AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Priscilla L. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/12/2016
MESSAGES : 2031

MessageSujet: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Mer 7 Mar - 18:01



❝Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.❞
Andrea & Priscilla
On ne pouvait pas dire quand ce moment ma vie était des plus roses. Heureusement que j'avais mon petit Hector avec moi pour me changer les idées. Je passais le plus clair de mon temps, le plus clair de mes journées avec mon fils et c'est tout. Ça faisait déjà quelques temps que ça n'allait plus très fort avec Andrea, mon mari alors j'avais préféré retourner vivre chez mes parents à Venice Beach pendant la fin de ma grossesse jusqu'à...  Bonne question. Je pense que je dirais le temps qu'il faut pour pouvoir me remettre sur pied et être en meilleur forme. Ce n'était pas gagné pourtant. Je ne désespère pas qu'au bout d'un moment retourner vivre avec Andrea et notre fils, comme une vraie famille enfin parce qu'il ne connaissait même pas notre enfant. Il ne connaissait même pas son fils, il ne l'avait pas encore vu. Je ne l'avais pas vu le jour de mon accouchement, justement cela avait été le jour de noël. Tout ça, je m'en souviendrais pour l'éternité, c'est une évidence. C'était justement les cris de mon fils qui me réveillait ce matin. Mes parents eux, je me doute qu'ils ne sont pas à la maison, ils doivent être au travail à cette heure-ci. Je me levais donc assez rapidement pour aller jusqu'à la chambre de mon fils qui n'était pas très loin de la mienne, c'était bien pratique. Je l'attrapai pour le prendre dans mes bras avant de descendre les escaliers pour pouvoir lui donner son biberon. Il avait à peine un tout petit peu plus de deux mois, mais je lui donnais déjà pas mal de biberons par jour. Je n'avais trop rien fait de ma journée, je l'avais plutôt passée tranquillement devant la télévision avec mon petit Hector.

C'était aux alentours de dix huit heures que la sonnette retentit. Curieux qui sait qui pouvait bien être là. Je n'avais appelé personne et personne ne devait passer à la maison, du moins qui avait été prévu à l'avance. Et comme mes parents n'étaient pas encore rentrés, je savais très bien qu'eux non plus n'attendais pas de visite ni que ça pouvait être eux, a moins de ne pas avoir leur clefs mais cela serait complètement bête même si ça pouvait tout de même arriver à quelqu'un. "Viens avec maman, mon amour." Dis-je donc à attrapant mon fils. Je n'allais certainement pas le laisser tout seul dans le salon pendant que j'allais jusqu'à la porte d'entrée. Quand même on ne laissait pas un bébé aussi jeune seul, il pouvait se passer tout un tas de choses. J'arrivais donc rapidement jusqu'à la porte d'entrée avec le petit entre les bras, puis j'ouvris la porte. Putain de merde !!! C'était la première pensée qui me vient en tête. C'était Andrea, mon mari et le père d'Hector qui était où ? Ah oui dans mes bras. Bizarrement maintenant, je ne savais plus trop quoi dire vu la surprise. "Qu'est-ce tu fais là ?" Demandai-je donc au jeune homme. Après tout c'était un bon début. Qu'est-ce qu'il venait faire chez moi aujourd'hui ? Je me posais bien la question.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2426

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Jeu 22 Mar - 1:54




Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.


Il était éreinté, mais il se sentait bien. Il s’était entraîné toute la journée, mais il se sentait bien. Bientôt, Andrea James Matthews allait pouvoir reprendre la compétition. Il comptait aller en Asie au printemps. Enfin, c’était bien s’il arrivait à se trouver un agent d’ici là. Sur cette pensée, il accélérait et tournait pour s’engager sur une autoroute pour ralentir tout aussi rapidement, car évidemment il était 17 h : 00. Andrea soupirait de frustration. Son regard croisait celui d’une femme, au volant de sa voiture, qui semblait s’agacer de sa musique forte. Andrea souriait tout en ramenant les yeux sur l’avant : il augmentait alors le son de la radio.

C’était alors, durant cette attente interminable dans la circulation, que Priscilla lui arrivait en penser. Andrea tentait d’éliminer celles-ci, mais … Rien n’y faisait. Elles partaient pour donner suite au refrain d’une chanson bien connue puis, revenaient peu après. Elles partaient après un freinage plus ou moins brusque, mais revenaient trop brusquement.

Priscilla aimait la musique forte. Elle aimait se balader avec lui, en moto au travers des montagnes de Santa Monica. Il avait l’impression que son cœur se mettait subitement à battre alors très fort lorsque le petit bébé si inoffensif, son fils, lui revenait à l’esprit. Il était si petit : il avait tellement besoin d’être protégé. Elle le ferait, non ? Évidemment, car Priscilla était une femme extraordinaire. Soudainement, sans qu’il puisse comprendre le pourquoi du comment, Andrea prenait la prochaine sortie qui menait à Venice Beach. Son cœur battait tellement fort qu’il semblait outrepasser le bruit du moteur de la Suzuki. Il connaissait le chemin grâce à de nombreux dîner chez les parents de Priscilla, la plupart terminant par l’agacement de notre jeune homme : les parents de Priscilla ne l’avaient jamais aimé. Ils doivent me détester encore plus aujourd’hui ses lèvres marmonnant derrière la visière de son casque.

