Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Brian Anderson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2017
MESSAGES : 482

MessageSujet: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:29




" You know you're in love when you can't fall asleep because reality is finally better than your dreams. "


"Brian Anderson"


◑ Nom Anderson. ◑ Prénom(s) Brian. ◑ Date et lieu de naissance 6 juillet 1990 à  Detroit. ◑ Nationalité Américain. ◑ Orientation sexuelle Hétéro. ◑ Statut civil En couple. ◑ Profession et/ou études Steward. ◑ Quartier d'habitation Je vis dans une villa située à Santa Monica en compagnie de ma princesse Fiona. ◑ Qualités et défauts de ton personnage Têtu, attentionné, rancunier, digne de confiance, maniaque, franc, autoritaire, actif, impatient, romantique, galant, possessif, intuitif, jaloux, intelligent, sensible, débrouillard, excentrique, mature, malicieux, courageux. ◑ Avatar Josh Hutcherson. ◑ Groupe Les Tentacules de la Déréliction. ◑ Crédits Tumblr.

L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire



Tics et manies et de ton personnage
♦️ Je suis très superstitieux dans mon genre: en d'autres termes, vous ne me verrez jamais passer sous une échelle et rien ne m'insupporte plus que de voir du pain à l'envers mais mis à part ça, je suis normal (enfin, dans la mesure du possible). ♦️ J'ai également quelques tics de langage: ainsi, il y a des mots et des expressions que j'ai l'habitude de répéter régulièrement lorsque je parle sans en être véritablement conscient. ♦️ Je souffre d'apiphobie ce qui signifie que j'ai peur des abeilles ainsi que de tous les insectes qui possèdent un dard. ♦️ J'adore regarder des films d'horreur même si je sursaute pour un rien: il faut croire que j'adore me faire peur. ♦️ Je déteste la violence et j'évite les conflits dès que j'en ai l'occasion. Cela ne m'empêche de m'être déjà bagarré par le passé. ♦️ Il m'arrive souvent de pleurer pour un rien mais je me garde bien de le crier sur tous les toits. En général, je ma laisse aller surtout lorsque je suis à l'abris des regards. ♦️ Je suis un mordu de lecture: je dévore généralement plusieurs bouquins par mois et mon auteur préféré est Nicholas Sparks ♦️ Je joue du piano depuis de longues années: ayant une âme d'artiste, il m'arrive de créer mes propres morceaux quand j'éprouve le besoin d'exprimer ce que je ressens. ♦️ Je suis bédéphile ce qui signifie que je collectionne les bandes dessinées. ♦️ Je suis un amoureux des bêtes, mon animal favori étant le loup. ♦️ Mon plus grand rêve serait de me lancer dans l'écriture d'un roman mais pour le moment, j'ai d'autres priorités dans la vie.  
Le petit cocon de ton personnage
Depuis plusieurs années, je vis dans une belle villa située dans le quartier de Santa Monica. Avec Fiona, nous avons décidé de nous installer loin du centre de Los Angeles pour vivre en paix. Nous voulions fuir l'atmosphère stressante de la ville sans pour autant nous poser dans un coin perdu. Nous avons un magnifique jardin ainsi qu'une belle piscine et pour couronner le tout, la mer ne se situe qu'à quelques minutes de notre demeure. Autant dire que notre villa est à nos yeux un petit coin de paradis.
Que pense t-il de la ville de Los Angeles ?
C'est une ville que je ne peux qu'aimer dans la mesure où c'est là que j'y ai rencontré l'amour de ma vie. De plus, j'étais presque au fond du gouffre lorsque je suis venu m'installer à Los Angeles et c'est en y posant mes valises que je suis parvenu à me reconstruire. A vrai dire, depuis que j'ai ouvert un nouveau chapitre de mon existence, j'ai l'impression qu'une bonne étoile veille à mon bien être et j'en viens à croire que de vivre à Los Angeles me porte chance. De plus, Santa Monica est un quartier qui s'accorde à merveille avec ma personnalité: il y règne une atmosphère presque envoûtante qui donne le sentiment que l'on est perpétuellement en vacance surtout que nous sommes à proximité de la plage. J'aime voyager à travers le monde pour découvrir de nouvelles cultures et m'émerveiller devant de magnifiques paysages mais mon cœur continuera d'appartenir à Los Angeles jusqu'à mon dernier souffle.  
Pourquoi avoir choisi ce groupe ?
Pendant trop d'années, j'ai vécu dans la souffrance, alors quand j'ai eu la chance de pouvoir sourire à la vie, j'ai voulu profiter de chaque seconde de mon existence. J'essaye de m'amuser autant que possible au quotidien, d'être optimiste et de ne pas me prendre la tête. Je ne me soucie pas du lendemain: la vie est trop courte et il faut se concentrer sur le moment présent. Cela ne signifie pas que je me fiche de mon avenir mais simplement que je ne veux pas faire une fixation sur mon futur: je pars du principe qu'on ne sait jamais ce que le lendemain nous réserve. Il faut donc profiter de chaque jour comme si c'était le dernier.
Quel est le petit secret de ton personnage ?
Quand ma vie était au plus bas et que j'avais du mal à joindre les deux bouts, j'ai travaillé dans une boîte de strip tease: j'étais ce que l'on appelle un chippendale. J'ai effectué ce boulot durant environ un an et c'est d'ailleurs comme cela que par la suite, j'ai été en mesure de tout abandonner pour rejoindre Los Angeles. Je ne me sens pas honteux d'avoir exercé un tel métier d'autant plus que je me suis plutôt amusé durant cette période de mon existence mais malgré tout, il est vrai que c'est un secret que je n'ai jamais dévoilé à personne.

Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...


Parce que nous sommes curieuses, forcément, nous allons te demander touuuuut un tas d'informations bien croustillantes à ton sujet. Ton prénom/pseudo Sweety. Ton petit âge 31 ans. Ce que tu fais dans la vie à part tuer des gens Glandeur professionnel. Personnage inventé ou scénario Scénario. Où as-tu connu le forum? Grâceà un Top-site. Un dernier petit mot ? Hâte de commencer l'aventure.

Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque

Code:
[url=http://vice-et-versa.forumactif.org/t3564-you-may-hold-my-hand-for-a-while-but-you-hold-my-heart-forever-brian-anderson][color=red]◑[/color][/url] <span class="titlecat1">Josh Hutcherson</span> - Brian Anderson
[b]Brian Anderson : [/b][i]Santa Monica[/i]
[color=green]♦️[/color] [b]Brian Anderson : [/b] [i]Steward[/i]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brian Anderson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2017
MESSAGES : 482

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:29



Dessine-moi un mouton


Je suis né le 23 juillet 1980 dans le quartier le plus glauque de Detroit: pas vraiment l'endroit idéal pour élever un bébé. Seulement, mes parents n'avaient pas la possibilité de s'offrir un appartement à la hauteur de leur espérance: ils étaient bien obligés de faire avec les moyens du bord. La pauvreté aurait pu me jouer un vilain tour mais dans mon malheur, j'ai eu de la chance: une bonne étoile veillait alors sur moi. Loin du luxe, mon père et ma mère ont trouvé un argument bien plus convaincant que l'argent pour me prouver leur amour: ils se sont contentés de me couvrir de tendresse. Après tout, ne dit-on pas que le bonheur n'a pas de prix?

Ayant rarement l'opportunité de sourire à la vie, mes parents me voient comme le petit rayon de soleil qui illumine leur quotidien. Je leur permets de croire en un avenir plus radieux loin des galères qu'ils ont toujours connus: serait-ce un heureux présage? Toujours est-il que je suis choyé comme un prince: difficile d'imaginer tous les drames qui se jouent autour de moi. Pourtant, sans le savoir, je suis élevé dans un environnement où la violence règne en maître: ma rue est devenue le repère de toutes les crapules les plus méprisables du quartier. Seulement, je suis encore trop jeune pour comprendre tout cela...

