AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Samuels
Admin inspecteur Derrick
Aaron Samuels
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2017
MESSAGES : 696

MessageSujet: Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]   Mer 12 Déc - 18:06

Quand Samuel m’a demandé de buter ce gars, je n’ai pas pu m’empêcher de me sentir heureux. Oui, heureux. Heureux de pouvoir sortir hors de cette villa, heureux de ne pas surveiller Anya. Heureux de ne plus l’entendre geindre parce qu’elle a pris du ventre, des hanches je ne sais quoi. Je n’en peux plus et forcément, cette mission m’a semblé être parfaite mais avec du recul, il me faut tuer un homme. Et ça … c’est un peu compliqué. Un sbire de Samuel en l’occurrence. Ce dernier lui ferait des infidélités, ce qui n’est pas certain mais dans l’esprit du boss, il faut éradiquer cet homme. Pourtant, je lui ai déjà parlé à ce gars : Joey. Il est jeune, a pris un sale rôle trop tôt. Et peut-être que dans ce moment d’incertitude et de danger, il doit surtout penser à sauver son cul. C’est triste mais c’est la loi des trafics de drogue. Il n’y a pas de place pour la rédemption et le pardon. Tu trahis les tiens, tu meurs. Bon, que devrais-je dire dans mon cas ? Où effectivement, je ne suis pas un des leurs mais je fais tout comme. Et j’avance, je sens que la chute de Samuel n’est plus très loin. Et Joey, même si on m’a dit de le tuer, j’ai bien envie de le sauver. Et je le sauverais. J’ai déjà prévenu mes collègues de le récupérer avant qu’il ne meurt, je n’ai plus qu’à déguiser sa mort et hop le tour est joué. Aussi, c’est dans ce nouvel état d’esprit que j’ai quitté la villa en ayant indiqué à pas mal des gars de surveiller Anya. Hors de question qu’elle s’échappe cette truie ! Non mais. Et au volant d’une voiture toute simple, je me suis rendu à l’endroit où Joey avait été vu. À son domicile situé sur Pasadena, quartier hispanique et aux abords, pauvre. Comme au bon vieux temps, la filature commence et j’attends de voir quand ce bougre pourra sortir de chez lui, parce qu’il y a toujours un moment où celui qu’on surveille, se décide à sortir de chez lui. Je pourrais l’appeler mais je crois que s’il voit mon numéro s’afficher, il croira surtout que Samuel veut sa peau et envoie son bras droit pour le tuer. Aussi, j’attends. Heureusement, ça ne dure pas trop longtemps. Joey est novice, innocent, certain qu’on l’oubliera. D’une certaine manière, oui. Et lorsque je vois son visage juvénile, je me dis qu’il doit avoir, peut-être, dix-huit ans, pas plus.
Raison de plus pour l’aider.

Aussi, je le suis alors qu’il monte dans un véhicule. Je démarre en silence, observant une distance de deux voitures entre nous. Il ne va pas très loin, rejoignant un autre quartier et s’arrêtant dans un bar latin où il gare sa voiture devant. J’attends deux minutes le temps de réunir mon arme, puis je sors me dirigeant vers une cabine téléphonique afin d’avertir mes collègues de l’endroit où je suis. L’appel en PCV est passé et l’info transmise. Toutefois, pendant que j’appelle, je vois une silhouette reconnaissable d’entre mille. Dieu Merci, pour ma santé mentale, ce n’est pas Anya. Mais Megara. Encore une blonde, encore une qui fait chier. Elle ne peut être là que pour Joey… C’est évident. Je m’avance vers le bar et y entre pour une poignée de dollars. La musique m’accueille, assez bruyante et il y a du monde. Beaucoup de latinos, et j’avance cherchant Joey et Megara. Je le repère très vite, et nos regards se croisent aussitôt. Il blêmit, me reconnaissant et comprenant la raison de ma présence. Je pourrais lui dire qu’il n’a pas à s’inquiéter mais les murs ont des oreilles. Hors de question de se faire prendre surtout s’il y a Megara dans les parages. Je vois Joey qui se lève de son tabouret et se faufile au milieu de la foule compacte. Je le suis à la trace, ne le lâchant pas du regard et remarquant qu’il se dirige vers une issue de secours. Il en sort pendant que je m’empêtre dans ce démêlement de corps, une grosse espagnole ayant décidé de m’accoster. « Maos casse toi gros tas ! » Je m’exclame en la repoussant et en me ruant vers la sortie secondaire. J’ai cru voir un éclat blond y passer mais rien de bien sûr.

