AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha Kennedy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2018
MESSAGES : 160

MessageSujet: Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥   Mer 18 Avr - 17:15



Caleb & Sasha



- Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles.



Il y avait des soirs comme ça. Des soirs où tu n'as qu'une envie, t'enfiler un liquide te brûlant la gorge à l'intérieur du gosier. Des soirs où tu n'as pas envie de réfléchir, juste te laisser aller. Des soirs où tu ne te sens même plus exister. Alors j'étais là, seule, seule dans ce bar. Ou alors, pour simple compagnie, ce verre rempli qui me faisait de l’œil. Il me séduisait comme aucun homme ne savait le faire. Il me tentait, terriblement, irrésistiblement. J'humidifiais mes lèvres d'un léger coup de langue. J'inspirais. J'expirais. Je résistais. Et si, boire ce verre me ramenait à mes vieux démons. Et si, je n'arriverais pas à me contrôler pour ne pas enchaîner sur un second. Et si, ce pourrait être une grave erreur qui me vaudrait des semaines, voire des mois, de culpabilité. J'attrapais mon téléphone portable, remettant une mèche de cheveux qui me venait dans les yeux derrière mon oreille. Je m'aventurais dans mes contacts, jusqu'à y trouver le numéro de téléphone de James. James, mon parrain, mon pilier, mon mentor. Un soutien indéniable. Des tonalités, puis un répondeur. Fichtre. « Salut James, c'est Sasha. Hm... Je t'appelais parce que je me suis retrouvée dans un bar. Enfin... Non, j'y suis allée toute seule, de mon propre chef. J'ai commandé un verre, il est sous mes yeux. Je... Je ne sais pas quoi faire. J'aurais souhaité te parler, échanger avec toi, mais qu'importe. Enfin... Salut. » Puis je coupais la conversation avec le répondeur téléphonique, ramenant tous mes cheveux vers l'arrière, dégageant mon visage en soupirant. Je me sentais bête, faible. J'aurais souhaité être plus forte. Cette dépendance était venue trop rapidement, trop facilement. Je n'avais pu lutter. Les soirées d'après tournages n'avaient été que débauche, dépravation, débordement, excès. J'avais testé, tout en me perdant, sachant pertinemment que je faisais n'importe quoi. Je n'avais plus été la même depuis. J'étais allée trop loin, beaucoup trop loin. Je faisais tourner mon doigt le long du rebord du verre, mordillant ma lèvre inférieure comme pour me contenir. Je craque pas Sasha. Tu es plus forte que ça. Ma vie ne rimait à rien depuis plusieurs semaines, mois, années. New York avait été présentée comme la solution, mais ça n'avait été qu'un chemin d'emprunté, comme un raccourci, mais je retrouvais toujours la route principale. Une route remplie d'obstacles, pleine de crevasses, une route qui mériterait d'être refaite à neuf. Voilà que je partais dans des métaphores stupides avec moi-même. Vraiment, ce verre d'alcool me faisait tourner la tête avant même que je l'ai bu. Ce verre... d'alcool... Ne. Craque. Pas.

