Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Advienne que pourra ♥ Dimitri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3218

MessageSujet: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 8 Déc - 15:37

24 décembre 2017. Nous étions le jour du réveillon de Noël et c’est l’esprit quelque peu embué par la nostalgie et l’alcool bu la veille que je me suis rendue sur mon lieu de travail pour effectuer mon service de ce soir. Alors oui, j’aurais pu fêter ce jour avec mon frère Noah mais il travaille comme beaucoup d’autres personnes aujourd’hui. Et seule dans mon malheur, je n’avais plus aucune famille avec qui fêter quelque chose aujourd’hui. Je n’avais pas non plus de petit ami avec qui passer cette douce soirée, non, rien, je n’avais absolument personne à voir ce soir. Alors je n’avais plus cas me rendre au travail comme je leur avais précisé que je serais présente aujourd’hui soir. Hé oui, tous les établissements ne ferment pas le soir du réveillon. Certains restent ouverts tout comme le Délice malgré le peu de clients que cela nous ramène. Maintenant, je n’ai pas à me plaindre vu que je serais payée double et que j’ai fait quelques spectacles dernièrement. Mais ce n’est pas l’argent après ce à quoi je cours en ce moment. L’amour en tête, je ne pensais bien évidemment qu’aux dernières paroles de Dimitri lorsqu’il a quitté mon appartement, le jour de ma séparation avec Josh. Je me retrouvais de nouveau avec le cœur en miettes et même si cela s’arrangeait par moment, une fois dans mon lit le soir je pensais à ce qu’il avait encore dit. Incapable de s’aimer, incapable de ne pas se blesser. Voilà à quoi nous sommes résolus encore et encore, dans ce même cercle vicieux dans lequel nous sommes pris depuis que nous sommes sortis ensemble.
Le bonheur des personnes que je croisais ce soir ne m’aidait absolument pas. Leur sourire étincelant, des couples heureux de faire quelque chose de totalement décalé pour fêter le réveillon. Il est clair que manger un fast food ce soir n’était pas des plus choisis généralement. Mais ils s’en foutaient vu qu’ils étaient heureux de le faire tous les deux. Derrière mon bas en essuyant mes nombreux verres, j’ai passé un bon moment à les fixer. En réalité, je les ai regardé et les ai enviés de leur arrivée jusqu’à leur départ. Mon cœur se serrant un peu trop en les voyant s’échanger des sourires et des coups d’œil complices.

Une collègue dû se rendre compte de ma nostalgie, elle s’est approchée de moi sans que je ne m’en rende compte, posant délicatement sa main sur mon bras tout en me servant un sourire apaisant et compatissant. « Va le retrouver. » Dit-elle avec une chaleur dans la voix qui me donna presque envie de pleurer. « Il doit être avec sa famille ou des amis peut-être, je … Je ne peux pas. » Répondis-je sincèrement en me remettant à essuyer avec énergie le verre que je tiens entre les mains. « Luce, c’est le réveillon de Noël. C’est fait pour être avec les gens qu’on aime. Alors même s’il est avec de la famille ou des amis comme tu le dis, va au moins le voir et lui souhaiter un joyeux Noël. » Reprit-elle immédiatement, ne me laissant aucune chance de me replier sur moi-même. « Je ne vais pas te laisser seule pour servir ici. » Une bête et simple excuse je l’accorde mais c’est la seule que j’ai bien pu trouver. « Ne dit pas de bêtise, il n’y a personne ce soir ! Et puis, ils sont deux en cuisine, il y en a bien un qui m’aidera. File, vas-y. » Me dit-elle avec un petit clin d’œil, elle se pencha un instant pour sortir une bouteille de champagne. « Et prends ça avec toi, cadeau de la maison. » Elle me fit un petit geste pour me signaler de partir maintenant. Je posais alors le verre que j’avais entre les mains, la prenant dans mes bras. « Merci, je te revaudrais ça. » Je murmure avant d’attraper la bouteille et de filer aussi vite que je le pouvais pour retrouver l’appartement de Dimitri. « TAXI ! » Un taxi s’arrêta comme par magie devant moi et je pris la route.

Monter l’escalier menant à l’appartement de Dimitri me valut un effort sur humain. Mon cœur battait trop fort dans mes oreilles et ma respiration était bien trop difficile. Je n’étais pas habillée dans une des tenues les plus sexy vu que je n’avais pas pris la peine de me changer avant de démarrer. La bouteille serrée fort contre moi, je garde l’espoir qu’il soit seul chez lui, qu’il m’accepte ici et surtout que l’on soit tous les deux capables de nous parler. Une boule dans le ventre, je frappe à sa porte trois petits coups en espérant qu’il m’entende. J’attendis un moment, me persuadant finalement qu’il s’agissait d’une mauvaise idée de venir jusque chez lui. Je faisais demi-tour, prête à descendre l’escalier à vive allure lorsque la porte s’ouvrit dans mon dos, m’immobilisant en faisant un petit demi-tour sur moi-même. « Euh salut … Je … » Je marmonne avant de faire un pas dans sa direction sans pour autant trop me rapprocher. « Je sais que c’est con mais … enfin … Je sus venue te souhaiter un joyeux Noël, malgré tout … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin bruyant
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1209