Pourtant, ceci se confirme quand je débouche sur une ruelle degueulasse, repérant Joey qui court et Megara qui le suit. Je me mets à courir, la voyant le mettre en joue pendant que le gosse s’arrête et lève les mains en l’air, comprenant que son sort est en train de se sceller. Au fur et à mesure que j’approche, je dégaine mon arme et la pointe vers Megara. « Tire-lui dessus et je te jure que je te bute, Rosebury !! » Que pourrais-je dire pour me justifier ? « Il est à moi ! » Même si je doute qu’elle gobe. Après tout, depuis quand les trafiquants se disputent la mort d’un gars ? C’est, pourtant, ce que je souhaite. Une excuse pour se casser, une excuse pour sauver la vie de ce type.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Megara Rosebury
Admin blondasse
Megara Rosebury
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 525

MessageSujet: Re: Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]   Ven 28 Déc - 20:47

« Meg, Meg, Meg, douce Meg … » Avait-il commencé en se servant un verre de whisky derrière son bar. Dos à elle, elle en grimaçait de dégout, ce surnom affectif dans cette bouche, cette voix emplie d’une volonté qu’elle connaissait à présent, la mort planait dans ce ton de voix, la mort sonnait au moment même où elle se retrouvait convoquée chez lui, dans son bureau. Mais au fil du temps, son cœur avait appris à ne plus battre si fort alors que la peur finissait presque par la paralysée en se tenant debout face à lui. Avant, elle mourrait de peur à l’idée même de prendre une vie de sang froid alors qu’à présent ce n’était plus qu’une simple formalité à remplir même si cela lui retirait une partie d’elle même à chaque fois qu’elle pressait la détente pour atteindre son but. « Qui ? » Dit-elle avec froideur en se tenant droite comme un « i » devant son patron, son maudit patron, celui à qui elle rêve tous les soirs en secret de lui envoyer une balle en pleine tête pour en finir. Mais on ne peut pas simplement anéantir un homme aussi puissant de cette manière … Trop de personnes seraient présente pour faire comprendre à Megara que la mort de cet homme n’est pas vu d’un bon œil par tous et elle finirait morte avant d’avoir lever le petit doigt vers son arme. Ca aussi, elle l’avait compris au fil du temps, même si elle se fait la promesse de le tuer elle-même s’il vient à lui demander plus, toujours plus … « Ne sois pas si pressée, tu as le temps, prends donc un verre. » Cela ne la rassurait pas, d’habitude ces demandes étaient courtes et précises, il lui donnait un nom et un premier lieu où retrouver la victime et elle n’avait plus cas effectuer le sale boulot à sa place. Alors pourquoi diable cette fois-ci était différente ? Gallagher se retourna, deux verres dans les mains, en tendant un à Megara. Les membres raides de cette dernière eurent beaucoup de peine à la mener vers lui, à sentir son parfum d’un peu trop prêt, de voir son regard glacial se poser sur elle avec ce sourire qu’elle avait apprit à haïr de toute son âme. Elle se saisit du verre, prit place sur une chaise et attendit patiemment qu’il continue. « Bien, ta dette est presque remboursée … » Commence alors le démon en la regardant droit dans les yeux, lui expliquant la suite des opérations, de ce qui lui restait à faire et qui faisait partie de ces dernières victimes.

