AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est ft. Sasha&Molly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TEAM BILL
Molly Bennett
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/04/2017
MESSAGES : 221

MessageSujet: Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est ft. Sasha&Molly   Ven 3 Aoû - 16:03

Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est.
Sasha & Molly
Ça faisait déjà plusieurs années que j’habitais à Los Angeles. J’y avais emménagé avec mon père et ma sœur Héloïse après le décès de notre mère, quand nous étions encore à Paris. J’aimais vivre dans la capitale de la France, mais finalement Los Angeles n’étais pas plus mal. C’était tout aussi bien. J’avais réussi à me trouver un job en tant que coiffeuse depuis quelques temps déjà et un appartement que j’avais donc pu prendre par la suite. Je n’allais pas rester encore plus longtemps avec mon père, alors c’était une chance moi qui voulais prendre mon indépendance depuis déjà un petit temps. C’était parfait pour le coup. J’avais travaillé toute la journée, encore une fois. Je me retrouvais donc à rentrer chez moi vers le milieu de l’après-midi, j’avais encore pas mal de temps devant moi pour pouvoir profiter d’une bonne soirée. J’étais tranquillement installée dans le canapé quand j’entendis quelqu’un frapper à la porte. Je me demande bien qui ça pourrait être à cette heure-ci. Si cela avait été ma sœur, cette dernière m’aurait prévenu à l’avance. Le meilleur moyen de le savoir, c’était d’aller voir. J’arrivais donc jusqu’à l’entrée de mon appartement et ouvrit la porte. En fait, c’était Sasha. Ma meilleure amie que je n’avais pas vu depuis un petit bout de temps. J’eus un sourire qui s’afficha aussitôt sur mes lèvres en le voyant ici. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire là ? Enfin à Los Angeles surtout, elle ne m’avait même pas prévu de son retour ici. Je savais que la brune avait quitté la ville pendant un petit temps, mais je ne savais pas qu’elle reviendrait aujourd’hui. J’étais bien contente de la revoir pour le coup. « Mais qu’est-ce que tu fais là ? » Dis-je donc toujours le sourire aux lèvres avant de reprendre. « Oh ne reste pas là, entre ! » Dis-je donc à ma meilleure amie, lui laissant le passage pour qu’elle puisse entrer à l’intérieur de mon appartement.

Ça me faisait bizarre de la voir ici, ou la revoir ici. Mais tellement plaisir depuis le temps. « Comment tu-vas depuis le temps ? » Demandai-je donc à la brunette. J’avais eu la chance de la connaître grâce à mon métier, Sasha étant actrice, j’avais été sa coiffeuse par le passé. On s’était tellement bien entendu toutes les deux qu’au fil du temps, on était devenue des meilleures amies. Être la meilleure amie d’une actrice, c’était dingue. Ça m’avait surtout permis de faire une belle rencontre. Ça ne faisait aucun doute que maintenant, on allait pouvoir rattraper le temps perdu toutes les deux. On en aurait surtout des choses à se dire maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM SAM
Sasha Kennedy
TEAM SAM
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2018
MESSAGES : 158

MessageSujet: Re: Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est ft. Sasha&Molly   Jeu 6 Sep - 23:53



Molly & Sasha



Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est.



▬ AOÛT 2016. ▬


C’était long. Très long. Trop long. Je n’arrivais même pas à dormir alors que mes paupières étaient lourdes, se fermant seules, mais pas assez pour m’envoyer dans le monde de Morphée. Je regardais par le hublot, des nuages ressemblant à des boules de cotons. J’envisageais d’ouvrir la porte de l’avion pour sauter dessus. Si j’étais suicidaire, j’aurais tenté l’expérience. Ceci dit, les épreuves vécues récemment m’avaient presque poussé à l’être. Mais j’étais une dure, on ne m’avait pas si facilement. Alors je tournais le regard vers l’intérieur de l’appareil en soupirant. J’observais ses occupants. La personne lourde, appuyant toutes les cinq minutes sur l’appel d’hôtesse pour poser des questions toutes plus ridicules les unes que les autres. La maman excédée par son gosse en train d’hurler à la mort, zonant les gens autour d’elle plus excédés qu’elle encore. L’homme qui faisait le malin avec son verre d’alcool, parce que payer vingt boules pour un fond de verre c’est cool, parce que l’alcool en avion est plus ressenti à ce qu’il paraît, et parce que les secousses des turbulences de l’avion le faisant renverser le précieux liquide ambré sur son beau pantalon était assez drôle à regarder. Le geek testant tous les jeux pourris de la tablette servant de télévision face à lui, du démineur au solitaire, en passant par le sudoku, il faut dire qu’il était devenu un as dans l’art du jeu en vol. Ces gens faisaient des clichés à eux tout seul. Moi, j’étais la nana seule, sans aucune compagnie, ne faisant absolument rien du trajet à part écouter sa musique au travers d’écouteurs. Pas un seul mot pendant plusieurs heures, pas une seule activité autre. Rien, pendant cinq heures de vol. Je réfléchissais sur ce que j’allais faire en arrivant à Los Angeles. Qui allais-je revoir, où allais-je dormir ce soir… Impossible que je retourne chez mes parents, je ne voulais pas non plus embêter mon frère ou encore ma cousine qui en avait bien trop vu déjà. Je repensais également à ces dernières années passées à New York. Des années difficiles. Une cure de désintoxication lourde, puis une rencontre qui s’était transformé en une tonne d’emmerdes et un abandon compliqué. J’étais heureuse de revenir dans la cité des anges. Mais toutefois, avec un tas de questions sans réponse. Qu’allais-je devenir ? Qu’en était-il de ma carrière après trois ans, presque quatre ? Je savais pertinemment que je n’étais pas prête à remettre le pied dans ce monde de strass et paillette. J’avais besoin de temps pour moi. Beaucoup de temps. Ce retour m’effrayait également sur ce point, et je savais déjà qu’on me poserait des questions sur New York, sur le pourquoi j’étais restée aussi longtemps alors qu’il ne devait s’agir que d’une année, deux, grand maximum. Je n’avais pas envie d’en parler. Pas tout de suite, pas maintenant.

