AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips [Daisy + Nate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathaniel Brady
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2016
MESSAGES : 681

MessageSujet: Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips [Daisy + Nate]   Lun 30 Avr - 22:19

Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips
ft. Daisy & Nate

Daisy.
Daisy, Daisy, Daisy.
Voilà ce que j’ai eu à l’esprit durant ces six derniers jours. Ces six jours in-ter-mi-nables qui nous mènent enfin à notre premier rendez-vous « officiel », ce soir.

Etrangement, j’ai le trac. Je me sens nerveux depuis ce matin, quand je suis sorti de la caserne après ma garde. Heureusement, la nuit a été relativement calme et j’ai pu dormir quelques heures pour être suffisamment en forme pour ce soir. J’ai bien voulu faire une sieste cet après-midi, mais impossible de fermer l’œil, la nervosité me tenait bien éveillé. Et toute la journée, mon cœur s’est emballé sans prévenir, le sentant taper fort dans ma poitrine durant plusieurs minutes, avant de se calmer quand je faisais l’effort de penser à quelque chose d’apaisant. Mais ça ne fonctionne pas à tous les coups.

Et j’ai hâte. Hâte de pouvoir revoir le visage de Daisy, de sentir son âme près de la mienne. Parce que durant six jours, je rêve de ce moment où mes lèvres retrouveront les siennes. Nous nous sommes quittés samedi soir sur un baiser inattendu. Espéré, mais inattendu. Daisy a franchi le pas que je pensais infranchissable pour elle, et juste avant de filer vers la voiture de Bernie, elle m’a laissé le plus merveilleux des souvenirs. Et cette empreinte est toujours là, sur mes lèvres que mes doigts ont pris l’habitude de frôler au souvenir de ce baiser. Un léger sourire les étire alors et mon esprit commence à divaguer.

Comment sera-t-elle habillée ce soir ? Est-ce que ma tenue lui plaira ? Est-ce que JE lui plairai ? Assez pour qu’elle m’embrasse à nouveau ? Et la question qui m’a tourmenté toute la semaine : de quelle façon devrons-nous nous saluer ? Cela fait presque une semaine qui s’est écoulée entre ce soir et la dernière fois que nous nous sommes vus. Aussi, je pense que nous devons tout reprendre de zéro, et aller crescendo jusqu’au bout de ce rendez-vous galant. Ou est-ce une mauvaise idée ? Qu’attend-elle de ce rendez-vous ? De moi ?
Je n’ai jamais été du genre stressé, bien au contraire, mais Daisy a toujours eu le don de me faire me poser mille questions. Et aujourd’hui est un jour pire que les autres. Et dans le même temps, le plus merveilleux. Divine contradiction.

Je prends une grande bouffée d’oxygène que j’expire lentement, me vidant la tête de toute pensée parasite, les yeux clos et l’esprit à présent neutre. J’actionne la poignée de la portière pour l’ouvrir et je descends de mon pick-up. Mes yeux scrutent l’immeuble de Daisy comme si c’était la première fois qu’ils le voyaient, et mon cœur se remet à battre anormalement. Doucement, un sourire se dessine et une chaleur envahit mon corps, se diffusant comme une enveloppe moelleuse et réconfortante. Je parcours les quelques pas jusqu’à la porte d’entrée, et je sonne au nom de Green. L’attente me paraît anormalement longue, je ne sais pas si c’est moi ou simplement parce que Daisy met du temps à répondre, impossible à déterminer. « C’est moi ! » j’annonce avec un sourire quand j’entends le décrochement du haut-parleur. « Nate », je préfère préciser. Le son de l’ouverture de porte retentit et je pousse la porte pour rentrer dans le hall. Je connais le chemin par cœur et je suis pressé de me retrouver devant sa porte d’appartement. De me savoir aussi près du but m’aide à mettre de côté mon stress. D’ailleurs, il a totalement disparu, ne laissant que l’excitation et une touche de bonheur. La montée en ascenseur me laisse le temps de me recoiffer dans le miroir et d’ajuster le col de ma chemise en jean que j’ai décidé de porter ce soir. Je n’ai pas voulu sortir le grand jeu, après tout, nous n’allons que dans un petit restaurant, celui de Ray, là où je n’ai encore jamais emmené personne d’autre que ma famille. Chez Ray, c’est un bout de mon jardin secret. Un lieu rempli de souvenirs d’enfance et jusqu’à nos jours. Dirigé par notre ami Ray Johnson, qui approche maintenant de la retraite, cet établissement a toujours régalé les papilles des Brady depuis plusieurs générations. Petit resto sans prétention, leur variété de poissons et de fruits de mer frais a de quoi éblouir tous les amateurs. Je me rappelle les dimanches passés là-bas, avec Charlie et sa famille. Je connais les moindres recoins de ce restaurant qui a gardé son authenticité d’antan. J’y jouais à cache-cache avec Charlie et Caroline. C’est un lieu où l’on peut encore entendre aujourd’hui nos rires d’enfants. Ray m’a vu grandir, et aujourd’hui j’ai toujours l’habitude d’y aller, quand je le peux, avec mes parents ou seul. J’aime me poser à la table près de la devanture, donnant sur l’océan en contre-bas. Ah comme j’aime cet endroit… Et c’est au tour de Daisy d’y laisser son empreinte ce soir. J’ai une pensée pour ma mère, car c’est elle qui a acheté ce dîner lors du gala caritatif des pompiers. Et le moment est enfin venu de le « dépenser ».

La porte s’ouvre et je découvre une Daisy toute en beauté. Comme d’habitude. Mieux que d’habitude, même, parce qu’elle a ce petit air heureux et malgré tout intimidé, et qu’au coin de ses lèvres, je peux à présent deviner la trace de notre baiser. A mon tour de lui renvoyer son sourire. « Bonsoir, tu es… magnifique. Comme toujours ! » j’annonce en la scrutant. Son haut court dévoile son nombril et mes yeux s’y attardent un peu, sans pouvoir lutter contre. Elle est habillée de façon décontractée, c’est parfait. Ca enlève un peu de pression à l’enjeu de ce soir, on va dire. En revanche, je reste planté devant sa porte, laissant délibérément l’espace entre nous aussi grand que possible, comme ça, pas de tentation de venir la rapprocher de moi et de l’embrasser avec passion. Je ne suis pas certain qu’elle comprendrait. Ce soir, et j’entends la voix de ma mère dans ma tête en pensant à ça, je me comporterai en parfait gentleman. « Tu es prête à y aller ? Votre carrosse vous attend, Miss Daisy. » Je rigole légèrement, en me disant que je lui sors souvent cette phrase. Eh oui, Daisy, c’est ma princesse. Elle mérite son carrosse. Même s’il n’a l’air de rien, étant donné que c’est un pick-up et pas la dernière voiture de luxe qu’elle mériterait pourtant. Mais ma voiture est à mon image, on va dire : simple et sans prétention.

Porte verrouillée, je suis désormais Daisy jusqu’à l’ascenseur. La cabine se présente immédiatement à nous et nous nous y engouffrons. Et c’est là que commence une descente quelque peu éprouvante pour moi. Adossé contre l’une des parois, j’observe ma belle qui me jette des regards de temps en temps, suivis de quelques sourires pleins de timidité. Ses joues se rosissent et il ne m’en faut pas plus pour trouver ce tableau tout à fait charmant. Et indéniablement attirant. Je m’oblige à tenir la barre dans mon dos pour ne pas me rapprocher d’elle, alors que mon cœur palpite à un rythme effréné. Le parfum qu’elle porte arrive même jusqu’à mes narines et commence à m’enivrer. Au-se-cours. Je me sens obligé de parler pour faire obstacle à mon désir profond. « Ca s’est bien passé, ta semaine ? » je demande, alors qu’on s’est envoyé des SMS et que je connais déjà la réponse. « Ca avait l’air sympa votre soirée d’Halloween, avec Ashley. Jake m’a sorti quelques anecdotes… » Les filles sont sorties sans nous, bon, on avoue, on l’a un peu mal pris. C’était mardi dernier, et du coup on a fait notre soirée entre mecs. Mais je sais que Daisy a bien bu à cette soirée et qu’elle a été très loquace par rapport à moi. Secrets qu’Ashley n’aurait jamais dû révéler à Jake, cela va s’en dire, mais comme il l’a lui-même récupérée alcoolisée, on va dire que l’alcool délie les langues. Mais ce qui a été raconté entre les filles n’a fait que me rassurer sur les envies de Daisy concernant notre relation, et ça m’a aidé à passer ces derniers jours. Ca a aussi attisé mon excitation d’être à ce soir. Et me voilà, coincé avec Daisy, dans cet ascenseur. Dieu merci, elle n’habite pas au centième étage et les portes se rouvrent enfin. Je me précipite de sortir et m’empresse de lui tenir la porte d’entrée ouverte. « Après vous, Miss Daisy… » J’accompagne le geste à mes paroles. Mon sourire est heureux et je sens mon regard s’illuminer lorsqu’il croise le sien. Une fois dans la voiture, je me retourne pour vérifier que ma guitare est toujours sur la banquette arrière. Ce soir, après le restaurant, nous prendrons la direction du bar où j’ai l’habitude de chanter. Mais je n’ai pas donné de concert depuis mon accident, alors c’est un peu mon grand retour que je signe là. Marcus est très content de pouvoir me remettre sur les programmes de ses soirées spéciales « live ». Daisy ne le sait pas encore, ce sera une surprise, d’autant plus que je compte lui chanter la chanson que j’ai écrite pour elle.