Alors pourquoi quelques minutes plus tard, le jeune homme tout habillé de cuir noir, avait arrêté sa moto devant la maison des parents de Priscilla ? Il était souvent venu jusqu’ici durant le dernier mois – dès qu’il pouvait remarcher après son accident de parachute, - mais jamais son doigt n’appuya sur la sonnette au son connu. Andrea avait enlevé son casque et il se léchait les lèvres les trouvant affreusement sèches.

- J’y vais !

Prenait-il les clés de la moto dans sa main droite tout en marchant d’un pas décidé vers la porte d’entrée. De toute manière, il n’y a sûrement personne dans la maison songeait-il. Je vais avoir l’air d’un livreur de pizza perdu eut-il un petit rire ironique ou était-il caractérisé de stress ? Planté devant la porte, Andrea attendait et …

Elle était là, avec le petit garçon dans les bras. Il avait grandi. Il était beau. Son fils. Andrea tentait de dire quelque chose, mais sa bouche et même son corps tout entier semblaient complètement coincé dans du plâtre séché. La bouche grande ouverte, il devait avoir l’air d’un arriéré mental. Elle parlait. Elle était toujours plus courageuse et forte que lui ses cheveux de flammes tourbillonnant tout autour tels la crinière enflammée d’une jument imaginaire.

- J … Je … Je ne sais pas … Je … Je suis désolé. Je dois déranger. Euh…

Andrea se passait une main dans les cheveux et se détourna de Priscilla prêt à partir en courant, rouler le plus vite possible sur sa moto, rentrer chez lui et se rouler au fond de son lit remplit de honte. Il devait avoir les joues complètement rouges. C’était lui qui se trouva en feu !

Mais il refaisait, pourtant, face à Priscilla et tenta de sourire. Cela devait avoir plus l’air d’une grimace.

- En fait … Je voulais savoir si cela allait. Je … Il grandit vite.

Pointait-il vers Hector dans un petit sourire gêné.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla L. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/12/2016
MESSAGES : 2031

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Jeu 29 Mar - 18:42



❝Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.❞
Andrea & Priscilla
J'étais plutôt surprise quand j'entendis quelqu'un sonner à la porte d'entrée à cette heure-ci. Certes on n'était seulement quand fin de journée, mais normalement il n'était pas prévu que quelqu'un vienne ici. Mes parents n'étaient pas là et je n'avais invité personne à venir pour aujourd'hui, donc je me demandais bien qui sait qui pouvait venir nous rendre visite maintenant. La meilleure façon de le savoir était tout simplement d'aller voir qui pouvait se trouver derrière la porte d'entrée. J'attrapais mon fils Hector que je plaçais entre mes bras. Je n'allais certainement pas le laisser tout seul, même le temps d'aller ouvrir la porte d'entrée. Je pouvais peut-être paraître parano, mais il pouvait se passer n'importe quoi et avec son jeune âge, c'était beaucoup plus sûr de le prendre avec moi. J'arrivais donc rapidement jusqu'à la porte d'entrée et ouvrit cette dernière. C'était mon mari et par conséquent de père de mon enfant qu'il n'avait encore jamais vu de sa vie. Maintenant c'était fait pour le coup ! Même si on pouvait dire qu'on n'était pas spécialement en très bon terme en ce moment, j'étais tout de même contente de le voir. De le revoir, depuis le temps. Depuis qu'on n'était dans la nouvelle année en 2018, on ne s'était pas revu. Ça pourrait paraître vraiment bizarre de l'extérieur. Même mes parents, ils leur arrivaient de temps en temps de me poser des questions au sujet d'Andrea, sujet sur lequel je ne voulais pas m'étendre et encore beaucoup moins avec mes parents. Etant eux-même un couple marié, ils savaient très bien que tout n'était pas tout rose et qu'ils avaient traversés des moyens difficiles comme nous en ce moment avec Andrea.

Je ne savais pas réellement quoi dire tellement j'étais surprise de le voir ici, aujourd'hui. Il fallait bien briser ce silence que la première fois qui me vient en tête était de lui demander ce qu'il faisait ici, avoir une explication sur sa présence ici chez mes parents. "Non, tu ne déranges pas. Enfin mes parents ne sont pas là, je suis toute seule à la maison." Lui expliquai-je donc au jeune homme. Si Hector savait parler, il serait probablement comme la plupart de ces enfants qui ne connaissent pas leur père en me demandant qui ça pouvait bien être. Dieu soit loué, je n'aurais pas besoin de le faire. Ou pas maintenant du moins. "Oui ça va bien, merci. Le petit aussi." Dis-je donc en tournant le regard avec Hector, notre fils avant de retourner la tête vers le jeune homme. "Et toi, comment tu-vas ? Tu peux entrer deux minutes ?" Proposai-je donc au jeune homme avec un léger sourire. Ouais, bon je n'étais peut-être pas la femme la plus à l'aise à ce moment précis, mais maintenant qu'il était là, je n'allais quand même pas lui demander de rentrer chez lui. "Enfin, si tu veux..." Rajoutai-je donc parce qu'au final, il faisait bien ce qu'il voulait. Mais bon j'imagine bien qu'il n'était pas venu jusqu'ici pour rien. Juste pour me dire deux phrases et se barrer comme un courant d'air qu'il pouvait être.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2426

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Mar 10 Avr - 3:00





Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.


