AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daylan Mount
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/08/2018
MESSAGES : 2

MessageSujet: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Jeu 9 Aoû - 19:49




" Don’t call it a dream. Call it a plan."


"Daylan Garnell Mount"


◑ Nom  Mount - derrière chaque lettre se cache une histoire; une identité gorgée de la feinte indifférence que l'on invoque face à ce qui adjure le goût de bile. ◑ Prénom(s) Daylan c'est le nom de famille de celle qui lui a donné le jour, fait voir de toutes les couleurs, qui l'a marqué au fer rouge. ◑ Date et lieu de naissance vingt sept avril, pas très loin de l'interstate 80, (DuBois, Pennsylvanie) au cours d'une retraite spirituelle à la noix, du temps encore où les doulas n'étaient pas tout à fait à la mode. Pas le genre de naissances annonciatrices d'une existence linéaire. ◑ Nationalité il porte le stars and stripes planté dans chaque parcelle de cellule, des valeurs plus démocrates que républicaines malgré ce que les apparences tendent à affirmer.   ◑ Orientation sexuelle plus de confusion possible, le mâle est entièrement et irrévocablement attiré par les femmes et, il semble que plus elles malmènent sa patience, plus une infime part de lui - la plus bâtarde -  s'en retrouve grisée. ◑ Statut civil "crachant spontanément sur l'institution matrimoniale", il est de ceux qui évoquent les voeux et autres arnaques comme des blagues à échelle cosmique. Divorcé - rien de surprenant lorsque la moitié des mariages finit en fiasco monumentale (et encore heureux qu'il n'y ait pas eu d'enfant !) Il ravale les répliques cinglantes et se rappelle exactement ce qui a motivé la séparation - elle fut nette et grandiose sur le versant brutal de la chose- : des envies différentes, aucune intention de chercher le compromis. Aujourd'hui, il est célibataire, immunisé, loin de vouloir plonger à nouveau tête la première dans ce qu'il qualifierait sans problème de "piscine à problèmes", il refuse de reconnaître que cette histoire l'a brisé alors, bien entendu, il profite de la vie, vole quelques râles et s'en porte très très bien (n'en déplaise à ceux qui le traitent de queutard). ◑ Profession et/ou études lorsqu'il a rejoint le corps des marines, personne n'a vraiment été surpris et, à dire vrai, plus rien ne le retenait. Il n'avait jamais rien connu d'autre que le mouvement, rien d'autre que l'incertitude. Vivant à l'ouest du Mississippi, il fut envoyé à San Diego. Et c'est là-bas qu'il a entamé ses premiers mois d'entrainement. Depuis ses débuts jusqu'à sa "retraite anticipée" comme il aime à le dire, il a enchaîné quatre contrats d'une durée de quatre années chacun et est parvenu au rang de second lieutenant. Un problème d'oreille interne persistant l'a poussé à quitter les rangs sans pour autant couper tout contact avec la profession. Il caresse l'idée de créer sa propre entreprise de sécurité, en attendant, il effectue des contrats çà et là histoire de payer les factures. Pas complètement idiot, il a injecté des pécules dans des holdings - grâce aux conseils avisés d'un pote dont il tire à chaque oscillation boursière  profit. C'est un homme simple qui sait parfaitement vivre de pas grand chose. ◑ Quartier d'habitation venice beach, c'était une vieille bicoque en bord de mer, ne payant pas de mine - et pour laquelle il n'y avait pas pléthore d'offres : c'est surement ce qui a motivé le bougre à l'acheter et à la retaper, planche après planche.◑ Qualités et défauts de ton personnage Le concernant, on s'accorde tous à dire qu'il est borné, fut un temps où on le qualifiait d'intrépide, de tête brûlée - le temps est révolu, il a appris à tempérer ses élans, il a appris à patienter - facile, quatre vingt dix pourcents du métier de marines consiste à savoir patienter-. Mais s'il n'est plus aussi inconstant, dans sa manière d'être et de réfléchir, il n'a pas pour autant perdu les plus piètres de ses défauts ; il est toujours territorial, orgueilleux et d'une franchise dérangeante. S'il est compréhensif, il est à côté de ses pompes, s'il est bon stratège (on pourrait même le croire futé) ses centres d'intérêts sont plutôt limités (la chasse, la pêche, le surf, les vieux western, l'alcool et les femmes). ◑ Avatar austin stowell ◑ Groupe La Question Sinusoïdale   ◑ Crédits lannisters

