AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel Brady
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2016
MESSAGES : 681

MessageSujet: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Dim 25 Fév - 19:12

Le sourire. Ce soir, il me colle à la peau, comme cette bonne humeur ambiante en l’honneur de mon anniversaire. Je m’en fiche si je vieillis d’un an aujourd’hui, prendre de l’âge c’est bien, je crois que c’est surtout les nanas qui en font tout un foin. Et puis les rides, c’est beau ! Les cheveux blancs, ça fait déjà un moment que j’en ai, et ça ne m’a jamais empêché de plaire pour autant. Je ne comprends pas cette course à la jeunesse éternelle. Par conséquent, je le vis bien. Et la journée a très bien débuté avec un petit message de ma Daisy. Je crois qu’elle m’a mis de bonne humeur pour le restant de la journée, et ce soir, j’ai vraiment hâte de la retrouver. J’ai pensé à elle au moins 15 000 fois aujourd’hui, à m’imaginer la revoir ce soir, à l’imaginer dans une tenue différente à chaque fois. Et chaque fois, elle est époustouflante. Je maintiens ma version que même dans un sac poubelle, elle serait magnifique. OK… Je suis amoureux, ceci expliquerait cela.

Il y a déjà pas mal de mes collègues qui sont arrivés et on est un peu éparpillés dans le salon, la terrasse et le jardin. Certains se sont mis à jouer au foot, je vois le ballon voler dans les airs alors que je suis déjà derrière mon grand barbecue à faire griller un peu de tout, mais surtout des steaks hachés pour les burgers. Je viens prendre une gorgée de ma bière fraîche que j’ai posée sur le côté et je contemple le bonheur qui se dégage de chez moi. J’adore, je sens que la soirée sera bonne. Lopez joue les DJ et commence à faire pulser les enceintes avec un bon vieux classique de Queen. Elle arrive quand Daisy ? me demande Kimia en arrivant avec un sourire charmeur, tenant son verre de jus de fruit dans lequel trempe une paille et décoré d’une rondelle d’orange. Je la regarde en souriant à mon tour, elle est magnifique avec son petit ventre arrondi. J’envie beaucoup Otto, en réalité. Il va avoir la chance de devenir père et c’est quelque chose qui m’a toujours fait rêver. Je sais pas, je lui ai dit à partir de 19h, comme à tout le monde. J’imagine qu’elle se pose encore mille questions sur la tenue qu’elle doit porter ce soir, en souvenir de notre départ pour le gala des pompiers, et ça me fait étirer les lèvres. Je repense à cette robe ultra sexy et classe qu’elle avait mise, j’espère la revoir dedans un jour, à vrai dire. Mais c’est bon siiiigne ça, Nate ! Oh la la j’ai tellement hâte de la revoir ! Et de vous voir tous les deux ! fait-elle en tapant dans ses mains, manquant de se projeter du jus d’orange partout, une « kimiade », quoi. C’est au tour d’Otto de débarquer près de moi. Laisse-moi deviner, Kimi est toute excitée à l’idée de parler à sa future meilleure amie Daisy ? dit-il en rigolant, et c’est contagieux puisque moi aussi je me mets à rire. Kimia, elle, nous fait une belle grimace. Et quand elle sera là, on pourra dire plein de mal de vous, les garçons ! Elle feint une mine boudeuse et vient se coller à Otto dans la seconde. Naaaaaaaaaaate ! crie-t-on vers la porte d’entrée. BON ANNIVERSAIIIIRE VIEUX DECHET !!! Anton. Je reconnais tout de suite sa voix. Heyyy, moque toi, ça va bientôt t’arriver ! je le préviens, alors que je le regarde. Jessica est scotchée à son bras, tout sourire. Anton est légèrement plus jeune que moi, et j’attends avec impatience de pouvoir lui rendre la pareille. Je vois que tout notre groupe de surf débarque presque au complet à ce moment-là. C’est trop cool de les voir. Et Vince est là aussi, sans Daisy. Je pense qu’elle va venir avec Bernie et Ashley. On se salue tous, nous donnant des accolades amicales sincères. On me souhaite des « joyeux anniversaire » à tour de bras et c’est au tour de Jessica, qui, elle, prend l’initiative de venir déposer un baiser sur ma joue, tout près de mes lèvres. Salut Nate, dit-elle avec une voix suave et charmeuse. Je me recule, un peu embêté. A vrai dire, durant ces deux semaines qui ont suivi le gala, j’ai pris soin de l’éviter. Je suis peu retourné à notre spot, préférant aller surfer à d’autres endroits, avec Otto. Tout ça pour éviter Jessica, la fille de Dracula. Aucune envie de la confronter après ce qu’elle a fait le soir du gala, mais j’imagine que ce soir, je ne peux pas y échapper. Alors, ta copine « en quelque sorte » n’est pas là ce soir ? demande-t-elle avec un sourire sarcastique. Je grimace, alors qu’elle se colle à moi, passant sa main dans mes cheveux. Ca veut dire que je t’ai pour moi toute seule ? demande-t-elle en me souriant à nouveau, le regard brillant. Les sourcils froncés, je réponds enfin, la repoussant de ma main. C’est quoi ton petit jeu, là, Jess ? Elle lève un sourcil circonspect. Arrête, ça te gênait pas l’autre fois quand je suis venue ici. On avait passé… de bons moments, ensemble. Son ton s’est transformé sur la fin de sa phrase. Peut-être, mais c’était avant. Lâche-moi un peu, maintenant, ça ne m’intéresse pas, Jess. Et Kimia qui ramène sa fraise trop mignonne à ce moment-là. Oui, lâche-le, il est déjà pris ! Elle lui envoie une tape sur l’épaule et la regarde d’un air furieux. J’ai envie de rire alors que la situation est plutôt sérieuse. Je jette un regard à Otto qui, en réponse, hausse les épaules, tout en gardant un œil sur la situation pour ne pas que Kimia s’emporte trop. Avec ses hormones qui bouillonnent, elle aurait vite fait de lancer un match de catch. Jessica regarde avec dédain l’adorable Kimia. Ah, tu lui as mis le grappin dessus, toi aussi ? Elle regarde son ventre arrondi et sourit. Ah, et il t’a mis un petit pain au four, en plus ? Elle la provoque, parce qu’elle sait très bien que Kimia est avec Otto. Mais quelle garce ! Je m’interpose entre elles avant que Kimi lui saute au cou pour lui arracher la carotide. Elle est d’ailleurs récupérée par mon meilleur ami. Bon Jess, dégage de là. Arrête de foutre ta merde partout. C’était quoi ton petit numéro au gala, d’ailleurs ? Et ça la fait rire, apparemment, alors que je suis on ne peut plus sérieux. Derrière nous, j’entends la voix de Kimia qui s’éloigne en disant J’ai pas fini ! Elle va avoir ce qu’elle mérite, cette gourgandine ! Je me pince les lèvres pour ne pas rire, mais j’imagine bien la tête furibonde de Kimi. Jessica, elle, fait comme si elle n’avait rien entendu. Nate, tu sais très bien ce que je veux. C’est toi. J’aurais pu t’acheter, mais ta « copine », enfin ta mère, finalement, m’en a empêchée. Je ne fais que défendre ce que j’ai eu. Nate, continue-t-elle en s’approchant de moi, passant sa main sur mon torse. Je recule alors d’un pas, la défendant de se rapprocher à nouveau. Je n’arrêterai jamais, parce qu’un jour tu craqueras, tu sais. Je hausse les sourcils et j’émets un petit rire moqueur. Jess, je ne sais pas ce qui tourne pas rond chez toi, mais sache que non, je ne « craquerai » jamais. L’autre fois, j’avais vraiment trop bu, et pour tout te dire, j’ai tout oublié de cette nuit. Jessica me regarde comme si elle allait me dévorer. Raison de plus pour te rafraîchir la mémoire, Nate… Je prends une grande inspiration avant de reprendre la parole. Ca suffit, Jess ! je monte le ton. Stop ! Tu ne m’intéresses pas. Si tu es satisfaite de la nuit qu’on a passée ensemble, tant mieux pour toi, mais il faudra te contenter de ça, parce qu’il n’arrivera rien d’autre entre nous. Et c’est pas moi, que tu aurais pu acheter au gala, mais juste un dîner avec moi, alors t’enflamme pas ! Mais elle m’agace à la fin ! Et c’est à ce moment-là que j’entends Vince appeler sa sœur. Deedee ! J’avais pas vu que t’étais arrivée ! Je me retourne immédiatement vers l’entrée et je vois Bernie et son mari (je suppose), avec Ashley et Daisy qui a les yeux rivés sur Jessica et moi. Pourquoi faut-il qu’elle arrive pile à ce moment-là ? Ah… ta « copine en quelque sorte » est là… Oui merci, j’avais remarqué, je pense, irrité, ne lâchant pas Daisy des yeux. Et ne voyant donc pas Jessica s’approcher de moi pour m’embrasser à nouveau comme elle l’avait fait pour me saluer. Je m’écarte par automatisme, la repoussant à nouveau. Mais arrête, bon sang ! Va jouer avec d’autres, tu n’as que l’embarras du choix, ce soir ! je l’invite à aller croquer d’autres mecs qui seront très heureux de finir la nuit avec elle. Et elle m’écoute enfin, s’éloignant, mais en passant d’abord devant Daisy en lui faisant un petit coucou provocateur. Salut Daisy… Salut Vince ! ajoute-t-elle en commençant à le charmer. Je roule des yeux, désespéré par cette fille. Depuis qu’on a passé la nuit ensemble, c’est devenu une vraie plaie. Je tente de me calmer en buvant quelques gorgées de ma bière et je me retourne vers mes invités fraîchement arrivés. Vince n’est plus là et Daisy discute avec Ashley qui est tout sourire. J’ai le temps de détailler la tenue de Daisy qui révèle ses jambes incroyables. Elle porte un petit short ample rose et un t-shirt blanc tout simple. La tenue est simple et efficace, suffisamment pour me plaire, en tout cas. Je m’approche d’eux, tout sourire, distribuant les accolades à Bernie et Ashley, serrant la main du mari de Bernie que je suis ravi de rencontrer. C’est super de vous revoir, les filles ! je dis, tout heureux. Puis je m’approche de Daisy, et je lui offre la même accolade tout en déposant un baiser sur sa pommette. Et la meilleure pour la fin… je dis en souriant. Tu es incroyablement jolie, ce soir, Daisy, je lui confie. Je vois Ashley qui ne nous lâche pas du regard et ne perd pas une miette de ce que je dis, alors je m’adresse à elle. Jake est quelque part par… là, je dis en montrant la terrasse du doigt. Oui oui, je l’ai remarqué direct, t’en fais pas. Par contre, moi, j’ai pas droit au super accueil comme toi, Deedee, visiblement… Je rigole à sa remarque. Jake est un rustre, mais c’est pas comme si on t’avait prévenue ! Elle était parfaitement au courant. Mais je crois que ça lui plaît bien. Allez, je vous laisse, je vais aller retrouver mon homme de cro-magnon ! Bernie se met à rire. De « cro-mignon » tu veux dire ? demande-t-elle amusée. Oui, aussi ! fait Ashley légèrement intimidée. Il faut croire qu’elle l’aime vraiment bien, et c’est chouette de la voir comme ça, d’avoir pu réunir deux personnes qu’on aime bien, Daisy et moi. Vous voulez boire quoi ? je demande aux filles, et à Monsieur Bernie, qui s’appelle Phil, en fait. Il y a de tout. C’est dans la cuisine, servez-vous, faites comme chez vous, d’ailleurs Daisy, tu connais déjà la maison. Bernie me fait un clin d’œil et prend Phil par le bras. Viens, chéri, allons visiter un peu ! Phil me remercie et le couple nous laisse seuls, Daisy et moi. Je suis à nouveau un peu tendu, car je me demande si Daisy s’imagine quelque chose concernant Jessica. Est-ce que je dois en parler ? Comment tu vas, Deedee ? Et je réalise seulement maintenant qu’elle porte un sac rempli de choses à manger. Et je vois même un paquet cadeau qui dépasse. Attends, je te débarrasse, je m’empresse de dire tout en lui prenant le sac des mains. Encore merci pour ton message ce matin, ça m’a mis de bonne humeur. Je ne peux rien lui cacher, décidément. Maman te passe le bonjour, au fait. Elle est venue m’apporter des salades composées pour ce soir, tout à l’heure. Elle pensait te voir ici, bizarrement. Je crois qu’elle était un peu déçue que tu ne sois pas là. Je ne sais pas pourquoi elle pensait ça, peut-être qu’elle nous imagine déjà très proches, Daisy et moi. Mais pour l’instant ce n’est pas le cas. Enfin… Pas au point qu’elle vienne passer ses journées libres chez moi. Mais l’idée me séduit beaucoup, pour être honnête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 1159

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Mer 28 Fév - 11:23



Le klaxon retentit devant chez elle : les filles sont là ! Daisy laisse tomber ses cheveux sur ses épaules, se regarde dans le miroir en soupirant, avant de rassembler à nouveau ses cheveux en un chignon décoiffé, posé haut sur sa tête. Elle s’empare du sac rempli de trucs à grignoter qu’elle avait déposé prêt de la porte, et descend les marches de l’escalier de son immeuble en sautillant presque. C’est l’anniversaire de Nate, ce soir, il a invité ses amis autour d’un barbecue et les filles et elle ont également été invitées. Depuis le gala, elle ne sait plus ce qui lui arrive. Dès que son téléphone vibre, elle jette un coup d’œil pour voir si c’est lui qui lui écrit. Elle se perd dans ses pensées trop souvent, elle est en retard… Bref, DeeDee est amoureuse et ça la perturbe. Elle a d’ailleurs mis un peu de temps avant de bien vouloir accepter ce fait. Elle se persuadait jusqu’à maintenant qu’elle n’était pas aussi atteinte, que son intérêt pour Nate ne culminait pas à ce stade, mais ce n’était que du brouillard qu’elle disposait soigneusement dans son esprit, pour occulter l’effrayante vérité. Elle a développé des sentiments pour lui, juste en le laissant approcher et en le laissant faire.
Au gala, elle avait réagi au dernier moment, lorsqu’il avait tenté de rompre définitivement les ultimes barrières maintenues entre eux qui les protégeaient du « plus » tant redouté par Daisy. D’un simple geste, elle avait reculé le moment fatidique. Elle ne savait pas exactement pourquoi.. Enfin si… Il y a avait des facteurs qui la gênaient. D’abord, la présence des parents de Nate à ce gala. Elle ne s’était pas imaginée un seul instant pouvoir passer à l’étape suivante et se retrouver quelques instants plus tard à la même table que toute la petite famille Brady réunie. Puis.. La fille de Dracula, qui l’avait bien refroidie malgré les mots rassurants du pompier. Tombée sur elle, savoir qui elle était et se rappeler ensuite de la déception ressentie quelques mois auparavant… Les conditions n’étaient pas réunies pour lui permettre de se lancer, ce soir-là, dans une nouvelle aventure, avec Nate.
Daisy se glisse à l’intérieur de la voiture de Bernie, qui a laissé le volant à Phil. Elle se retrouve à côté d’Ashley à l’arrière qui l’accueille avec un léger sifflement. « Regardez-moi ces gambettes ! Tu m’étonnes qu’il attaque, notre Nate ! » Elle hérite d’une tape sur l’épaule de la part de la brune qui pouffe en bouclant sa ceinture. « Arrête de dire n’importe quoi ! » Mais Daisy n’est pas débarrassée pour autant, puisque Bernie se retourne, un sourire amusé accroché aux lèvres, alors qu’elle suit la conversation menée par Ashley : « Tu rentres pas avec nous, ce soir, de toute façon ? » demande-t-elle innocemment. Daisy éclate de rire, suivie par Bernie qui jette des coups d’œil en direction de Phil. Le pauvre, lui qui va supporter les gloussements jusque chez le pompier. Heureusement, il habite dans cette zone de la ville, mais côté pavillons, ils seront ainsi bientôt arrivés. « Je… Si Phil boit, je dors chez Nate. » Elle pointe un doigt accusateur dans sa direction : « Mais tu vas rester sobre, n’est-ce pas ? Pour que Bernie picole un peu ! » Les filles rient de bon cœur. « Phil, compte sur moi pour verser du whisky dans ton coca ! » prévient Ashley, les yeux emplis de malice, alors que les rires ne s’arrêtent pas. Daisy regarde ses amies et se sent extrêmement chanceuse de les avoir à ses côtés. En particulier ce soir, ça lui fournit de solides appuis sur lesquels se reposer lorsqu’elle sera pleine de doutes. Parce que oui, DeeDee, malgré toutes les preuves dont elle dispose pour lui faire comprendre que Nate ne bougera pas d’un poil, elle a encore peur.

Phil a conduit les filles à bon port, et les voilà à quelques mètres de l’allée de la maison de Nate. Ashley laisse échapper un sifflement en regardant la maison vers laquelle ils s’avancent. « Mazette, on dirait que Nate est un parti intéressant en plus d’être physiquement intelligent ! » - « Arrête, à chaque fois j’essaie de faire de l’humour, et finalement il pense que je suis une femme vénale. » dit Daisy sur un ton déçu en repensant à toutes les fois où elle s’est sentie de se justifier parce qu’elle craignait qu’il pense réellement qu’elle était ainsi. Ashley lui adresse une petite moue moqueuse avant de glisser un bras autour d’elle et l’attirer contre elle en déposant un bisou sur sa joue. Puis alors qu’elle s’apprête à ouvrir le portail sur le côté, qui mène directement au jardin en contournant la maison, Ash l’arrête dans son mouvement, en la saisissant par les épaules, laissant passer Bernie et Phil. « T’as intérêt à lui mettre le grappin dessus ce soir. Regarde, moi, c’est déjà fait avec Jake. Like a boss. » dit-elle avec un petit sourire assez fier. « Ca a assez traîné comme ça entre vous deux, tu vas me faire le plaisir de choper ce soir, ok ? Vous attendez que ça, de toute façon : vous sauter dessus. » Daisy la regarde avec inquiétude avant de soupirer. « Je ferai de mon mieux. » Un sourire illumine le visage d’Ashley qui lui ouvre le chemin d’un geste du bras, avant de lui mettre une claque sur les fesses lorsqu’elle passe devant elle, arrachant un rire à DeeDee.

