AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On a toujours besoin d'une mère ft. Venus&Athéna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Athéna F. Blossom
Athéna F. Blossom
DATE D'INSCRIPTION : 03/03/2017
MESSAGES : 628

MessageSujet: On a toujours besoin d'une mère ft. Venus&Athéna   Sam 12 Jan - 17:56


On a toujours besoin d'une mère.
Venus & Athéna ✧

On ne pouvait pas dire quand ce moment, les choses allaient au mieux. Enfin physiquement si, mais moralement ce n’était pas la joie. C’était d’ailleurs pour ça que ma mère et Kyle n’avait probablement rien remarqué. Mon frère aurait plus de chance de remarquer quelque chose que ma mère. Ne la voyant pas beaucoup, les choses avaient bien changé à la maison. En même temps, ce n’était pas comme si je pouvais vraiment lui en vouloir. Si ma mère ne travaillait pas autant qu’elle le faisait, c’est clair que nous n’aurions pas une vie aussi luxueuse que nous avons à présent. Les choses auraient été totalement différente. Ça serait une autre histoire. Il fallait dire que vivre dans le luxe en même temps, ne me déplaisait pas. En même temps à qui ça ne plairait pas, franchement ? On avait des domestiques à la maison qui s’occupait de tout. Qui faisait tout dans la maison. Au moins, on était tranquille. C’est clair que si du jour au lendemain, je devais changer de quotidien, partir de cette maison pour vivre dans plus petit et ben, ça me ferait grandement bizarre. Comme tout le reste de la famille, j’imagine. Aujourd’hui, je ne travaillais pas. Etant une grande passionnée d’histoire, j’avais réussi à obtenir un poste dans un musée en tant que guide, ce qui me convenant parfaitement. Je connaissais déjà les lieux étant donné que c’était là-bas que j’avais fait mes stages pour pouvoir obtenir mon diplôme et ils m’avait embauché par la suite. Alors que demander de plus ? Cela avait été franchement parfait. Et puis même si j’habitais toujours à la maison, ça me permettait de gagner un peu d’argent. D’avoir de quoi vivre si je voulais un jour partir de la maison. Je le voulais ça, bien sûr. Je n’allais pas rester vivre au crochet de ma mère pendant encore de nombreuses années, mais pour l’instant, j’étais bien comme cela et puis elle, elle ne disait rien. Alors pour l’instant, autant rester.

Je bouquinais donc tranquillement dans ma chambre avant d’entendre la porte d’entrée claquer. Quelqu’un était rentrée à la maison. C’était Kyle ou ma mère, très probablement. J’attendis quelques instants avant de fermer mon livre pour pouvoir me diriger vers l’entrée de la maison pour voir qui était à la maison. Même si ça m’en donnait déjà un petit indice. Connaissant mon jumeau s’il était là lui, il serait directement venu dans ma chambre pour me dire un truc. Ou pour se plaindre de quelque chose, comme il avait l’habitude de le faire. Pour chercher quelque chose à manger ou un truc du genre. « Coucou maman. » Dis-je simplement *en mode Ginny Weasley*, voyant cette dernière poser ses affaires. Ma mère, elle avait travaillé aujourd’hui. Ils avaient toujours besoin d’elle de toute façon. C’était pour ça qu’on la voyait beaucoup moins présente à la maison depuis quelques temps. Elle avait un travail qui lui prenait tout son temps, elle avait de grande responsabilité. Et quand elle arrivait à la maison, elle voulait simplement se reposer, se détendre. Même si des fois, il pouvait lui arriver de continuer de travailler à la maison. Bref, pas la vie de famille rêvée de tout le monde, mais il fallait faire avec. Je n’avais pas vraiment le choix et Kyle non plus. Heureusement que j’avais un frère d’ailleurs, sinon j’avoue que je m’ennuierais davantage, ça c’est certain. Même si avec Kyle on ne s’entendait pas toujours bien tous les deux, ça faisait de la compagnie. Et puis c’était mon frère, alors on passait quand même pas mal de temps ensemble. Surtout à la maison, plutôt qu’à l’extérieur. Il avait ses amis, j’avais les miens. On avait surtout des centres d’intérêts différents.  

