. Meilleures amies, pour la vie. Au moins, notre binôme aura tenu tout ce temps. Alors que nous étions, à la base, un trio, avec Sidney. Les événements avaient fait que nos chemins s’étaient séparés avec l’autre blonde. Elle ne voulait plus entendre parler de moi, et je ne souhaitais plus entendre parler d’elle. Mais nous nous étions revus, coup du destin, certainement. L’avais-je dit à Joan ? Je ne me souvenais plus… D’ailleurs, quand était-ce la dernière fois que nous avions eu le temps de converser ensemble ? Oh, il y a de ça plusieurs jours, voire des semaines. Nous nous envoyons toutefois des textos, afin de se raconter les banalités de la vie, ou encore prendre de simples nouvelles de l’autre. Mais cela n’avait en rien à voir avec une après-midi ensemble, en tête à tête. Je l’avais toujours dit : Joan était ma moitié, mon âme sœur amicale. Quand je réfléchissais sur mon avenir, je la voyais partout. Un mariage ? Elle serait mon témoin. Une naissance ? Elle serait la marraine de mon enfant. Une augmentation ? Elle serait celle que j’appellerais pour lui offrir un verre. Une nouvelle incroyable ? Certainement la première à qui je l’annoncerais. Et là, j’avais quelque chose à lui annoncer : mon week-end avec le beau Konan. Un événement important, croustillant et carrément palpitant.

Voilà que la plus belle faisait son apparition au milieu de la foule, me rejoignant rapidement dans son élégance exemplaire. « Ma chérie ! Tu m'as manqué ! » Des embrassades, des accolades. Mon dieu, ce qu’elle m’avait manqué, elle aussi. « Tu n’imagines pas comme tu m’as manqué également ! » lui dis-je en souriant grandement. C’était comme si je retrouvais un peu de ma vie, quand je la voyais. J’avais besoin de cette énergie qu’elle me donnait. Nous étions différentes, mais complémentaires. C’est ce qui faisait notre force. Et il fallait qu’elle me donne le peps, l’euphorie, la folie qu’elle avaient, et que je n’avais pas. C’était auprès d’elle que je récupérais ces forces. « On s’installe en terrasse ? » lui proposais-je en présentant le café non loin d’un geste de main. Ainsi, nous nous dirigions vers la terrasse du café. Me poser en terrasse de café avec Joan, déblatérer sur nos vies désastreusement hilarantes, était mon passe-temps favori. Je pourrais faire cela à longueur de temps. Même si cela équivalait à déverser tout mon salaire en café, peu importe. Le serveur se ramenait assez rapidement, et je ne pouvais manquer les sourires qu’affichait Joan à serveur. Je donnais ma commande avant que le serveur, plutôt mignon je le conçois, ne disparaisse pour préparer nos demandes. « Hey, je t’ai vu, coquine ! » lui dis-je en riant, faisant référence aux regards et sourires charmeurs qu’elle avait pu lui adresser. « Alors tu vas bien bichette ? Quoi de beau dans ta vie ? » me demanda la belle brune. J’esquissais un sourire, presque gênée de dire ce que je comptais dire. « Je vais super bien. Tu ne devineras jamais où nous sommes allés avec Konan… » Juste le minimum pour teaser notre week-end à New York et que la cardiologue en demande plus. « Et toi, quoi de nouveau ? » lui demandais-je en retour, hâte de découvrir ce qu’il avait pu se passer dans la vie de ma meilleure amie depuis la dernière fois.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 857