On ne devait pas être un génie pour comprendre la tension palpable actuellement sur ce porche de maison. Le jeune homme s’était mis à piétiner de gauche à droite regardant parfois vers l’arrière; vers sa moto qui semblait être le seul endroit sécuritaire en ce moment. Oh ! Pourquoi n’y retournait-il pas aussi ? En même temps, ses pieds étaient complètement coincés dans ce béton tel si une créature fantastique sortit de la terre pour couler le sol et le resserrer aussitôt autour de ses jambes. Il ne pouvait pas bouger. Il en était incapable. Il baissait la tête incapable de regarder Priscilla plus de deux secondes. Avec son fils, c’était encore pire. Il était un mauvais père. Oui, comme ces pères abjects des séries télévisées. Et qu’arrivaient-ils le plus souvent à ces hommes ? Ils mourraient pardi et le peuple était content débarrassé d’êtres aussi détestables.

Ses parents n’étaient pas là : excellente nouvelle. Andrea avait tenté de sourire timidement, amener une blague comme il avait aimé le faire par le passé taquinant sa douce quant à ses parents le détestant lui et ses tatouages, mais surtout ces derniers. Encore une fois, cela ressemblait à une piètre grimace.

Apparemment, ils allaient bien tous les deux. Les yeux du petit bébé plongèrent alors, au même moment, dans les siens; un fils qui savait inconsciemment tout ? Non, pas tout. Il ne sait pas que son père a été un être méchant; l’était encore ? Se tirant de cette étrange étreinte, il regarda Priscilla.

- Je suis content pour vous. Moi, je … On fait comme on peut.

Haussait-il les épaules en guise de réponse alourdies, néanmoins, par un énorme poids. En fait, depuis le départ de Priscilla de la maison sa vie avait été un cauchemar comme si Dieu lui-même le punissait pour son crime. Il avait eu un accident de parachute qui le cloua au lit deux semaines puis, en béquilles et enfin avec une canne. Il avait perdu son agent en plus, ce dernier aidé de son ancien investisseur, le croyait immature, irresponsable et rebelle ne désirant plus travailler avec lui. C’était donc sur un gros effort perceptible qu’Andrea se forçait à chasser sa vie chaotique de ses pensées actuelles. Il ne devait pas être égoïste. C’était cela le problème. Il était trop égoïste. Il ne pensait qu’à lui. Il n’y avait pas que sa petite personne en ce monde.

Mais oh ! Elle lui demandait s’il pouvait entrer. Il baissait une fois de plus le regard en si peu de temps pour avoir l’air d’une véritable victime de peu importe quoi lui tombant dessus et ses pieds suivirent le mouvement de Priscilla vers l’intérieur de la demeure. Il avait les mains dans les poches de ses jeans et elles ne semblaient pas prêtes à en sortir.

La première chose qu’il fit était de regarder partout pour se rendre compte que rien ne changeait depuis sa dernière venue en ces lieux : il n’y avait pas eu de repas de Noël cette année. C’était donc dans ces lieux familiers emplis du parfum désagréable de la mère de Priscilla qu’il se jetait dans la gueule du loup.

- Je pense à toi … Toujours. J’étais sur l’autoroute tout à l’heure coincé dans la circulation de 17h : 00 lorsque … J’ai pensé à toi et à … lui.

Donnait-il un petit coup du menton vers Hector dans les bras de sa mère. Son cœur battait aussi fort que lorsqu’il roulait à plus de 130 km/h sur sa moto, mais cette fois Andrea ne pouvait pas l’anéantir d’un coup d’accélérateur. C’était la créature, celle du porche qui l’empêchait de bouger. Maintenant, elle accélérait les battements de son cœur lui donnant chaud et l’étourdissant : à moins que ce fût Priscilla. Elle était si belle.

- J’ai … Je … Je m’ennuie de toi. Je m’ennuie de nos moments de pure folie, je dois dire souriait-il vraiment pour la première fois depuis les dix dernières minutes. Je t’aime Priscilla, ma princesse et je l’aime lui. Il a tellement grandi depuis que je l’ai vu.

