AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « On ne laisse pas bébé dans un coin » ∞ Bébé ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël Grimes
Admin fragile
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 374

MessageSujet: « On ne laisse pas bébé dans un coin » ∞ Bébé ♥    Jeu 12 Avr - 22:35

« T’es au courant que tu es chiante ? » lâcha Raphaël dans un soupir désabusé. Il n’en arrivait même plus à être en colère. Il avait dépassé ce stade, en arrivant à être totalement blasé. Lyra se tenait devant lui, un air innocent plaqué sur le visage, comme si elle ne comprenait pas un traître mot de ce qu’il lui disait avec beaucoup de simplicité. Il se remit le nez dans sous son capot, ne cherchant pas à polémiquer. Il savait bien qu’il était inutile de la rejeter. Cette gamine n’en faisait qu’à sa tête. « Je te préviens, si jamais la furie qui te sert de tutrice se radine ici, tu la gères et tu la suis. » Parce que la Lou Morland, il commençait à en avoir ras le cul. Ce n’était pas une femme, mais une dangereuse hystérique qui préférait jouer de ses poings plutôt que de discuter. Cela n’aurait pas été pour déplaire à Raphaël si ce dernier n’était pas injustement accusé de dépraver cette fillette. Sauf que c’était cette dernière qui prenait un malin plaisir à venir à sa rencontre. Soi-disant qu’elle voulait que le mécanicien soit son père. Evidemment, il rejetait l’idée en bloc. D’autant plus qu’il avait déjà une fille apparemment… ah il ne préférait même pas y penser. Il se remit à son ouvrage, grognant et pestant à tout va. Cela n’était pas pour dissuader Lyra qui lui tenait compagnie, qui l’aidait dans son ouvrage ou qui lui filait les outils. Il acceptait son aide sans ciller, dans ce silence qui en disait peut-être parfois plus que les mots, la bousculant quand elle voulait mettre ses mains où il ne fallait pas. Autour d’eux, les autres employés s’étaient visiblement déjà habitués à la présence de cette enfant qui n’hésitait pas à se rendre ici. Farouchement, elle semblait vouloir faire comprendre à Raphaël qu’elle avait besoin de lui. Mais pour l’instant, l’ancien soldat n’avait besoin que d’extérioriser cette rage et ce chagrin qui le tenaillaient. Il était devenu un homme plein de regrets. Torturé par les « Et si… » Et s’il était resté. Et s’il s’était battu pour Mary. Pour son enfant. S’il avait su que cette gamine aux cheveux de feu était sa fille, que serait-il advenu de lui ? En serait-il à ce stade aujourd’hui ? Mary serait-elle morte ? Aurait-il été heureux ? Sa fille l’aurait-elle aimé ? Il n’osait se formule pour lui-même toutes ces questions, mais elles étaient ancrées en lui d’une manière ou d’une autre. Il était perdu. Plus que jamais, il se sentait seul et loin de chez lui, loin de lui-même. « Tu sais, avant, j’habitais à San Francisco. » Grand bien lui fasse. Pour toute réponse, il émit un grognement. C’était bien la première fois qu’elle se confiait à lui. Pour une information bien futile à ses yeux, mais c’était un commencement. Aujourd’hui, il s’en moquait. « Mais je préfère Los Angeles. Et toi, t’étais où ? » Pas si sotte la petite pour avoir remarqué qu’il n’était pas vraiment d’ici. Elle avait dû le saisir au fil des quelques échanges houleux avec Lou, à moins que ça ne lui ait échappé par hasard. « Un peu de partout. Surtout ailleurs. » Il en avait connu beaucoup des villes. La première où il vivait avec ses parents, jusqu’à ce qu’il ne parte avec sa mère à Chicago au décès de son père. Puis il y avait eu l’armée, beaucoup de villes de passage, jusqu’à Philadelphie où il était resté pour Judith, puis pour son garage, et désormais, un nouveau paysage avec celui de Los Angeles. « Pourquoi t’as beaucoup voyagé ? Tu n’aimais pas les villes où tu étais ? » Raphaël se laissa le temps de la réflexion par un long soupir qu’il lâcha. En ce moment, il n’était guère prolixe et affable, bien trop terrassé sans le dire par la mort de Mary et toutes les conséquences qu’elle engendrait. « Je n’ai jamais trouvé de raison de rester. » lâcha finalement tandis qu’il essuyait ses mains recouvertes de cambouis sur un chiffon. Il en avait terminé avec son ouvrage, mais aussi avec sa matinée. « Et maintenant ? » Lyra le dévisagea intensément. Voulait-elle devenir une raison pour lui de rester ? Un instant, il crut voir Bucky dans le reflet de ses prunelles. Des raisons de rester, il pouvait s’en donner des tas. Judith, sa famille, peut-être sa fille, Lyra… pourtant, tout en lui hurlait qu’il devait partir, partir vers l’horizon sans se retourner. Parce que contrairement à ce que Raphaël montrait, il était un lâche, un trouillard et un fuyard. Depuis que Judith lui avait donné les papiers du divorce, son seul désir était de partir très loin. Le mécanicien ne sut lui donner de réponse. « Allez viens, on se casse. »

