Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'étoile de Marion Morrison [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Team Esméralda
Samuel Gallagher
Team Esméralda
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 10/01/2018
MESSAGES : 26

MessageSujet: L'étoile de Marion Morrison [LIBRE]   Ven 12 Jan - 18:12


Nouveau look pour nouvelle vie
Garanti par le constructeur 35 ans, minimum!
Attention, ne convient pas à tous les enfants.


- M'sieur Gallagher? On est arrivé.

Je redresse la tête du journal que j'étais en train de lire. La rubrique nécrologique. On peut définir la vie d'un homme avec la première chose qu'il lit dans un journal. Moi, c'est la rubrique nécrologique. D'autres c'est les cartoons ou les articles people. Je préfère savoir qui est mort dans la nuit plutôt que le Dow Jones ou qui fait la une du Times... Je plie le journal et descends du véhicule, une grosse berline noire, impécablement lustré, sans aucune tache de boue. Les vitres sont non seulement fumées, mais en plus par balle. La voiture en elle même est un véritable tank avec des pneus anti-crevaison, une carlingue avec du titane, bref, un monstre de luxure, fortifié et armé jusqu'aux dents. Je jette le journal sur la banquette et laisse le chauffeur refermer la porte. Alors que je fais le tour du véhicule, je boutonne ma veste et ajuste ma casquette. Je sors ensuite un paquet de clopes et en allume une. Elle est pompée et ingurgitée en peu de temps car quand je pousse la porte du barbier irlandais de cette petite rue tranquille, je n'ai plus entre les doigts qu'un simple mégot.

Ce cher Kiaran O'Toole est le meilleur barbier des Etats-Unis. Dans la réalité, je ne sais pas, mais je le considère comme tel. Ne jamais faire confiance à son barbier, sauf si ce dernier est irlandais. Et j'y tiens, car je suis irlandais. Bien entendu, depuis le temps que je suis sur les terres de l'Oncle Sam, j'ai gagné ma carte verte de bon travailleur, mais je reste fondamentalement irlandais. J'entre après qu'on m'ait servi du "M'sieur Gallagher!" un peu partout, je me pose sur un siège. Kiaran s'occupe de ma barbe, la rasant à la perfection. Il s'empresse également d'utiiser la tondeuse pour raffraichir cette coupe de cheveux, très court derrière et légèrement plus long sur le dessus, que j'adore. Je souris à mon reflet dans le miroir et félicite le barbier. Bien, maintenant que je ressemble plus à quelqu'un d'important, je me lève et quitte l'endroit. C'est mon chauffeur en retrait dans un coin qui règle la note.

Je passe dans la rue plusieurs boutiques, une énième cicarette allumée entre les lèvres. Mes yeux bleus percent les piétons que je croise. Je n'ai pas peur de marcher sans gorille autour de moi. Je sais me défendre et si je n'ai pas de pétoire sur moi, j'ai deux gros bras qui sont à ma botte, derrière moi, pas très loin. Et puis, prendre des coups, je connais. Toutefois, à Los Angeles, c'est différent de New York. Dans la Grosse Pomme, il faut défendre chèrement sa vie, mais dans la ville des Anges, c'est presque trop facile de se balader peinard, les mains dans les poches. Casquette vissée sur la tête, clope au bec, je marche sans vraiment regarder où je vais. J'aime bien marcher dans les rues, respirer le grand air, pollué, certes, mais de l'air tout de même. C'est différent des basses fosses ou des colines d'Hollywood.

- Pawdon? Mossieu? La rwue de... Boston?