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 15 Déc - 18:03

Ce soir, c’est le 24 décembre et pour beaucoup, c’est l’heure de fêter Noël, d’ouvrir ses cadeaux et de s’éclater comme jamais devant un repas gargantuesque à se faire exploser le bide comme jamais. C’est une bonne idée après tout mais je n’ai jamais été un fervent partisan de cette fête. Elle n’a jamais fait partie intégrante dans ma famille. Sans doute parce que notre vision a toujours été tronquée par ce qui nous est arrivé. Et je crois que le mieux qui puisse résumer cette situation, est bien le fait que ma mère a tué mon père il y a des années de cela. Ça fait un bail c’est vrai. Mais bon, c’est ancré en nous et il est vrai que depuis cela, bon nombre de fêtes sont passées à la trappe avec mes sœurs Anya et Aria. Après tout, à quoi bon célébrer la famille alors qu’elle a été décimée sous nos yeux ? Que nous n’en avons plus vraiment la plus belle des visions. Ainsi les années se sont ensuivies et nous avons plus fêter le fait de nous retrouver plutôt que de fêter en soi le côté commercial d’une fête. L’année dernière, j’étais au Japon et je bossais. Oui, les japonais sont assez fous pour bosser comme des couillons pendant Noël. Mais en soi, cela ne m’a pas dérangé. Et ce soir, je compte rester à la maison, profiter d’une soirée tranquille, ayant pris un repas chez un traiteur avec de quoi me faire péter le bide. Pour le reste, mes sœurs n’étaient pas disponibles pour que l’on se voit mais ce n’est pas grave. Après tout, chacun vaque à ses occupations et si on ne se voit pas le 24 décembre, ce n’est pas un drame en soi. Je ne meurs pas si je vois personne ce soir de Noël et que je reste comme un couillon dans mon appartement. Ainsi, le repas est vite englouti et je finis par me regarder un film constatant qu’à la fin, il est presque 23h59 et comme chaque soir, depuis bientôt deux semaines, j’en profite pour aller vers la fenêtre, ouvre cette dernière et me mets à hurler comme un dingue « LE CIEL VA NOUS TOMBER SUR LA TÊTE !!! » Pourquoi fais-je cela ? Je n’en ai aucune idée. Ça me fait bien rire. C’est une sorte de calendrier de l’avent du gueulard. J’ai commencé par faire cela avec Zack et depuis, je ne cesse de continuer de le faire vers minuit. Et ce soir, je n’échappe pas à la règle. Sauf que je ne m’attends pas à entendre qu’on frappe à la porte.

Surpris, je referme bien vite la fenêtre, me disant que c’est sans doute un chieur de voisin, ayant remarqué que depuis quelques semaines, je gueule comme un putois. Ça me rend hilare et je me rends donc ouvrir la porte. Sauf que ce n’est ni l’emmerdeuse du dessous qui râle que je marche trop fort ou le connard du dessus qui trouve que quand je chante sous la douche, il entend tout. Non, ce n’est rien de cela. « Luce ! » Je m’exclame complètement surpris de voir mon ex-petite amie face à moi. Enfin… face à moi est un bien grand mot parce que je me retrouve avec la vision de son dos. Comme si elle avait tapé à la porte avant de rebrousser chemin comme si elle s’était dit que venir était une terrible erreur. Je l’observe surpris et quand elle se retourne, je remarque bien vite la bouteille de champagne qu’elle tient dans ses mains, l’entendant me dire qu’elle est venue me souhaiter un joyeux noël. Durant un instant, je suis presque tenté de lui souhaiter un joyeux noël mais ce n’est pas ce qu’elle souhaite. Disons que j’ai énorme blanc. Comme si j’étais en train de rêver. C’est trop de confusion intense en moi. Je ne sais que dire ou que faire. Jusqu’à me réveiller complètement. Oui, ce soir le ciel me tombe sur la tête, il n’y a pas d’autres mots pour décrire cela ! « Je t’avoue que je ne m’attendais pas à te voir, je suis surpris mais… » J’ai une hésitation et je finis par dire : « Je t’en prie entre ! » Je finis par dire en m’écartant pour la laisser passer. Lorsqu’elle entre, mon cerveau est en ébullition et je me demande bien ce que je vais pouvoir lui raconter, lui dire. « Comment vas-tu… » voilà, excellent sujet ! « Depuis la dernière fois ? » Bon ok, je n’aurais pas dû évoquer le terme « dernière fois » surtout quand ça renvoie à notre dernière rencontre ou j’ai vu une Luce larguer son mec et avouer qu’elle m’aimait toujours, me prendre un pain dans la gueule par le gars en question. Autant dire que ça a été plus qu’électrique comme ambiance. Et maintenant, nous sommes là. J’ai presque envie de lui demander pourquoi elle est venue. D’autant plus, que la dernière rencontre ne s’est pas forcément bien fini. Mais que voulez-vous, je suis un être faible. Et malgré le fait que Luce soit amoureuse de moi, que cela me met dans une situation inconfortable, me pousse dans mes derniers retranchements, je n’en demeure pas moins heureux de la voir, heureux qu’elle soit là pour ce réveillon de Noël. D’ailleurs, il est minuit cinq. Me mettant à sourire, j’ajoute alors « Et d’ailleurs, il est minuit passé, joyeux noël… » Finis-je par dire, me disant que ce soir, si je ne suis pas seul pour cette fête, ça procure une douce sensation de chaleur en soi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3218

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 15 Déc - 20:12

Il est surpris de me voir sur le pas de sa porte. Je ne peux pas l’en blâmer, je pense que j’aurais été autant surprise que lui de le voir devant chez moi le soir de Noël. Ça se voit sur son visage qu’il ne s’y attendait pas et je dois dire que mon non plus je n’en crois pas mes yeux de me trouver ici. Mais les faits sont là : je suis complètement sous le charme de cet imbécile et ses beaux yeux. Je ne peux pas me résoudre à rester bien longtemps éloignée de lui maintenant que je suis qu’il est revenu en ville. C’est plus fort que moi et je pense que je craquerais à chaque fois. Je ne peux pas m’empêcher de l’aimer, de l’oublier comme j’essaye de si bien faire d’ailleurs. Mais le plus étonnant dans cette scène c’est certainement le fait qu’il ne me repousse pas cette fois, au lieu de ça il m’invite à entrer, moi et la bouteille de champagne que je tiens un peu trop fort dans mes bras. Je ne sais pas si je dois accepter ou refuser à vrai dire, j’hésite entre ma tête qui me hurle de toutes ses forces que c’est une mauvaise idée et mon cœur qui me pousse à accepter. C’est dingue ce que ça peut faire l’amour, sérieux ! Ça me rend carrément conne face à ce type ! Je suis dingue de lui mais il y a pourtant un truc qui ne m’échappe pas depuis notre dernière rencontre : ses cheveux. Dimitri a dû se décider à couper cette tignasse de bouclettes que j’adorais. Je n’en suis pas mécontente non plus, ça lui va plutôt bien d’ailleurs ! Et c’est peut-être ce tout petit changement chez lui qui me donne envie de rentrer à l’intérieur et de ne plus rester bêtement devant sa porte, devant lui. Advienne que pourra, j’assumerais mes choix.