« Bonsoir. » entendais-je derrière mon épaule, me faisant me retourner doucement vers l'inconnu au sourire étendu, montrant clairement qu'il était sûr de lui, serein. Je ne souriais point, restant en attente de savoir ce qu'il souhaitait. « Ce siège est libre ? » me demandait-il, ne lâchant pas son sourire qui me donnait déjà envie de l'étriper. Je n'aimais pas voir la joie dans le visage des autres, tandis que le mien était renfermé plus que jamais. J'avais toujours trouvé cette question idiote. Aucun des sièges du bar ne m'appartenait. Et puis, généralement, les types qui venaient comme ça pour poser cette question louchait sur le tabouret depuis plusieurs minutes déjà, observant bien qu'il était jusqu'alors vide. « Il est tout à vous. » répondais-je simplement, tentant de rester gentille bien que j'étais exaspérée, retournant mon regard vers mon verre encore rempli. Et il le resterait, je me l'ordonnais. C'était comme un challenge désormais, le maintenir rempli. « Je vous offre un autre verre ? Certainement que le vôtre ne vous plait pas, vous n'y avez pas touché pas depuis que vous avez été servie. » proposait-il, d'un ton charmeur. Comme quoi, il m'observait bien depuis un moment. Je montais les yeux au plafond, à défaut du ciel. De quoi je me mêle ? Si j'avais bu, j'aurais accepté directement. Seulement je me contenais, pour ne pas replonger, et donc j'étais consciente de ce qu'il essayait de faire, à quoi il souhaitait aboutir. Je n'étais pas dupe. « Non, merci. Le mien me suffit. » déclinais-je la proposition d'un ton sec, froid. Maintenant, s'il pouvait me laisser tranquille dans ma lutte intérieure, un challenge que je me suis lancée seule, un combat interne d'une complexité atroce, ça m'arrangerait grandement. « Bien. Je m'appelle Dan. » se présentait-il en me tendant sa main, sans doute pour que je lui sers. « Ecoutez, ne le prenez pas mal mais je ne suis pas intéressée et je souhaiterais qu'on me laisse tranquille. J'espère que vous comprenez. » annonçais-je honnêtement, espérant que ça le calme et qu'il aille voir ailleurs. Dans ce genre de moment, j'aurais attrapé mon verre aussitôt pour l'amener jusqu'à mes lèvres et les tremper dans l'alcool. Normalement. D'autant plus quand l'homme à côté de moi s'enflammait la seconde d'après, se levant du siège en hurlant à la mort. Apparemment, il ne comprenait pas.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 591

MessageSujet: Re: Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥   Lun 9 Juil - 22:02



❝Tu es parfaite pour les départs. Je me surpasse pour les retrouvailles.❞
Sasha & Caleb
J'avais passé la journée au boulot, alors ce soir j'avais bien besoin de me détendre un peu. Je ne connaissais rien de mieux qu'un bar pour ça. En plus j'avais bien besoin d'un verre ce soir, ça faisait déjà quelques temps que ça n'allait plus fort avec Naïa ma petite-amie. Elle travaillait comme une folle et on n'avait pas vraiment le temps de se voir, enfin du moins pas autant que j'en aurais envie et par moment il m'arrivait forcément de le lui reprocher. Comme si nous deux, notre histoire était beaucoup moins importante que son travail. Je savais très bien qu'il comptait beaucoup pour lui, ce que je pouvais parfaitement comprendre et respectait, d'ailleurs moi aussi j'aimais mon métier mais il y avait des moments où j'arrivais très bien à couper le cordon. Ce n'était pas plus mal d'ailleurs. J'avais pris une petite douche avant de me retrouver enfin dans ce bar, ouais j'avais déjà commencé à boire un coup plus précisément une bière en passant chez Sirius quelques minutes plus tôt. Ce  bar était le plus branché de la ville, c'était toujours dans celui-là que j'allais parce que c'était mon préféré. Il y avait toujours de l'ambiance là-bas et puis la plupart du temps, j'y faisais de bonne rencontre.  

Je m'installais donc à l'une des tables du bar, il y avait déjà pas mal de monde dans cet établissement. En même temps à cette heure-ci et étant très connu dans cette ville, ce n'était pas étonnant, il était toujours assez bondé la plupart du temps. Sauf exception. Pour l'instant j'étais tranquille à boire dans mon coin sans faire attention à qui que ce soit jusqu'à ce que j'entende du bruit venant au loin. Des personnes qui élèvent la voix, du moins plutôt un homme en train d'élever la voix. Il était en train de parler à une jeune femme, enfin il était clairement en train d'essayer de la draguer. D'ailleurs en m'approchant d'eux pour intervenir à ce qu'il se passe parce que personne d'autres n'avaient l'air de s'y intéressaient ou déjà seulement d'entendre ce qu'il se passe. J'arrivais donc en grand gentleman pour venir au secours d'une jeune femme en détresse, c'était assez mon style. "Je crois que la jeune femme vous a demandé gentiment de partir, mais ça ne sera pas mon cas. Alors maintenant partez et ne revenez plus embêter cette demoiselle." Dis-je donc en regardant le jeune homme. Ce dernier sans dire un mot filait donc de là. Oui parce qu'entre temps j'avais réussi à reconnaître la jolie brune que le jeune homme embêtait depuis tout à l'heure. C'était une fille que j'avais connue il y a quelques années, à l'époque où j'étais encore à New-York, on avait fini dans le même lit. "Whouah, Sasha. Ça fait un bail !" Pouvais-je donc m'empêcher de dire le sourire aux lèvres. Même si on ne se connaissait pas des masses avec la brune, j'étais quand même content de la revoir dans un sens. Qui sait, je ne serais pas contre de remettre le couvert, bien au contraire. "Qu'est-ce que tu fais à Los Angeles ?" Lui demandai-je donc. On ne connaissait rien de la vie de l'autre, mais ça me surprenait de la revoir ici à Los Angeles, alors ma curiosité me piquait et je voulais savoir ce qu'elle avait pu devenir depuis le temps.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Kennedy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2018
MESSAGES : 160

