AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les Inconnus
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 10/08/2015
MESSAGES : 891

MessageSujet: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   Ven 2 Mar - 5:39


 

le titre du sujet
 la phrase drôle


 
Généralement, les petites galères du quotidien sont ce qu'il y a de plus imprévisibles et pour couronner le tout, elles arrivent forcément au moment où nous sommes le plus pressés. sinon ce n'est pas drôle. Et Andrea, c'est exactement ce qui t'arrive aujourd'hui. Une journée de galère, là où rien ne fonctionne comme tu veux, à croire que la vieille dame au super-marché que tu as bousculé sans faire exprès t'a jeté un sort ! Te voilà donc dans ta voiture, partie en balade pour prendre l'air frais. Sauf que sur la route... horreur ! Tu as oublié ton portable et une bouteille d'eau. Hop hop hop ! Demi-tour ! Mais galère suprême... c'est la panne sèche. Tu tombes en panne dans les recoins de Santa Monica sans savoir où aller, et sans trouver de réseau non plus sûrement parce que tu n'as pas de portable. La poisse totale... Dieu n'est définitivement pas avec toi ! Quand tout à coup, une autre voiture apparaît. Une belle voiture avec une fille bien étrange à l'intérieur. Megara, viendras-tu en aide à cette pauvre âme en perdition ? Espérons que tu aies plus de chance qu'elle aujourd'hui...

* Voilà votre sujet Very Happy
* Andrea commence suivi de Megara huhu
* Bon jeu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2297

MessageSujet: Re: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   Mer 7 Mar - 2:35

Le coup de la panne
La moto Suzuki filait à vive allure dans les rues de Santa Monica passant même quelques STOP trop impérieux. Ingénieux, - oui, cela pouvait lui arriver parfois ces idées brillantes, - Andrea décidait de bifurquer dans les rues résidentielles pour éviter l’heure de pointe sur l’autoroute. Le jeune homme avait passé l’après-midi avec des amis sur la plage à batifoler dans l’eau, mais surtout à faire du surf. Il s’était alors rendu compte devoir aller à un rendez-vous avec un possible nouvel agent. Et il était en retard, évidemment.

17h : 00 et l’heure de pointe à Los Angeles devait bien être la pire dans le monde entier. Il avait bien failli renverser une vieille dame en tournant un coin de rue ou se trouvait une petite épicerie de quartier. Heureusement, le jeune homme avait des réflexes. Il voulut s’excuser … Il avait cru le faire. Il faut que je me calme. Si je tue quelqu’un, ma carrière est bien fichue ! hurlait-il presque dans son casque. Un homme moustachu posait même un regard sur lui, au troisième coin de rue suivant, effrayé par l’attitude impatiente et téméraire de Andrea. Un instant, ce dernier crut le voir chercher son téléphone. Non, il s’était ravisé. Il n’appellerait pas la police. Andrea soupira d’aise, heureux de s’en sortir toujours aussi bien.

Il tournait dans une autre rue puis, une autre et encore une autre. De loin, il voyait l’autoroute. L’espoir s’emparait un moment de ses poignets et il appuyait sur l’accélérateur. C’était alors que la moto refusait de le faire.

- Oh non ! NON ! PAS ÇA  ! NOOONNNNNN ! MERDE ! MERDE ! MERDE ! alors que ses yeux regardaient hagards sur l’aiguille de l’essence.

Andrea pouvait hurler à l’entendre jusqu’à New-York s’il le désirait et crier tous les gros mots connus dans toutes les langues de ce monde. Cela n’empêchait pas la moto Suzuki de s’arrêter brusquement le long d’une petite rue résidentielle sans présence d’une âme qui vive; enfin, pour l’instant. Le jeune homme soupirait sa frustration tout en retirant son casque et la clé du contact. Il s’empressait de sortir son téléphone quand …

- Ou est mon téléphone ? et en même temps, il se tâtait dans tous les sens devenant de plus en plus stressé moins son téléphone se montrait. Je suis finit.

D’un geste fatigué, il enleva l’eau qui perlait de son front. Dans sa précipitation, il avait dû oublier son téléphone sur la plage. Avec un peu de chance, ses amis allaient arriver ici et maintenant dans cette rue et le lui redonneraient.

- Argh !!! Je ne suis pas dans un stupide film de Disney ! rageait-il avec quelques gestes énervés des bras.