L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire



Tics et manies et de ton personnage
En grandissant, malgré les sérieux complexes psychanalytiques emmagasinés depuis ses premiers cris à ses premières gueulantes adolescentes, Daylan a toujours eu peur de décevoir son entourage ; tout ce dont il a toujours rêvé, c’était d’un coin de paradis, flanqué de quatre putains de murs et d’un toit qu’il aurait pu appeler « maison ».  Aussi, dès ses premiers salaires, il a toujours fait en sorte de mettre du flouz de côté, accroché à ce rêve devenu projet, il n'a pas hésité lorsqu'il a repéré la vieille bâtisse qui aujourd'hui, après trois longues années de durs labeurs, ressemble enfin à un foyer, chaleureux et douillet, décoré avec goût.
Il le dira avec indifférence, cherchant du regard un point quelconque, restant vague mais, en effet, il n'a pas eu de réelle enfance; ballotté d'une  maison à l'autre, de bras aimants à revers secs, il sait ce que c'est que de survivre, encaisser a été son premier réflexe d'individu.
Aussi, se montre-t-il peu enclin à déverser ses émotions en tirades emphatiques; ça, c'est pas le genre de comportement qu'il applaudit.
Pas comme les autres, la gestion de ses sentiments est un point qui a toujours posé problème : plutôt taiseux, distant, froid.
Dans ses relations amoureuses, car il ne se démarque qu'au milieu de ses potes,là, les accolades viriles et les éclats de rires rauques rappellent les leçons apprises dans chaque famille d'accueil : trouver un échappatoire, un allié de taille, se faire oublier.
Sa rébellion personnelle a été silencieuse et s'est transformée en engagement; à bien des égards, c'est peut-être là seule façon d'exprimer les désirs diffus qui le prennent aux tripes.
Lorsqu'il en eut marre, il s'est engagé dans l'armée.
Plus tard, lorsqu'il est tombé éperdument amoureux, il l'a épousé.
Elle, elle a réussi à coiffer toutes les autres au poteau, se frayant un chemin jusqu'au palpitant entouré d'un kevlar super résistant.
Quand il les a toutes les deux quitté - l'armée et Elle - , il a acheté sa maison. Grâce à l'une, à cause de l'autre.
Deux transats installés sur une terrasse aménagée,
face aux dunes de sables et aux chiendents.
Quelques bières bues au goulot. Des soirées matchs, des slogans beuglés.
Ses plaisirs sont simples,
ils ne sont ni opportunistes, ni délétères.
Ils sont ancrés dans la réalité, accessibles, il lui suffit de tendre la main.
Pourquoi avoir choisi ce groupe ?
Daylan n'est ni hédoniste, ni belliqueux.
Il s'illustre comme un juste milieu, passionné lorsque la situation s'y prête (et le sujet vaut le coup), considérant les "pour" et les "contre" en toute circonstance, détaché sans être complètement indolent ou imprudent (ou bien même insolent). Il n'est pas ce que l'on pourrait qualifier de "cérébral" parce qu'il n'est clairement pas rejeton einsteinien.
Mais, il réfléchit et peut-être bien qu'il le fait beaucoup.

Quel est le petit secret de ton personnage ?
Tout le monde pense que la cicatrice qui rebondit sur son muscle pectoral droit résulte d'une mauvaise chute (impliquant un empalement sauvage), la vérité - celle qui n'est pas édulcorée veut qu'il ait  arboré à cet exact emplacement un tatouage
raciste, dessiné là par Horace Bonner (patriarche de la famille d'accueil numéro  6) alors que sa femme se tuait à enchaîner les shifts dans une station service.
Il était à peine ado, à l'époque. Et si l'arabesque n'a plus aucune forme, lui sait. Il s'en souvient. Il le voit ce maudit dessin porteur de haine.
Il revoit le sourire carnassier esquissé par le bourreau et ressent la pointe du couteau.
A côté de cela, ce qu'il a vu, fait ou dit durant ses années de service pèsent parfois sur la conscience et ce, aux heures creuses de la nuit.

Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...


Parce que nous sommes curieuses, forcément, nous allons te demander touuuuut un tas d'informations bien croustillantes à ton sujet. Ton prénom/pseudo Ellis, n. Ton petit âge vingt et des ssièrepou Ce que tu fais dans la vie à part tuer des gens pas grand chose (infirmière). Personnage inventé ou scénario inventé Où as-tu connu le forum? j'y ai fait une halte expéditive une fois mais j'ai pas tenu à cause de diverses raisons indépendantes au fofo Very Happy Un dernier petit mot ? or Arrow

Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque

Code:
[url=url de la fiche de présentation][color=red]◑[/color][/url] <span class="titlecat1">Austin Stowell</span> - Daylan Mount
[b]Mount Daylan: [/b][i]Venice Beach[/i]
[b]Mount Daylan : [/b] [i]ex marines, lieutenant, sans job fixe pour l'instant[/i]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daylan Mount
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/08/2018
MESSAGES : 2

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Jeu 9 Aoû - 19:50



Dessine-moi un mouton


Darla Daylan dite "DD" n’avait jamais été considérée comme appartenant au genre de femme à se distinguer par son bon sens ; bien au contraire, depuis son plus jeune âge, elle n’était garante que de choix aux résultats plutôt hasardeux, pour ne pas dire complètement foireux. Jack Mount fut l’un d'entre eux, paumé entre ses envies de parcourir le pays dans un road trip déluré inspiré d’un bouquin de Kerouac et ses désirs de liberté – elle a tôt fait de découvrir que cette dernière était bien trop friable entre ses doigts. Elle l’a rencontré dans un vieux dinner alors qu’il y était attablé avec des frères d’armes à palabrer de leur permission et de ce qu’ils comptaient tous en faire, lorsqu’elle est apparue sous son regard,  Jack le dira à sa tante Connie plus tard, c’était comme si un convoi d’anges louant sa beauté était passé au même instant, autorisant le bougre à en être le seul témoin. Ces deux-là, c’était perdu d’avance, parce qu’ils ne faisaient pas parti de ces gens que la fatalité avait à la bonne – merde, ils ont quand même essayé malgré les pronostics plutôt mauvais. Loin de vouloir s’inscrire dans le cliché, ils ne se sont plus quittés (enfin, presque) depuis ce fameux restaurant situé en bordure d’autoroute – et , c’est d’ailleurs sur la banquette arrière d’une vieille Pontiac que Daylan, fruit incontestable de leur amour éphémère, fut conçu. Jack fit ce qu’il avait à faire lorsqu’il découvrit, trois semaines après leur rencontre, le test de grossesse négligemment jeté dans la poubelle du motel où ils créchaient depuis quelques jours. Il mit un genou à terre et lui fit une demande qui n’aurait surement pas rivalisé avec celle d’un grand prince.Il fut tué au cours d'une opération routinière dans la campagne libanaise– et ne fut jamais amené à faire la rencontre de Daylan , ni ne revit Darla. C’est à partir de là que les choses prirent un virage qui fut annonciateur d’un foutoir d’envergure.


L'incipit de sa vie fut aussi chaotique que l’état boursier du pays alors que Darla, déjà qualifiée d’impayable par les membres de sa famille, fut tour à tour qualifiée d’épave, de nymphomane, de « folle instable » -et ce par nulle autre que sa propre mère qui ne fut d'aucune aide durant les premiers mois de vie de son petit fils; Darla décida un matin de prendre la tangente,  coupant les ponts, empilant les vêtements de son bambin dans le coffre d’une Cadillac à la carrosserie  ayant connu des jours meilleurs.