MessageSujet: Re: Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥   Jeu 16 Aoû - 16:58



Caleb & Sasha



- Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles.



J’avais le chic pour m’attirer les hommes les plus lourds du bar. Pourtant il y avait de nenettes dans ce bar pour qu’il aille voir ailleurs, mais non, il fallait que ça tombe sur moi. Forcément. Surtout que je n’étais pas spécialement d’humeur à faire la causette ce soir. J’étais plutôt dans un dilemme important, un désaccord avec moi-même sur quoi faire de ce fichu verre. Mes lèvres étaient irrémédiablement attirées par celui-ci, tandis que ma conscience me disait de ne rien en faire et l’éloigner au plus vite. Dilemme bien vite abrégé par la venue de l’homme qui commençait à me prendre la tête. Et pourtant, je ne pouvais pas faire plus polie. Je n’allais pas non plus lui taper la bise ou entrer dans une conversation hautement philosophique avec lui. Non, je ne le souhaitais pas. Et puis, on dit qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné. Prête à suivre ce dicton, je renvoyais l’homme trop ambitieux à mon goût. J’aurais cru qu’il soupirerait un coup, m’insultant peut-être en baragouinant dans sa barbe de trois jours, mais qu’il fuirait finalement en laissant tomber l’affaire. Le résultat a été tout autre. Monsieur s’enflamma, mécontent d’être rembarré par une femme, haussant le ton en montant dans les tours. Première réaction de ma part ? Hausser les sourcils. J’en avais vu d’autres des hommes qui pétaient les plombs parce qu’ils n’obtenaient pas ce qu’ils souhaitaient. Stupides, tous idiots. Forcément, cet acte, cet affront de ma part, ne fut pas passé incognito et énerva l’abruti qui s’exclamait encore plus fort qu’il était irrésistible et que personne pouvait lui résister ou je ne sais quoi d’autre. En réalité, je n’écoutais plus un seul mot de ce qu’il disait. Je passais outre, et j’envisageais de boire ce verre qui m’attirait davantage. Eh merde ! J’attrapais mon verre pour l’approcher rapidement de ma bouche, jusqu’à ce qu’un autre homme intercepte la conversation – enfin, le monologue du mec qui s’énerve plutôt – et me coupe dans mon élan. « Je crois que la jeune femme vous a demandé gentiment de partir, mais ça ne sera pas mon cas. Alors maintenant partez et ne revenez plus embêter cette demoiselle. » Une voix connue, me rappelant le passé. Je déposais le verre encore intact, rempli. Puis je détournais la tête vers le sauveur, ou du moins, le gars qui se croyait plus fort que tout en venant jouer les durs dans une affaire ne le concernant aucunement.