La chasse à l’homme fut rapide et brève, un gamin était simple à traquer. Il n’avait pas le même raisonnement qu’un véritable patron du milieu. Gallagher connaissait ses lieux de prédilections ainsi que son adresse, c’était largement suffisant. Après l’avoir suivi un instant elle se rendit dans un bar. Flingue caché, arme blanche dissimulée, elle se rendit aussi naturellement que possible à son tour dans le bar, elle n’avait pas vu qu’elle n’était pas seule à traquer ce gamin. Ce Joey. Mais alors qu’elle finissait par le repérer dans la foule qui s’amassait près du bar, le jeune repéra quelqu’un dans la foule qui lui fit faire un bond de son siège. Les yeux de la blonde suivirent le même mouvement pour découvrir la personne qui provoquait cette réaction inattendue. Aaron. « Il fait vraiment chier … » Se murmure Meg avant de se lancer à la poursuite de Joey, se frayant rapidement un passage pour le suivre dans une ruelle à l’arrière du bar. Une ruelle sale où de nombreux corps ont déjà dû être jeté aux ordures à en juger par l’odeur. La blonde se mit à courir, dégainant son arme silencieuse pour viser la tête de Joey mais une voix qui éclate derrière lui la fait sursauter et changer de direction, arme toujours devant elle. Elle se trouvait en plein de la ligne de tire de Aaron, ce dernier revendiquant le meurtre du jeune et la blonde comprit immédiatement le piège tendu par Gallagher. Un rire froid s’échappa de ses lèvres tandis que son arme restait pointée vers Aaron. « Il ne m’en reste que 3. 3 morts et ma dette sera remboursée. Si j’en rate un seul, je serais à jamais au service de ce connard ! » Elle poussa un soupir, ce con d’Aaron avait dû recevoir des ordres similaires, tout ça pour qu’elle reste à jamais à son service, à jamais sa marionnette mortelle. « Tes menaces ne me font pas peur, plutôt crever que d’être à jamais à sa botte. » Menace Meg en ajustant son arme vers l’homme de main de Samuel. « Joey va mourir et je serais l’auteur de ce meurtre, pour être débarrassée à jamais de cette dette. » Elle tira. Non pas sur Aaron mais à côté de lui, pour le distraire, pour lui faire comprendre qu’elle était sérieuse et surtout pour se relancer à la poursuite de ce crétin de gamin qui n’avait pas trouvé mieux que de s’arrêter un peu plus loin pour écouter ce qu’il se disait entre ces deux assaillants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Samuels
Admin inspecteur Derrick
Aaron Samuels
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2017
MESSAGES : 696

MessageSujet: Re: Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]   Ven 11 Jan - 22:09

Si je devais décrire Megara, je dirais qu’elle est têtue. Très dure en affaires aussi, parce qu’il est vrai qu’en l’accostant ainsi, j’ai eu espoir qu’elle accepte. Mais je me méprends. Elle ne lâche pas le morceau et d’emblée, je lui explique que Joey est à moi. Il est hors de question qu’elle le tue parce que les conséquences en seraient dramatiques. Un truand de moins, mais ce gars est jeune. Il fait les mauvais choix parce que c’est ce qui semble le plus facile. La drogue est quelque chose de si simple à vendre, qui s’achète à prix d’or et permet d’être riche rapidement. Forcément, les motivations de Joey se comprennent, mais là, je sais qu’on peut le ramener vers le droit chemin. Il a compris qu’il avait fait n’importe quoi, on peut déguiser sa mort, on peut le protéger. Mais au moins, lui laisser une seconde chance. Mais pour se faire, il faut que Meg puisse accepter de coopérer, de le laisser s’en aller. Alors je tente le tout pour le tout, en essayant de jouer au jeu du chat et de la souris, de la faire tourner en bourrique, pour éviter que je ne me trahisse. Pas devant elle, je ne lui fais pas confiance. Je dois aussi avouer que la voir s’énerver est extrêmement génial, surtout quand elle le met en joue. Il ne peut s’empêcher de sourire, surtout lorsqu’elle lui rappelle les conditions de son contrat avec Samuel. Le fait qu’il n’en reste que trois. Trois à tuer pour espérer clore le contrat avec Samuel. Je ne peux m’empêcher de ricaner. « Toujours aussi naïve a ce que je vois.... » Je l’ai mise en garde, pourtant, sur la continuité de leurs affaires. Elle croyait en une fin, Samuel lui, ne voyait qu’une continuité. Il n’arrêterait pas un si bon élément, parce qu’elle faisait bien son boulot. Bien que là... c’est carton rouge et ça m’arrange.

