AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marcus . what a time to be alive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TEAM HARRY
Marcus T. Hartford
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2018
MESSAGES : 196

MessageSujet: Marcus . what a time to be alive   Sam 28 Juil - 22:52




" Mettre une citation au choix"


"Marcus Terence Hartford"


◑ Nom Hartford ◑ Prénom(s) Marcus, Terence ◑ Date et lieu de naissance le six mai mil-neuf-cent-quatre-vingt-huit à Anchorage, AK ◑ Nationalité américaine ◑ Orientation sexuelle hétérosexuel ◑ Statut civil célibataire ◑ Profession et/ou études maître d'armes et escrimeur de spectacle. Il passe toute sorte de castings de films de cape et d'épée lorsqu'il en voit passer à Hollywood. ◑ Quartier d'habitation une belle maison entièrement de plain pied dans un vaste quartier résidentiel de Santa Monica ◑ Qualités et défauts de ton personnage doux . sincère . fidèle . attentionné . humble . difficile à apprivoiser . prudent . réfléchi . possessif . d'ordinaire très joyeux, il subit actuellement sa rupture amoureuse . triste . esseulé . tendu   ◑ Avatar kit harington ◑ Groupe la question sinusoïdale ◑ Crédits @cranberry

L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire



Tics et manies et de ton personnage
À la moindre petite déconvenue, Marcus se réfugie dans le sport. Il s'en va courir dix kilomètres, seul avec ses pensées, s'il ne va pas enfiler son équipement de tireur d'escrime. Ce qui lui permet également de pouvoir se venger sur la nourriture, surtout lorsqu'il s'agit de sucre. Après tout, quoi de plus agréable que de manger un pot de glace à la petite cuillère devant la télé, lors d'une déception amoureuse ? Rien, évidemment : c'était une question rhétorique. Et d'ailleurs, ce genre de petit plaisir ne devrait pas être catégorisé aux femmes.
Marcus est myope, et ne porte ses lunettes qu'à de très rares occasions. (Il préfère l'usage des lentilles, qui lui permettent de faire du sport en toute tranquillité.) Cependant, lorsqu'il les porte, il ne peut s'empêcher de les retirer par moment pour mordiller le bout de la branche. Une manière pour lui de se concentrer et de réfléchir au sens de la vie.
Marcus n'a pas changé de coiffure depuis plus d'une dizaine d'années maintenant (à l'exception d'un petit rafraichissement de tignasse de temps à autres). Il aime ses bouclettes brunes comme elles sont, mais par confort principalement, il a pris l'habitude de les attacher dès que le vent souffle un peu ou que la pluie tombe légèrement, ou tout autre désagrément de la vie. Autant dire qu'il n'est pas rare de le voir avec le visage dégagé.
Le petit cocon de ton personnage
Depuis peu célibataire, Marcus se fait héberger à titre gratuit par sa chère maman, dans le quartier de Montana, à Santa Monica. La demeure des années 1970 fut achetée par ses grands-parents avant même que la crise du pétrole ne commence à toucher les Etats-Unis. Elle fut ensuite léguée à Mrs. Hartford il y a une quinzaine années de cela, lorsqu'elle revint vivre dans les parages avec ses enfants. C'est une bâtisse solide et très charmante. Son crépis blanc passé par les années et le porche en bois de l'entrée lui donnent immédiatement un air chaleureux. Entièrement de plain pied, elle possède cinq chambres, de quoi loger quasiment toute la fratrie Hartford. Une bonne odeur de pancakes règne sempiternellement dans la cuisine et chaque pièce fut joliment décoré avec goût par l'hôtesse de maison. Bien qu'il s'agisse d'une vieille maison, elle ne présente aucun signe de vieillesse ou de mauvais entretien, simplement l'âme d'un foyer prêt à vous accueillir à bras ouverts. Marcus y a vécu la fin de son adolescence et s'y sent toujours comme au premier jour.
Que pense t-il de la ville de Los Angeles ?
Marcus entretient une relation toute particulière avec Los Angeles. De l'ordre de la passion dévastatrice. Il en aime tous les coins, les travers et les débordements. On ne peut s'ennuyer dans cette ville aux mille facettes. Il y fait même toujours beau. Pourtant, chaque rue, chaque impasse, chaque grain de sable qu'il croise lui rappelle éternellement sa vie d'avant. Une vie de bonheur et d'amour. Choses qu'ils lui semblent actuellement inaccessibles. Interdites, même.
Pourquoi avoir choisi ce groupe ?
La vie de famille des Hartford fut chancelante pendant un temps. Les aînés de la fratrie en ont fortement souffert et furent en plein milieu de l'ouragan qui s'abattaient sur leur petit cocon. De l'adultère, un divorce, un déménagement forcé, le probable avortement d'une future petite soeur, tout cela marque la vie d'un adolescent et le change à jamais. Marcus ne fait jamais rien sans avoir analysé la situation, puis avoir réfléchi à toutes les décisions envisageables ainsi qu'à toutes les conséquences que ces dernières entraîneraient. Il rêve parfois d'être plus téméraire et plus fougueux, mais chassez le naturel, il revient toujours au galop...
Quel est le petit secret de ton personnage ?
Pas que cela soit un secret, Marcus inspire principalement à une vie meilleure, pleine de surprises et de bonheur. À aujourd'hui, il nage plutôt dans des envies suicidaires et de la soupe au poulet.

Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...


Parce que nous sommes curieuses, forcément, nous allons te demander touuuuut un tas d'informations bien croustillantes à ton sujet. Ton prénom/pseudo Luciedanslecielavecdesdiamants Ton petit âge vingt-cinq Ce que tu fais dans la vie à part tuer des gens le nom savant de mon travail est le suivant : "pionne de collège", et je suis en parallèle étudiante, je passe des concours, la belle vie quoi...  yolo   Personnage inventé ou scénario inventé  cligne   Où as-tu connu le forum? root-top ! (la preuve que ça fonctionne hein héhé ) Un dernier petit mot ? salut  

Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque

Code:
[url=http://vice-et-versa.forumactif.org/t4166-marcus-what-a-time-to-be-alive][color=red]◑[/color][/url] <span class="titlecat1">Kit Harington</span> - Marcus T. Hartford
[b]Marcus T. Hartford : [/b][i]Santa Monica[/i]
[b]Marcus T. Hartford : [/b] [i]Maître d'armes et Escrimeur de spectacle[/i]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM HARRY
Marcus T. Hartford
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2018
MESSAGES : 196

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Sam 28 Juil - 22:53



Dessine-moi un mouton


« Et je ne veux plus jamais te revoir ! Tu m’entends : JAMAIS ! »

Clac !

Des hurlements. Trois semaines de vociférations constantes, sans ne jamais réussir à placer un mot doux ou agréable. Chaque instant était devenu infernal, cette ambiance qui régnait était absolument invivable. Marcus se trouvait à présent avec ses quelques effets personnels qu’il avait pu récupérer, dans les bras, le tout comprenant son ordinateur portable, quelques sous-vêtements, son bas de pyjama, une chemise vulgairement pliée et sa paire de lunettes qu’il ne portait que dans de très rares occasions. Malheureusement pour lui, vous l’aurez compris, c’était bien lui qui se trouvait du mauvais côté de la porte. Il faisait face à ce qui s’avérait être à présent son ancien logement, et une multitude de questions surgirent de nulle-part sous sa tignasse brune, telles des bulles qui venaient d’éclater, libérant des parcelles de ce qui semblait être une nouvelle réalité.