Daylan pourrait jurer que « Paranoid » des Black Sabbath constituait déjà à l'époque un pan conséquent de la bande originale de sa vie. Les kilomètres furent longtemps avalés au son de War Pigs et d'Iron Man . « Tu verras, chéri. On sera bien mieux sans cette bande de cons » - lui avait-elle lancé, alors qu’il était attaché à son siège rehausseur, engagé sur l’interstate 80 (route au bord de laquelle il avait déjà vu le jour).
Il ne se souvient pas de ses paroles mais il l’imagine aujourd’hui facilement les lui dire, avec son lipstick rouge pétant sur les dents et sa tonne de mascara. Il l’imagine comme il imaginerait le monstre se cachant sous son lit ou dans le placard. Parce que trois jours avant son cinquième anniversaire, alors qu’ils s’achetaient des paquets de chips et des sodas dans une vieille station service quelque part entre l’Oklahoma et l’Arkansas, elle lui avait pourtant juré qu’ils resteraient ensemble quoi qu’il leur en coûte. Il s’en souvient encore, comme si ses lèvres pleines s’étaient posées sur son front y laissant une trace la veille. « Je te le jure, général Mount ». Ce surnom le débecte ,désormais.

***

Connie Mount, Marcy Peltz, Shauna Johnson, Pamela Psiuk, Rachel Silverman, Margaret Bonner, Julia Atkins, Mary Smith et Loretta Hayes – toutes de vulgaires ersatz de mère, toutes là pour remplacer l’unique et indécrottable DD, c’était vraiment pas une bonne idée de jeter le môme sous le perron de  Connie ‘la cheminée industrielle’ Mount. Elle avait déjà vécu cinquante années d’une vie de merde, il ne fallait pas ajouter le cerise sur le gâteau qu’était Daylan.

Elle n’a pas tenue deux semaines avant de contacter le « Bureau ». Le Daylan de cinq ballets n’avait pas saisi que ce Bureau-là allait régir son existence à partir de ce jour, jusqu’à ce que tous ses rêves de gosses partent en fumée.
Connie lui soufflait la fumée de ses cigarettes en pleine figure, Marcy l'obligeait à faire des corvées (et redoublait d'ingéniosité pour lui rendre la tâche difficile), Shauna avait un revers de tous les diables, Pamela l'habillait en petite fille et lui vernissait les ongles pour l'exhiber aux remarques de son groupe d'amies, Rachel le traitait de "bâtard", Margaret c'était son mari que Daylan craignait le plus - il avait  les mains baladeuses -, Julia voulait un garçon brillant et silencieux - elle le voulait biologique, surtout, Mary n'avait pas le temps, elle n'avait juste pas le temps, Loretta, c'est celle qui l'a marqué, littéralement (une cicatrice de trente centimètres le long du bras).Toutes ces femmes pour en remplacer une seule, sans jamais y parvenir.

Il avait vécu les dix-huit premières années de sa vie à chercher inlassablement ce quelque chose qu'il ne parvenait pas à qualifier, sans jamais réellement y arriver.

Le bras garrotté dans un bandage de fortune, résolu à quitter cette ville (un coin désolé, oublié de toute déité clémente), le mobile home dégueulasse à la pelouse jonchée de détritus, il poussa un après midi la porte d'un bureau de recrutement.
Sachez qu’il n’avait aucunement l’intention de rejouer la tragédie vécue par son père , il n’avait même pas les convictions que beaucoup clament lorsqu’ils choisissent cette alternative - même si une semaine avant les deux tours jumelles avaient été abattues par des avions de la american airlines. Il était juste suffisamment énervé, dégoûté et dans la merde pour décider qu’il serait peut-être mieux de mettre sa vie en danger sur des terres hostiles au lieu de rester là où il n’avait jamais réussi à se faire une place. Lorsqu’il rejoignit le corps des marins, il n’avait aucune certitude en lui. Il la trouva plus tard, sur sa base d’entrainement, avec son équipe.
C'est cette période de sa vie qu'il qualifiera de charnière, celle qui a forgé l'homme qu'il est devenu.

