AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TEAM SAM
Arizona Stewart
TEAM SAM
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 644

MessageSujet: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥   Ven 23 Mar - 1:42



James & Arizona



Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera.



▬ JUILLET 2016. ▬


Je n’en pouvais plus de cette ambiance sur le plateau de télévision. Pourquoi avais-je hérité de la pire rubrique ? Comment pouvais-je tenir à cette place depuis déjà deux ans ? Incroyable, moi-même, je me félicitais. Et pourquoi m’enquiquinais-je à ramener des guests ? Ah oui, c’était demandé par la production de l’émission. La partie people semblait être bien sur le papier. Enfin, en réalité, elle l’était, si je n’étais pas tombée sur cet abruti aujourd’hui. Il aurait pu remettre toute ma carrière en jeu, après m’être démenée pour qu’il est tout ce qu’il veut afin de passer sur l’émission, voilà qu’il me remerciait en me disant que je n’étais qu’une petite sotte de chroniqueuse et que je n’y connaissais rien en acting. Bien sûr que je n’y connais rien. Je ne suis pas derrière des caméras pour jouer dans un film, mais simplement pour présenter la rubrique people d’une émission nationale. Et avais-je envie de devenir actrice ? Hm… Peut-être pas dans l’immédiat. Mais bien sûr, après, on ne sait pas de quoi l’avenir sera fait. N’est-ce pas ? Bon, ok, peut-être qu’un jour j’aimerais le devenir, mais certainement pas si c’est pour que mon cerveau devienne de la bouillie comme le sien ! J’étais remontée comme un coucou, et pourtant, j’agissais comme si tout allait bien. Bien sûr, je savais qu’une nouvelle émission allait être lancée sur la chaîne. Ce n’était pas le moment de faire des vagues, mais plutôt de se montrer parfaite à son poste. J’étais là depuis plusieurs années déjà, j’étais plutôt compétente dans le domaine, même si ce n’était pas gagné à la base. Je souhaitais évoluer davantage, avoir ma propre émission serait concrétiser un premier rêve professionnel. J’en mourrais d’envie ! Et puis, j’avais réussi à sourire à maints abrutis, ce qui méritait tout de même d’être soulevé et récompensé. Bien sûr, je savais que Courtney louchait le poste autant qu’elle louchait sur l’entre-jambe du producteur, et que Jerry n’était pas contre une promotion et sa tête affiché en grand sur une affiche, zoomant à un tel point qu’on apercevrait ses nombreux poils au pif. Je ne me faisais pas d’illusions, la nouvelle émission reviendrait très certainement à Courtney. Comme on dit, dans ce métier, si on souhaite évoluer, il faut coucher. Je me doute que Jerry pourrait coucher avec le patron, mais celui-ci n’était pas de ce bord. Ainsi, l’animateur tentait d’obtenir le poste par d’autres moyens en devenant un toutou, prêt à accomplir les tâches les plus ingrates, et avec le sourire. Personnellement, je n’allais pas m’agenouiller, mais plutôt patienter sagement. Je continuerais de faire mon travail aussi bien que je le fais depuis le début, et si ça paye, c’est parce que j’aurais bien bossé et que je l’aurais mérité ainsi.

Je rentrais chez moi, soupirant tout ce que je pouvais. Home sweet home. Je retirais immédiatement les talons que je maudissais depuis le début de la journée. Pourquoi j’avais opté pour cinq centimètres de plus aujourd’hui, alors que j’allais courir dans tous les sens ? Très inapproprié comme chaussures, je ne vous les conseille pas. J’en retirais même ma robe dans l’élan afin de filer sous la douche. Rien de mieux qu’une bonne douche pour décompresser de sa dure journée de travail. J’étais bien, là, dans mon canapé, avec mon plateau d’une box de pâtes réchauffée à la va-vite, regardant la télévision sous mon plaid bien chaud. Est-ce que la situation pouvait être mieux que ça ? J’en doutais fortement. Et c’est toujours quand t’es bien installé dans ton canapé que : 1) soit t’as une immense envie d’aller aux toilettes, t’empêchant de penser à autre chose que cette subite envie ; 2) un abruti qui vient sonner à ta porte à… Je regarde ma montre… Vingt-trois heures ! VING-TROIS HEURES ! Mais qu’elle impolitesse ! Sérieusement, comment les gens pouvaient aller sonner chez les autres à une heure aussi tardive ? Ça allait que je terminais tard mes journées de boulot, pour être encore levée à cette heure. Si j’avais été dans mon lit, je doute que je me serais levée, ou alors j’y serais allée avec un manche à balai pour leur botter le derrière ! Je rechignais donc en déposant mon plateau sur la table basse, coupant au passage le son de la télévision. Je refermais ma robe de chambre, chaussons en forme de licorne aux pieds, me dirigeant vers la porte d’entrée. Et qu’apercevais-je derrière la porte ? « James ? Mais qu’est-ce que tu fais là ? A cette heure en plus ? »


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM BILL
James Stewart
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 31/07/2017
MESSAGES : 126

MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥   Dim 25 Mar - 19:50


Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera.


Arizona & James

Ça faisait déjà plusieurs semaines que plus rien l'allait dans ma vie. Je trouvais qu'elle n'avait plus aucun sens. Plus rien n'allait entre ma femme et moi. Je ne sais même pas pour quelle raison j'avais commencé à boire, à me mettre à l'alcool mais maintenant, je n'arrivais même plus à m'arrêter. Je faisais que ça à longueur de journée, quasiment. J'avais perdu son job au commissariat, et ma femme en avait marre de mon attitude. Petit à petit je glissais de plus en plus vers la mauvaise pente. J'aimais pourtant ma femme et je voulais tout faire pour la rendre heureuse, mais peut-être bien que maintenant, je n'en étais plus capable. Je n'étais plus capable de rien. A par picoler, c'était la seule chose que je savais très bien faire en ce moment. C'était devenu comme un mode de vie pour moi, même s'il fallait bien que j'arrête à présent. Je le savais, mais je ne pouvais pas m'en passer pour le moment. J'en avais tout simplement besoin en ce moment, c'était devenu comme un besoin vital. Je n'avais donc pas trop fait grand chose de ma journée. J'avais passé la fin d'après-midi dans un bar tranquille de la ville, il n'y avait pas grand monde alors c'était mieux. Je pouvais davantage en profiter. C'était vers les vingt deux heures trentaines que je quittais le bar, totalement dans un état pas possible. Je ne pouvais même pas reprendre la voiture, j'étais bien obligé de marcher à pied. C'était bien encore trop loin pour que je puisse rentrer chez moi, alors la première pensée qui me vient était de me rendre chez ma soeur, Arizona. Elle habitait bien plus proche que chez moi par rapport à l'endroit où je me trouvais.

Il m'avait quand même fallu pas mal de temps pour pouvoir me rendre jusqu'à la maison d'Arizona. J'imagine bien que de l'extérieur, je ne marchais pas très droit. Après tout j'imagine bien que c'est comme ça que ça se passe quand on est bourré. Oui, je devais quand même probablement l'être. Ça m'était arrivé tellement plus d'une fois, alors forcément je connaissais les effets que ça pouvait me faire. Je ne sais pas d'ailleurs pourquoi je me retrouvais chez Arizona plutôt que d'aller directement chez moi même si c'était plus loin, mais j'étais là devant la porte d'entrée de son appartement. D'ailleurs j'étais repartie du bar avec une bière entre les mains, que j'avais eu le temps de terminer sur le trajet. J'espère bien que ma grande soeur aurait quelque chose à boire chez elle, ça serait beaucoup plus sympa. Je restais un instant planté devant la porte d'entrée, avant d'enfin donner quelques coups pour frapper à la porte. Je n'attendis pas très longtemps avant que la blonde ne vienne m'ouvrir la porte. J'eus un sourire qui s'affichait sur mon visage en la voyant. "Salut, grande soeur !" Dis-je donc enthousiasme en la prenant dans mes bras pour la saluer. Ouais elle m'avait peut-être pas invité, mais j'entrais à l'intérieur de l'appartement. On n'allait pas rester sur le pas de la porte, hein. Ça serait préférable tout de même. "J'espère que je ne te dérange pas ? Et t'aurais quelque chose à boire ?" Demandai-je donc à la blondinette lui montrant ma bière qui était vide.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM SAM
Arizona Stewart
TEAM SAM
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 644

MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥   Ven 6 Avr - 3:16



James & Arizona



Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera.



C’est sûr d’une chose : mon système de protection anti-cambriolage était merdique ! Complètement inutile comme gadget ! Et en plus, dans la publicité qui passait à la télévision, ils insistaient bien sur le fait que même une chenille n’arriverait pas à se rendre jusqu’à la porte d’entrée sans finir arrêtée par les policiers à la seconde prévenus par son entrée dans ma propriété. Information erronée, mensongère, que des charlots ! Incroyable qu’une telle publicité remplie de mensonges passe à la coupure de l’émission télévisée dans laquelle j’étais chroniqueuse, j’allais en toucher deux mots à la chaîne et à la marque directement. Surtout parce que j’allais me faire rembourser si le produit acheté ne fonctionnait pas. Oui, ce soir, je râlais ! Je râlais car j’étais tranquillement installée sur mon canapé, chauffée par mon petit plaid bien douillé. Je râlais car j’étais en train de me relaxer, regardant la télévision comme je ne l’avais pas fait depuis un bon moment. Je râlais car j’avais passé une journée atroce qui m’avait valu deux orteils en moins et un déjeuner pris sur le coude d’un goût affreux. En plus de cette histoire de promotion avec une émission à la clef qui tournait dans les couloirs et envahissait chaque esprit. C’était tendu dans les locaux, tout le monde serrait les fesses et se donnait un maximum, jusqu’à ne plus en dormir, ne plus en manger et oublier sa vie sociale. Personnellement, c’est ce que ça m’avait fait, bien que j’essayais de ne pas trop en faire non plus pour que ce ne soit pas stupidement flagrant.

Une fois levée et fin prête à aller ouvrir la porte d’entrée à l’abruti qui vient sonner chez les gens tard dans la nuit, j’étais en train de me rappeler que c’était peut-être bien moi qui avais zappé d’activer l’alarme. Quelle sotte, je n’en savais plus rien. Bon, je ne ferais pas de procès tout de suite à cette marque de dispositifs de sécurité. Je devais être tellement fatiguée que j’en oubliais presque de sécuriser ma maison. Vous me direz, le quartier est bien fréquenté, mais on n’est jamais à l’abris. Je suis une femme seule, dans une belle et grande maison, alors je ne suis pas sereine. Et puis, dans les films d’horreur, ça se passe toujours dans les beaux quartiers, dans les maisons où vivent des femmes seules parce que ce sont des proies faciles. Oui, je regardais trop la télévision. Oui, je deviens complètement paranoïaque quand je suis fatiguée et même le jour en réalité. Mais en ouvrant la porte, quelle ne fut pas la surprise quand j’aperçu mon frère, James. « Salut, grande sœur ! » me saluait-il avec son grand sourire d’abruti heureux. Forcément, je la jouais moins accueillante, ne comprenant pas trop la raison de sa présence à une telle heure devant ma porte. Certes, il n’y avait pas trente-six mille raisons pour qu’il finisse sa soirée sur mon paillasson. 1) il s’était gouré de maison (ce qui serait quand même très étrange) ; 2) il s’était disputé avec sa femme et devait crécher ailleurs le temps d’une nuit ; 3) une simple envie de me faire coucou peut-être. Puis son accolade me mit directement sur la piste. Une odeur d’alcool abominable remplissait mes narines. Bon dieu, il s’était pris un bain rempli de whisky ou quoi ? « J'espère que je ne te dérange pas ? Et t'aurais quelque chose à boire ? » demandait-il sans pression en me présentant sa bouteille de bière vide dans la main. Là, je devenais folle de rage. « James… Mais tu te fous de ma gueule ? » demandais-je plutôt doucement, même si cela revenait à de calmes hurlements, après avoir refermé la porte d’entrée, histoire de ne pas agresser les voisins et qu’ils appellent les flics pour tapage nocturne. « Primo. Tu es au courant qu’il ne faut pas être en état d’ébriété sur la voie publique ? » Merci Arizona Stewart pour faire régner la loi. Forcément qu’il était au courant, il était policier, je le rappelle. Au cas où il l’avait oublié et qu’il avait oublié qu’il ne fallait pas boire tranquillement dans la rue comme il avait pu le faire. « Deuxio, à ton odeur, on sent que tu as bien assez bu. Mon dieu, j’arriverais à avoir le tournis seulement si tu me soufflais à la figure. » continuais-je, toujours plus en colère. Clairement, je montais en pression. Crescendo. « Et putain de tercio, MAIS TU TE FOUS DE MA GUEULE ! » Oui, je pétais un plomb. IL me faisait péter un plomb. J’attrapais avec fureur sa bouteille vide et le tirais vers le canapé. « Je te préviens direct, tu vomis sur mon canapé, je te tue ! » Il faut l’avouer, il y avait des risques, et ça me faisait peur. En grande sœur parfaite et prévoyante, j’attrapais une petite bassine "au cas où" et m’installais ensuite à nouveau sur mon canapé, regardant James d’un air déprimé. « Bon, pourquoi tu t’es mis dans cet état pitoyable ? T’es complètement bourré et tu t’es dit que t’allais me rendre une petite visite pour me faire profiter de ton état ? C’est trop gentil, il ne fallait pas. » J’arrivais presque à plaisanter. Presque.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM BILL
James Stewart
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 31/07/2017
MESSAGES : 126

MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥   Dim 6 Mai - 11:12


Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera.


Arizona & James

Je n'allais pas bien aujourd'hui comme la plupart des jours en fait, ce n'était pas une grande surprise. J'avais passé une bonne partie de la journée dans un bar à boire, ce qui est plutôt normal finalement avant de me rendre chez Ariazona, ma grande soeur. Ouais bon j'avais déjà pas mal bu en arrivant chez la blonde. Avec ma femme tout ne se passait pas bien dans ma vie, alors oui j'avais trouvé le réconfort dans la bouteille. En fait, ça faisait déjà un petit moment que j'en prenais probablement parce que ça devenait de plus en plus grave. Notre relation avec ma femme ne s'arrangeait pas du tout, c'était de pire en pire en fait. J'avais fini ma bière sur le trajet jusqu'à la maison d'Arizona. Savoir quelle heure il était, je m'en fiche un peu à ce moment-là. Je n'en avais aucune idée, je ne savais même pas si la jeune femme blonde serait chez moi pour pouvoir m'ouvrir. Heureusement qu'elle était là, qu'elle avait répondu présente ce soir, sinon je ne sais pas réellement ce que j'aurais pu faire sans elle ce soir. Juste par politesse je lui demandais tout de même si je ne la dérangeais pas, peut-être était-elle occupé, mais bon elle n'allait pas laisser son frère sur le pas de la porte tout de même. Ce n'était pas des choses qui se faisaient à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, eh oui c'était ça la famille. Même si des fois, on s'en passerait très volontiers. Ce foutre de sa gueule mais non, je ne comprenais pas bien pourquoi elle me disait cela après tout. J'entrais donc à l'intérieur de la maison de ma grande soeur, on n'allait pas continuer de discuter sur le porche de sa maison. "Mais je ne suis pas en état d'ébriété." Dis-je donc à ma soeur avec un léger sourire qui apparaissait sur mes lèvres.

Du moins, je ne l'étais pas encore totalement. Je demandais donc à la jeune femme si elle n'avait pas autre chose à boire parce que ma bière était déjà vide et que je voulais encore boire un coup. "Alors je tâcherais de faire attention." Dis-je donc en rigolant légèrement quand la jeune femme me disais qu'elle pourrait avoir le tournis assez rapidement si je lui parlais bien trop proche de la figure. Elle avait l'air un peu énervé, je ne comprends pas pourquoi après tout. La blonde attrapait la bouteille de bière que j'avais entre les mains pour pouvoir la mettre à la poubelle. "Ou sinon si je t'embête, je peux aller boire ailleurs hein !" Rajoutai-je donc en plaisantant. Je pense quand même qu'elle n'allait pas me foutre dehors, mais elle n'avait pas l'air très motivé à vouloir me donner un coup à boire. Je viens donc m'installer sur le canapé de la jeune femme, je tombais dessus comme une masse. Je ne pouvais que rire quand la blonde me disait de ne pas vomir sur son canapé. C'est sûr qu'avec l'odeur, je ne pourrais pas le supporter non plus. Alors bien évidemment que je vais tâcher de faire attention à ça. "Oh non, t'inquiète pas. Je vais faire attention." Dis-je donc à la blonde pour la taquiner. Pourtant cette dernière vient quand même m'apporter une bassine juste au cas où ça pourrait mal tourner dans mon ventre et me donnerai envie de vomir. Ma grande soeur était toujours aussi prévoyante. La jeune femme vient me rejoindre sur le canapé. Je ne savais pas réellement j'y arriverais à lui raconter ce qu'il m'arrive. Après tout c'est bien vrai qu'il m'arrivait souvent de boire un verre, mais ma soeur n'avait pas l'habitude de me voir dans cet état et heureusement pour elle d'ailleurs. "Ooh ta maison était plus proche de la mienne. Je n'avais pas le courage de faire un pas de plus." Commençai-je donc par expliquer à ma grande soeur. C'est vrai que sur le trajet, je m'étais rendu compte que sa maison était plus proche de la mienne, c'était bien pour ça que je n'étais pas allé plus loin et que je m'étais arrêté devant la maison d'Arizona. "Ça ne va pas super dans ma vie en ce moment, en fait..." Rajoutai-je donc. Je ne savais pas si elle me demandait, si je pouvais bien lui dire la vérité, mais c'était un peu compliqué à expliquer. Savoir que mon mariage était complètement fichu, ce n'était pas facile à avouer, même à ma famille, c'était pire en fait je pense.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM SAM
Arizona Stewart
TEAM SAM
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 25/02/2017
MESSAGES : 644

MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥   Mer 5 Sep - 20:15



James & Arizona



Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera.



Il est vrai qu’il m’arrivait d’agir une maman poule. Et ce, depuis toute petite. J’étais maternelle avec mes frères et sœurs, mes amis, même mes parents. Tout le monde y passait. J’étais la petite nana aux couettes qui s’inquiétait de tout et de rien, qui restait sage dans un coin, qui essayait d’arranger les problèmes de tout le monde sans même qu’on lui demande, qui se faisait parfois marcher sur les pieds, mais tout cela lui plaisait. C’était ainsi que je me sentais utile, voire aimée. C’était mon rôle. Ou du moins, le rôle que je m’étais moi-même attribué. J’avais toujours été très sage dans ma vie. De ma naissance, jusqu’à maintenant. Rares étaient les fois où j’avais pris des risques. L’unique remontait il y a huit ans, avec Zackary, contre Sidney. C’est la seule fois, le seul moment où je me suis autorisée à prendre un risque. Non, correction : mon cœur avait pris ce risque tandis que ma raison me hurlait de ne pas le faire. Parce que j’étais loyale à mon amie, mais complètement folle amoureuse de Zackary Larson. Et finalement, ça avait été un mal pour un bien. Certes, j’avais perdu une amie très chère à mon cœur, mais j’avais gagné l’homme de ma vie. Enfin, c’est ce que je pensais à l’époque. D’ailleurs, il s’agit de la seule fois où je n’ai pas tenté de sauver les pots cassés. L’unique. J’aurais pu tout arrêter avec Zackary, même si le mal avait été fait, pour tenter de garder Sidney auprès de moi. Parce que finalement, elle seule m’avait prise sous ses ailes, elle seule m’avait comprise ou avait tenté de me comprendre. Mais non, je n’avais rien fait, rien dit. Puis j’ai repris mon rôle de maman juste ensuite. Il s’agissait de l’unique fois que j’avais été contre mes idées, contre mes pensées, contre ma raison. Désormais, je réfléchissais beaucoup trop. Je ne voulais plus faire les mêmes erreurs. J’avais beaucoup appris de cette histoire. Le départ de Zackary m’avait tellement affectée que j’aurais préféré toujours écouter ma raison et ne pas tomber dans ses bras lors de cette fameuse soirée il y a huit ans. J’avais appris qu’il fallait toujours suivre sa raison, ne pas écouter son cœur comme la sotte que j’avais pu être. C’est pourquoi, peut-être, maintenant j’étais seule. Seule avec mon pot de glace, comme une mamie sous son plaid, regardant la télévision jusqu’à pas d’heure. Il faut dire que mes horaires étaient plus que variables et je n’avais jamais de vrai rythme. Ainsi, il m’arrivait de regarder la télévision à onze heures du soir un jour, comme cinq heures du matin le lendemain. Logique. La fatigue ? Je ne connaissais pas. J’aimais mon travail, j’avais toujours rêvé de cela et y étais arrivée. Je n’allais pas abandonner comme cela, surtout si une promotion et l’opportunité d’avoir sa propre émission était en ligne de mire. Et malgré mes courtes nuits, j’étais toujours en forme.