Marcus fixa bêtement cette porte grise durant plusieurs minutes, à croire qu’il espérait qu’elle s’ouvre de nouveau, laissant apparaître le visage angelot de la jeune fille qui l’avait tant injurié. Peut-être le laisserait-elle entrer, ne serait-ce que pour quelques minutes, histoire de réaliser tout ce qu’il venait de se passer durant ces quelques derniers instants. Mais rien n’y fit, elle resta close. Le jeune homme tourna alors les talons, rejoignant l’escalier avec nonchalance. Il descendit les quatre étages de l’immeuble d’un pas lent et saccadé, avant d’ouvrir la porte principale et de tomber sur ce qui ressemblait étrangement à sa collection Francis Ford Coppola, à son sac à dos béant, qui laissait s’échapper joyeusement son contenu de vêtements et de vieilleries et à son unique paire de chaussures qu’il n’avait pas eu le temps de happer avec lui dans sa descente aux enfers. Les passants observaient avec curiosité cette scène, digne d’un film américain au scénario déjà tout tracé. Certains se moquaient, avec plus ou moins de discrétion, d’autres semblaient outrés de la manière dont les jeunes de nos jours pouvaient être sans gêne et tapageurs. Pourtant, une demoiselle d’une vingtaine d’années passa au-dessus de tous ces préjugés, s’approcha de lui avec tact et engagea docilement la conversation, comme s’ils s’étaient déjà rencontrés des dizaines de fois : « Tu sembles un peu empêtré… Besoin d’aide ?
- Ce n’est pas de refus, merci. »

Ils s’y mirent à deux et rangèrent rapidement les effets personnels de Marcus. Il avait préféré ne pas se renseigner sur l’état de ses Blu-Ray, qui ne devaient d’ailleurs plus vraiment en être, à la vue de la chute libre qu’ils venaient de subir. C’était quasiment la seule chose auquel il tenait vraiment dans tout ce qu’il avait récupéré, et apparemment, elle le savait… C’est probablement grâce à cette moue perplexe sur le visage de Marcus que la jeune fille aux traits doux s’approcha de lui et posa une main amicale sur son épaule. Elle lui demanda s’il avait quelque part où aller, ce à quoi il répondit négativement en remuant mollement la tête de gauche à droite.

« Allez viens. Je t’offre un verre. »

Elle était exactement le genre de filles que les gens pourraient traiter de bizarre, spéciale ou différente, mais c’était aussi ces quelques traits de sa personnalité qui la rendait si attachante et sociable. Très honnêtement : seriez-vous réellement venu aider un garçon dans la détresse, dans une scène tout-à-fait similaire à celle qui vient de vous être exposée ?... Jamais personne ne s’était montré d’une telle gentillesse envers Marcus, et c’était ce qui lui avait tout de suite plu. Ils parlaient depuis déjà une heure dans ce café de pacotille, et il en avait presque oublié tout ce qui lui était arrivé précédemment. Elle avait un don cette jeune fille.

Elle s’arrêta au beau milieu d’une phrase au sujet d’un poney d’une de ses camarades d’école, en plastique rose et violet, à qui elle avait arraché la tête de sang-froid, alors qu’elle n’était âgée que de sept ans. Elle jeta un regard inquisiteur vers Marcus, avant d’ajouter très rapidement : « assez parlé de moi. J’aimerai en savoir un peu plus sur toi, t’as pas décroché un mot, je sais que je suis d’un naturel bavard et que chaque mot qui sort de ma bouche est absolument délectable, mais quand j’offre un café, j’ai dans l’espoir de connaître un peu plus que le nom de mon invité avant de partir ! ». Marcus décrocha un léger sourire, il n’allait visiblement pas échapper à un tour d’horizons de sa courte mais néanmoins turbulente existence.

