AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rien est plus trompeur qu'un sourire. [Ejaz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pénélope Solète
Admin esclave
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2016
MESSAGES : 766

MessageSujet: Rien est plus trompeur qu'un sourire. [Ejaz]   Sam 30 Juin - 8:04

Je vis dans ce quartier de Venice Beach depuis un moment. Quelques années même, et autant vous dire que j’en ai vu des choses ! Je pourrais presque être la Mary-Alice de Desperate Housewives qui connaît la vie de tout le monde. Sauf que je suis toujours vivante et que je suis bien plus sexy qu’elle ! Mais en dehors de ces détails, j’ai vu des arrivées, des départs. J’ai lié des amitiés et des voisins sont devenus mes amis à la longue. Alors je ne compte pas partir de là où je suis. Et quand un nouveau arrive, je mets toujours un point d’honneur à l’accueillir comme il se doit. Avec des friandises, un grand sourire, de la joie et de la convivialité. Et les gens adorent ça. Finalement, ça nous permet de devenir une bande de copains, de voir nos enfants jouer entre eux. Et je gère d’une main solide, tous les petits tracas de cette petite copropriété de maisonnettes. Un problème de route ? Pas de souci, Penny appelle l’entreprise de bâtiment. Le chat de la voisine est perché dans un arbre ? No problemo, Penny demande à Ryan qui dit à Marty de prévenir Joey qu’il doit prendre son échelle pour sauver Perle (mais quel nom steuplait). Tout ça pour dire que je me sens terriblement utile pour tout le monde et que j’adore mon quartier. Aussi, quand j’ai vu un camion de déménagement s’arrêter, j’ai bondi sur l’occasion pour rafler – pour la sixième année consécutive – l’award de la meilleure voisine. Alors, ce matin, en samedi jour de congés et sans une Venus pour me martyriser, je me suis mise aux fourneaux. Oui. Vraiment. Je ne déconne pas. Je me suis lancée dans la confection de cookies. Mon fils m’a dit que c’était très simple à faire. Aussi, me suis-je donc lancée dans cette formidable entreprise. Bordel ! J’ai jamais vu un truc aussi dur. Mais j’y suis arrivée. Pour une fois, je n’ai pas confondu le sel et le sucre, j’ai mis de la farine, j’avais encore assez de beurre. Tout était bon. Sauf, que lorsque j’ai vu qu’il fallait établir des petits boulettes avec un espace de cinq centimètres sur une plaque de cuisson, j’ai cru mourir. Attends, c’était soit je perdais un temps précieux à faire des boules de pâte ou bien m’octroyer du temps libre pour me faire les ongles. Aussi, ma décision a été vite prise et j’adore mes ongles rouge vif. Du coup, je me suis contentée d’étaler la pâte sur la plaque. Tant pis, je découperais au couteau des petits carrés. Ce sera nettement plus joli. Sauf que…

« Holy fucking shit !!! » Forcément, à me faire les ongles, j’ai oublié mes cookies. Et le résultat, c’est qu’ils ont l’air d’avoir abusé des UV et un poil trop croquant. Du coup, tant pis, le nouveau voisinou aura droit à une réduction chez le dentiste se trouvant pas loin d'ici. En tout cas, j’y mets tout mon cœur. J’installe le tout dans une corbeille, je prends un tissu que j’étale, j’installe dans une jolie boite les cookies carbonisées. Je demeure assez fière même en espérant que le chef ne soit pas un étoilé. Bref, une fois tout en place, un joli torchon à carreaux posé sur le dessus, je suis prête à y aller. C’est donc impeccablement vêtue que je sors de chez moi, ignorant la remarque acerbe de Garrett, occupé à tondre sa pelouse, et donc je gratifie d’un doigt d’honneur tout en avançant vers la maison du nouveau. Et dire qu’avant, les anciens voisins étaient assez intéressants à espionner. Tout le monde était convaincu que s’il battait sa femme, c’était uniquement parce qu’elle avait une aventure avec le mari de la sœur du patron du Starbucks du coin. Autant dire que ça jase. Arrivant devant, je sonne à la porte, attendant un peu quand elle s’ouvre, me dévoilant un beau brin, un peu hispanique-qui-bouffe-du-tacos. Automatiquement, mon visage se feint d’un sourire rayonnant. « Bonjour bonjouuuuuur cher voisin. Je me présente, Pénélope Solète, présidente du conseil syndical de notre copropriété que nous allons Beach please entre nous. » J’éclate d’un rire cristallin avant d’enchaîner. « Vous savez, Martha, celle dont la maison possède des rideaux rouges – entre nous soi-dit, je rêve d’avoir ses rideaux – a eu vent de votre arrivée par Joey – il est plombier ; si jamais – et doooonc, il en a parlé à Jake qui en a soufflé deux mots à Jennifer et me voilà donc ! Du coup, je me suis dit qu’il fallait venir vous souhaiter la bienvenue, parce que vous ne trouverez jamais de meilleurs endroits qu’à Los Angeles. Ici, tout le monde est ami avec tout le monde. Sauf Garrett, il est vilain. Mais le reste, ils ne sont qu’amour. D’ailleurs, tenez des cookies pour vous. Bon si vous avez des problèmes dentaires, évitez. Si vous avez une dentition parfaite, ruez-vous dessus. Et si jamais, vous avez une dentition dégueulasse mais que la semaine prochaine, vous avez rendez-vous avec votre dentiste pour une pose d’implants, alors foncez ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ejaz Salvador
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 20/06/2018
MESSAGES : 83