« Merci. » Répondais-je simplement en filant vers son salon, par habitude certainement. Il faut dire que l’endroit avait très peu changé de la dernière où j’avais claqué la porte derrière moi. Cette fois où il était endormi avec une autre dans ses bras … Les souvenirs s’attaquèrent à ma poitrine en y plantant des centaines de petits poignards. Mais c’était fini, c’était passé, tout cela était derrière nous et … Nous ne sommes même plus ensemble malgré le fait que j’en sois toujours complètement folle. Dimitri fini par me demander comment j’allais depuis la dernière fois et franchement je ne pus retenir un rire ainsi qu’un sourire, la gêne de cette soirée ne pouvait pas être perçue autrement maintenant et il valait mieux en rire qu’en pleurer. « Franchement tu as vraiment envie de reparler de ça ? » Je lui demande entre deux rires nerveux. « Mais oui, ça va, et toi ? » Je lui retourne la question, mes yeux brillants de cet espoir incertain qu’un nombre illimité de femmes ont dû ressentir en passant la porte de l’appartement de l’homme qui fait battre leur cœur. Mais je sais très bien que ce soir il ne fera pas le premier pas, qu’il n’osera pas s’approcher de moi à moins d’avoir une distance « cravate » rassurante et réconfortante. Mais moi je n’avais pas envie de cette situation. C’était Noël après tout et d’ailleurs celui-ci me le souhaita de cette douce voix qui me fit complètement fondre. Son sourire le rendait encore plus beau que ce qu’il n’est d’habitude, même quand il me fait chier, même quand il est énervant et même quand il est con. « Joyeux Noël à toi aussi Cooper … » Lui souhaitais-je à mon tour alors que tout mon être me poussait à aller l’embrasser, retrouver ce contact si familier.

Je jette un regard rapide autour de moi pour trouver une surface quelconque sur laquelle pouvoir poser la bouteille que je tenais toujours entre les mains. Je la déposais délicatement sur le canapé proche de moi, ne trouvant pas d’autre chose plus proche de moi actuellement. Mais après, c’est mon cœur qui me guida complètement. Avançant doucement vers Dimitri, mes mains se posèrent sur sa poitrine alors que je le regardais droit dans les yeux. « S’il te plait, ne dit rien … » Murmurais-je alors en me hissant avec hésitation sur la pointe des pieds. Je savais très bien que j’étais en train de faire une connerie et une grosse connerie mais c’était bien plus fort que moi. Mon corps tout entier réclamait le sien depuis trop longtemps. Tout en fermant les yeux, je déposais délicatement mes lèvres contre les siennes comme si c’était la première fois. Bien différent de ce que nous sommes pourtant, nous n’étions pourtant que flamme et passion tous les deux mais là, maintenant, c’était doux et agréable. Je fini tout de même par retrouver le sol, continuant de regarder Dim mais en étant bien plus gênée cette fois-ci. « Dit toi que c'était mon cadeau ... » Tentais-je de plaisanter en laissant un petit sourire s’immiscer sur mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin bruyant
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1209

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Ven 29 Déc - 7:08

Je crois qu’on peut me décerner le rôle du gars le plus empoté du monde ce soir. Luce me fait un tel effet sur moi. Elle agit comme une Anastasia Steele sur un Christian Grey mais sans le côté, niais, cucul, porno, moche, pyschopathe et chambre rouge de la douleur Bon ok, c’est plus du Fifty Shades à ce rythme-là Mais en tout cas, on peut me décerner le rôle du gars qui fait un peu n’importe quoi, qui ne sait plus parler à quiconque sans avoir l’air d’un abruti. Un abruti fini ne manquant pas de rappeler la dernière fois. Ça aurait pu être beau, passionnel mais au lieu de ça, je dirais que ça a été le fiasco le plus total. « Non ça va, ça ira. C’était juste une phrase … Maladroite. » Je lui glisse avec un petit sourire gêné. Non parce que ça va bien cinq minutes, mais il y a trop de gêne, pire que la dernière fois. Parce que voilà, la dernière fois, je ramenais un soutif en TOUTE INNOCENCE bien sûr, et que là, elle se ramène avec une bouteille de champagne. Mais je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être pour m’assommer avec ? Pourtant, son visage n’exprime aucun sentiment de haine. Ou de colère. Il est doux, il est celui de cette Luce que je connais si bien, celle qui se cache un peu trop souvent derrière ses robes courtes et son maquillage. Celle de cette Luce qui sait me faire fondre encore et toujours. Je ne vais pas tenir longtemps. Lutter c’est bien, mais si à chaque fois elle revient, je sais que je ne pourrais pas, indéfiniment, la repousser. Il y a quelque chose en elle qui m’attire, quelque chose qu’elle-seule arrive à provoquer en moi. C’est plus fort que tout. C’est con. Ça me donne le sentiment d’être faible et nase. Mais c’est ainsi. Je l’aime et c’est juste inimaginable tout ce que je dois faire pour lutter contre ça, pour me convaincre que non, elle mérite mieux, alors que j’aimerais tellement pouvoir revenir au temps d’avant, quand tout allait bien, et que je n’étais pas encore devenu assez con pour blesser la seule personne comptant à mes yeux.