Et heureusement que j’avais ces horaires, sinon j’aurais certainement tué mon frère de me réveiller de la sorte. Quelle idée de venir à cette heure-ci, vraiment ! Cet homme était un cas. Ainsi, le mode « maman poule » se remettait en marche. « Mais je ne suis pas en état d'ébriété. » affirmait-il. « Non, t’as raison, c’est au-delà ! Tu arrives à peine à le dire, tss. » m’énervais-je contre mon jeune frère. A croire qu’il faisait sa crise de la trentaine en avance. Sauf que celle qui allait avoir trente ans bientôt, ce serait moi ! Et cette troisième dizaine, m’effrayant au plus haut point, ne me rendait guère plus agréable à une telle heure. Au contraire ! « Alors je tâcherais de faire attention. » répondait-il simplement alors que je l’avais mis en garde contre mon canapé propre et bien trop cher pour qu’il me le rachète si souillage il y a. Sa tête de merlan fris m’excédait au plus haut point. On aurait dit qu’il tenait une pancarte lumineuse avec écrit « je me fous complètement de ta gueule et ça ne me dérange absolument pas ». Oui, c’est une très longue pancarte ! « Ou sinon si je t'embête, je peux aller boire ailleurs hein ! » ajoutait-il avec sa tête de crétin fini. Je peux vous dire que j’étais remontée comme un coucou ! C’est pourquoi je ne buvais jamais d’alcool : parce qu’on faisait les pires erreurs avec de l’alcool dans le sens, qu’on faisait chier tout son entourage et parce qu’on avait une haleine abominable. A croire qu’en plus il le faisait exprès d’amener son visage aussi près du mien ! « James, n’essaie pas de te rendre encore plus idiot que tu ne l’es déjà. » dis-je calmement. Il fallait que je me calme. Calm down… C’était comme parler à un mur. Et encore, un mur tendrait peut-être mieux l’oreille et comprendrait clairement ce qu’on lui dit. James bourré, c’était affreux. Maman poule, prévoyante comme je l’étais, j’amenais tout de même le matériel nécessaire aux côtés de James. Parce que ce n’était tout de même pas la première fois que j’accueillais quelqu’un ayant bu. Mais toute personne ne buvant pas une goutte d’alcool et accueillant toujours des gens bourrés comme des coings comprendront mon malheur à cet instant. Je reprenais en même temps mon calme, histoire de ne pas faire grimper les hostilités inutilement en cette douce nuit. Je demandais alors tranquillement pourquoi mon frère avait-il autant bu, et presque avec un sourire. « Ooh ta maison était plus proche de la mienne. Je n'avais pas le courage de faire un pas de plus. » …. OK. Il se foutait clairement de ma gueule. Croit-il vraiment que c’est ce que je lui ai demandé ? Et en plus, on aurait dit qu’il me répondait par la phrase la plus absurde qu’il soit. Et alors que j’allais m’énerver une nouvelle fois, il reprenait la parole. « Ça ne va pas super dans ma vie en ce moment, en fait... » Ok, là, c’était une réponse qui me plaisait déjà plus. « Hm. D’accord. Et je peux savoir ce qu’il se passe dans ta vie alors ? » C’est vrai qu’il ne pouvait pas directement expliquer, non, il fallait bien sûr que je lui demande. La soirée allait être longue, c’est moi qui vous le dit. « Il faut vraiment que ça aille très mal pour se mettre dans un état pareil. Si j’étais vraiment une méchante sœur, je te prendrais en photo et je la montrerais à chaque repas de famille pour que tu te rappelles ce moment gênant ! » annonçais-je en taquinant. Toujours tirer parti d’un instant de faiblesse d’un de ses frères et sœurs ! C’est une règle de base.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
Même la nuit la plus sombre prendra fin et le soleil se lèvera. | ft. James ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "La nuit la plus sombre a toujours une fin lumineuse" - Nuage de Vie
» Une nuit aussi sombre que le charbon ¬¬
» La nuit du renouveau.
» Description de la Mer Sombre
» Du bleu dans une sombre nuit [Pv Hans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: J'ignore de le savoir :: Des fois, t’as pas un peu envie de pas rien faire ? :: Flashback-