***

Il ne savait pas si c’était un don en soi, mais Lyra se débrouillait toujours pour débarquer au garage les jours où Raphaël projetait d’aller voir sa sœur Becca. Si bien que lorsqu’il eut fini sa matinée de travail, il embarqua la petite avec lui. De plus, les deux filles avaient désormais connaissance. Sa cadette savait ce qu’il en était de cette rencontre imprévue entre le motard et la petite fille, du harcèlement qu’elle exerçait sur lui. Car il ne voyait pas les choses autrement : c’était du harcèlement. Mais pas uniquement du côté de Lyra, mais aussi de Lou. Le coup de martinet qu’il avait reçu il y a bien une semaine, il s’en souvenait encore. Du moins, son postérieur se remémorait l’incident. Rien qu’à ce souvenir, il rêvait de pouvoir tuer la brune, de lui éclater la tête contre le bitume ou de lui enserrer le cou jusqu’à ce que ses yeux sortent de ses orbites. Bref, de jolis projets. Toujours est-il qu’il s’épargnait les présentations. A la différence que Lyra ne démordait pas du fait que Raphaël était son père en devenir, et Becca, sa tante. Ainsi, dès que sa cadette eut ouvert la porte. « Bonjouuur tata Becca ! » Le motard leva les yeux au ciel, ne jugeant pas utile d’intervenir pour la rabrouer. Essayer de convaincre Lyra d’une idée contraire quand elle était convaincue de quelque chose, c’était comme gueuler dans le cul d’un poney. Inutile. « Je peux avoir du coca ?! Et tu as d’autres dessins animés ?! » C’est qu’elle connaissait la musique maintenant. Elle savait trouver son bonheur chez la blonde. « Salut. » dit sobrement Raphaël en pénétrant dans l’appartement à la suite de la petite. Si cette dernière jouissait d’un coca, il s’accordait le droit à une bière. Chacun ses traditions. Lyra ne fut pas bien compliquée, et elle voulut à nouveau se coller devant le Roi Lion. Parfois, Raphaël que, dans le fond, elle n’était qu’une gamine. Une petite fille comme vraiment comme les autres, mais devrait l’être. Quelques minutes plus tard, ils étaient tranquilles dans le salon. « Elle est comme une merde collée à ma chaussure, je n’arrive pas à m’en défaire. » Parce que si Becca ne disait rien, il cernait bien ses regards, ses expressions intriguées. Et surtout… SURTOUT ! son amusement. Sa sœur se foutait clairement de sa gueule. « Comment vas-tu ? » demanda-t-il avant qu’elle ne puisse faire une remarque désobligeante sur l’importance qu’il accordait à cette enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bébé B. Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 29/03/2016
MESSAGES : 1310