Andrea baissait des yeux doux rêveurs sur Hector sans se rendre compte que naïvement il avait laissé entendre quelque chose qui ne se pouvait pas : en tout cas, à ce que Priscilla savait.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla L. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/12/2016
MESSAGES : 2031

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Mer 25 Avr - 14:37



❝Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.❞
Andrea & Priscilla
Ça me faisait assez bizarre de voir le jeune homme venir chez moi. Ça faisait déjà plusieurs mois qu'on ne s'était pas adressé la parole, alors je pense que c'était normal d'être surprise en voyant que c'était lui derrière la porte d'entrée. Je lui disais donc qu'on se portait bien le bébé et moi-même avant de lui retourner la question, on faisait comme on peut après tout. J'expliquai donc au jeune homme que mes parents n'étaient pas à la maison comme ces derniers ne s'entendaient pas bien avec lui, j'imagine que c'était beaucoup plus préférable pour lui de savoir qu'ils n'étaient pas là. J'invitais donc naturellement au jeune homme s'il voulait rentrer à l'intérieur. Après tout, j'imagine bien que s'il était là, ça n'avait pas été pour partir au bout de deux minutes donc c'était bien pour ça que je l'invitais à entrer à l'intérieur. On n'allait pas discuter sur le pas de la porte encore trop longtemps. Je tournais donc les talons pour pouvoir entrer dans la maison de mes parents suivi du jeune homme, je m'approchais vers la cuisine avec le petit dans les bras. "Hm, tu veux boire quelque chose ?" Demandai-je donc au beau brun avant d'entendre ce dernier m'expliquai sa présence ici, le fait qu'il s'était retrouvé coincé sur l'autoroute et qu'il avait choisi de prendre la direction de Venice Beach. J'avais préparé le café en attendant, je ne pouvais m'empêcher d'avoir tout de même un petit sourire qui se dessinait sur mes lèvres en l'entendant me dire qu'il pensait à nous, à moi et au bébé parce que c'était bien mon cas aussi évidemment, je ne pouvais pas faire autrement. Même si la situation était loin d'être facile entre nous, loin de là, je ne pouvais pas m'en empêcher.

"Ce n'est pas facile pour moi non plus. Tu me manques et... Et je suis sûr que lui aussi aurait besoin de toi." Bien évidemment que je parlais de notre petit garçon. Même s'il ne connaissait pas son père, j'étais bien certaine et j'étais convaincue qu'il avait besoin de lui. C'était une évidence. Bien évidemment qu'il me manquais, que j'avais besoin de lui dans ma vie et que je l'aimais toujours autant qu'au premier jour de notre relation amoureuse, mais en même temps faire un retour en arrière pour ré-habiter ensemble, je n'en voyais peut-être pas que c'était une bonne idée si c'était pour que ça finisse de la même façon que la fois présente. Certes j'aurais beau essayer, je ne pourrais pas le changer, pas changer son caractère ni son comportement. Quand il me disait qu'il m'aimait, ça ne pouvait que me faire sourire et puis mon coeur s'accélérait. J'aurais probablement dit la même chose, mais en entendant la fin de sa phrase, je me demande si j'avais bien entendu ce qu'il venait de dire. Je reposais ma tasse de café sur la table après en avoir pris une gorgée et regardait le jeune homme. "Comment ça ? Quand est-ce que tu l'aurais vu ?" Commençai-je donc à demander, je n'y comprenais rien du tout. "Parce que la première fois, c'était il y a même pas cinq minutes." Rajoutai-je donc, c'était vraiment incompréhensible pour moi. Je ne comprenais pas du tout pourquoi il disait cela parce que même en y réfléchissant, je ne voyais pas du tout quand est-ce qu'il aurait bien pu voir le petit Hector puisqu'il était toujours resté avec moi. C'était juste impossible.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2426

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Mar 1 Mai - 3:21


 


Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.


La maison sentait bon. Elle sentait le propre et pas la cigarette ou même l’alcool. Ce n’était alors pas un lieu pour éduquer un enfant. Pas que Andrea avait eu une vie et des parents difficiles bien au contraire. Toutefois, il était assez intelligent pour comprendre que son fils avait ce même droit. Il devait avoir un père en plus de sa mère. C’était sur un sentiment de culpabilité qu’il suivait Priscilla et Hector jusque dans la cuisine acceptant volontiers de boire quelque chose. Puis, la jeune femme savait faire le café comme nulle autre, bon ! Enfin, c’était peut-être parce qu’elle était sa princesse et il s’en trouvait très égoïste. Andrea appuyait les coudes contre le comptoir baissant le regard momentanément. Il ne savait pas quoi répondre à Priscilla. Est-ce que la maison venait de lui clouer entièrement le bec ou bien était-ce le minois de Hector dans les bras de sa mère ? L’enfant le regardait effectivement avec de grands yeux étonnés. Comme s’il était tout aussi surpris que sa mère de revoir son père. Andrea savait que c’était une pensée idiote, car cela ne se pouvait pas, si jeune Hector avait-il été en décembre.

- Heu ? …

La bouche ouverte, il semblait avoir été pris sur le fait quelques secondes plus tôt. C’est vrai, il avait vu Hector. Il en était tombé amoureux. Amoureux de son fils. Le jeune homme se passait une main dans les cheveux tout en soupirant fortement. Pff soufflait-il tout en se gonflant les joues et réfléchissant rapidement. Il n’avait pas menti après tout, car ils ne s’étaient rien dit depuis plusieurs mois.

- Je l’ai vu à l’hôpital. Je suis venu te voir. Tu dormais, mais lui il était éveillé. J’étais impressionné de voir tes yeux en les siens. Ils sont pareils.