***


C’est au bord d’une piscine extrêmement mal entretenue que le nouvellement nommé lieutenant fit la rencontre de celle qui, quelques mois plus tard, allait devenir son épouse.
Il avait suffi d’un plongeon esquissé avec maestria et d’un éclaboussement retentissant pour instaurer les premières paroles d’un dialogue qui allait finir en éclats de voix. Des journées s’étaient succédées où leur cordiale détestation s’imposait en œillades noires et autres démonstrations à peine subtiles d’agacement.
Il n’aimait pas son exubérance, tandis qu’elle critiquait absolument tout ce qu’il pouvait être, faire et surtout représenter : des valeurs ancrées dans le passé, la peur de l’autre, de la chair à canonsstupidement consentante.
Pourtant, ils ont été amenés à se revoir  - des amis communs ayant flashé l’un sur l’autre -, forcés à se fréquenter bien plus souvent qu’ils ne l'avaient voulu, et bien plus souvent qu’ils n’avaient voulu l’admettre ils s'étaient surpris à apprécier leurs personnalités respectives.

Six mois d'une relation à distance furent célébrés lors d'un séjour à Las Vegas où ils s'unirent l'un à l'autre avec la bénédiction du roi de la pop.
Ils auraient pu faire du moonwalk sur un nuage, c'était l'insatiable sensation de légèreté qui prenait corps dans leurs accolades. Ils auraient pu y croire et, ils l'avaient fait, ces fous.
Jusqu'à ce que la réalité se rappelle à eux et que leurs fiertés ne décident d'en découdre avec toutes les valeurs de la vieille institution pour lui agiter leurs majeurs sous le nez.
En à peine deux années, c'était toute leur histoire commune qui tombait dans l'oubli, les obligeant à revoir entièrement leurs attentes respectives;
les stockages d'amertume furent réalisés en quantité considérable.
UC  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caroline Brady
Admin masseuse coquine
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2017
MESSAGES : 1032

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Jeu 9 Aoû - 20:02

Oh, je ne connais pas cette bouille mais elle me plait *-*
Bienvenue par ici hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse Bennett
Admin lapin sectaire
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 12/03/2016
MESSAGES : 5194

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Jeu 9 Aoû - 20:34

Bienvenuuuuuue !
qu’il est beauuuuu amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Matthew McGregor
Admin cuniculophobe
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 13/03/2016
MESSAGES : 3738

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Jeu 9 Aoû - 23:13

Oooh bienvenue parmi nouuus cute coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea J. Matthews
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 18/08/2015
MESSAGES : 2426

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Jeu 9 Aoû - 23:29

Bienvenue !!

J'adore ton image de titre. Les génis sont partout. What a Face

Courage pour ta fiche et amuses-toi bien avec nous. Exciting
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce H. Kane
Admin soutif en perdition
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 3680

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Jeu 9 Aoû - 23:37

Ce début de fiche intéressante cute
Bienvenue et bonne chance pour ta fiche ! hug
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus T. Hartford
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 28/07/2018
MESSAGES : 112

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Ven 10 Aoû - 0:42

Hello bioutifoule héhé
Bienvenue parmi nous ! poutou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidney Warren
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 03/03/2017
MESSAGES : 571

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Sam 11 Aoû - 10:53

Bienvenue parmi nous avec ce beau jeune homme. huhu
& bon courage pour ta fichette. coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellana McGregor
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
MESSAGES : 575

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   Sam 11 Aoû - 18:22

Bonjour Monsieur beau gosse huhu !
Bienvenue par ici clow dans le bain et bon courage pour la suite de ta fiche cute !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER   

Revenir en haut Aller en bas
 
COLD SWEAT HOT-HEADED BELIEVER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A cold sweat high-headed believer ∞ 01/02 - 08:43
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» Apsoline | It's too cold tonight, for angels to fly. (TERMINÉE)
» It's too cold outside for angels to fly [PV Gryfi] || Fini ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Tes rancoeurs dialectiques :: Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous !-