AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Buster ✘ I'm a new kind of animal.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Buster Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 10/02/2018
MESSAGES : 143

MessageSujet: Buster ✘ I'm a new kind of animal.   Sam 10 Fév - 21:18




" This place calls by name.
I never feel alone here. This, my wild freedom.
"



" Buster Marshall "


◑ Nom Marshall. Colonel Marshall pour les membres de l'unité Delta Force et toute autre personne ayant un rapport partiel ou direct avec l'US Army. Les Marshall ce sont cette lignée dorée d'hommes et de femmes d'actions, péri, sans exception, aucune, dans l'honneur et la bravoure, pour leur nation, pour l'avenir d'une paix certaine. Lorsqu'on voit le Colonel on se dit que, clairement, il ne fait pas exception à la règle; il fait honneur, il impose le respect. Son autorité est légendaire, sa force, indéniable, sa hargne et sa détermination sont louables. Le leader brusque, à la fois sanguinaire et porteur de paix. Celui qui met tout le monde au garde à vous, qui rapproche les ennemis pour commencer les compromis. Facile de le croire, facile d'avoir confiance en lui. Mais il camoufle bien l'animal qui se pavane dans la nuit, celui-même qui se bat avec rage pour toujours plus de liberté. Au fond il ne reconnait aucune autre conviction que la sérénité qu'il espère égoïstement avoir pour lui tout seul... Il souhaite la paix mais il ignore comment l'aider à vaincre sa guerre, elle qui ne s'est jamais entendue sur le long terme avec l'être stupide... enfin, l'être humain. ◑ Prénom Buster (Beusteur). À l'origine un surnom désignant une personne qui casse des choses, le buste mot. Ça lui correspond parfaitement, au militaire. Et puis si on analyse plus en profondeur, plus méticuleusement, on peut remarquer que ça se rapproche quand même pas mal de bastard !... Hm. Bref. ◑ Date et lieu de naissance Né il y a 43 années de ça à Dallas au Texas. ◑ Nationalité Américain et fier de l'être, ou du moins le fut. Il y a l'accent rugueux, les manières bourrues et la vulgarité sans précédent qu'on ne peut ignorer, s'éveillant en continu en l'animal Texan. ◑ Orientation sexuelle Les femmes. Il n'y a toujours eu qu'elles pour lui faire perdre raison si facilement. Il les aime et elles l'aiment. C'est presque aussi simple que ça. Sa sauvagerie et sa désinvolture les attirent étrangement beaucoup alors il ne se gêne pas pour en jouer. Pourquoi se priver quand on a tant de facilité ? Il flirte aussi bien qu'il respire, toujours très lourdement, mais c'est ce qui fait son charme. Ça et son sourire carnassier de prédateur. Malheureusement il ne les aiment que pour jouer et finit bien souvent par les abimer. Aujourd'hui, il n'y a plus grand espoir pour ce macho sans cœur, mais bon, on peut toujours rêver. ◑ Statut civil Divorcé de Samantha Fleming depuis tout juste un an. Ensemble ils ont eu une adorable fille aujourd'hui âgée de 18 ans; Judith (Judy) Marshall. Cette enfant c'est tout son univers. Il est prêt à tout pour son bonheur et ce même s'il peine clairement à être présent pour elle et à se comporter comme un père responsable digne de ce nom. Il demeure aveugle face à ce manque abyssal et cette inquiétude constante qui luisent chaque instant dans les yeux océans de sa fille. ◑ Profession Au cas où vous seriez passé à côté de l'information : Buster Marshall est un militaire américain. Très respecté et surclassé dans son milieu, il lui est possible de faire un peu ce qu'il veut, alors, forcément, il en profite grandement, peut être beaucoup plus qu'il ne devrait. Colonel en titre, depuis deux ans maintenant, de la Delta Force (1st Special Forces Operational Detachment-Delta (Airborne)), une unité d'opérations spéciales de l'armée de terre des États-Unis, Commandant de l'escadron A (Alpha) et opérateur direct de la troupe d'assaut, il dirige ses hommes d'une main de fer dans un gant de velours et ses opérations avec la détermination titanesque qui lui est propre. Bien que l'existence de l'unité ne soit pas reconnue officiellement par l'Amérique, des annonces de recrutements ont été publiées dans les journaux prouvant en quelque sorte qu'elle est bien réelle aux yeux des communs des mortels. (donc pseudo-secrète, mais on est plus à ça près de nos jours, il y a bien orange juice qui dirige l'Amérique soooo...) ◑ Quartier d'habitation Beverly Hills dans une grande maison où il ne passe que très peu de temps. Il possède également un appartement luxueux en Caroline du Nord, mais il n'y met jamais les pieds. Toujours en vadrouille, quelque part, à boire et s'amuser dans les bars, quand il n'est pas en mission. ◑ Qualités et défauts de ton personnage Intimidant + Imposant + Charismatique + Sûr de lui + Autoritaire + Râleur + Caractériel + Capricieux + Impulsif + Leader + Irresponsable et inconscient par instant, souvent envers lui-même + Imprévisible + Vindicatif + Sauvage + Rieur et grand blagueur (à l'humour souvent douteux et mal placé) + Ironique + Vulgaire + Charmeur + Rusé + Brut, ne reconnait aucune subtilité, ou si peu + À des manières un peu "barbares", grossières + Parfois aigri, acerbe, mauvais, sombre + Égoïste + Dominateur + Courageux et audacieux Gryffindor be like! malgré le fait qu'il ne le voit pas de cette manière + Provocateur + Joueur + Moqueur + Un poil macho + Possessif + Fougueux + Tempétueux + Sans gêne + Tourmenté + Solitaire + Secret + Têtu + Très protecteur et paternaliste + Esprit de décision pointu et qualité d'orateur parfois déroutante + Franc + Dévoué + Loyal. ◑ Avatar Jeffrey Dean Morgan. ◑ Groupe L'Anachorète Hypocondriaque. ◑ Crédits @ice and fire. (bazzart) pour l'avatar.

L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire



Tics et manies et de ton personnage
Buster est un homme au caractère bestial, à l'esprit farouchement indépendant et à l'âme indomptable. À première vue, pourtant, il a l'air d'un bon vivant (et c'est ce qu'il est, quelque part) : un immense sourire carnassier en coin, le regard brillant et rieur, le mot juste ou la petite phrase qui fait rire au bord des lèvres. Mais il faut se méfier de l'ours en peluche qu'il parait imiter car il a des griffes acérées et une mâchoire en acier. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est sauvage, complétement indépendant et ma foi fort égoïste lorsqu'il s'y met. + Il a toujours eu un certain ascendant sur les autres et ça se ressent dans sa façon d'être avec autrui ; son charisme est intimidant et son leadership présent à longueur de temps, mais il ne se montre jamais condescendant pour autant. + Plutôt râleur et gamin dans son genre, il aime jouer les faux pessimistes, avec une pointe d'humour noir qui lui plait bien, en particulier lorsque la situation ne s'y prête pas, comme en mission périlleuse par exemple. + Difficile à cerner et à calmer, il est tempétueux et fougueux, a le sang chaud et la vengeance facile. + Très cru, vulgaire et peu subtil dans sa façon de s'exprimer, il va parfois un peu loin et peut franchir les limites, devenir abrasif, sans pitié, mauvais et rabaissant. + Si en dehors du travail il apparait comme charmeur, chaleureux et joueur, ce n'est pas toujours le cas lorsqu'il est de service. Autoritaire, sérieux, impitoyable et protecteur; au boulot il ne se gêne pas à insulter pour mieux "motiver", à donner des surnoms, à hurler à gorge déployée, encore moins à humilier et réveiller froidement ceux qui sont un peu, voire beaucoup trop, à la ramasse. Ça fait partie intégrante du métier de militaire de se forger une personnalité, un psychique de marbre, aussi bien qu'un physique paré à toute épreuve, alors il ne se prive pas, il le fait pour eux. Tout est dans la tête, comme on dit. Cependant il est vrai que le Colonel Marshall est particulièrement connu pour son impétuosité excessive, et si faire partie de son unité est sans nul doute un très grand honneur, il faut apprendre à passer outre l'animal sanguinaire pour pouvoir prétendre à savourer cette chance. Certains n'y parviennent malheureusement pas, mais c'est la triste loi de la sélection naturelle. Lorsqu'il est en compagnie de son équipe, ceux à qui il tient beaucoup et avec qui il a vécu bon nombre d'histoires, il sait se montrer ouvert et blagueur, paternaliste et bienveillant... Mais enfin, ça, clairement, c'était avant. Avant qu'on ne lui retire brutalement tous ses hommes pour "renouveler l'escadron Alpha", comme si l'idée de renouveau l'était, nouvelle. + Il ne supporte pas de perdre ses hommes mais sait prendre des décisions mettant leur vie en grand danger si cela est vraiment nécessaire. + Son assurance, sa vivacité d'esprit ainsi que son intelligence en font un homme d'action efficace, mais surtout très brave et dévoué. Ce fait et ces qualifications restent un sujet tabou pour lui, qui, étrangement, ne supporte pas qu'on le dénote de ces qualités qu'il ne veut pas avoir. Peut être serait-ce une trop grande responsabilité pour le militaire désinvolte, que de détenir en plus du respect de ses troupes, une forme de modèle qu'il ne souhaite pas avoir la charge. + Il se laisse aller facilement à la luxure et aux subtilités du jeu de la séduction... hm. Oui, enfin sa subtilité à lui reste cependant clairement à désirer. + Sa fille, c'est tout l'univers de cet homme bravant toutes ses guerres et ses mystères. Judy est une jeune demoiselle de 18 ans au caractère malicieux aussi vif que celui de son père et à la bonté aussi débordante que celle de sa mère. Si elle est très proche de son tendre papa, elle a tout de même beaucoup de mal à lui parler de choses sérieuses qui peuvent fâcher et se contente donc de passer de bons moments en sa compagnie lorsqu'elle l'a un peu pour elle. Son absence constante, l'ignorance et l'inquiétude totale qui planent lorsqu'il s'en va mettre sa vie en danger pour sauver celle d'autrui. Et le fait qu'il ait été absent si longtemps, qu'il ait tant changé, qu'il se soit tant brisé. Tout cela se mélange dans la tête de Judy et a tendance à la fragiliser et l'attrister. + Comme tout animal sauvage, le plus grand amour de Buster demeure sa liberté. Ainsi que la Nature et sa faune qu'il a appris, par la force des circonstances, à apprécier. La solitude et la méditation sont par instants les seuls antidotes à tous ses maux.
Le petit cocon de ton personnage