MessageSujet: Re: Rien est plus trompeur qu'un sourire. [Ejaz]   Lun 2 Juil - 14:14

Voilà maintenant quelques jours que je suis arrivé à Los Angeles, après quelques galères pour trouver un logement j’ai fini par tomber sur la bonne personne au bon endroit. C’est souvent comme ça dans la vie vous n’avez jamais remarqué ? Vous êtes pommé sans repère puis un bon samaritain finit par débarquer de je ne sais où et remet un peu d’ordre dans votre vie et vos idées. C’était un peu le cas avec Louve qui m’a sortie de ma torpeur lorsque j’ai perdu ma mère, Buster m’a sauvé de notre trou à rat où l’on serait mort tout les deux il ne faut pas se voiler la face. Puis Agent Solète, si mes souvenirs sont bons, m’a aidé à trouver cette maison dans ce quartier. Venice Beach… c’est étrange ce nom à quelque chose d’excitant et de doux, comme-ci on avait l’impression d’habiter un petit village au milieu d’une ville impériale, grande, bien trop grande. Je n’aime pas Los-Angeles et je pense que rien ni personne ne pourra me faire aimer cette ville. Je suis trop attaché à mes racines et à mon Espagne que j’ai si hâte de retrouver. Cependant je ne rentrerai pas sans Louve et mes enfants... Bien que pour Louve tout est peut-être trop tard… Qu’en sais-je après tout ? Peut-être qu’elle a cru bon refaire sa vie pour oublier le mal que je lui ai fait ? Est-ce que je pourrais vraiment lui en jeter la pierre ? Louve est une femme forte, je ne doute pas que tel un phénix elle est pu renaitre de ses cendres et reprendre le court de sa vie ici. Cependant je ne peux pas m’enlever de la tête que nous, ensemble, nous étions fort et que l’un sans l’autre nous avons perdu une partie de notre humanité. Enfin moi mon humanité est restée en Afghanistan et je ne pense pas la revoir de sitôt. Moi qui est toujours été indolent et un poile naïf, demandez le à Louve, aujourd’hui je me retrouve à haïr ce comportement chez les autres, j’envie leur candeur ils ne savent rien de l’horreur qu’il y a ailleurs.

En Amérique l’horreur c’est le 11 septembre, c’est tragique attention je ne dis pas le contraire, mais croyez le où non, les populations décimées au nom de la « liberté » en Afghanistan et autre contré alentour  touche davantage… Parce que j’ai vu, j’ai vu dans leurs yeux la faim, la peur, l’horreur… je n’ai jamais connu de tels regards auparavant ceux qui m’ont toujours bercés été doux et bienveillants… J’espère retrouver une partie de cette candeur ici, enfin passer à autre chose et tirer un trait sur le passé, comme semble l’avoir fait Buster.

Je regarde livide l’écran face à moi qui débite un flot d’âneries que je ne comprends pas totalement. C’est un talk show ils parlent forts, semble rire, faussement, aux éclats et utiliser des expressions très certainement purement Américaine qui traduit mot-à-mot ne veulent pas dire grand-chose. Enfin bref, cela me permet de passer un peu le temps. Une fois le soleil à son déclin je sortirai courir sur la plage cela me permettra de me détendre un peu.