Non, il n’était pas dans un film Disney et l’agent allait sûrement ne pas vouloir travailler avec lui dans ces conditions en plus. Subitement las, Andrea laissait tomber le casque contre le sol. Il avait envie de pleurer, mais ses yeux étaient trop secs tout comme sa bouche. Il n’avait même pas d’eau à porter de main.

Finalement, il décidait de se lever et prit la clé avec lui, car l’essence ne reviendrait pas dans le réservoir sans faire l’effort pour aller la chercher. C’était au même moment qu’une voiture passait dans la rue avec, surtout, à son bord une belle jeune femme. Ok, il devait rêver. Il devait avoir déjà trop soif à voir des mirages aussi parfaits. Un sourire niais transcendait son visage.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Rosebury
Admin blondasse
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 380

MessageSujet: Re: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   Mer 7 Mar - 15:27

En général, les corps ne vont pas se cacher seul. Et toujours dans cette même théorie, elle n’est jamais censée être celle qui va planquer le corps. Sauf qu’il s’en foutait cette fois, il pensait que ce n’était qu’une petite personne sans grands intérêts alors Megara n’avait cas se charger de tout de A à Z. Elle n’en avait aucunement envie mais malheureusement elle dû le faire. Oh l’affaire fut vite réglée lorsqu’elle réussit à faire croire à cette pauvre femme qu’elle était amoureuse d’elle, qu’elle souhaitait partir à Vegas toutes les deux et qu’elles puissent se marier dans la foulée ! Bon sang, si seulement cette pauvre âme avait compris ce qu’elle était en train de faire. Cette femme était simplement la victime de l’affaire, le moyen de chantage auquel Samuel faisait allusion lorsqu’il faisait affaire avec un autre qui, apparemment, ne l’avait pas cru du pire. Bien entendu, le chef de gang s’en moquait éperdument et alors que le contrat n’avait pas été correctement scellé, la pauvre sœur devait être éliminée. Tâche simple et facile dont Megara pu se charger rapidement. Trop simple bien entendu et c’est pour ça qu’elle l’a droguée et ensuite rouler et rouler dans une immensité de désert quelle connaissait déjà bien. Loin de la foule, loin du monde et enfin loin de tout ce qu’il peut y avoir d’humain. Elle l’avait descendue de la voiture, toujours endormie cette pauvre femme n’avait rien vu venir et rien senti non plus. La balle l’avait transpercée en plein cœur et une fois mise dans un trou profond et recouvert, Megara en profita pour changer de vêtements immédiatement. Aucune trace, elle faisait très attention à ce qu’elle faisait, sachant que Samuel ne la protégerait pas.

Après avoir remis un peu de parfum et s’être remise ne route, il lui fallut trois bonnes heures pour arriver dans un endroit un peu plus peuplé à présent. Elle dépassa rapidement ce village en plein désert, à peine deux battements de paupières et l’endroit était dépassé. La route allait être encore longue et pourtant Megara ne ressentait aucune émotion particulière alors qu’elle venait de commettre un nouveau meurtre, de rembourser sa dette de nouveau de 10 000 dollars et qu’il lui en restait encore de trop pour pouvoir terminer son pacte avec ce véritable démon.

Alors elle mit la musique à fond, roulant encore sur cette route droite au milieu d’un véritable désert dont la vue commençait réellement à être énervante. Si ce n’est qu’un village se découpa. Elle ralentit doucement l’allure pour se trouver à une vitesse correcte pour y entrer, l’endroit semblait tout aussi désert que ce qu’elle venait de traverser mais soit, c’était toujours mieux que de rester avec des étendues sableuses à perte de vue ou encore des arbres parsemés bizarrement. Mais dans cette ville il y aurait sûrement un petit commerce où elle pourrait se trouver quelques friandises pour les dévorer et rompre l’ennui mortel de la route à parcourir. Mais ne connaissant pas l’endroit, il lui fallait trouver quelqu’un pour se renseigner. Ce qu’elle trouva assez vite finalement, un homme marchait le long d’une ruelle et elle s’arrêta pour l’interpeller. « Hé ! Tu sais où je peux trouver un magasin ou même une boulangerie dans le coin ? » Lui demande-t-elle en enlevant ses lunettes de soleil de son nez, la décapotable lui permettant parfaitement de pouvoir parler aux gens sans problèmes. C’est que la blonde avait l’air presque innocente et affamée finalement et n’avait en rien de la tueuse qu’elle est réellement. « J’ai encore de la route à faire et je n’ai pas eu le temps de manger. » Se sent elle obligée de lui expliquer pour ne pas paraître trop étrange à ses yeux. Le sourire de l’homme lui semblait tout de même légèrement étrange mais il n’avait rien de dangereux ou du moins rien de dangereux pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2297