Parce qu’elle me met en joue, délaissant Joey qui fixe la scène, terrifié. Ne sachant s’il doit fuir ou non. « Tu ne feras pas ça, Rosebury. Ne le tue pas. Laisse-le moi. » Et je tiens à pouvoir m’en occuper, et prendre les dispositions qui s’entend pour qu’il vive avec une nouvelle identité. Cependant, il faut que Meg accepte, ce qui n’est pas évident vu qu’elle tient à clôturer son contrat avec Samuel. Comme pour me montrer qu’elle est motivée, elle tire à côté de moi. Et même si je suis armé, même si mon arme est pointée sur elle, je ne peux m’empêcher de sursauter comme un enfant. « MAIS ARRÊTE DE ME TIRER DESSUS, IMBECILE ! » Je hurle de côté. La colère jaillit aussitôt, et je réplique avec hargne. « Arrête avec ton contrat, ta dette. T’es qu’une putain d’égoïste qui pense que sa vie vaut plus que celle d’un nombre de gars tués. Tu te rends compte ?! Tu tues pour être libre. Et ceux qui sont morts hein !? Ils disent quoi ? « De rien Megara » Grace à nous, t’es libre ! Mais t’es complètement barjo !! » Quand elle a tiré, Joey en a profité pour se faire la malle, et c’est con parce que du coup, nous l’avons perdu de vue. Mais je ne perds pas de vue mon objectif : empêcher Megara de tuer Joey. « Tu ne peux pas décider que ta vie vaut plus que celle d’un autre ! Faut que t’arrêtes ! T’as fait des conneries avec Samuel, il faut les assumer !! » Et là, j’appuie sur la détente, tirant à côté d’elle aussi. « Moi aussi je peux tirer à côté !! On est tous bon à faire ça ! Mais remets toi en question putain !! Arrête de croire que Samuel va te rendre ta liberté ! Casse-toi plutôt ! Loin d’ici, très loin, casse-toi et ne reviens-pas. Samuel n’arrêtera jamais ! » Bon sang, si seulement elle pouvait le comprendre. Mais Megara est comme moi : c’est une tête dure. « En plus, avec tes conneries, tu l’as laissé s’échapper. T’es vraiment nulle quand même. Mignonne mais nulle a chier. Tu devrais revoir tes ambitions ! Peut-être vendeuse de maquillage j’en sers rien. Mais fous lui la paix à Joey, il n’est pas pour toi. » En espérant qu’elle va gentiment acquiescer. Oui j’y crois à fond.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Megara Rosebury
Admin blondasse
Megara Rosebury
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 525

MessageSujet: Re: Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]   Mer 30 Jan - 13:47

Elle avait envie de hurler sa rage au monde. Elle avait envie de lui faire manger son flingue pour lui faire comprendre à quel point elle était déterminée à finir ce contrat, à en finir tout court. Si proche de son but et pourtant encore si loin … C’est la colère qui se lisait à travers ses yeux, l’envie de voir la fin d’un long tunnel pour en finir enfin. Etre enfin libre de Gallagher mais aussi libre de son ex, des souvenirs qu’elle avait longtemps refoulés et dont elle avait retrouvé la sensation en se battant contre Alaric. Tout était revenu, tout avait refait surface, la rendant de nouveau vulnérable et non plus perméable comme elle l’était face à quelqu’un qu’elle devait tuer de sang froid pour une raison stupide dite par un homme qui croit avoir trop de puissance. Alors elle tire, à côté d’Aaron pour lui signifier sa colère, sa frustration d’en arriver à ce niveau et la rage qu’elle ressentait d’être prise entre deux feux. Le premier étant de régler une dette pour permettre à son ex fiancé de vivre car la menace planera toujours au dessus de sa tête et l’autre étant d’arrêter de tuer, arrêter d’atténuer ses sentiments, arrêter d’être à la botte d’un crétin qui ne pense qu’à son ascension vers le pouvoir. « La barjo a bien envie de t’en claquer une ! » Qu’elle marmonne en l’écoutant malgré tout, il ne sait pas toute l’histoire, il ne connaît pas les menaces qui planent, il ne sait pas qu’elle aime à en mourir un salopard qui a fait de sa vie un enfer. Elle s’est souvenue, elle se rappelle … Tout à commencer par amour pour une seule personne et malgré tout le mal qu’il a pu lui faire en l’abandonnant à ce triste sort, jamais elle ne voudra sa mort. Parce qu’elle l’aime encore.