Les années passent et alors que je prononce mes premiers mots, je vois également le monde extérieur sous un nouvel angle. Bien qu'étant incapable de décrire précisément ce qui se déroule devant mes yeux, je commence à ressentir ce stress qui émane de mes parents: leurs sourires crispés masquent difficilement cette peur qui semble les animer. Et pour quelle raison n'ai-je jamais le droit de sortir? Qui est responsable de ces bruits stridents qui résonnent sans cesse dans ma rue? Même avec la meilleure volonté du monde, mes parents savent que tôt ou tard, ils ne seront plus en mesure de me cacher la terrible réalité.

Le gong a retenti, je suis désormais en âge de rejoindre l'école. En règle générale, c'est un moment particulier à vivre aussi bien pour les parents que pour les enfants mais dans mon cas personnel, cette journée va surtout ressembler à celle de tous les dangers. Brusquement, je sors de ce cocon que mon père et ma mère m'avaient soigneusement confectionné, je quitte cet appartement qui était jusqu'à présent mon seul et unique refuge. La prudence devrait me rendre anxieux mais c'est ma curiosité qui prend le dessus et je n'ai alors qu'une seule hâte: c'est de ne plus être coincé entre quatre murs. Entre joie et terreur, mes parents ont rapidement tranché dans le vif...

Les mois s'enchaînent, les saisons se suivent inexorablement et pourtant le même rituel semble se prolonger éternellement. Je suis encore bien trop jeune pour me rebeller et je me contente donc de subir le sort qu'on me réserve. Inévitablement, les questions se succèdent dans ma tête et ce mystère qui m'écorche le cœur finit pas m'obnubiler: il me poursuit même dans mes rêves qu'il transforme en d'effroyables cauchemars. L'école me permet de ne pas perdre pied: je me retrouve dans un autre univers en étant entouré par mes camarades de jeux. Mon enfance rime alors avec insouciance. Petit à petit, je deviens distant avec mes parents, je les considère comme les seuls responsables de cette crainte perpétuelle qui me ronge. Je ne suis pas encore assez mature pour appréhender au mieux les situations auxquelles je suis confronté mais je suis conscient que mes parents me mentent: je ne suis pas né de la dernière pluie. Je me renferme tout doucement sur moi-même et mon caractère prend de l'ampleur: je m'affirme sous un autre jour. Je prends un malin plaisir à défier l'autorité parentale laissant de côté cette sagesse qui me rendait si mignon. Que m'arrive t-il?

Toujours en quête de nouvelles aventures, j'aime désormais le goût du risque à tel point que franchir les limites devient une obsession à mes yeux. C'est ainsi qu'un beau soir, je décide d'affronter ce qui était autrefois ma plus grande peur. Profitant de l'inattention de mes parents, j'use de ma discrétion pour leur fausser compagnie et j'entreprends de quitter l'appartement par mes propres moyens. Je me faufile dans l'escalier en prenant soin d'éviter les autres locataires pour atteindre finalement mon but ultime. Me tenant en face de la porte d'entrée de l'immeuble, j'hésite une seconde à franchir le pas mais décidément la tentation est bien trop grande pour y résister plus longtemps. Ce que je ne sais pas encore, c'est qu'à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.

Une fois dans la rue, je ne peux que constater les dégâts. J'ai peine à croire ce que je vois si bien que je suis pétrifié de peur: je voudrais fuir mais mes jambes ne répondent plus. Sous mes yeux ébahis, j'assiste à un déchaînement de violence qui dépasse l'entendement: je ne sais plus où donner de la tête tellement le choc est rude à encaisser. Je voudrais fermer les yeux et boucher mes oreilles mais je ne peux point: je suis terrorisé. Puis brusquement, je sens que quelqu'un m'attrape le bras, je m'apprête à hurler de toutes mes forces mais cette personne pose alors ma main sur ma bouche: suis-je en plein cauchemar? Et dire qu'il y a encore quelques minutes, je jouais le rebelle de service. Désormais, je ne fais plus le fier...

C'est ce jour là que j'ai eu le droit à ma première claque: je pouvais m'estimer heureux de recevoir une punition aussi clémente de la part de mon père. Dieu seul sait ce qui aurait pu m'arriver si j'étais tombé sur un voyou de la pire espèce. De son côté, ma mère se contenta de pleurer toutes les larmes de son corps en me serrant dans ses bras: je regrettais de lui avoir fait subir une telle frayeur. Par la suite, mes parents n'oublièrent pas de me faire la morale histoire de me mettre les point sur les "i". De toute manière, ils pouvaient se rassurer car cette expérience m'avait servi de leçon: plus jamais, il ne me viendrait à l'idée de descendre seul dans cette rue le soir. C'était décidé: j'allais de nouveau rentrer dans le droit chemin...

Arrivé à l'adolescence, ma vie n'a finalement pas trop changé. Je suis toujours proches de ma famille et je poursuis mes études bien que les cours commencent à me lasser. Désormais, j'ai plus de liberté mais j'évite d'en abuser: mon quartier est toujours aussi dangereux et il est donc plutôt rare que je sorte la nuit. Bien évidemment, mes parents ne sont plus à mes côtés dès que je franchis le seuil de mon immeuble mais cela ne me pose aucun problème: avec le temps, j'ai appris à ne plus me préoccuper des bandes qui sévissent dans notre rue. Une seule règle d'or à respecter: ignorez-les et ils vous ficheront la paix. J'ai gardé mon âme de solitaire même si j'ai quelques amis dans mon entourage. Ma grande passion, c'est la lecture: il faut dire qu'à force de trouver le temps long dans mon appartement, il a bien fallu que je me trouve une occupation. Je dévore les romans: cela me permet de voyager. Cette routine n'a rien de transcendant mais elle me convient parfaitement. Je ne me doute pas encore que prochainement, mon univers va totalement s'écrouler...

Le printemps dévoile alors ses plus belles couleurs. La fin de l'année approche et je me laisse tenter par une petite fête qu'organise un ami proche. L'alcool coule à flot et l'ambiance est démentielle: difficile de ne pas faire certains excès dans ces conditions. La soirée se déroule sous les meilleurs auspices: on danse, on chante, on délire et chacun en profite pour oublier ses propres soucis. Autant dire qu'au petit matin, il m'est difficile de mettre un pied devant l'autre. Cependant, ayant gardé un brin de lucidité, je demande à un proche de me raccompagner: je sais qu'il est venu en voiture et je lui accorde assez de confiance pour être sûr qu'il n'a donc pas abusé de l'alcool. Après m'avoir déposé juste devant mon immeuble, je lui donne l'ordre de repartir: malgré mon état, je me sens capable d'aller seul jusqu'à mon appartement et je préfère lui éviter quelques problèmes. Tout semble alors se dérouler comme sur des roulettes. Peut-être était-ce trop beau pour être vrai...

Alors que je m'apprête à monter dans l’ascenseur, je suis interpellé par deux voyous qui ont pris l'habitude de traîner dans le hall d'entrée. Je les connais parfaitement puisque tous les matins je les croise en évitant cependant de fixer leur regard. Sans gêne, ils n'hésitent pas à insulter les locataires qui ne leur donnent pas ce qu'ils veulent: à plusieurs reprises, ma mère a subi le même sort. Ils ne respectent rien et savent qu'ils sont les seuls à faire la loi dans le quartier. Votre seul choix est de ne pas prêter attention à ce qu'ils disent: du moment que vous ne les défiez pas, vous éviterez leurs représailles. Comme toujours, je ne prononce pas un seul mot tandis qu'ils semblent se moquer de l'état dans lequel je suis. Je sais parfaitement que je dois me taire et contenir ma colère mais blessé par une remarque dirigée contre ma mère, je commets alors l'erreur fatale. L'alcool aidant, je frappe l'un des deux voyous avant de filer à l'anglaise. J'arrive à mon appartement tout en vérifiant que je n'ai pas été suivi puis je referme la porte derrière moi en prenant soin d'être le plus discret possible. Poussant un long soupir, je réalise déjà que ce coup de sang va me valoir cher. Pourtant, je ne sais pas encore à quel point je vais regretter ce geste malheureux par la suite...