Normalement, la gêne disparaissait plus on parlait. Cette fois, toutefois, c’était l’inverse. La chaleur montait jusqu’à son cou formant une certaine moiteur. Il dut se passer la main droite dans le cou se frottant machinalement. Au moins, il faisait quelque chose de ses mains. Il ne pouvait tout bonnement pas rester stoïque comme un robot sans émotion.

- Et il a mon menton sourie-il de manière plus joyeuse et évidemment faussement arrogante ou on reconnaissait le boute-en-train qu’était réellement Andrea. Mais c’est tout.

Soufflait-il tout doucement ces derniers mots évitant volontairement de prendre trop de place, la gêne et surtout la culpabilité de ses erreurs encore bien trop présentes. Lorsque Priscilla servait le café, le jeune homme fut de nouveau heureux de pouvoir faire quelque chose de ses mains au lieu de les laisser contre ses cuisses à frotter d’avant en arrière celles-ci.

- Je suis content d’entendre que tu vas bien. On est au début mars … Je devrais retourner en compétition à la mi-mai ou au début de l’été …

Il hésitait un peu baissant les yeux sur sa tasse de café noir, car oui Andrea n’y mettait jamais quoi que ce soit préférant goûter à 100 %. Il enveloppait la tasse de ses grosses mains costaudes se demandant si son fils serait tout aussi fort un jour. C’était une pensée qui lui venait comme ça de manière très spontanée comme tout le venait chez très souvent.

- … Je me demandais si tu aurais voulu venir. Je sais qu’on ne le faisait plus souvent dernièrement et que j’étais très égoïste. Mais … Je t’invite parce que j’aimerais me sentir plus … Enfin, plus un homme, un mari et un père et non seulement un nageur de calibre olympique qui se fiche de tout le monde. Je sais que je me fiche de tout le monde et … Je m’excuse de m’être fiché de toi surtout ces derniers mois. Je ne veux plus cela.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla L. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/12/2016
MESSAGES : 2031

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Mar 29 Mai - 23:26



❝Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.❞
Andrea & Priscilla
Je ne comprenais pas comment le jeune homme avait-il déjà pu voir notre fils avant aujourd'hui parce que depuis la naissance d'Hector, je n'avais plus vu le père de ce dernier alors c'était vraiment étrange pour le coup. C'était bien quelque chose qui m'interrogeais là. D'ailleurs c'était pour ça que je demandais directement au jeune homme comment il aurait bien pu voir Hector avant le jour ci. Je préparais le café pour discuter, ça serait bien plus agréable. J'étais littéralement choquée en entendant le jeune homme dire qu'il était venu à l'hôpital quand j'avais accouché. Le fait que je dormais comme il venait de me le dire expliquai bien des choses de comment je n'avais pas pu m'en souvenir moi. Je ne comprenais pas sur le coup pourquoi il n'avait pas pu me le dire plus tôt avant aujourd'hui. Certes on s'était pas revu, mais tout de même il en aurait eu le temps. D'un autre côté ça me faisait plaisir de voir finalement qu'il ne se fichait peut-être pas complètement de nous parce que je me doute bien qu'il n'était pas passé par l'hôpital par hasard, que c'était juste un petit passage comme ça. C'était bien précis. "Mais... Mais pourquoi tu me l'as pas dit avant ? Pourquoi tu m'as réveillé à ce moment-là ?" Oui, j'avais pour le coup pleins de questions qui tournaient dans ma tête. A savoir le pourquoi du comment et j'espérais bien qu'il puisse m'expliquer tout ça. C'est vrai que j'avais pu voir comme le jeune homme venait de le confirmer des choses que le petit tenait de son père et également de moi, sa mère. Comme tous les enfants avec leurs parents après tout. J'avais déjà remarqué ça moi aussi. Il tenait de son père et de sa mère à la fois le petit Hector. Je donnais une tasse de café au jeune homme me prenait l'autre en avalant une gorgée rapidement. J'expliquai donc au jeune homme que pour nous avec le petit tout allait bien de notre côté. Enfin du mieux que ça pouvait se passer. Et puis, mes parents étaient là comme c'était beaucoup plus simple de temps en temps.