Le trajet se passe comme d’habitude : en musique et avec quelques bavardages. Evidemment, je ne peux m’empêcher de fredonner sur quelques-unes des chansons qui passent. « Comment tu te sens, ce soir ? » je demande alors, en jetant un regard vers elle, très curieux de sa réponse. Je me demande si elle est comme moi, à naviguer entre stress et excitation, et frustration aussi. Nous n’avons pas abordé le baiser dans nos messages, sauf dans l’heure qui a suivi ce moment, une fois que Daisy était partie. Nous avons surtout parlé comme avant, comme de simples amis, mais peut-être en relâchant un peu les barrières. Je ne sais pas vraiment. Le problème avec Daisy, c’est que tout paraît naturel, et en même temps j’ai l’impression de marcher sur des œufs, je prends cette précaution, en tout cas, car cela ne vient pas d’elle. Mais je souhaite la ménager le plus possible afin de la mettre à l’aise. Connaissant son passé, je ne peux que comprendre son appréhension à se lancer dans une nouvelle histoire. « Parce que moi, je suis vraiment content d’être là. Je suis tout excité ! » je lui dis d’un air enthousiaste, que je modère immédiatement pour ne pas lui faire peur. « Et en même temps… » je reprends sur un ton plus hésitant. « ça me fait très bizarre de me dire que ce soir, c’est un véritable rendez-vous. Enfin… je veux dire, les autres fois, c’était pas « officiel », quoi. Même si le gala, finalement, il comptait un peu. Je te l’ai jamais dit, mais c’était important pour moi », je lui confesse en souriant, un peu gêné. Et puis elle y a rencontré mes parents. C’était sûrement un peu trop d’un coup, mais j’avais besoin de ça, de la savoir accueillie à bras ouverts par mes parents, de la faire déjà rentrer un peu dans notre famille, pour lui montrer qu’elle compte pour moi. Et je sais qu’elle compte déjà beaucoup pour ma mère et mon père, parce qu’ils voient à quel point elle me rend heureux et m’a changé, en bien. Naturellement, ma main vient chercher la sienne et la retrouve avec soulagement. Nous avons passé la fin de la soirée de mon anniversaire collés l’un à l’autre, nos doigts entrelacés. Ca aussi ça m’a manqué durant ses derniers jours. « Merci de me donner cette chance de me faire rentrer dans ta vie. Je sais que ça te coûte, après ce que tu as vécu. Alors… merci. » Je la regarde brièvement en détournant le regard de la route et je souris avec humilité. Si j’arrive à gagner le cœur de Daisy, je sais que j’aurai accompli mon plus grand rêve. Cette femme, que je tiens par la main en cet instant, sera ma dernière, j’en suis persuadé. Et en pensant à cela, je vois défiler devant mes yeux le film de notre histoire. Ce premier jour d’hospitalisation, notre rencontre qui a bouleversé mon cœur, au sens propre comme figuré, ces jours d’attente interminables quand elle m’a puni avec son absence et son silence, sa présence qui m’a sauvé puis rassuré quand j’ai failli y passer, ces moments où nous nous sommes découverts mutuellement, cette plage où nous avons affronté sa plus terrible peur, et tous ces autres moments de flirt, de douceur, de questionnement, de tendresse et d’amour.
Daisy, un jour, je l’épouserai.

Durant tous ces mois, l’amour que je lui porte a grandi en moi et je le sais fort et durable, aujourd’hui. Et cela me prouve que cette histoire ne sera pas une histoire comme j’en ai vécu auparavant, car elle sera à la mesure de mes sentiments.

Arrivés sur le parking du restaurant, je m’empresse à nouveau d’aller aider ma belle à descendre de la voiture. Je lui présente ma main sur laquelle elle peut s’appuyer, et j’en profite pour ne pas la lâcher, puis ensemble, nous nous dirigeons vers la porte de l’établissement. Ca me fait bizarre d’emmener quelqu’un ici, mais je suis aussi très heureux. Je connais Ray, je sais qu’il sera surpris de me voir avec quelqu’un qu’il ne connait pas. Pas encore. Mais je sais que nous reviendrons ici, Daisy et moi, persuadé que ce dîner n’est que le premier d’une longue série. Avant d’ouvrir la porte du restaurant, je me retourne un peu brusquement vers Daisy pour la regarder en face et je lui souris tendrement. « Cet endroit est très spécial pour moi, Daisy. Ici, tu rentres dans ma vie, dans mon jardin secret. C’est le restaurant de mon enfance, et il n’a pas changé depuis, d’ailleurs, et il fait partie de moi… » Mon regard tente de la sonder et je commence à me perdre dans les couleurs magnifiques de ses yeux. « … tout comme toi, aujourd’hui, tu fais partie de moi… » je termine presque dans un murmure. Mes yeux descendent vers ses lèvres et j’ai la folle envie de l’attraper par la taille et de la serrer contre moi avant de l’embrasser avec passion. Ma main vient trouver sa joue qu’elle caresse doucement et je me sens fasciné par ce geste et le plaisir qu’il procure. Je suis prêt à plonger vers ses lèvres mais quelque chose me bouscule derrière moi. « Oh pardon ! » dit une voix de femme. Alors je me retourne vers l’élément perturbateur et je vois une femme qui tient une fillette par la main. « Désolée, Kathy a ouvert la porte un peu brusquement, j’espère qu’elle ne vous a pas fait mal ! » J’ai du mal à sortir de mon « moment » avec Daisy et mes yeux scrutent à présent la fillette. « Pardon monsieur », fait-elle d’un ton désolé. « Ce n’est pas grave, ne t’en fais pas, ça arrive ! » Je hausse les épaules et je leur souhaite une bonne soirée. Je regarde alors Daisy, et je lui souris, un peu gêné d’avoir raté ce moment. « Bien, rentrons ! » On ne va pas s’éterniser sur cet échec et je tiens la porte à ma dulcinée pour la laisser passer. L’odeur de la mer et des épices vient embaumer nos narines et j’en ai l’eau à la bouche. Je vois Ray qui sort de sa cuisine pour aller servir une table et lorsqu’il me voit, un large sourire vient illuminer son visage. J’ai toujours aimé le contraste de son sourire blanc éclatant et de sa peau noire. Ca me fascinait quand j’étais enfant. Aujourd’hui, ses cheveux courts et crépus sont tout blancs, mais autrefois, il arborait cette tignasse brune que j’aimais beaucoup toucher, d’après mes parents. « Naaaaate ! » s’exclame-t-il en se dirigeant vers moi. Nous nous prenons dans les bras et il me laisse une tape amicale dans le dos. « Ca fait plaisir de te voir ici, mon garçon ! » Sa bonne humeur et son empathie sont contagieuses, et je souris, heureux de revoir mon ami d’enfance. Il est comme un père pour moi. « Moi aussi ça me fait plaisir, Ray ! » Ray vient à présent contempler Daisy et il lui sourit également. « Bonsoir mademoiselle, je suis Ray ». La main tendue, il attend la sienne. Ray ne fait pas ça avec tous ses clients, je le sais. Et je sais qu’il sait que Daisy compte pour moi, si elle est ici ce soir. Je le vois se retourner vers moi. « Alors une table pour deux, c’est ça ? » Je lui fais signe de la tête que c’est tout à fait ça. « Je t’ai réservé ta table, comme d’habitude. Je pensais que tu venais avec Caroline, c’est une jolie surprise que tu me fais là, Nate ». Je lui souris alors que nous le suivons vers notre table, « ma » table. Les chaises en paille couinent un peu lorsque nous nous asseyons dessus et Ray prend le menu qu’il tend à Daisy. « Je vous laisse regarder et choisir, mademoiselle. » Puis il se tourne vers moi en souriant. « Est-ce que Nate vous a dit qu’il n’a jamais emmené personne ici ? Vous êtes la première… Et je comprends pourquoi il vous a choisie » me taquine-t-il. « Je ne veux pas faire de plan sur la comète, mais je sais que si vous êtes ici ce soir, c’est qu’il tient à vous ! Et je suis ravi de faire votre connaissance ! » Ce qu’il vient de dire me fait m’empourprer mais je ne le contredis absolument pas. Comme je disais, ce vieux Ray me connait par cœur. Je me racle la gorge pour me redonner une contenance et tout en me redressant sur ma chaise, je congédie Ray avec un simple « Merci, Ray ». Il me lance un clin d’œil et pose sa main sur mon épaule d’un geste paternel avant de retourner dans sa cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 1159