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Mer 13 Déc - 9:34

You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.Arizona était comme ma soeur et nous avons toujours été inséparable même après qu'elle se soit disputé avec Sidney, je n'ai pas voulu prendre partir car cela me concerner pas.
C'était important que je la voie car j'avais tellement de chose à lui dire , la découverte d'une soeur Luna, le retour de Peter , mes sentiments envers lui, Abraham qui est décédé.. Bref tellement de chose qu'elle ne peut pas imaginer.
Ce rendez-vous était très important et puis mince elle m'avait manqué la blonde ! Nous étions arrivé au café et je prend ma blonde dans mes bras, heureuse de la revoir!:
Nous nous installons en terrasse et un serveur plutôt mignon nous prend la commande et le serveur n'était pas insensible à mes sourires.
- Cela ne veut pas dire que je suis au régime que je ne peux pas regarder le menu.dit-je en faisant un clin d'oeil.
Je voulais qu'elle réfléchisse à cette phrase où je donnais beaucoup d'information, elle me parle de son couple avec le beau Konan et m'annonce qu'il sont partit à New York ! New York ! Elle a dû s'éclaté la petite et il n'a pas fait les choses à moitié le petit jeune! Elle a l'air bien accro à cet homme doit-je m’inquiéter ? Je pense pas, l'essentiel c'est qu'il rend heureuse Arizona et puis comme ça Zack n'aura qu'a bien se tenir loin d'elle.
- Oh mais c'est super ! Tu va devoir tout me raconter car je vais pas te lâcher !
Elle me demande ce qu'il s'est passé dans ma vie depuis la dernière fois, elle risque d'être bien étonner du retour de Peter.
- Figure toi que Peter est revenu à Los Angeles y'a quelque temps, nous nous sommes retrouvé par hasard dans un bar alors que j'avais un rendez-vous galant avec un homme qui au final n'était que un pervers. Peter m'a sauvé de cette situation et nous nous sommes expliqué, j'avais besoin de réponse à mes questions puis nous nous sommes vu souvent pour ainsi que ben .euh il m' avoué ses sentiments pour moi tu le savais qu'il en avait pour moi?
Oui Peter était bien revenu à Los Angeles et ne voulait plus reparti car il m'aime moi Joan Léna Miller , il compte bien me prouver chaque jours que son amour est sincère, que chaque jour il veut être l'homme de ma vie, c'est le cas pour ma part.
Je suis contente que nous ayons trouvé le grand amour avec Peter et Konan, je suis heureuse que Arizona soit joyeuse de sa petite vie.
- J'ai tellement de chose à te raconter ma chérie!Dit-je en prenant ses mains


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 589

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Lun 15 Jan - 22:45



Joan & Arizona



You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.



Chaque rendez-vous avec Joan était un pur régal. Nous avions toujours des tonnes de choses à nous raconter. Entre rires, larmes, éclats de joie, peurs… Nos conversations étaient toujours rythmées, sans qu’on ne puisse s’ennuyer une seule seconde. Des accolades plus tard, nous nous placions en terrasse. J’avais bien vu le jeu de regards entre la brune et le mignon petit serveur. Alors comme ça, elle était intéressée, je la reconnaissais bien là. C’est exactement le genre de choses que moi je n’oserais jamais faire, et je l’admirais pour tant d’impudeur. C’est pourquoi elle avait plein d’hommes à ses pieds, et ce, depuis toujours. Quand nous étions adolescentes, c’était toujours elle, ou bien Sidney, qui attirait tous les hommes. Moi, j’étais la bonne copine que les hommes interpellaient simplement pour demander comment s’appellent mes amies, alors que je pensais enfin intéresser l’un d’eux. Sympathique, voyez-vous. « Cela ne veut pas dire que je suis au régime que je ne peux pas regarder le menu. » répondait-elle, m’extirpant un joyeux rire. Disait-elle qu’elle était au régime des hommes, ou alors était-ce une allusion à la rencontre d’un homme ? Hm, cela me laissait pensive, mais pas assez longtemps car la ravissante brunette me demandait ce qu’il se passait dans ma vie dernièrement. Directement, j’ai parlé de mon voyage avec Konan. « Oh mais c'est super ! Tu vas devoir tout me raconter car je ne vais pas te lâcher ! » s’extasiait-elle, me faisant rire à nouveau. Son euphorie était communicative. Je me doutais d’une telle réaction. « Ne t’en fais pas, je comptais touuut te raconter. Konan ne voulait pas me dire où nous partions, il m’avait simplement demandé de faire ma valise. Je ne te raconte pas la galère quand tu ne sais pas où tu vas… Et le lendemain, quand il est venu me chercher, il m’a avoué qu’on partait à New York ! » commençais-je à lui expliquer, des étoiles dans les yeux en y repensant. Certains pourraient penser que ce n’est pas une ville romantique, pas comme Paris ou Venise, mais je partais du principe qu’une ville devenait automatiquement romantique quand on y allait avec la personne qui partageait notre quotidien. Ainsi, New York était devenu une magnifique ville. Moi qui y étais déjà allée pour le travail, je l’avais redécouverte. Il faut dire que je n’avais jamais pris le temps de la visiter. Alors que le deuxième jour, nous avions vadrouiller dans les rues avec Konan, main dans la main. Tout avait été si magique, j’avais passé un magnifique séjour en sa compagnie. « C’était un super séjour ! Le premier soir, il travaillait. Mais le lendemain, nous avions passé une magnifique journée à visiter. Et je ne te parle pas de notre nuit de folie ! » ajoutais-je en riant après mes derniers mots. C’est là qu’on voyait à quel point nous étions proches, telles de vraies meilleures amies, ça parlait sexe. Un des meilleurs sujets de discussion, au passage.

