AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Around two glasses + Peter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TEAM DONNA
Roselyn Meyer
TEAM DONNA
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 22/07/2018
MESSAGES : 25

MessageSujet: Around two glasses + Peter   Mer 8 Aoû - 15:58

La journée avait été très longue pour Rose. D'un shooting photo qui avait duré plus de trois heures à deux interviews juste après, la jeune femme n'avait pas vraiment eu le temps de souffler entre-temps. Elle ôta sa veste et ses chaussures qu'elle jeta loin, puis elle s'échoua sur son lit pendant qu'un long soupir s'échappa d'entre ses lèvres. Elle était exténuée, quelques courbatures lui torturaient le dos et sa tête lui faisait affreusement mal. Elle se laissa emporter par le sommeil dont elle avait tant besoin, et ce n'est que quelques heures après qu'elle se réveilla doucement, soulagée de se sentir plus ou moins mieux. Elle s'étira lentement, puis s'empara de son téléphone. 20:24, c'était l'heure qui s'affichait sur l'écran. Les yeux de Rose s'écarquillèrent, et elle se leva aussitôt en se dirigeant vers son armoire. "Merde merde merde!" Elle n'avait plus que trente minutes pour s'habiller, se coiffer et soigner son maquillage qui avait coulé lors de sa - longue - sieste. Elle avait donné rendez-vous à Peter dans l'un de ces restaurants chics de Beverly Hills.

Ils ne s'étaient pas vus pendant longtemps à cause de leurs emplois de temps très chargés, et Rose avait des choses à raconter à son ami. Anecdote sympa, elle l'avait rencontré lors d'un shooting photo, où elle s'était ridiculement écrasée par terre à cause des talons vingt centimètres qu'elle devait porter. Et pendant que les autres ricanaient et que Rose restait étalée par terre, plongée dans un immense embarras, c'était Peter qui était venu à sa rescousse, d'où le surnom dont Rose lui attribue. Peter Pan. La blonde enfila l'une de ses nombreuses robes couteuses. Pêche, évasée, qu'elle cintra avec une petite ceinture argentée. Rien de très extravagant, mais assez élégant pour un restaurant luxueux. Elle passa un coup de brosse sur ses cheveux blonds et se remercia de les avoir déjà lissé ce matin, puis elle se débarbouilla le visage des traces noires du mascara qui avait filé le long de ses joues lorsqu'elle avait succombé aux bras de Morphée.

La blonde enfila rapidement ses chaussures à talons - qui ne dépassaient pas les quinze centimètres cette fois-ci-, passa son rouge à lèvres fétiche sur ses lèvres, et elle était enfin prête, bien qu'elle avait un peu de retard. Elle n'était pas habituée à se préparer en aussi peu de temps, mais elle était tout de même fière d'avoir réussi à ressembler à quelque chose. Une brise légère enveloppa la jeune femme et lui provoqua quelques frissons lorsqu'elle sortit enfin de sa maison. Elle se maudit intérieurement de ne pas avoir pris quelque chose à enfiler par dessus sa petite robe légère, et elle se dirigea à petites enjambées vers sa voiture. Le restaurant n'était heureusement pas très loin, et après pas plus de vingt minutes, Rose quitta enfin son véhicule, et se dirigea vers l'entrée du restaurant.

Comme tout autre bon restaurant de Beverly Hills, les gens étaient tous très élégamment vêtus. Une douce musique faisait l'ambiance du lieu. La blonde zieuta chaque table à la recherche de Peter, et son sourire s'élargit lorsque son regard tomba enfin sur lui, qui semblait perdu sans ses pensées. Un serveur guida la blonde jusqu'à la table, et elle le remercia avec un petit sourire avant de se jeter dans les bras de son ami. "Ok ok, je suis en retard, d'accord, mais avoue que ça en valait la peine!" Rigola Rose en se retournant sur elle-même, avant de s'installer en face du bonhomme. "Alors Peter Pan, quoi de nouveau dans ta vie passionnante ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TEAM BILL
Peter H. Grimes
TEAM BILL
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 05/07/2018
MESSAGES : 74

MessageSujet: Re: Around two glasses + Peter   Jeu 16 Aoû - 3:59



   


Around two glasses


- Oui … Oui … Il soupirait un moment sa patience à rude épreuve. J’ai acheté cet hôtel de manière totalement légale. Tout est en règle. Pourquoi continuez-vous à vous entêtez ?

Peter Henry Grimes appuyait sur la touche « annuler » de son téléphone peu après que son interlocuteur fermait lui-même la conversation. Planté au beau milieu de son bureau, il soupirait à nouveau de plus en plus désespérer. Maintenant, cet homme venait de le menacer, qu’il pourrait être victime d’un malheureux accident. Après tout, un accident était tellement vite arrivé. Il pesait le pour et le contre pendant les 15 minutes suivantes toujours planté au même endroit, mais plus il réfléchissait, plus il arrivait à respirer et finalement il se calma. Alors, ses penser se clarifiaient. Il avait besoin d’aide.