MessageSujet: Re: Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips [Daisy + Nate]   Jeu 10 Mai - 15:09



« Oui, je sais Bea, jamais… Jamais le premier soir, oui. Non, c’est un vrai rendez-vous. On verra, on verra. » Elle écoute distraitement sa belle-sœur en s’appliquant un peu de baume sur les lèvres, tout en vérifiant dans le miroir si tout va bien. C’est dans le reflet que lui renvoie celui-ci qu’elle distingue l’heure et se rend compte que Nate peut arriver à tout instant. « Dis… Un crop-top, c’est pas vulgaire, hein ? Non parce que je me suis dit que j’allais pas sortir une robe. Surtout maintenant, après il fait frais en soirée, là je… » Elle sourit en entendant la réponse de la Brésilienne. « D’accord, donc ma première idée est la bonne, je ne change rien ? Et le rouge à lèvres ? Non, toujours pas ? » Elle repose le tube sur le côté et s’observe pendant un instant dans le miroir, remarquant qu’elle n’a pas mis de blush mais que ses joues sont déjà rosies, sûrement par l’anxiété qui l’a gagnée depuis qu’elle est rentrée du travail. Il faut dire qu’elle ne s’est pas posée un instant, elle a pris une douche, a arrangé ses cheveux en les laissant légèrement onduler, et ensuite elle a mis du vernis, s’est maquillée, a eu le temps d’hésiter trente-six mille fois sur sa tenue avant de revenir à son idée de départ : un jean moulant noir, sobre et un top-crop jaune doré, faisant ressortir son hâle naturel. Rien de sophistiqué : elle veut se sentir à l’aise ce soir, l’enjeu est trop important pour se sentir mal dans ses vêtements, ou gênée par eux. « Tu ne dis rien à Vince, ok ? Je n’ai pas envie qu’il m’envoie des messages pour me dire d’être prudente, tu sais. Oui tu le connais aussi bien que moi. Et, par contre… » Elle est interrompue par le son de l’interphone et plaque son téléphone contre sa poitrine. « Oh bon sang, il est là, je te laisse, je te raconterai, oui, promis. Bisous ma Bea. » Sa main tremble et elle a du mal à faire glisser la touche sur l’écran tactile pour raccrocher, tout en se déplaçant jusqu’à son interphone pour faire entrer Nate. Lorsqu’elle entend sa voix, son cœur fait un bond et elle répond presque en murmurant : « Je t’ouvre. » Elle cherche des yeux son petit sac à main qu’elle a déjà préparé et y glisse son téléphone, puis elle décroche son perfecto et le tient dans sa main en attendant patiemment près de la porte d’entrée l’arrivée de Nate.
Dans le silence le plus complet, elle entend le bruit de la porte de l’ascenseur qui s’ouvre, alors elle anticipe et ouvre doucement sa porte d’entrée, pour voir la silhouette du pompier juste là devant elle. Elle tient la poignée dans sa main et l’observe une seconde, un peu hypnotisée. La dernière fois qu’ils se sont vus, elle l’avait quitté en l’embrassant, alors qu’elle était passablement éméchée. Mais tout à fait maître de ses faits et gestes. Daisy le trouve attirant au possible et se demande s’il attend qu’elle s’approche ou non, mais elle se sent absolument incapable de réitérer le baiser maintenant. Par chance, il semble garder une distance de sécurité et elle peut souffler et éviter de se mettre une pression supplémentaire, pour l’instant. « Bonsoir, tu es… magnifique. Comme toujours ! » Son sourire s’accentue sous l’effet du compliment alors qu’elle le détaille à son tour, lui dans sa chemise en jean qui lui va divinement bien. Sois forte DeeDee. Elle le remercie du bout des lèvres et il enchaîne, la soulageant. « Tu es prête à y aller ? Votre carrosse vous attend, Miss Daisy. » - « Oui, prête, j’ai tout ce qu’il me faut. » Et si elle pose son regard sur lui, en même temps, est-ce qu’elle lui signifie qu’il le lui faut, lui aussi ? Elle chasse cette pensée, et tire la porte en le rejoignant dans le couloir, la verrouillant rapidement. Son index appuie sur le bouton d’appel pour l’ascenseur et par magie, celui-ci s’ouvre directement, et ils n’ont qu’à avancer pour se glisser à l’intérieur. La scène prête à rire alors qu’ils se retrouvent à chaque extrémité de la cabine, un silence s’abattant fatalement sur eux. Lorsqu’il ouvre la bouche, elle sursaute presque, surprise alors qu’elle le regardait discrètement. « Ca s’est bien passé, ta semaine ? » - « Oui, bien, pas très reposante, mais ça va, et la tienne ? » demande-t-elle par politesse, tout en connaissant la réponse. « Ca avait l’air sympa votre soirée d’Halloween, avec Ashley. Jake m’a sorti quelques anecdotes… » Un sourire amusé file sur ses lèvres. Si Jake lui a sorti quelques anecdotes, Ash lui a laissé savoir que les deux hommes s’étaient vexés d’avoir été mis sur le banc de touche pour cette soirée. Mais elles avaient prévu ça entre filles, depuis des mois, bien avant d’avoir prévu de se mettre en couple ou de l’envisager ensuite. « Ca l’était. Jake t’a montré les photos que Ashley lui a envoyées ? » demande-t-elle, curieuse afin de savoir s’il avait vu Daisy déguisée ou non. L’ascenseur les a menés à bon port, au rez-de-chaussée, et ils en sortent aussitôt, rejoignant la rue devant l’immeuble où Daisy remarque le pick-up de Nate garé juste devant eux. Elle apprécie la galanterie dont il fait preuve, et se laisse faire, c’est toujours agréable de sentir qu’on est aux petits soins pour soi. La brune se glisse à l’intérieur de l’habitacle où elle remarque que l’Hawaïenne qui se dandine est toujours bien installée sur le tableau de bord. Elle attache sa ceinture, et c’est sans un mot de plus que la voiture démarre et qu’ils s’engagent dans la circulation. Le paysage défile devant ses yeux alors qu’ils échangent quelques mots de temps à autre, et  qu’elle essaie de ne pas rester fixée sur lui. Elle se demande à quoi il pense. S’il revoit lui aussi le moment où elle s’est jetée à l’eau, s’il s’attend à ce qu’elle recommence ? En est-elle seulement capable ? Elle s’est jurée de ne pas abuser sur l’alcool ce soir. Deux verres maximum, juste de quoi.. se détendre et après fini. « Comment tu te sens, ce soir ? » Il la sort de ses pensées et elle détourne le regard de la route vers lui. Elle hésite à mentir en disant que tout va bien, mais… Elle n’est pas douée pour le bluff. « Anxieuse. » commence-t-elle pour résumer globalement son état, mais en le disant avec le sourire, ça prouve que ce n’est pas une anxiété toxique. « Ca fait longtemps, que je ne me suis pas retrouvée dans cette situation. Pour un vrai rendez-vous. » finit-elle par avouer, un peu honteuse. Elle sait qu’il a des occasions à tous les coins de rue, à commencer dans son groupe d’amis. Nate a une aura qui sonne comme une invitation à le connaître, en dehors du fait qu’il est beau, et avenant, au premier coup d’œil. « Parce que moi, je suis vraiment content d’être là. Je suis tout excité ! » Elle le regarde avec des yeux légèrement arrondis en captant la différence entre eux : elle, stressée, et lui plein de confiance. Quelque part, c’est rassurant, mais déstabilisant quand même. « Et en même temps… ça me fait très bizarre de me dire que ce soir, c’est un véritable rendez-vous. Enfin… je veux dire, les autres fois, c’était pas « officiel », quoi. Même si le gala, finalement, il comptait un peu. Je te l’ai jamais dit, mais c’était important pour moi. » Un sourire doux étire les lèvres de l’infirmière qui se remémore des brefs instants de cette soirée. Pour elle aussi, ça avait été un événement assez important. C’est vrai que, sans en être un, cette soirée avait des airs de rencard officiel. Mais, Daisy avait eu affaire à plusieurs éléments à gérer ce soir-là, et pas des moindres. D’abord les parents de Nate ; elle avait rencontré sa mère mais jusque là, pas son père. Ils avaient dîné tous ensemble, et Daisy s’était sentie comme à une présentation officielle. Elle avait rencontré également des collègues du pompier, et finalement Jessica. Et c’était sûrement le point noir de la soirée. Peut-être se serait-elle laissée aller, si elle n’avait pas fait sa rencontre, lorsque Nate avait essayé de l’embrasser ? Elle n’en a aucune idée. Mais toujours est-il qu’il aurait eu davantage de chances de réussir. « Ce n’était pas rien, cette soirée… » confirme-t-elle, surtout pour le côté présentation aux parents. Mais de ce côté-là, le pompier l’avait rassurée en lui disant qu’elle avait été appréciée. Elle a douté, et sûrement doute-t-elle encore un peu, de l’avis positif de sa mère sur elle. Mais pour l’heure, il ne faut pas penser à ça, et à moins que ça ne fasse partie du rendez-vous, ils ne sont pas censés se retrouver avec ses parents. La main de Nate vient soudainement chercher la sienne, qui répond naturellement à son appel, en se laissant saisir et faisant glisser ses doigts entre les siens. Son cœur se serre légèrement sous la sensation, alors que ses yeux se reportent sur leurs semblables, en amande et bleus. « Merci de me donner cette chance de me faire rentrer dans ta vie. Je sais que ça te coûte, après ce que tu as vécu. Alors… merci. » Ses sourcils se froncent légèrement, puis son visage se détend, lui offrant un sourire timide, et pour simple réaction, elle presse d’abord sa main, attendant qu’il regarde à nouveau la route pour trouver les mots de sa réponse. Quelques secondes silencieuses passent, puis elle lui rétorque doucement : « Merci de m’avoir attendue. » Elle sait que ça n’a pas été simple de trouver la patience nécessaire pour l’amadouer calmement. Daisy et sa méfiance naturelle ont sûrement donné pas mal de fil à retordre au pompier qui ne s’est pourtant pas découragé au fil des semaines et même des mois. Et pour ça, pour ce respect envers elle dont il a su faire preuve, c’est à son tour de le remercier. Il a réussi à lui montrer, lui prouver, qu’un homme était capable de composer avec ses défauts et ses peurs. De s’adapter à son rythme pour lui laisser le temps d’être apprivoisée et mise en confiance. Si aujourd’hui, Nate la tient par la main, c’est davantage grâce à sa persuasion et sa patience qu’il le doit.