Buster n'a pas vraiment de "chez lui" fixe, ou du moins il n'en a aucun qu'il considère comme tel depuis la maisonnette texane lorsqu'il était enfant, et la dernière en titre, à savoir celle qu'il partageait avec sa femme et Judy il y a quelques années, à Fayetteville en Caroline du Nord. Il vit actuellement à Beverly Hills dans une charmante demeure qu'il apprécie tout de même un minimum, mais ne prend pas vraiment le temps d'y habiter à proprement parlé. La vie de Buster tourne autour de son métier, et ce depuis toujours, alors il passe le plus clair de son temps libre au QG de la Delta Force de Californie dans ses quartiers ou ailleurs, à la base militaire de Fort Bragg ou même dehors, à trainer dans les bars et casinos.
Que pense t-il de la ville de Los Angeles ?
Buster, il l'aimeait son pays, ça parait évident. Il aime chaque partie de lui, tout ce qui fait qu'il se bat chaque instant pour lui et avec lui. Los Angeles respire la fausseté, les paillettes et les soirées, et c'est tout ce qu'il lui faut pour respirer. C'est sans doute un peu triste à réaliser. C'est pourtant loin d'être une ville calme pouvant le reposer de son boulot extrême, mais ce n'est pas ce dont il a besoin, de calme, enfin, selon lui : il ne veut pas se reposer, c'est clair et net. C'est une faiblesse qu'il a par ailleurs bien du mal à assumer puisqu'il bassine très souvent ses soldats en prônant fougueusement l'importance du contraire. Faites ce que je dis, non ce que je fais ; "Se poser trente secondes pour souffler, c'est possible aussi, c'est pas une putain de faiblesse, faut savoir reconnaitre ses limites, on est pas des machines." Il a également tendance à demeurer nostalgique de son merveilleux Texas, mais en soi, rien de bien étonnant.
Pourquoi avoir choisi ce groupe ?
L'Anachorète Hypocondriaque, parce qu'il rugit, le lion, il se bat avec ses compagnons pour son territoire. Il est féroce, véloce et fougueux, le lion, difficile de l’attendrir ou de se jouer de lui. Il est fort et courageux, le roi de la savane, il se pavane et protège ceux à qui il tient. Son destin est voué aux siens. Il est charmant, joueur et malicieux, parfois, mais il ne faut pas se moquer de lui, il ne faut pas se moquer de son combat, ni de son pays.
Quel est le petit secret de ton personnage ?
Il y a de cela cinq ans, Buster a joué un remake de Man In Wild durant trois longues années, remake un peu différent, un peu sanglant, qui tourna un peu rapidement au désastre. Bon, en réalité c'est beaucoup moins amusant que ça n'en a l'air de prime abord, c'est d'ailleurs un épisode de sa vie dont il ne parle pas. C'est tabou, ça n'a jamais eu lieu. Si vous souhaitez éveiller en lui la rage en son état le plus effrayant, c'est la solution. Mais, généralement, lorsqu'on tient ne serait-ce qu'un peu à la vie, on ne s'y essaye pas vraiment. Alors qu'il n'était encore que Lieutenant Colonel de la Delta Force et membre de l’escadron D (l'escadron dit "maudit" pour diverses raisons, qui a fini par être supprimé définitivement de l'unité les années suivant la catastrophe ayant massacré tous les hommes de l'équipe) Buster a pris part, aux côtés de ses camarades et de son Colonel et excellent ami de toujours, Adrian Taylor, à l'Opération Tiger, en Afghanistan. L'escadron s'est fait descendre en plein vol dès le premier jour, dès les premières secondes de leur survolée pseudo-incognito du pays en guerre. Ce fut aussi rapide que tragique, une mission jamais menée à bien qui tourna à la catastrophe. Il fut déclaré évident que la position de l'escadron D avait été dévoilée à l'ennemi par l'un des membres de l'équipe, et, Buster n'ayant pas été présent dans l'appareil touché, aux côtés des siens, au moment de l’incident, fut choisi comme coupable idéal par tous les membres de l'US Army tant que l'affaire ne serait pas éclaircie concrètement. Nul ne savait encore à ce moment précis que l'imposteur et le traitre n'était autre que le Colonel de l'escadron lui-même, et qu'il s'en était tiré. Finalement, Buster fut pris en otage par l'ennemi et demeura sous les barreaux un long moment : l'Amérique ne comptait pas s'occuper de sa position délicate ni payer quoi que ce soit pour le libérer; c'était un traitre, à leurs yeux, il n'était plus rien, plus même un honorable citoyen américain. Il a joué les infiltrés, a appris à se démerder, a développé un instinct animal impitoyable et une rage sans précédent. La vérité a fini par éclater, et un soir, on est venu le récupérer. Comme si de rien n'était. Mais lui n'a pas oublié. Lui n'oubliera jamais. Lui le retrouvera, le traitre d'ami, il la lui fera payer, sa basse trahison. Et lui finira par le prendre, ce courage, pour écraser cet amour abimé pour son pays qui persiste malgré les blessures à faire battre son vieux cœur de soldat déchu.

Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...


Parce que nous sommes curieuses, forcément, nous allons te demander touuuuut un tas d'informations bien croustillantes à ton sujet. Ton prénom/pseudo Hello it's me, MARIO  fall Non, c'est Lou  cligne  (Alas la menace et Oli l'olive   ) Ton petit âge J'ai toujours pas grandi, ziva  hhmmmm   Ce que tu fais dans la vie à part tuer des gens Rien. C'est mon activité principale. J'aime beaucoup ce que je fais. Mais c'est vrai que c'est fatiguant par moment. Ne rien faire, ouhlala   Personnage inventé ou scénario Inventé. Où as-tu connu le forum? Dans un kinder surprise lol... Bon. L'humour se détériore clairement, ou alors il n'a jamais été très fameux, je vais étudier la question et je reviens vers vous  hhmmmm Un dernier petit mot ? NÉTILPAGENIALMONSOLDATNOUNOURSBADASS?  fifou  

Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque

Code:
[url=url de la fiche de présentation][color=red]◑[/color][/url] <span class="titlecat1">Jeffrey Dean Morgan</span> - Buster Marshall
[b]Buster Marshall : [/b][i]Beverly Hills[/i]
[color=green]♦️[/color] [b]Buster Marshall : [/b] [i]Militaire américain, Colonel de la Delta Force[/i]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Buster Marshall
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 10/02/2018
MESSAGES : 143

MessageSujet: Re: Buster ✘ I'm a new kind of animal.   Sam 10 Fév - 21:18



Sound of the terror, it's do or die.





Childhood is meant to be remembered.

Fourteen Yo, Dallas, Texas.

Buster, arrête de tricher, en plus pourquoi c'est toujours toi qui joue le méchant ?
J'triche pas, abruti ! Et si je joue le méchant c'est pour te laisser gagner !
Si tu triches, et puis tu dis n'importe quoi, tu me laisse jamais gagner !
Ça c'est parce que t'es un bon gentil... mais de merde, j'y peux rien !
Bah voilà alors laisse moi être le méchant !
Non. C'est toujours mieux d'être un gentil qui perd qu'un méchant qui gagne.
Si c'est mieux pourquoi tu veux pas qu'on échange ?
Parce que c'est comme ça, t'as fini de toujours la ramener ?!
Attends... mais si je perds en gentil je risque pas de gagner en méchant non plus...
Bon ça y est, tu m'énerves !!


Six ans les éloignaient, mais rien n'y faisait. Rien n'avait jamais réussi à les séparer, les deux cowboys. Le petit avait toujours été très doux, calme et doté d'une bienveillance inouïe. Tandis que le plus grand, lui, ne faisait qu'insulter mouche qui volait, hurler et casser tout ce qu'il voyait. Ils avaient beau être opposés sur tous les points, ou presque, ne rien avoir en commun, râler et s'engueuler à longueur de journée; la fraternité dorée entourant les deux gamins texans ne brillait que davantage plus fort. Le grand frère surprotecteur et le cadet idolâtrant l'image de l'ainé. C'était fort, un lien puissant et solennel. Contre vents et marées, ils se battaient et se battraient toujours côte à côte. Rien ne saurait jamais les séparer.

Les garçons ?... Papa est rentré, venez-vite lui dire bonjour !

La douce voix de Jessica Marshall venait de retentir dans l'immense jardin, figeant les deux frères en pleine chamaillerie, pris de court. Quelques secondes s'écoulèrent alors qu'ils observaient, surpris, l'ainé plus sceptique, leur mère se tenant à l'embrasure de la porte de la maison. Finalement, des cris de joie se firent entendre au gré d'un rire maternel et d'une froideur paternelle se révélant étrangement réconfortante.


Jessica Marshall était un ange tombé du ciel, une femme à la bonté et la douceur proverbiales. C'était elle seule, quelque part, qui avait élevé ses deux garçons. Car Joseph Marshall, lui, était bien plus préoccupé par l'armée et son pays. C'était plus important que sa famille, sans doute. Pourtant Jessica n'avait jamais cessé de faire des louanges du père absent, de lui trouver d’innombrables excuses, de conter ses incroyables aventures; et, naturellement, les petits cowboys la croyait sur parole. Parce que maman disait la vérité, et maman était là, elle. Ils se contentaient de rêver d'un homme méconnu qu'était leur père, ce héro, le temps qu'il revienne à la maison, le temps d'un jour ou deux, d'un clignement bref des yeux. Et puis lorsqu'il était là, c'était tout comme quand il ne l'était pas. Froid, distant, il avait mieux à faire que passer du temps avec ses enfants. Mais la douce maman était là, heureusement qu'elle était là...