Je hausse les épaules et continue mon chemin. J'ai la gueule d'un atlas moi? Le type reste sur place et continue de regarder son plan de la ville, le tournant un peu dans tous les sens. Moi je regarde par terre, les étoiles des stars par terre. J'arrive sur John Wayne. Marion Morrison. Un nom irlandais. Un sang irlandais... Je l'aime bien lui. Pendant un instant, je reste les yeux rivés sur l'étoile du Géant du Cinéma américain. L'index et le majeur de ma main droite se lèvent pour coincer la clope et je souffle la fumée lentement.

egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Ariel
Isaac S. Rothschild
Team Ariel
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2126

MessageSujet: Re: L'étoile de Marion Morrison [LIBRE]   Mar 16 Jan - 2:55

L'étoile de Marion Morrison Samuel Gallagher & Isaac. S. Rothschild
Hollywood. Le vrai, le seul et l’unique. Isaac Salomon Rothschild sortait d’un grand et impressionnant immeuble avec des papiers qu’il s’affaira rapidement à mettre dans la poche intérieure gauche de son veston impeccablement noir. Il sautait dans sa Ferrari toute aussi rutilante de noir et démarra le moteur le faisant vrombir et s’amusant de la réaction des gens alentours. Sur ce, il appuyait sur l’accélérateur et se mit en route vers le Walk of Fame. Isaac devait aller rejoindre le PDG d’une grande maison de production hollywoodienne.

- Bientôt, Steven Spielberg lui-même ne pourra plus résister à mes charmes.

Sourie-il arrogant tout en tournant le volant vers une rue transversale. Il connaissait Los Angeles comme sa poche bien malgré la taille de la métropole. Il adorait prendre des détours qui s’avéraient être, finalement, des raccourcis. Isaac était heureux. Non seulement parce qu’il faisait beau. Pourtant, il semblait s’avérer que l’année 2018 serait bien meilleure que les deux dernières. Entre frôler la mort à la fin de 2015 puis, découvrir et enfin arrêter des traîtres dans votre conseil d’administration allant jusqu’à commettre la pire bourde de l’histoire de l’humanité à la Saint-Valentin, Isaac sentait que cette année allait être la bonne. Déjà, il la commençait amoureux soit un sentiment pas ressentit depuis trop longtemps.

Arrivant près du Walk of Fame, Isaac se décidait à stationner la voiture un peu plus loin et de faire le reste du trajet à pied. Il n’y avait pas mieux que le Walk of Fame après tout. C’était bien le cœur de la Cité des Anges. Puis, il me faut bien marcher maintenant sinon je vais devenir trop gros et trop laid pour Tea songeait-il sarcastiquement au restaurant ou il avait rendez-vous. Isaac Rothschild marchait d’un bon pas souriant à toutes les femmes qui le lui offraient de prime abord. Oui, il faisait toujours cet effet-là. Une fois, il avait même tapé dans l’œil d’une vieille dame d’environ 80 ans, sinon plus. Comment pouvait-il être si beau à en rendre jaloux Tea Samuels ? Il rigolait un peu à la pensée de ce qu’elle lui jetterait en pleine figure à cela.

Soudainement, il pensait son cœur s’arrêter à la surprise sur ses devants. Si ce n’était pas monsieur Samuel Gallagher ? Non, non. Isaac n’arrêtait pas marcher. Bien au contraire, curieux de connaître la raison pour laquelle monsieur Gallagher se retrouvait sur le Walk of Fame et ce en même temps que lui, il se mit presque à courir.

- Bonwour mosieur. Powuvez-vous m’indiquer, s’il vwous plaît, la rwue de Boston ?

BAM ! Il faillit heurter de plein fouet ce pauvre touriste qui cherchait désespérément une rue. – Ce n’était pas comme si on l’avait déjà aidé. Hrm. – Si désespéré, l’homme plantait même la carte dans le nez de Isaac. Wow !

- Heu … Att … Isaac jetait un coup d’œil vers son objectif de la dernière minute au cas ou ce dernier se carapaterait en courant avant de retourner son attention sur l’homme et la carte. La rue de Boston. Attendez, elle est … Ici. Vous devez prendre par là puis, par là … Oh ! Avez-vous un stylo ?

- Oh mewci mossieur. Vowci.

- Merci.