MessageSujet: Re: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   Mar 27 Mar - 2:46



Le coup de la panne
Megara Rosebury & Andrea J. Matthew
Elle était une belle blonde aux boucles parfaites roulant dans une décapotable probablement trop chère pour qu’il puisse se l’acheter. Elle faisait 1 m 80 et le roulement de ses hanches était suave : il n’en avait aucune idée, mais une beauté pareille devait avoir ces deux caractéristiques. Elle le devait ! Dis donc, je devrais tomber plus souvent en panne dans ce quartier songeait-il tout en se passant une main dans les cheveux pour se redonner une contenance. Quoi ! Il n’allait certainement pas montrer à cette jeune femme qu’il était un pauvre type trop idiot pour penser à faire le plein d’essence avant de tomber en panne.

Un large sourire s’était donc forcé un passage au bas de son visage. La chaleur lui faisait vraiment tourner la tête à ce jeune homme. Son corps s’était mis à suer. Puis, elle baissait ses lunettes de soleil permettant de mieux le voir. Déstabilisé, il en trébuchait légèrement se prenant les pieds dans la dénivellation séparant le trottoir de la rue. Malgré la maladresse visible, Andrea ne s’étala au moins pas de tout son long devant la voiture de la jeune femme. Elle lui demandait une direction pour pouvoir manger.

- Un magasin … Euh ?

C’était tel un choc soudain. Andrea revenait aussitôt dans la réalité et son regard se portait tout autour. Honnêtement, il ne s’était même pas aperçu s’il se trouvait sur une rue résidentielle ou une rue commerciale. L’autoroute et le bruit des voitures y passant à vive allure n’était pas loin. C’était plutôt silencieux ici, calme et …Chaud. Effectivement, nous nous trouvions sur une rue plutôt résidentielle. Un chien aboyait non loin. Des cris d’enfants stipulaient qu’un petit groupe jouait à quelque part derrière une maison. Mais il n’y avait pas de magasin et encore moins de boulangerie en vue. Les boulangeries étaient des commerces rares en Amérique. Haha ! Il se rappelait ses compétitions à Paris et à Marseilles : qu’ils mangeaient bien là-bas. Subitement, Andrea se rappelait la dame qu’il faillit renverser.

- Euh, oui ! Il y a une épicerie quelques rues plus loin par … Là !

Pointait-il vers l’ouest, vers son point de départ. Non qu’il souhaitât absolument y retourner, car la dame allait sûrement vouloir le tuer. Toutefois, il avait bien envie d’aider cette jeune femme et il devait avoir recours à un téléphone au plus vite. Andrea se léchait les lèvres. Celles-ci semblaient être totalement sèches et on se demandait si c’était pour la chaleur de l’après-midi ou une certaine personne la causant.

- En fait, je me demandais si je pourrais vous accompagner ? Ma moto est à sec et j’ai besoin d’un téléphone de toute urgence. Puis, je suis le seul de nous deux qui sait où se trouve vraiment cette épicerie.

Eut-il un sourire qu’il voulait presque un peu trop joyeux. Ok, la chaleur lui tapait à nouveau sur la tête. Sans même attendre la réponse de la jeune femme, Andrea allait chercher son casque et revenait à la décapotable rouge, mais du côté passager. Il était plutôt optimiste celui-là ou plutôt, pressé.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Rosebury
Admin blondasse
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 380

MessageSujet: Re: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   Sam 5 Mai - 19:28

