Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Barbie apprend le karaté avec Ken. » + Morgan ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anya Gallagher
Admin Crevette
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2017
MESSAGES : 139

MessageSujet: « Barbie apprend le karaté avec Ken. » + Morgan ♥   Ven 13 Oct - 21:21

Je me tortille pour enfiler ma robe, reluquant mon reflet dans la glace sous toutes les coutures. Je mate même mon cul avec satisfaction. Je suis une nana sexy au naturel, mais là, je dois admettre que je suis tout particulièrement sexuale. Je ne peux m’empêcher d'imaginer la tête de mon petit poussin d’amour quand il me verra dans cette robe. Sûrement pourrai-je la mettre lors d’un éventuel gala, d’un cocktail ou d’une des nombreuses soirées auxquelles nous participons l’un et l’autre. Lui avec toutes les chaînes d’hôtels et de restaurants qu’il possède, et moi avec mon mannequinat, mon récent contrat avec le magazine Her et ma popularité de célébrité. Bref, je l’a-d-o-r-e ! « Est-ce que l’article est à votre goût ? » demande la vendeuse de l’autre côté du rideau. Je tire le fameux rideau, sortant théâtralement. La jeune femme est évidemment éblouie. Poursuivant mon numéro, je me dandine devant l’immense miroir murale pour corroborer ma pensée principale. Je suis magnifique. « Vous êtes ravissante dans cette robe, Madame Gallagher ! On dirait qu’elle a été taillée pour vous. » Ah l’hypocrisie humaine. Ils sont si naïfs. « Oui, je sais. » Après tout, je ne fais qu’être honnête. Je n’aime pas la fausse modestie. Je trouve ça terriblement ennuyeux et d’autant plus hypocrite. Je me tourne encore un peu sur moi-même pour prendre ma décision. « Je prendrai aussi celle-là. » j’affirme avec un sourire de contentement. « Voulez-vous essayer d’autres modèles Madame ? » Je me mis à réfléchir intensément. Dure pratique… Je jette un coup d’œil à tous les articles qu’une autre vendeuse tient à bout de bras. Une vraie montagne. « Non, juste ça. Je n’avais besoin que de quelques bricoles. » Genre vingt tenues différentes Je repars dans la cabine, me changeant pour remettre ma merveilleuse tenue. Une belle robe de chez Gucci. Parce que je ne porte que de la marque. Je refourgue la robe à la vendeuse. Elles s’occupent de faire les comptes tandis que je me recoiffe dans la glace. Elles m’annoncent le prix de tous mes articles. Autrefois, une telle somme m’aurait fait décoller au plafond. Oui, j’étais bien pauvre. Mais cela, c’était avant. Désormais, je suis une riche mannequin mariée à un homme bien plus riche encore. Avec un sourire flamboyant, je tends ma carte master gold diamant plus plus richou.

Je sors avec des paquets plein les bras. D’ordinaire, je ne me sépare pas de mon chauffeur qui me fait office de larbin en portant mes affaires, mais aujourd’hui, j’ai décidé d’être une femme simple. Une femme du peuple qui porte ses affaires elle-même. Ainsi, je parcours tranquillement les belles rues de Los Angeles, profitant de ce soleil qui m’avait tant manqué. Je pouvais dire que mon enfance s’était faite dans cette ville, jusqu’à ce que je ne décolle pour New York lors de mes dix-huit ans. J’y avais passé de longues années merveilleuses où ma célébrité était née. Je revenais au pays en véritable star. Je pensais que j’aurai pu avoir le mal du pays, mais ce n’était pas le cas. Je m’étonnais de me trouver si heureuse d’être à Los Angeles, et de réaliser combien cette ville m’avait manquée. La mer m’avait manquée. Le soleil flamboyant m’avait manqué. Le faste de cette ville m’avait manquée. Il y avait une vie bien différente à mener qui me plaisait. Et mieux encore, je vivais avec mon poussin d’amour. Même si je trouve qu’il n’est pas forcément très bien entouré. Mais peu importe, je trouverai un moyen de me faire une place au sein de son monde. Je suis Madame Gallagher, bordel de merde ! « Eh s’pèce de con ! Tu ne peux pas faire attention où tu vas ?! » je m’écrie alors que je viens de me faire bousculer par une espèce d’armoire à glace. Sauf que moi, je peux être face à Mickey ou à Rambo, je ne suis pas du tout impressionnée par la masse musculaire. Ma violence ne connait pas de limite. Ce dernier se retourne, me jetant un regard noir. Moi, tout ce que je voie, c’est que j’ai son attention complète. « Tu as cru que la rue était toute à toi Golgoth ? » Je prends ma voix la plus insupportable et mon expression la plus hautaine. J’ai carrément pris la confiance et je n’ai pas froid aux yeux. « T’as un problème ? Va jouer ailleurs Barbie, tu m’emmerdes. » BARBIE ?! MOI QUI N’AI JAMAIS TOUCHE A LA CHIRURGIE ?! « Eh ! Ce que tu voies, c’est mon corps de déesse, pas une poupée plastique. Alors tu t’excuses, connard ! » Mais il n’est clairement pas prêt à se montrer poli. Ce que je constate cependant, c’est que j’aurai dû faire attention à la fréquentation de la rue. Ce n’est pas vraiment ça. Il m’attrape brusquement par le bras. Je laisse tomber tous mes paquets pour le taper de toutes mes forces. « Lâche-moi grosse brute ! » je hurle d’une voix suraiguë. Il m’agrippe le deuxième bras et commence à me faire décoller du sol. Je crie d’autant plus fort. « S’pèce de malade ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/10/2017
MESSAGES : 36