Quelques minutes plus tard, après avoir rejoint le quartier de Venice Beach, Nate se gare sur un parking en bord de mer. Voyant qu’il s’active à faire le tour de la voiture, elle patiente sagement et résiste à l’envie d’ouvrir la portière. La main dans la sienne, ils se dirigent vers un restaurant en bord de mer, et Daisy, après avoir porté son regard sur l’étendue d’eau, détaille rapidement la devanture du lieu. Chez Ray. Jamais venue ici, ce qui attise d’autant plus sa curiosité. Arrivés à la porte, il se retourne soudainement vers elle, la stoppant nette dans son mouvement. Elle l’interroge du regard, voulant savoir ce qui lui prend tout à coup. Est-ce qu’il veut lui demander quelque chose d’important, ou a-t-il simplement oublié quelque chose dans la voiture ? « Cet endroit est très spécial pour moi, Daisy. Ici, tu rentres dans ma vie, dans mon jardin secret. C’est le restaurant de mon enfance, et il n’a pas changé depuis, d’ailleurs, et il fait partie de moi… tout comme toi, aujourd’hui, tu fais partie de moi… » Un sourire étire ses lèvres lorsqu’il lui avoue l’emmener dans un endroit tout particulier à son cœur pour leur premier rendez-vous, l’attention la touche. Puis lorsque son regard plonge dans le sien, elle sent sa respiration s’arrêter et attendre sagement la suite. Elle le laisse approcher sans résistance, avec peut-être même une pointe d’impatience au fond d’elle, juste pour s’assurer que tout va bien, qu’ils sont sur la même longueur d’ondes ce soir, peut-être même pour donner le ton de la soirée. Alors, lorsque sa main glisse sur sa joue, elle attend patiemment, qu’il vienne à elle, elle se sent incroyablement sereine à cet instant et… « Oh pardon ! » Daisy recule de quelques centimètres, reprenant sa respiration calmement et sortant de ce moment où elle se sentait dans cette petite bulle pleine de douceur. Une mère et sa fille s’excusent pour la gêne après avoir bousculé Nate près de l’entrée, et DeeDee en profite pour se ressaisir un peu. « Bien, rentrons ! » Et elle ne se fait pas prier lorsque le pompier l’invite à entrer. Une fois la porte passée, la brune s’imprègne du lieu en regardant la décoration, et en humant les diverses odeurs appétissantes qui lui parviennent. Elle suit Nate qui s’avance près des tables et se fait rapidement interpeller par un homme d’un certain âge, dont le sourire est extrêmement communicatif. Les retrouvailles passées, l’homme s’intéresse maintenant à elle, et soudainement elle se sent intimidée, mais le sourire qu’il lui offre la rassure. « Bonsoir mademoiselle, je suis Ray ». Elle saisit sa main et se présente à son tour. « Bonsoir Ray, je m’appelle Daisy. » Puis il s’adresse de nouveau à Nate, et Daisy suit patiemment les deux hommes qui se dirigent vers une table, près des fenêtres qui donnent sur l’océan. Un léger sourire éclaire le visage de Daisy : elle ne s’étonne pas du positionnement de la table. « Je t’ai réservé ta table, comme d’habitude. Je pensais que tu venais avec Caroline, c’est une jolie surprise que tu me fais là, Nate. » Les yeux mordorés suivent l’échange avec intérêt, tandis qu’ils s’assoient à cette table. « Je vous laisse regarder et choisir, mademoiselle. » Elle récupère le menu en le remerciant et s’apprête à l’ouvrir mais Ray reprend la parole et elle est bien plus curieuse de l’entendre que de découvrir le menu à cet instant. « Est-ce que Nate vous a dit qu’il n’a jamais emmené personne ici ? Vous êtes la première… Et je comprends pourquoi il vous a choisie. Je ne veux pas faire de plan sur la comète, mais je sais que si vous êtes ici ce soir, c’est qu’il tient à vous ! Et je suis ravi de faire votre connaissance ! » Si elle se sent d’abord gênée sous les commentaires du restaurateur, un seul regard dans la direction de Nate fait pencher la balance. Elle remarque alors que pour la première fois, le pompier se retrouve à prendre quelques couleurs devant l’interprétation de Ray à propos de la venue de Daisy, ici. Cette dernière arbore à présent un sourire particulièrement amusé et à la fois sincère, et répond simplement à Ray : « Je suis également ravie de vous connaître. » avant de le laisser filer et de se retrouver en tête à tête avec Nate. Décidant de laisser planer le silence pendant quelques secondes, elle s’empare du menu et l’ouvre en scrutant rapidement ce qui est proposé, avant que ses yeux ne se reposent sur la carrure de son rencard pour la soirée. Le menu ouvert entre ses mains, elle pèse le pour et le contre avant de prendre la parole. « Alors… Il faut un rencard officiel pour arriver à te mettre mal à l’aise ? » le taquine-t-elle avec une pointe de malice et le rire dans la voix. « Tu m’excuses, d’habitude c’est moi, alors j’en profite. » Elle repose les yeux sur le menu où s’étale un choix imposant en plats. Des crustacés, du poisson, essentiellement, mais l’estomac et l’esprit de Daisy hésitent longuement devant la liste qui s’affiche sous ses yeux. Entre les gratins de fruits de mer, les poissons cuits à la plancha avec une sauce aux épices, les gambas flambées, ou les plateaux de fruits de mer… Elle ne sait pas quoi prendre. Un soupir s’échappe d’entre ses lèvres. « Puisque tout me donne envie d’y goûter, qu’est-ce que tu me conseilles ? » Elle réfléchir un court instant après sa réponse et lui demande : « Les plateaux de fruits de mer sont grands comment ? Généralement c’est pour deux, alors… Si ça ne te fait pas peur ? » le questionne-t-elle avec ses yeux de biche qui le fixent. Bon, finalement elle a fait son choix mais elle a besoin d’un partenaire pour ce repas.