Ces cheveux, cette carrure, ces yeux, cette bouche… Caleb. New York. C’est comme si le passé revenait, me donnant une bonne claque dans la figure. « Whouah, Sasha. Ça fait un bail ! » s’exclamait-il, sourire aux lèvres. Incroyable, il se souvenait de mon prénom, alors que cette histoire remontait et avait été bien courte. Enfin… Pour lui. Pour ma part, elle s’était éternisée sur plusieurs mois. Neuf, pour être exacte. « Toujours à jouer les chevaliers servants. » répondais-je simplement, tournant mon index sur le rebord du verre d’alcool. Je n’avais demandé aucune aide. Personnellement, le gars pouvait bien s’énerver autant qu’il le souhaitait, cela m’était égal. Mais soit. Je revenais vers Caleb pour lui adresser toutefois un sourire. Je ne voulais pas paraître trop froide alors qu’il n’avait absolument rien demandé, et ce n’était en aucun cas de sa faute. « Effectivement, ça fait un moment. » rajoutais-je avant qu’il me demande ce que je faisais à Los Angeles. Actuellement, là, je lutte pour ne pas boire ce verre en me faisant accoster par tous les mecs du bar à croire. Et alors que je pensais à ce que pouvait répondre à cette question, moi-même je me posais la question. « Eh bien… Je traîne, tu sais… Je suis juste revenue chez moi, à Los Angeles. » répondais-je finalement, n’amenant aucune précision. Une réponse tellement lisse. J’aurais pu ne rien répondre que ça aurait été la même chose. Mais c’était ce que je faisais désormais : rien. Je vivais juste. Je traînais dans les bars, je sortais voir du monde, puis je me renfermais chez moi. Ma vie depuis le retour de New York n’était pas bien palpitante. A la limite, le truc le plus fun était de me cacher de mon agent, faire la morte ou bien le faire courir dans tous les sens. « Et toi, que fais-tu à Los Angeles ? Pourquoi tu as quitté New York ? » Moi qui pensais en avoir complètement terminé avec lui, il fallait que je le revoie ici…


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb J. Campbell
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2017
MESSAGES : 591

MessageSujet: Re: Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥   Ven 14 Sep - 22:20



❝Tu es parfaite pour les départs. Je me surpasse pour les retrouvailles.❞
Sasha & Caleb
Ce soir, je ne connaissais rien de bien mieux pour finir la soirée. J’avais passé une bonne partie de journée à enseigner le sport à ses élèves, alors j’avais franchement besoin de me changer les idées à présent. Il y avait des soirs comme cela où j’avais vraiment besoin d’un verre et ce soir en faisait partie. J’arrivais donc rapidement dans l’un des bars de la ville que j’aimais beaucoup. Depuis mon retour à Los Angeles, j’avais déjà testé plusieurs bars de la ville et celui-là faisait partie de mes préférés. Ça ne faisait aucun doute pour le coup. Si j’avais su ce qu’il m’attendait, je ne l’aurais jamais cru en fait. Je m’étais installé au comptoir de l’établissement et commander un verre. Comme à ma plus grande habitude quoi. Je ne faisais pas plus attention que cela aux autres qui étaient déjà dans ce bar, mais c’est seulement en entendant un autre homme qui haussait la voix que mon attention était portée sur eux deux. Un mec et une meuf. Le mec était en train de la draguer lourdement apparemment, ce que la jeune femme n’avait pas l’air d’apprécier. Du moins, c’est ce que je pensais de l’extérieur. Voyant que personne d’autre n’avait l’air de se préoccuper de ça, je décidais donc de m’approcher d’eux pour pouvoir venir en aide à la jeune femme qui n’arrivait pas s’en débarrasser. Je pensais qu’un coup de main, ne pourrait pas lui faire de mal pour le coup. Ce mec avait l’air d’être vraiment très lourd, sans pas comprendre ce qu’on essaie de lui faire comprendre.

Avant d’intervenir, je n’avais pas réellement fait attention à la jeune femme. J’avais simplement senti qu’elle avait juste besoin d’un coup de main. C’était après que j’ai réussi à faire dégager ce lourdaud, d’ailleurs cela avait été plutôt facile en fait. J’arrivais très bien à me montrer très convaincant et c’était ce que j’avais réussi à faire sans trop de mal. Alors j’étais content de mon œuvre. Mais quelle fut ma surprise que je me rendais compte que la jeune femme en question n’était autre que Sasha. La Sasha que j’avais connue quand j’étais à New-York. J’avais gardé un assez bon souvenir de la jeune femme, en fait. Je pouvais encore m’en rappeler comme si c’était hier. On n’avait pas passé beaucoup de temps ensemble, mais je pouvais encore me souvenir de chaque instant en sa compagnie. « Il y a des choses qui ne changent pas. » Dis-je donc à la demoiselle quand cette dernière disait que je jouais les chevaliers servants. Pour les jolies jeunes femmes, toujours. Je m’interrogeais donc de savoir ce que la demoiselle faisait dans le coin. Après tout, après notre aventure, je n’avais pas eu de nouvelle de cette dernière, alors il était temps d’en prendre.