Elle l’écoute déblatérer de la merde, elle l’écoute attentivement en se disant qu’elle aimerait tellement lui mettre un bâillon dans la bouche, l’empêcher de se montrer encore aussi con, ne devait-il pas être quelqu’un d’intelligent pour être ainsi demandé par Samuel ? Elle commençait à douter des capacités cognitives de ce dernier. Alors qu’elle le garde en joue, le fixant, elle réfléchit trop et elle sursaute lorsqu’il vient à son tour à tirer à côté d’elle. « PUTAIN ! » Qu’elle hurle, la rage refaisant surface de plus belle. Mais d’un côté, cet idiot n’avait pas tout faux. Elle tuait des innocents, oui, par amour d’un seul homme, d’un traitre qui plus est. « T’as pas encore compris pourquoi je faisais ça hein ? T’as pas compris qu’il y avait pas que ma vie qui était en jeu ? » Qu’elle lui lâche froidement, parce que si elle venait à faire faux bon à Gallagher, certes son ex finirait par mourir mais toute sa famille est facilement traçable également. Sa famille serait en jeu, son père, celui qu’elle aime par dessus tout serait en jeu, puis le reste suivrait facilement. Ellana. June. Matthew. Autant de vies innocentes qu’elle mettrait en jeu égoïstement. Alors c’est premièrement par amour d’un traitre qu’elle continue puis par amour de cette famille qu’elle a laissé complètement tombée pour s’en éloignée le plus possible. « T’as pas encore compris que je protège plus de personne que mon propre cul ?! T’es aussi con que ça ?! » Elle baisse tout de même son arme, pointant alors silencieusement le drapeau blanc, l’invitant à faire la même chose alors qu’elle rangeait l’arme dans son étui planqué à la taille. « T’es tellement con, que tu te grilles tout seul, Samuels. » Qu’elle ajoute, ses yeux braqués dans les siens, voulant déceler cette vérité qu’il cache. « Tu me dis de te laisser Joey en premier. Mais ensuite tu n’hésites pas à casser du sucre sur ton bosse. Tu joues un jeu, je le sais. » Elle s’approche doucement. « Car si t’étais vraiment un des hommes de Gallagher voulant la peau de Joey, t’aurais pas hésiter à me tuer pour obtenir ce que tu veux au lieu de me convaincre par une belle plaidoirie que je devrais juste me casser. » Elle le toise du regard, se demandant bien qui il pouvait être, quel jeu il était en train de jouer et ce qu’il pouvait bien foutre ici. « Tu veux voir la fin de Gallagher, tu veux sa mort. Mais je ne sais pas encore pourquoi. » Qu’elle fini par lâcher en soupirant, elle le voulait elle aussi mais elle ne le dirait qu’une fois s’être assurée qu’Aaron voulait la même chose qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Samuels
Admin inspecteur Derrick
Aaron Samuels
DATE D'INSCRIPTION : 11/08/2017
MESSAGES : 696

MessageSujet: Re: Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]   Jeu 28 Fév - 6:52

Trop de morts existent par le seul fait de Gallagher. Il ordonne, exige et beaucoup trop de gens se plient. Beaucoup trop meurent aussi, et ça en est trop pour moi, même si j’admets que pour les bienfaits de la mission, je n’ai jamais hésité à tirer quand il le fallait. Cela lui m’a permis de devenir le bras droit de Samuel, de pouvoir atteindre des sommets et des vues sur l’ensemble de son business. Il aurait été facile de tuer Samuel et de penser que tout est fini. Mais le souci est autre : des réseaux, il y en partout. Il y a les mexicains, les colombiens. Il y a trop d’intervenants secondaires pour savoir que demain, en cas de mort du maître, un nouveau roi serait aussitôt élu. C’est pour ça que je me bats autant, car je veux démanteler son entreprise, je veux comprendre chaque rouage de ce génie pour être certain que si demain, les fédéraux lancent l’offensive, alors nous serons sûrs de gagner, que nous serons tranquille jusqu’à ce qu’un nouveau couillon apparaisse. C’est un peu ça le problème : le mal est une gangrène qui ne cesse de gagner du terrain. Le FBI soigne, retarde l’infection. Mais elle est là et on ne peut l’ignorer. Aussi, je fais mon maximum pour qu’il y ait le moins de mort possible. A chaque vivant épargné, le FBI offre la possibilité d’une nouvelle vie tout en réunissant de nouvelles informations pendant que Samuel croit que ces mécréants ont cessé de vivre. Mais face à Rosebury, je fais face à un adversaire tenace. Quand c’est un mec, le discours est simple. Il se casse, il me fait confiance. Mais face à cette blonde, je dois admettre qu’elle ne manque pas d’air, qu’elle a plus de couilles que l’ensemble des sbires de Samuel. Mais surtout, elle me fait chier et on se parle mal, on se tire à côté, on se menace.  Si ce soir, l’un de nous ne meurt pas, c’est beau. Je pourrais même aller brûler un cierge afin de remercier Dieu. Bon, il faut aussi dire que je me les cherche, parce que je la titille énormément, la présente comme une putain d’égoïste, qui tue au détriment de sa propre existence. « Je m’en branle s’il y a d’autres personnes à protéger. On s’en fout de ta tante Yvette que tut tentes de protéger. Fallait réfléchir avant ! » La hargne reste tenace, j’ai obtenu ce que je désirais : voir Joey fuir.