MessageSujet: Re: « On ne laisse pas bébé dans un coin » ∞ Bébé ♥    Dim 15 Avr - 15:39

« On ne laisse pas bébé dans un coin »
Raphaël ∞ Bébé
La journée est clairement des plus banales et c'est mon jour de repos. Il faut dire qu'on n'en a pas spécialement beaucoup avec Gabriel qui est très exigeant et qui nous demande beaucoup. Je ne peux pas dire que je lui en veux, même si des fois je l'insulte dans ma barbe, je ne peux m'empêcher de l'admirer et de me sentir fière de participer à sa comédie musicale. Surtout dans le rôle de Roxane, cette femme fatale qui a la chorégraphie la plus sexy au monde. Je donne tout ce que j'ai pour ce rôle mais je sais que ce n'est jamais assez pour Gabriel. C'est pour ça que même pendant mon jour de repos, je suis en train de m'entraîner dans ma petite salle que j'ai aménagée pour être un petit studio de danse. Je porte un body noir, des guêtres et des chaussons à la Flashdance. Une jambe sur la barre, je fais des étirements avant de commencer mes enchaînements, de mettre la musique et de tout faire pour que Roxane prenne possession de mon corps (sans mauvais jeu de mots.)
Mais alors que je suis dans l'enchaînement le plus difficile, voilà que la sonnette retentie et que je manque de tomber lamentablement. Je ne peux m'empêcher de grogner alors que j'arrête la chaîne-hifi. Je prends une serviette afin d'essuyer ma sueur et la passe autour de mon cou avant d'aller ouvrir. Skylar n'étant pas là, je me dis que cela doit être pour moi, ou alors je serais en droit de renvoyer la personne et de reprendre là où j'en étais. Mais alors qu'au début, j'ouvre la porte et alors que je suis prête à être exécrable, voilà que je souris grandement comme une idiote.
- Bonjouuur tata Becca !
Je ne peux m'empêcher de rire alors que je caresse tendrement ses cheveux quand la fillette passe à côté de moi.
- Je peux avoir du coca ?! Et tu as d’autres dessins animés ?!
Je ne peux m'empêcher de sourire alors que je vois la mine déconfite de mon frère. Il l'adore mais il fait toujours la gueule, il faut dire qu'il fait la même tête avec moi, alors je peux dire sans hésiter qu'il adore cette petite.
- Salut
Je le prends dans mes bras alors qu'il passe à côté de moi, genre il va échapper au bisou, qu'il est crédule. Je me recule en riant alors que je m'approche de Lyra. Je lui offre donc son coca et on choisit ensemble un dessin animé : Le Roi Lion. Je préviens Raphaël que je vais enfiler un short aussi, histoire d'avoir les jambes un peu plus habillées et je reviens rapidement dans le salon retrouver mon frère.
- Elle est comme une merde collée à ma chaussure, je n’arrive pas à m’en défaire.
Et voilà que je pouffe de rire alors qu'on s'installe sur le canapé, rien que tous les deux.
- Si c'est le côté gauche, il paraît que ca porte bonheur. Et je pense clairement que c'est le côté gauche. Cette gamine me fait beaucoup trop rire et je suis super heureuse d'être tata, à double titre mais je préfère éviter le sujet.
Je me tourne vers lui et je vois bien que je l'agace, mais il ne peut pas se passer de moi, c'est ainsi.
- Comment vas-tu ?
J'hausse les épaules en souriant.
- Je vais bien, j'étais en train de m'entraîner. Bientôt il y aura la première du Moulin Rouge et j’espère que tu pourras venir. Lyra est aussi invitée bien sûr, je dis avec un clin d'oeil. Et toi, tu vas bien ?
Je suis vraiment heureuse de voir mon frère, moi qui voulais râler il a toujours le don de me calmer et de se montrer protecteur avec moi. Soudainement, je me souviens d'une grande nouvelle, je me redresse sur le canapé et me mets à sautiller dessus. Je sais déjà qu'il va lever les yeux au ciel mais je m'en fiche.
- OH MON DIEU ! Tu devineras jamais ! Tu vois qui est Dakota Greenaway ! Je suis certaine que tu sais pas qui c'est en vrai, c'est un chanteur qui a une voix tellement sexy. Il est venu à l'une des répétitions et il m'a demandé d'être danseuse dans son prochain clip ! Tu imagines, je vais danser dans un clip de Dakota Greenaway ! Bon, je n'ai pas encore de détail, je pense qu'il y aura plusieurs personnes et du coup, enfin on me remarquera pas vraiment mais c'est une chance inouïe !
Je suis tellement heureuse de cette nouvelle. Le tournage du clip commence dans quelques jours et je suis tellement impatiente que dès que j'y pense, j'y sautille comme en ce moment même.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Grimes
Admin fragile
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 374