Elle était seulement rentrée chez elle apparemment. Je ne me souvenais plus vraiment sur le coup si elle m’avait dit ou non qu’elle habitait à Los Angeles. Bref. La jeune femme brune me retournait donc la question. Sachant elle par contre que j’étais à New-York, que j’y avais toujours habité depuis ma plus tendre enfance. « Oh moi, j’ai eu besoin de changer d’air. » Commençai-je donc par dire à la jeune femme avant de reprendre aussitôt. « Et puis comme on m’a proposé du travail ici avant que je vienne, j’ai sauté sur l’occasion. » Après tout, cela avait été une très bonne opportunité. Une bonne façon de passer à autre chose. De quitter mes parents, d’essayer d’un peu mieux d’oublier l’absence de mon frère. Même si je savais dans le fond que ce n’était pas possible. « Tu y es revenu directement après ton passage à New-York ? » Demandai-je donc à la jeune femme. Je ne savais pas réellement pourquoi je posais la question, mais on n’avait pas toujours eu l’occasion de parler tous les deux quand elle était à New-York, alors maintenant c’était peut-être le moment de faire plus ample connaissance plutôt que de passer notre temps dans un lit. Même si c’était tout aussi plaisant. Je ne pouvais pas dire le contraire.

©️ Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Kennedy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2018
MESSAGES : 160

MessageSujet: Re: Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥   Lun 17 Sep - 15:57



Caleb & Sasha



- Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles.



Il avait fallu une chose pour que je ne pense plus au verre posé devant moi depuis déjà plusieurs minutes : la venue d’un homme lourd. Et encore, le mot était faible. Il faisait l’homme sympathique, au sourire enjôleur. Peut-être bien qu’en temps normal, il m’aurait plu. Oui, il était beau, plutôt charmant. Disons qu’avec un verre bu, comme avant, j’y serais allée sans problème. Mais je n’étais pas d’humeur. Depuis que j’étais revenue à Los Angeles, je n’étais pas d’humeur en réalité. Et pourtant, je restais calme. J’aurais directement û monter dans les tours comme je savais si bien le faire. Mais non, je la jouais soft. Le fait que nous étions dans un endroit public ne me dérangeait guère pour hurler comme une folle. Certainement que je me contrôlais parce que c’est ce que je faisais depuis que j’étais arrivée dans ce bar : me contrôler. Me contrôler pour ne pas siffler ce verre en face en moi, et donc me contrôler pour ne pas tarter ce type qui n’avait apparemment peur de rien. Il n’hésitait pas à jouer le chaud, m’adressant quelques sourires et me regarder avec des yeux dévorants et imaginant des choses qui n’arriveront jamais. C’était plutôt ça qui me dérangeait, le fait qu’il soit justement sans gêne, grossier, brutal dans sa démarche. Mais il n’avait pas l’air d’accepter l’échec. Sa manière de froncer les sourcils, mécontent d’une telle réponse négative de ma part. Directement, ça bouillait à l’intérieur de lui. Il vrillait. Il aurait pu partir simplement, mettant son ego masculin toujours trop gros de côté, et passer à une autre gonzesse comme si de rien n’était. Il aurait pu. Mais il ne le fut. Pas seulement une insulte qui aurait pu dire que je ne me prenais pas pour de la merde, que je faisais l’allumeuse mais que je n’osais rien - parce qu’ils étaient bien trop à se dire ça, qu’on était des allumeuses alors qu’on ne faisait rien et qu’on restait tranquille dans notre coin - mais la défaite n’était jamais acceptée avec ces hommes. Alors ils reportaient tout sur notre faute. Ils ont bon dos. Et c’est à cause de lui que je bu ma première gorgée pour laquelle j’avais tant lutté. Il m’avait saoulé, avait totalement foiré ma soirée en solitaire. Non, en compagnie d’un verre rempli sans grande conversation. Lui, par contre, en avait de la conversation mais sans répartie. Il se faisait un monologue, n’agrémentant pas la conversation pour ma part. Je soupirais, levais les yeux au ciel. Mais bordel, laisse-moi tranquille.