Néanmoins, mes paroles semblent faire effet. Mais dans le sens que j’entends. Quand je la vois baisser son arme, j’ai un regain de confiance en moi, j’aurais presque envie de m’embrasser les biceps en me glorifiant sur ma qualité de persuasion. Sauf que la suite de ses propos me glacent, me figent alors que je laisse mon arme pointée sur elle. Je ne lui fais pas confiance. Qui me dit qu’elle ne va pas dégainer à nouveau. Elle s’approche, nos regards s’accrochant, teintés d’une haine tenace. L’idée qu’elle puisse avoir compris me désarme totalement. Je me dis que la seule solution serait de la tuer. Mais j’en suis incapable. Quelque chose m’en empêche. Est-ce la détermination de son regard ? Ou cette volonté sans failles de découvrir la vérité ? En voulant protéger Joey, peut-être me suis-je grillé ? Putain, con, fait chier. Je garde le silence alors qu’elle s’approche, suppose et devine juste. Mon regard demeure de glace. Mes iris azurs ne délogent pas des siennes. Elle a deviné ce que je voulais, pourquoi je m’acharne autant à lui faire comprendre que la véritable cible à abattre se trouve sous son nez. Quand elle finit par dire que je veux la mort du chef, je reprends vie, me mettant à rire sans aucune once de joie. Un rire qui fait froid dans le dos, alors que je la mets toujours en joue. « Alala… Vous les femmes… » Je lui murmure, avant de faire quelques pas et de venir la toiser de toute ma stature, l’observant d’un regard glacial. Elle est, quand même, grande et nos visages se confrontent et se dévisagent. « Peut-être que t’as raison dans ce ramassis de conneries que tu me sors, qui sait ? » Je baisse mon arme, continuant de la dévisager. « Et si t’avais raison Rosebury ? Et si je voulais tuer le boss ? Tu vas me vendre c’est ça ? » Mon regard se fronce, devient un peu plus glacial. Cette fois-ci la menace est clairement dite. « Je t’en prie, essaye pour voir. » Et si elle essaye, un nouveau cadavre ira rejoindre le canal de Venice Beach. Il est hors de question que le FBI perde ses chances de démanteler un important réseau face à cette blonde hystérique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Megara Rosebury
Admin blondasse
Megara Rosebury
DATE D'INSCRIPTION : 18/07/2016
MESSAGES : 525

MessageSujet: Re: Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]   Lun 4 Mar - 19:54

Si seulement tout n’avait pas été si compliqué, si seulement tout pouvait lui montrer le bon chemin à prendre. Sur quel pied dansé avec cet idiot dans les parages également. Elle mourrait d’envie de lui mettre une balle entre les deux yeux pour faire enrager Gallagher uniquement parce qu’elle le sait assez proche de Samuels pour lui confier des tâches que seul un bras droit peut entreprendre de faire avec une réelle efficacité. Mais jamais Gallagher n’avait envoyé son bras droit faire le sale boulot et donc demander à ce dernier d’aller tuer les dernières petites victimes que le cartel se doit de faire pour garder son rang et sa prestance. Megara avait toujours été la seule pour cette tâche si simple aux yeux du chef, une simple balle dans la tête ou dans le cœur, du poison, un coup bien placé … Les manières d’ôter la vie à quelqu’un étaient multiples et simples à qui sait comment s’y prendre. Et pour le moment la blonde se demande si elle serait capable de lu taper un coup suffisamment fort sur le crâne pour se débarrasser de lui. Mais quelque chose l’empêchait de commettre ce meurtre, un petit truc qui lui mettait la puce à l’oreille depuis qu’elle avait pu rencontrer cet idiot en puissance. Effectivement, ce n’était pas le rôle d’Aaron de commettre les petits meurtres de son boss, mais bien celui de Meg. Alors, en plus de lui permettre de lui donner matière à réflexion sur cet homme dangereux que rien n’arrête, il lui permet de remettre en question la place qu’il occupe dans le cartel et celui qu’il prétend être réellement. Alors elle lui expose enfin ce qu’elle pense de lui et comment elle interprète son comportement depuis le jour où elle l’a trouvé particulièrement con et chiant. Une petite voix lui souffle qu’elle fait bien de suivre cette voie, qu’elle a bien fait de baisser son arme et qu’elle fait bien d’émettre ses pensées. Elle ne s’en retrouve pourtant pas récompensée au vu du rire froid qu’émet l’homme en face d’elle. Putain. Ce serait-elle trompée ? Non, pas possible.