Los Angeles, aéroport. Sa chaleur m’avait manqué. Finalement, je m’étais peut-être absentée trop longtemps. Les gens m’avaient peut-être oubliée ? Une soudaine petite crise d’angoisse m’envahissait. J’avais envie de remonter dans l’avion et repartir. Non pas pour New York, la grande pomme et moi, s’était totalement terminé, mais ailleurs. Tout me terrorisait désormais. J’avais envie d’aller quelque part ou personne me connait, où personne ne me poserait de question, où je pourrais être une totale autre personne que celle que j’étais auparavant. Je ne pouvais pas compter sur grand monde, je le savais. Hormis la famille, le Golden Squad et mes meilleurs amis, c’était limité. Sortant de l’aéroport, retrouvant connexion avec le monde extérieur grâce au réseau, j’évitais tous les appels de mon agent. Agent qui ne m’avait pas lâchée malgré ces années d’absente. Il fallait vraiment qu’il tienne à moi ou que je sois une bonne source de revenu. Levant la main au bord de la route, je grimpais dans le taxi s’arrêtant, donnant une adresse dans le quartier de Dowtown. Je n’irais pas voir ma famille directement, il fallait que je me repose et évite toutes les questions. C’était pour ma survie personnelle. J’irais les voir plus tard. De toute façon, je ne les avais même pas prévenus que je rentrerais tout de suite. Juste pour éviter qu’ils me prennent la tête également. J’évitais tout le monde finalement, et les soucis aussi.

Le taxi s’arrêtait au bord de la route après plusieurs dizaines de minutes de trajet. Je me stoppais devant un bâtiment plein d’immeubles. J’hésitais. Devais-je entrer ? Serais-je bien accueillie ? Trop de questions. Mais c’était également ça de se pointer à l’improviste, la bouche en cœur. Je m’étonnais que le code pour entrer dans l’appartement n’ait pas changé toutes ces années, puis je montais finalement les escaliers jusqu’à m’arrêtais devant la fameuse porte. Un souffle de motivation, puis je toquais. Elle ouvrait la porte. « Molly, faut que tu m’aides. » présentais-je, oubliant même le bonjour de politesse. Décidément, j’avais perdu mon éducation à New York. « Je ne savais pas où aller. » annonçais-je en entrant comme la blonde me le proposait avant de me demander comment j’allais. « Hm. Et toi, comment vas-tu ? » lui demandais-je plutôt.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM BILL
Molly Bennett
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/04/2017
MESSAGES : 221

MessageSujet: Re: Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est ft. Sasha&Molly   Ven 14 Sep - 0:23

Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est.
Sasha & Molly
On pouvait croire que d’être coiffeuse était un métier très facile, mais ce n’était pas le cas. C’était comme tous les autres, c’était un métier comme tous les autres où il n’y avait pas mal de responsabilités. Dès que j’avais terminé ma journée de travail, je rentrais donc chez moi enfin. J’allais enfin pouvoir me reposer un peu. Ça me faisait du bien. Dès fois, ça ne m’arrivait pas pendant plusieurs jours. En même temps, vu que j’aimais faire la fête, forcément je ne restais pas très longtemps à ne rien faire en fait. Ma surprise fût quand quelqu’un frappait à la porte d’entrée. Je me demandais bien donc qui c’est que ça pouvait être à cette heure-ci. Personne ne m’avait appelé pour me prévenir de son arrivée. Bref, tant pis. Je décidais donc d’aller jusqu’à la porte d’entrée. C’était le meilleur moyen de savoir de qui il s’agissait. Que fût ma surprise en découvrant que c’était Sasha qui se tenait derrière la porte d’entrée de mon appartement. C’était une très vieille amie que je n’avais plus vu depuis des siècles. C’était comme ça que je voyais les choses du moins. Ce qu’elle était devenue depuis le temps, je n’en avais pas la moindre idée. Franchement. J’invitais donc la jeune femme brune à entrer à l’intérieur de mon appartement. Après tout, elle n’allait pas rester sur le pas de la porte d’entrée quand même. On serait bien plus tranquille pour discuter à l’intérieur.