MessageSujet: Re: « On ne laisse pas bébé dans un coin » ∞ Bébé ♥    Lun 23 Avr - 21:49

Être père n’était pas la mission la plus simple qui soit. Raphaël apprenait difficilement à s’en rendre compte. Non seulement père d’une jeune fille en pleine crise d’adolescence, il fallait qu’une gamine paumée vienne se greffer à lui. Quelquefois, il en venait à penser que les champs de bataille étaient une guerre bien moins difficile à mener. Surtout lorsqu’il se trouvait en présence de sa fille véritable. Sa paternité, il ne l’avait découverte que très récemment par un mystérieux mensonge de la première femme qu’il avait aimée. Pourquoi conserver un tel secret ? Raphaël ne cessait pas une seule seconde d’y songer malgré lui. Ça démangeait, ça le grignotait, ça le rendait fou. Il avait tout raté de la progression de cette enfant qui avait parcouru les USA pendant près d’un an pour retrouver sa trace. Ses parents étaient morts, son frère aussi… Que lui restait-il après ? Uniquement un père qui n’était qu’un bon à rien. Au fond de lui, le mécanicien le savait. Il n’avait rien à lui offrir. Pas de belles valeurs. Aucun bien véritable. Pas un véritable foyer. Des bras rassurants pour l’accueillir. Pas même un peu d’amour. Encore moins pour Lyra qui demeurait constamment sur sa route. Ne pouvait-elle pas comprendre d’elle-même qu’il n’avait rien à lui offrir hormis une âme toute cabossée et des mains calleuses pour la porter tout au long de son existence ? Pourtant, elle restait là.