C’est le sourire aux lèvres qu’elle arrive près de la baie vitrée, en suivant Bernie et Phil qui s’avancent doucement. Mais bien vite, sa mine se transforme en voyant une certaine personne proche de Nate. Elle s’arrête net, contemplant la scène qui se déroule sous ses yeux. « C’est qui cette fille ? » demande Bernie en regardant Daisy d’un drôle d’air. « Une saleté de copine de Nate. » La jalousie perce sans filtre dans sa voix alors que son regard fusille Jessica et Nate. La soirée commence bien… « Ah ! Ne commence pas à te décourager ! Tu y vas, tu montres qui c’est la patronne, tu le violes sur place s’il le faut ! » dit Ash en s’emportant et pinçant les côtes de Daisy. « DeeDee ! J’avais pas vu que t’étais arrivée ! » Vince ! Son frère s’approche en reconnaissant ses collègues : Ash a toujours eu un faible pour lui, désespérée qu’il soit déjà marié, et fidèle. Daisy serre tendrement son frère contre elle en déposant un bisou sur sa joue. Mais son regard ne loupe pas Jessica qui essaie d’embrasser Nate. Elle secoue la tête et Vince ne loupe rien de tout ça, puisqu’elle sent sa main réconfortante lui presser l’épaule. D’ailleurs la blonde s’approche, la saluant d’un geste de la main et faisant les yeux doux à son frère cette fois. « Je vais la… » - « Ne lui accorde aucune attention. » dit-il en déposant un dernier baiser sur sa tête avant de retourner auprès de ses copains. Elle voit Nate s’approcher d’eux et le contemple alors qu’il fait le tour pour saluer Phil et ses amies. Sa chemise en jean fait ressortir ses yeux ce soir, comme s’ils avaient besoin d’être soulignés. Puis vient son tour, et il la serre contre lui, finissant par déposer un baiser sur sa joue. « Et la meilleure pour la fin… Tu es incroyablement jolie, ce soir, Daisy. » Pourquoi le monde s’arrête autour d’eux lorsqu’il prononce cela ? Le regard de DeeDee, un brin intimidée, quitte Nate pour regarder Ash qui sourit malicieusement en les regardant tour à tour. Ca a le don de la gêner davantage, et elle ne sait même pas quoi répondre. Elle remercie silencieusement Nate de s’adresser à son amie pour détourner la conversation. « Oui oui, je l’ai remarqué direct, t’en fais pas. Par contre, moi, j’ai pas droit au super accueil comme toi, Deedee, visiblement… » Un soupir amusé lui échappe alors qu’elle roule des yeux. « Jake est un rustre, mais c’est pas comme si on t’avait prévenue ! » Et sans pouvoir se retenir, Daisy répond du tac au tac, en s’adressant à Ashley : « Oui et lui c’est un Don Juan, alors… » Et toc. Elle lui glisse un regard qui lui laisse savoir ce qu’elle pense de ce qu’elle a vu précédemment. Et d’abord, pourquoi elle est là, l’autre pimbêche ? Il n’aurait pas pu ne pas l’inviter premièrement ?! La mine amusée d’Ashley et le clin d’œil qu’elle envoie à Daisy avant d’annoncer qu’elle s’éclipse encouragent la brune. Rapidement, Nate invite ses invités à aller se servir ce qu’ils veulent et Bernie embarque rapidement Phil avec elle, la laissant seule en face du pompier. « Comment tu vas, Deedee ? » - « Bien, je suis en week-end depuis dix-sept heures alors.. ça ne peut qu’aller ! Et toi ? » répond-elle avec un sourire sincère. L’idée de pouvoir dormir demain matin la laisse rêveuse. Puis elle repense soudainement à ce que Ashley disait dans la voiture, et l’idée de rester dormir ici lui traverse l’esprit, la perturbant un peu. Elle se ressaisit lorsque Nate retire son sac des mains. « Merci ! J’ai ramené des viandes marinées, si tu veux les passer au barbecue. Et ma mère a refait des beignets, comme je lui ai transmis les retours sur sa cuisine… » dit-elle tranquillement. « Encore merci pour ton message ce matin, ça m’a mis de bonne humeur. » Elle hausse les épaules, un petit sourire perçant sur ses lèvres en entendant ce que Nate dit au sujet de son message. « Maman te passe le bonjour, au fait. Elle est venue m’apporter des salades composées pour ce soir, tout à l’heure. Elle pensait te voir ici, bizarrement. Je crois qu’elle était un peu déçue que tu ne sois pas là. » - « Ah bon ? Pourquoi croyait-elle ça ? » demande-t-elle aussitôt, un peu surprise que sa mère puisse penser qu’elle serait là avant tout le monde. « Eh non, j’étais au travail, tu lui as dit ? Mais je ne savais pas que tu avais besoin d’aide, en fait. » finit-elle par dire, en fronçant légèrement les sourcils. Elle aperçoit Jessica qui vient dans leur direction, juste derrière Nate. « Je suis sûre que Dracula junior aurait été ravie de te filer un coup de main. » Ca lui échappe, c’est plus fort qu’elle, mais le pire dans tout ça, c’est qu’elle le dit sur le ton de la plaisanterie et avec un petit sourire. Comme si finalement, elle sent qu’elle n’a plus qu’à marquer concrètement son territoire pour en être débarrassée. C’est certainement inconscient, car cette nana ne lui inspire rien de bon et Daisy manque encore cruellement de confiance en elle, mais… Ca ne s’explique pas. La blonde débarque à leurs côtés, tirant légèrement sur le t-shirt de Nate au passage avant d’arrêter son attention sur DeeDee. « Je viens d’apprendre que tu es la sœur de Vincent ! C’est fou ça, il laisse Nate t’approcher ? » Elle fait une petite moue suspicieuse. « C’est mon frère, pas mon chien de garde. » rétorque Daisy, avec le sourire. « C’est marrant ça parce que… » Daisy l’interrompt prestement, comme si Jessica n’avait pas ouvert la bouche, s’adressant à Nate : « J’ai besoin d’un verre, à plus tard. » Et elle tourne aussitôt les talons, se dirigeant à l’intérieur de la maison. Intérieurement, elle bouillonne et maudit cette nana, mais elle se félicite aussi de ne pas avoir perdu son calme, préférant l’indifférence. Alors qu’elle ouvre la porte du frigo, elle croise Bernie, armée d’un verre de vin qui la questionne du regard. « Cette maudite blonde… » grogne-t-elle entre ses dents en refermant le frigo, lorsqu’elle aperçoit une grosse bouteille de rhum arrangé. Elle se saisit d’un verre en plastique mis à disposition et se sert un verre, et après avoir cogné le sien dans celui de Bernie, elle en boit une gorgée, puis elle regarde son verre et réitère. « Je vais me calmer.. Ah ! » crie-t-elle alors que derrière elle, Anton vient de planter son doigt dans ses côtes. Il l’enserre dans ses bras, tout sourire. « Ca fait un bail ! » Elle acquiesce d’un hochement de tête en le scrutant. Un blond aux yeux verts, tout bronzé, avec une belle carrure. Un copain de son frère qui a craqué pour elle pendant un temps, mais comme l’a évoqué Jessica un peu plus tôt, avec lui, Vince était intervenu pour calmer ses ardeurs envers sa petite sœur. « C’est plutôt rare de te voir traîner avec les copains de ton frère ! J’ai entendu dire que t’allais à la plage avec Nate ? Et pas avec nous ? » - « Ouais.. Je revois les bases avec lui, tu sais, j’ai un peu de mal avec l’océan. » - « C’est une bonne chose, tu pourras venir avec nous de temps en temps, comme ça. Vince sera super content en plus. Allez, viens. » Il glisse son bras autour de ses épaules et l’entraîne dehors sans qu’elle n’ose rien dire. En réalité, elle apprécie beaucoup Anton, il a toujours été gentil avec elle, et il est bourré d’humour. Lorsqu’ils retournent dans le jardin, elle aperçoit Kimia, et s’arrête instantanément, trouvant une échappatoire. « Attends, je vais voir une copine. Je vous rejoins après. » Elle passe à côté de Nate, en grande discussion et cogne son verre contre sa bouteille de bière, en lui envoyant un sourire avant d’aller voir la future maman. Elles discutent pendant quelques minutes, avant qu’Otto n’arrive et n’enlace Kimia après avoir pris dans ses bras Daisy. Elle se rappelle encore de la première fois où elle l’avait vu, c’était aussi la première fois qu’elle voyait Nate. Les inséparables. Voir le couple heureux et soudé la fait sourire. Nate lui a parlé un peu de leur histoire et elle la trouve si jolie, prenant un tout nouveau tournant. Tout à coup, on lui tape sur l’épaule et Daisy se retrouve nez à nez avec Lopez. « Miss Daisy, on a des histoires à régler tous les deux ! » Elle commence à rire avec cette introduction. Son regard cherche Nate et quand il tourne la tête dans sa direction, elle lui fait signe d’approcher. Elle voit sa mine rieuse alors qu’il se rend compte que Lopez se tient à côté d’elle. « Bon alors, c’est quoi ces histoires ? Expliquez-moi, tous les deux. » Elle trempe ses lèvres dans le rhum, attendant que l’un d’eux se décide à parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Brady
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2016
MESSAGES : 681

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Sam 3 Mar - 16:03

Ca me fait tellement plaisir de revoir les filles de l’hôpital. Je passe toujours de bons moments avec elles, surtout que ces derniers temps, je leur ai rendu visite pour pouvoir voir Daisy et faire courir les rumeurs dans les couloirs… Et ça m’amuse, oui, tout à fait ! Avec Ashley et Bernie dans mon équipe, vous pensez bien que je vais en profiter ! Nous plaisantons sur Jake qui de toute évidence n’a pas accueilli sa belle comme il le devrait, et c’est là que Daisy m’envoie une jolie petite pique. Oui et lui c’est un Don Juan, alors… Je reste un peu sans voix, puis je fais mine d’être offusqué. Alors je m’adresse à Ashley, comme Daisy vient de le faire, et je réponds tout simplement, avec un petit sourire narquois. Et elle, une menteuse, parce qu’elle sait très bien qu’il n’y a qu’elle depuis des mois alors je ne vois pas du tout de quoi elle parle, ou alors, elle se trompe de cible. Non mais et puis quoi encore ! Je suis la victime, ici ! Jessica ruine tous mes plans et ça m’agace qu’elle ait le dernier mot. Mais ma voix s’adoucit et je jette un léger regard vers ma dulcinée. Mais bon… je lui pardonne, parce que je l’aime bien. Et c’est vrai.

Finalement, nous sommes laissés seuls, Daisy et moi, de façon pas très subtile d’ailleurs, et j’en profite pour parler avec elle. Je la trouve vraiment jolie ce soir, et je ne peux m’empêcher de la regarder, de la tête au pied, et ça me donne des bouffées de chaleur. Je m’oblige donc à la regarder uniquement dans les yeux. Même si j’ai tendance à m’y perdre, d’habitude. Bien, je suis en week-end depuis dix-sept heures alors... ça ne peut qu’aller ! Et toi ? Elle me sourit, ce qui creuse ses petites fossettes. Ai-je besoin de vous dire que je les trouve adorables ? Je suis déjà perdu, rien en elle n’est pas parfait, ou adorable, ou mignon, ou beau à s’en damner. Ce qui me fait pousser un long soupir. Moi ça va, en week-end aussi depuis ce matin jusqu’à lundi matin. Ca nous laisse le temps de festoyer, avec les collègues. Je suis pas mécontent que mon anniversaire tombe pile sur un jour de weekend pendant nos 48h de repos. Puis je me rends compte seulement maintenant que je la laisse porter un sac bien rempli depuis tout à l’heure, alors je m’empresse de la débarrasser, pour ne pas manquer à mes bonnes manières – merci maman. Merci ! J’ai ramené des viandes marinées, si tu veux les passer au barbecue. Et ma mère a refait des beignets, comme je lui ai transmis les retours sur sa cuisine… Un énorme sourire éclaire mon visage à cet instant. Oooohhh ! Les beignets de maman Green ! Me voilà tout excité. C’est qu’ils ont eu un franc succès lorsque Daisy nous en avait apportés à la caserne, ce qui lui a permis de rencontrer mes hommes. Je regrette qu’elle ne vienne pas plus souvent, avec ou sans beignets, parce qu’il est évident que si elle vient les mains vides, cela n’est aucunement un problème pour moi, j’aurai toujours un immense plaisir à la revoir. Merci beaucoup ! Tu remercieras ta maman aussi, je sais déjà que les gars vont sauter dessus. Je t’avoue que j’hésite à aller les planquer dans la cuisine pour faire mon égoïste et tous les dévorer ! je plaisante de bon cœur. J’en profite pour la remercier pour son sms qui m’a mis de bonne humeur ce matin. Le premier que j’ai lu et ça m’a filé le sourire pour le reste de la matinée. Je suis désespérément fou de cette femme et le moindre message d’elle m’envoie directement sur un nuage. Et j’ajoute que ma mère la salue et pensait la voir cet après-midi, ce qui, évidemment, la surprend. Ah bon ? Pourquoi croyait-elle ça ? Eh non, j’étais au travail, tu lui as dit ? Je souris gentiment à sa surprise. Je ne sais pas, dis-je en haussant les épaules. Je n’ai pas demandé. Mais j’imagine qu’elle pense qu’on est plus proches que ce qu’on n’est réellement. Peut-être qu’au gala, quand on est sortis tous les deux prendre l’air, elle s’est fait ses films, je ne sais pas. Je lui ai dit que tu travaillais, oui, ça a réglé la question. Un petit pincement au cœur se fait ressentir en repensant au moment où Daisy avait tourné la tête alors que j’ai tenté de l’embrasser. Bien sûr, tout ce que je lui ai dit ce soir-là est vrai. Je tiens à elle et je n’irai nulle part sans elle, et surtout j’attendrai le temps qu’il faudra. Mais ce n’est jamais agréable d’être rejeté et je n’en ai pas l’habitude. Je redouble donc de patience et j’attends. Le petit signe. Le moment parfait, du moins qu’elle jugera parfait. Je me dis que ce sera peut-être ce soir, ou notre dîner, acheté aux enchères. J’ai tellement hâte de l’emmener là-bas, qu’elle puisse voir un petit peu de moi encore, car ce restaurant est cher à mon cœur. Mais je ne savais pas que tu avais besoin d’aide, en fait. Je suis sûre que Dracula junior aurait été ravie de te filer un coup de main. Encore un vent glacial qu’elle aime tant souffler, ses petites remarques acerbes, c’est du Daisy tout craché, même si là, en l’occurrence, elle le fait avec un petit sourire qui montre qu’elle n’est pas aussi agacée qu’elle pourrait l’être. En réalité, sa remarque me plaît, en un sens. Parce que ça veut dire qu'elle sait qu'elle a de la concurrence et que ça pourrait éveiller en elle un sentiment qui pourrait jouer en ma faveur... Je la regarde avec un petit sourire satisfait et je réponds. J'aime bien quand t'es jalouse, en fait. J'accentue mon sourire en me fondant dans son regard sublime et je finis par me racler la gorge pour lui répondre plus clairement. Je ne doute pas qu'elle aurait été la première à venir m'aider si je lui avais demandé. C’est pour ça que j'ai pris soin de l'éviter depuis deux semaines… je l’informe subtilement. Après tout, ce n’est pas de ma faute si Jessica veut me mettre le grappin dessus. Et en parlant du loup… Je sens qu’on me tire sur le t-shirt puis Jessica se coller à moi. Je viens d’apprendre que tu es la sœur de Vincent ! C’est fou ça, il laisse Nate t’approcher ? Jess ne s’adresse pas à moi alors je m’abstiens de répondre, ça m’arrange. Je ne voudrais pas l’inciter à me parler. Je la repousse un peu d’un coup d’épaule, pour qu’elle comprenne qu’elle dépasse les limites, là. Elle veut marquer son territoire face à Daisy, je présume, mais c’est peine perdue, Daisy m’a annexé depuis que nos regards se sont croisés, comme si elle m’avait jeté un sortilège. C’est mon frère, pas mon chien de garde. Ce que Daisy lui rétorque me plaît beaucoup. C’est marrant ça parce que… Je commence à rouler des yeux en me demandant quand est-ce qu’elle va nous lâcher un peu, mais c’est Deedee qui crée la surprise. J’ai besoin d’un verre, à plus tard, dit-elle en parlant à moi et non à Jessica, l’ignorant totalement. Je m’empêche de rire tellement j’adore sa technique et ma belle prend la fuite aussitôt. Je décide de l’imiter et me retourne alors vers la blonde puis avec un sourire radieux, je lui annonce Bon ben moi je vais aller voir là-bas si j’y suis ! Et sans attendre de réponse, je m’en vais vers le barbecue qui a besoin de surveillance, même si je sais qu’Otto garde un œil dessus. Il ne sait pas cuisiner mais il sait au moins bien manipuler ce genre d’engin. Je mets justement les viandes marinées que Daisy m’a apportées sur le grill et Otto vient me rejoindre. La sulfureuse et agressive blonde contre la douce mais néanmoins courageuse brune dans une lutte infernale pour gagner le cœur du preux chevalier des temps modernes… Qui l’emportera ? Jessica ? Daisy ? Suite au prochain épisode… commente-t-il en finissant sur un grand éclat de rire. Je soupire, un peu amusé, tout de même. Va plutôt me chercher une bière au lieu de dire des conneries ! je lui ordonne alors que je termine de retourner la viande déjà en train de cuire. A présent bière en main, je trinque avec mon meilleur ami et je bois aussitôt une gorgée pour me remettre de tout ça. C’est foutu d’avance, ce combat. Le cœur du preux chevalier est déjà gravé du nom de Daisy. Mais si Jess peut servir de catalyseur et accélérer le process pour que Deedee me tombe dans les bras, je suis pas contre. Bon, pour l’instant, ça a fait plutôt l’effet inverse, notamment au gala. Je n’attends qu’une chose, que ma Daisy marque son territoire aussi. D’ailleurs je la regarde, à travers la baie vitrée qui donne sur la cuisine. Et là mon sourire s’efface un peu alors que je vois Anton – le traitre ! – l’enlacer. Une pointe de jalousie montre le bout de son nez et mes mâchoires se crispent. Oooh mais c’est que t’es jaloux ! se moque Otto qui n’a rien loupé de la scène. Mais noooon ! je rétorque avec une voix un peu trop perchée pour que ce mensonge passe. T’es tellement foutu, mon p’tit pote ! C’est qu’il en rajoute une couche, le bougre. Je te laisse ruminer comme un grand ! m’annonce-t-il avant de s’éclipser, me laissant seul mais l’un de mes amis vient prendre la relève. Nous discutons, mais mes yeux surveillent secrètement la cuisine, et quand je vois Anton sortir sur la terrasse avec son bras autour de MA Daisy, ça m’agace. Heureusement qu’elle le laisse, et je me sens obligé de paraître détendu et normal quand Daisy, qui a l’air bien à l’aise, elle, vient trinquer avec moi, tout sourire. Et elle s’éclipse elle aussi, vers Kimia. Ah ben voilà, Kimi va pouvoir revoir Daisy, elle qui la réclame depuis tout à l’heure. Tout en discutant, je surveille toujours Daisy, et je vois qu’Otto a rejoint la conversation des filles et il me fait même un signe pour me narguer, l’enflure. Et quand je vois Lopez intervenir auprès d’eux, ils ont capté tout mon intérêt. Daisy rigole, ce qui ne m’étonne pas avec l’humour de Lopez. Et lorsque je tourne à nouveau la tête vers eux quelques secondes plus tard, je vois Daisy qui me fait un signe de venir les rejoindre. Je m’excuse auprès de mon ami et je viens vers eux. Bon alors, c’est quoi ces histoires ? Expliquez-moi, tous les deux. Allez, je me la joue Anton et je place mon bras sur les épaules de Daisy, trinquant à nouveau avec elle. Lopez, je commence sur un ton sérieux en le pointant du doigt, interdiction de t’en prendre à ma Daisy, elle est trop précieuse pour moi ! Ce qui le fait rire. Et moi j’ai rien à voir avec vos histoires, je dis pour ma défense en m’adressant à Daisy dont le visage est tout près du mien, et cela me perturbe un peu. Ah je sais bien, mon capitaine. T’as fait ton possible, c’est Miss Daisy qui a merdé… J’approuve en hochant la tête. Comment tu peux encore résister à son charme ravageur, à son courage de super-héros, à son physique d’Apollon, à son… Je l’interromps. Oui bon ça va, après on va croire que tu veux tromper ta femme avec moi, je plaisante, même si c’est agréable d’être complimenté. Et à son humour décapant !!! finit-il en agitant ses deux mains dans ma direction pour prouver qu’il est évident que je suis un être vraiment unique à mettre sur un piédestal. Il exagère un peu beaucoup, mais ça a au moins le mérite de me faire rire, et les autres aussi. J’avoue qu’il n’a pas tort sur ce point, ajoute Kimia en regardant Daisy avec des yeux pleins de malice. Lopez s’approche alors de Daisy, posant sa main sur son épaule que j’ai laissée libre, la regardant droit dans les yeux d’un air sérieux qui ne lui va pas du tout. Je veux bien te pardonner de m’avoir faire perdre 30$, Miss Daisy. Parce que tu peux te rattraper ce soir ! La mise est plus élevée, en plus, je serai gagnant. Mais cela doit rester entre nous, les autres vont dire que j’ai triché sinon… Miss Daisy, tu sais quoi faire, hein ? Il pointe son menton dans ma direction puis envoie à ma douce un clin d’œil complice. Ca doit pas être si difficile de se laisser aller… Brady est une perle qu’on doit pas laisser filer. Je dis ça, je dis rien ! finit-il en montant ses deux mains en l’air avec un faux air innocent. J’émets un léger rire alors que Kimia est outrée, elle a la bouche grande ouverte. La surprise sur les paris mise à part, Daisy doit être étonnée que Lopez intervienne autant à notre sujet. Mais les gars me charrient depuis un moment à la caserne, je ne peux décidément rien leur cacher. En plus, ils aiment bien Daisy. Et puis comme Daisy sait parfaitement ce que je ressens pour elle, il n’y a vraiment plus aucun secret à dévoiler. Ashley et Jake arrivent près de nous, collés autant Daisy et moi. Lopez ! J’espère que t’es pas en train de faire ce que tu sais ! menace Jake avec humour à l’attention du latino. Si, il vient de le faire ! Ashley me regarde en m’interrogeant des yeux. Faire quoi ? demande-t-elle alors. Nate et ses hommes font des paris sur Daisy ! s’insurge Kimia pour répondre à la question d’Ashley. Perso, j’y suis pour rien, moi. Ils font ce qu’ils veulent, mes gars ! je me défends. Ashley se met à sourire, cela n’a pas l’air de la perturber plus qu’autre chose. Elle se tourne vers Lopez et demande alors Tu as parié sur ce soir, c’est ça ? Je vois qu’on est dans le même camp, alors. Elle lève son verre à son honneur. Et là c’est moi qui ouvre la bouche de surprise, regardant ma Daisy. Tu savais qu’elle faisait ça ? je lui glisse à l’oreille. Bernie aussi ? je demande alors à Ashley. Bernie, Mary, Joyce et bien d’autres. Et même Caro, Nate ! Okay… Et ma propre cousine ne m’a rien dit, cette petite cachottière, j’ai hâte qu’elle rentre de son rendez-vous avec Jon pour lui en toucher quelques mots. Bernie a misé sur ce soir aussi ? je demande par curiosité, la cherchant du regard, et je la vois avec Phil en pleine discussion avec des potes du surf. C’est bien que les personnes se mélangent ce soir. Ashley se met à rire. Bernie a misé sur toutes les dates, je crois surtout qu’elle veut que Daisy soit heureuse, alors elle ne la pousse pas, elle la laisse faire. Moi, je dis que vous êtes grave à la bourre ! Jake et moi, on n’a pas mis cent ans, Dieu merci ! J’émets un léger rire mais au fond, je commence à être gêné par cette conversation, surtout pour Daisy, je pense. Je dépose un baiser sur sa tempe avant de la lâcher. Je vais voir le barbecue, j’annonce pour me défiler quelques minutes. Tu veux venir m’aider ? je demande doucement à Daisy. Et alors que je vérifie les grillades dans l’appareil, je ne fais que réfléchir à Daisy et moi. Est-ce que cette pression des paris va la bloquer davantage ? Je trouve ça drôle qu’ils fassent ça, moi, et ça montre leur intérêt pour nous, mais je n’ai pas du tout envie que ça lui fasse du mal, qu’elle sente des pressions ou se sente le centre d’intérêt de tous, parce que je sais qu’elle déteste ça. Tu peux me tenir ça, s’il te plaît Deedee ? je demande en tendant le grand plat vide vers elle qui est un peu lourd. Je sors les grillades et on pourra enfin passer à table. Je m’exécute et alors que je fais le transfert, je jette un regard vers elle et je lui souris. Tu sais, cette histoire de paris, faut pas y prêter attention… je lance pour la rassurer un peu. Ce que je t’ai dit à la soirée la dernière fois reste vrai. Je ne vais nulle part et si tu décides de te lancer un jour, ce sera quand tu seras prête. Ca ne change vraiment rien à ce que je ressens pour toi et à toute la patience que je peux trouver au fond de moi, je termine un rigolant légèrement. Il m’en reste encore pas mal en stock, je termine en lui faisant un clin d’œil complice. Je termine de remettre des grillades à cuire, tu peux apporter ça sur la table ? Il y a des sauces aussi dans le frigo, si tu peux aller les chercher. Je regarde son verre posé sur le côté du barbecue et constate qu’il est vide. Tu tournes à quoi ? Je peux te resservir quelque chose ? je demande. Je vais aller me chercher une nouvelle bière, de toute façon, pour le repas. Sur la grande terrasse, une énorme tablée attend ses convives. Caroline a disposé de jolies guirlandes lumineuses au-dessus de la terrasse pour l’ambiance cosy, c’est ma décoratrice d’intérieur. J’avoue que depuis qu’elle habite ici, mon intérieur est devenu plus agréable, mon extérieur aussi, rien que le jardin fleuri en dit long. Et j’aime sentir que la maison vit, c’est important pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 1159