Le jeune homme en face de moi m'expliquai donc qu'il allait bientôt retourner en compétition. Pendant un temps, j'y allais avec lui il y a quelques années. Même si ça n'avait pas toujours été tout rose, j'étais bien contente de pouvoir l'accompagner dans le temps à ces compétitions et puis j'étais vraiment fière de lui après tout ce qu'il avait pu faire. Après tout heureusement qu'il était doué là dedans parce que sinon cela aurait un peu gâché notre histoire d'amour pour pas trop grand chose. C'est sûr que ce n'était plus le genre de chose qu'on faisait encore récemment, mais bon ça pourrait peut-être nous permettre de repartir du bon pied. Ou du moins de pouvoir passer du temps ensemble, c'était déjà ça pour le coup. "Si tu le dis, j'espère que je peux te croire." Je lui faisais confiance et il le savait très bien, je pense que ça ne pourrait pas changer. "Mais oui, ça pourrait être sympa de venir comme ça fait longtemps. Je pourrais emmener le petit avec moi." Dis-je donc au jeune homme avec un léger sourire. Après tout Hector aussi pourrait faire partie de l'aventure puisqu'il faisait partie de la famille maintenant. Après tout ce n'était pas en restant chacun dans son coin qu'on pourrait faire avancer les choses, alors il fallait bien commencer par là. Savoir qu'il pourrait changer, il m'avait déjà sortie ça à de nombreuses reprises. Même si ça pourrait être pénible de temps en temps, je continuais tout de même de garder espoir pour nous. Je l'aimais et l'aimerais toujours, c'était comme ça que je voyais les choses. "Moi non plus, je veux plus de ça. J'espère que ça pourrait changer, que tout puisse revenir comme avant un jour ou l'autre." Pouvais-je donc m'empêcher de dire au beau brun.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2426

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Ven 8 Juin - 3:29


 


Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.


Il n’avait qu’haussé les épaules en guise de réponse. Sur le coup, Andrea James Matthews ne savait pas vraiment pourquoi il ne réveilla pas Priscilla. Il s’en trouvait alors gêné qu’elle lui posait les questions se bousculant visiblement sur son visage. Andrea baissait à nouveau la tête sur la tasse de café entre ses mains tout en se demandant s’il avait si bien agi que cela à ce moment. Elle devait croire qu’il lui manqua de respect ayant souhaité uniquement voir Hector. C’était faux. Il l’avait vu dormir si paisiblement. Elle était belle, calme, heureuse et sereine. Comment ne pouvait-elle pas l’être ? Andrea ne voulut pas, ainsi, gâcher ce moment de pure détente en la réveillant. Priscilla l’aurait vu et … Cela ne lui aurait sûrement pas plus. Il ne voulait pas lui faire du tord ou du mal. Il ne le voulait plus surtout.

Alors, il était très heureux d’éviter le sujet en parlant d’elle. Elle allait bien et c’était sûrement l’important. Il but finalement une gorgée de café et cela beaucoup plus lentement que ne le faisait Priscilla allant même à se brûler la langue dans le mouvement. On pouvait voir ses épaules se tendre un moment au ressentit du café bouillant. Ainsi, Andrea reposait la tasse sur la table pour poser à nouveau les yeux dans ceux de Priscilla suite à sa déclaration spontanée d’aller tous ensemble à ses compétitions. Andrea soupira, car il avait oublié un petit détail qui se transformerait rapidement en quelque chose de gigantesque par la suite : il avait perdu son commanditaire principal en même temps que son agent. Il ne savait pas s’il pouvait y arriver par lui-même. Il ne savait pas si la capacité de tout organiser pour un voyage aussi important lui était possible. Il était anxieux à cette idée en plus de se demander dans combien de temps il aurait un découvert sur son compte en banque.

- Bien sûr que Hector vient. Je pensais que cela allait de soi. Je pourrais l’initier à la natation.

Eut-il un petit sourire qu’on ne lui connaissait pas tant il se trouvait réservé. Andrea posait une fois de plus les yeux sur son fils qui le regardait de grands yeux étonnés. Il faisait quelques bruits avec sa bouche qui en faisait sourire le père. Pourtant, si Hector savait que son père était un raté. Si innocent, si pur qu’il ne s’en imaginait pas tant. Il ne pouvait pas comprendre encore tout cela. Heureusement songeait doucement Andrea.

- J’espère aussi répondait-il finalement à l’unisson aux propres mots de Priscilla. ... Je n’aurais peut-être pas dû faire une promesse que je ne pourrais sans doute pas tenir.

Il avait baissé effroyablement le ton jusqu’à le faire devenir un chuchotement tel le chuintement d’un ruisseau au fond d’une gorge. Il avait, subitement, le cœur lourd de dire n’importe quoi. Il alla jusqu’à essuyer ses yeux brillants de larmes qu’on pouvait imaginer celles-ci en de beaux kaléidoscopes. Puis, sa main droite venait alors se mettre devant la bouche bloquant un sanglot allant sûrement lui faire perdre toute fierté restante.

- Je suis désolé. Je n’aurais pas dû promettre n’importe quoi répétait-il plus rapidement comme si cela allait faire passer la douleur plus vite. J’ai eu un stupide accident de parachute en décembre, mon commanditaire principal m’a laissé tomber et mon agent m’a quitté. Je n’ai plus rien et je ne sais pas comment faire pour vivre ma vie. Normalement, on décide pour moi, mais là je n’ai plus rien ! Cela fait près de deux mois que je cherche un agent, mais personne ne veut de moi parce que …