« Tu n’es pas tata. » rumina Raphaël, faisant autant mention de la petite tempête que de la grande. Pour Lyra, cela résonnait comme une évidence. Pour Skylar, le constat à faire était plus cruel. Il n’était pas encore prêt à la considérer comme un membre de la famille, encore moins pour fille. Pour l’instant, elle n’était qu’une variable inconnue. Mais s’il ne voulait pas s’en occuper, il ne pouvait pas s’empêcher de s’en préoccuper. Même s’il faisait tout pour ne pas la croiser, la savoir chez Becca le rassurait. Il préférait cela plutôt que de la voir encore une fois dans la rue à faire n’importe quoi et à s’attirer des ennuis. Il ne pouvait pas être là constamment pour récupérer ses bêtises. « Mouais, je verrai. » Son ton était bougon. Premièrement parce qu’elle se moquait de lui en proposant d’inviter Lyra, mais aussi parce que la danse, ce n’était pas trop son truc. Le chant non plus. Alors passer toute une soirée à un spectacle de chant et de danse… ce n’était pas pour l’enthousiasmer. Pourtant, il le ferait quand même. Dans le fond, Becca devait le savoir aussi. Elle connaissait suffisamment son frère pour parvenir à distinguer ses différents grognements. « Ça va. » Il fut sommaire dans sa réponse, n’ayant pas l’envie d’évoquer sa dernière confrontation avec Judith, et encore moins les problèmes qu’il pouvait rencontrer avec sa fille. En vrai, il ne voulait pas que quiconque lui pose la moindre question, aussi fut-il presque soulagé de voir le visage de sa sœur s’éclairer comme si une idée merveilleuse venait de lui traverser l’esprit. Son contentement se tarit bien vite quand elle se mit à sauter sur le canapé, menaçant de renverser sa précieuse bière. « Becca… » souffla-t-il avec une exaspération presque résigné et paternelle. Un flot d’informations lui arriva bien vite dans la tête. A la tête qu’il fit, elle comprit rapidement qu’il n’avait pas la moindre idée de qui était ce fameux Dakota Greenaway. Il n’était pas bien certain de vouloir savoir non plus, mais il n’eut pas le choix. En effet, il aurait préféré ne pas savoir qui il était. Néanmoins, la nouvelle de Becca restait bonne et il esquissa un sourire. Il s’agissait de son expression la plus démonstrative qu’il possédait en réserve. « C’est génial. » Il supposait ? Il n’y connaissait rien, et il préférait jauger au niveau d’enthousiasme de sa sœur. « Los Angeles fait décoller ta carrière. » Il disait cela sur un ton détaché, mais il n’en était pas moins investi. Même si ça ne lui plaisait pas toujours qu’elle s’exhibe de la sorte, il pouvait comprendre cette passion dévorante. « Il sort quand ce clip ? » Oui, parce qu’il se fendrait de le voir. De toute manière, il n’aurait sûrement pas le choix. Becca lui mettrait rapidement devant les yeux sans lui demander son avis. Elle savait lui imposer les choses comme personne d’autre. Tout à coup, une petite tête brune apparut dans le salon. Il aurait bien renvoyé Lyra à son dessin animé, mais de grosses larmes coulaient sur ses joues. « Qu’est-ce qu’il t’arrive ? » s’inquiéta-t-il en dépit de son ton bourru. « Moufassa… il est mort. » bredouilla Lyra. Raphaël poussa un long soupir qui poussa l’enfant à lui donner un coup de poing dans l’épaule de mécontentement face à aussi peu de bon cœur. L’instant d’après, toujours cette même mine farouche plaquée sur le visage, elle vint se lover dans ses bras et il ne se défendit pas. Seul le regard de Becca lui fit lever les yeux au ciel. Si elle s’abstint de tout commentaire désobligeant, elle eut la bonne idée de remonter rapidement le moral de Lyra tandis que Raphaël lui frottait machinalement le dos. Au bout de quelques minutes, revigorée, la petite repartit au visionnage de son dessin animé, en quête des fameux Timon et Pumba. « Judith veut divorcer. » annonça abruptement Raphaël quand ils furent à nouveau seuls. « Elle va partir avec cet autre homme. Elle m’a donné les papiers et elle veut que je les signe. » Sauf qu’il n’était pas encore prêt à renoncer à elle. Il prit une nouvelle gorgée de sa bière, le regard ostensiblement focalisé sur sa bouteille. « Elle ne reviendra pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bébé B. Swan
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 29/03/2016
MESSAGES : 1310

MessageSujet: Re: « On ne laisse pas bébé dans un coin » ∞ Bébé ♥    Ven 25 Mai - 19:10