La sonnerie de la porte sonne en écho dans mon appartement presque vide. Je n’ai pas le goût ni l’envie de faire du shopping, à vrai dire j’ai toujours détesté ça…mais vraiment. La déco de la maison avait été à la charge de Louve si elle comptait sur moi nous aurions vécus des années avec un canapé et un carton retourné en guise de meuble TV. Bref, je penserai à la décoration plu tard dans l’immédiat il faut que je trouve le courage de me sortir de ma torpeur pour aller ouvrir cette fichue porte. Et d’ailleurs qui peut bien venir puisque personne ne sait que je suis là ?

« Bonjour bonjouuuuuur cher voisin. Je me présente, Pénélope Solète, présidente du conseil syndical de notre copropriété que nous allons Beach please entre nous. »

Whaou une vague de bonne humeur vient de m’arriver en pleine tête et comme je ne m’attendais pas à autant de jovialité je n’ai pas compris un traitre mot de ce qu’elle vient de me raconter… Je me passe une main sur le visage comme pour essayer de me réveiller ou me remettre les idées en place. Je m’apprête à ouvrir la bouche pour la saluer à mon tour et lui demander gentiment de bien vouloir recommencer au début mais je n’ai pas le temps, voilà qu’elle recommence.

« Vous savez, Martha, celle dont la maison possède des rideaux rouges – entre nous soi-dit, je rêve d’avoir ses rideaux – a eu vent de votre arrivée par Joey – il est plombier ; si jamais – et doooonc, il en a parlé à Jake qui en a soufflé deux mots à Jennifer et me voilà donc ! Du coup, je me suis dit qu’il fallait venir vous souhaiter la bienvenue, parce que vous ne trouverez jamais de meilleurs endroits qu’à Los Angeles. Ici, tout le monde est ami avec tout le monde. Sauf Garrett, il est vilain. Mais le reste, ils ne sont qu’amour. D’ailleurs, tenez des cookies pour vous. Bon si vous avez des problèmes dentaires, évitez. Si vous avez une dentition parfaite, ruez-vous dessus. Et si jamais, vous avez une dentition dégueulasse mais que la semaine prochaine, vous avez rendez-vous avec votre dentiste pour une pose d’implants, alors foncez ! »

Merde cette femme se s’arrête jamais de parler ? Elle parle plus que moi encore… Pauvre Buster c’est donc ça qu’il a dû endurer durant trois longues années, peut-être que s’était ça son calvaire finalement… me supporter. J’attraper son petit panier de cookie, joliment présenté. Je découvre légèrement les gourmandises qui me font fortement envie et là… c’est le drame. Elle a réussi à louper des cookies ? Des cookies quoi bordel ! Je ne savais pas que quelqu’un sur cette planète pouvait louper des cookies ! Je le souris et me dépêche de prendre la parole avant qu’elle ne se décide à m’assommer de mot une nouvelle fois.

« Merci, pour ces cookies ! Moi c’est Ejaz… Ejaz Salvador. Pourrais-tu juste me rappeler ton prénom car je t’avoue que tu m’as surpris et je n’ai pas compris grand-chose mon anglais est encore un peu approximatif… »


Oui c’est ça c’est de la faute de la langue ! En même temps je ne vais pas lui dire d’office qu’elle m’a assommé avant que j’ai eu le temps de dire ouf. Niveau convention sociale on fait mieux ! Je m’écarte légèrement de la porte laissant entrevoir l’intérieur de mon logement.

« Les cookies c’est toujours un poil secs vous ne voudriez pas en partager un avec moi autour d’un café ? »


Elle semble être une voisine autant commencer à essayer de créer des contacts dans un périmètre proche de chez moi, puis elle semble bien sympathique… qi on oubli le fait qu’elle tente de me tuer avec des cookies durs et secs comme jamais il m’a été donné d’en voir. Puis s’il faut souffrir en les mangeant autant qu’elle souffre un peu avec moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Solète
Admin esclave
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 02/06/2016
MESSAGES : 766

MessageSujet: Re: Rien est plus trompeur qu'un sourire. [Ejaz]   Mer 18 Juil - 19:15