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Jeu 15 Mar - 23:31



« Et elle, une menteuse, parce qu’elle sait très bien qu’il n’y a qu’elle depuis des mois alors je ne vois pas du tout de quoi elle parle, ou alors, elle se trompe de cible. Mais bon… je lui pardonne, parce que je l’aime bien. » Ces paroles là résonnent pendant un petit moment dans la tête de Daisy. Elle n’a pas pu s’empêcher de regarder Nate avec attendrissement lorsqu’il a dit tout ça : depuis le gala, et la façon dont il s’est dévoilé, elle a davantage de difficultés à camoufler ses véritables états d’âmes et ses envies à son égard. L’entendre en parler ouvertement devant ses collègues, qui l’ont déjà vu à l’œuvre.., ça lui emplit le cœur d’une petite fierté stupide et un peu puérile, mais qu’importe. Ils en profitent pour discuter, alors que les convives s’éparpillent, à peine arrivés, et Daisy donne à Nate ce qu’elle a ramené en terme de vivres. Elle sait qu’il a un gros faible pour les beignets de sa mère. Lorsqu’elle lui a parlé de cette soirée au téléphone un peu plus tôt dans la journée, sa mère ne lui a pas laissé le choix : elle avait un panier à récupérer à la sortie de son travail. Lucia Breen sait pertinemment que sa fille en pince sincèrement pour ce pompier, et elle est bien décidée à participer à sa façon, à l’accueil de cet homme dans leur famille, prochainement. Elle ne l’a pas dit aussi clairement, mais DeeDee a bien saisi les intentions de sa mère. D’ailleurs, tant que le thème des mamans est abordé… « Je ne sais pas. Je n’ai pas demandé. Mais j’imagine qu’elle pense qu’on est plus proches que ce qu’on n’est réellement. Peut-être qu’au gala, quand on est sortis tous les deux prendre l’air, elle s’est fait ses films, je ne sais pas. Je lui ai dit que tu travaillais, oui, ça a réglé la question. » Daisy se pince la lèvre en esquivant le regard de Nate. Après ce qu’il s’est passé ce soir-là, elle se sent encore mal à l’aise par rapport à son comportement. Elle a retourné la situation dans tous les sens, s’est repassé la scène des dizaines de fois, toujours en se maudissant. Alors, évidemment, ils auraient pu être plus proches, et la brune aurait pu en effet participer plus tôt à l’installation des tables, des chaises, la préparation des plats, comme le pensait Kirsten. Mais il n’en est rien, Daisy ne s’est pas comportée comme une maîtresse de maison : elle s’est présentée comme une simple invitée. Et dans les invités présents, elle se demande bien s’il était nécessaire que Jess soit là. Une réflexion à son sujet lui échappe, mais elle garde le sourire. Elle se répète les mots de Nate, le soir du gala, afin de calmer ses inquiétudes. « J'aime bien quand t'es jalouse, en fait. » Cette constatation coupe le souffle de Daisy un court instant, avant qu’elle n’essaie de rétorquer de façon ridicule. « Je ne suis pas… » Mais Nate n’a pas l’air de lui prêter pleinement attention, à juste titre sûrement. « Je n’aime pas l’être. » finit-elle par corriger, avouant être jalouse par la même occasion. « Je ne doute pas qu'elle aurait été la première à venir m'aider si je lui avais demandé. C’est pour ça que j'ai pris soin de l'éviter depuis deux semaines… » Daisy relève un sourcil malgré elle en observant le pompier qui lui avoue alors n’avoir pas revu cette fille à la plage, comme il l’avait dit au gala. Une petite satisfaction naît à l’intérieur de Daisy qui ne peut s’empêcher de sourire un peu suite à cette nouvelle. D’ailleurs, la voilà qui vient coller Nate l’instant d’après. La brune préfère aller se chercher un verre pour se donner le courage de supporter ça, sûrement au cours de toute la soirée, vu comme c’est parti. Et, c’est Anton qui tombe sur elle dans la cuisine. Qu’elle esquive habilement ensuite, non pas parce qu’elle ne l’apprécie pas, au contraire, mais parce qu’elle n’a pas envie de s’enfermer dans le groupe de son frère, déjà installé dans les chaises, à siroter des bières. Elle veut faire son petit tour et dire bonjour à ceux qu’elle reconnaît et apprécie. Et Kimia en fait partie ! Otto se joint rapidement à elles, écoutant les histoires qu’elles pourraient se raconter. Mais c’est Lopez qui vient finalement interrompre tout cela, et ça semble important. La façon dont il annonce les choses la fait sourire et elle ne tarde pas à faire signe à Nate de rappliquer auprès d’elle pour affronter les histoires de l’un de ses hommes. Elle les questionne directement et sans prévenir, son pompier se range à ses côtés en entourant ses épaules de son bras. « Lopez, interdiction de t’en prendre à ma Daisy, elle est trop précieuse pour moi ! Et moi j’ai rien à voir avec vos histoires. » Daisy essaie de ne pas paraître perturbée par les dires de Nate et en jouerait presque en envoyant un petit regard plein de malice à Lopez qui se traduirait par « j’ai l’avantage ». Elle tourne ensuite son visage vers Nate, se retrouvant nez à nez, littéralement, avec lui. « Ah je sais bien, mon capitaine. T’as fait ton possible, c’est Miss Daisy qui a merdé… Comment tu peux encore résister à son charme ravageur, à son courage de super-héros, à son physique d’Apollon, à son… » Elle est à deux doigts de tourner au rouge pivoine, mais trouve un peu de courage dans le fond de son verre en sirotant encore son rhum. Il va être terminé dans les deux prochaines minutes et ça n’augure rien de bon pour la suite de la soirée, si elle termine ses verres dès que quelqu’un la gêne. « Oui bon ça va, après on va croire que tu veux tromper ta femme avec moi ! » - « Et à son humour décapant !!! » Daisy regarde les deux hommes tour à tour, se renvoyer la balle et elle ne peut pas s’empêcher d’en rire, tout en savourant la proximité avec Nate qui la tient toujours un peu contre lui. Kimia met son petit grain de sel, le regard pétillant et la brune ne peut décidément en vouloir à personne de vouloir y mettre du sien pour la pousser. Elle a vraiment le mauvais rôle dans cette histoire. Et seuls Nate et Caroline, et Vincent bien sûr, savent pourquoi il est si difficile pour elle de se lancer dans cette nouvelle aventure. Alors, pour l’instant, elle en plaisante et accepte les remarques et les petits coups de pression qui vont dans sa direction. « Je teste simplement sa patience. Et la vôtre aussi, apparemment ! » dit-elle, le rire dans la voix. « Je veux bien te pardonner de m’avoir faire perdre 30$, Miss Daisy. Parce que tu peux te rattraper ce soir ! La mise est plus élevée, en plus, je serai gagnant. Mais cela doit rester entre nous, les autres vont dire que j’ai triché sinon… Miss Daisy, tu sais quoi faire, hein ? Ca doit pas être si difficile de se laisser aller… Brady est une perle qu’on doit pas laisser filer. Je dis ça, je dis rien ! » Elle roule des yeux et son regard s’arrête sur le visage de Brady, comme dirait Lopez. Eux et leurs paris, alors… Elle sait très bien qu’il est plein de qualités. Il a bien quelques défauts qui traînent, mais… Rien qui la décourage réellement. Et se laisser aller ? Ca semble si simple dit comme ça. Est-ce que ça l’est pour autant ? Il suffirait de presque rien en réalité, elle le sait. Juste.. ne pas réfléchir. Mais ça, elle ne sait pas faire ! Et depuis quand, au fait, tout cela est devenu l’intérêt de tous ? Nate parle-t-il beaucoup d’elle ? Ou son équipe souhaite-t-elle juste le voir se poser un moment ? « Combien pour ce soir ? » demande-t-elle d’un air amusé, sur le ton de la confidence. Et Lopez lui renvoie un grand sourire en guise de réponse, avant de lever un pouce en l’air. Elle n’ose pas regarder Nate, et lui glisse simplement, la proximité aidant : « J’espère que tu ne vas pas croire que je ne suis motivée que par l’argent.. Je te jure que je réfléchis à chaque fois que j’ouvre la bouche quand tu es à côté de moi. » C’est l’intervention de Jake qui détourne leur attention, faisant sourire Daisy. Lui aussi alors ? Elle regarde Ashley en fronçant les sourcils et celle-ci lui répond par un petit clin d’œil en posant une main jalouse sur le torse de son petit ami. Puis, tout à coup, tout le monde pose des questions et y répond ensuite, Nate, Ashley, Kimia… Et Daisy ne fait que suivre le cours des échanges, une lueur espiègle dans les yeux, mais une boule de stress au creux du ventre. Pourquoi tout le monde manifeste autant d’intérêt pour eux, sérieusement ? Bon, Daisy sait que ses collègues étaient un peu désespérées à son sujet, mais.. quand même ! Nate se dédouane alors que la situation semble l’amuser vu le sourire qu’il arbore depuis tout à l’heure, toujours sans la lâcher. « Tu as parié sur ce soir, c’est ça ? Je vois qu’on est dans le même camp, alors. » - « Ash ! » essaie-t-elle de la réprimander mais c’est à son tour d’être amusée de la situation, d’autant plus lorsque Nate la questionne : « Tu savais qu’elle faisait ça ? » Oui, bien sûr, serait la première réponse à fournir, la plus honnête. Elle a surpris les filles en train d’établir un tableau des paris avec toutes les dates, il y a quelques semaines. La voix de Daisy s’était élevée une fois la porte refermée, mais elle n’avait pas pu les empêcher de continuer ce jeu qui semblait grandement les amuser. « En quelque sorte. » confie-t-elle d’un air coupable. Mais elle ne devrait pas l’être, lui-même laisse ses hommes faire ça ! Et ses collègues à elle ne vont pas harceler Nate, d’ailleurs ! Ce dernier questionne Ashley, et Daisy en profite pour se cacher derrière son verre alors que l’amusement la saisit quand il découvre que même sa cousine participe aux paris. « Bernie a misé sur toutes les dates, je crois surtout qu’elle veut que Daisy soit heureuse, alors elle ne la pousse pas, elle la laisse faire. Moi, je dis que vous êtes grave à la bourre ! Jake et moi, on n’a pas mis cent ans, Dieu merci ! » Ca fait rire Nate, mais Daisy se met à soupirer. Ce n’est pas une course, bon sang. « A la bourre, à la bourre… J’ai déjà rencontré ses parents. » Elle envoie un clin d’œil triomphant à Ashley, puis jette un coup d’œil à Nate, avant d’enchaîner simplement : « Je savais que je pouvais compter sur Bernie ! » Puis sans prévenir, Nathaniel dépose un baiser sur sa tempe avant de relâcher sa prise sur elle. « Je vais voir le barbecue. Tu veux venir m’aider ? » Elle répond par un simple hochement de tête, alors que Ashley ne résiste pas à l’envie de la pousser dans le dos pour qu’elle suive Nate plus vite. DeeDee prend une grande inspiration, relâchant un peu la pression qu’elle vient de recevoir ces dernières minutes. Peut-être que le fait de sentir Nate tout contre elle l’a rassurée, mais à présent, elle ressent tout le poids de cet empressement autour d’eux. Ce n’est pas une compétition de vitesse, pourtant, si ? Depuis quand existe-t-il une deadline pour que tout soit parfait ? C’est pleine de questions et de pression qu’elle se tient aux côtés de Nate, devant le barbecue où les grillades laissent échapper une bonne odeur. Lorsqu’il lui demande un coup de main, elle s’exécute, après tout, c’est pour ça qu’elle l’a suivi, non ? Pas vraiment, en vérité. « Tu sais, cette histoire de paris, faut pas y prêter attention… Ce que je t’ai dit à la soirée la dernière fois reste vrai. Je ne vais nulle part et si tu décides de te lancer un jour, ce sera quand tu seras prête. Ca ne change vraiment rien à ce que je ressens pour toi et à toute la patience que je peux trouver au fond de moi. Il m’en reste encore pas mal en stock. » Ses mots se veulent rassurants, et ils le sont. Mais ils affolent d’autant plus le cœur de Daisy qui s’emballe dès qu’il parle de leur cas, de ses sentiments à son égard. Il parle de tout cela d’une façon si paisible, qu’elle a du mal à se faire à l’idée qu’il puisse se dévoiler sans peur face à elle. Elle l’envie, quelque part. Elle esquisse un sourire lorsqu’il parle de la patience qu’il garde en stock. « Tu sais que je ne sais jamais quoi répondre, à part te remercier, quand tu m’expliques tout ça ? » Elle soupire en le regardant, se demandant bien ce qu’elle attend réellement. « Alors merci, pour ta patience, et tes attentions à mon égard. C’est… Ca fait du bien. » finit-elle par dire en appuyant ses paroles par un hochement de tête et un sourire. « Je termine de remettre des grillades à cuire, tu peux apporter ça sur la table ? Il y a des sauces aussi dans le frigo, si tu peux aller les chercher. Tu tournes à quoi ? Je peux te resservir quelque chose ? » Daisy récupère le plat plein des grillades prêtes à être servies pour tous les morfales qui commencent à se rejoindre sous les appels des gars qui ont l’air de n’attendre que ça. « Bien sûr. Je prendrai les sauces, pas de problème. Et j’ai pris du rhum arrangé, qui est pas mal du tout. » dit-elle avec un sourire en arrangeant la position du plat dans sa main. Puis sans réfléchir davantage, après l’avoir observé deux secondes en train de remettre des grillades à cuire, elle se penche et vive comme l’éclair, dépose un baiser sur sa joue, avant de filer sans demander son reste. Elle croise Anton sur le chemin de la table et lui confie le plat en le sommant de faire tourner, évidemment, et précisant que d’autres grillades arrivent. Quant à elle, elle se dirige vers la cuisine pour récupérer toutes les sauces disponibles et lorsqu’elle revient, tous se sont installés à table, et elle a le plaisir apercevoir Jessica en train de prendre la place libre à côté de Nate. Ou d’échanger de place, plus précisément. Quelle garce. Elle serre les dents, puis elle entend son prénom et voit Otto, installé à côté de Bernie, qui lui fait signe de prendre la place libre à sa droite. Daisy se débarrasse des sauces en les disposant au centre de la table, et son regard erre jusqu’à Nate qui est assis assez loin d’elle. Les grillades sont servies, les paquets de chips sont rapidement vidés, et tour à tour, les garçons se lèvent pour s’occuper du barbecue. Puis, le verre de Daisy lui arrive sous le nez, rempli de rhum. Elle relève les yeux, et tend son verre dans la direction de Nate, en le remerciant en silence puis détournant le regard en voyant la blonde rire aux éclats au point de poser sa tête sur l’épaule du pompier. « Tu sais, elle a aucune chance, laisse-la faire. » dit Otto sans la regarder, en arrosant sa viande de sauce burger. « Tiens Doudou ! » et il tend son bras pour passer la sauce à Kimia. Daisy sourit en regardant ce spectacle et en savourant les paroles d’Otto, et n’ajoute rien, sauf lorsque Bernie se penche un peu en avant pour commenter la beauté du jardin de Nate.
Le repas est ponctué par les éclats de rire, les grandes gueules autour de la table s’en donnant à cœur joie pour mettre de l’ambiance. Daisy sirote son verre, tout en discutant avec les personnes qui l’entourent, et remarquant les regards protecteurs de Vincent à son égard qui passe une ou deux fois près d’elle, en s’assurant qu’elle va bien et qu’elle passe une bonne soirée. Il faudra qu’elle lui demande plus tard pourquoi Bea n’est pas venue. Les personnes invitées se dispersent dans le jardin, reviennent à table, vont se servir à boire… Et c’est ainsi que Jessica se retrouve dans le cercle de filles qui s’est constitué en bout de table, passant leur temps à papoter, rire, écoutant les bêtises qu’Ashley prend plaisir à raconter. « Oh, mon dieu, il faut que j’arrête de boire, je vais avoir mal à la tête demain. » se lamente Bernie en reposant son verre presque vide. « Ne le regarde pas avec cet air triste ! » dit Ashley en lui donnant une tape sur la cuisse. « Et il n’y a qu’une chambre d’amis, ici, les filles ! » rétorque Jessica en sirotant sa bière, puis elle pose son regard sur Daisy, comme si elle attendait une réaction mais la brune s’efforce de rester impassible en terminant son énième verre de rhum. « Tu dors ici, Daisy ? » Elle plisse légèrement les yeux, puis avec un sourire elle ajoute. « Oui, avec Nate, donc tu peux prendre la chambre d’amis, pas de problème. » Ashley pouffe dans son verre, à la limite de cracher sa gorgée, alors que Kimia ne retient pas son rire en pressant l’épaule de DeeDee qui reste armée d’un calme olympien face à la mine un peu déconfite de miss Dracula. Soudain, elle aperçoit deux mains masculines autour des épaules de Kimia, et relève la tête pour voir Otto, qui est tout sourire. « J’ai rien entendu. » dit-il avant de partir après avoir déposé un bisou sur les cheveux de sa belle. Là, c’est trop la honte, et c’est au tour de Daisy de pouffer dans son verre, avant de regarder dans la direction de Nate : direction que prend Otto. Oh non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Brady
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2016
MESSAGES : 681

