AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 They will speak of my father when he's not around | Liv&Colin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Colin Finningham
Colin Finningham
DATE D'INSCRIPTION : 28/01/2019
MESSAGES : 188

MessageSujet: They will speak of my father when he's not around | Liv&Colin   Dim 10 Fév - 19:08


They will speak of my father when he's not around
Garrett Hedlund - Fall Apart




Il y a de ces jours où la nostalgie nous frappe de plein fouet sans s’annoncer, nous laissant dubitatifs. Ce matin-là, je m’étais éveillé avec le souvenir de l’odeur de la cuisine de grand-mère si présent que j’avais réellement eu  l’impression, qu’en sortant du lit, je la retrouverais au fourneau, grand-père au salon, grattant sa guitare. Je me souvenais avoir également rêvé de ma mère et c’était surtout cela qui me troublait; malgré les années, je lui en voulais toujours de m’avoir abandonné pour  vivre une nouvelle vie dont j’ignorais presque tout; je savais seulement qu’elle s’était mariée. J’étais persuadé qu’elle m’avait aimé et qu’elle pensait peut-être encore à moi et si quelques fois, lors de mes spectacles, j’avais eu l’impression de sentir son regard sur moi, elle n’était pourtant jamais apparue en coulisse pour me féliciter.

J’avais décidé d’aller me changer les idées à la plage. Le soleil s’annonçait déjà chaud (nous n’étions que le matin) et la légère brise marine, que je ressentais, agréable. Si certains venaient de Santa Monica par la piste cyclable, j’avais opté pour un moyen de transport moins écologique : ma vieille camionnette dont je n’arrivais toujours pas à me débarrasser.  Je l’avais stationnée près du chemin et avais laissé sur le siège passager mon carnet de notes et le crayon dont je ne meséparais jamais, habituellement. C’est que, si j’avais toujours eu une facilité à écrire des textes sur tout et sur rien, j’étais incapable d’écrire quoi que au sujet de ma mère. La colère demeurait trop vive malgré les années et les hypothétiques textes trop violents. J’avais besoin de me la sortir de la tête d’une autre manière et profiter de la mer était un excellent moyen.

Je portais un maillot de bain noir, un t-shirt blanc, que je pourrais facilement retirer si l’envie me prenait de plonger à l’eau, et j’étais nu-pieds. Ça, c’était un petit plaisir de la vie de sentir le sable chaud entre ses orteils (j’avais laissé mes espadrilles également dans la camionnette).

J’étais en train de marcher sur le bord de la mer lorsque mon regard s’arrêta sur un homme et son gamin, quelques pas devant moi. Inconsciemment, je me mis à sourire en les observant jouer l’un avec l’autre, se chamaillant et rigolant. Je n’avais jamais eu ce genre de relation avec une figure paternelle; grand-père était déjà âgé lorsque je vins au monde et n’avait jamais réellement joué de la sorte avec moi. Il m’avait appris bien d’autres choses et je n’avais jamais manqué d’amour, mais ce n’était pas la même chose. J’enviais la relation qu’avaient ce père et ce fils et j’espérais que tous deux savaient la chance qu’ils avaient. Lorsque je rêvais de fonder ma propre famille (rêve qui semblait m’avoir échappé dès la venue du succès musical), je m’étais promis d’être ce genre de papa avec mon enfant.

Mon géniteur (comme je l’avais toujours appelé) n’avait jamais fait partie de ma vie et n’était pas destiné à l’être; ma mère et lui avaient eu une aventure, c’était tout. Se connaissaient-ils? Dans quelles circonstances avais-je été créé et était-ce la raison pour laquelle il avait été facile à ma mère de m’abandonner? Tout n’était que des spéculations et je dois avouer que je n’y avais jamais accordé autant d’importance que depuis que j’étais adulte. Il y a des choses qu’un enfant ignore et que l’homme que j’étais pouvait supposer.

Alors que j’observais l’homme et l’enfant en imaginant ce qu’aurait été ma vie si j’avais été élevé par mes deux parents plutôt que par mes grands-parents maternels, je sentis une présence près de moi (après tout, la plage ne m’appartenait pas et il était tout à fait normal que d’autres personnes s’y trouvent) et je détournai le regard de la scène familiale que j'avais épiée. Je ne voulais tout de même pas passer pour un voyeur. Je tournai ensuite mon visage vers la mer et remarquai du coin de l’œil une jeune femme qui s’approchait. Peut-être était-elle une admiratrice de ma musique? Si c’était le cas, j’allais la laisser venir à moi; elles adoraient ça me tapoter l’épaule et me demander timidement si j’étais bel et bien Colin Finningham.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liv Jenkins
Liv Jenkins
DATE D'INSCRIPTION : 29/10/2016
MESSAGES : 1212