Durant les jours qui suivent, c'est la peur au ventre que je sors de l'appartement. Chaque fois que je pose ma main sur la poignée de la porte, je sens que mon cœur est sur le point d'exploser. Ma plus grande crainte est de mettre la vie des mes parents en danger: en voulant joueur au plus malin, je suis conscient d'avoir mis le feu aux poudres. Désormais, je suis pris dans un engrenage et rien de ce que je pourrais faire ne serait en mesure de changer cette situation. Cependant, je ne suis pas au bout de mes surprises...

Alors que mon esprit invente des scénarios invraisemblables qui me filent la chair de poule, je constate que la réalité est bien plus paisible que je ne me l'étais imaginé. Interloqué pour ne pas dire médusé, je traverse ma rue comme si de rien n'était: non seulement les bandes m'ignorent mais personne ne semble vouloir se frotter à moi. Les semaines passent et je suis bien obligé de me rendre à l'évidence: mon inquiétude avait sans doute pris une ampleur disproportionnée dans la mesure où ce n'est pas un simple coup de poing qui pouvait déclencher une guérilla urbaine. Ainsi, c'est le cœur un peu plus léger que je reprends petit à petit le cours de mon existence. Je réussis mon année scolaire avec brio ce qui me permet alors de profiter pleinement des vacances d'été. Je m'amuse tellement que je finis par totalement oublier cette histoire qui m'avait pourtant tellement bouleversé. J'oublie sans doute un peu vite que la vengeance est un plat qui se mange froid...

Un soir, je décide de rendre une petite visite à mes parents. Cela fait un petit moment que je ne les ai plus revus: je découche chez des amis qui m'offrent leur hospitalité. Tout en arrivant dans mon quartier, je vogue au gré de mes pensées et je me rends compte que je vis sans doute la plus belle période de ma courte existence: il n'en faut pas plus pour me faire sourire. Mais alors que je suis perché sur mon petit nuage, quelques sirènes de police me font vite redescendre sur terre. D'abord incrédule, je tressaillis en comprenant qu'elles proviennent de ma rue: dans une zone aussi sensible, les flics ne se déplacent que si un crime vient d'être commis. Étrangement, je suis tout de suite envahi par un mauvais pressentiment mais je prie de toutes mes forces pour que mon intuition fasse fausse route. Puis le couperet tombe et je constate avec effroi que la police se trouve juste devant mon immeuble. Je suis à deux doigts de fondre en larmes mais je dois en avoir le cœur net: je prends mon courage à deux mains et je pique un sprint pour monter les escaliers en quatrième vitesse. En une fraction de seconde, je bascule alors dans l'horreur: à l'instant même où j'arrive devant mon appartement, j'aperçois une civière sur laquelle un mort semble être allongé. La douleur est trop forte et je m'agenouille par terre: je suis totalement perdu et anéanti.

La confusion règne si bien que durant de nombreuses minutes, personne ne remarque ma présence. Vu l'état dans lequel je me retrouve, cela m'arrange plus ou moins: j'aimerais creuser un trou et que quelqu'un m'y enterre à tout jamais. Finalement, un jeune homme m'aperçoit et il tente de me questionner: je reste sans voix. Je sens que tout le monde s'agite autour de moi mais je demeure inerte comme si mon corps avait soudainement été privé de son âme. On finit par me relever et je me laisse guider pour éviter la chute: je suis vidé de toutes mes forces. Mon état suscite quelques inquiétudes et je suis donc conduit à l'hôpital le plus proche où je passe toute une batterie d'examens: " simple choc émotionnel " concluront  les médecins...