Après s’être décidés, elle referme le menu devant elle et tourne le visage vers la vue sur l’océan en contemplant le soleil qui a largement décliné en cette soirée de novembre. Le mouvement des vagues est si régulier qu’elle s’y perd. Elle soupire de nostalgie, en pensant à tous les bons moments qu’elle aussi a pu vivre en évoluant au milieu de l’océan Pacifique. Grâce à Nate, peut-être réussira-t-elle à se sentir un jour, à nouveau à l’aise dans l’eau ? « Tu viens souvent dans ce restaurant avec Caroline ? Elle ne m’en a jamais parlé, ça doit être quelque chose de vraiment sacré pour vous, les Brady. » dit-elle avec un sourire en se concentrant à nouveau sur lui. La silhouette de Ray apparaît alors qu’il vient à leur hauteur. « Vous avez choisi ? » Daisy répond par un hochement de tête avant de laisser répondre Nate qui en profite pour choisir un vin blanc pour accompagner le repas. Ray les quitte un instant pour revenir rapidement avec une bouteille qu’il ouvre et le pompier n’a plus qu’à goûter le vin. Ca semble lui convenir et le restaurateur repart en cuisine après leur avoir servi un verre à chacun. Daisy saisit son verre, et souhaite éviter le moment d’un toast, elle préfère trinquer simplement avec lui. « Promis, je n’en abuserai pas ce soir. » dit-elle, à la fois gênée et amusée en repensant à la dernière soirée où elle s’était laissée aller auprès de lui après avoir bu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathaniel Brady
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2016
MESSAGES : 681

MessageSujet: Re: Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips [Daisy + Nate]   Dim 15 Juil - 21:59

« Oui, prête, j’ai tout ce qu’il me faut. » Et bien plus encore, si elle me compte. Je suis le magicien qui pourra tout lui offrir ce soir, puisque je compte la traiter en princesse qu’elle est. Ma « pineapple princess », je pense brièvement en entendant la chanson dans ma tête, celle qui a bercé mon enfance, jouée par mon père à l’ukulélé. Dans la cabine d’ascenseur, la tension monte d’un cran. Me retrouver dans un espace aussi fermé avec elle réveille en moins des pulsions que je me force à maîtriser. Mes yeux se posent à nouveau sur la partie dénudée révélée par son top court, dévoilant sa peau halée que je me retiens de toucher. Puis je remonte le regard vers son visage. Son maquillage est discret, elle est vraiment magnifique. Ses yeux sont mis en valeur de telle façon que deux émeraudes brillent au milieu de son visage. J’en suis ébloui. « Oui, ça a été. J’ai eu pas mal de boulot, en plus des interventions de sauvetage. Beaucoup de paperasse et une enquête en cours qui m’a pas mal accaparé », je réponds calmement. Heureusement que le travail a bien occupé mes pensées, m’évitant de penser à elle 24h sur 24. Puis je lui parle de sa soirée d’Halloween avec Ashley. « Ca l’était. Jake t’a montré les photos que Ashley lui a envoyées ? » Je lui souris en réponse. « Non, je lui ai demandé, mais il m’a répondu qu’il fallait demander à la source. » Ce vilain n’a même pas voulu me montrer alors qu’il a bien fait exprès de me narguer avec ces photos. « Enfin, si t’as envie de me montrer… Tu étais déguisée en quoi ? Il n’a même pas voulu me dire, il a seulement dit que ça m’aurait plu ». J’en ai déduit qu’il s’agissait d’un déguisement assez sexy, mais je n’en suis même pas sûr, Jake n’a rien voulu lâcher. Nous terminons cette discussion dans ma voiture et j’enchaîne sur comment ma douce se sent, en introduisant le sujet par moi. C’est important pour moi de savoir, peut-être pour me rassurer, mais aussi pour lui montrer que je vois toujours notre relation de façon sérieuse et que j’ai vraiment hâte de la vivre à 100%. Et je sais que Daisy a aussi le besoin d’être rassurée, après ce qu’elle a vécu. Alors je ne me prive pas de lui dire ce que j’ai sur et dans le cœur. « Anxieuse. Ca fait longtemps, que je ne me suis pas retrouvée dans cette situation. Pour un vrai rendez-vous. » Je lui jette un regard furtif avec le sourire aux lèvres. « Et moi donc ! » je réponds immédiatement pour lui montrer qu’elle n’est pas la seule dans ce cas-là. On a chacun vécu nos traumatismes et c’est toujours difficile de remonter en selle. « Mais je suis confiant pour nous, ça va bien se passer, Deedee », j’ajoute sur un ton jovial. Pourquoi ça n’irait pas ? On a déjà passé le cap du baiser, je ne vois pas pourquoi on ferait machine arrière ce soir. Et j’ajoute être content d’être là, évidemment. Au cas où elle ne l’aurait pas compris, appuyant mes mots avec ma main qui vient trouver la sienne. Retrouver, plutôt, car depuis samedi, elle lui a manqué. Et comme nous parlons de révélations, je la remercie d’avoir accepté de me laisser entrer dans sa vie. Ca a commencé par ces leçons de barbotage qu’elle a acceptées, pour affronter sa peur de l’océan. Où en serions-nous si elle avait dit non ? Je m’en serais voulu de ne pas avoir tenté avec elle. Il m’était impossible de passer à côté, parce que je savais, dès que mon regard avait croisé le sien, que Daisy Green allait prendre une place incommensurable dans ma vie. Nous échangeons un regard attendri, et mon attention se reconcentre sur la route. Je sens sa main presser la mienne, ce qui étire davantage mon sourire. « Merci de m’avoir attendue » me dit-elle alors. Je lui lance un nouveau regard empreint de douceur et d’amour et je porte sa main à mes lèvres pour y déposer un baiser. « Ca en vaut mille fois la peine », je réponds simplement, l’étincelle au fond des yeux. « Si c’était à refaire, je le referai sans hésiter », sachant que rien n’est encore officiellement fait jusqu’à présent. Mais j’espère bien goûter à nouveau à ses lèvres ce soir, pour qu’ainsi, notre relation débute « pour de vrai ». C’est quelque chose qui m’obsède depuis samedi, alors je vais devenir fou si l’univers nous met encore des obstacles sur notre chemin.