Dans cet appartement, j’ai l’impression que chaque mouvement sont observés sous les rayons x, que nous nous mouvons comme si nous étions des étrangers. J’ose lui souhaiter un joyeux noël parce que voilà, c’est un soir de fête et que je n’espère pas ma mort dans les prochaines minutes. Avec un peu de recul et de digestion du cerveau ayant emmagasiné cette information, je me rends compte combien je suis content de la voir. « Merci Luce. » Finis-je par lui dire avec un sourire bien plus sincère cette fois-ci. « Je pensais que tu fêterais Noël avec ta famille. Ou tes amis. Et puis, maintenant que tu es là, je me dis que tu as sans doute bossé, non ? » Et j’ai raison, elle a bossé dans ce restaurant que j’ai fini par connaître pour avoir été la retrouver un nombre, incalculable, de fois. J’ai fini par la connaître par cœur, pouvant me dire que je suis l’un des rares à avoir ce privilège. Sans dire un mot, je l’observe poser la bouteille sur le canapé et puis je me rappelle que je ne suis pas chez elle, mais bien chez moi. Que si elle est là, il faut quand même avoir un minimum de tenue. Alors, tournant la tête vers la porte de la cuisine, je cherche un sujet de conversation « Sans doute, as-tu faim ? Je peux cuisiner quelque chose. Même si ça ne sera pas un véritable repas de Noël. » Et d’abord, c’est très bien de manger des pâtes je trouve ! Que le premier qui ose dire le contraire se lève de la salle et la quitte sur le champ !!! Je me dis que c’est une bonne idée. Cuisiner pour dissiper le malaise. Cuisiner pour s’occuper les mains et éviter à l’esprit de réfléchir trop. Peut-être pourrais-je lui dire de regarder un film avec moi après. On va tomber sur un téléfilm couillon, tout niaiseux mais ce sera toujours bien ? A vrai dire, lorsque j’entends des bruits de pas, je suis bien loin de me douter qu’elle va se rapprocher de moi, que lorsque je me retournerais, ses mains se poseront sur ma poitrine, nos regards se greffant ensemble. Ne rien dire… Les seuls mots résonnent dans ce salon ayant une histoire à raconter : celle de ces deux gens incapables de se rendre heureux, l’un d’entre un nie l’évidence. Et celui-ci, c’est moi. J’ai bien envie de lui dire que non, ce n’est pas une bonne idée. Mais l’esprit est faible face à la volonté, il m’est difficile de lutter. Et un courant électrique parcourt l’ensemble de mon corps alors que nos lèvres se rejoignent. Mais cette fois-ci, ça n’a rien de passionnel. C’est doux. C’est tendre. Ça m’émeut presque et je sens que le cœur est parti rejoindre la lune. Et lorsque Luce se détache de moi, je lui en veux. Ouais, je lui en veux d’avoir interrompu un tel moment, magique, chargé d’intensité. Mais rien ne peut être que plus beau que ce sourire apparaissant sur ce visage tant aimé, cette idée de cadeau qui m’achève complètement, rompant ainsi toute forme de promesses. Au diable de la repousser, j’en ai marre de lutter. Et c’est Noël, je n’ai pas envie d’être celui qui lui fera du mal. « Moi aussi, j’ai un cadeau pour toi… » Finis-je par dire en rompant toute distance entre elle et moi. Mes mains viennent s’agripper à sa taille pour l’attirer un peu plus contre mon torse. Sentir la chaleur de son corps. Laisser mes lèvres retrouver les siennes dans un baiser passionnel, rappelant ces instants passés. Je la veux. Je la désire. Entière, sans artifice telle que je la connais. Mes baisers s’éparpillent venant se poser contre la douceur de ses joues, descendant sur l’arête de son visage que je mordille, atteignant alors la lisière de son cou. Mes mains la tiennent contre moi, comme si j’avais peur qu’elle puisse s’échapper. Alors qu’il n’en est rien. Ce soir, je ne me défilerais pas. « J’ai beau me dire que je suis en train de faire une bêtise… Je n’arrive pas à lutter ce soir… » Finis-je par murmure doucement, continuant la danse de mes lèvres au creux de son cou. « Je t’aime Kane… Je t’aime toujours… » Les mots sonnent le glas de toute fin de résistance, du désir d'être bien pour elle en m'éloignant. C’est aussi Noël. L’amour. Les téléfilms cuculs. Le fait de s’avouer des choses qu’on retient en soi depuis trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3218

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Mer 3 Jan - 11:44

Les scènes se déroulent un peu comme au ralenti. Je me vois lui souhaiter un joyeux Noël et je l’entends de loin me demander si j’avais bossé ce soir, d’un simple hochement de la tête pour lui signifier qu’il s’agit bien de vêtements du travail. « Oui, oui j’étais de service ce soir mais on m’a laissé repartir plus tôt. » Je lui précise, me sentant obliger de lui révéler cette information. Car si je n’avais pas pu rentrer plus tôt de ce service interminable alors peut-être ne serais-je pas venue jusque ici pour venir le voir, de céder aux pulsions les plus fortes en moi qui me supplient encore et encore de venir le retrouver dans son appartement, de me laisser complètement aller et de lui montrer une nouvelle fois ce que je ressens pour lui. Depuis toujours. Depuis le premier jour. « Tout ce que tu pourras faire sera parfait. » Je lui souris alors qu’il me propose de cuisiner. Il est vrai que je n’ai jamais rechigné à le voir manier couteau et aliments derrière les fourneaux, j’ai toujours trouvé ça même assez sexy. Mais j’avais bien trop en tête une saveur quelque peu trop oubliée dont j’avais terriblement besoin en ce moment. C’est dans un élan poussé par une fièvre incontrôlable que je me retrouve à lui demander de ne rien dire, pas un mot, juste le silence et nous. Mes mains se posèrent à cette place si habituelle si sa poitrine tandis que qu’il se laisse alors faire. Et lorsque nos lèvres finirent par se toucher dans cette infinie délicatesse c’est l’explosion. Le passé qui revient au galop, les rires, le bonheur et nos instants si précieux. Toutes ces choses que cette douleur avait caché si loin en moi, je m’abandonnais à cette sensation béate de retrouver quelque chose d’anciennement perdu. Et c’est incroyable comme cela pouvait faire du bien, comme si tout s’effaçait pour ne reprendre qu’au début … Mais cela n’était pas possible, il me l’avait très bien fait comprendre. C’est sûrement pour cette raison que mon corps m’arrêta pour me décoller de lui. M’entendant dire alors qu’il ne s’agissait que d’un cadeau. Sourire à moitié sincère alors que je me rends compte que toutes ces petites choses se retrouvent encore derrière nous, que le bonheur passé n’est plus …