« Bien, donc je m’appelle Marcus Hartford, j’ai trente ans, je suis l’aîné de cinq sœurs : Aubrey − vingt-huit ans, Julia − vingt-cinq ans, Grace − vingt-deux ans, Claire − dix-huit ans, et mon petit rayon de soleil, Hope − quinze ans. Je pense avoir remporté le plus grand challenge de ma vie, en ayant supporté cinq sœurs aussi longtemps dans ma vie. Et je pense que c’est le genre de torture qui me plaît, puisque j’ai quitté le cocon familial pour partir avec une fille, qui vient de me lâcher tel un banal mouchoir usagé. J’ai vécu toute mon enfance en Alaska, à Anchorage, dans une ambiance fraternelle parfois bancale, mais je pense que ça fait partie de l’enfance de chaque enfant, et c’est peut-être ce qui nous a appris à nous supporter autant dans les bons moments comme dans les pires emmerdes. C’est d’ailleurs plutôt étrange qu’Aubrey et Julia ne soient toujours pas au courant que je suis de nouveau sur le marché − ne le prends pas mal, au contraire ; ça m’a fait vraiment beaucoup de bien d’avoir rencontré quelqu’un comme toi dans une telle situation.

En ce qui concerne ma famille, c’est la seule chose qui soit encore… acceptable. En restant simple et concis, mon père a trompé ma mère il y a environ seize ans ans de ça. On ignore toujours combien de temps il a entretenu cette aventure, mais cela a beaucoup affecté tout l’univers familial qu’on avait construit tous les sept. Ma mère demanda le divorce, et nous emmena tous à Los Angeles pour se rapprocher de ses parents. Mon père voulait revenir vers nous, mais il ne savait pas du tout qu’on avait quitté la ville. Apparemment, il nous attendait à la sortie de nos écoles, et lycées tous les soirs pour nous retrouver, et pour nous revoir. Il se disait en dépression, mais je pense surtout qu’il faisait tout pour atteindre la pitié de ma mère. C’est à ce moment que tout se compliqua : lorsqu’elle apprit qu’elle était enceinte. Elle nous annonça qu’elle voulait se faire avorter, qu’il était hors-de-question que le fruit d’une union gâchée, qui n’était finalement qu’un amas de mensonges, voie le jour. Je pense que c’est la pire chose qui ne me fût jamais annoncée. Claire et Grace étaient trop jeunes, mais avec Aubrey et Julia, on s’est rebellés, on a essayé de lui faire comprendre que c’était une erreur, et qu’il ne fallait pas qu’elle en arrive ici. Il faut savoir que ma mère est quelqu’un de très émotif, un peu à fleur de peau, mais qui peut s’avérer obstinée lorsqu’elle a décidé de quelque chose. C’est une femme exceptionnelle, et j’ai vraiment beaucoup d’admiration pour elle, mais on savait qu’elle n’aurait jamais les épaules pour supporter les effets d’un tel acte. Bien qu’elle ait détesté mon père à cet instant, l’être qu’elle portait en elle restait avant tout son enfant… Elle ne prit aucunement note de ce qu’on lui exprima ce soir-là, et prit rendez-vous le lendemain-même. C’était la pire nuit de ma vie, nous n’avons pas dormi avec Aubrey, on a seulement parlé et pleuré. On s’est levés à l’aube, et on a laissé une lettre sur la table de cuisine pour notre mère. Je pense que c’est ce qui a dû lui faire changer d’avis, puisque le soir-même, elle est rentrée, sans même parler d’avortement, et comme si cette absurde idée ne lui était jamais passée par la tête.

C’est une expérience que je ne raconte qu’à très peu de personnes. Hope n’est au courant de rien à ce sujet, et je pense qu’en gardant pour nous cet épisode de nos vies, on la protège un peu de connaître ce triste passage de la sienne. Notre petite sœur c’est vraiment le fruit de beaucoup de troubles chez nous, et on la considère comme une petite princesse. Même son prénom en dit long sur ce qu’elle nous a inspiré quand on l’a vu pour la première fois. Surtout qu’ayant quinze ans de plus qu’elle, j’ai forcément été un substitut de père pour elle, puisqu’elle ne l’a jamais connu. Mon père n’a pas eu la garde de ses enfants. À ma majorité, je suis retourné le voir, estimant qu’il méritait de savoir qu’il avait une autre fille. J’en ai profité pour lui parler de ce que nous devenions tous, et je me suis surpris à passer un plutôt bon moment. J’avais oublié à quel point je m’entendais bien avec lui, et qu’il me manquait. Dans mon esprit, il était devenu un traître adultérin qui avait fait souffrir notre chère maman et nous aussi, par la même occasion. Je me trompais, mais j’avais trop de ressentiments envers lui, et c’était vraiment trop dur à accepter.