Dès le lendemain, je suis pris en charge par la police locale. Vu la gentillesse dont on fait preuve à mon égard, je sais qu'ils sont parvenus à m'identifier et j'attends patiemment qu'on me dévoile enfin la vérité. Un commissaire m'expose alors les faits et je l'écoute attentivement tout en ayant la gorge serrée et le cœur meurtri: mes parents ont été retrouvés morts dans l'appartement après que des voisins aient alerté la police. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agirait d'un cambriolage qui aurait mal tourné. Si j'en avais le courage, cette réflexion me pousserait à devenir ironique mais mon moral est au plus bas et je préfère garder le silence. Après avoir rempli quelques formalités, je quitte l'établissement en refusant catégoriquement le soutien que la police souhaitait m'accorder. Avec mon expérience, je sais pertinemment que ce dossier va être classé: savoir la vérité qui se cache derrière cette affaire est le cadet de leur soucis. De toute manière, qui pourrait se soucier de la mort de deux illustres inconnus?

Démoli mentalement, je sombre aussitôt dans l'alcool: c'est alors le seul remède que j'ai trouvé pour combattre ma peine. Ma vie devient plus pathétique que jamais: errant dans les rues de Detroit, je me contente de faire la tournée des bars ce qui renforce implicitement ma solitude. Mais très vite, la situation s'envenime: mon cœur est submergé par les émotions négatives. J'éprouve le besoin de soulager mon chagrin mais également d'expulser cette haine et cette colère qui me mettent dans des états secondaires. Je suis devenu méconnaissable à tel point que j'ai fini par m'intégrer à une bande: aussi incroyable que cela puisse paraître, je côtoie ces même individus que je méprisais au plus haut point il y a encore quelques mois. Je me drogue et je bascule dans le sexe et la violence: rien ne semble pouvoir arrêter ma chute vertigineuse vers les flammes de l'enfer.

Finalement, c'est mon meilleur ami qui me sortira de ce cercle vicieux en m'invitant à rejoindre un centre de désintoxication. Il me faut alors quelques mois pour me remettre d'aplomb puis pour éviter de succomber de nouveau à mes vieux démons, mon confident insiste pour que j'aille vivre chez lui. Sans me surveiller comme le lait sur le feu, il veille à ce que je garde le cap pour ne pas que je me laisser aller. Grâce à son aide, je réussis à me maintenir à flot tout en m'activant pour trouver du boulot car je suis totalement fauché. Contre toute attente, je parviens à mes fins et trouve alors un emploi dans une boite de strip-tease. Cela me permet de bien gagner ma vie et au fil des mois, je parviens de nouveau à sourire à la vie. Malgré tout, je demeure vulnérable et surtout, je réalise que je ne supporte plus de vivre à Detroit: depuis ma naissance, je tente de trouver ma place dans cette ville et à vrai dire, je n'y ai pratiquement vécu des galères. De plus, la mort de mes parents continue de hanter mes pensées et rapidement une conclusion s'impose à moi: il faut que je m'en aille sous d'autres cieux pour démarrer un nouveau chapitre de ma vie. Fort heureusement, j'ai accumulé assez d'argent pour pouvoir quitter Détroit dans les plus brefs délais. Il faut encore que je trouve un point de chute: c'est sur Los Angeles que je vais jeter mon dévolu.

J'ai finalement effectué le grand saut et je ne regrette pas d'avoir fait ce choix. En quelque sorte, cela m'a libéré d'un poids et même si j'arrive dans une ville où je ne connais personne, je suis déterminé à aller de l'avant. Durant quelques semaines, je tente donc de prendre mes marques pour m'habituer à mon nouveau cadre de vie puis très vite, j'essaye de trouver ma voie sur un plan professionnel. Maintenant que je suis parvenu à tirer un trait sur mon passé, je ne veux pas me planter et je me demande alors vers quelle branche je pourrais me diriger pour trouver mon bonheur. J'ai toujours aimé m'évader et découvrir de nouveaux horizons mais vivant dans la pauvreté, je n'ai jamais eu l'opportunité de voyager à travers le monde. C'est alors qu'une idée me traverse l'esprit: et si je devenais steward?