Le serveur revenait avec nos consommations, avant que je lui demande les nouveautés dans sa vie. Je buvais quelques gorgées de ma boisson, d’une oreille attentive. Peter… Peter était revenu à Los Angeles. « Ohlala, mais que de rebondissements ! » hurlais-je presque en m’étouffant avec ma boisson. « Mais t’aurais dû me prévenir que t’avais rendez-vous avec un type, je serais venue en renfort au cas où. » lui faisais-je remarquer. Après tout, c’était le rôle d’une meilleure amie. Quand je rencontrais pour la première fois des hommes avec qui j’avais chaté sur internet, Joan était derrière, prête à intervenir au moindre de mes signes, prétextant que c’est ma petite-amie folle de rage. Oui oui, c’est déjà arrivé, et on avait bien ri ! « Mais attends… QUOI ? » hurlais-je, comprenant enfin la suite de l’histoire. « Peter t’a avoué ses sentiments ? » criais-je à nouveau, demandant confirmation à ce que je pensais avoir entendu. Mon dieu, je n’en croyais pas mes oreilles ! D’où l’histoire du régime et du menu, hmhm… « J’suis choooooquée ! Non, je ne savais pas du tout ! » répondais-je enfin à la question de ma meilleure amie. Je ne me doutais pas que Peter avait des sentiments pour Joan. Disons que Peter n’était pas une personne que j’affectionnais particulièrement. Je n’avais rien contre lui, non, mais je le gardais à l’œil. Je ne voulais pas que Joan souffre encore à cause d’un homme, donc je faisais l’amie protectrice, j’avoue. Mais si elle était heureuse ainsi, je ne pouvais que lui donner tous mes vœux de bonheur. « Mais du coup vous êtes ensemble ? Oh, je suis trop contente pour toi ma chérie ! » m’extasiais-je en sautillant sur place. « Mais comment ça s’est fait, tout ça tout ça ? Je veux touuuuut savoir ! Dis-moi tout ! » ajoutais-je, toujours aussi enjouée si ce n’est plus, alors que Joan affirmait qu’elle avait plein de choses à me raconter. J’étais tout ouïe.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 857

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Jeu 1 Fév - 13:55

You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.Arizona me racontait son week-end à New York, la ville où j'ai rencontré Peter et d'après ses paroles, leur séjour s'était très bien passé en même temps on ne peux qu'aimer cette ville! New York était la plus belle ville des Etats Unis!
Premier jour, Konan avait une soirée pour son boulot et le deuxième jour ils ont profité pour visiter et faire sûrement quelques magasins connaissant ma belle blonde.
Elle me parle des nuits de folies et je rigole parce qu'on peux voir à quel point nous sommes très proche après tout les meilleures amies racontent ça non?  D'après ses paroles, Konan devait être un jolie coup au lit.
- Charmant tout ça ! j'en conclus que Konan est un dieu au lit?
Je lui fais part de l'arrivé de Peter à Los Angeles et du fait qu'il m'a sauvé d'une sale situation, oui j'aurai pu appeler Arizona et lui demander de m'accompagner mais je pensais pas que l'homme dont j'avais rendez-vous était un pervers.
- Je pensais pas que c'était un pervers moi, belle homme très charismatique tout d'un homme idéal sans penser qu'il avait un côté pervers. Peter a failli lui casser la gueule.
Ils nous arrivait par moment de faire croire que nous étions lesbienne, ça nous faisait rire de voir l'expression des hommes mais on le fait quand on sent que la personne n'est pas sincère avec nous bien sûr. Konan n'a pas à s’inquiéter sur l'orientation sexuelle de ma meilleure amie .

Après lui avoir raconté que Peter m'avait bien avoué ses sentiments, Arizona reste choqué car jamais elle n'avait pensé qu'il éprouvait les mêmes sentiments que moi et comprend le sens de ma phrase quand je lui est dit " cela ne veut pas dire que je suis au régime que je peux pas regarder le menu" .
- Faut croire qu'on cachait bien nos sentiments depuis si longtemps.
Elle avait fini par comprendre que je sortais avec Peter Watson et bien sûr, curieuse de sa nature, elle veut savoir les moindres détails de notre mise en couple.
- Nous nous sommes vu plusieurs fois, on s'envoyait des messages tout le temps et puis un soir, il est venu manger chez moi et nous avons abuser un peu d'alcool. Faut croire que l'alcool nous rend encore plus romantique, nous nous sommes avoué nos sentiments et puis nous avons passé une nuit de folie. Je te cache pas que ça me fait bizarre de me dire que mon meilleur ami est mon petit ami mais je sens que c'est le bon. Je le sens Arizona . Toi le boulot? Ta famille?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 589

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Mer 14 Fév - 14:15



Joan & Arizona



You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.