Mais la suite, je ne m’y étais pas préparée. Il franchit la courte distance entre nous, m’enlaçant alors de telle manière que je ne pouvais plus me séparé de lui, m’offrant à son tour son cadeau qui me remplit complètement d’espoir. Celui de pouvoir l’aimer à nouveau, celui d’être à nouveau présente encore une fois, au moins une dernière fois. Mes dernières barrières de réticences se brisèrent et je cède enfin à cette passion dévorante qui me joint à Dimitri. M’abandonnant au rythme de ses baisers endiablés, revenant une nouvelle fois dans le passé. Rien n’est comparable pourtant, je me sens bien plus vivante encore qu’avant, me sentant planer dans cette immensité de bonheur si dangereuse et si agréable. Je suis tellement éloignée de mon corps que je peine à attendre ce qu’il me murmure, me ramenant pourtant à la réalité lorsque le mot « bêtise » est de nouveau évoqué. « Alors ne lutte pas … » Je souffle à mon tour en m’agrippant à lui de toutes mes forces de peur qu’il ne s’envole, s’abandonner tous les deux voilà la solution.

Les mots se succèdent, je n’ose vraiment y croire. Pourtant je l’ai très bien entendu me les dire. Est-ce un rêve ou la réalité ? De trop nombreuses fois j’en ai rêvé. Maintenant qu’il est là, que nous sommes ensemble ce soir pouvais-je réellement y croire ? Ils eurent cet effet apaisant et réconfortant que j’ai toujours espérer. Réparant au passage la douleur de mon cœur, enlevant cet éclat de verre qui me le transperçait depuis si longtemps, guérissant tout sur leur passage, j’en savourais autant que possible la déferlante de joie qu’ils provoquaient dans tout mon être. Je le voulais, tout entier et rien que pour moi. Au diable le fait que ce soit encore une erreur de notre part mais comment lutter alors que la réciproque est présente ? « Je t’aime aussi Cooper, depuis le premier jour … » Je lui murmure à mon tour alors que mes mains attrapèrent un à un les boutons de sa chemise pour lui retirer avec aisance, mes baisers se perdant alors dans cette folie de l’instant  présent. « Et au diable les bêtises … » Je souris contre son cou en entreprenant de lui enlever le moindre tissu qui pourrait encombrer son corps, ce soir il était à moi, juste à moi et que pour moi. Il allait voir à quel point les Japonaises sont nulles à côté de moi. On dit que l’amour rend complètement fou et aveugle, moi je dirais que cette plutôt mon envie de ne faire qu’un avec lui qui est bien plus forte que n’importe quoi en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin bruyant
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1209

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Mer 31 Jan - 7:47

C’est comme si on se trouvait dans un épisode de Koh Lanta Pourquoi je parle toujours de Koh Lanta avec Dim’ ?. Il y a Denis Brogniart et sa sentence irrévocable, le flambeau qui s’éteint violemment et puis la faim. Surtout la faim. Et la question est là : si nous présentons un steak frites aux naufragés, oseront-ils refuser ? A moins d’être vegan, non. Et c’est un peu ce qui se passe avec Luce. Je suis le naufragé. Elle est le steak frites. Et je ne suis pas vegan. Aussi, je ne peux lutter. C’est plus fort que moi. C’est plus fort que tout de toute manière. Et puis à force de se courir derrière, je dois dire que les derniers remparts de ma lutte se sont bien effrités. Je suis incapable de me battre un peu plus. Surtout contre moi-même. Surtout quand c’est une Luce sauvage qui s’approche de moi, qui pose ses lèvres contre les miennes. Je perds alors toute capacité de réflexion, appréciant ce cadeau plus qu’il n’en faut. Je décide d’en faire de même. Et c’est là que je deviens encore plus con, laissant alors les paroles prendre le dessus. Vous savez ce genre de paroles que dès l’instant où vous le dites, vous savez que plus rien ne sera comme avant, qu’en cet instant, tout ce qui s’est produit et se déroule devient du passé, que nous démarrons une étape nouvelle, un chapitre. Quelque chose qui va nous chambouler et je ne suis pas si loin du résultat finalement. Surtout quand je vais savoir ce qui en découlera. Mais pour l’instant, je suis comme bienheureux Amédée – me demande pas qui c’est, je n’en sais rien ok ? – et je me laisse aller à l’ivresse de cette passion. Elle me dévore bien trop et Luce m’encourage à y aller franco. Comme dans Fatal, c’est presque « tape moi dans le fond, j’suis pas ta mère » et elle n’a pas besoin de me le dire deux fois. Le fait qu’elle me redit m’aimer n’aide pas non plus. Et ainsi, les derniers fils de la raison se rompent. Et alors, je n’ai plus à répondre de moi-même, si ce n’est que je l’attire un peu plus contre moi, rendant mes lèvres plus inquisitrices, répondant à l’appel de leurs jumelles. J’ai envie d’elle. Je la désire depuis bien trop longtemps. Et si mes gestes paraissent presque impatients, ils n’en demeurent pas moins doux. Je ne veux pas que nous nous envoyions en l’air comme des animaux, comme si c’était le besoin évident d’un couple. Au contraire, je veux être doux, je veux que ce soit un moment d’amour. Inoubliable en somme. Alors tout en la maintenant contre moi, tout en laissant mes mains épouser les courbes voluptueuses de son corps, je la fais reculer pour aller dans ma chambre, pour la poser dans mon lit, pour embrasser chaque centimètre de peau et libérer l’entrave de son corps que ses vêtements et les miens nous imposent. Libérés de tout, je retrouve avec ravissement la douceur de sa peau, son odeur et chaque geste me ramène à cette époque où nous étions ensembles et que tout allait bien. Aux gestes d’amour se mélangent un doux parfum d’oubli allié au ressenti d’une douleur terrible. Celle de l’avoir perdu. Sommes-nous en train de nous retrouver comme autrefois ? Le cœur a bon espoir alors que nous laissons la passion nous animer, que nos corps se fusionnent mutuellement comme un besoin vital. Dans un moment intime que la magie de Noël nous permet d’avoir. Comme dans les téléfilms cuculs à vrai dire. Manquerait plus qu’il y ait une musique gniagnian et c’est presque ça d’ailleurs quand on entend, au loin, le chants de quelques fidèles d’Eglise scandant des chœurs de Noël.
Il est né le divin enfant… Enfin, pas encore. Mais ça, je ne le sais pas encore.