MessageSujet: Re: They will speak of my father when he's not around | Liv&Colin   Dim 10 Fév - 21:38

They will speak of my father when he's not around.
Colin & Liv

J’avais découvert la vérité depuis peu… La vérité sur quoi ? Ma propre vie. Enfin ce qui aurait pu être ma vie en tout cas. Ce qui aurait pu la changer depuis déjà de nombreuses années. Depuis que mes parents étaient morts quand j’étais petite, j’étais partie vivre chez mon oncle et ma tante. Avec cette cousine que je détestais aussi, mais bon c’était qu’un détail. Et pour la première fois depuis longtemps, j’avais eu envie de revenir dans la maison dans laquelle j’avais grandi. Enfin dans la maison familiale de mes parents avant que je ne parte après leurs décès. J’y avais trouvé cette lettre… Et une photo… Une photo d’un petit garçon. Ils voulaient attendre que je sois assez mûre et capable d’entendre la vérité pour pouvoir me l’avouer, quelle foutaise ! J’étais vraiment en colère que ma propre famille m’est menti. Ce n’était pas des choses qui se font quand même. Ça ne devrait pas avec les personnes qu’on aime. J’étais donc allée voir mon oncle avec cette lettre et cette photo entre les mains pour lui demander des explications. Du pourquoi, du comment. Il avait fini par me dire la vérité. M’avouer que j’avais un grand-frère, un demi-frère. Moi qui avais toujours pensé que je n’avais pas de chance dans la vie en ayant que cette fameuse cousine que je ne pouvais pas supporter dans ma vie, et ben ce n’était pas le cas. Je n’étais tellement pas prête à ça. Qu’on ne mets pas dit la vérité bien avant. Bon mes parents je pouvais comprendre, ils étaient partis au ciel quand j’avais à peine fêté ma septième bougie, mais mon oncle et ma tante, c’était incompréhensible pour moi. Je n’étais pas où je n’étais plus en tout cas, une petite chose fragile qu’il fallait protéger coûte que coûte. A ma majorité, j’aurais été parfaitement capable d’encaisser une nouvelle pareille. Je n’étais plus un bébé. Bon maintenant, je savais. Mieux vaut tard que jamais comme on dit, mais je ne savais pas quoi faire… Entrer et chambouler la vie d’un inconnu ? Ce n’était pas trop mon genre. Ayant son nom sur la photo que j’avais trouvée par curiosité, je n’avais pas pu m’empêcher de faire quelques recherches sur internet. D’ailleurs c’était là que j’avais appris qu’il était chanteur. C’était quelqu’un de connu dans le milieu.

Il fallait que je me change les idées. En plus, je ne travaillais pas aujourd’hui. Personne n’avait besoin de moi au cabinet. Alors j’en profitais pour me rendre à la plage. Avec ce beau soleil et cette bonne chaleur, c’était l’occasion idéal. Surtout avant que je sois de nouveau submergé de travail, c’était très rare que ça n’arrive pas. On avait toujours quelque chose à me demander. La plage était toujours bondée, mais tant pis. Il y avait des gamins qui courraient dans le sable pour se jeter dans l’eau. Bref je marchais tranquillement, cherchant un endroit tranquille où m’installer. Je ne voulais pas être emmerdé parce que j’allais y rester un long moment donc bon, normal. Et c’est là que je le reconnus. J’étais tétanisée. Me souvenant de sa tête que j’avais vu sur le web, il était identique. Alors il était clair que c’était lui, que c’était mon frère. J’attendis quand même quelques instants, hésitante à savoir si je devais m’en approcher ou non. Puis je pris mon courage à deux mains et avança en sa direction. « Bon… Bonjour. » Fini-je par prononcer, m’installant à ses côtés pas très sereine avant de reprendre. « Vous êtes bien Colin ? J’étais venue pour… » Un autographe ? Eh non. C’est probablement ce que devait lui demander beaucoup de monde étant donné qu’il était plutôt connu dans la musique.

Moi ce n’était pas du tout pour ça. La raison était toute autre. Bien plus… Personnelle. Je ne savais même pas comment j’allais pouvoir aborder la chose. Et puis reste à savoir s’il allait me croire d’ailleurs, pour commencer. Ce qui n’était pas sûr. Ce dont je n’étais pas sûr. Il pourrait croire que c’est une des façons pour approcher un artiste de talent. Alors que ce n’était pas le cas. Ce n’était pas ce que je voulais. Je voulais l’approcher bien évidemment, mais je n’étais pas l’une de ses fameuses groupies.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
They will speak of my father when he's not around | Liv&Colin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Men sa nou bezwen konnen pou nou ka konprann e rezoud pwoblem nou
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Lordz Team Speak (NTW3)
» Segment Rey Mysterio
» Do you speak Korean ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: d'où venons-nous :: Venice Beach :: Beach and Pier-