Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Advienne que pourra ♥ Dimitri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Team Ariel
Luce H. Kane
Team Ariel
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 2707

MessageSujet: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 8 Déc - 15:37

24 décembre 2017. Nous étions le jour du réveillon de Noël et c’est l’esprit quelque peu embué par la nostalgie et l’alcool bu la veille que je me suis rendue sur mon lieu de travail pour effectuer mon service de ce soir. Alors oui, j’aurais pu fêter ce jour avec mon frère Noah mais il travaille comme beaucoup d’autres personnes aujourd’hui. Et seule dans mon malheur, je n’avais plus aucune famille avec qui fêter quelque chose aujourd’hui. Je n’avais pas non plus de petit ami avec qui passer cette douce soirée, non, rien, je n’avais absolument personne à voir ce soir. Alors je n’avais plus cas me rendre au travail comme je leur avais précisé que je serais présente aujourd’hui soir. Hé oui, tous les établissements ne ferment pas le soir du réveillon. Certains restent ouverts tout comme le Délice malgré le peu de clients que cela nous ramène. Maintenant, je n’ai pas à me plaindre vu que je serais payée double et que j’ai fait quelques spectacles dernièrement. Mais ce n’est pas l’argent après ce à quoi je cours en ce moment. L’amour en tête, je ne pensais bien évidemment qu’aux dernières paroles de Dimitri lorsqu’il a quitté mon appartement, le jour de ma séparation avec Josh. Je me retrouvais de nouveau avec le cœur en miettes et même si cela s’arrangeait par moment, une fois dans mon lit le soir je pensais à ce qu’il avait encore dit. Incapable de s’aimer, incapable de ne pas se blesser. Voilà à quoi nous sommes résolus encore et encore, dans ce même cercle vicieux dans lequel nous sommes pris depuis que nous sommes sortis ensemble.
Le bonheur des personnes que je croisais ce soir ne m’aidait absolument pas. Leur sourire étincelant, des couples heureux de faire quelque chose de totalement décalé pour fêter le réveillon. Il est clair que manger un fast food ce soir n’était pas des plus choisis généralement. Mais ils s’en foutaient vu qu’ils étaient heureux de le faire tous les deux. Derrière mon bas en essuyant mes nombreux verres, j’ai passé un bon moment à les fixer. En réalité, je les ai regardé et les ai enviés de leur arrivée jusqu’à leur départ. Mon cœur se serrant un peu trop en les voyant s’échanger des sourires et des coups d’œil complices.

Une collègue dû se rendre compte de ma nostalgie, elle s’est approchée de moi sans que je ne m’en rende compte, posant délicatement sa main sur mon bras tout en me servant un sourire apaisant et compatissant. « Va le retrouver. » Dit-elle avec une chaleur dans la voix qui me donna presque envie de pleurer. « Il doit être avec sa famille ou des amis peut-être, je … Je ne peux pas. » Répondis-je sincèrement en me remettant à essuyer avec énergie le verre que je tiens entre les mains. « Luce, c’est le réveillon de Noël. C’est fait pour être avec les gens qu’on aime. Alors même s’il est avec de la famille ou des amis comme tu le dis, va au moins le voir et lui souhaiter un joyeux Noël. » Reprit-elle immédiatement, ne me laissant aucune chance de me replier sur moi-même. « Je ne vais pas te laisser seule pour servir ici. » Une bête et simple excuse je l’accorde mais c’est la seule que j’ai bien pu trouver. « Ne dit pas de bêtise, il n’y a personne ce soir ! Et puis, ils sont deux en cuisine, il y en a bien un qui m’aidera. File, vas-y. » Me dit-elle avec un petit clin d’œil, elle se pencha un instant pour sortir une bouteille de champagne. « Et prends ça avec toi, cadeau de la maison. » Elle me fit un petit geste pour me signaler de partir maintenant. Je posais alors le verre que j’avais entre les mains, la prenant dans mes bras. « Merci, je te revaudrais ça. » Je murmure avant d’attraper la bouteille et de filer aussi vite que je le pouvais pour retrouver l’appartement de Dimitri. « TAXI ! » Un taxi s’arrêta comme par magie devant moi et je pris la route.