Pour l’instant, nous faisons l’amour. Et lorsque le corps finit par rendre les armes Et que je m’endors comme une merde LOL, je peux encore apprécier de pouvoir la garder contre moi, de sentir le battement effréné de son cœur à l’unisson du mien. C’est tellement délicat comme sensation. Et je me sens si bien, complet et entier. Un peu comme si j’avais retrouvé un bout de moi, le chaînon manquant d’un mécanisme n’attendant que cette pièce pour démarrer. « Ça devrait être Noël tous les jours… » Je finis par murmure au creux de son oreille avant de me mettre à rire doucement. Au creux des draps défaits, dans cette atmosphère emplie de confidence, je me sens alors terriblement bien. « On dit plus de choses que lorsqu’on est en soirée, complètement torché. » Il y a une aura de magie et j’adore ça. « J’étais tellement sincère tout à l’heure. A vrai dire, depuis trop longtemps je passais mon temps à lutter contre tout ce que je ressentais. J’avais peur d’être celui qui te ferait encore de la peine. Je ne voulais pas te faire encore te faire souffrir mais désormais… » Je finis par marquer une pause, caressant sa joue et l’embrassant encore et encore « Je sais que c’est avec toi que je veux être et je ferai tout pour être quelqu’un de bien, pour ne pas refaire les erreurs du passé... A vrai dire, je m'en veux tellement de t'avoir fait du mal. C'est pour ça que j'ai tant cherché à te fuir. Je t'aimais trop pour pouvoir revenir vers toi... » Enfin, ça c’est avant qu’elle annonce la bombe mais pour l’instant, rien ne présage de tels orages. Pour l’instant, tout est amour, retrouvaille et tendresse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3218

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Lun 12 Fév - 13:47

Je me perds dans mes propres guerres vaillamment … Alors je me promets que pour toujours je ne veux plus être une personne qui lui fait mal, je veux être celle qui lui fera découvrir le monde sans un autre angle à nouveau, je ne veux plus être la personne qui lui cause autant de souffrance qu’il ne m’en cause également. Je veux essayer du plus fort de moi-même de l’aimer de toutes mes forces, de retrouver ce goût de bonheur qui avait disparu depuis trop longtemps maintenant. Son coeur battant si fort contre le mien, ses lèvres parsemant mille et un baisers sur mon corps qui en réclame toujours plus que nécessaire. Nos dernières barrières se brisent au même moment que nos vêtements tombent lentement sur le sol. Mais ce n’est pas quelque chose de brute bien que la passion retrouvée nous pousse à agir de cette manière. Tout est si doux dans nos gestes que j’en savoure pleinement chaque seconde de nos retrouvailles. Rien ne pourrait ternir ces instants, ils deviennent désormais les meilleurs que j’ai pu vivre jusqu’aujourd’hui, me ramenant tout de même à nos premiers instants. Me rappelant à quel point il a pu me troubler avant que je ne comprenne que tout ce que je ressentais pour lui n’était que de l’amour dans sa forme la plus pure et simple malgré l’aspect si compliqué et dur de notre relation. L’espoir de retrouver notre amour perdu me rempli alors, relançant de plus fort la passion qui m’anime alors qu’il me pousse vers sa chambre, celle que je connais que trop bien, cet appartement qui m’est tellement familier. L’union de nos corps nous complète, calmant les tensions qui étaient que trop présentes entre nous.
Faire l’amour me donne l’espoir de le retrouver pleinement, de recommencer là où nous avons fini par échouer, de retrouver cet amour et de pouvoir lui montrer que nous pouvons faire de si belles choses tous les deux. Au creux de ses bras je ne peux pas m’imaginer meilleur endroit, m’abandonnant complètement à lui jusqu’à ce que Denis Brogniart proclame la sentence irrévocable. Je peux sentir son coeur battre tout contre le mien alors que je refuse qu’il me lâche. Ce qu’il fait tout de même pour pouvoir me parler dans cette ambiance si spéciale créer par Noël. Je souris à sa remarque parce qu’il a bel et bien raison, il faudrait que ce soit tous les jours Noël et que cette magie ne s’éteigne jamais. Une atmosphère si spéciale qui nous enveloppe, je n’ose pas bouger de peur de m’éloigner de lui un instant de plus. « Non, c’est vrai que lorsqu’on est torché on fait pas mal de connerie, d’ailleurs tu me feras penser à ne pas oublier mon soutif cette fois ... » Je me mets à rire aussi, me remémorant quelques souvenirs que j’aimerais beaucoup oublier.