Appuyant la carte contre le mur d’un commerce, Isaac traçait avec le crayon du touriste la route que ce dernier devait prendre. Quand il avait terminé, ce dernier était tellement heureux qu’il lui donnait un pourboire. Isaac souriait alors timidement et demandait à l’homme de garder sa monnaie.

- Je suis Isaac Rothschild et Président Directeur général de la multinationale du même nom.

Arguait-il dans un sourire confiant. Et voilà, il venait peut-être de se mettre en poche un nouveau client en ayant été gentil. Il était le meilleur ! Oups ! Il cherchait quoi encore ? Ah oui …

- Monsieur Gallagher !

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Team Esméralda
Samuel Gallagher
Team Esméralda
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 10/01/2018
MESSAGES : 26

MessageSujet: Re: L'étoile de Marion Morrison [LIBRE]   Mar 16 Jan - 9:23


Nouveau look pour nouvelle vie
Garanti par le constructeur 35 ans, minimum!
Attention, ne convient pas à tous les enfants.


Le touriste n'est que quelques étoiles sur ma gauche, alors que toujours la clope au bec, je regarde les voitures passer dans la rue, les passants, les vélos, les piétons, les commerces, les employés. A peine ai-je terminé ma cigarette que je sors du paquet une troisième et que je l'allume avec le mégot de l'autre. Puis je jette ce dernier par terre. Oui, je sais qu'il y a une poubelle à trois mètres de moi, mais j'ai pas envie de bouger. Je reste à contempler la rue ou alors l'étoile irlandaise sur laquelle je me tiens droit comme un i.

- Monsieur Gallagher !

Je tourne brusquement la tête, la casquette et la clope en même temps, mais rien du reste, pour voir qui m'interpelle. Monsieur Isaac Rothschild. Mon regard dévie sur les gorilles à ma botte qui se tiennent un peu plus loin. Bravo, le service de sécurité... En même temps, ils savent parfaitement bien qu'un type comme ça, j'peux m'en occuper moi-même. Bah alors... A quoi ils me servent alors? Ah oui, pour toute tentative d'enlèvement, pour si jamais une voiture flingues sortis me foncent dessus, bref, ils sont là en renfort. Dans la rue, j'ai pas vraiment besoin d'eux. Tant mieux, parce que sinon il n'y aurait personne autour de moi.

- Monsieur Rothschild.

Ma voix est bien plus calme, plus posée. Je toise l'homme qui vient d'arriver. Il est essoufflé, les cheveux à moitié défait par la course, le sourire naïf du beau gosse. J'aime pas ce genre de type. La vie lui a trop souri. Mais bon, quand on fait affaire, il s'agirait presque de faire profil bas. En tout cas, nous sommes déjà en affaire, mais comme il s'agit de la partie "officielle" de mes affaires, c'est Aaron que j'envoie plus facilement traiter. La partie officieuse, je me la garde pour moi. Je tends la main pour serrer la sienne, la cigarette à moitié consommée coincée entre les lèvres. Ne jamais dire "comment allez-vous?" parce que c'est bien trop hypocrite. Ne jamais dire "qu'est-ce que je peux faire pour vous?" parce que ça vous place en position débitrice. Alors comment commencer une conversation?

- John Wayne. J'indique l'étoile devant laquelle je me suis arrêté. Quel grand homme. Bah oui. On parle de ce que j'ai à mes pieds. Un type qui est parti de rien et qui a terminé comme le Géant du Cinéma Américain. Irlandais, vous savez. Comme moi. Ca s'entend à mon accent que je n'ai jamais perdu. Ok, il est né aux States, mais ses parents sont irlandais et écossais. Pour moi, s'il a du sang irlandais, c'est qu'il est irlandais. C'est coriace ça, comme sang.

egotrip



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'étoile de Marion Morrison [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'étoile de Marion Morrison [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mademoiselle Smee || Jennifer Morrison || LIBRE
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons nous ? :: Hollywood :: Walk of Fame-