Monter l’escalier menant à l’appartement de Dimitri me valut un effort sur humain. Mon cœur battait trop fort dans mes oreilles et ma respiration était bien trop difficile. Je n’étais pas habillée dans une des tenues les plus sexy vu que je n’avais pas pris la peine de me changer avant de démarrer. La bouteille serrée fort contre moi, je garde l’espoir qu’il soit seul chez lui, qu’il m’accepte ici et surtout que l’on soit tous les deux capables de nous parler. Une boule dans le ventre, je frappe à sa porte trois petits coups en espérant qu’il m’entende. J’attendis un moment, me persuadant finalement qu’il s’agissait d’une mauvaise idée de venir jusque chez lui. Je faisais demi-tour, prête à descendre l’escalier à vive allure lorsque la porte s’ouvrit dans mon dos, m’immobilisant en faisant un petit demi-tour sur moi-même. « Euh salut … Je … » Je marmonne avant de faire un pas dans sa direction sans pour autant trop me rapprocher. « Je sais que c’est con mais … enfin … Je sus venue te souhaiter un joyeux Noël, malgré tout … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Simba
Dimitri Cooper
Team Simba
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1153

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 15 Déc - 18:03

Ce soir, c’est le 24 décembre et pour beaucoup, c’est l’heure de fêter Noël, d’ouvrir ses cadeaux et de s’éclater comme jamais devant un repas gargantuesque à se faire exploser le bide comme jamais. C’est une bonne idée après tout mais je n’ai jamais été un fervent partisan de cette fête. Elle n’a jamais fait partie intégrante dans ma famille. Sans doute parce que notre vision a toujours été tronquée par ce qui nous est arrivé. Et je crois que le mieux qui puisse résumer cette situation, est bien le fait que ma mère a tué mon père il y a des années de cela. Ça fait un bail c’est vrai. Mais bon, c’est ancré en nous et il est vrai que depuis cela, bon nombre de fêtes sont passées à la trappe avec mes sœurs Anya et Aria. Après tout, à quoi bon célébrer la famille alors qu’elle a été décimée sous nos yeux ? Que nous n’en avons plus vraiment la plus belle des visions. Ainsi les années se sont ensuivies et nous avons plus fêter le fait de nous retrouver plutôt que de fêter en soi le côté commercial d’une fête. L’année dernière, j’étais au Japon et je bossais. Oui, les japonais sont assez fous pour bosser comme des couillons pendant Noël. Mais en soi, cela ne m’a pas dérangé. Et ce soir, je compte rester à la maison, profiter d’une soirée tranquille, ayant pris un repas chez un traiteur avec de quoi me faire péter le bide. Pour le reste, mes sœurs n’étaient pas disponibles pour que l’on se voit mais ce n’est pas grave. Après tout, chacun vaque à ses occupations et si on ne se voit pas le 24 décembre, ce n’est pas un drame en soi. Je ne meurs pas si je vois personne ce soir de Noël et que je reste comme un couillon dans mon appartement. Ainsi, le repas est vite englouti et je finis par me regarder un film constatant qu’à la fin, il est presque 23h59 et comme chaque soir, depuis bientôt deux semaines, j’en profite pour aller vers la fenêtre, ouvre cette dernière et me mets à hurler comme un dingue « LE CIEL VA NOUS TOMBER SUR LA TÊTE !!! » Pourquoi fais-je cela ? Je n’en ai aucune idée. Ça me fait bien rire. C’est une sorte de calendrier de l’avent du gueulard. J’ai commencé par faire cela avec Zack et depuis, je ne cesse de continuer de le faire vers minuit. Et ce soir, je n’échappe pas à la règle. Sauf que je ne m’attends pas à entendre qu’on frappe à la porte.