It all started with a fight...

Seventeen Yo, The Fort Hood base, Texas.

Nous sommes fiers de vous compter parmi nous, soldat !

Le torse bombé, le menton légèrement relevé, les épaules droites et basses, Buster respirait la force et la volonté. L'US Army comptait désormais un nouveau membre à leur rang et pas des moindre. Les Marshall étaient reconnus comme d'entre les meilleurs, le soldat encore tout gamin ne ferait alors pas exception. Il ferait honneur à son pays, comme ses ancêtres avant lui. Parce que c'était écrit et qu'il avait ça en lui.


C'était fait, il avait vaincu. Une guerre, sa première et certainement pas sa dernière. Le tout jeune soldat avait fait ses classes et sortait major de sa promotion. C'était officiel, il servait dorénavant son pays envers et contre tout. Il avait la hargne qui coulait dans ses veines, celle même qui parcourait celles de son héro de père péri au combat. Il n'était pourtant pas arrivé jusqu'ici aujourd'hui uniquement pour le rendre fier, de là où il le regardait. Mais il avait compris, peut être simplement ce qu'il souhaitait comprendre à son si jeune age. Il avait compris ce qui avait toujours poussé son paternel absent à se dévouer corps et âme à sa patrie, son pays, toute sa vie. Il avait compris tout ça, peut être pas le délaissement. Oh ça, nan, ça, jamais... ou pas maintenant. Mais il y avait lu le devoir dans son regard, ce soir là où il lui serra la main pour la première et dernière fois, sur son lit de mort. Il le lui confiait, à lui seul. Son honorable pays. L'Amérique. Il le savait. Ainsi que la protection évidente de la famille dévouée. Marshall, le nom résonnait dans son cœur valeureux comme une évidence. Mais ce devoir-ci, il n'avait pas eu besoin du coup d’œil qui en disait long en direction du petit frangin en pleure dans les bras de maman, pour s'atteler à la tâche évidente qu'était celle de les protéger. Il continuerait à faire tout pour les garder à l'abri, il était devenu l'homme de la maison, la charge lui revenait de droit et d'obligation même s'il tenait ce rôle depuis bien plus longtemps que le père absent n'en avait conscience.

We'll call it peaceful love... even if it's not.

Twenty Yo, Fayetteville, North Carolina.

Vous allez me le payer très cher, espèce de rustre ! Elle est belle l'armée américaine ! Elle peut être fière de ses soldats !

Il était vrai que ça avait toujours été très tendu et joyeu...sement explosif entre eux. La belle Samantha entamait ses études de droit à l'époque, c'était une jeune femme sûre d'elle et terriblement belle. Alors que Buster continuait de monter les échelons à l'armée dans de nouvelles bases à chaque fois. Changer d'air, de repères, d'entourage; toujours courir sans jamais s'arrêter ni regarder en arrière. C'était ça, quelque part, le secret de son père. Alors, forcément, le militaire roulait vite dans sa Ford Ranger, parce que du temps; il n'en avait pas, justement. Alors, peut être, peut être qu'il l'avait un peu insultée ce jour là, peut être même qu'il avait un peu écrasé sa boite de conserve rose ridicule garée n'importe comment sur le passage piéton... Mais il n'était en rien le fautif dans cette histoire, si ? Enfin, de toute façon, aucun d'eux n’eut jamais raison de l'autre... Au fond, ce que Buster retiendra d'amusant, c'était qu'elle lui avait immédiatement plu, cette poupée brune aux airs revêches. Et au final c'était elle qui avait remporté le combat, le militaire pouvait bien aller se rhabiller. Puisqu'elle était repartie des années après non seulement avec un nouveau véhicule, mais avec en prime un mari parfait (hmm) et une adorable fille.

Well sweetheart, i'll do by best but i can't promise.

Twenty-five Yo, Fayetteville, North Carolina.

Tu sais, petit cœur, j'vais pas être le meilleur papa du monde. Mais tu sais quoi ? T'as de la chance; t'as la meilleure maman du monde.