Au restaurant, chez Ray, les présentations se déroulent à merveille. Même si Ray me met un peu mal à l’aise en révélant à Daisy combien elle compte pour moi si elle est la première personne que j’amène dans ce lieu sacré. Mais il a raison et ce sont des choses qu’il faut dire, et je sais que Daisy apprécie de l’entendre. Je la regarde se concentrer sur le menu ouvert sous ses yeux, mais son regard se lève à nouveau sur moi. Je sais déjà ce que je vais prendre pour ma part, l’habituel plateau de fruits de mer et demi-homard. « Alors… Il faut un rencard officiel pour arriver à te mettre mal à l’aise ? » Sa question m’arrache un sourire, encore gêné. « Tu m’excuses, d’habitude c’est moi, alors j’en profite. » Mon regard se porte sur les dents de ma fourchette que mon doigt s’amuse à gratter. « C’est le fait de laisser quelqu’un qui compte beaucoup pour moi entrer dans mon jardin secret qui me fait monter le rouge aux joues. » Je relève les yeux sur elle et je lui souris. « Je n’ai pas cette habitude, Deedee. Ca a toujours été plus facile pour moi de tenir les autres éloignés, pour qu’ils ne puissent pas m’atteindre, pour me protéger. Parce que… » Je repense à Charlie mais je pense qu’il ne faut pas en parler ce soir, ce n’est ni le moment, ni l’endroit. « … parce que mon cœur ne se remettra pas d’être à nouveau brisé comme il l’a été dans le passé ». Mon regard sonde le sien à la recherche d’un réconfort. Si Daisy savait le pouvoir que je lui accorde, elle a mon cœur entre ses mains et à tout moment, elle peut le jeter, l’écrabouiller, le torturer. Je me redresse, pour reprendre un minimum de contrôle sur moi et je détourne la conversation. « Alors, le menu te fait envie ? » je demande d’une voix enthousiaste. « Puisque tout me donne envie d’y goûter, qu’est-ce que tu me conseilles ? Les plateaux de fruits de mer sont grands comment ? Généralement c’est pour deux, alors… Si ça ne te fait pas peur ? » Et même nos goûts sont les mêmes… Quand je dis qu’on est fait l’un pour l’autre ! Je rigole légèrement avant de lui répondre. « Ray me fait toujours un plateau bien garni, avec en plus un demi-homard. On peut en prendre un pour deux, si tu veux. Au moins on peut goûter à plein de choses. Tu vois, Deedee, même pour le restau, nous sommes compatibles ! » Je rigole à ma remarque, amusé et ayant repris confiance en moi. Nos regards se portent tous deux vers l’étendue miroitant les reflets du coucher de soleil au loin, arborant des couleurs rougeâtres et rosées. Le spectacle est magnifique, comme d’habitude. J’aime venir seul ici aussi, parce que je n’ai pas besoin de compagnie quand j’ai l’océan. « Tu viens souvent dans ce restaurant avec Caroline ? Elle ne m’en a jamais parlé, ça doit être quelque chose de vraiment sacré pour vous, les Brady. » La voix de Daisy ramène mon attention à elle. « On vient de temps en temps. J’y viens avec elle ou mes parents, en général. Charlie aussi, quand elle est de passage. On a tous les trois grandi ici et joué à cache-cache dans le restaurant. Ray me connait depuis toujours, je crois. Depuis le moment où je n’étais qu’un petit haricot dans le ventre de ma mère », je termine en rigolant. « Mon grand-père venait déjà ici, alors imagine ! C’était le père de Ray qui tenait le restaurant autrefois. De père en fils. Et ce sera sûrement son fils Cornelius qui reprendra. Il vient parfois faire quelques services ici, déjà ». J’observe le restaurant dans ses détails et je souris, plein de nostalgie. « C’est comme un sanctuaire ici, on n’aime pas trop amener de nouvelles personnes. On n’a pas envie d’un endroit bondé et Ray non plus n’en a pas envie. Il a juste ce qu’il lui faut et c’est parfait comme ça. » Dans la plus pure tradition. Et en parlant du loup, voici le retour de Ray. « Vous avez choisi ? » Je regarde Daisy, si jamais elle veut commander, ou est-ce qu’elle préfère que je le fasse ? Je crois que oui, pour la dernière option. « On prendra comme d’habitude, Ray, mais pour deux. Et puis tu me mettras un petit vin blanc avec » Ray n’a pas besoin de prendre note, c’est un sourire qu’il nous renvoie. « Excellent choix, les tourtereaux ! Je m’occupe de tout » Il envoie un clin d’œil à ma douce, ce qui me fait sourire, et s’éclipse rapidement. « Tu ne seras pas déçue du repas, c’est vraiment succulent, tu verras. » Ray, aux petits soins avec nous, revient immédiatement avec une bouteille de blanc. « Tiens, goûte-moi ça, Nate. C’est nouveau, on a dégoté ça avec Cornelius dans un vignoble pas très loin d’ici, c’est une merveille ! » Je le laisse verser le liquide doré dans mon verre et rien que sa robe donne envie. J’en hume le parfum et une fois mes lèvres trempées dedans, je laisse échapper un « mmmmm » de plaisir. « Effectivement ! » je dis en regardant l’étiquette de la bouteille de plus près. « A garder sur la carte, absolument ! » Je le laisse remplir nos verres tout en observant Daisy. Ce qu’elle est belle… J’en reviens toujours pas d’être ici ce soir avec elle. Je me remémore notre rencontre et j’ai le cœur qui s’emballe à nouveau, pas besoin de monitoring pour me le faire entendre. « J’espère que vous avez les mêmes goûts que Nate et que vous aimerez, Daisy » dit-il à l’encontre de ma dulcinée. « Je reviens avec votre plateau rapidement », nous annonce-t-il avant de repartir en cuisine. Je sais qu’il ne met guère de temps pour me servir. « Promis, je n’en abuserai pas ce soir, » me dit alors Daisy en saisissant son verre. J’émets un léger rire et je fais de même, tenant le verre en l’air, réfléchissant à un toast à prononcer tout en lui répondant. « J’aime assez quand tu en abuses, à vrai dire. Ca crée de belles surprises… » je lui réponds, taquin. « Mais ce soir tu peux m’embrasser sans avoir trop bu, tu seras toujours bien accueillie… » je lui glisse doucement, plein de confiance, pour la faire rougir et la rendre encore plus craquante. « A nous, Daisy ! » je dis brièvement avant de faire tinter mon verre délicatement contre le sien, mon regard plongé dans le sien. « Premier rencard après ces longs mois d’attente, et je sens qu’il sera réussi ! » Mon sourire s’accentue et je bois une gorgée du blanc. Après avoir posé mon verre, j’annonce la suite du programme de ce soir. « Après le restaurant, je t’emmène dans le bar où je chante habituellement. Si tu le veux bien. Bon à vrai dire, je me suis déjà engagé à chanter ce soir, alors ça ne te laisse pas trop le choix, mais au pire, je peux te ramener chez toi si tu n’as pas envie de rester. » Mais elle en aura envie, non ? « Si ça peut faire pencher la balance, ce soir je compte chanter la chanson que j’ai écrite pour toi… » Allez, reste ! Bizarrement, il m’est plus facile de révéler mes sentiments en chansons plutôt qu’en parlant simplement. Et pourtant, ça peut être tellement plus puissant. La musique fait tellement partie de moi que j’imagine que c’est un moyen d’expression plus naturel pour moi. Ray arrive rapidement avec notre immense plateau bien garni avec le homard qui trône majestueusement au milieu. Cette vision me fait saliver instantanément. Je vais me régaler ! « Et voilà, bonne dégustation à vous deux, vous m’en direz des nouvelles ! » dit-il fièrement. Aucun doute sur la qualité de ses produits pour ma part. J’espère que Daisy sera du même avis.

(…)

« La bouteille est offerte par la maison, Nate. Pour te remercier de m’avoir présenté ta jolie fleur, ce soir » Il me lance un clin d’œil et je le remercie. Mais je me rattraperai sur le pourboire, hors de question de le laisser m’offrir une bouteille entière. Il fait le tour du comptoir en bois pour retrouver Daisy et lui dépose un baiser sur le dos de la main. « Tu essaies de la draguer ou quoi ? » je demande pour plaisanter, ce qui le fait rire. « Oh mon garçon, si seulement je pouvais avoir une chance de lui plaire… Mais face à toi, je ne fais pas le poids, je présume… » Il se retourne vers Daisy et ajoute « n’est-ce pas, Daisy ? » Il lui tapote le dos de la main, comme un grand-père le ferait à sa petite-fille. « J’espère vous revoir ici à l’avenir, mais mon petit doigt me dit qu’on se reverra. J’ai été très heureux de faire votre connaissance, Daisy. Prenez bien soin de ce garçon, il a un cœur en or, vous savez. Tendre, et en or. » Sa gentillesse m’émeut et c’est avec une longue accolade que je lui dis au revoir. « A bientôt Ray. Avec Daisy, si elle le veut bien », je fais à son encontre, le sourire aux lèvres. Mais je suis confiant.

Il est l’heure d’aller au bar pour le concert et nous n’avons malheureusement par le temps de nous attarder davantage. Il fait nuit à présent, et le vent s’est levé sur la côte, glaçant un peu nos corps alors que nous nous dirigeons vers la voiture.