Surpris, je referme bien vite la fenêtre, me disant que c’est sans doute un chieur de voisin, ayant remarqué que depuis quelques semaines, je gueule comme un putois. Ça me rend hilare et je me rends donc ouvrir la porte. Sauf que ce n’est ni l’emmerdeuse du dessous qui râle que je marche trop fort ou le connard du dessus qui trouve que quand je chante sous la douche, il entend tout. Non, ce n’est rien de cela. « Luce ! » Je m’exclame complètement surpris de voir mon ex-petite amie face à moi. Enfin… face à moi est un bien grand mot parce que je me retrouve avec la vision de son dos. Comme si elle avait tapé à la porte avant de rebrousser chemin comme si elle s’était dit que venir était une terrible erreur. Je l’observe surpris et quand elle se retourne, je remarque bien vite la bouteille de champagne qu’elle tient dans ses mains, l’entendant me dire qu’elle est venue me souhaiter un joyeux noël. Durant un instant, je suis presque tenté de lui souhaiter un joyeux noël mais ce n’est pas ce qu’elle souhaite. Disons que j’ai énorme blanc. Comme si j’étais en train de rêver. C’est trop de confusion intense en moi. Je ne sais que dire ou que faire. Jusqu’à me réveiller complètement. Oui, ce soir le ciel me tombe sur la tête, il n’y a pas d’autres mots pour décrire cela ! « Je t’avoue que je ne m’attendais pas à te voir, je suis surpris mais… » J’ai une hésitation et je finis par dire : « Je t’en prie entre ! » Je finis par dire en m’écartant pour la laisser passer. Lorsqu’elle entre, mon cerveau est en ébullition et je me demande bien ce que je vais pouvoir lui raconter, lui dire. « Comment vas-tu… » voilà, excellent sujet ! « Depuis la dernière fois ? » Bon ok, je n’aurais pas dû évoquer le terme « dernière fois » surtout quand ça renvoie à notre dernière rencontre ou j’ai vu une Luce larguer son mec et avouer qu’elle m’aimait toujours, me prendre un pain dans la gueule par le gars en question. Autant dire que ça a été plus qu’électrique comme ambiance. Et maintenant, nous sommes là. J’ai presque envie de lui demander pourquoi elle est venue. D’autant plus, que la dernière rencontre ne s’est pas forcément bien fini. Mais que voulez-vous, je suis un être faible. Et malgré le fait que Luce soit amoureuse de moi, que cela me met dans une situation inconfortable, me pousse dans mes derniers retranchements, je n’en demeure pas moins heureux de la voir, heureux qu’elle soit là pour ce réveillon de Noël. D’ailleurs, il est minuit cinq. Me mettant à sourire, j’ajoute alors « Et d’ailleurs, il est minuit passé, joyeux noël… » Finis-je par dire, me disant que ce soir, si je ne suis pas seul pour cette fête, ça procure une douce sensation de chaleur en soi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Ariel
Luce H. Kane
Team Ariel
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 2707

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 15 Déc - 20:12

Il est surpris de me voir sur le pas de sa porte. Je ne peux pas l’en blâmer, je pense que j’aurais été autant surprise que lui de le voir devant chez moi le soir de Noël. Ça se voit sur son visage qu’il ne s’y attendait pas et je dois dire que mon non plus je n’en crois pas mes yeux de me trouver ici. Mais les faits sont là : je suis complètement sous le charme de cet imbécile et ses beaux yeux. Je ne peux pas me résoudre à rester bien longtemps éloignée de lui maintenant que je suis qu’il est revenu en ville. C’est plus fort que moi et je pense que je craquerais à chaque fois. Je ne peux pas m’empêcher de l’aimer, de l’oublier comme j’essaye de si bien faire d’ailleurs. Mais le plus étonnant dans cette scène c’est certainement le fait qu’il ne me repousse pas cette fois, au lieu de ça il m’invite à entrer, moi et la bouteille de champagne que je tiens un peu trop fort dans mes bras. Je ne sais pas si je dois accepter ou refuser à vrai dire, j’hésite entre ma tête qui me hurle de toutes ses forces que c’est une mauvaise idée et mon cœur qui me pousse à accepter. C’est dingue ce que ça peut faire l’amour, sérieux ! Ça me rend carrément conne face à ce type ! Je suis dingue de lui mais il y a pourtant un truc qui ne m’échappe pas depuis notre dernière rencontre : ses cheveux. Dimitri a dû se décider à couper cette tignasse de bouclettes que j’adorais. Je n’en suis pas mécontente non plus, ça lui va plutôt bien d’ailleurs ! Et c’est peut-être ce tout petit changement chez lui qui me donne envie de rentrer à l’intérieur et de ne plus rester bêtement devant sa porte, devant lui. Advienne que pourra, j’assumerais mes choix.