Après ça, j’ai eu comme l’impression que tout me souriait de nouveau. Je me suis un peu enfermé dans l’escrime, que je pratique depuis mes neuf ans. Dès que je sortais des cours, j’allais au gymnase, et j’y restais pendant cinq heures, jusqu’à ce que je ne puisse plus respirer tellement j’étais essoufflé, ou lorsque mes pieds me faisaient tellement mal que je ne pouvais plus les poser pour marcher. C’était devenu ma raison de vivre, et au bout de six mois j’étais devenu imbattable. Même mon coach ne pouvait plus rien contre moi. On m’a proposé d’entrer dans l’équipe nationale, ce qui me faisait alors quitter tout ce que j’avais à New York, notamment ma famille. J’ai longuement hésité, et j’ai fini par accepter. Du moins, on m’y a forcé avec ardeur. Mes quatre sœurs et ma mère se sont mises à me harceler quasiment jour et nuit pour que je réponde à ce papier. Finalement, je pense que je ne peux que les remercier de m’avoir autant poussé, puisque j’ai vécu deux années magnifiques dans cette équipe. J’ai été champion des Etats-Unis deux fois de suite, et même vice-champion du monde quand j’avais dix-neuf ans. Et j’ai fini par me faire empaler le bras gauche par un tireur australien. Ç’aurait pu m’arrêter une seule petite saison, mais à mon plus grand désespoir… je suis gaucher. Les médecins m’ont interdit toute pratique d’escrime de haut-niveau, bien que j’aie réussi à récupérer cent pour cents de mes capacités musculaires… J’arrive à faire quelques passes de temps à autres, mais j’ai tout de même un peu de mal à assurer un match entier.

Je me sentais dévasté à ce moment-là. J’étais prêt à rentrer chez moi, retourner vivre avec ma mère et mes sœurs. Après tout, je n’avais plus vraiment d’attaches à Los Angeles. Mes seuls amis étaient mon équipe d’escrimeurs, et les entendre déblatérer sur leurs derniers exploits ne me faisaient sentir que plus mal, donc j’ai fini par m’en éloigner un peu, bien que je les adorais vraiment. Ils étaient comme les frères que je n’avais jamais eu, pour moi. Et au moment où j’allais m’enfuir de ma réalité new yorkaise, j’ai rencontré cette fille. Une sublime brune, en vacances avec deux amies à elle, et qui vivait à seulement quelques rues de la maison de ma mère, à Los Angeles. J’en suis tombé follement amoureux et je l’ai suivi. On est resté ensemble huit ans, et voilà où ça me mène. Je n’ai pas spécialement envie de parler d’elle, à vrai dire, bien que j’aie pu vivre de très bons moments. Il y a encore quelques semaines nous parlions mariage et bébé… alors je te laisse imaginer la désillusion dans laquelle je me trouve.

- Oui, ne t’inquiète pas, je comprends bien. Mais j’aime bien ta vie, elle est originale et inattendue, un peu comme toi.

Haha, merci. Je pense que c’est elle qui m’a rendu comme ça. J’ai beaucoup changé depuis cette histoire entre mes parents… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM HARRY
Matthew McGregor
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 13/03/2016
MESSAGES : 4244

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 9:24



La validation de ton adorable personne!
Les lumières du port d'Alexandrie... Chantent encore la même mélodie...