Sûr de mon choix, je m'empresse de débuter une formation. Focalisé sur cet objectif que je me suis fixé, je ne me doute pas encore que le destin me réserve une drôle de surprise. En effet, j'ai à peine débuter mon apprentissage que je remarque alors une jeune femme qui ne me laisse pas indifférent. Au départ, je tente de faire comme si elle n'existait pas mais je ne peux m'empêcher de l'observer de temps à autre: d'ailleurs, elle ne tarde pas à m'emboîter le pas si bien que cela devient vite évident que l'on éprouve une certaine attirance l'un pour l'autre. Malgré tout, notre timidité mutuelle fait que nous ne trouvons pas le courage de nous adresser la parole. N'oubliant pas que mon objectif premier est de réussir ma formation, je finis par me désintéresser de cette ravissante inconnue en pensant que d'ici peu, elle sera définitivement sortie de ma vie.

Ayant finalement atteint mon objectif avec succès, j'endosse donc le rôle de steward et commence alors à travailler sur plusieurs vols qui me permettent de partir à la découverte de plusieurs pays. Je suis heureux et comblé mais dans un coin de ma tête, il m'arrive encore de penser à cette divine créature que j'ai rencontré lors de ma formation et je me demande alors si de son côté, elle est devenue hôtesse de l'air: je ne le sais pas encore mais je vais bientôt recroiser sa route.

Lors d'une escale en Argentine, je crois rêver lorsque je tombe de nouveau sur cette belle inconnue: à croire qu'il était écrit que nos destins étaient liés. Très vite, on engage alors la conversation et le courant passe tellement bien entre nous que dès qu'on en a l'occasion, on ne se quitte plus d'une semelle. Nous passons plusieurs soirées ensemble et contre toute attente, je suis presque surpris lorsque la jeune femme n'hésite pas à me faire des avances et bien évidemment, je ne cherche pas à la repousser car je crois que d'une certaine manière, je suis tombé sous son charmé dès que j'ai croisé son regard.

Aujourd'hui, cela fait un peu plus de deux ans que je suis en couple avec Fiona. Ensemble, nous filons le parfait amour et je nage dans le bonheur le plus complet. Pendant longtemps, nous avons profité de nos boulots respectifs pour voyager et partir à la découverte de nombreux pays: nous avons ainsi réalisé l'un de nos rêves. Il y a quelques mois, nous avons fini par revenir à Los Angeles et très rapidement, nous avons emménagés ensemble dans une très belle villa. Depuis, rien a changé: Fiona continue d'être mon rayon de soleil au quotidien et l'oxygène de ma vie. Malgré tout, il est vrai que depuis quelques temps, j'ai très envie de lui demander sa main car je suis persuadé qu'elle est mon âme sœur mais pour une raison que j'ignore, j'ai peur de sa réponse et pour le moment, je n'ai donc toujours pas franchi le pas. A voir si dans un avenir proche, je prendrai mon courage à deux mains pour atteindre cet objectif que je me suis fixé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:32

Bienvenue à toi !!!!!! cheers

Et courage pour ta fichette !! mouton
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Hudson
Admin cho-cho-cho Lapin
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 23/11/2017
MESSAGES : 120

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:35

Bienvenue hola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona P. Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/04/2017
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:35

Biiiiiiienvenue ! hola

Encore merci d'avoir craqué pour le beau Brian.  bave  le regard pervers  Bon tu le sais déjà, mais hésite pas à me faire signe au besoin.  cligne  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:37

Bienvenue à toi et bon courage pour la rédaction de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Lou Morland
Admin bûcheronne
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 16/08/2015
MESSAGES : 6000