« Merci. » Répondais-je simplement en filant vers son salon, par habitude certainement. Il faut dire que l’endroit avait très peu changé de la dernière où j’avais claqué la porte derrière moi. Cette fois où il était endormi avec une autre dans ses bras … Les souvenirs s’attaquèrent à ma poitrine en y plantant des centaines de petits poignards. Mais c’était fini, c’était passé, tout cela était derrière nous et … Nous ne sommes même plus ensemble malgré le fait que j’en sois toujours complètement folle. Dimitri fini par me demander comment j’allais depuis la dernière fois et franchement je ne pus retenir un rire ainsi qu’un sourire, la gêne de cette soirée ne pouvait pas être perçue autrement maintenant et il valait mieux en rire qu’en pleurer. « Franchement tu as vraiment envie de reparler de ça ? » Je lui demande entre deux rires nerveux. « Mais oui, ça va, et toi ? » Je lui retourne la question, mes yeux brillants de cet espoir incertain qu’un nombre illimité de femmes ont dû ressentir en passant la porte de l’appartement de l’homme qui fait battre leur cœur. Mais je sais très bien que ce soir il ne fera pas le premier pas, qu’il n’osera pas s’approcher de moi à moins d’avoir une distance « cravate » rassurante et réconfortante. Mais moi je n’avais pas envie de cette situation. C’était Noël après tout et d’ailleurs celui-ci me le souhaita de cette douce voix qui me fit complètement fondre. Son sourire le rendait encore plus beau que ce qu’il n’est d’habitude, même quand il me fait chier, même quand il est énervant et même quand il est con. « Joyeux Noël à toi aussi Cooper … » Lui souhaitais-je à mon tour alors que tout mon être me poussait à aller l’embrasser, retrouver ce contact si familier.

Je jette un regard rapide autour de moi pour trouver une surface quelconque sur laquelle pouvoir poser la bouteille que je tenais toujours entre les mains. Je la déposais délicatement sur le canapé proche de moi, ne trouvant pas d’autre chose plus proche de moi actuellement. Mais après, c’est mon cœur qui me guida complètement. Avançant doucement vers Dimitri, mes mains se posèrent sur sa poitrine alors que je le regardais droit dans les yeux. « S’il te plait, ne dit rien … » Murmurais-je alors en me hissant avec hésitation sur la pointe des pieds. Je savais très bien que j’étais en train de faire une connerie et une grosse connerie mais c’était bien plus fort que moi. Mon corps tout entier réclamait le sien depuis trop longtemps. Tout en fermant les yeux, je déposais délicatement mes lèvres contre les siennes comme si c’était la première fois. Bien différent de ce que nous sommes pourtant, nous n’étions pourtant que flamme et passion tous les deux mais là, maintenant, c’était doux et agréable. Je fini tout de même par retrouver le sol, continuant de regarder Dim mais en étant bien plus gênée cette fois-ci. « Dit toi que c'était mon cadeau ... » Tentais-je de plaisanter en laissant un petit sourire s’immiscer sur mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Simba
Dimitri Cooper
Team Simba
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1153

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 29 Déc - 7:08

Je crois qu’on peut me décerner le rôle du gars le plus empoté du monde ce soir. Luce me fait un tel effet sur moi. Elle agit comme une Anastasia Steele sur un Christian Grey mais sans le côté, niais, cucul, porno, moche, pyschopathe et chambre rouge de la douleur Bon ok, c’est plus du Fifty Shades à ce rythme-là Mais en tout cas, on peut me décerner le rôle du gars qui fait un peu n’importe quoi, qui ne sait plus parler à quiconque sans avoir l’air d’un abruti. Un abruti fini ne manquant pas de rappeler la dernière fois. Ça aurait pu être beau, passionnel mais au lieu de ça, je dirais que ça a été le fiasco le plus total. « Non ça va, ça ira. C’était juste une phrase … Maladroite. » Je lui glisse avec un petit sourire gêné. Non parce que ça va bien cinq minutes, mais il y a trop de gêne, pire que la dernière fois. Parce que voilà, la dernière fois, je ramenais un soutif en TOUTE INNOCENCE bien sûr, et que là, elle se ramène avec une bouteille de champagne. Mais je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être pour m’assommer avec ? Pourtant, son visage n’exprime aucun sentiment de haine. Ou de colère. Il est doux, il est celui de cette Luce que je connais si bien, celle qui se cache un peu trop souvent derrière ses robes courtes et son maquillage. Celle de cette Luce qui sait me faire fondre encore et toujours. Je ne vais pas tenir longtemps. Lutter c’est bien, mais si à chaque fois elle revient, je sais que je ne pourrais pas, indéfiniment, la repousser. Il y a quelque chose en elle qui m’attire, quelque chose qu’elle-seule arrive à provoquer en moi. C’est plus fort que tout. C’est con. Ça me donne le sentiment d’être faible et nase. Mais c’est ainsi. Je l’aime et c’est juste inimaginable tout ce que je dois faire pour lutter contre ça, pour me convaincre que non, elle mérite mieux, alors que j’aimerais tellement pouvoir revenir au temps d’avant, quand tout allait bien, et que je n’étais pas encore devenu assez con pour blesser la seule personne comptant à mes yeux.