Et le bambin éclata d'un rire joyeux. Parce qu'à cet instant, elle ne comprenait pas encore, la belle enfant. Elle n'entendait que son papa lui chuchoter des mots rigolos, les yeux pétillants de malice. Buster sentit son cœur se serrer alors qu'il la câlina contre lui une dernière fois avant de la coucher. Il ignorait à ce moment que le babyphone était allumé, que la dit meilleure maman du monde les voyaient et les entendaient. Mais ça n'avait que peu d'importance. Au moins, il voyait les choses telles qu'elles étaient, telles qu'elles seraient. Il ne se voilerait pas la face. Il ne mentirait pas, pas même à son enfant. Il ne serait pas le papa exemplaire dont elle aurait forcément besoin, mais il l'aimerait de tout son cœur... si ça pouvait être suffisant.


Why did you leave me when i needed you the most ?

Thirty eight Yo, Fayetteville, North Carolina.

Ce n'est plus possible, Buster. Je... j'y arrive plus !

Cris de rage mélangés avec la fragilité poignante de la mélancolie. L'adolescente qui quitta la maison en trombe, les même larmes que celles de sa mère en coin. Elle ne voulait pas voir le désastre de ce spectacle, elle ne voulait pas voir ses parents se déchirer une fois encore. Cette dernière fois. Buster fixait la porte comme si il ne reverrait plus jamais sa fille. Comme si le bruit sourd de ce claquement était bien plus effrayant encore que toutes les bombes et toutes les fusillades assourdissantes et meurtrières qu'il subissait durant ses missions. C'était pire, pire que tout, il voyait déjà la scène s'écrire et se finir dans sa tête. Et il avait tout bon. C'était la fin.

Nous n'existons pas à tes yeux. Ta fille et ta femme... tu te souviens ? Ça te dis quelque chose ?

Des sarcasmes voilés par le chagrin, et lui ne lui portait pas même un regard. Pas une maigre attention. Lui restait bloqué sur cette porte fermée, sur cette fin imminente à laquelle il ne pouvait échapper.

BUSTER !!

Le hurlement désespéré lui fit retrouver les pieds sur terre, et, alors, en une fraction de seconde, l'homme en uniforme perçu tout le malheur du monde briller dans les deux océans tiraillés par la peine de sa chère et tendre.

Tu n'es jamais là, tu débarques à l'improviste seulement quand ça t'arranges... pour disparaitre de nouveau à la foulée... on ne sait jamais ce que tu fais, où tu es, si tu vas bien, si tu... vas revenir.

Elle peinait à s'expliquer, à tout déballer, elle s'éloignait au fur et à mesure, comme si elle craignait de céder face à ce regard brisé, comme si elle avait peur de lui pardonner une nouvelle fois. Parce qu'elle l'aimait. Toujours. Pour toujours. Mais ce n'était plus suffisant. Ni pour elle, ni pour leur enfant.

Buster n'était plus là. Son monde s'écroulait et son devoir l'appelait. C'était l’au revoir, ou plutôt l'adieu, le plus affreux qu'on ne lui ait fait avant de partir en mission. Opération Tiger. Il n'y avait plus que ça qui résonnait dans sa tête.

Comme tu voudras.

Un souffle rauque assez méprisant. L’amertume avait vaincue la tristesse et se mettait à lentement ronger le militaire. C'était injuste. Lui dire de tels mots, sur un ton si désinvolte. Comme si c'était une question de choix, qu'elle ne l'aimait plus et que c'était elle qui le détruisait lui, et non l'inverse. Car Buster était un profond égoïste et ne voyait qu'à travers sa petite personne. Pauvre malheureux, il était forcément la victime. Sans observer davantage les dégâts causés par sa réaction sur le visage de l'être aimé, l'homme d'action s'empara de ses affaires aux couleurs kaki et quitta la pièce. Il quitta sa vie, sa famille, même son pays. Opération Tiger, le voici. Il était plus que prêt. Il n'avait plus rien à perdre.



Heart of the desert rage.


Thirty seven Yo, Opération Tiger, Afghanistan.