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Dim 25 Mar - 18:07

Jalousie. Je parle clairement de ça quand je constate la mauvaise humeur de Daisy lorsqu’il s’agit de Jessica. Je dis vrai, ça me plaît qu’elle soit jalouse, tant que ça ne la pousse pas à faire machine arrière avec moi. «Je ne suis pas… » Je me contente de sourire en coin quand elle commence sa phrase sans la terminer. «Je n’aime pas l’être. » Ah ! Voyez, elle est jalouse. Mon sourire s’agrandit alors, et je lui confie que je n’ai pas revu Jessica depuis le gala, si jamais cela peut la rassurer. Je n’en avais pas l’intention, ce que j’ai dit au gala en quittant la blonde n’était que pure politesse. Je me demande si elle m’a imaginé avec Jessica sur la plage… Quand comprendra-t-elle qu’il n’y a qu’elle dans ma vie ? Des Daisy partout, voilà ce à quoi est réduit mon quotidien. Et depuis qu’elle a refusé mon baiser et m’a ensuite redonné espoir, je peux vous dire que ça me travaille. Beaucoup. C’est devenu obsessionnel. Et j’ose espérer que ce soir, il se passera quelque chose… Peut-être qu’avec l’alcool qui désinhibe un peu… Nous pourrions être tous les deux sur la même longueur d’onde, cette fois ?

Et cela n’a rien à voir avec le fait que Lopez et Ashley ont parié sur ce soir pour une éventuelle mise en couple de Daisy et moi, même si je serais ravi de leur donner raison et de leur rapporter un peu d’argent. La discussion tourne autour des paris, justement. «Combien pour ce soir ? » demande Daisy à Lopez, d’un air amusé. Cela me surprend un peu, je dois avouer. Puis elle vient me glisser quelques mots à l’oreille, sans pour autant me regarder. «J’espère que tu ne vas pas croire que je ne suis motivée que par l’argent... Je te jure que je réfléchis à chaque fois que j’ouvre la bouche quand tu es à côté de moi. » Cela m’arrache un petit rire. « Il est trop tard, je sais que tu es vénale, opportuniste et manipulatrice, inutile d’essayer de me faire croire le contraire ! » Evidemment je n’en pense pas un mot, puisque Daisy est parfaite. Si, si ! Et la conversation commence à vraiment me faire rire quand Ashley intervient. C’est une petite rigolote, Ashley, je ne comprends pas pourquoi elle était toujours célibataire depuis tout ce temps. En tout cas ça a fait le bonheur de Jake et nous en sommes ravis, Daisy et moi ! Elle dit que nous sommes « à la bourre » par rapport à eux et cela me fait sourire en haussant les épaules. Mais l’intervention de Daisy vient me surprendre un peu plus. «A la bourre, à la bourre… J’ai déjà rencontré ses parents. » Mon sourire victorieux, je ne peux pas le cacher. Je croise le regard d’Ashley dans lequel je peux lire qu’elle est plutôt fière de Daisy sur ce coup. « Mes parents qui d’ailleurs l’adorent ! » je tiens à préciser. « Voyez, c’est déjà dans la poche, avec beau-papa et belle-maman ! » je continue pour rentrer dans leur jeu, en ne plaisantant qu’à moitié. Mais peut-être que c’est trop, alors je décide de me défiler vers le barbecue et tel un chevalier, je viens sauver ma princesse en détresse. Enfin j’imagine que cette conversation va finir par la mettre mal à l’aise, alors avant que cela n’arrive, je kidnappe Daisy. Et je tiens à la rassurer à nouveau, pour ne pas que toute cette conversation lui mette la pression par rapport à sa décision sur le fait que oui ou non elle fera un jour de moi le plus heureux des hommes. «Tu sais que je ne sais jamais quoi répondre, à part te remercier, quand tu m’expliques tout ça ? » Elle ponctue d’un soupir alors que je l’observe, sous son charme constant. «Alors merci, pour ta patience, et tes attentions à mon égard. C’est… Ca fait du bien. » Un sourire empreint de tendresse vient faire briller mon regard. « Ne me remercie pas, je n’ai aucun contrôle là-dessus, en réalité », j’avoue un peu gêné. Mon instinct me dicte d’être toujours aux petits soins avec elle, et je crois que je suis si amoureux que je pourrais attendre la fin des temps qu’elle veuille bien m’accorder un baiser. Je suis fou-tu ! Otto a raison. Et ça, depuis le premier jour… « J’aimerais pouvoir faire encore plus… Ca m’aiderait si je pouvais lire dans tes pensées, je pense… » Je pourrais ainsi arrêter de la brusquer, pas comme quand j’ai tenté de l’embrasser. Ca a dû la mettre dans l’embarras, j’ai noté que c’était un peu différent entre nous pour la suite de la soirée de gala, comme une barrière invisible entre nous.
Je lui demande de s’occuper du plat et des sauces, pour mettre un terme à ce sujet qui pourrait encore la mettre dans l’embarras. Décidément… Je lui demande ce qu’elle boit pour lui resservir un verre avant qu’elle n’aille s’occuper du plat et des sauces, et elle me répond de sa jolie voix douce. Je termine de poser les nouvelles grillades sur le barbecue et sans prévenir, je sens son contact sur ma joue, réveillant tout mon corps. Cela m’arrache un sourire et je n’ai pas le temps de lui demander en quel honneur j’ai droit à ce baiser qu’elle prend déjà le chemin de la grande table.
Je la regarde s’éloigner de moi, plongé dans mes pensées, alors que mon sourire s’efface et que mes inquiétudes pour elle et pour nous prennent le dessus. Parfois j’ai l’impression qu’elle et moi, c’est vraiment sur le point d’arriver, et puis il y a cette petite angoisse qui vient m’envahir et qui me serre le cœur, celle qui me dit que non, qu’encore une fois je vais souffrir, parce que je suis amoureux de la femme qui ne voudra jamais tenter avec moi, pour X raisons. Je crois que le fait qu’elle m’ait rejeté au gala m’a vraiment perturbé. Je soupire profondément tout en me retournant vers le barbecue pour fermer le couvercle. Je me dirige à mon tour vers la table, j’ai le temps de voir Daisy entrer dans la cuisine, au loin. Lopez me donne une bouteille de bière fraiche, et je m’installe sur le côté, face à la cuisine pour regarder Daisy revenir. Et je garde une place à côté de moi, au cas où. Je lui ferai signe quand elle reviendra avec les sauces. Lopez m’interpelle et j’échange quelques blagues avec lui, me faisait manquer le retour de Daisy parmi nous, les bras chargés de sauces, et surtout l’arrivée de Jessica que je n’ai pu empêcher. Je me sens à nouveau pris au piège par la blonde qui prend la place que j’avais réservée à Daisy. « La place est… » je commence à lui dire, mais elle me coupe la parole. « Libre ? Parfait ! » Elle m’envoie un grand sourire qui ne m’incite pas à faire de même. « Ecoute Nate, je suis désolée si je suis un peu trop… entreprenante » s’excuse-t-elle, ce qui me surprend mais par la même occasion éveille toute ma curiosité. « Je t’ai toujours bien aimé, tu le sais ça ? » Je la regarde, essayant de savoir si elle veut vraiment que je réponde à sa question ou c’est purement rhétorique. Elle hausse les épaules, comme si elle était résiliée. « Je vois bien que tu n’as d’yeux que pour elle » dit-elle en regardant en face de nous. Je suis son regard et tombe sur Daisy, assise à côté d’Otto, qui vient de détourner ses yeux de nous. « Mais je n’abandonnerai jamais. Je serai toujours là pour toi » finit-elle en posant sa main sur la mienne. Sa « déclaration » me laisse perplexe. Est-ce qu’elle est sérieuse et qu’elle est en train de s’ouvrir franchement à moi, laissant tomber les barrières de la fille cool, marrante et insouciante, ou bien est-ce une tactique ? Le fait qu’elle se soit adoucie, parce qu’elle sent que c’est ce qui m’attire en partie chez Daisy. Sa délicatesse, sa fragilité aussi. En guise de réponse, je lui envoie un léger sourire et je ne lui demande pas de partir de la place qu’elle s’est octroyée. De toute façon Daisy est maintenant installée, et loin de moi malheureusement. Le seul avantage étant que j’ai une vue imprenable sur elle et que durant le repas, je ne m’interdis absolument pas de la scruter. Je me relève un instant pour aller me chercher une bière au frigo, et lorsque je ferme celui-ci, je tombe nez à nez avec Ashley qui ne me quitte pas du regard, les bras croisés. Je lève un sourcil circonspect, tentant de lire ce qui peut bien se passer dans sa tête. «Oui ? » je demande en manquant un peu d’assurance, je m’en rends compte en m’entendant parler. « Tu te fiches de moi, là ?! Je peux savoir pourquoi Deedee n’est pas à côté de toi à table ? » Sa question m’arrache un petit rire. J’ouvre ma bière et je repense alors que j’ai oublié de redonner du rhum à ma dulcinée. « Il n’y avait plus de place pour qu’elle vienne se mettre à côté de moi. » Ashley s’accoude à l’îlot central. « Ben oui, parce que cette pét… enfin la blonde… s’est précipitée sur la seule place libre à côté de toi. Et tu n’as pas vu la tête de Daisy quand elle a vu ça. Je te laisse imaginer… » Je regarde Ash, l’air sérieux. « Elle n’a rien à craindre, Jess ne m’intéresse pas, et elle le sait » je l’informe, puisque j’en ai déjà parlé à Daisy. « Et moi je sais que Deedee aurait aimé passer la soirée avec toi, pas à te regarder rigoler et te faire tripoter par Jessica ! » Elle prononce son nom de façon sèche, ce qui m’amuse, en réalité. « Et tu veux que je fasse quoi ? J’ai autant envie d’être avec elle, tu sais, si ce n’est plus » J’entends de l’amertume dans mon ton et Ashley l’a remarqué aussi, au vu de ses sourcils froncés. « Mais… je ne dois pas brusquer les choses, je l’ai bien compris, je… » Je m’interromps quelques secondes, concentré sur le souvenir de ce baiser raté qui me hante plus que de raison. « Je dois la laisser venir, aussi… Je ne veux pas qu’elle ressente la moindre pression de ma part, même si… » Je soupire longuement, sentant la fameuse angoisse refaire surface. « … J’ai tellement envie d’être avec elle, ça m’obsède. Tellement que ça me fait peur, tu sais, Ash. Elle pourrait ne jamais être prêtre, elle pourrait me rejeter encore une fois… elle pourrait me laisser tomber… Et si je ne la méritais pas ? » Ouh laaaa… Je me rends compte que je me laisse un peu trop aller et je tente de prendre du recul en m’entendant parler. Ashley se met à rire, de son rire un peu moqueur. « Oh bon sang Nate, mais t’es complètement accro ! » Je détourne le regard, me contentant de verser le rhum dans un nouveau gobelet. « Je te charrie, pardon. Mais c’est vraiment trop mignon !!! » Sa voix s’adoucit sur la fin et elle pose sa main sur mon bras. « Hey, t’inquiète pas pour ça, je la connais ma Deedee, et personne d’autre ne t’arrivera jamais à la cheville, à ses yeux. Je suis désolée que tu te sois senti rejeté, elle m’a vaguement parlé de ça… » Je la regarde pour savoir si elle dit vrai. J’imagine qu’entre filles, elles ont dû bien papoter. « Mais ça ne doit pas t’empêcher de retenter un jour… tu pourrais être surpris, tu sais… » Un sourire vient ensoleiller son visage alors qu’elle regarde la bouteille de rhum. « Et même que ça… » dit-elle en pointant la bouteille du doigt, « ça pourrait bien faire pencher la balance en ta faveur… Je dis ça, je dis rien ! » Sa remarque me fait rire alors que je tiens la bouteille encore en l’air. Elle secoue la tête de façon affirmative en plissant le nez. « Oui oui, tu peux en ajouter encore un peu dans le verre » Son regard est malicieux et je rigole, amusé par sa façon de faire. « Toi, t’as envie de gagner ton pari, ce soir ! » je réponds en reversant un peu du liquide dans le verre. On ne sait jamais, Ashley a peut-être raison. « Mais ça n’a rien à voir avec ça ! » s’insurge-t-elle alors. « Non mais sérieusement, je vous ship depuis le début, alors me fais pas ce coup-là, n’abandonne pas, et fonce ! Va chercher ta Daisy ! Et si ! Tu la mérites ! Et elle aussi ! Vous êtes trop parfaits l’un pour l’autre, j’ai VRAIMENT hâte que ça arrive. » Moi aussi. Tellement hâte… Anton arrive à ce moment-là dans la cuisine, pour lui aussi se resservir en bière. « Bah alors, vous tentez de faire une contre-soirée dans la cuisine, vous deux ? » Après avoir refermé la porte du frigo, il se pose en face d’Ashley, la scrutant comme un affamé. « Salut, on se connait pas encore… » J’éclate de rire. Ce mec est trop chaud, mais il ferait mieux de s’occuper de Jessica, ça m’enlèverait une épine du pied. « T’es chaud bouillant, mec ! Laisse tomber, elle est déjà prise », je l’informe alors qu’Ashley soutient son regard en souriant. « T’as des potes vraiment intéressants, Nate… » répond-elle avec un sourire en coin. Je suis surpris qu’elle ose rentrer dans ce petit jeu. « Je m’appelle Anton » répond l’autre en lui tendant la main, qu’elle serre immédiatement. « Ashley… » Je contemple la scène, n’en croyant pas mes yeux. « Euuuh… Ash, je dois appeler Jake, peut-être ? » la rappelant à l’ordre. Elle rompt le contact visuel avec Anton pour enfin le poser sur moi. « Non, t’inquiète pas. Mais ça ne coûte rien de se rincer l’œil… » Elle envoie un clin d’œil à Anton avant de partir de la cuisine.  Ah j’y crois pas. « Je viens de rencontrer la femme de ma vie, je crois ! » fait Anton, un peu hébété, fixant la porte fenêtre d’où Ashley vient de disparaître. J’éclate franchement de rire. « Mais arrête tes conneries, vieux ! C’est la copine d’un de mes hommes, et la collègue de Daisy. » Il rit à son tour et ouvre sa bouteille. « En parlant d’elle, c’est sérieux entre vous alors ? Vince n’en parle jamais, ou rarement. Putain, j’aurais jamais pensé que toi et elle… vous termineriez ensemble. » J’ai un geste de recul. « Pourquoi pas ? » je demande illico. Anton entrechoque sa bouteille à la mienne avant de boire une longue gorgée. « Je pensais pas qu’elle était du genre à fréquenter un pote de son frère, vu qu’elle m’a toujours gentiment repoussé. » Je suis partagé entre la jalousie qu’il ait tenté quoi que ce soit avec Daisy et la gloire d’être celui qui a retenu l’attention de celle-ci. « Et puis toi, Brady, le coureur de jupons, casé ? Je crois que personne n’arrive à y croire ! » Je rigole, un peu d’accord avec ce qu’il dit. « On est pas ensemble. Enfin pas encore… mais… » « C’est une nana géniale, Deedee. Surtout prends soin d’elle. Je t’envie un peu, tu sais ! » Un nouveau rire éclate de ma part. « Je croyais que tu venais de rencontrer la femme de ta vie à l’instant ? » Anton éclate de rire. « Ah oui, c’est vrai, j’avais déjà oublié ! » Nous rigolons tous les deux et je lui demande d’apporter le verre à Daisy alors que nous sortons et reprenons nos places autour de la table. Jessica termine de me raconter l’histoire que j’ai volontairement coupée en allant à la cuisine à l’instant. Je ne l’écoute qu’à peine, concentré sur Daisy qui vient de recevoir son verre rempli de rhum. Elle lève son verre dans ma direction, nous échangeons un sourire alors que je lève ma bouteille pour « trinquer » à distance avec elle, et c’est le rire peu discret de Jessica qui me fait rompre le contact avec ma dulcinée. Je regarde la blonde, incapable de rire à son histoire que j’ai à peine écoutée. Et elle vient poser sa tête contre mon épaule. Je m’empêche de reculer et je lève les yeux sur Daisy que je vois à nouveau détourner son regard de nous. Je croise le regard d’Otto avec qui j’échange un signe entendu, et je le vois parler à Daisy tout en arrosant sa viande de sauce. Il tend l’assiette à Kimia avec son regard tout doux. Cette scène me fait sourire, ils sont tellement tendres l’un envers l’autre. Je les envie tellement… C’est ça que je voudrais avec Daisy. Est-ce qu’un jour ça marchera ?
Le repas continue, et l’ambiance est vraiment détendue. Les gens occupent l’espace et font comme chez eux, ce que j’apprécie. Je ne compte plus les fois où j’observe Daisy en douce. Je guette le bon moment pour venir m’installer auprès d’elle, mais je remarque qu’elles sont entre filles, désormais. Ashley l’a rejointe. Avec mes potes de surf, on parle des dernières compétitions du championnat et c’est passionnant, alors j’oublie un peu ce que peuvent bien faire les nanas. Otto finit par nous rejoindre et c’est en relevant la tête sur son visage que j’ai l’impression qu’il a quelque chose à me dire, s’empêchant de sourire. « Y a un souci ? » je lui demande alors qu’Anton et Vince ont un débat sur Kelly Slater et Mick Fanning pour savoir qui est le plus talentueux des deux. Otto me fait signe de m’éloigner des gars pour me parler à part, alors je le suis, intéressé par ce qu’il a à me révéler. Il se met à sourire et à siffler avant de prendre la parole. « Daisy est aussi chaude que le barbecue, là ! » m’annonce-t-il tout content. Je regarde les filles derrière nous, Daisy nous jette un regard et s’empresse de le détourner à nouveau, se cachant dans son verre. « Quoi ? » je demande à Otto comme si j’avais mal entendu. Ca ne ressemble pas à Daisy ça. Jess, je veux bien, elle m’a tripoté – ou a essayé – durant tout le repas. « Elle a pas vu que j’étais derrière elle, mais Daisy a dit à Jess qu’elle dormirait avec toi ce soir, mon p’tit veinard, et que Jess pouvait prendre la chambre d’ami ». Mes sourcils sont froncés au maximum en tentant d’imaginer la conversation entre les filles, et dans le même temps, mes lèvres s’étirent en un sourire. Je jette un nouveau regard vers Daisy qui se met à rire avec Ashley, suivies par Kimia et Bernie. Jess, elle, n’est pas du tout dans le mouvement. Elle se lève même de la chaise et vient dans notre direction. Oh merde. Je regarde à nouveau Otto. « T’es sûr de ça ? Je crois qu’elle a trop bu, pour dire quelque chose comme ça… » J’aimerais pourtant qu’il dise vrai, mais j’ai du mal à imaginer Daisy faire ça, elle qui deux semaines plus tôt refusait que je l’embrasse. Ce serait un sacré retournement de situation. Et si elle a trop bu, je ne peux m’autoriser à profiter de la situation, ce ne serait pas bien. « Je pense qu’elle est désinhibée, oui » me répond-il en rigolant. Et comme je l’ai craint, Jessica est à présent à côté de nous et elle passe son bras dans le bas de mon dos, se collant à moi. « Nate, tu peux me montrer ta collection de planches ? » me demande-t-elle d’une voix sensuelle. Je la regarde intrigué, cherchant à savoir pourquoi soudainement elle a envie de voir ma collection de planches. Au loin, je remarque que Daisy nous observe. « T’es sûre que ce sont mes planches que tu veux voir, Jess ? » je demande franchement. Elle me sourit et remonte sa main pour la passer dans ma nuque. « J’aimerais voir bien plus, c’est vrai, mais on peut commencer par tes planches… » Je soupire, gonflant mon torse à bloc avant de relâcher la pression. « Jess… Tu es en train de te ridiculiser, là… Arrête. Vraiment, arrête… Tu me fais de la peine… » « A moi aussi, un peu, je dois avouer » surenchérit Otto. Jessica nous regarde et reste silencieuse. Elle finit par baisser les yeux et je ne sais pas pourquoi, mais à cet instant, elle me fait réellement de la peine. Comme si je venais de lui briser le cœur ou je ne sais quoi. Je déteste faire du mal, mais que puis-je faire d’autre pour qu’elle comprenne ? Jessica est loin de n’avoir que des défauts, et elle est un être humain qui ressent toutes sortes de peine, comme tout le monde. « Qui veut faire un match de foot ? » j’annonce alors tout haut, histoire de couper court à ce moment de malaise. « Wouhouuuu ! » se met à hurler Ashley en se levant d’un bon, brandissant son verre en l’air. « Filles contre mecs ? » ajoute-t-elle. Je la vois qui prend Daisy par le bras pour l’inciter à se lever et à participer. Les gars sont super partants et très rapidement, les équipes se forment. « On va vous écraser !! » annonce Ashley, remontée comme jamais, ce qui fait mourir de rire son petit-ami. Je reprends ma place de quarterback, comme au bon vieux temps, et le match commence. Les passes fusent, les courses s’étirent d’un bout à l’autre de mon jardin, les chutes commencent. Quelques minutes après avoir commencé, mon équipe marque le premier touchdown. Tout le monde est un peu alcoolisé, c’est moins facile d’avancer dans le match. Et lorsque je relance la balle, cette fois, Lopez bouscule Daisy en rattrapant le ballon, ce qui la fait tomber par terre. Lopez file vers la zone d’enbut et je me précipite vers ma jolie brune pour la relever. Je me penche, tendant mes mains. « Ca va ? Tu ne t’es pas fait mal ? » je demande, vraiment concerné par son bien-être. Une fois debout, je ne peux m’empêcher de rester planté devant elle, mon regard dans le sien, ce qui fait battre mon cœur plus que de raison. Je n’ai pas eu l’occasion d’être près d’elle durant la soirée, et ça m’a manqué. J’entends les cris de mes coéquipiers alors qu’on vient de marquer le deuxième touchdown, mais rien ne me perturbe. Je remarque qu’une brindille de bois s’est nichée dans ses cheveux, alors d’un geste, je la lui retire, en profitant pour caresser ses cheveux brièvement. Puis je me sens un peu gêné, alors je baisse les yeux pour regarder mon gazon, et je souris. « On… on devrait reprendre. » Ashley débarque à côté de nous. « Deedee ! Te laisse pas déconcentrer, c’est une ruse ! Allez, les filles, on va les dégommer ! » Je me mets à rire, Ashley est tellement drôle et gonflée à bloc.