Le bar bénéficie d’un parking, ce qui est bien pratique pour moi puisque je vois que l’heure tourne, et je prends rapidement ma guitare et mon ukulélé avant d’entrer, Daisy à mes côtés. « Salut Marcus ! » j’annonce au gérant du bar qui est aussi barman à ses heures perdues. Il vient à ma rencontre et me fait une accolade. « Nate ! Ca fait plaisir de te voir. Tu es attendu ce soir, regarde un peu ! » Effectivement, la salle est bien remplie et je vois des têtes connues parmi le public. « C’est Daisy ? » me demande-t-il alors, plein de curiosité. Je lui souris en guise de réponse et me tourne vers ma dulcinée. « En chair et en os ! » Et tout en charme aussi. Il vient également lui faire une accolade. « Enchanté Daisy, et merci d’avoir sauvé notre Nate à l’hôpital. Il m’a raconté un peu… Qu’est-ce qu’on deviendrait sans lui ?! » dit-il avec sincérité, ce qui me touche. « N’exagérons rien ! » je rectifie. « Non mais c’est vrai, et puis regarde, dans la salle je suis sûr que plein de personnes auraient été tristes de te savoir… parti à tout jamais, mec. Tu te rends pas compte à quel point tu es apprécié ici, je crois ! » Il veut me faire pleurer ou quoi ? Je hausse les épaules et je me penche vers Daisy pour l’embrasser sur la joue. « Je file me mettre en place, commande ce que tu veux, ce sera sur ma note », je lui dis en posant ma main sur le bas de ses reins. « Marcus, je te la confie ! Sois gentil, hein ! » Il s’étonne de ma remarque et prends un air innocent. « Tu me connais ! Y a pas plus angélique que moi ! » Ce qui me fait éclater de rire. C’est que Marcus peut être très coriace quand il le faut. Etant gérant de bar, j’imagine qu’il doit faire face à d’innombrables problèmes. Je pars installer mes instruments et les accorder alors que le public m’applaudit déjà, m’apportant une dose de bonheur. Ah ce qu’il m’avait manqué !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daisy Green
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 17/05/2017
MESSAGES : 1159

MessageSujet: Re: Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips [Daisy + Nate]   Mar 7 Aoû - 16:03



Elle a hésité à laisser planer le doute un peu plus longtemps. Le regard curieux qu’il arbore au sujet de sa tenue pour la soirée de Halloween lui arrache un sourire amusé. Ainsi Jake n’avait rien dit… C’était étrange. Les photos en question devaient probablement laisser voir que l’alcool avait tenu une place importante au cours de la soirée et que l’amusement était de mise. « En chauve-souris fluorescente, voire.. sous-acides. » confie-t-elle dans un haussement d’épaules en se rappelant de sa perruque d’une couleur improbable. « Je pourrais éventuellement te montrer une ou deux photos, si j’estime que tu les mérites ! » dit-elle finalement sur un ton joueur.
Une fois en route, les paroles échangées sont là pour les rassurer tous deux. Bien sûr qu’elle est stressée ! Et elle espère pouvoir maîtriser son anxiété au fil de la soirée. Daisy se rend compte qu’il lui suffit de se souvenir de ce premier baiser échangé la semaine précédente pour passer du stress à une gêne mêlée d’envie. Mais au fond, ce rencard est là pour donner un cadre et rendre les choses plus officielles entre eux. Peut-être même pour faire les choses bien et mettre toutes les chances de leur côté. Deedee ne s’imagine plus faire machine arrière à présent. Alors ce soir, c’est décidé, tout se passera à merveille ; le baiser qu’il dépose sur sa main confirme son pressentiment et l’angoisse qui l’assaillait jusque là fond sous la chaleur qui lui gagne le cœur.

Ses yeux s’égarent sur la décoration simple du restaurant, sur la vue infinie qui s’étend par la fenêtre et sur lui, Nate. Apercevant une gêne visible, elle ne réfléchit pas plus et saute sur l’occasion pour glisser une petite réflexion. Il s’en amuse assez pour qu’elle ne l’épargne pas, cette fois. Elle s’en veut presque l’instant d’après, alors qu’il ose à peine la regarder. Ainsi le tout confiant pompier aurait quelques failles assez grandes pour lui faire perdre pied lors d’un rencard ? Elle hésite à garder ses iris posés sur lui, mais voulant à tout prix voir ses réactions à travers ses mimiques, l’infirmière est incapable de le quitter du regard. Daisy écoute attentivement ses paroles, prenant conscience de la portée de sa venue ici. Ses doigts s’entortillent entre eux, alors qu’elle se mord l’intérieur de la lèvre, sous l’effet de l’angoisse. « C’est le fait de laisser quelqu’un qui compte beaucoup pour moi entrer dans mon jardin secret qui me fait monter le rouge aux joues. Je n’ai pas cette habitude, Deedee. Ca a toujours été plus facile pour moi de tenir les autres éloignés, pour qu’ils ne puissent pas m’atteindre, pour me protéger. Parce que… parce que mon cœur ne se remettra pas d’être à nouveau brisé comme il l’a été dans le passé ». Elle aimerait lui dire que briser des cœurs, ce n’est pas son truc. Elle ignore seulement si le moment est opportun ; peut-être serait-ce même présomptueux de sa part de souligner cela. Au moment où son regard remonte vers elle, sa gorge se noue : aucune parole ne sera susceptible de sortir, alors elle lui offre un doux sourire, dans lequel se lisent des promesses et une bienveillance à son encontre. Comment faire comprendre à quelqu’un que l’on souhaite tout le contraire ? Nate ne le réalise peut-être pas, mais la brune joue gros aussi de son côté, en tentant le coup avec lui, prête à donner une confiance aveugle et un amour sans limite. Après des années de solitude, elle a enfin décidé de leur laisser une chance, pour écrire un bout d’histoire à deux.
Elle ne peut retenir un léger rire lorsqu’il souligne leur compatibilité, même en goûts culinaires. L’idée de partager littéralement un plat avec lui la ravit d’autant plus pour ce premier rendez-vous. « Imagine, si j’avais détesté les produits de la mer, ou que j’étais vegan ! Tu aurais été obligé de m’emmener dans un fast-food ou me trouver des carottes à grignoter ! » dit-elle, taquine à souhait, sentant la tension l’abandonner doucement. Le pompier répond à sa question au sujet de ce restaurant, si spécial à ses yeux, dont elle n’avait jamais entendu parler, ni par Caroline, ni par quelqu’un d’autre ; une vraie découverte. « On vient de temps en temps. J’y viens avec elle ou mes parents, en général. Charlie aussi, quand elle est de passage. On a tous les trois grandi ici et joué à cache-cache dans le restaurant. Ray me connait depuis toujours, je crois. Depuis le moment où je n’étais qu’un petit haricot dans le ventre de ma mère. Mon grand-père venait déjà ici, alors imagine ! C’était le père de Ray qui tenait le restaurant autrefois. De père en fils. Et ce sera sûrement son fils Cornelius qui reprendra. Il vient parfois faire quelques services ici, déjà. C’est comme un sanctuaire ici, on n’aime pas trop amener de nouvelles personnes. On n’a pas envie d’un endroit bondé et Ray non plus n’en a pas envie. Il a juste ce qu’il lui faut et c’est parfait comme ça. » Elle l’écoute avec attention et esquisse quelques sourires en imaginant le garçon qu’il était. Ils n’ont pas de lieu favori dans sa famille, où se retrouver pour partager un repas. Ils préféraient davantage organiser des pique-niques sur la plage, et ensuite des barbecues au fond du jardin, durant la période où la brune était incapable de poser un pied près de l’océan. Ray arrive alors, dissipant les pensées envahissantes. Acquiesçant d’un simple sourire, elle lance un regard à Nate, l’invitant à répondre pour eux deux. « Excellent choix, les tourtereaux ! Je m’occupe de tout. » Les commentaires du propriétaire la font sourire et ce sont deux billes pétillantes qui retrouvent l’azur des iris de Nate. « Tu ne seras pas déçue du repas, c’est vraiment succulent, tu verras. » Puis le restaurateur propose une bouteille. « Tiens, goûte-moi ça, Nate. C’est nouveau, on a dégoté ça avec Cornelius dans un vignoble pas très loin d’ici, c’est une merveille ! » Daisy le regarde servir, puis Nate s’occuper de goûter le vin, elle s’en remettra à son jugement ; ce soir, il la guide, et elle suit les yeux fermés. Ce dernier valide le blanc qui accompagnera le repas et juste avant que Ray ne reparte il s’adresse à elle : « J’espère que vous avez les mêmes goûts que Nate et que vous aimerez, Daisy. » Alors, tout sourire, elle répond simplement : « On le saura ce soir ! » Lorsque Ray repart en cuisine, elle laisse entendre ses intentions quant au vin. « J’aime assez quand tu en abuses, à vrai dire. Ca crée de belles surprises… Mais ce soir tu peux m’embrasser sans avoir trop bu, tu seras toujours bien accueillie… » La réflexion lui arrache un petit rire alors qu’elle appuie son menton dans le creux de sa main, sous la gêne qui l’accable tout à fait. Le clin d’œil au baiser lui fait détourner le regard, se mordant la lèvre pour essayer de se concentrer et éviter de tourner au rouge pivoine. Les iris fuyants regardent au loin, espérant calmer le trouble qui vient de l’envahir. En vain. Elle renonce et les prunelles mordorées se reposent sur lui au moment de trinquer ; puis, elle trouve refuge, enfin, derrière son verre, faisant naviguer son regard entre son visage et un point vague sur la table, tout en goûtant au vin par la même occasion. Gardant le verre en main, en le faisant très légèrement tourné entre ses doigts, elle écoute le programme de la soirée qu’il lui énonce. « Après le restaurant, je t’emmène dans le bar où je chante habituellement. Si tu le veux bien. Bon à vrai dire, je me suis déjà engagé à chanter ce soir, alors ça ne te laisse pas trop le choix, mais au pire, je peux te ramener chez toi si tu n’as pas envie de rester. Si ça peut faire pencher la balance, ce soir je compte chanter la chanson que j’ai écrite pour toi… » - « Si les fruits de mer sont frais et qu’on ne commande pas trois bouteilles comme celle-ci, je ne vois aucune raison qui me ferait écourter la soirée. Surtout s’il y a une chanson rien que pour moi. » confie-t-elle, voulant le rassurer quant à ses intentions.