Andrea s’arrêta brusquement de parler s’effrayant des mots qui allaient sortir au travers de ses lèvres. Ses poings s’étaient refermés sur la table sans pour autant cogner durement peut-être grâce à la présence rassurante d’Hector. Le jeune homme avait parlé vite et ce fut une véritable délivrance. Peut-être était-ce même d’instinct que sa moto l’avait mené vers Priscilla plus tôt en cette fin d’après-midi; qu’il en avait de besoin. Son cœur n’en pouvait plus de cette vie peu importe s’il réussissait si bien à la cacher depuis deux mois. Personne ne voulait de lui. On le trouvait trop arrogant, trop immature, trop rebelle et surtout trop téméraire. Et baissant la tête, honteux, Andrea ressentait les larmes couler sur ses joues jusqu’à son cou incapable de les arrêter.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla L. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/12/2016
MESSAGES : 2031

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Mer 18 Juil - 22:41



❝Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.❞
Andrea & Priscilla
Savoir que finalement il avait été présent le jour où notre fils était venu au monde me faisait chaud au coeur, mais je ne comprenais pas pourquoi m'avoir rien dit ? Ne pas m'avoir réveillé le jour où il avait été là où simplement me le dire plus tôt. Bon on ne pouvait pas dire qu'en ce moment on parlait vraiment tous les deux jusqu'à maintenant, mais ça n'aurait pas fait de mal de connaître cette information beaucoup plus tôt. 5 mois quand même ça faisait. Mais bon. Soit. Je n'avais pas envie d'en rajouter une couche. On avait déjà pas mal de choses à régler, alors ça ce n'était pas le plus important. Mon mari m'informe qu'il va repartir pour une compétition, ce qui ne pouvait que me faire plaisir pour lui. Certes nous avions eu pas mal de différents à cause de cela notamment parce qu'il faisait passer son boulot alors sa famille, mais ça ne m'avait jamais empêché d'être fière de lui. Bien au contraire. Je l'étais et le serais probablement toujours. C'était lui qui m'avait donné le plus beau cadeau de la vie, notre fils et ça, ça n'avait pas de prix. D'ailleurs il me proposait justement de l'accompagner avec le petit, ce que j'accepta rapidement me disant que ça pourrait faire bouger les choses entre nous. Et puis pour pouvoir avancer, il ne fallait pas que je reste dans mon coin, à rester chez mes parents avec Hector. Je n'allais pas pouvoir squatter ici, indéfiniment tout de même.

"Oui... Au moins, on sera en famille comme ça." Dis-je donc quand on parlait d'emmener le petit à la compétition également. De toute façon à par mes parents, je ne vois pas y aurait pu nous le garder, alors autant l'emmener avec moi pour qu'il puisse voir son père concourir. Faire une promesse qu'on ne pouvait pas tenir, effectivement ce n'était pas la peine. Je n'allais pas le lui dire, il le disait et le savait lui même. Je l'écoutais donc attentivement et l'entendre dire qu'il avait eu un accident de parachute, qu'il avait perdu son agent me fendait le coeur. Je savais parfaitement que tout ça était important pour lui, sinon on en serait pas arrivé jusque là, lui et moi. "Je suis vraiment désolée..." Commençai-je donc par dire, ce qui était sincère. Ça devait faire des mois qu'il gardait ça pour lui, ça ne devait pas être facile de l'avouer. "Tu n'aurais pas dû garder ça pour toi aussi longtemps. Tu aurais pu venir m'en parler avant..." Rajoutai-je. Je me souviens du jour de notre mariage comme si c'était hier, le prêtre qui prononce « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours et assistance » ce qui était vrai, je pouvais être là pour mon mari dans ces moments-là. Je le devais et le voulais, même. Sinon à quoi ça sert d'être un couple ? Si ce n'est pas d'être présent l'un pour l'autre.

De là à dire qu'il n'avait rien dans la vie, ce n'était pas vrai. "Je peux comprendre que ce soit dur pour toi d'avoir perdu tout ça, mais..." Je baissais légèrement le regard avant de me lever de nouveau vers mon mari. Celui-là allait me filer les larmes aux yeux à force. Et à moi aussi XD "Mais tu n'as pas rien !" Dis-je en me pinçant la lèvre avant de reprendre. "Tu m'as moi. Où m'avais..." On verra bien avec le temps. "Mais tu l'as, lui." Fini-je donc par dire en tournant le regard vers Hector, notre fils que j'avais entre les bras. "Tu peux être sûr que je serais à tes côtés si tu en as besoin. Et mes promesses, je les tiens." Moi oui quand je disais quelque chose, je le faisais et il pouvait être sûr que cette promesse, je pourrais la tenir contrairement à lui. "Tu veux le prendre ?" Demandai-je à mon mari en montrant le petit du regard avant de le portait de nouveau sur Andrea. Mon mari n'avait encore jamais tenu son fils entre les bras, alors je voulais lui laisser cette chance pour qu'il puisse voir ce que ça donne.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2426

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   Mer 1 Aoû - 3:49


 


Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.


Il avait toujours été plus facile de mentir pour Andrea. Le mensonge se trouvait être une échappatoire aux problèmes de la vie. Il n’avait qu’à répondre « oui, je vais bien » et l’autre personne n’en redemandait jamais plus. Ou bien, il ne disait tout simplement rien. Andrea allait à éviter le sujet qui le tracassait pour ne pas l’aborder préférant alors blaguer et raconter des âneries. Le jeune homme pouvait même éviter les personnes avec qui il y avait de l’amertume; comme Priscilla. Comme elle …

Il avait omis de la réveiller à l’hôpital et donc elle ne le vit jamais près de leur fils. Mais il avait tellement peur. C’était cela son problème. Il avait peur du regard des autres, peur d’avoir mal fait.