« On ne laisse pas bébé dans un coin »
Raphaël ∞ Bébé
J'aime bien discuter avec mon frère, parce que j'aime mon frère tout simplement. Je pense que c'est une bonne explication non ? Enfin bref, je suis tellement heureuse de pouvoir partager la nouvelle du clip avec mon frère. Je sais qu'il n'y comprend rien, je sais qu'il ne sait absolument pas qui est Dakota mais par chance, je suis là afin d’étoffer sa culture générale. Bon, je sais qu'il s'en fout malgré tout et que la seule chose qui l'intéresse est de me voir heureuse. Et je le suis, clairement.
- Los Angeles fait décoller ta carrière.
Je dois avouer que je ne suis pas certaine que cela lui plaise que je sois danseuse. Il faut dire que l'idée de savoir que je me trémousse dans des tenues plus ou moins légères n'a pas l'air de l'enchanter. Bien sûr, je ne fais pas dans le strip tease, mais parfois je n'hésite pas à montrer mon corps dans des bodys et de la dentelle, ce genre de chose. Et puis je l'ai invité à venir me voir pour le Moulin Rouge, et je joue dedans dans la musique qui parle d'une prostituée... Aucun doute, il va a-do-rer.
- Il sort quand ce clip ?
J'hausse les épaules.
- Pas encore, on va d'abord le tourner et je pense que la date viendra plus tard. T'en fais pas, tu seras le premier au courant !
Je ris et ne cesse de sautiller un petit peu alors que Lyra revient dans le salon, des larmes plein le visage.
- Qu’est-ce qu’il t’arrive ?
Il pourrait avoir l'air bourru, mais je sens l’inquiétude dans sa voix. Je ne dis rien, mais mon regard admiratif en dit long. Il a beau faire les hommes durs, il a beau ne cesser de me dire que cette gamine le fait chier, il l'adore. Je n'en démordrais pas.
- Moufassa… il est mort.
Ah... Cette scène a toujours été celle qui me faisait pleurer le plus dans les Disney, ça et lorsque Abu devient un éléphant... Brrr, terrifiant.
Je remarque leur petit échange et cela me fait sourire, mais je suis totalement attendrie lorsqu'elle se love dans ses bras et qu'il ne fait absolument rien pour la rejeter, au contraire. Je le vois lever les yeux au ciel, comme pour se donner encore un rôle de méchant, mais je sais dans le fond qu'il l'aime cette petite. Je me penche alors vers la petite qui me regarde et je souris.
- J'ai toujours détesté ce passage, et pourtant j'adore ce Disney. Tu veux savoir pourquoi ? Elle hoche la tête. Je peux pas te le dire, tu dois voir la suite pour cela et tu comprendras.
Je lui tapote le nez ce qui la fait rire et elle se redresse, courant presque jusqu'à la chambre afin de regarder la suite de son dessin animé. Je la regarde en souriant avant de me tourner vers mon frère.
- Tu es si bien avec cette petite... Elle a de la chance de t'avoir.
Et comme tout droit sorti d'un cauchemar, Raphaël m'avoue cela :
- Judith veut divorcer.
Je perds mon sourire, je perds toute joie en même temps que je le regarde droit dans les yeux. Je ne sais pas vraiment quoi dire et du coup j'attends qu'il m'en dise un peu plus.
- Elle va partir avec cet autre homme. Elle m’a donné les papiers et elle veut que je les signe. Elle ne reviendra pas.
Je pose ma main sur la sienne et serre doucement pour le montrer que je suis là. Il va certainement grogner, mais je ne compte certainement pas le laisser tomber.
- Je suis tellement désolée Raphaël... Tu sais que je suis là, si un soir tu veux venir te saouler la gueule avec moi, t'es le bienvenue tu sais. Je pense que c'est même peut-être mieux... Tu dois avancer et je sais que ce ne sera pas facile, mais tu mérites le meilleur. Et je ne vais nul part, je serais toujours là pour essayer de te guider et pour te tenir la main.
C'est tellement compliqué cette situation, surtout que je connais le caractère de Raphaël, je sais à quel point il peut se morfondre, surtout de la situation qu'il est en train de vivre. Cette femme est la femme de sa vie, mais certaines personnes en ont plusieurs. J'espère qu'il trouvera cette autre personne qui fera de nouveau battre son cœur si vite qu'il en perdra la tête. Petite sœur certainement idiote, mais j'ai hâte de revoir mon frère amoureux.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « On ne laisse pas bébé dans un coin » ∞ Bébé ♥    

Revenir en haut Aller en bas
 
« On ne laisse pas bébé dans un coin » ∞ Bébé ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans un coin discret...
» Dans un coin sombre
» Un coin sombre dans les Cachots
» Une choppe et ça ira mieux.
» Petite échoppe cachée, à l'ombre, dans un coin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons-nous ? :: Hollywood :: Home sweet home-