Alors il fini par se confier à moi, m’expliquant alors qu’il était en train de lutter contre moi, contre ce qu’il ressentait pour nous, qu’il avait peur … Cette révélation me rendant soudainement si triste que je ne peux m’empêcher que de me mettre encore plus proche de lui encore, d’être avec lui, de lui montrer que je serais là peu importe ce qu’il se passe. Je veux toujours être là. Ses lèvres se portant encore et encore sur les miennes, m’animant de ce bonheur si intense que j’aimerais le ressentir tout ma vie auprès de lui. Mais les révélations ne s’arrêtent plus, il se confie encore et moi, je me sens complètement fondre. Rien ne pouvait plus me faire plaisir que d’entendre ce qu’il me dit car bien entendu je n’en retiens que le meilleur. « Dim ... » Je murmure à mon tour, ne sachant pas quoi lui dire, perdant mes mots face à de telles paroles, allant l’embrasser à mon tour. « Je t’aime. Je t’aime peu importe ce qu’il sait passé avant, je veux être avec toi parce qu’il n’y a que toi qui arrive à faire battre mon coeur aussi fort. » Je prends sa main dans la mienne, la portant à mon coeur pour qu’il sente à quel point il pouvait battre lorsque je suis en sa présence. « Nous sommes un couple … A notre manière, tu te souviens ? On fera comme on peut malgré les conneries qui vont pouvoir nous arriver. » Je ris, parce que je sais qu’il y aura des conneries, que je sais très bien que je vais certainement avoir envie de lui balancer des oreilles au visage certaines fois. « Mais pour rien au monde je ne te lâcherais maintenant. Cooper, te voilà condamner à supporter Luce Kane pour une durée indéterminée. » Je me remets à rire encore, je ne savais pas que les  conneries de la vie allaient arriver quelques mois plus tard. J’ignore même que c’est ce que nous venions de faire qui va nous mettre dans une merde terrible. « S’il te plait, ne me fuit plus maintenant … Pas alors que nous venons de nous retrouver ... » Lui soufflais-je alors dans un murmure. Je n’avais plus envie de me battre contre lui, je n’avais plus envie d’être éloignée, plus une seule seconde de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Cooper
Admin bruyant
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 1209

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Dim 25 Fév - 19:54

Je savoure la douceur de nos retrouvailles. Cette fois-ci, je ne me pose pas de questions, je me contente juste d’apprécier. Pourquoi avoir attendu Noël ? Pourquoi avoir laissé plus d’un an s’écouler entre nous durant lequel, nous avons eu tant de mal à nous parler, à réellement dire ce que nous avons sur le cœur ? Je n’en sais rien, je sais qu’il y a eu le Japon, cette histoire entre Luce et son mec – enfin ex désormais – et de ce fait, les mois se sont écoulés si vite. Je me dis que tout ce temps a été, certainement, nécessaire pour que je puisse conscience que c’est Luce que je veux. Plus que tout. Que malgré l’écoulement des heures, des minutes, des secondes, les sentiments ont été là. Luce est vraiment la fille pour qui j’ai éprouvé quelque chose de très fort, d’immuable parce qu’après des mois sans vraiment se dire la vérité, mes sentiments sont toujours présents. Inchangés. Et cette nuit de retrouvaille me conforte dans cette position. Sans doute est-ce la magie Noël ? Sans doute, est-ce cette magie là que je retrouve dans ses bras ? Finalement, les films neuneus ont sans doute raison : l’amour se renforce avec un bonhomme obèse vêtu de rouge et d’une énorme barbe. Offrir des cadeaux c’est has been, maintenant on s’offre le cœur, les sentiments et des ébats passionnés. Je me sens tellement bien mine de rien. Je ne changerai, pour rien au monde, ce que je suis en train de vivre. Et l’âme est romantique, se décide à exposer ce que je ressens réellement. Sans crainte. Sans pudeur. A cœur ouvert comme si j’étais en de me prendre pour Céline Dion en pleine écriture de son nouvel album. Pourtant, ça fait du bien de dire les choses telles qu’on les ressent. Et le plus beau, c’est qu’il en est de même pour Luce. Entre les draps épars et chiffonnés, rien est plus beau que de l’entendre m’avouer, encore et toujours, son amour, ne voulant plus que nous soyons séparés. Que nous puissions être ce que nous avons été. Autrefois. Ce couple capable de ce Je t’aime moi non plus. Nous aimer passionnément. Nous aimer à notre manière. Et à ce moment-là, je suis tellement doté de cette certitude que je sais ce que je veux. C’est Luce et rien d’autre. Oui, je veux l’aimer. Oui, je ne veux pas la tromper à nouveau. Je veux que l’on redevienne ce couple d’avant, sans souffrances, ni rien. Et cette fois-ci, je me sens prêt. « C’est fini Luce. » je finis par lui murmurer en la fixant d’un air tendre. « Je ne t’abandonne plus, je te le promets. » Et mes lèvres viennent se sceller contre les siennes, confortant cette promesse que je serais, finalement, incapable de tenir. « Je t’aime Kane. » Ces mots murmurés au moment où j’inverse nos positions pour me retrouver au-dessus d’elle, pour la contempler un peu plus, l’aimer plus fort.