Il y avait tous les souvenirs qui me reviennent en mémoire en voyant son visage. Ça me faisait très plaisir de la revoir. On allait peut-être pouvoir rattraper le temps perdu. Qu’est-ce qu’on avait pu faire comme bêtises quand on était toutes les deux il y a de ça quelques années encore. Je pouvais m’en souvenir comme si c’était hier, pourtant. Elle avait toujours été ma meilleure amie, et de loin. Il n’y avait pas photo. Jamais je n’aurais pu croire rencontrer une personne telle que Sasha et pourtant, cela avait bien été le cas. Pour une fois que mon boulot m’avait permis de faire quelque chose de bien. Du moins quelque chose qui me rapporte quelque chose. Parce que c’était tout de même grâce à nos travaux qu’on s’était rencontré, alors je ne le regrettais pas le moins du monde. J’en avais été ravie de cette collaboration dans le temps. « Moi, ça va bien. » Répondis-je donc à la jeune femme. Je me demandais donc ce qu’il pouvait bien se passer, maintenant. Elle avait l’air paniqué ou c’est moi qui paniquais, là pour le coup je ne sais pas trop. Je ne savais pas ce qu’il pouvait se passer pour qu’elle puisse débarquer chez moi, comme ça sans prévenir avant.

« Mais bien sûr. Mais qu’est-ce qu’il se passe ? » Demandai-je donc à la jeune femme. C’est clair que je pouvais l’aider si elle en avait besoin, dans la mesure de mes moyens bien évidemment. Mais je ferais ce qu’il faut. Une amie comme ça, ça restait tel quel pour moi. La brune ne savait pas où aller ? Ailleurs que chez moi ? Je ne comprenais pas trop pour le coup. Qu’est-ce qu’il avait bien pu se passer dans sa vie pour qu’elle parte du jour au lendemain ? Je n’en avais pas la moindre idée. Pourquoi elle n’allait pas d’abord chez sa famille ? Je ne savais pas non plus. Peut-être était-elle en conflit avec eux. Enfin tout ça, je préférais qu’elle me le dise elle-même. Je n’allais pas lui poser des questions à tout va. « Raconte-moi tout ! Où étais-tu passée pendant tout ce temps ? » Demandai-je donc à la brune. Elle me dira ce qu’elle voudra après tout, c’est certain mais j’aimerai quand même bien savoir ce qui lui était arrivée depuis tout ce temps. Depuis la dernière fois qu’on s’était vue toutes les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM SAM
Sasha Kennedy
TEAM SAM
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 08/04/2018
MESSAGES : 158

MessageSujet: Re: Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est ft. Sasha&Molly   Lun 17 Sep - 15:03



Molly & Sasha



Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est.



C’est quand tu reviens après une longue absence, que tu ne sais pas où aller ou qui voir, que tu comprends que tu es bien seul. Oui, je me sentais seule. Mais c’est comme si j’avais choisi de l’être. J’avais choisi d’avoir testé tous ces poisons qui m’avaient amené à prendre un billet simple en direction de New York. Une période indéterminée. Une période difficile. Une période finalement longue. Peut-être trop longue. Assez longue pour que je perde tout contact avec Los Angeles, ses habitants, mes amis. Avais-je encore des amis ? Je l’espérais. C’est presque comme si j’avais disparu de la surface de la planète quand j’étais à New York. Enfin, tout était relatif. Les réseaux sociaux aidaient grandement à garder contact, mais c’était que filtre, que mensonge. On pouvait montrer ce qu’on voulait par ce biais. Ainsi, des photos de vacances, des photos avec des connaissances new-yorkaises et des tonnes de sourires, avaient pris place sur mon mur, mon instagram. Trop facile, beaucoup trop simple. Et maintenant, je faisais face à la réalité. J’étais seule. Seule, vide. Alors… Qu’est-ce que je faisais ici ? Moi-même, je ne savais pas, je tournais en rond. En réalité, j’avais fait ça toute ma vie : tourner en rond. Un vrai poisson coincé dans son bocal.