Le match se termine et comme prévu, les filles ont perdu. Mais ça va, elles ne sont pas mauvaises perdantes. Quoique… Ashley aurait vraiment aimé nous battre, je crois. Jake la console alors je pense qu’elle se calmera rapidement. Je me réinstalle à table, reprenant ma bière au passage. Et Otto et Kimia se mettent à côté, Jake et Ashley de l’autre. Et encore une fois, plus de place pour Daisy qui est partie se resservir à boire dans la cuisine. Je ressens un pincement au cœur et je cherche une chaise libre de l’autre côté de la table pour aller la chercher et la ramener près de la mienne, mais Daisy réapparait déjà sur la terrasse. Est-ce que comme tout à l’heure, elle va prendre la chaise libre de l’autre côté de la table ? J’en ai marre d’être séparé d’elle, j’aimerais passer ma soirée en sa compagnie plus que n’importe qui d’autre, à vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 1159

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Dim 15 Avr - 17:43



« Ne me remercie pas, je n’ai aucun contrôle là-dessus, en réalité. J’aimerais pouvoir faire encore plus… Ca m’aiderait si je pouvais lire dans tes pensées, je pense… » L’honnêteté dont il fait preuve dans chacune de ses réponses est quelque chose qui la touche particulièrement. Peu importe s’il se dévoile ou non, il dit exactement ce qu’il pense, et pour Daisy, c’est un sacré avantage. Elle sait qu’elle-même est incapable de laisser entrevoir plus que nécessaire, pour l’instant, et savoir qu’il le fait sans attendre qu’elle le fasse obligatoirement en retour, ça lui retire une épine du pied. Elle le regarde avec un brin d’amusement lorsqu’il évoque le fait de lire dans ses pensées. A vrai dire, s’il pouvait lire dans ses pensées… Elle se sentirait un peu gênée. Et lui, sûrement rassuré. Mais elle n’est pas encore prête à lui laisser savoir tout ce à quoi elle pense, la façon dont elle le perçoit… Elle lui donne une idée de ce qu’elle peut ressentir pour lui, sans pour autant s’afficher clairement. Parce qu’elle n’a jamais fait ainsi, et ce ne serait pas elle. Cependant, cette fois-ci, elle ne résiste pas à l’envie de déposer un baiser sur sa joue, furtivement, juste avant de prendre la poudre d’escampette, armée des viandes grillées et s’apprêtant à aller chercher les sauces, pour pouvoir ensuite passer à table avec tout ce petit monde.
Une boule naît au creux de son ventre lorsqu’elle voit Jess se rapprocher de Nate alors qu’elle s’est installée à côté de lui. Daisy regarde la blonde qui parle, parle, parle… Et se rapproche physiquement d’une façon qui ne lui plaît pas le moins du monde. C’est même une rage sourde qui reprend possession d’elle, tandis que la jalousie la consume sur place. Elle n’aime pas l’être, comme elle lui a dit plus tôt dans la soirée. Et pourtant… Elle ne peut s’en empêcher maintenant, en le voyant près d’elle. Elle évite de laisser son regard traîner dans cette direction, et en profite pour discuter davantage avec ses voisins de table, et siroter son rhum, vidant son verre sûrement un peu trop vite. Mais peu importe, ça la détend alors qu’elle doit supporter le spectacle qui se joue devant elle, à table. Puis les filles se retrouvent en petit comité, et pile quand Jessica commence à la chercher, Daisy décide de ne pas y aller par quatre chemins. Tant pis si Nate n’est pas au courant, c’est un tout petit mensonge. Et si ce qu’il lui a dit plus tôt au sujet de cette fille est vrai, alors il ne devrait pas la contredire devant elle. Avec un peu de chance, et de jugeote, pense-t-elle. Cependant, elle n’a pas prévu que ses paroles soient entendues par des oreilles indiscrètes, masculines et alliées de Nate. Otto… Au moment où elle le voit se diriger vers Nate, ses espoirs partent en fumée : c’est sûr, il va lui répéter. Elle détourne le visage en se mordant les lèvres, observée par ses amies qui gloussent, ou éclatent de rire, comme Ashley, qui a du mal à s’en remettre. « Attends, attends, je veux voir la tête de Nate… » dit Kimia en se penchant un peu, voyant son compagnon jouer les messagers. Daisy regarderait presque la scène comme elle regarde un film d’horreur : une main devant les yeux, avec un léger écart entre les doigts. Mais elle se retient, et se contente de regarder ailleurs dès que le regard de Nate se tourne de son côté. Est-ce qu’il va venir lui toucher deux mots suite à ça ? Qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir lui répondre ? Que c’était simplement pour clouer le bec à l’autre ? Est-il nécessaire de dire qu’il y a bien une petite part de vérité là-dedans, qui trahirait ses envies secrètes ? Elle soupire et s’arrête net en voyant Jessica quitter sa chaise et prendre la même direction qu’Otto. « Mais c’est pas vrai ! » s’offusque-t-elle en la voyant se déhancher jusqu’à Nate. « Elle commence sérieusement à me taper sur le système, cette dinde ! » Bernie se cache derrière sa main pour rire en silence, alors qu’Ashley se penche en avant sur le ton de la confidence. « C’est avec elle qu’il.. ? » Le regard noir de Daisy sert de réponse avant qu’elle ne laisse échapper une sorte de ronchonnement incompréhensible. « Qui veut faire un match de foot ? » Daisy relève le visage en regardant dans la direction d’où provient la voix, et son attention est détournée par sa collègue qui se lève d’un bond en donnant sa première condition concernant les équipes. DeeDee reste assise dans sa chaise, à la limite de bouder la proposition, mais pas pour très longtemps puisque Ashley tire sur son bras pour la mettre sur ses deux pieds. « Rappelle-toi : tous les coups sont permis pour gagner ! » - « Dommage que l’autre soit dans notre équipe alors… » Ash lui donne un coup d’épaule amusé avant de courir vers Jake pour lui mettre une tape sur son postérieur. Les filles se mettent en place, face aux garçons qui ont l’air beaucoup mieux organisés. Kimia est restée sur le côté, avec son ventre rond, hors de question de la laisser entrer sur le terrain improvisé. Daisy retrouve le sourire alors qu’elle saute sur le dos de son frère qui essaie de rattraper le ballon, dans un éclat de rire, tandis que Vince lui hurle dessus pour qu’elle le lâche. Puis, elle court sur un bout de terrain suivant le mouvement du ballon et alors qu’il arrive près d’elle, elle se fait chasser par Lopez et finit par faire une galipette sur le gazon. « Ca va ? Tu ne t’es pas fait mal ? » Deux mains sont tendues devant elle, dont elle se saisit instantanément, en reprenant son souffle, le sourire aux lèvres. « Non, c’est une grosse brute, mais ça va ! Rien de cassé ! » dit-elle sur un ton un peu trop enthousiaste. La tête lui tourne un peu, merci l’alcool, tandis qu’elle pose une main sur l’avant-bras de Nate pour se stabiliser un peu mieux alors que d’une main, il retire quelque chose de ses cheveux. Elle l’observe sans gêne, et remarque qu’il baisse les yeux : pour une fois que c’est lui, pense-t-elle au fond d’elle, satisfaite, et éméchée…
« On… on devrait reprendre. » Elle n’a pas le temps de répondre qu’Ashley intervient pour interrompre l’échange. « Deedee ! Te laisse pas déconcentrer, c’est une ruse ! Allez, les filles, on va les dégommer ! » - « C’est vrai ça, c’est une ruse ?! » demande-t-elle en s’éloignant de Nate, tout sourire, trottinant pieds nus dans la pelouse en rejoignant ses rangs. Le match se poursuit jusqu’à ce que la défaite des filles soit reconnue, après quelques échanges musclés entre Ashley et Lopez qui se traitent mutuellement de tricheurs.
Essoufflée, Daisy quitte la pelouse en se dirigeant vers la cuisine pour se munir d’un nouveau verre. Versant doucement le liquide ambré, Daisy s’arrête un instant, le temps de regarder les silhouettes présentes dans le jardin, se regrouper autour de la table. Son regard analyse ce qui se passe, et quand il se pose sur le profil de Nate, elle fronce un instant les sourcils, sentant un frisson au creux de son ventre. Elle quitte cette vision, et termine de se servir un nouveau verre, avant de finalement ouvrir le frigo pour en retirer une bière. Pour son pompier. D’un pas qu’elle sent assuré, sans le vouloir, ses longues jambes la guident jusqu’à la table, dont elle fait le tour en observant la disposition des chaises : évidemment aucune place libre aux côtés de Nate. Elle est prête à faire demi-tour pour se trouver une chaise libre quand un semblant de courage sorti de nulle part s’empare d’elle. Daisy se glisse entre la chaise de Nate et celle de son voisin, légèrement décalée, et s’adresse à celui dont ils fêtent l’anniversaire ce soir. Après avoir pris une légère inspiration, elle s’annonce : « La place est libre ? » demande-t-elle en désignant de son menton, ses cuisses. Elle ne peut s’empêcher de sourire en voyant la mine surprise de Nate –au fond elle se surprend elle-même à cet instant. Il s’écarte un peu de la table, et sans se presser, elle s’installe sur lui, ressentant immédiatement la chaleur que dégage le corps de Nate. Des regards se posent sur eux, elle le sait, elle s’en doute, et certains la brûleraient même, mais qu’importe. Elle n’a d’yeux que pour lui en cet instant, son visage tourné uniquement vers le sien, qu’elle scrute avidement, un léger sourire flottant sur ses lèvres. « Oh, tiens. » dit-elle en lui tendant la bière fraîche qu’elle avait récupérée juste avant. Son verre de rhum à la main, elle daigne décrocher son regard de Nate, qu’elle observait attentivement, dans ses mimiques et ses réactions, pour le poser sur les personnes alentours. Elle croise le regard surpris mais encourageant d’Ashley qui a relevé son visage de l’épaule de Jake. Daisy sent les bras de Nate l’entourer, comme une barrière protectrice. Elle préfère éviter de le regarder pour l’instant, bien que l’alcool lui dise le contraire. Son cœur bat un peu trop vite, elle attend qu’il veuille bien se calmer un peu pour oser croiser son regard à nouveau. Assise tout contre lui, lui semble à cet instant si naturel. Tout la rassure : sa prise sur elle, la carrure contre laquelle elle s’appuie, la chaleur qui émane de lui. « Ca ne t’embête pas ? » finit-elle par lui demander, comme si elle a besoin de savoir qu’elle se trouve bien à sa place, maintenant. Un sourire un peu gêné étire ses lèvres, alors qu’elle baisse le regard, intimidé par celui qui se trouve en face d’elle. Elle sent que l’alcool fait ses effets, alors qu’elle ressent le besoin de nicher son visage dans le creux de son cou, mais se retient de le faire. Au lieu de ça, elle se redresse légèrement, et soupire silencieusement, en essayant maintenant d’accorder son attention à ceux qui les entourent. C’est là qu’elle croise le regard de Vincent, qui reste insondable à cet instant. Les Green échangent un long regard, et elle imagine qu’il ne peut pas s’empêcher de s’inquiéter à son sujet. Elle ne peut pas lui en vouloir, pas après ce dont il a été témoin. « Hein Daisy ? » La brune détourne le visage dans la direction d’où provient la voix en fronçant légèrement les sourcils. « De quoi tu parles ? » demande-t-elle à Ashley qui la regarde avec un petit sourire moqueur. « Du calendrier ! Je pensais qu’on aurait pu offrir un calendrier à Nate pour son anniversaire, et en bonus les quelques clichés supplémentaires de toi. » Daisy entrouvre la bouche de surprise, avant de pouffer de rire en pensant auxdits clichés et tourner son visage vers le pompier. « Non, non, non, ça.. Ce n’est pas une bonne idée. Et de toute façon, c’est moi qui ai toutes les photos, donc.. D’ailleurs Jake, si tu veux décorer ton casier à la caserne, tu me le dis. Ashley aime tellement poser devant l’objectif que tu pourrais en faire de la tapisserie. » finit-elle par répondre sur le ton de la taquinerie. Jake regarde Ashley avec des idées derrière la tête, en lui volant un baiser au passage. « On reste en contact, Daisy ! » lui répond-il finalement avec un clin d’œil. Deedee trempe ses lèvres dans son verre, puis sentant un regard posé sur elle, elle tourne la tête vers Nate, qui l’observe. Elle sent le bout de ses doigts caresser la peau de son ventre dans l’espace entre son t-shirt et le haut de son short, et une vague de frissons la submerge alors que son corps semble irradier à ce contact. Elle a chaud tout à coup, mais ne s’écarte pas pour autant. Pour rien au monde elle ne laisserait cette place libre ce soir. Surtout pas depuis que la blonde s’est installée à son tour à table, de l’autre côté, et elle n’en doute pas, elle doit attendre la moindre occasion pour grappiller du terrain sur Nate. Aux yeux de Daisy, elle a suffisamment été proche de lui au cours de la soirée ; à présent, c’est terminé. Elle pose ses marques du mieux qu’elle peut, un peu maladroitement. Nate a détourné le regard, car il a été interpellé par Lopez qui lui raconte une blague, et quand il se met à sourire, Daisy sent son cœur fondre au creux de sa poitrine. Elle glisse son bras autour des épaules de Nate, lui offrant une meilleure posture, et la rapprochant un peu plus de lui, d’ailleurs. Puis, elle entend une voix familière au loin et tourne son visage, regardant par-dessus l’épaule de Nate. Ah, Caroline et Jon ! Et tous deux les bras chargés. Elle regarde Nate, un peu troublée par cette toute nouvelle proximité qui règne entre eux, puis lui dit : « Ta cousine est arrivée les bras chargés ! Et accompagnée… » Un petit sourire naît sur ses lèvres, alors qu’elle n’a plus la possibilité de rétablir une sorte de distance de sécurité avec lui, et doit simplement s’habituer à cela, à le voir à moins de trente centimètres d’elle. Elle apporte son verre à ses lèvres, et en boit une toute petite gorgée. Maintenant qu’elle est là, elle ose à peine boire davantage, sentant qu’elle est arrivée là où elle souhaitait être. Et que boire plus pourrait engendrer… Des situations gênantes. DeeDee jette un coup d’œil alentours, puis quand elle constate que les gens discutent entre eux à cet instant, et qu’il y a peu de chance pour qu’ils soient interrompus, sa décision est prise en une seconde, il faut qu’elle précise un truc. Alors, sur un ton bas, dans la confidence, elle glisse à Nate : « Otto t’a dit quelque chose ? » Avant même qu’il ne réponde quoi que ce soit, elle sait qu’il sait ; elle le voit à ce minuscule sourire qui perce sur son visage. « Je ne voulais pas m’inviter, m’imposer comme ça, tu sais que ce n’est pas ma façon d’être. C’est jute que… Je voulais qu’elle arrête. Et j’ai pensé, que peut-être si je finissais par être plus claire.. peut-être qu’elle agirait en conséquence. » finit-elle par confier d’un air coupable, mais fronçant les sourcils, laissant apparaître sa contrariété aussi. Un bref frisson la parcourt et elle croise ses jambes pour conserver un peu plus de chaleur. La soirée est bien avancée et un léger vent vient rafraîchir l’ambiance. La chair de poule vient recouvrir la peau de Daisy et elle sent instantanément une main sur sa cuisse, qui transmet de la chaleur. Et alors, la voilà incapable de dire si les frissons qu’elle ressent à présent sont dus au changement de températures ou tout simplement au contact de Nate sur sa peau nue. Ses yeux se posent sur sa main installée sur sa cuisse, et un bête sourire illumine son visage en voyant cela. Sans rien calculer, le bout de ses doigts caressent la nuque de Nate, et elle sent comme une tension qui grimpe en lui, voyant son attitude varier un peu, comme s’il était tout à coup tendu, alors elle arrête un instant son geste, jusqu’au moment où elle comprend qu’il la questionne du regard, alors elle reprend doucement ses petites caresses. Puis, Caroline entre dans son champ de vision, alors qu’elle vient saluer la tablée, armée de gâteaux, dont un qui est posé devant Nate, bougies allumées. Elle comprend qu’il va falloir qu’elle se trouve une vraie chaise pour le laisser faire, mais au moment où elle tente de se lever, elle sent les bras de Nate rester fermés sur elle, l’empêchant d’essayer de prendre la fuite. « Je te préviens, je ne soufflerai pas les bougies ! » lui glisse-t-elle sur un ton taquin, alors qu’elle savoure cette proximité qui se poursuit. DeeDee est bien mieux sur ses genoux que sur une chaise, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Brady
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2016
MESSAGES : 681