En fait, Andrea se sentait coupable de faire du mal aux gens qu’il appréciait. Donc, il ne voulait pas savoir les rendre tristes ou en colère.

Mais aujourd’hui, il se sentait tellement coupable pour ne rien avoir dit. Andrea remarquait bien le regard précédent que Priscilla jetait à la suite de la révélation d’avoir été tous les deux à l’hôpital, au même moment. Il tentait de la regarder dans les yeux, mais y arrivait à peine. Mais en même temps, elle était tellement compréhensible et semblait avoir de la tristesse pour lui. Il soupirait tout en passant une main dans ses cheveux.

- Je sais … Mais …

Andrea ne savait pas pourtant. Il n’avait pas su que Priscilla serait là pour lui lors des hauts, mais aussi des bas dans sa vie. Il pensait qu’elle le détestait et ne voulait plus le voir. Alors, il avait évité la jeune femme. C’était comme si ce beau jeune homme impétueux détestait la confrontation. En fait, non il aimait cela. Il haïssait cela avec ses proches pourtant. Il avait toujours été naïf, mais peut-être aussi assez orgueilleux refusant de perdre et d’amener les choses vers une catastrophe. Pourtant, actuellement, il se sentait plutôt très nul et gêné par son comportement des mois passés.

- Merci …

Marmonnait-il tout bas sans pratiquement pas bougé les lèvres. Machinalement, il se frottait les yeux du revers de la main droite éliminant les larmes qui en coulait, bien malgré lui, le long de son visage. Andrea ne voulait plus pleurer. Il se sentait tellement peu fier de sa personne en ce moment. Il se sentait tellement bête de ne pas avoir cru en elle malgré tout. Elle l’aimait encore ? Dites, l’aimait-elle encore ? Cela lui faisait vraiment chaud au cœur. Cette chaleur fit alors apparaître un sourire sincère au bas du visage d’Andrea. Il se sentait mieux et attendrit d’être avec Priscilla et comme avant. Et elle allait jusqu’à lui demander s’il voulait prendre Hector, leur fils.

- Je … Oui !

Toujours aussi spontané, Andrea n’avait évidemment pas pu dire non même si la question lui parue surprenante. Sans détour et en toute confiance, Priscilla lui mettait alors Hector dans les bras. Pendant un instant, Andrea arrêtait de respirer croyant qu’il allait faire du mal à l’enfant. Il faisait très attention à la tête du petit garçon pour cette même raison. Mais Hector le regardait de ses grands yeux tous curieux. Et notre jeune homme souriait. Son cœur s’emplissait plus encore de chaleur à voir ce petit être très calme entre ses bras. En fait, il était une partie de lui-même. C’était étrange de penser cela.

- Je crois qu’il m’aime Priscilla. Il n’arrête pas de me regarder murmurait-il heureux tout en resserrant son étreinte un peu ce qui lui permettait de bercer Hector. Je suis désolé de ne pas avoir été là et de ne pas t’avoir fait confiance.

Reprenait-il sur le sujet précédent maintenant que son esprit plutôt torturé était apaisé. Il prit une grande inspiration, car il enchaînait sur quelque chose qui risquait de lui être douloureux. Toutefois, avec Hector, le père savait être capable de tout vaincre. Il se sentait plus fort, plus courageux, plus responsable et plus mature. Il se sentait vraiment fier en ce moment.

- J’avais peur de te reparler à nouveau. Et ce n’était pas seulement à cause de tes parents rigola-il tâchant d’alléger ses paroles par son caractère de clown. Mais j’avais tort. J’aurais dû te faire confiance. Je le sais maintenant. Tu … Priscilla … Je suis tombé fou amoureux de toi il y a … Cinq ans ... je crois …

Andrea baissait les yeux sur Hector et mordillait ses lèvres devenues, subitement, sèches. Et zut, la nervosité lui faisait absolument tout oublié jusqu’à la rencontre de leur 18ème année en cette fin d’après-midi.

- … Enfin, je veux dire que je t’aime Priscilla. Je n’ais jamais arrêté de t’aimer. J’aimerais … J’aimerais qu’on revienne ensemble. Je te promets de faire tous les efforts pour trouver un agent et un commanditaire. Je … Je vais même vendre ma moto. Je vais aller acheter une voiture pas cool du tout pour que Hector puisse voyager avec nous. Je t’aime. Je VOUS aime en fait.

Lâchait-il émotivement et de plus en plus rapidement, car ses paroles se faisaient moins organisées. Elles étaient lancées pêle-mêle sans aucune méthode; oui, c’était bien Andrea James Matthews.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse ft. Andrea&Priscilla ♡
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo
» Je ne changerais pas d'avis pour tes beaux yeux ! /Neil/
» [JETONS] T'as d'beaux yeux, tu sais !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons-nous ? :: Venice Beach :: Home sweet home-