Ici Penny la psychopathe de service. Mon mari m’a souvent dit que j’étais un peu trop bruyante et inquisitrice. Je me suis offusquée sans jamais comprendre ce qu’il essayait de me dire. Peut-être le suis-je trop ? Je n’en sais rien. Ce n’est pas tous les jours que les voisins viennent avec des cookies. Ils pourraient témoigner un peu de reconnaissance merde. D’autant plus que je veille à leur intérêt. Quand ils ont un souci, ils savent comment me joindre. Et je tiens à ce que notre communauté soit soudée. Je vous laisse imaginer combien notre fête des voisins est survoltée et endiablée. On se donne à fond mais bien sûr, pour mon absent de mari, c’est toujours trop. Qu’importe ! Je fais ce que je veux, je suis une rebelle. Et aussi, j’accueille mon voisin avec un grand sourire. Bon sang, il est canooon en plus ! Faudrait que je mène mon enquête afin de savoir s’il est célibataire ! J’ai Jenny, maman de Carter allant à l’école comme Charlie – qui vient de se séparer. Qui sait ? Il y a peut-être moyen de le coller avec ma super copine ? Parce qu’en plus d’être bienveillante, d’apporter des cookies durs, je suis aussi l’entremetteuse. J’adore ça ! Mais pour l’instant, je vais éviter de lui demander son statut civil, il risquerait de me prendre pour une épouse esseulée en chaleur. Et on va éviter. J’ai une réputation à tenir et déjà que Garrett m’a bien ridiculisée, je ne voudrais pas que cela s’aggrave. Aussi, j’expose bien vite mon petit speech ne lui laissant pas une seconde pour me répondre ou réagir. Et ce jusqu’à ce que je termine reprenant une goulée d’air pour ne pas mourir asphyxiée. C’est alors qu’il prend la parole et je remarque bien vite le petit accent hispanique. OOOOOUUUUUH encore plus sexy. Il m’informe qu’il s’appelle Ejaz Salvador, décochant un grand sourire pour ma part. Voilà un voisin qui réagit bien, il n’a pas de réactions puériles comme cet imbécile de Garrett de mes fesses ! D’ailleurs, il a l’air vraiment cool lorsqu’il me tutoie. Et ça me conforte bien plus dans l’idée que je suis tombée sur quelqu’un de vraiment gentil. « Oh pardon ! » Je ris lorsqu’il évoque ne pas avoir compris comment je m’appelais. « J’ai parfois tendance à parler trop vite. Alors si tu ne comprends pas, n’hésite pas à me faire répéter. J’ai conscience que nous Américains, on a tendance à parler avec un énorme Malabar dans la bouche ! » Je n’ai pas le temps d’en dire plus que voilà qu’il m’invite à manger mes cookies autour d’un café. « Mais avec grand plaisir ! » Je lui glisse un sourire radieux tandis j’entre dans une maison. On voit bien qu’il est arrivé ici, il n’y a pas longtemps. « Si jamais vous avez besoin d’un coup de main pour monter une étagère, n’hésite pas à me demander, je connais pas mal de personnes qui sera ravie de t’aider ! » et pourquoi pas faire venir Jenny ? Ceci dit, elle serait capable de se foutre la porte de l’armoire dans la tronche et de mourir. Aussi, je garde ce point b dans un coin de ma tête. Ejaz m’invite à m’installer sur le canapé de son salon. Je prends place regardant mes cookies. J’en prends même un pour gouter et… Ta mère ! Il est duuuur. Bon sang, on va se casser les dents. J’en suis même certaine que le café va être bu par le gateau en entier et qu’il sera quand même dur. Je suis une véritable calamité en cuisine. Ce n’est vraiment pas mon truc ! Fort heureusement, il revient avec le café brûlant et j’espère qu’il ne se cassera rien niveau dentaire. « Si c’est trop dur, laisse tomber pour les cookies. Je me rattraperai avec un gâteau acheté dans une pâtisserie. Elle fait de ces choses extraordinaires et pauvre de moi… Je n’arrive même pas à monter mes blancs en neige. » Parfois, je me dis que ce n’est pas moi qui n’aime pas la cuisine, mais bien elle. Parce qu’un tel degré de nullité, ça me dépasse. « Et pour répondre à ta question, je m’appelle Pénélope. Pénélope Solète. Oui je sais… ça fait obsolète et ça fait rire tout le monde. Mais voilà. On ne choisit pas son nom d’épouse. » Je ris en secouant la tête tout en lui tendant un cookie pour qu’il goute. « Mais tu m’appelles Penny. Et ce sera très bien. » Mais surtout pas Madame Obsolète. Là, je le prends carrément mal. « Alors Ejaz, quel bon vent t’amène dans notre chère belle ville. Et pourquoi ce quartier ? » Autant vous dire que je compte bien le mitrailler de questions. Entre autre, j’arriverai à savoir s’il est célibataire, pour Jenny.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rien est plus trompeur qu'un sourire. [Ejaz]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien est plus trompeur qu'un sourire. [Ejaz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» • Il n'y a rien de si trompeur que la mine des gens [02.01.2011 • 22h32]
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons-nous ? :: Venice Beach :: Home sweet home-