Nous avions beau nous appeler tous les deux jours, ou parler par textos à chaque heure de la journée, nous avions toujours des tas de choses à nous raconter avec Joan. Et forcément, on gardait les événements intéressants et les plus palpitants de nos vies pour les fois où on se voyait en face à face, autour d’un bon repas ou d’un verre près du canal à Venice Beach. Ainsi, on voyait les réactions en direct, ce n’était vraiment pas pareil. J’aimais voir les têtes qu’elle faisait quand je lui annonçais les aventures avec mon nouvel amoureux, Konan. Ah, Konan, il y avait tellement de choses à raconter sur lui. Il faisait mon bonheur depuis de nombreux mois déjà, presque un an. Et il fallait à tout prix que je parle de ce week-end à New York avec lui à ma meilleure amie. Et bien sûr, la discussion déviait toujours vers la partie sexe. Que ce serait une bonne conversation entre meilleures amies si la discussion "sexe" n’était pas de la partie ? Ce ne serait pas une bonne et vraie conversation digne de ce nom ! « Charmant tout ça ! J'en conclus que Konan est un dieu au lit ? » demandait la curieuse brunette, ce qui déclenchait immédiatement un rire de ma part. « Un Dieu ! » répondais-je automatiquement en riant davantage. « Finalement, le fait que ce soit un jeune homme de vingt-six ans a bien des avantages. Il est encore frais, encore super dynamique, si tu vois ce que je veux dire… » ajoutais-je avec un petit clin d’œil, parlant encore de moi comme si j’avais cinquante balais, me rangeant au stade de vieille peau qui ne connaissait plus que les mollassons au lit.

Je buvais à nouveau quelques gorgées de ma boisson en écoutant les récits de ma brune préférée. Le retour de Peter. Une surprise incroyable. Je pensais ne plus jamais en entendre parler, et pourtant… Il était bel et bien de retour dans la vie de Joan, et qui plus est, à Los Angeles. A croire que tout New York allait se ramener dans la ville Californienne. Bien sûr, je faisais la fausse vexée qu’elle ne m’ait pas appelé pour venir en renfort durant son rendez-vous galant. Mais elle s’excusait bien vite en disant qu’elle ne s’attendait pas à un pervers. Il présentait bien, une allure chic, un sourire d’ange… Il avait tout de l’homme idéal. Elle aurait dû se douter que c’était trop beau pour être vrai ! Un homme comme celui-ci cachait forcément une part d’ombre. On a tous cette part d’ombre en nous, celle qui est bien cachée et qu’on ne veut pas être révélée. Là, cet homme l’avait montré un peu trop tôt, gâchant directement son rendez-vous avec la plus parfaite de femmes, Joan. Il ne savait pas ce qu’il loupait ! Ou alors, il le savait bien trop… « Peter a failli lui casser la gueule ? Eh bien, il aurait dû carrément le faire ! On en touche pas à ma meilleure amie, Joan Miller, voyons ! » dis-je ensuite, attrapant les mains de ma meilleure amie, comme en guise de soutien après cette épreuve qui aurait pu s’avérer difficile. Je voulais qu’elle comprenne que, même si je n’étais pas là à ce moment précis, j’étais désormais là. Là, à son écoute. Si jamais elle souhaitait en parler, elle le pouvait.