Je reportais mon attention sur ma mère. « Tu as encore beaucoup travaillé aujourd’hui, à ce que je vois... » Pouvais-je m’empêcher de constater, la voyant sortir ses affaires. Si ça se trouve, elle allait encore se remettre à travailler ici. Maintenant. Ça devait bien faire longtemps que je n’avais plus eu de vraie conversation avec ma mère et ça se voyait peut-être que j’en avais besoin aujourd’hui, maintenant aussi. Il y avait encore quelques jours, je sortais avec un garçon et puis, il m’avait annoncé que c’était fini entre nous. Sans que je comprenne vraiment, et j’avoue que ça prenait la tête par moment, mais parler de ce genre de choses avec ma mère, ça me faisait bizarre à imaginer. Ce n’était pas quelque chose qui pouvait nous arriver assez régulièrement. Ma mère ne se mêlait pas de mes histoires de cœurs et j’avais toujours apprécié. Enfin forcément un peu au début, oui, mais plus maintenant. J’étais une grande fille qui pouvait très bien me débrouiller avec ça.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venus E. Blossom
Modo qui se la pète
Venus E. Blossom
DATE D'INSCRIPTION : 28/09/2016
MESSAGES : 2015

MessageSujet: Re: On a toujours besoin d'une mère ft. Venus&Athéna   Dim 13 Jan - 5:10



Athéna & Venus



On a toujours besoin d'une mère.



Je déposais avec fatigue ma tête dans mes mains, coudes posés au bord de mon bureau recouvert de papiers. Il n’y avait pas un seul millimètre sans une photo de couverture, de croquis pour une prochaine pièce ou encore de torchons appelés communément des articles. Tout était à mettre à la poubelle. Absolument tout. Rien ne me plaisait. Trop fade. Trop lisse. Trop déjà-vu. Il nous fallait du nouveau. Le nouveau numéro été paru, nous avions déjà de bons résultats, ce qui annonçait une bonne nouvelle année pour le magazine. Mais il fallait continuer sur la même trame et pas sortir de tels brouillons. Nous devions montrer que cette année 2019 était notre année, l’année de Her. Le magazine devait s’imposer devant Vogue, notre principale concurrence. C’était notre objectif. Cette garce d’Anna Wintour avait pourtant annoncé qu’elle quitterait son poste de rédactrice en chef de Vogue il y a un moment, et ce n’était toujours pas fait. Certainement qu’elle avait tenté de se faire de la publicité gratuitement, en prétextant quelque chose de complètement faux. Fausse information, mauvais journalisme. Et ça se disait rédactrice en chef d’un magazine. J’avais les idées embrouillées, je n’arrivais plus à penser. « PÉNÉLOOOOOPE ! » hurlais-je de mon bureau, sortant en même temps ma tête avec difficulté d’entre mes mains, retrouvant alors la lumière du jour. Je remettais mes mèches de cheveux en place, en découvrant le visage souriant de Pénélope, postée face à moi, juste derrière mon bureau. « Oui ? » demandait-elle avec son air bien trop niais pour moi. « Il me faut un café. » présentais-je, sans pour autant dire un "s’il te plait" ou un "merci". La politesse, ce n’était pas vraiment mon fort. Surtout pas avec une personne que je paye pour être à mon service. D’où son titre d’assistante. Je tournais à nouveau les pages du book afin de revoir toutes les erreurs présentes dedans. Pénélope étant partie me faire un café, j’appelais moi-même Jerry, le journaliste de la section "people" afin de lui parler de l’article, que dis-je, du chiffon, qu’il avait osé me mettre dans le potentiel prochain numéro. « Jerry. Dans mon bureau. Maintenant. » l’appelais-je au téléphone alors qu’il venait juste de décrocher. On pourrait dire que c’était une sorte d’agression, que ce serait de la maltraitance envers mes employés, mais en réalité c’était eux qui me maltraitait avec leurs horreurs. Pénélope rappliquait alors avec mon café qu’elle me déposait délicatement sur mon bureau, tentant de trouver une place au milieu de tous les papiers. Par chance, elle ne le renversait pas. « La prochaine fois, tu me l’amèneras plus rapidement. T’as mis tellement de temps que j’ai dû appeler Jerry moi-même. » expliquais-je en continuant de tourner les pages du book, sans même lever le regard vers Pénélope. Des fois, je me disais que je devrais faire un effort avec elle, je ne la considère pas assez. Puis ça me passe. Et le Jerry rappliquait d’ailleurs la seconde d’après, une goutte de sueur perlant le long de son front. Il avait dû se taper un sprint dans les locaux de Her, optant pour les escaliers plutôt que l’ascenseur parce qu’il croit bien trop en sa forme physique, ayant peur de mettre trop de temps à venir jusqu’à moi. Il devait avoir eu peur dès mon appel et avait tracé le plus rapidement possible. « Madame Blossom, je suis là. Que voulez-vous me dire ? » me demande-t-il en esquissant un faux sourire, plutôt apeuré, voulant savoir à quelle sauce il allait être mangé. J’attrapais alors son papier que je lui déposais sous les yeux. « Ton article sur le clash entre Angelina Jolie et Jennifer Aniston, on s’en cogne. Elles datent et elles ne font que ça de se disputer. Vois plutôt du côté du nouveau couple Lily-Rose Depp et Timothée Chalamet. Je veux quelque chose. Tu cherches, tu trouves. » lui dis-je alors d’une voix sèche, mais encore je l’avais joué soft. J’aurais pu être plus méchante, je m’étais retenue. « Et tu diras à Monica que son article sur les bottines chaussettes est à revoir aussi. » ajoutais-je en pensant à sa collègue de la section journalistique "mode" qui avait écrit un papier qui manquait cruellement d’informations. Mais la base était plutôt bonne. Elle m’avait donné envie de m’en acheter une paire, ce n’est quand même pas mal, ce n’est pas donné à tout le monde. Mais ça, je ne lui dirais pas, elle se reposerait ensuite sur ses lauriers. Pour m’occuper de tout ce bazar, il allait me falloir encore plusieurs heures de fouille et d’appels en tout genre. Heureusement, le café était là pour m’aider.