Et c’est là qu’une intervention divine se fit. Un homme, voulant certainement jouer les grands sauveurs, intercepta le mec ayant probablement trop bu, lui disant qu’il ferait mieux d’aller voir ailleurs. Honnêtement, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un autre gars, plus lourd que le premier encore, et qui prendrait comme argument de m’avoir sauvé du premier pour m’offrir un verre. Mais la voix entendue était connue, presque reconnue, me rappelant le passé, un souvenir. Caleb. Que fut ma surprise quand j’aperçus le visage de celui-ci derrière ses mèches de cheveux en bataille. Un souvenir sucré, avant d’être douloureux. Lui, semblait heureux de me retrouver, s’étonnant de me voir ici. Moi, j’étais plus subtile, tentant de cacher une certaine amertume concernant notre relation passée et ce qui en a découlé. Je restais tranquille, comme à mon habitude, agissant naturellement, avec désinvolture. « Il y a des choses qui ne changent pas. » répondait-il alors que je lui disais agir comme un chevalier servant, comme toujours. Sa réponse me fit sourire, doucement, timidement, puis il s’assombri. Oui, Caleb, mais la plupart changent avec le temps. Ça finit toujours par changer. Toujours. Puis nous en venions aux questions basiques, sans réellement d’intérêt. Pourquoi notre présence ici. Pourquoi pas. Pour ma part, ça semblait plutôt logique. J’étais rentrée chez moi. Est-ce que je lui en avais parlé ? Nous n’avions pas tant parlé que cela, ceci dit. Nous n’étions pas très bavards. Moi, du moins. J’étais toujours restée plutôt secrète sur moi, sur ma vie. Moins j’en disais, moins on pouvait me faire du mal avec. Peut-être que j’étais passée pour une pure new-yorkaise, peut-être que j’en avais même joué. Je ne me souvenais plus, c’était lointain. Et qu’importe. Lui, il était venu à Los Angeles pour changer d’air. Je le comprenais. J’avais toujours besoin d’air nouveau. Je me souvenais d’ailleurs de New York comme une épreuve, ce qui pouvait se comprendre en sachant ce que j’avais vécu là-bas. Je hochais la tête, montrant par compréhension à ce dont il me faisait part. Il m’expliquait également qu’on lui avait proposé du travail ici, ce qui me faisait comprendre qu’il n’était pas là que temporairement. Il s’était installé dans cette ville. Dans ma ville. « Tu travailles où ? » demandais-je, intéressée. Un bon moyen de savoir où je pourrais le croiser et les endroits où il ne mettrait pas les pieds. Lui, semblait plutôt intéressé de savoir si j’étais directement retournée à Los Angeles après New York. Une question à laquelle je ne m’attendais pas, trouvant qu’elle n’a pas forcément d’intérêt. Mais soit. « Oui. Je ne suis pas une grande voyageuse. » répondais-Je simplement, sobrement. Je restais mystérieuse, je n’en disais pas trop. Comme à mon habitude, je restais vague. « Je te remercie de m’avoir libéré du type. Je ne voudrais pas t’accapares plus longtemps, tu devais certainement être accompagné ce soir. » lui dis-je alors, tournoyant mon index sur le rebord du verre toujours à moitié plein. Comme je le connaissais, il devait certainement avoir un plan avec une femme, séduisant comme il était. C’est comme ça que je l’avais connu. Le revoir, c’était comme une claque en pleine figure. Chaque regard qu’il m’adressait me rappelait l’événement douloureux du test de grossesse positif, de ces neuf mois, de cet abandon. Si tu savais Caleb, si tu savais...


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu es parfaite pour les départs. - Je me surpasse pour les retrouvailles. | ft. Caleb ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cheval est pour l'homme , comme les ailes sont pour l'oiseau ... [ PV Héra ]
» STANLEY ◮ combattre pour la paix, c'est comme niquer pour la chasteté.
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]
» Distribution d'un code pour télécharger Monster Hunter sur 3DS
» Warhammer V7, petit résumé pour ceux qui n'y jouent plus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: d'où venons-nous :: Downtown :: Bloody Hell-