Le repas s’est écoulé dans une ambiance détendue, un brin teintée de séduction lorsque Daisy eut terminé son deuxième verre de vin blanc. Alors qu’ils quittent leur table, Ray vient échanger quelques mots avant de lui faire un baisemain en guise d’au revoir sous le regard amusé de la brune qui savoure la réaction de Nate, bien qu’elle soit humoristique. « Oh mon garçon, si seulement je pouvais avoir une chance de lui plaire… Mais face à toi, je ne fais pas le poids, je présume… N’est-ce pas, Daisy ? » Ray la fait à nouveau sourire, mais elle répond gentiment : « Vous êtes arrivés un peu trop tard, navrée. » Elle ose à présent à peine regarder le pompier. « J’espère vous revoir ici à l’avenir, mais mon petit doigt me dit qu’on se reverra. J’ai été très heureux de faire votre connaissance, Daisy. Prenez bien soin de ce garçon, il a un cœur en or, vous savez. Tendre, et en or. » La recommandation du vieil ami de son partenaire pour la soirée la touche, alors elle lui serre doucement la main qui retient la sienne. « Je sais. Je ne lui veux aucun mal, n’ayez crainte. » finit-elle par avouer, comme si le concerné n’était pas là. « A bientôt Ray. Avec Daisy, si elle le veut bien. » Ce dernier lance cette dernière remarque, et d’un simple regard, elle lui confirme que oui, elle reviendra avec lui. Et comme pour confirmer sa pensée, elle glisse une main autour de son bras en sortant du restaurant, leur donnant un air de vrai couple, alors qu’elle lui offre un sourire derrière ses mèches de cheveux balayées par le vent.

Daisy passe la porte du bar à la suite d’un Nate chargé d’instruments. Un type, la quarantaine, les accueille avec enthousiasme. « Nate ! Ca fait plaisir de te voir. Tu es attendu ce soir, regarde un peu ! C’est Daisy ? » Très vite, il devine son identité et Daisy tourne un regard surpris vers le pompier. Comment se fait-il que cet homme, qu’elle n’a jamais rencontré, sache qui elle est ? Elle repousse les questions dans un coin de sa tête et le salue dans l’accolade qu’il lui donne sans hésiter. « Enchanté Daisy, et merci d’avoir sauvé notre Nate à l’hôpital. Il m’a raconté un peu… Qu’est-ce qu’on deviendrait sans lui ?! »  - « Ravie d’avoir sauvé un de vos.. artistes ?! » plaisante-t-elle légèrement, ne sachant jamais comment réagir quand on la félicite sur son travail, alors que tout lui paraît normal, puisque c’est son métier ! « Je file me mettre en place, commande ce que tu veux, ce sera sur ma note. » Elle accueille son baiser avec un sourire entendu et sent sa main dans le creux de son dos une seconde plus tard. « Un jus de fruits certainement… » marmonne-t-elle entre ses dents, à son adresse ; après avoir fini cette bouteille de vin avec lui à table, hors de question de commander de l’alcool, elle a promis de ne pas en abuser, elle va s’y tenir. Nate est sur le point de partir, mais elle le retient du bout des doigts, déposant à son tour un baiser sur sa joue. « Bonne chance ! » lui souhaite-t-elle à son oreille. Pour son concert ? Sa chanson ? La séduire ? Sur un air énigmatique, elle s’en va rejoindre Marcus qui lui fait signe d’approcher au bar pour qu’elle puisse passer commande. S’installant sur un tabouret haut, elle entend alors les personnes présentes applaudirent en voyant Nate sur scène. Cela la surprend un peu, quand il disait avoir l’habitude de jouer ici, elle n’imaginait pas qu’il avait tout un public à ses pieds. « Alors, qu’est-ce que tu veux boire Daisy ? » Elle n’hésite pas longtemps avant de répondre. « Un cocktail sans alcool ! » Marcus éclate de rire, se moquant un peu d’elle. « Même pas une petite goutte de rhum ? » Elle secoue la tête, amusée : même pas ! Tapotant ses doigts sur le comptoir, elle observe ce qui se passe autour d’elle, découvrant ce nouveau lieu. Il y a tellement de bars à Los Angeles, et Deedee est accrochée à ses lieux habituels, alors elle loupe un bon nombre de découvertes. Marcus s’affaire en lui jetant quelques coups d’œil de temps à autre, puis revient vers elle, le verre à la main. « Merci Marcus ! » dit-elle en récupérant le verre orné d’une paille. « Il vient souvent jouer ici ? Ca fait longtemps ? » questionne-t-elle en désignant d’un signe de tête la scène où se trouve le pompier. Tout en servant un autre client, il se met à réfléchir, relevant les yeux vers le plafond. « Hmm, ça doit faire une petite dizaine d’années maintenant. Et il vient quand il en a envie, souvent une fois par mois. » Les sourcils s’arquent légèrement sous la surprise alors qu’elle sirote son verre. Une dizaine d’années ! Elle comprend mieux pourquoi les personnes ici étaient pressées de le voir revenir jouer et chanter. Tout à coup, elle sent une main sur son épaule et lorsqu’elle se retourne, se trouve face à Otto, accompagné d’un autre type qui a tout de la dégaine du surfeur, tout sourire. « Salut Daisy ! Alors, tu es venue encourager la star de la soirée ? » La brune répond à son sourire, haussant les épaules. « Je suis venue écouter, c’est déjà pas mal ! Il y a déjà tout un fan club en place ! » Otto rigole à sa remarque, puis l’invite à se joindre à eux deux, à une table plus loin. Ouvrant la conversation sur des sujets larges, Daisy échange avec les deux jeunes hommes, le meilleur ami de Nate ayant toujours été adorable envers elle. Puis, ils s’interrompent lorsque quelques notes de guitare résonnent dans la salle et que Nate commence à chanter. Une boule se loge dans le ventre de DeeDee, stressée pour lui, alors qu’il semble tout à fait à l’aise là où il se trouve. Elle remarque que plusieurs personnes viennent glisser des papiers dans son étui de guitare, et Otto se dirige près de la scène pour, lui aussi, déposer un morceau de papier. En revenant, l’infirmière le questionne du regard alors il lui explique simplement qu’il vient de proposer un titre à tirer au sort, et qu’il espère que Nate tirera sa chanson. « Et tu as mis quoi comme titre ?! » demande-t-elle, la curiosité piquée au vif ! Otto reste silencieux quelques secondes, et elle lui trouve un air de sale gosse. Un air qu’il porte fréquemment d’ailleurs… « Tu verras ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips [Daisy + Nate]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Teach my skin those new tricks, warm me up with your lips [Daisy + Nate]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Achat]Skin de chat
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Skin Interface
» [skin]Magie sur ma skin de chat
» skin d'interface?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons-nous ? :: Venice Beach-