La journée avait été éreintante. Une fatigue extrême m’envahissait et pourtant, je n’avais pas fini tout le travail. Je pourrais reprendre demain, mais ce serait perdre du temps. Cependant, j’étais rentrée pour ne pas commander chinois au bureau comme tous les autres soirs de la semaine. Enfin, j’allais passer une soirée chez moi, dans ma maison, dans mon cocon. Avec pour compagnie mon ordinateur et mon boulot, très certainement, mais au moins j’étais chez moi. A peine je passais le seuil de la porte, je claquais la porte sous la fatigue, j’avais eu la main lourde avec la porte. J’attrapais mes talons aiguilles que je déposais sur le sol, déposant ensuite mon sac à main sur une chaise de bar calée derrière le comptoir de la cuisine. « Coucou maman. » Un sursaut. Je me retournais subitement vers la voix derrière mon dos, main sur le cœur. « Mon dieu, je ne t’ai pas entendue arrivée. » expliquais-je, encore sous le coup de la surprise. Je devais vraiment avoir la tête ailleurs. « Tu as encore beaucoup travaillé aujourd’hui, à ce que je vois... » soupirait-elle, de son regard culpabilisateur. Je le sentais sur moi. Pour ça, elle était aussi douée que sa mère. « Sois gentille, fais-moi un café. » lui demandais-je en mettant mes cheveux en chignon coiffé-décoiffé à l’aide d’un simple élastique. « Il est là ton frère ? » lui demandais-je pour savoir s’il y avait une présence masculine ou si nous étions qu’entre filles. C’était toujours la même question qui revenait quand je croisais un de mes deux enfants : demander où était l’autre. Je ne faisais pourtant rien de cette information, mais je la demandais toujours. Comme un réflexe, une habitude. « Tu ne travaillais pas aujourd’hui ? » lui demandais-je, alors que je la voyais démaquillée et parée de son pyjama. Ceci dit, il n’était pas très tôt non plus. Pile à l’heure d’un dîner chez les Blossom : tard. Peut-être qu’elle était déjà prête à foncer dans son lit pour la nuit.


© Ludi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna F. Blossom
Athéna F. Blossom
DATE D'INSCRIPTION : 03/03/2017
MESSAGES : 628

MessageSujet: Re: On a toujours besoin d'une mère ft. Venus&Athéna   Jeu 21 Fév - 16:08


On a toujours besoin d'une mère.
Venus & Athéna ✧

Je n’avais pas fait grand-chose de ma journée. Même quand je ne travaillais pas, j’en profitais toujours pour sortir, mettre au moins le nez dehors durant la journée, mais pas aujourd’hui. Je n’avais tout simplement pas eu l’envie. Quand j’avais le moral, je sortais que ce soit pour aller me faire une petite balade ou aller étudier dans une bibliothèque ou un parc de Los Angeles. Rester à la maison à ne rien faire d’intéressant, qui ne sera pas intéressant à raconter à ma famille en tout cas et rester en pyjama, ce n’était pas mon genre. Je restais vraiment très rarement dans cet état. C’est vrai qu’avec les domestiques qu’on avait à la maison, même si j’étais chez moi enfin chez ma mère, j’essayais tout de même de m’habiller à minimum pour ne pas passer pour la feignasse de service. Normal quoi. J’avais donc passé ma journée à surfer sur le web, manger quand c’était l’heure forcément, lire des magasines et puis là j’étais en train de libre un bouquin. J’adorais ça. Je ne pouvais pas rester sans bouquin, j’aimais beaucoup lire. J’avais pris l’habitude de lire un peu tous les jours. Ça me permettait en même temps de découvrir des choses, d’apprendre de nouvelles choses. Bon dans mon métier, j’avoue qu’il m’arrivait de lire des livres d’histoire, mais heureusement pas que ça. Il me fallait du changement de temps en temps, j’en avais bien besoin de temps à autre.