Et là, je comprenais que quelqu’un d’autre était là pour elle, si jamais elle souhaitait en parler : Peter. Peter serait là pour elle, et ce, pour la bonne raison qu’il avait avoué à la belle brune avoir des sentiments pour elle. Choc complet. Je ne m’attendais pas à une telle révélation. Je me demandais d’ailleurs comment elle avait pu garder tout cela secret aussi longtemps ! Des fois, nous aimions tellement voir les réactions de l’autre qu’on gardait de telles informations pour nous jusqu’à la fois prochaine où l’on se verrait, alors qu’on avait tellement envie de le dire au téléphone. Mais ce serait gâcher la surprise ! Là, je montrais une tête totalement euphorique après une telle révélation. J’étais tellement heureuse pour elle que je sautillais presque sur ma chaise. Les gens autour de nous devaient certainement se demander si nous étions dingues à hurler de folie toutes les cinq secondes. Mais avec Joan, c’était toujours comme ça. On hurlait, on gueulait, on riait de vive voix, on pleurait ensemble quand ça n’allait pas… « Faut croire qu'on cachait bien nos sentiments depuis si longtemps. » disait Joan, alors que je voyais les étoiles pétillant dans ses yeux. Elle était heureuse, ça se voyait et se retranscrivait sur ma personne. J’étais contente pour elle, que tout aille bien dans sa vie amoureuse. Qu’elle ait enfin trouvé l’amour, et d’autant plus avec Peter. Je garderais toutefois un œil sur Monsieur Watson, histoire de pouvoir le taper si jamais il fait du mal à ma meilleure amie ! Joan me racontait alors comment ils s’étaient finalement mis en couple, suite à ma demande. L’alcool avait le don d’accélérer les procédures à une vitesse de folie. Mais là, c’était une bonne chose ! « Je suis contente pour toi, vraiment. J’espère que Peter te rendra heureuse, tu le mérites. » répondais-je avec le sourire le plus sincère qu’il soit. « De mon côté, la famille, tout va très bien. Le travail, également. » dis-je simplement en levant les épaules. Rien à signaler de ce côté-là, tout allait pour le mieux. Du moins, il me semblait. « Mais d’ailleurs, je ne t’ai pas raconté… Zackary est venu à la maison manger… Et avec sa copine ! » annonçais-je, comme entre le fromage et le dessert, dans la tranquillité la plus absolue en buvant une nouvelle gorgée.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan L. Miller
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2015
MESSAGES : 857

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   Ven 16 Fév - 21:40

You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you.Je trouvais ma meilleure amie toute rayonnante avec ce Konan, quel plaisir de la voir dans cette état car dans le passé, elle n'avait pas été comme ça. Elle qui avait peur de la différence d'âge entre eux, la peur que le courant ne passe pas maintenant, elle voit bien qu'avec quelqu'un de plus jeune avait un avantage sur leur couple. J'en rigole quand nous parlons des exploits de ce jeune homme dans le domaine du sexe, c'est bien une conversation de femme quand même car on avait aucune honte à raconter nos expériences sexuelles sans les détails bien sûr. A sa manière de m'expliquer, on pourrait croire qu'elle se prend pour une femme de 50 ans qui a limite de l'arthrose et que ce Konan lui a donner un coup de jeunesse. J'étais tellement heureuse de la voir comme ça et je vois bien que son histoire était sérieuse, je sens qu'elle va être entièrement amoureuse de lui , j'espère qu'elle me le présentera quand même ! J'aimerai bien savoir à quoi il ressemble son Roméo et savoir si vraiment c'est une personne sincère car je n'ai pas envie de la voir souffrir.
- Si ce Konan te rend heureux , je suis heureuse aussi ta intérêt ma biche à me le présenter ton Roméo ! C'est bientôt vos 1 ans non? Tu n'aurai pas envie de passer à l'étape supérieur?

Nous parlons de moi et le fameux retour de monsieur Peter dans ma vie ainsi notre mise en couple avec ce jeune homme, que dire ? Il est encore difficile pour moi de me dire que depuis si longtemps j'étais amoureuse d'un homme qui avait les mêmes sentiments que moi ! Nous avons perdu tellement de temps alors qu'on aurait pu en gagner beaucoup en se le disant plus tôt.
L'alcool nous avait bien enlevé cette timidité entre nous pour enfin s'avouer que nous étions amoureux l'un et l'autre depuis un petit moment, il est avec moi et m'abandonnera pas enfin j'espère sinon, je viendrais le hanter toute les nuits.
- Pour le moment tout va bien entre nous, c'est un homme facile à vivre et totalement romantique et protecteur ! Nous sommes deux femmes heureuse dans nos vies !

Après avoir raconté nos vies amoureuse, ma blondasse me raconte que son ex est venu chez elle avec sa copine ! Quoi? Il a mangé chez Arizona ?! Oh ! Je suis choqué ! Comment son ex a pu se retrouver chez elle ? Konan le sait ? J'imagine bien la scène quand même.
- Quoi?! Tu l'a invité ! Tu es folle ma vieille ! Pourquoi il est venu mangé chez toi?!
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're my Nemo. If you get lost in the great, big ocean, I'll find you. | ft. Joan ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Venice Beach :: Marina Del Rey-