Ses doigts pianotaient, plus ou moins lentement, quelques mots sur son téléphone et cela à un groupe en particulier. « J’ai besoin de vous, les loups. » De prime abord, Peter avait pensé les voir ce soir. Toutefois, son regard tombait sur l’horloge : 20 h : 00. Il lui restait une heure pour se rendre au dîner à Beverley Hills avec Roselyn Meyer. Souriant timidement, il se gratta l’arrière de la tête se trouvant stupide d’avoir presque oublié. Cela faisait si longtemps qu’ils s’étaient vus ne discutant que brièvement par téléphone les derniers mois. Maintenant qu’il était à Los Angeles, elle sauterait sûrement de joie. Peter aimait la joie de vivre et l’optimisme de la jeune femme. Il avait toujours eu une petite envie de protection pour elle et cela depuis son aide donnant suite à la maladresse de la jeune femme. On riait tous d’elle, mais lui savait ce que c’était. Donc, il l’aidait. Peter n’avait jamais regretté de l’avoir fait. Roselyn avait un cœur pur et pétillant de malice, de bonheur : quelque chose que Peter manquait cruellement.

« On se rencontrera demain. J’ai un rendez-vous ce soir. Désolé. » écrivait-il finalement aux trois autres loups devant absolument excuser sa demande précipitée. Sur ce, il laissait le téléphone sur son bureau et alla se changer dans la chambre, à l’étage. Gazelle sautait alors sur le lit lui arrachant un sourire. Tout en enfilant sa chemise grise et le pantalon jean chic noir, Peter la caressa puis, il lui grattait le ventre. Il lui expliquait son rendez-vous et savait que la chatte comprenait tout. Parfois, Peter sentait que Gazelle le comprenait mieux que quiconque en ce monde; en tout cas, mieux que Raphaël c’était certain. Il mit des chaussures noires italiennes en cuir puis, enfilait un pull mauve tout en faisant ressortir le col de sa chemise. Peter n’aimait pas vraiment ces lieux luxueux tel le restaurant ou il allait. Il aurait pu le dire à Roselyn, c’était vrai. Pourtant, il n’avait pas voulu lui causer de la tristesse ou de la colère. Donc, il décidait de faire dans la sobriété en espérant que personne ne le remarque sauf son amie bien sûr.

Avant de vraiment partir vers le restaurant, Peter fit deux allers-retours dans la maison, car il en avait oublié son téléphone. Mais malgré le stress que cela lui donna de prime abord, le calme de la nuit le calmait par la suite, au volant de sa Lexus. Il rêvait déjà hâtif de revoir enfin Roselyn Meyer face à lui cette fois et non par appareil interposé. La route semblait si longue ponctuée, selon lui, de 20 intersections sinon plus. 20 h : 45. Enfin, Peter tournait dans le stationnement du restaurant. Il arrêtait le moteur et prit aussi le temps d’éteindre son téléphone tout en le glissant dans la poche gauche de son jean.

Chic et élégant, Peter arrivait à l’intérieur de l’établissement et laissa son nom tout comme celui de Roselyn au placier stipulant qu’ils avaient une réservation. Malheureusement, elle n’était pas arrivée. L’homme était déçu, car il allait encore ressentir cette excitation dans son ventre pour quelques minutes encore alors qu’on le menait à la table. Il s’assit et se rendait compte qu’ils seraient heureusement assis dans une banquette et surtout éloignés des conversations mondaines. Il était soulagé.

- Monsieur Grimes, désirez-vous commander un apéritif ?

- Non, merci. Je préfère attendre mon amie.

Saluant Peter poliment, le serveur s’éloignait pour s’occuper d’autres tables. D’environ son âge, une femme ne le lâchait pas du regard. Il lui souriait poliment puis, baissa le regard. Elle a dû me voir dans le dernier magazine sorti ce mois-ci songeait-il tout en retombant dans ses pensées. Et évidemment, une fois seul avec lui-même, Peter Henry Grimes ne pouvait pas s’empêcher de repenser à l’homme aux menaces. Oui, ses rêveries se dirigeaient d’abord vers Bébé et Raphaël, mais ces menaces les transformèrent en cauchemars … Le coude gauche contre la table, il ferma légèrement le poing gauche agacé.

Mais un doux rayon de soleil, aussi vif que le vent de juillet lui fit se relever la tête et sourire finalement. L’homme ne savait combien de temps, il attendait. Certes, maintenant cela n’avait plus d’importance. Après s’être levé, Peter souriait franchement, sincèrement recevant la jeune femme tel un coup de poing dans le corps. Il en avait eu le souffle coupé que de s’asseoir à nouveau devenait une obligation. Si vive, si vivante, si vraie elle l’étourdissait. Roselyn ressemblait tellement à sa fille Océane en ce sens.

- Tu es toute pardonnée Roselyn. Ce n’est pas comme si je devais me rendre à un autre rendez-vous dans une heure.

Rigolait-il de toutes ses dents, finalement heureux ce soir, le poids de la vie quittant enfin ses épaules même si ce ne serait que pour quelques heures. Elle n’avait vraiment pas changé et même, elle s’était embellie. Comme le convenait son esprit maintenant rangé aux conventions de la société, elle lui posait la question tant détestée par sa personne depuis très longtemps auprès d’autrui. Comment cela allait ? Quoi de neuf ? Qu’est-ce que tu deviens ? Il soupirait s’étirant sur le banc souriant néanmoins quant à son nouveau surnom depuis les derniers mois. Peter Pan songeait-il tout en hochant la tête lentement et négativement sans arrêter de sourire.

- Je vis à Los Angeles maintenant et j’ai même retrouvé … mon frère.

Lâchait-il plutôt dans un murmure, son visage se ternissant, tout en se remémorant les premiers mots échangés avec Raphaël à la suite de l’accident.

© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Around two glasses + Peter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il y a une vie après Peter Jackson.
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Retep
» Peter Lentz [Validée]
» Nouveauté possible grâce à Peter Jackson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: D'où venons-nous ? :: Beverly Hills-