Une très belle fiche et un bien beau personnage. C'était un plaisir de te lire amour
Félicitations, je te valide donc avec amour ! Ça c'était de la fiche express Razz
Bienvenue parmi nouuus ! A bientôt pour des liiiens et des rps cute

Maintenant, il ne te reste plus que quelques étapes fondamentales pour que ton intégration soit parfaite. Tout d'abord, je t'invite à créer ta fiche de liens (et de rp en même temps) dans ce topic, puis de créer également une fiche d'évolution dans cette partie là. Tu trouveras également le topic des demandes où il te sera possible de demander un rp, un colocataire, un mariage, une grossesse ou même un multicompte si tu te sens l'âme d'un schizophrène endurci.
Il ne te restera alors plus qu'à RP.

Enfin, une fois que ces étapes seront franchies. Tu pourras également venir flooder ici et participer aux jeux mis en place

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM DONNA
Harlan Sterling
TEAM DONNA
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 19/09/2015
MESSAGES : 1262

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 9:50

Oooh qu'il est beau ce petit Marcus et j'aime beaucoup son histoire même si c'est trop triste quand même comment il s'est fait jeter Shocked
Bienvenue et bravo pour ta validation coeur
Et puis au plaisir pour avoir un petit lien cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM HARRY
Marcus T. Hartford
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2018
MESSAGES : 196

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 11:35

Merci merci merci ! danse de la joie
Je suis ravie que ma fiche vous plaise !
Je file créer tout ça, j'ai hâte de joueeeeer !! yolo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM DONNA
Alastar Black
TEAM DONNA
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 15/09/2017
MESSAGES : 1049

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 13:14

Oh mais ce que j'adore ton Marcus cute
Il est super intéressant, et puis tu as une plume toute douce heart2
Bienvenue parmi nous, pretty boy, faudra voir à se trouver un lien à l'occasion avec l'un de mes gars I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM HARRY
Marcus T. Hartford
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2018
MESSAGES : 196

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 13:56

Han ! Merci Alastar ! cute
Je serai super ravie d'avoir un lien avec toi également ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM HARRY
Ellana McGregor
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 581

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 15:37

Olala mais la validation express fall
Ton histoire est trop jolie et je vais réfléchir de ce pas pour nous trouver un lien cute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM BILL
Andrea J. Matthews
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2490

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 16:12

Bienvenue !!!!

T'as fais vite disons. mouton Il aime les films de cap et d'épée ... Comme Game of Thrones si on peut parler de cette série comme ça. ... Arrow Arrow Arrow Arrow Arrow Arrow Arrow Arrow

Amuses-toi bien avec nous !!!! omg omg omg omg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 22:17

Welcome !

Kit, je dis OUI XD
J'espère que tu te plairas parmi nous, il nous faudra un lien si possible Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
TEAM HARRY
Siobhan O'Sullivan
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 07/03/2018
MESSAGES : 766

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 29 Juil - 23:43

Voila une... delicieuse decouverte.
Bienvenue :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM HARRY
Marcus T. Hartford
TEAM HARRY
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2018
MESSAGES : 196

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Lun 30 Juil - 0:51

Holalalala, merci beaucoup à tous, ça me fait chaud au coeur. cute

@Ellana je serai ravie d'avoir un lien avec toi, j'adore Lily James en plus Wink

@Andrea, j'avais même pas pensé à GOT, mais en effet y'a un peu de l'idée d'épée. huhu

@Roman un lien avec grand plaisir Very Happy

@Siobhan, merci, j'apprécie le terme 'délicieux', c'est toujours agréable coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM BILL
Alaric Winchester
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2016
MESSAGES : 630

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Dim 5 Aoû - 20:25

Bienvenue parmi nous - je rentre de vacances, j'ai du retard mais ça fait plaisir de beaux nouveaux visages hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM BILL
Cassiopée Desnuits
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/05/2018
MESSAGES : 286

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   Mer 15 Aoû - 21:21

Welcome beau mec I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Marcus . what a time to be alive   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcus . what a time to be alive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sara Howe - Time to be Alive...
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Tes rancoeurs dialectiques :: Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous ! :: Les fiches validées-