MessageSujet: Re: « Barbie apprend le karaté avec Ken. » + Morgan ♥   Hier à 19:01






Anya Gallagher - Morgan Campbell
“ Barbie apprend le karaté avec Ken ”

En venant vivre à Los Angeles, Morgan était venu avec le strict minimum. Sa priorité était de savoir où il allait vivre. L’idéal ? Etre proche de son lieu de travail, mais également, que ça tape dans ses frais. Même s’il faisait un superbe métier qu’il appréciait, il ne gagnait pas des milliards non plus. Dans le fond, tant qu’il avait une piaule où crécher, il s’en fichait royalement comme l’an 40. Il finit par trouver son appartement à Downtown qui était donc sa résidence secondaire – la première étant le commissariat et encore. Cet appartement était à peine meublé : un lit, un canapé, une table basse et un meuble pour poser sa tv. Il n’avait même pas table pour bouffer... Et dans sa cuisine ? Un évier, une plaque électrique, un placard, un frigo et une cafetière faisaient très bien l’affaire. Oui, le détail de la cafetière était très important ! Vous voyez le cliché ? Ben voilà. C’était le strict minimum et ça lui suffisait amplement.

Tout de même, en emménageant dans cette piaule, il put faire la connaissance d’une de ces voisines... Peut-être l’une des plus charmantes jusqu’alors. Charlie, s’appelait-elle. Un jour, celle-ci l’avait invité à diner chez elle pour faire connaissance. Morgan avait pu, par la même occasion, faire connaissance avec sa fille de huit ans, Marjory. Apparemment, il n’y avait qu’elles. Pas de mari, ni de petit ami en vue... Non. Morgan ne se faisait absolument pas d’idées. Cela dit, lors de cette soirée, le policier qu’il était avait bien sympathisé avec la petite. Attention, Marjory était une grande fan de l’émission « Sesame Street » et plus précisément du petit extra-terrestre rouge au nom d’Elmo, au point qu’elle l’avait en peluche. Après cette bonne soirée, Morgan la revit plusieurs jours plus tard en pleurs. Il semblerait qu’elle ne remettait pas la main sur cette maudite peluche...

Et c’était pourquoi en ce jour de repos, Morgan se retrouvait un peu paumé au milieu de Beverly Hills. Il avait eu dans l’idée de lui acheter cette peluche pour que la petite retrouve le sourire. Oh, le Lieutenant de Police aurait très bien pu la trouver dans un magasin de Downtown. Il avait fait un magasin de jouets mais il ne l’avait bizarrement pas en stock et en prenant la voiture, il finit par se retrouver dans le quartier. Franchement, qu’est-ce qu’il ne ferait pas pour une petite fille... Enfin, c’était aussi une excuse car l’air de rien, il se retrouvait à faire du tourisme de la ville qu’il connaissait à peine.

Bon, à force d’avoir tourné en rond, il était temps d’aller retrouver sa voiture. Il ne s’était pas garé à côté, le bougre alors il marcha avec la peluche dans un sac. Sur son trajet, voilà qu’il remarqua très vite une confrontation entre un colosse et une planche à pain blonde.

- Hey, on ne vous a jamais appris à vous prendre à quelqu’un de votre taille ? lâcha Morgan
.
Merde. C’était dit si impulsivement... surtout que Morgan se voyait mal de faire du kung-fu avec ce type, là. Il s’interposa alors entre les deux.

- S’il vous plait. Je ne sais pas ce qu’il se passe entre vous mais séparez-vous ! On se calme !

Encore un peu, si on le connaissait, il allait se faire passer pour un flic baba cool. Puis, en observant la planche à pain, voilà qu’il avait ... dû la reconnaître.

- Anya ?

Spoiler:
 

par humdrum sur ninetofive





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Barbie apprend le karaté avec Ken. » + Morgan ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On apprend à hurler avec les loups. (Jean Racine) [Moira & Dagon]
» « On n'oublie jamais, on apprends juste à vivre avec. » ▬ Dorcas
» Comment ça, apprend-moi à me battre ?! [PV Raph]
» Lézarder au soleil avec une amie, quoi de mieux? [Luna Lupinelli & Aliénore S. Marshall]
» A Vos Souhaits [I'm a Barbie Girl, in a Barbie World... Imagination, life is your creation !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Beverly Hills-