Il avait l’air de rester bouche bée devant la présence de la jeune femme. Pourtant pas bien maquillée ni réellement bien apprêtée. Elle avait l’air de bien d’autres, des traits sous ses yeux trahissaient le manque de sommeil ainsi que le stress qui pouvait l’habiter certains jours. Alors tout devait certainement se jouer sur le charisme qui émane d’elle, de cette voiture qui ne lui appartient pas et qu’elle dit restituer au propriétaire le soir-même. Elle pensait que l’homme était simplement du coin et non pas qu’il était tout aussi embêté qu’elle en l’instant même. A première vue il n’allait pas pouvoir l’aider alors elle s’apprêta à reprendre la route sans pouvoir prendre une pause dont elle aurait pourtant bien besoin. Silencieux un instant, elle crut qu’il devait être légèrement sous un charme dont elle ne connaissait pas l’origine, n’émanant pas d’elle à son idée, ne se pensant pourtant pas aussi belle que ce que les autres peuvent apercevoir d’elle. Non, elle plait, elle sait en jouer et c’est uniquement lorsqu’elle joue de ses charmes qu’elle se pense être attirante et non pas lorsqu’elle s’arrête simplement pour demander un chemin à un inconnu qui reste pourtant béat devant elle. Mais alors qu’elle s’apprêtait à raviver le moteur de sa décapotable, l’inconnu reprit soudainement vie, lui expliquant qu’il y a une épicerie non loin d’ici, pointant du doigt une direction inconnue pour la blonde qui regarda pourtant pour tenter d’observer une petite enseigne ou quelque chose qui pourrait y ressembler.

L’inconnu était tout de même aventureux, laissant apercevoir un doux sourire sur ses lèvres alors qu’il lui demandait s’il pouvait l’accompagner pour lui montrer le chemin mais aussi parce qu’il a besoin d’un téléphone et que sa moto, non loin non plus, était à sec. Meg ne pu lui répondre que l’inconnu sans attendre pour aller recherche son casque laisser non loin de lui sur le sol avant de revenir pour monter dans la voiture. Pourquoi refuser de toute manière ? Il n’avait pas l’air de faire partie de la police ni dangereux, juste d’un gars qui est tombé à sec et qui cherche à s’en sortir. « D’accord. Vous me montrez le chemin et je vous donne un coup de main. » Dit-elle calmement alors qu’elle remettait la voiture en route tout en se laissant guider par l’inconnu qu’elle venait de prendre en voiture. « Au faite, je déteste voyager avec des inconnus. Alors ce serait agréable de mettre un nom sur un visage. Moi, c’est Megara. » Se présente-elle à sa manière, toujours aussi calme et d’un sang froid à toute épreuve. Ils finirent par arriver rapidement près de l’épicerie, descendant tous les deux de la voiture pour s’y rendre. Meg trouvait ce qu’elle souhaitait, des chips ultra piquantes qu’elle adore manger. Elle a des goûts étranges mais elle les vit assez bien étonnement. Une fois l’achat réglé, elle retrouva l’homme qu’elle avait accompagner jusqu’ici. « Est-ce que vous auriez besoin d’aide pour transporter de l’essence jusqu’à votre moto, par hasard ? » Demanda-t-elle poliment, se sentant soudainement l’envie de faire une bonne action aujourd’hui plutôt que de passer des jours entiers à enterrer des cadavres dans le désert. Il faut dire qu’elle cherche à se laver de ses mauvaises actions qui lui collent méchamment à la peau. Aider les autres lui fait du bien finalement et l’aide à se changer légèrement les idées le temps d’un instant avant de retourner à se routine habituelle. « Je ne suis pas pressée, je peux vous aider si bien entendu vous avez besoin d’aide. » Dit-elle pour terminer avec un large sourire, jouant de son charme dans l’espoir qu’il accepte de passer encore un peu de temps en sa compagnie, pour lui changer les idées sans qu’il ne soit au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2297

MessageSujet: Re: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   Jeu 17 Mai - 3:14



Le coup de la panne
Megara Rosebury & Andrea J. Matthew
- Super ! Je vous remercie !

Ouvrait-il la portière pour s’asseoir en un bon sur le siège passager, le casque à ses pieds. En tout cas, il n’avait pas eu à aller bien loin. Effectivement, sa main droite se trouvait telle liée sur la poignée depuis les dernières cinq secondes à tout le moins. Le stress revenait hanter tout son corps, mais aussi l’adrénaline précédente. L’espoir d’arriver à rencontrer ce nouveau commanditaire et son nouvel agent ressuscitaient de plus en plus. Ses gestes étaient rapides et dynamiques et évidemment un sourire parsemait totalement son visage lorsque la voiture redémarrait vers de nouveaux cieux; ou plutôt le plus proche petit magasin du quartier.