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Dim 15 Avr - 21:46

J’attends que Daisy se relève, avec l’aide de mes mains tendues vers elle. Elle m’envoie un sacré sourire qui fait un peu chavirer mon cœur, je l’avoue. « Non, c’est une grosse brute, mais ça va ! Rien de cassé ! » me répond-elle sur un ton plein d’enthousiasme alors qu’elle se met sur ses deux pieds, cependant elle se tient à moi, comme si elle était prête à tomber, ce qui m’inquiète un peu. Elle a peut-être trop bu, déjà ? « Encore heureux qu’il ne t’a pas fait mal. Tu sais, sinon, je peux toujours le mettre de corvée de nettoyage après-demain », je lui réponds en lui lançant un clin d’œil. J’ai les pleins pouvoirs à la caserne et il m’arrive d’en profiter, oui. Et pour les beaux yeux de ma Deedee, rien n’est impossible. Sauf que je fais moins le malin quelques secondes plus tard, lorsque je me retrouve troublé par la présence de ma belle en face de moi. Je n’ai pas eu le temps de m’habituer à sa présence, ce soir, étant donné que nous sommes séparés depuis le début de la soirée. Alors je termine les yeux dans le gazon, intimidé, à admettre qu’on devrait reprendre le jeu, histoire de couper court à cette gêne qui m’a subitement envahi. Ashley intervient avant que Daisy ne puisse répondre quoi que ce soit, et quelque part, ça me sauve un peu. Mais la jolie brune rebondit sur ce qu’elle dit. « C’est vrai ça, c’est une ruse ?! » Je regarde Deedee s’éloigner, tout sourire, et me revoilà hypnotisé. C’est elle qui ruse, elle a trop de pouvoir sur moi et elle est clairement mon talon d’Achille sur ce terrain. J’ai du mal à me remettre dans le match, mais de toute façon il ne dure pas éternellement, et l’équipe des garçons l’emporte haut la main. Je ne cache pas mon hilarité lorsqu’Ashley et Lopez échangent quelques accusations envers l’autre. Franchement, ces deux-là, ils sont trop. Il faudrait les inventer s’ils n’existaient pas.

Je rejoins la table sur la terrasse, prenant ma bière tiède dans les mains pour en boire une gorgée, ce qui me fait grimacer légèrement, mais je vais quand même la terminer, histoire de ne pas gâcher. Je m’inquiète un peu en voyant les chaises autour de moi se remplir les unes après les autres, ce qui ne laisse évidemment pas de place à Daisy quand elle reviendra par ici. J’ignore où elle se trouve, dans la cuisine ou au petit coin, mais elle n’est pas là et encore une fois, je parie qu’elle finira de l’autre côté de la table, loin de moi. Ca me donne le cœur lourd rien que d’y penser. Quand je la vois réapparaître en face de moi, dans l’embrasure de la porte fenêtre, je sens mon cœur reprendre vie et nos regards ne se lâchent pas. Et c’est lentement mais sûrement que je la vois venir vers moi. Alors je me dis qu’il faut absolument que je lui trouve une chaise pour la mettre à côté de la mienne, ou je lui laisse la mienne. Et la jolie brune termine son petit bout de chemin à ma droite, entre la chaise d’Otto et la mienne. Mon visage s’élève pour la contempler et sans pouvoir m’en empêcher, je lui souris. « La place est libre ? » demande-t-elle en désignant de son menton mes cuisses. La surprise me saisit aussitôt, moi qui étais prêt à me lever pour lui laisser ma chaise et aller en chercher une autre pour l’installer ici. Mon sourire s’agrandit alors que je m’écarte légèrement de la table, faisant grincer les pieds de la chaise sur le sol pour dégager la place et l’offrir généreusement à ma dulcinée. « Pour toi, oui, toujours… » Lorsque son postérieur vient toucher mes cuisses, je sens mes muscles se contracter. Je suis tellement surpris qu’il me faut un peu de temps encore pour que mon corps s’habitue. Et pourtant, quel plaisir de la sentir sur moi ! Nos regards ne se lâchent plus et je sens mon palpitant s’emballer un peu. La présence de Daisy d’aussi près me chamboule un peu et lorsque mes yeux se posent malencontreusement sur ses lèvres, je retiens mon souffle, des pensées fugaces traversant mon esprit. Bon sang, cette femme m’a complètement envoûté et cet instant est le plus beau cadeau que j’aie reçu ce soir pour mon anniversaire. « Oh, tiens. » me dit-elle en me tendant une bière fraîche. « Et en plus tu m’apportes à boire. N’est-elle pas merveilleuse ? » je demande à mes amis autour de nous qui n’ont pas raté une seule miette de tout ce qui vient de se passer. Otto rigole légèrement mais ne répond rien. Jake n’ose rien dire, ne connaissant pas encore suffisamment Daisy, je suppose. J’observe cependant un échange de regards entre ma Deedee et Ashley et cette dernière a l’air d’encourager ma douce, ce qui m’arrache un sourire de plus. Maintenant que tout est en place, je peux enfin me relaxer et spontanément, je viens enrouler mes bras autour de la taille de la belle infirmière pour la tenir contre moi. Quel bonheur de pouvoir faire ça, je vous assure, je me sens tellement bien quand nos deux corps sont scellés, comme si j’étais complet, enfin. Je me sens serein et en sécurité. Et le parfum que dégage Daisy termine l’envoûtement. Je voudrais que cet instant ne s’arrête jamais. « Ca ne t’embête pas ? » me demande-t-elle alors, ce qui me fait froncer les sourcils. Comment peut-elle penser que cela m’embête ? Je la regarde, dévorant chaque trait de son visage, et Daisy baisse les yeux comme si elle était gênée. Tout doucement, je lui réponds. « Pas le moins du monde, bien au contraire… Et tu aurais même dû venir bien plus tôt. » Mes lèvres s’étirent alors que mes yeux ne montrent que douceur et amour. Mon cœur s’emballe à nouveau et je sens des picotements dans la chair de mes lèvres. Elles ont envie de trouver la peau soyeuse et veloutée de Daisy et je résiste. Je la presse simplement un peu plus contre moi, et des frissons viennent parcourir mon échine alors que mes mains, instantanément, viennent frôler sa peau dans de douces caresses. J’ai la sensation d’être dans une bulle, rien que Daisy et moi. J’en oublie les gens autour de nous et c’est très plaisant. L’alcool ingurgité ce soir commence à m’affecter un peu, à amplifier cette sensation de flotter sur un petit nuage de bonheur. « C’est fou ce que vous allez bien ensemble ! » remarque Ashley en nous envoyant un petit sourire malicieux. « N’est-ce pas ?! » je surenchéris volontiers en souriant, pas peu fier d’avoir ma douce sur les genoux. Mais pas de réaction de Daisy qui a les yeux rivés au loin. Je regarde dans la même direction et je constate qu’elle communique à distance avec son frère qui affiche une mine indescriptible. D’un coup, un soupçon de peur refait surface alors que j’imagine lire dans les pensées de Vince. Evidemment, il ne doit pas être d’accord que je sorte avec sa petite sœur, surtout comment le sujet avait été introduit à sa connaissance lors de notre session de surf avec Otto et Derek. En repensant à ce souvenir, je me sens à nouveau mal. Et pourtant, Vince devrait se rassurer, parce que Daisy, je ne compte lui faire aucun mal, bien au contraire. Je souhaite la protéger et l’aimer comme elle mérite d’être aimée. Avec passion et sincérité. C’est déjà le cas, d’ailleurs. Je suis amoureux de cette femme depuis la première seconde où nos regards se sont croisés. « Oh Deedee, je viens de penser à un truc ! On a le cadeau parfait pour Nate pour son anniversaire, et on n’y a même pas pensé ! » continue Ashley. Mais toujours pas de réaction de la jolie brune, alors Ashley insiste, et moi je suis intrigué. « Hein Daisy ? » Ca y est, Deedee revient parmi nous. « De quoi tu parles ? » demande-t-elle alors à son amie. « Du calendrier ! Je pensais qu’on aurait pu offrir un calendrier à Nate pour son anniversaire, et en bonus les quelques clichés supplémentaires de toi. » Je me redresse, soudainement intéressé. « Mais quelle bonne idée ! » je réponds aussitôt, en repensant aux photos que j’avais trouvées sur la table dans la salle de pause des infirmières à l’hôpital lorsque j’étais venu déjeuner avec Daisy. Cette dernière se met à rire avant de me regarder. « Non, non, non, ça... Ce n’est pas une bonne idée. Et de toute façon, c’est moi qui ai toutes les photos, donc... D’ailleurs Jake, si tu veux décorer ton casier à la caserne, tu me le dis. Ashley aime tellement poser devant l’objectif que tu pourrais en faire de la tapisserie. » J’éclate de rire à la remarque de ma belle. J’imagine tellement Ashley faire le mannequin. Je n’ai pas eu l’occasion de regarder tous les clichés, mais ceux d’Ashley m’intéressent aussi. Et quand je regarde Jake, je sais très bien ce qu’il se passe dans sa tête. « On reste en contact, Daisy ! » lui répond-il avec un clin d’œil, ce qui me fait rire. « Hé mais c’est même pas son anniversaire ! » je proteste pour plaisanter. « J’exige mon calendrier et mes clichés bonus… Maintenant que vous en avez parlé devant moi, c’est cruel de ne pas me les offrir, vous savez ! » Petit regard de Chaton Potté et le tour est peut-être joué. Je bois quelques gorgées de ma bière fraîche, lâchant à contrecœur la taille de Daisy. J’en profite pour observer mes invités qui sont tous de très bonne humeur et je suis heureux de constater que tout le monde s’est bien mélangé. J’entends les rires de certains et des bribes de conversations d’autres. Puis je termine par observer ma princesse. Mes yeux suivent la ligne que dessinent ses cheveux, encadrant son visage à la perfection. Ils s’attardent sur le creux de son cou où un jour, je l’espère, je pourrai y poser mes lèvres. Je commence à compter les taches de rousseur éparpillées sur son nez et ses pommettes et je souris bêtement, contemplant la beauté de Daisy. Je la regarde boire tranquillement et maintenant que ma main n’est plus froide d’avoir attrapé la bière fraîche, je la repositionne sur sa taille. Son top me laisse libre une parcelle de peau que mes doigts s’empressent d’aller visiter. En moi, une douce chaleur commence à envahir mon corps et le désir monte graduellement. Je sais que je vais devoir le stopper à un moment donné, mais la tentation est trop grande. Avec douceur, mes doigts découvrent cette peau qu’ils ont eu tant envie de parcourir.
Lopez vient interrompre ce moment d’intimité entre Daisy et moi et me voilà à présent concentré sur lui et sur la blague qu’il est en train de me raconter. Forcément, je me mets à sourire, même à rire. Lopez a les meilleures blagues de la caserne, sans comparaison possible. Et mon rire est interrompu par Daisy qui récupère mon intérêt en mettant son bras autour de mes épaules. J’ai l’impression d’être dans un cocon tout moelleux et tout chaud et je resserre l’étreinte de mes bras autour d’elle, la rapprochant encore un peu plus de moi. Je l’observe toujours, sous le charme de sa beauté et de sa douceur et là, je ne résiste plus, je laisse un baiser sur le haut de son épaule dénudée, goûtant sa peau. Je me retiens d’enfouir mon visage dans le creux de son cou, mais ça me démange. Beaucoup. « Ca valait le coup d’attendre… » je murmure à Daisy en cherchant son regard. Le mien est pétillant et tendre, et mon cœur s’emballe comme il le fait toujours lorsque je la laisse entrevoir ce que je peux ressentir pour elle.  « Ta cousine est arrivée les bras chargés ! Et accompagnée… » me dit-elle alors. Je tourne la tête pour tenter de l’apercevoir. J’imagine qu’elle est avec Jon, si elle est accompagnée. Mais pour le moment, je ne les vois pas. « Ca va bientôt être l’heure du gâteau alors. Bon, ils sont ensemble ou pas ? Elle ne veut rien me dire, mais toi, tu sais peut-être ? » je demande, curieux, avant que ma cousine et Jon ne débarquent. Peut-être que cette proximité physique entre Daisy et moi lui déliera la langue…
Quelques secondes plus tard, Daisy reprend la parole et sa question me tire un nouveau sourire. « Otto t’a dit quelque chose ? » J’imagine qu’elle fait référence au fait d’avoir dit à Jessica qu’elle dormirait avec moi ce soir. Mon regard s’illumine en imaginant la scène et je pense que Daisy peut lire le désir au fond de mes yeux. « Je ne voulais pas m’inviter, m’imposer comme ça, tu sais que ce n’est pas ma façon d’être. C’est jute que… » N’en aurait-elle pas envie, tout de même, au fond d’elle-même ? Tout comme j’en meurs d’envie, surtout quand je l’ai déjà dans mes bras, quand nos deux corps sont scellés comme ils le sont actuellement. Je la laisse cependant continuer ce qu’elle a à me dire. « Je voulais qu’elle arrête. Et j’ai pensé, que peut-être si je finissais par être plus claire... peut-être qu’elle agirait en conséquence. » termine-t-elle, les sourcils froncés. J’essaie de comprendre le message derrière ces mots. Par « être plus claire », me signifie-t-elle là qu’elle a vraiment l’intention de finir dans mon lit ce soir ? Ou ce n’est vraiment qu’un pieux mensonge qu’elle a raconté à Jessica pour qu’elle lâche l’affaire ? Me voilà perdu et je pense que Daisy peut voir la réflexion dans mon esprit s’afficher sur mes traits. « J’ai pensé que tu avais trop bu, au départ, pour dire quelque chose comme ça. Mais peut-être qu’il y a un fond de vérité ? » je m’aventure à demander. « Tu as bien fait de poser des limites à Jessica. Tu sais, c’est pas une mauvaise fille, elle est vraiment sympa, quand il n’y a pas de « compétition » comme la vôtre. Je suis vraiment désolé que ça se passe comme ça… Mais tu sais que tu n’as rien à craindre, Deedee. Il ne se passera jamais plus rien entre elle et moi. Avec personne d’autre, d’ailleurs. C’est avec toi que j’ai envie d’être. Et seulement toi. » Mon cœur s’est emballé puissance mille et je resserre encore un peu plus l’étreinte autour d’elle, me relevant un peu pour me blottir contre elle. Mes lèvres viennent déposer un nouveau baiser, sur sa tempe, cette fois, et je la regarde avec tendresse et envie. Je la sens frissonner au creux de mes bras, et lorsque je pose mes yeux sur ses cuisses, je les vois recouvertes de chair de poule. Je laisse alors glisser ma main jusqu’à recouvrir sa peau de la largeur de ma paume, la caressant au passage, et je souris. « Je peux te prêter un autre de mes sweats, si tu veux. Mais à un moment donné, soit il va falloir que tu me les rendes, soit tu vas devoir m’en offrir des nouveaux… » je la taquine, en repensant au sweat que je lui avais prêté lors de son anniversaire chez moi et qu’elle a gardé depuis. Je me suis toujours demandé si elle l’avait gardé exprès, pour secrètement profiter de mon odeur sur ce sweat. Ca me plairait beaucoup de savoir ça. Mais peut-être que je me fais des idées et ce ne sont que mes fantasmes qui parlent. Et alors que je pense à ça, je sens les doigts de ma belle caresser ma nuque. A mon tour d’avoir des frissons, mais ceux-là ne sont aucunement dus à la fraicheur de cette soirée d’automne. Mes doigts s’arrêtent de caresser sa peau car je me concentre sur les sensations de plaisir que me procurent les doigts de Daisy. J’en ferme même les yeux, un léger sourire sur mes lèvres. Je lâche un long soupir de satisfaction et j’en redemande en la regardant fixement mais toujours avec tendresse. Et elle reprend ses mouvements qui provoquent à nouveau une vague de frissons le long de ma colonne vertébrale.  C’est un gâteau posé devant moi qui vient interrompre ce moment parfait. Quel dommage… Et pourtant, j’en avais envie, de ce gâteau. Mais les petites caresses de Daisy valent tellement plus. Et l’arrivée de ce gâteau fait fuir Daisy que je sens s’agiter sur mes cuisses. Je m’empresse de la retenir, il est hors de question qu’elle s’en aille, on est trop bien comme on est, gâteau ou pas gâteau. « Je te préviens, je ne soufflerai pas les bougies ! » me dit-elle pour plaisanter, ce qui me fait sourire. « Pour que tu me voles mon vœu ? Hors de question ! » je réponds tout aussi taquin. Mais si ça se trouve, on ferait le même vœu. Et pourquoi pas ?
J’entends ma cousine commencer à chanter le fameux « happy birthday » et tout le monde se met à chanter en chœur. Je suis heureux, j’ai rarement été aussi heureux, d’ailleurs. Daisy sur mes genoux, mes amis, les êtres que j’aime le plus, réunis autour de moi, tous ici pour moi, c’est simplement génial. Seule Charlie manque à l’appel, mais je sais qu’elle pense à moi, à l’autre bout du pays. Et mes parents ne sont pas là non plus, mais je les vois demain midi pour le déjeuner. Un week-end parfait. Il ne manque plus que mon vœu à exaucer et ce sera la véritable mélodie du bonheur. Quand la chanson s’achève, je ferme les yeux, me concentrant sur ce que je veux exaucer, et je souffle sur la flamme pour l’éteindre. La fumée résiduelle s’élève au-dessus du gâteau et tout le monde applaudit alors que je souris à la tablée. Mes yeux se posent sur ma Daisy à qui je souris particulièrement. Elle est mon unique vœu, j’ai souhaité qu’elle vienne remplir ma vie de bonheur pour le restant de mes jours. Elle le fait déjà, même s’il y a des hauts et des bas, mais sa présence dans ma vie lui a donné un nouveau sens. « Merci d’être là », je lui dis avec une grande sincérité, plongeant mon regard profondément dans le sien, avant de l’embrasser à nouveau sur la joue avec délicatesse. Puis je me retourne pour voir ma chère cousine qui se penche pour m’embrasser. Je lui claque un gros bisou sur sa joue et je la remercie pour le gâteau. Je suis heureux de la voir. Jon est derrière elle et je lui tends la main pour le saluer également. « Installez-vous, je vais couper le gâteau ». Caroline va chercher le tas d’assiettes en carton dans la cuisine et m’assiste ensuite pour dispatcher les parts autour de la tablée. Daisy, elle, tient l’assiette le temps que je serve. J’aime tellement avoir ma cousine et ma dulcinée autour de moi, il n’y a que comme ça que je me sens réellement bien, entouré par l’amour. Je suis tout heureux, je le ressens, et je n’arrive pas à m’arrêter de sourire. En plus, le gâteau a l’air super bon.