Megara vient à froncer les sourcils, elle l’observe s’approcher d’elle sans bouger d’un pouce, prête à faire face à son destin et, peut-être, la fin de sa vie. N’ayant rien à perdre, elle se moquait légèrement ce qu’il pouvait bien se passer. Mais alors qu’elle croit que tout est perdu, qu’elle pense avoir fait fausse route, Aaron lu fourni une nouvelle fois de quoi penser qu’elle a raison dans le fond et qu’il cherche bel et bien la fin de Gallagher. Il baisse son arme et le cœur de Meg fait un bond en avant, bordel, aurait-elle eut raison alors ?! Elle scrute le visage fermé qui lui fait face, cherche la moindre faille qui pourrait lui permettre de comprendre qu’elle est sur la bonne voie, qu’elle ne fait pas fausse route dans ce qu’elle a suggérer. Elle fronce davantage les sourcils lorsqu’il lui demande si elle allait le vendre au patron et termine en lui demandant d’essayer juste pour voir. Elle n’était pas convaincue de cette prestation, la tueuse finie par comprendre une chose : elle avait mis le doigt sur un point sensible, avait assez creuser pour comprendre et avait pointé juste. Elle ne savait toujours pas qui il était mais c’était suffisamment important pour qu’il la menace fermement. Elle ne quitte pas son regard, le toisant comme il le fait depuis le début. Puis elle se décide à jouer le tout pour le tout. Sa main libre vient chercher celle où Aaron continue de tenir son arme, elle vient la lever jusqu’à la hauteur de sa tempe sans jamais le quitter des yeux.
Serrant la main de Aaron dans la sienne, pressant l’arme contre sa propre tête, elle courait des risques énormes à se comporter de la sorte mais c’était tout ou rien. Soit elle trouvait un allié soit elle perdait la vie. C’était aussi simple que cela. « Tu veux te débarrasser de moi ? Tire. » Qu’elle assure sans montrer la crainte qu’elle éprouve. Ce ne serait que la monnaie de sa pièce après tout. « Si tu as envie de faire tomber Gallagher, si t’as envie de le voir mort autant que j’en rêve, j’ai aucun intérêt à te dénoncer auprès de lui. » Qu’elle fini par avouer sans trahir les émotions qui lui passent par la tête dont la crainte qu’il ne finisse par tirer et l’envoyer dans la tombe. « Je suis bien placée pour le faire tomber, je sais qui il a voulu tuer, quand et pourquoi. C’est utile de n’être qu’une femme dans ce milieu, les hommes font bien moins attention à ce que l’on pense et ce qu’on peut bien entendre. » Qu’elle enchaine. « Mais dit toi bien une chose, s’il doit mourir ce sera de ma main et de personne d’autre. » Qu’elle termine sûre d’elle sur le ton le plus froid qu’elle puisse employer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous allez me faire quoi ? Me coffrer pour mangeage de choucroute prohibée ? [Megara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous allez me manquer ♥
» [Inutile] Qu'est ce que vous allez faire aujourd'hui ?
» Le bar... Quoi de mieux pour se bourrer la gueule. [Pov Emmy]
» Je cherche quelqu'un qui pourrait me faire un dessin pour ma signature
» Renverser le consensus ??????pour faire quoi ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: d'où venons-nous :: Hollywood-