***


C’est tard le matin que je finis par me réveiller. Il y a du bruit dans l’autre partie de l’appartement et il me faut un temps pour me rappeler ce qu’il s’est produit. Me redressant doucement, je constate que la place d’à côté est vide et pourtant, les vêtements traînant par terre me confirme que Luce est encore là. De toute façon, il y a du bruit et il provient probablement de la cuisine. Niveau discrétion bonjour. Mais je ne m’en plains pas. Au contraire, mon visage se feint d’un large sourire heureux. Les épisodes d’hier me reviennent en force, m’apportant une douce chaleur en moi. Aussi, l’idée de profiter de ce matin de Noël encore plus appréciable. Aussi, enfilant aussi vite que possible mon caleçon, je me lève en baillant et m’étirant un peu Et mate les muscles meuf !, me déplaçant jusqu’à la source du fond sonore. La vue est appréciable devant une Luce vêtue du peu, me permettant d’admirer la fine courbe de ses jambes. Elle est en train de préparer le petit-déjeuner. L’odeur est alléchante mais voir ma copine – parce que oui, nous sommes de nouveau ensemble ! – est bien plus appréciable. M’approchant d’elle, je viens alors glisser mes bras autour de sa taille, enfouissant mon nez dans son cou, humant son odeur m’ayant manqué durant tout ce temps. Même les japonaises ou les coups d’un soir n’auront pas su me faire oublier chaque détail m’ayant fait apprécier ma relation avec elle. Y compris ce simple geste que de l’enlacer ainsi, tandis que son dos épouse doucement mon torse, dans ce geste protecteur et tellement empli d’amour. « Bonjour toi… » Je murmure doucement, observant d’un œil ce qu’elle est en train de préparer. Un solide et copieux petit-déjeuner. Ça et tout ce qui repose déjà sur le plan de travail. « Tu as invité tout le voisinage ? » Je demande d’une voix amusée. Ceci dit, elle pourrait inviter la planète entière que cela ne me dérangerait, je suis heureux les gens !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3218

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   Lun 12 Mar - 18:49

Le temps semble s’être arrêté autour de nous, retenant son souffle alors que nos sentiments se dévoilent à nouveau. Partager un moment tendre et intime avec l’autre dans la magie d’une soirée que nous ne sommes pas près d’oublier tous les deux. Par cette simplicité dans laquelle nous nous sommes retrouvés, par ce naturel que nous avons retrouvé ensemble et surtout par cette complicité que j’avais crue disparue pour toujours mais qui n’avait jamais disparue. Par toutes ces petites choses qui font que je me souviendrais toujours que la lueur dans ses yeux était d’une sincérité si pure, que la lumière tombait à merveille sur sa peau et que nos esprits semblaient si apaisés après s’être retrouvé. Je ne pourrais jamais oublier cette soirée tout comme le fait que Dimitri Cooper serait à tout jamais une partie de moi, de ma vie. Désespérément tombée amoureuse, voilà ce que je suis maintenant, je suis bel et bien devenue l’une de ces potiches romantiques dont on aimait tant se moquer avant. Je savoure alors ses mains contre mon visage, sa peau glissant contre la mienne, ses baisers tout aussi tendres les uns que les autres, tout ce qui fait dont je suis complètement folle de lui. A cet instant je sais. Je sais que ce sera lui et pas un autre, que j’aurais beau vouloir le remplacer je n’y arriverais pas, que mon cœur battra toujours pour lui et qu’aucun autre homme sur cette terre ne pourrait me faire ressentir ne serait-ce que le centième de ce qu’il me fait. Mon cœur est à lui, entièrement, et je ne peux rien faire contre ça. Je savoure aussi les paroles qui se prononcent, le fait que tout soit terminé, que nous étions ensemble, qu’il n’allait plus m’abandonner et la douceur de cette promesse me permet d’y croire dur comme fer sans savoir ce que le destin allait bien pouvoir nous réserver. « Pour toujours Cooper. » Je murmure à mon tour dans ce bien-être qui flotte autour de nous. « Je t’aime. » Ai-je le temps de dire avant qu’il se retrouve sur moi, plus beau que jamais dans la faible lumière de sa chambre, promettant une nouvelle fois de me faire rêver en grand.

***

Je ne sais pas vraiment l’heure qu’il est, je sais juste que je suis blottie contre l’amour de ma vie, que la nuit à plutôt été très courte et c’est avec un grand sourire et un peu le rouge aux joues que je retrouve l’être aimé à mes côtés. Je le contemple un peu, profitant de la vue de ce visage serein et doux comme je l’ai rarement vu. Aussi, même si j’ai toujours adoré le regarder dormir, j’avais faim. Et on me connaît quand je commence à avoir le ventre qui grogne. Premièrement je déteste ça et deuxièmement je deviens désagréable, enfin beaucoup même. C’est donc avec délicatesse que je me suis levée, attrapant au passage mon string dans un coin mais surtout une chemise de Dimitri. La tenue parfaite en ce doux matin de Noël pour préparer le petit-déjeuner.
Il ne me faut pas longtemps pour retrouver mes repères dans l’appartement, il faut dire qu’il n’y a pas grand chose qui a bougé dans la cuisine. Et c’est de cette manière que je commence par préparer des pancakes et tout l’arsenal de nourriture qui suit. Du coup le choix est énorme et j’en suis assez fière d’ailleurs. C’est avec un bonheur non dissimulé donc que les bras de mon amoureux super musclé viennent m’entourer quelques minutes plus tard. Ou je ne sais pas combien de temps après vu qu’il y a tout de même les œufs de prêts, les pancakes et les toasts sur le point d’être terminés. « Bonjour monsieur je traine dans le lit. » Je le salue avec bonne humeur, sentant déjà la remarque à propos de toute la nourriture arrivée mais peu importe, c’est Noël et lors des périodes de fête on doit pouvoir se remplir l’estomac au moins deux fois par jour sans pouvoir rien avaler d’autre au repas qui vient après. Du coup nous ne pouvions pas échapper à cette tradition. « Et bien … Au vu du mot laissé par ta vieille voisine du dessus qui était sympathiquement glissé sous la porte … Je ne pense pas qu’inviter tes voisins soit une très bonne idée. Une vraie bande de jaloux ! » Oui bon, peut-être que nous avons fait un peu de bruit mais pas tant que ça, si ? Ou alors dans l’action on ne se rend vraiment pas compte. « Mais je suis fière de te dire que c’est Noël, qu’aucune catastrophe ne nous ait tombée sur la tête alors autant fêter ça en mangeant ? » Et c’est une assez bonne raison, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Advienne que pourra ♥ Dimitri   

Revenir en haut Aller en bas
 
Advienne que pourra ♥ Dimitri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Advienne que pourra [Leith / Jade]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Dimitri Payet
» Death métal [Dimitri & ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Downtown :: Home sweet home-