J’étais d’ailleurs tranquillement installée dans mon lit, sur le ventre avec mon bouquin entre les mains avant d’entendre la porte d’entrée de notre villa. Signe que quelqu’un était rentré à la maison. Kyle ou ma mère ? Pas la moindre idée. Je terminais rapidement la page de mon livre pour pouvoir y mettre mon marque page, regarde rapidement l’heure avant de sortir de ma chambre pour me rendre dans l’entrée. C’était celle qui m’avait donné la vie qui venait de rentrer à la maison. Si ça se trouve Kyle allait passer la soirée dehors ou que sais-je. Je n’en avais pas la moindre idée. Je ne connaissais pas son emploi du temps. Il passait son temps avec ses copains quand nous n’étions pas ensemble, quand il n’était pas à la maison. Logique. C’est clair que mon jumeau contrairement à moi, lui le travail, il ne s’en intéressait pas vraiment. Beaucoup moins en tout cas. Il était bien plus fêtard. Même si j’aimais tout de même faire la fête comme tout le monde, ce n’était pas des endroits qui me rendaient spécialement à l’aise au début. Quand je ne connaissais personne surtout, quand c’était encore que des inconnus que j’avais devant moi, dans la même pièce. Je saluais donc simplement ma mère, voyant cette dernière sortir ses affaires pour se remettre à travailler à la maison. Elle ne faisait que ça de son temps, j’ai l’impression. Travail. Travail et re-travail. Ses enfants, on pourrait croire que c’était comme ses plantes vertes. Heureusement qu’on n’était plus des petits. Qu’on pouvait se débrouiller tout seul tout de même avec Kyle. Qu’on n’était plus en bas-âge. « J’étais dans ma chambre. » Dis-je donc à ma mère quand j’avais fait peur à cette dernière. Faut dire qu’en même temps, oui j’étais du genre discrète. A ne pas traîner des pieds, j’en avais horreur. Je ne le supportais pas et puis je n’avais pas été élevé de la sorte tout simplement.

Comme je le disais à ma mère, je ne pouvais m’empêcher de constater qu’elle avait encore beaucoup travaillé. Comme tous les jours d’ailleurs. Ils se ressemblaient tous maintenant. Ils se suivaient et se ressemblaient de plus en plus. « Bien sûr. » Dis-je donc seulement quand elle me demandait de lui préparer un café. Après tout, je n’avais rien fait de ma journée contrairement à elle et puis, c’était ma mère alors j’avais plutôt intérêt à ne pas refuser. Sinon, ça pourrait finir très mal pour moi. Je m’approchais donc de la machine à café et y sortais une tasse, tout ce qu’il faut. Le café coula dans la tasse pendant quelques secondes. J’y ajoutais un sucre avant de l’apporter à ma mère. « Non. Kyle n’est pas encore rentré ! » Lui dis-je, léger sourire dessinait sur les lèvres en lui déposant le café à côté d’elle. Je retournais vers le côté cuisine pour me servir seulement un verre d’eau avant de me retourner vers ma mère pour répondre à sa question. « Pas aujourd’hui, non. C’était mon jour de repos. » Commençai-je par lui dire buvant une gorgée de mon verre avant de m’intéresser à ce qu’elle avait pu faire de sa journée. « Comment s’est passée ta journée ? Elle a été bonne ? » Demandai-je, même si je connaissais déjà la réponse. Une journée de Venus Blossom n’était jamais bonne. Ce n’est pas nouveau et encore moins quand on est l’un de ses enfants.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On a toujours besoin d'une mère ft. Venus&Athéna   

Revenir en haut Aller en bas
 
On a toujours besoin d'une mère ft. Venus&Athéna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» On a toujours besoin de plus petit que soi [PV Iraki Ukiama] | Terminé
» Le Feu et la Glace réunies... [PV Goupixa]
» Entraînement I - On a toujours besoin d'un plus faible que soi. [Pv : Shin]
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: d'où venons-nous :: Beverly Hills :: Home sweet home-