C’était les cheveux au vent et le bras posé confortablement contre le haut de la portière qu’Andrea s’imaginait subitement riche et puissant sans compter de la présence à ses côtés. Parfois, on se devait savourer ces moments malgré la culpabilité de penser de telles choses qui lui venait à chaque fois. Ce n’était pas parce qu’on avait une voiture qu’on ne pouvait pas regarder passer les camions ! Néanmoins, son regard se penchait quand même sur son alliance qu’il portait toujours. – Sauf dans la piscine évidemment. – Andrea James Matthews porterait toujours son alliance. Toujours. C’était la seule chose qui lui restait d’elle et de lui. Il ne pouvait pas s’empêcher de la regarder. Il déglutissait ressentant à nouveau ce vide étrange.

La belle demoiselle portait le beau nom de Megara. Cela lui allait bien. Il hochait la tête tout en la regardant dans un sourire et tentant de cacher son malaise précédent soit d’être devenu subitement muet comme une tombe.

- Cela vous va bien. Je m’appelle Andrea, mais … Il rigolait un peu. Vous pouvez aussi m’appeler James, mon deuxième prénom si vous le souhaitez. Je dois avouer qu’Andrea est un nom assez original qui m’a causé plusieurs problèmes à l’école. Mais ils ont tous regretté assez vite m’avoir traité de fille.

Eut-il un petit sourire fier et entendu vers Megara avant de pointer rapidement le magasin du coin de la rue. On avait failli le manquer ! Pourtant, notre jeune homme était si spontané et franc qu’il avait failli révéler une bonne partie de sa vie à une demoiselle inconnue malgré sa beauté ensorcelante. Il avait aussi failli manquer le magasin et donc heureusement fut-il vif de le remarquer au dernier moment.

On descendit donc de la voiture. Alors que Megara se rendait à l’intérieur du magasin, notre jeune homme restait devant où se situait la station-service. Il héla un employé qui entrait dans le magasin à la suite de Megara. Sur cela, ce dernier revenait vers Andrea qui lui demandait de remplir un gallon d’essence pour sa moto tombée en panne quelques rues plus loin.

- C’est toi qui es venu dans la décapotable avec la belle demoiselle. Tu as de la veine mec.

Andrea ne put pas s’empêcher de baisser la tête alors qu’une chaleur montait dans l’entièreté de ses membres. Il murmurait à l’adolescent de se la fermer et de remplir le gallon d’essence. C’était à ce même moment que Megara choisit pour revenir vers lui. Évidemment, Andrea ne pouvait pas s’empêcher de jeter un coup d’œil à son achat; des chips épicées. Eh bien, il était visiblement surpris croyant la voir acheter plus de denrées : il ne s’était pas imaginé cela vraisemblablement.

- Merci. Je suis un peu pressé pour ma part. Je dois me rendre à un rendez-vous.

- Oh, c’est vous ! Vous m’avez presque renversé il y a quinze minutes ! Vous avez du culot de venir vous promener par ici sans une petite once d’excuse à mon encontre !

C’était aussi soudain qu’impromptu que la dame apostrophait Andrea James Matthews l’index pointé vers les yeux de ce dernier si petite soit-elle. Elle ne semblait même pas avoir vu ni Megara ni l’adolescent qui terminait de remplir le gallon d’essence, ce dernier tentant de se faire très petit.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megara Rosebury
Admin blondasse
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 380

MessageSujet: Re: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   Mer 23 Mai - 20:16