Dans cet appartement, j’ai l’impression que chaque mouvement sont observés sous les rayons x, que nous nous mouvons comme si nous étions des étrangers. J’ose lui souhaiter un joyeux noël parce que voilà, c’est un soir de fête et que je n’espère pas ma mort dans les prochaines minutes. Avec un peu de recul et de digestion du cerveau ayant emmagasiné cette information, je me rends compte combien je suis content de la voir. « Merci Luce. » Finis-je par lui dire avec un sourire bien plus sincère cette fois-ci. « Je pensais que tu fêterais Noël avec ta famille. Ou tes amis. Et puis, maintenant que tu es là, je me dis que tu as sans doute bossé, non ? » Et j’ai raison, elle a bossé dans ce restaurant que j’ai fini par connaître pour avoir été la retrouver un nombre, incalculable, de fois. J’ai fini par la connaître par cœur, pouvant me dire que je suis l’un des rares à avoir ce privilège. Sans dire un mot, je l’observe poser la bouteille sur le canapé et puis je me rappelle que je ne suis pas chez elle, mais bien chez moi. Que si elle est là, il faut quand même avoir un minimum de tenue. Alors, tournant la tête vers la porte de la cuisine, je cherche un sujet de conversation « Sans doute, as-tu faim ? Je peux cuisiner quelque chose. Même si ça ne sera pas un véritable repas de Noël. » Et d’abord, c’est très bien de manger des pâtes je trouve ! Que le premier qui ose dire le contraire se lève de la salle et la quitte sur le champ !!! Je me dis que c’est une bonne idée. Cuisiner pour dissiper le malaise. Cuisiner pour s’occuper les mains et éviter à l’esprit de réfléchir trop. Peut-être pourrais-je lui dire de regarder un film avec moi après. On va tomber sur un téléfilm couillon, tout niaiseux mais ce sera toujours bien ? A vrai dire, lorsque j’entends des bruits de pas, je suis bien loin de me douter qu’elle va se rapprocher de moi, que lorsque je me retournerais, ses mains se poseront sur ma poitrine, nos regards se greffant ensemble. Ne rien dire… Les seuls mots résonnent dans ce salon ayant une histoire à raconter : celle de ces deux gens incapables de se rendre heureux, l’un d’entre un nie l’évidence. Et celui-ci, c’est moi. J’ai bien envie de lui dire que non, ce n’est pas une bonne idée. Mais l’esprit est faible face à la volonté, il m’est difficile de lutter. Et un courant électrique parcourt l’ensemble de mon corps alors que nos lèvres se rejoignent. Mais cette fois-ci, ça n’a rien de passionnel. C’est doux. C’est tendre. Ça m’émeut presque et je sens que le cœur est parti rejoindre la lune. Et lorsque Luce se détache de moi, je lui en veux. Ouais, je lui en veux d’avoir interrompu un tel moment, magique, chargé d’intensité. Mais rien ne peut être que plus beau que ce sourire apparaissant sur ce visage tant aimé, cette idée de cadeau qui m’achève complètement, rompant ainsi toute forme de promesses. Au diable de la repousser, j’en ai marre de lutter. Et c’est Noël, je n’ai pas envie d’être celui qui lui fera du mal. « Moi aussi, j’ai un cadeau pour toi… » Finis-je par dire en rompant toute distance entre elle et moi. Mes mains viennent s’agripper à sa taille pour l’attirer un peu plus contre mon torse. Sentir la chaleur de son corps. Laisser mes lèvres retrouver les siennes dans un baiser passionnel, rappelant ces instants passés. Je la veux. Je la désire. Entière, sans artifice telle que je la connais. Mes baisers s’éparpillent venant se poser contre la douceur de ses joues, descendant sur l’arête de son visage que je mordille, atteignant alors la lisière de son cou. Mes mains la tiennent contre moi, comme si j’avais peur qu’elle puisse s’échapper. Alors qu’il n’en est rien. Ce soir, je ne me défilerais pas. « J’ai beau me dire que je suis en train de faire une bêtise… Je n’arrive pas à lutter ce soir… » Finis-je par murmure doucement, continuant la danse de mes lèvres au creux de son cou. « Je t’aime Kane… Je t’aime toujours… » Les mots sonnent le glas de toute fin de résistance, du désir d'être bien pour elle en m'éloignant. C’est aussi Noël. L’amour. Les téléfilms cuculs. Le fait de s’avouer des choses qu’on retient en soi depuis trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Ariel
Luce H. Kane
Team Ariel
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 2707

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Mer 3 Jan - 11:44

Les scènes se déroulent un peu comme au ralenti. Je me vois lui souhaiter un joyeux Noël et je l’entends de loin me demander si j’avais bossé ce soir, d’un simple hochement de la tête pour lui signifier qu’il s’agit bien de vêtements du travail. « Oui, oui j’étais de service ce soir mais on m’a laissé repartir plus tôt. » Je lui précise, me sentant obliger de lui révéler cette information. Car si je n’avais pas pu rentrer plus tôt de ce service interminable alors peut-être ne serais-je pas venue jusque ici pour venir le voir, de céder aux pulsions les plus fortes en moi qui me supplient encore et encore de venir le retrouver dans son appartement, de me laisser complètement aller et de lui montrer une nouvelle fois ce que je ressens pour lui. Depuis toujours. Depuis le premier jour. « Tout ce que tu pourras faire sera parfait. » Je lui souris alors qu’il me propose de cuisiner. Il est vrai que je n’ai jamais rechigné à le voir manier couteau et aliments derrière les fourneaux, j’ai toujours trouvé ça même assez sexy. Mais j’avais bien trop en tête une saveur quelque peu trop oubliée dont j’avais terriblement besoin en ce moment. C’est dans un élan poussé par une fièvre incontrôlable que je me retrouve à lui demander de ne rien dire, pas un mot, juste le silence et nous. Mes mains se posèrent à cette place si habituelle si sa poitrine tandis que qu’il se laisse alors faire. Et lorsque nos lèvres finirent par se toucher dans cette infinie délicatesse c’est l’explosion. Le passé qui revient au galop, les rires, le bonheur et nos instants si précieux. Toutes ces choses que cette douleur avait caché si loin en moi, je m’abandonnais à cette sensation béate de retrouver quelque chose d’anciennement perdu. Et c’est incroyable comme cela pouvait faire du bien, comme si tout s’effaçait pour ne reprendre qu’au début … Mais cela n’était pas possible, il me l’avait très bien fait comprendre. C’est sûrement pour cette raison que mon corps m’arrêta pour me décoller de lui. M’entendant dire alors qu’il ne s’agissait que d’un cadeau. Sourire à moitié sincère alors que je me rends compte que toutes ces petites choses se retrouvent encore derrière nous, que le bonheur passé n’est plus …