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:46

Haaaan tu fais un excellent choix de scénario
Bienvenuuuue parmi nous cute
Si tu as la moindre question, n'hésite pas coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver J. Sterling
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 15/11/2017
MESSAGES : 396

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 17:53

Tiens, le très charmant Josh héhé

Bienvenue parmi nous avec ce superbe choix de scenario, même si cette fiche est excessivement vide et que je n'aime pas ça mouais
Courage pour la rédaction  fight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 18:17

Bienvenue à toi amour Bon courage pour ta fiche cligne
Revenir en haut Aller en bas
Matthew McGregor
Admin cuniculophobe
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 13/03/2016
MESSAGES : 3287

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 18:29

Ooh bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brian Anderson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2017
MESSAGES : 482

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 22:06

Merci à tous pour votre accueil .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3220

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 22:46

Bienvenue à toi ! hug
Il nous faudra un lien huhu parce que j'aime trop Josh et Hayden ensemble Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elsa D. Wilkerson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 23/02/2016
MESSAGES : 930

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Lun 11 Déc - 23:53

Bienvenue !!!

*Amène une échelle et la laisse traîner au cas ou* What a Face Bah, j'ai lu quoi. I love you J'aime bien déjà les petits trucs que tu mets pour ton perso.

Courage pour le reste de ta fiche et amuses-toi bien avec nous !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! mouton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brian Anderson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2017
MESSAGES : 482

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Mar 12 Déc - 4:55

Merci à vous deux heart2.

Luce, c'est avec plaisir que je discuterai d'un lien en ta compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Sweetlove
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/01/2016
MESSAGES : 887

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Mar 12 Déc - 6:44

Bienvenue !
Me met en mode Konan : attention à tes fesses ! Fait du mal à Fiona et je te garanti une sacré fessées xD nous discuterons de lien car toi et moi on risque de se revoir souvent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3220

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Mar 12 Déc - 7:39

Pour moi c'est bon j'attends juste l'avis de notre belle Fiona cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona P. Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/04/2017
MESSAGES : 183

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Mar 12 Déc - 12:10

Pour moi, tout est parfait. cligne omg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3220

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Mar 12 Déc - 12:23



La validation de ton adorable personne!
Les lumières du port d'Alexandrie... Chantent encore la même mélodie...


Félicitations! omg en ce moment il y a une battle qui est mise en place, tu peux trouver les règles des défis ici et les équipes ici. Et tu sais quoi ? Je te veux dans mon équipe ! Razz Bon amusement !

Maintenant, il ne te reste plus que quelques étapes fondamentales pour que ton intégration soit parfaite. Tout d'abord, je t'invite à créer ta fiche de liens (et de rp en même temps) dans ce topic, puis de créer également une fiche d'évolution dans cette partie là. Tu trouveras également le topic des demandes où il te sera possible de demander un rp, un colocataire, un mariage, une grossesse ou même un multicompte si tu te sens l'âme d'un schizophrène endurci.
Il ne te restera alors plus qu'à RP.

Enfin, une fois que ces étapes seront franchies. Tu pourras également venir flooder ici et participer aux jeux mis en place

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arizona Stewart
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 627

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Mar 12 Déc - 14:52

*arrive à la bourre*

Bienvenue parmi nous ! fight

Faudra qu'on discute de notre lien avec ma Jahia. cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brian Anderson
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/12/2017
MESSAGES : 482

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   Jeu 14 Déc - 10:45

Merci encore pour votre accueil au combien chaleureux.

Edward, tu peux ranger tes griffes, je n'ai pas l'intention de faire du mal à Fiona Razz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson   

Revenir en haut Aller en bas
 
You may hold my hand for a while but you hold my heart forever. ♪ Brian Anderson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nathaniel ▬ So hold my hand and consign me not to darkness
» Jung So Hee ♚ Brother hold my hand
» hold my hand as i'm lowered • lula
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» (M) DYLAN O'BRIEN ▬ Take my hand and come with me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Tes rancœurs dialectiques :: Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous ! :: Les fiches validées-