Il la remercie et elle fini par redémarrer. La voiture trouve sans encombre le chemin de la supérette du coin, les pompes à essence se trouvant juste à l’avant comme on peut en voir de nombreuses sur les routes. Meg trouve vite ce qu’elle souhaite, un truc qui pique, quelque chose qui lui fasse sentir qu’elle n’est pas dans un mauvais rêve mais bien dans la réalité. L’inconnu c’était également présenté dans la voiture, parlant sans grand intérêt pour elle. Oui, le prénom est certes agréable mais elle en avait peu à faire d’entendre qu’on lui avait causé des problèmes juste à cause d’un prénom. La blonde trouvait bien fade les problèmes de cet homme à peine rencontré, qui semblait également trop parlé alors qu’elle préférait garder le silence. Elle n’avait pas pris garde à l’homme qui avait soufflé à son inconnu qu’il avait de la chance d’avoir été en si bonne compagnie. Megara n’en fit qu’un simple sourire sans s’en retourner.  Maintenant qu’elle revenait avec ses chips dans la main elle était prête à redéposer l’inconnu devant son moyen de transport et de rentrer chez elle au plus vite pour prendre une douche. Mais non, voilà que l’inconnu ne s’était pas fait que des amis en rentrant dans cette ville plus tôt qu’elle pu en conclure lorsqu’une dame arrivait à hauteur de Andrea pour lui faire des remontrances. Meg soupira, encore une mauvaise aventure apparemment. Elle ne se laissait pas démonter pour autant, elle avait envie de rencontrer rapidement chez elle et ce n’était pas une dame de ce genre qui allait lui pourrir sa future soirée. La blonde se glissa entre les deux personnes, tout sourire et la mine radieuse, elle attrapa le bras de l’inconnu pour le serrer tout contre elle. « Oh madame, excusez mon fiancé s’il vous plait ! » Joue-t-elle la comédie sans se laisser démonter avec un art si parfait qu’elle aurait très bien pu exercer le métier.

« Il devait rentrer rapidement, je venais de lui annoncer que je suis enceinte et il a voulu me rejoindre au plus vite ! » Mime-t-elle en battant des cils et se faisant le plus agréable possible, le ton mielleux et la mine toujours aussi radieuse. « Voyez par vous-même, nous sommes sortis en ville pour me trouver quelque chose d’épicé, c’est fou comme l’on peut ressentir ce genre d’envie, n’est-ce pas ? » Continue-t-elle en posant sa tête sur l’épaule d’Andrea tout en riant avec légèreté. Une vraie professionnelle. La dame semble se radoucir, un peu perdue certainement dans tous ces propos et, finalement, se ravisant tout en nous souhaitant le plus de bonheur possible. Meg accompagna ensuite l’inconnu vers la voiture, prenant de nouveau place au volant alors que la dame leur lançait de grands « au-revoir ! » D’un peu plus loin. « On dirait que je te sauve une nouvelle fois l’artiste. » Murmure-t-elle entre ses dents tandis qu’elle faisait signe de la main à la dame avant de remettre le contact. Une fois sur la route, l’essence dans le coffre et payée bien entendu, Meg reprit la conversation. « Tu sais qu’écraser des gens est interdit ? Heureusement je ne suis pas flic. T’a bécane se trouve où ? Que je te file un coup de main. » Oui, elle se sentait l’âme généreuse aujourd’hui même si l’idée de rentrer la tentait énormément tout de même. Elle n’allait pas l’abandonner alors qu’il semblait s’attirer les pires ennuis du monde.

Ils arrivèrent rapidement près de la moto en question, au bord de la route, même pas volée, Megara s’étonna que l’engin soit toujours là. Elle coupa le moteur et descendit de la voiture pour ouvrir le coffre, elle se complimentait d’avoir planqué la pelle sous une vieille couverture, au moins il n’y avait rien de suspect. « Tiens, je vais venir avec toi. » Propose-t-elle en prenant tout de même son sac à dos qui se trouvait à l’arrière. Un truc de fille n’est-ce pas, ne jamais partir sans son sac … Sauf que lorsqu’ils commencent à s’occuper de la voiture, c’est un autre moteur que l’on entend non loin d’eux, le moteur d’une voiture. Pas n’importe quelle voiture, sa voiture ! « PUTAIN ! » Sorti automatiquement de la bouche de la blonde lorsqu’elle se retourna pour voir sa bagnole s’éloigner au loin. Elle eut envie de tirer le flingue de son sac mais Andréa était là et pas question de se griller auprès d’un inconnu. « Fait chier ! » S’énerve-t-elle en frappant le sol, soulevant des volutes de sables sous son passage. Tandis que la moto … Et bien la moto n’avait pas l’air d’avoir envie de démarrer non plus. « Tu crois qu’il y a des hôtels dans le coin ? J’crois qu’on ne va pas avoir le choix. » Annonce-t-elle en regardant une nouvelle fois l’horizon, le moteur de sa voiture se faisant entendre dans le lointain. Au moins ne serait-elle pas accusée si du sang se retrouve dans le coffre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ANDRÉA & MEGARA] LE COUP DE LA PANNE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons-nous ? :: Santa Monica-