Mais la suite, je ne m’y étais pas préparée. Il franchit la courte distance entre nous, m’enlaçant alors de telle manière que je ne pouvais plus me séparé de lui, m’offrant à son tour son cadeau qui me remplit complètement d’espoir. Celui de pouvoir l’aimer à nouveau, celui d’être à nouveau présente encore une fois, au moins une dernière fois. Mes dernières barrières de réticences se brisèrent et je cède enfin à cette passion dévorante qui me joint à Dimitri. M’abandonnant au rythme de ses baisers endiablés, revenant une nouvelle fois dans le passé. Rien n’est comparable pourtant, je me sens bien plus vivante encore qu’avant, me sentant planer dans cette immensité de bonheur si dangereuse et si agréable. Je suis tellement éloignée de mon corps que je peine à attendre ce qu’il me murmure, me ramenant pourtant à la réalité lorsque le mot « bêtise » est de nouveau évoqué. « Alors ne lutte pas … » Je souffle à mon tour en m’agrippant à lui de toutes mes forces de peur qu’il ne s’envole, s’abandonner tous les deux voilà la solution.

Les mots se succèdent, je n’ose vraiment y croire. Pourtant je l’ai très bien entendu me les dire. Est-ce un rêve ou la réalité ? De trop nombreuses fois j’en ai rêvé. Maintenant qu’il est là, que nous sommes ensemble ce soir pouvais-je réellement y croire ? Ils eurent cet effet apaisant et réconfortant que j’ai toujours espérer. Réparant au passage la douleur de mon cœur, enlevant cet éclat de verre qui me le transperçait depuis si longtemps, guérissant tout sur leur passage, j’en savourais autant que possible la déferlante de joie qu’ils provoquaient dans tout mon être. Je le voulais, tout entier et rien que pour moi. Au diable le fait que ce soit encore une erreur de notre part mais comment lutter alors que la réciproque est présente ? « Je t’aime aussi Cooper, depuis le premier jour … » Je lui murmure à mon tour alors que mes mains attrapèrent un à un les boutons de sa chemise pour lui retirer avec aisance, mes baisers se perdant alors dans cette folie de l’instant  présent. « Et au diable les bêtises … » Je souris contre son cou en entreprenant de lui enlever le moindre tissu qui pourrait encombrer son corps, ce soir il était à moi, juste à moi et que pour moi. Il allait voir à quel point les Japonaises sont nulles à côté de moi. On dit que l’amour rend complètement fou et aveugle, moi je dirais que cette plutôt mon envie de ne faire qu’un avec lui qui est bien plus forte que n’importe quoi en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   

Revenir en haut Aller en bas
 
Advienne que pourra ♥ Dimitri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Advienne que pourra [Leith / Jade]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Dimitri Payet
» Death métal [Dimitri & ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Downtown :: Home sweet home-