Molly. Son prénom était finalement apparu comme une évidence. Une meilleure amie serait toujours là pour m’épauler dans une épreuve difficile, non ? Il faut dire que j’étais partie comme une voleuse, ne la prévenant même pas que je quittais la cité des anges pour m’installer dans la grosse pomme, et ce pour une période indéterminée à l’époque. Non, j’avais fui. Ce n’était qu’une fois rendue là-bas que j’avais pu lui avouer mon départ. J’en avais fait une Molly aussi folle de rage que vexée. Elle pouvait l’être, je comprenais, je ne lui avais rien dit de tout ça. Ou seulement une fois rendue là-bas, le mal avait été fait. Son adresse sortait de ma bouche pour donner direction au chauffeur du taxi. Je reconnaissais chaque route menant à chez elle. Je connaissais le chemin par cœur. Il faut dire qu’en étant native de cette ville, j’en connaissais le moindre recoin. Clairement, je pouvais être guide touristique de la ville sans aucun problème. J’en devenais presque mélancolique, voyant défilé les rues au travers de la vitre de la voiture. Il pleuvait, ce qui augmentait ce sentiment de tristesse et nostalgie. Revenir à Los Angeles me mettait beaucoup de pression à l’intérieur de moi. Il allait falloir que je répète à tout le monde pourquoi j’étais partie aussi longtemps, où j’étais partie, la raison pour les plus indiscrets, la raison de mon retour… Tout cela m’ennuyait avant même que ça commence. Nous n’allions pas ne faire une affaire d’état non plus !

Molly, souriante, toujours aussi chaleureuse, m’ouvrait la porte de son appartement. Cette femme était un vrai rayon de soleil. Elle pouvait éclairer la Terre entière qu’avec son sourire, j’en étais persuadée. De nature accueillante, elle m’invitait à rentrer chez elle. Elle était la gentillesse incarnée. Ce n’était pas pour rien que j’en avais fait ma meilleure amie. En plus d’être une reine de la tignasse, elle était la meilleure dans le domaine de l’amitié également. Revoir sa bouille me faisait remonter tellement de souvenirs. Des heures à rire toutes les deux, des soirées de débauche dans les bars et boîte de nuit, et j’en passais des vertes et des pas mûres. Les bêtises, on connaissait. La blonde me répondait alors qu’elle allait bien, à défaut que je n’aie pas donner de réponse à cette même question. « Mais bien sûr. Mais qu’est-ce qu’il se passe ? » m’interrogeait-elle, alors que je m’affalais dans son canapé, comme si j’étais chez moi, épuisée par le vol. Je n’avais pas pu fermer un seul œil avec ce gosse en train de chialer tout ce qu’il pouvait. « J’étais perdue. En revenant ce soir, je ne savais plus où me rendre. Je ne pouvais décemment pas retourner chez mes parents. » commençais-je à expliquer à la belle, laissant un suspens inutile et mal placé. « Tu sais, depuis mon départ pour… Enfin, hm… C’est comme s’ils m’avaient reniée ou je ne sais quoi. Je ne me voyais pas aller leur taper la bise ce soir. Pas maintenant. » continuais-je, restant toujours autant mystérieuse sur la raison. Je ne voulais pas tout déballer. Je n’étais pas prête. Je voulais juste oublier. « Raconte-moi tout ! Où étais-tu passée pendant tout ce temps ? » insistait-elle. Je comprenais son incompréhension. Je comprenais qu’elle voulait savoir, absolument tout savoir, comprendre. « Je suis partie à New York. J’avais besoin de changer d’air. Certainement… » donnais-je comme simple raison. Mais en soi, elle savait pertinemment que la raison était tout autre, qu’elle ne pouvait pas être aussi évidente et que c’était beaucoup plus profond que ça. « Je m’excuse Molly, pour ces dernières années. Je n’aurais pas dû partir de la sorte, sans même te le dire. Et il est vrai que je ne devrais pas non plus débarquer à l’improviste. Pour ça aussi, je suis désolée… » m’excusais-je platement, reconnaissant mes tords. Ah oui, les excuses aussi, j’allais devoir en donner à la pelle. Je prenais ma tête dans les mains, rabattant tous mes cheveux derrière mes épaules au passage. « Je voulais tout d’abord savoir si ça ne t’embêtait pas de m’héberger pour cette nuit ? Ou peut-être quelques jours supplémentaires ? » lui demandais-je finalement, de mes yeux de doux les plus sincères ou du moins demandant de l’indulgence et de la compassion.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est ft. Sasha&Molly   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus l'amie est ancienne, meilleure elle est ft. Sasha&Molly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude est ma meilleure amie.
» La loi du plus fort est toujours la meilleure [Terminée]
» Comment fêter son code avec sa meilleure amie...
» Holland Roden ♦ Meilleure amie
» (f) troian bellisario → ma soeur, ma confidente, ma meilleure amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: J'ignore de le savoir :: Des fois, t’as pas un peu envie de pas rien faire ? :: Flashback-