La soirée va bon train, Daisy est restée sur mes genoux, nos deux corps enlacés comme avant. Je lui ai même donné quelques morceaux de gâteau à la fourchette, j’ai adoré ces petits moments qui donnent l’impression qu’on est déjà ensemble elle et moi. Bon sang, j’ai tellement envie de ça, je sais que je dois être patient, mais j’aimerais enfin pouvoir réaliser tous mes rêves et toutes mes envies avec elle. C’est une lutte de chaque instant de ne pas me jeter sur elle et l’embrasser avec passion, de ne pas partir à la découverte de son corps tout entier, de ne pas lui dire que je l’aime. Ces trois petits mots qui me font si peur se bousculent souvent jusqu’à mes lèvres, mais je les ravale, et je m’apaise. J’ai ouvert tous mes cadeaux, j’ai été vraiment gâté par mes proches. Puis Anton a fini par choper l’une de mes guitares et à chanter quelques tubes. Jessica est à présent à ses côtés et elle pousse aussi la chansonnette. Elle, elle a pris mon ukulélé. Il nous manque le feu de camp et l’océan, en fait, pour le tableau parfait. Daisy est affalée sur moi, sa tête lovée dans le creux de mon cou, nos deux visages collés l’un contre l’autre, et nous regardons le concert improvisé. Nos mains se sont trouvées naturellement, nos doigts entrelacés, et cela fait de très longues minutes que nous nous trouvons ainsi, et je me sens bien. Plus que bien. Je n’ai pas envie que ce moment se termine, je voudrais que Daisy reste, ce soir. Qu’elle reste dormir avec moi, ne serait-ce que pour se faire des câlins, comme maintenant. J’ai peur du moment où son corps devra s’éloigner du mien, laissant derrière lui un grand vide et un grand froid. En pensant à ça, je resserre à nouveau mes bras autour d’elle, humant son parfum à pleins poumons. Je presse mon visage contre le sien et je lui dépose encore un baiser. Je n’arrive plus à me retenir et j’ai décidé de me laisser aller. A quoi bon lutter, de toute manière ? Tout est clair sur mes intentions, et ce soir, les siennes sont devenues très claires également. Ce n’est qu’une question de temps. Il n’y a plus aucun doute sur un « nous » possible. Ca arrivera, mais je ne sais quand. Je me dis alors que dans la semaine qui arrive, il sera temps de l’inviter officiellement pour un rencard. J’ai toujours le dîner que ma mère a acheté pour nous lors du gala. Et puis normalement, vendredi, je fais le concert dans le bar de Marcus. Ce serait une soirée idéale, je pense. Et je pourrai lui chanter la chanson que j’ai écrite pour elle, témoignant des sentiments que j’éprouve à son égard. Elle pourrait être le point d’orgue du début de notre bonheur partagé tous les deux. Je ne sais pas, peut-être suis-je simplement en train de fantasmer.
Je vois Bernie qui se lève, invitant Phil à faire de même. Elle s’approche de moi avec un sourire gentil. « Nate, il est l’heure pour nous de rentrer, j’ai vraiment été contente de te revoir et de partager ce moment avec toi. Merci de nous avoir invités, nous avons passé une excellente soirée ! Tes amis sont tous aussi formidables que toi ! » Je suis déçu qu’elle parte déjà. J’aimerais pouvoir me lever pour la prendre dans mes bras en guise d’au revoir, et,  comme si Daisy lisait dans mes pensées, elle se redresse et se met sur ses pieds. Alors je me lève pour donner une longue accolade à Bernie tout en la remerciant pour sa présence et son cadeau. « Avec plaisir, Nate, mon patient préféré ! Mais cela reste toujours entre nous, n’est-ce pas ?! » Elle me lance un clin d’œil et je mime de fermer ma bouche avec un zip. « Daisy, on te ramène ou tu es encore en pleine forme, toi, pour rester plus longtemps ? Comme il était prévu qu’on te ramène chez toi… » Mon cœur s’accélère d’un seul coup et je me tourne vers la jolie infirmière, enfouissant mes mains dans les poches de mon jean. Je me sens tout penaud, d’attendre sa réponse, sa sentence plutôt. Mon corps la réclame déjà alors que le couperet tombe. Je suis déçu, mais je lui lance tout de même un sourire, teinté de tristesse. Une petite voix en moi me dit de ne garder que le positif de cette soirée, et ce rapprochement qui est arrivé entre nous. Je dois m’accrocher à ça et je sais que cette nuit, je vais souvent y repenser. Et je sais déjà que je sentirai cette boule de douleur au fond des tripes en sachant que ma moitié n’est pas là, près de moi. Je sens déjà la douleur monter alors que nous marchons vers le portillon du jardin qui mène à l’allée pour sortir de la propriété. « Merci d’être venus, ça m’a fait plaisir de te rencontrer, Phil, tu as une femme exceptionnelle ! » je dis poliment au couple qui prend déjà le chemin de l’allée. Phil confirme mes dires et il vient déposer un baiser sur la joue de son épouse, ce qui me fait sourire avec tendresse. Et voilà, il ne reste plus que Daisy au portillon, et je déteste déjà ce moment, celui où je dois lui dire au revoir. Elle va me manquer, plus que d’habitude. Elle me laisse ce soir un goût d’inachevé. «Je te rapporterai tes plats demain, si tu veux », je lui annonce pour combler le silence gêné qui commençait à s’installer. « Merci d’être venue, merci pour le cadeau. » Je me tais quelques secondes avant d’ajouter le reste. « Merci pour… tout. C’était vraiment très agréable ce soir quand on… enfin quand on était à table » je dis un peu embarrassé en pointant la table du pouce, jetant un œil là-bas. Et même si c’était furtif, j’ai remarqué les regards des curieux, dont celui d’Ashley. Je me sens encore plus gêné d’être épié. « Bon allez, je ne te retiens pas davantage, Bernie va finir par partir sans toi sinon » je plaisante pour tenter de me détendre. Si seulement Daisy pouvait entendre le cri de mon cœur qui lui hurle de ne pas partir, de rester avec moi ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 1159

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Lun 7 Mai - 20:22



« Hé mais c’est même pas son anniversaire ! J’exige mon calendrier et mes clichés bonus… Maintenant que vous en avez parlé devant moi, c’est cruel de ne pas me les offrir, vous savez ! » Daisy fait les gros yeux à Ashley, de sorte que celle-ci n’en rajoute pas. Vincent est là, les oreilles bien aiguisées, et ce n’est pas la peine de l’encourager à s’inquiéter davantage en apprenant des trucs qui sont innocents et pour la bonne cause, à la base ! Sa concentration est troublée lorsqu’elle sent les doigts de Nate glisser sous son t-shirt. Pour autant, elle ne lui accorde pas un regard, préférant faire comme si de rien n’était, comme si tout était normal. Et ça l’est, non ? Finalement, ça rentre dans la logique de tout ce qui se passe entre eux. Et c’est aussi pour cela qu’au creux d’elle, une envie que les mains de Nate explorent plus que quelques centimètres carrés naît doucement. Un léger sourire gêné perce sur ses lèvres à cette idée, tandis qu’il semble plongé dans les blagues racontées par son collègue. Sous une légère pulsion, DeeDee décide de glisser ses bras autour du pompier, de sorte à être encore plus proche de lui. Et, instinctivement il semble vouloir en faire de même alors qu’elle sent son emprise s’affirmer encore sur elle. Juste avant de le voir approcher plus, et sentir ses lèvres contre sa peau. Elle sent son ventre se contracter, et une vague de chaleur l’embaumer. « Ca valait le coup d’attendre… » Daisy se mord la lèvre comme une adolescente, alors qu’elle ne décèle que de la douceur dans son regard, ce qui la fait complètement fondre sur place. Son regard capte un mouvement, et elle reconnaît Caroline et Jon qui arrivent, elle en fait alors part à Nate, récupérant un peu de contenance au passage, alors qu’elle est à moitié foutue, déjà. « Ca va bientôt être l’heure du gâteau alors. Bon, ils sont ensemble ou pas ? Elle ne veut rien me dire, mais toi, tu sais peut-être ? » Un sourire amusé et malicieux se glissent sur les lèvres de la brune qui ne sait pas si elle doit lui dire ou le laisser mijoter. Elle le scrute un peu, puis hausse les épaules en restant silencieuse, avant de finalement glisser un « Pas encore. » sur un ton énigmatique. Il n’en saura pas plus pour l’instant ! Si c’est pour embêter Caro ensuite, elle ne veut pas être mêlée à cela. Elles sont toutes les deux dans le même cas, à y aller doucement mais sûrement. Et si leurs espérances sont bonnes, tout devrait bien se passer, non ?
Remarquant que les conversations vont bon train dans tous les coins de la table, elle souhaite éclaircir un point, peut-être un brin sensible : sa technique de dissuasion, sous couvert de vérité inavouable. A la première interrogation, elle arrive à savoir qu’il sait très bien de quoi il en retourne. Bon… « J’ai pensé que tu avais trop bu, au départ, pour dire quelque chose comme ça. Mais peut-être qu’il y a un fond de vérité ? » Elle déglutit un peu difficilement, comme prise au piège, et tout doucement elle hausse les épaules, laissant planer le doute et surtout, avouant à demi-mots que le fond de vérité est bien là. « Tu as bien fait de poser des limites à Jessica. Tu sais, c’est pas une mauvaise fille, elle est vraiment sympa, quand il n’y a pas de « compétition » comme la vôtre. Je suis vraiment désolé que ça se passe comme ça… Mais tu sais que tu n’as rien à craindre, Deedee. Il ne se passera jamais plus rien entre elle et moi. Avec personne d’autre, d’ailleurs. C’est avec toi que j’ai envie d’être. Et seulement toi. » Le début de sa phrase la ferait presque soupirer mais elle se retient. A l’heure actuelle, elle n’en a strictement rien à faire qu’elle soit sympa ou qu’elle aurait pu être une bonne copine, ou peu importe ! Elle l’a vue en pleine action, essayer de s’octroyer toute l’attention du pompier et ça lui suffit. Surtout si elle pense au fait qu’ils ont déjà eu une certaine intimité tous les deux. Il en fait d’ailleurs mention, et elle le regarde avec un soupçon de méfiance, avant d’être étonnée par ses propos qui semblent être tout ce qu’il y a de plus sincère. Alors, un sentiment de réconfort l’envahit et elle décide de ne garder que cela. Sans pour autant changer d’avis sur Jessica. Pour autant, elle ne sait pas quoi lui répondre et le laisse simplement la serrer plus fort contre lui avant d’apprécier le baiser qu’il lui laisse sur sa tempe. La petite brise s’est levée et elle ressent les effets sur elle, maintenant qu’elle est envahie de légers frissons. Nate s’en aperçoit, et la chaleur de sa main sur sa cuisse crée un contraste autant par la température que par les sensations ressenties. « Je peux te prêter un autre de mes sweats, si tu veux. Mais à un moment donné, soit il va falloir que tu me les rendes, soit tu vas devoir m’en offrir des nouveaux… » Elle sourit avec amusement et ses doigts se mettent à caresser la nuque de Nate, qui était à sa portée. « Je pourrais au moins garder l’autre, non ? » demande-t-elle plus ou moins sérieusement, l’ayant volontairement oublié chez elle depuis des semaines. « Ca va aller, enfin ça va mieux déjà. » Elle sent effectivement la chaleur l’envahir doucement et agréablement depuis quelques secondes, mais la cause reste encore à déterminer. Daisy savoure l’instant, jusqu’au moment où le gâteau arrive comme un signal et elle pense devoir changer de place, ce que Nate rétorque par une meilleure prise sur elle qui la dissuade d’aller ailleurs. Caroline lance les premiers mots de Happy Birthday et est suivie par toute la tablée qui l’entonne joyeusement. A la fin, les bougies sont soufflées et Daisy résiste à l’envie d’appuyer la tête de Nate sur le gâteau, comme elle avait l’habitude de le faire lorsque ses frères soufflaient leurs propres bougies. Mais là, elle n’ose pas, et trop de gens seraient déçus de voir le gâteau appétissant totalement écrasé. Il se tourne alors vers elle, la remerciant d’être présente, avant de déposer un baiser sur sa joue, tandis que sous l’instinct, elle caresse du bout des doigts celle de Nate. Puis elle le regarde s’affairer à découper le gâteau, l’assistant un peu pour faire tourner les assiettes autour de la table afin que chacun puisse se régaler.

La soirée se poursuit, les cadeaux ont été offerts, le gâteau a été terminé, et Daisy est toujours lovée contre son pompier. Elle se fiche de Jessica qui a décidé de se lier à Anton pour un duo musical, ou des regards de son grand frère qui s’assure que tout va bien de son côté. Elle apprécie juste cet instant où se retrouver aux côtés d’un homme ne l’effraie pas. Quand sa garde s’est abaissée et qu’elle peut enfin profiter d’un moment comme celui-ci sans imaginer quelque chose de négatif. DeeDee veut juste prendre cet instant comme il vient, et en garder un bon souvenir. Créer quelque chose avec lui, et le conserver précieusement. Sa main liée à celle de Nate, elle caresse doucement sa peau du bout de ses doigts, profitant de la proximité nouvelle entre eux pour s’imprégner de son odeur. De son autre main, elle effleure son avant-bras, son bras, qu’elle a toujours souhaité voir autour d’elle. Elle se sent bien, ici, maintenant. Même la vision de Jessica qui fait la belle avec son ukulélé entre les mains ne lui retire pas un brin de bonheur. Lorsque le visage de Nate se relève, Daisy tourne le visage et voit Bernie, debout. Il est déjà l’heure de rentrer.. ? Elle se redresse difficilement et se remet sur ses pieds, frottant ses bras de ses mains pour se redonner un peu de chaleur alors qu’elle est privée de celle du pompier. Elle écoute silencieusement Bernie, qui le remercie de l’invitation pour cette soirée. Elle regarde secrètement Nate, jusqu’au moment où sa collègue l’interpelle et la fait quitter son observation. « Daisy, on te ramène ou tu es encore en pleine forme, toi, pour rester plus longtemps ? Comme il était prévu qu’on te ramène chez toi… » Elle se mord la joue, tordant ses doigts doucement, en ne sachant plus quoi répondre à cet instant. Elle sait qu’elle sera raisonnable, et elle soupire à l’idée de le prononcer tout haut. « Je rentre avec vous. » dit-elle d’abord en s’adressant à Bernie avant de tourner son visage vers Nate, pour ajouter : « Le travail, demain… » Daisy se sent mal tout à coup, pleine de tristesse en ayant conscience de briser un moment presque féérique entre eux. Mais, ils en auront d’autres, non ? Elle essaie de se rassurer comme elle le peut. Daisy suit le couple et Nate, regardant ses épaules au creux desquelles elle se sentait si bien il y a quelques minutes. Une envie de faire machine arrière sur sa décision la saisit un instant, avant de se remémorer la présence de son frère. Il insisterait sûrement pour la ramener lui-même chez elle. Elle soupire pour elle-même alors qu’ils arrivent au portillon, là où la fête se termine pour elle. Daisy reste silencieuse et de côté, tandis que Nate salue une dernière fois le couple, puis lorsque son regard se pose sur elle, elle prend une profonde inspiration en se plaçant en face de lui. « Je te rapporterai tes plats demain, si tu veux. » Elle fronce un instant les sourcils.. Ah oui, les plats. « Ca ne presse pas, tu sais. » dit-elle sur un ton penaud. En fait, elle s’en fiche complètement de ses plats. « Merci d’être venue, merci pour le cadeau. Merci pour… tout. C’était vraiment très agréable ce soir quand on… enfin quand on était à table. » Un faible sourire s’inscrit sur son visage, avant de se transformer en un sourire plus sincère mais gêné cette fois. « Oui, oui, c’était très.. agréable. » confirme-t-elle maladroitement, en déplaçant son poids d’une jambe sur l’autre, sans savoir quoi ajouter d’autre, alors qu’elle aimerait gagner du temps avant de partir. « Bon allez, je ne te retiens pas davantage, Bernie va finir par partir sans toi sinon. » Elle détourne son regard pour le poser sur Bernie et Phil qui arrivent à la voiture, prêts à ouvrir les portières. Daisy fronce les sourcils et porte un doigt à ses lèvres qu’elle mordille, tandis qu’une forme d’anxiété monte en elle.
Elle baisse le visage vers le sol, sentant une pointe de panique l’envahir à l’idée de quitter la soirée tant que cette fille, Jessica, est toujours là. Daisy relève son visage et sonde le regard de Nate un court instant avant de prendre une inspiration pour parler : « Ne fais rien de stupide, d’accord ? » Son air soucieux trahit ses pensées, sûrement, mais elle a réellement besoin de s’assurer qu’il l’attendra. Qu’il n’ira pas une fois encore trouver du réconfort dans les bras de la surfeuse. Pas maintenant… Ses yeux clairs le détaillent, alors qu’une envie folle naît dans son esprit, lui coupant un instant sa respiration, lorsque l’idée lui paraît plus nette. Réalisable. Bonne ? Sans réfléchir davantage, écoutant seulement ses envies et son cœur, elle se rapproche dangereusement de lui, relevant son visage vers le sien. Et sans demander son accord, pleine d’hésitation, elle pose ses lèvres sur les siennes, d’abord doucement, puis sentant Nate répondre par une pression supplémentaire contre ses lèvres, elle se colle davantage à lui, glissant ses mains autour de son visage, dans sa nuque, appuyant son baiser, laissant son souffle saccadé s’échapper contre sa bouche. Une chaleur monte en elle, venant faire rosir ses joues, faire trembler légèrement ses mains, dont la prise se fait moins sûre, alors qu’elle sent Nate l’attirer contre lui. Elle se laisse guider quelques instants, savourant chacun des baisers échangés, comme si rien d’autre n’avait d’importance. Elle aime le goût de ses lèvres, la caresse de celles-ci sur les siennes, la douceur qui émane de lui et toute la passion qui grimpe en elle. Un « Yeeeaaaah ! » éclate au fond du jardin : c’est Ashley qui laisse exploser sa joie. Et par la même occasion les interrompt alors que Daisy commence à rire doucement, suivie par Nate. Elle soupire, ses yeux peinant à le regarder à présent, son cœur battant à toute allure, sous l’émotion. « Je devrais y aller… » finit-elle par souffler, en posant cette fois ses deux mains sur son torse, comme pour instaurer une distance de sécurité, afin de ne pas être à nouveau tentée de fondre sur ses lèvres, mais également comme pour ne pas le quitter à présent. Pourtant… « Ok, j’y vais. » Elle fait quelques pas en arrière, n’arrivant plus à quitter son regard de cette silhouette qu’elle désire tout entière à cet instant. Et craignant qu’il ne fasse un pas dans sa direction pour la rattraper, ce qui la ferait fatalement revoir ses priorités entre son travail et rester ici pour la nuit. Pour la vie ? se corrige-t-elle, se faisant sourire encore plus alors qu’elle finit par quitter l’allée, après avoir adressé un dernier regard à Nate. Elle se détourne et d’un pas pressé rejoint la voiture, avant de lancer un « Bon anniversaire ! » en ouvrant une portière et se glisser aussitôt à l’intérieur de l’habitacle. Daisy sent ses joues la brûler alors que Bernie se retourne vers elle. « Démarre, vite, vite ! » - « Avant que tu n’aies envie d’y retourner ? » demande Bernie en lui jetant un coup d’œil depuis le miroir du pare-soleil. Daisy s’enfonce au fond de la banquette arrière, un sourire remontant à chacune de ses oreilles, qu’elle n’arrive pas à laisser tomber. Elle essaie d’arrêter, mais elle n’y arrive pas, alors elle plaque une main contre sa bouche, et alors que la voiture roule, elle tourne la tête vers la maison de Nate qui s’éloigne. Elle laisse son regard divaguer à travers la fenêtre, remarquant à peine ce que ses yeux perçoivent, trop concentrée à revivre ce qui vient de se dérouler entre Nate et elle. Son cœur s’emballe alors qu’elle a la sensation de ressentir ses lèvres contre les siennes. Son téléphone vibre dans son petit sac à main, et elle plonge machinalement la main à l’intérieur. C’est un message de Nate. Un sourire crispé lui vient alors qu’elle se demande ce qu’il a pu lui écrire. Son visage se détend, ses yeux brillent un peu trop pour l’occasion, sous le coup de l’émotion. Elle se mord les lèvres, en lui répondant à son tour, effaçant par deux fois son message en essayant de réfléchir convenablement, malgré son esprit un peu ailleurs. « Tu crois que j’aurais dû poser un jour, Bernie ? » demande-t-elle finalement en soupirant. « Non, parce qu’Ashley a déjà posé le sien et je ne veux pas être seule demain. Et puis, l’attente… » dit-elle sur un ton qui veut tout dire, faisant rire Daisy qui rajoute : « Mais tu ne trouves pas qu’on avait assez attendu ? » Et elles rient toutes les deux de bon cœur, alors que DeeDee se pose une multitude de questions à l’arrière de la voiture. Nate lui écrit à nouveau, et elle s’empresse de lui répondre. Quelques minutes plus tard, elle est déposée devant son immeuble et elle rejoint son appartement, dans lequel elle s’enferme. Lui proposer de venir ? Non… Il a tous ses invités chez lui, c’est totalement stupide, et le travail l’attend demain. Elle regarde l’heure et se maudit doucement en quittant ses chaussures et déposant son sac à main à l’entrée. Puis, elle se dirige vers sa salle de bains, où elle va prendre une douche bien chaude, avant d’enfiler un pyjama pour rejoindre sa chambre. Au passage, elle lit un nouveau message de Nate qui lui ramène le sourire aux lèvres. Elle attrape son sweat avec le sigle de sa caserne posé au pied du lit, et l’enfile, en essayant d’y retrouver un brin d’odeur lui appartenant. Puis après lui avoir souhaité une bonne nuit par message, elle s’effondre dans son lit, l’excitation la maintenant encore un peu éveillée, à sourire toute seule dans son lit en se remémorant une fois de plus les moments de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Brady
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2016
MESSAGES : 681

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   Dim 15 Juil - 16:30

« Je rentre avec vous. » Les mots que je ne voulais pas entendre, mais qui tombent comme un coup de poignard dans mon cœur. Allez, Nate, ce n’est pas grave, ça ne veut pas dire qu’elle ne t’aime pas. Elle a simplement besoin de temps, et tout ce qui s’est passé ce soir, notre rapprochement, nos paroles, notre tendresse partagée, c’est déjà un pas de géant. « Le travail, demain… » ajoute-t-elle, ce qui m’arrache un sourire compréhensif. « Je comprends, ne t’en fais pas. » Pourtant mon corps la réclame encore, c’est comme si son corps avait laissé une marque imprimée dans le mien et qu’il se sentait tronqué d’une partie. J’ai envie de retourner m’asseoir à la table, avec ma Daisy dans mes bras, avec son parfum dans mes poumons et son toucher sur ma peau. Mais il faut la laisser partir.

Une fois au portillon, avec Bernie et Phil déjà en chemin vers leur voiture, il ne reste plus que Deedee et moi. La gêne s’installe doucement pour ces au revoir dont personne ne veut, j’ai l’impression, mais qui pour une raison obscure sont en train de se dérouler. Elle pourrait rester, elle a sa place dans la chambre d’amie, s’il le faut, même si je la préférerais dans mon lit cette nuit. Je pourrais l’emmener au travail demain, je suis de repos. Allez Daisy, il n’est pas trop tard pour changer d’avis… Je lui laisse encore un peu de temps pour qu’elle puisse s’exprimer là-dessus, mais comme aucun de nous ne vient briser le silence, c’est à moi de m’en charger. Les au revoir sont comme une musique dissonante : pas agréables. J’ai le cœur lourd et pourtant, il bat à mille à l’heure. Lorsque mes yeux se posent sur son visage, je me perds, ne pouvant rien faire pour lutter. Alors je tente des petits regards à droite et à gauche, pour rester concentré. « Très agréable », ces deux petits mots m’arrachent un sourire lorsqu’elle les prononce elle aussi. Je pense qu’effectivement, elle a passé un aussi bon moment que moi lorsqu’elle était dans mes bras. Nous deux, ça parait tellement évident… Mais il faut m’armer d’encore un peu de patience. Je vais toucher au but, et à cette idée, mon regard se pose sur ses lèvres. Oh non, mauvaise idée. Et pourtant… Je rêve de l’embrasser, là, maintenant, tout de suite. Ces lèvres qui me font envie depuis le jour où je l’ai rencontrée. Par réflexe, j’humecte les miennes, mais je m’oblige à regarder une seconde ailleurs pour reprendre le contrôle. Je dois la laisser filer alors j’annonce que je ne la retiens pas davantage. Mais l’instant d’après, je peux lire une étrange réaction sur le visage de Daisy. Une réaction qui pourrait me faire reprendre espoir. Voudrait-elle rester ? Lorsqu’elle relève les yeux dans les miens, mon cœur bat à tout va. « Ne fais rien de stupide, d’accord ? » Mes sourcils se froncent, ne comprenant même pas sur le coup ce qu’elle veut dire. Et la seconde d’après, alors que mon cerveau n’a toujours pas traité l’information d’avant, Daisy s’approche de moi pour poser ses lèvres contre les miennes. Mon cerveau s’arrête et c’est l’explosion dans mon cœur. J’y réponds sans plus attendre, puisque cela fait des mois que j’attends. J’ai l’impression d’être pris dans un tourbillon et de ne plus savoir où je suis. Voilà l’effet que Daisy me procure, voilà ce que ses lèvres divines et gourmandes me dictent. Je sens ses mains sur mon visage puis dans ma nuque et je ne réponds plus de moi. Instinctivement, je la rapproche contre moi alors que mon autre main vient prendre son visage avec douceur et passion. Nos baisers s’intensifient et je sens le brasier s’emparer à présent de mon corps. Oh Daisy… Ma Daisy… Cet instant n’est-il pas merveilleux ? Et au fond de moi, je sais que ces lèvres sont les dernières que j’embrasserai de ma vie. Daisy, tu es celle que j’ai attendue toute ma vie et tu viens de me faire le plus beau de tous les cadeaux, ce soir. « Yeeeaaaah ! » La voix d’Ashley me fait rouvrir les yeux et toujours collé contre Daisy, nos lèvres scellées, nous nous mettons à rire tous les deux. J’ai le souffle court après toute cette vague d’émotions et je ne peux m’empêcher de sourire en regardant ma belle. Elle a le regard qui pétille et je pense qu’elle peut voir la même étincelle briller au fond du mien. Ma main toujours posée sur son visage vient caresser sa joue avec une tendresse infinie. Mon cœur est sur le point d’exploser tellement il bat vite et fort, pire que si je venais de me taper un sprint de dix kilomètres. « Je devrais y aller… » souffle-t-elle alors, posant ses deux mains sur mon torse. Elle doit sentir mon cœur qui bat fort pour elle. Quant à moi, me voilà comblé et en même temps laissé sur ma faim. J’ai envie de plus. J’ai envie qu’elle reste. Ne pars pas, Daisy… « Ok, j’y vais. » Non. Reste. Mais je vois la lutte se dérouler également dans son esprit et si elle a pris la décision de rentrer chez elle, je me dois de la respecter. Même si ça m’arrache le cœur. De toute façon, elle rentrera avec lui, ce soir. Sans elle, il ne pourrait plus battre. « D’accord, vas-y… » je souffle à mon tour, à contrecœur, ne la lâchant pas du regard, un regard plein d’envie et d’amour, enflammé pour ma belle Daisy. « Bonne nuit, Daisy… » j’ajoute d’une voix douce. Mes lèvres sont étirées en un sourire depuis que les siennes les ont quittées, et je sens que ce sourire n’est pas prêt de s'effacer. Je la regarde s’enfuir vers la voiture, sûrement qu’elle s’oblige à faire ça vite, comme lorsque l’on retire un pansement d’un geste rapide pour faire le moins mal possible. « Bon anniversaire ! » je l’entends crier près de la voiture, ce qui me fait rire. Ma langue passe sur mes lèvres pour se souvenir du goût sucré que son baiser a laissé. Quel délice. Et y goûter à nouveau me refait battre le cœur plus que de raison. Daisy y a laissé une empreinte indélébile. La voiture démarre et je la regarde s’éloigner, avec un pincement au cœur. Elle aurait dû rester. Comment a-t-elle pu me faire ça ? Je prends alors mon téléphone et je lui envoie un message pour lui signifier dans quel pétrin elle vient de me mettre. Mais je le fais avec le sourire toujours imprimé sur mon visage et je m’en retourne vers mes convives, accueilli par un tonnerre d’applaudissements qui me fait rougir instantanément. Ashley est la plus enthousiaste de tous, suivie de près par Lopez, tout de même. Mon regard croise celui de Jessica qui me paraît heureux, teinté d’un fond de tristesse, mais elle s’y attendait, je suppose. « Allez, ça suffit ! » je dis pour stopper cet instant de gêne suprême. Mon dieu, je me sens sur mon nuage, et je n’ai aucune envie de redescendre. Mon téléphone résonne pour m’indiquer que Daisy vient de me répondre et nos échanges durent un petit moment encore, jusqu’à ce que je lui souhaite bonne nuit, m’imaginant à ses côtés, la regardant s’endormir doucement. Je suis fou amoureux de cette femme, et ce soir marque le début du reste de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]   

Revenir en haut Aller en bas
 
It just fits, light and smooth, like my feet in my shoes [Daisy + Nate]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]
» Feather Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons-nous ? :: Downtown :: Home sweet home-