Vice et Versa
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimia Turner
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 20/08/2015
MESSAGES : 316

MessageSujet: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Ven 15 Jan - 19:17



Kimia (Eléa) Turner

❖ Nom Turner. ❖ Prénom(s) Kimia de mon petit nom ! ❖ Date et lieu de naissance Le 30 Novembre 1989 à Sydney. ❖ Nationalité Australienne par mon père et Néo-zélandaise par ma mère, mais dans mon coeur, j'ai toutes les nationalités. ❖ Orientation sexuelle Hétérosexuelle. Je n'y ai jamais réfléchi, mais je crois que j'aime trop les hommes. ❖ Statut civil Fiancée depuis peu. Eh oui, qui l'aurait cru ? ❖ Profession et/ou études Après avoir fait le tour du monde et m'être lancée dans beaucoup d'associations, je me suis stabilisée à Los Angeles. Je suis professeur d'école, mais je continue mes associations. ❖ Décris ton personnage en quelques adjectifs Généreuse ❖ Franche ❖ Aventurière ❖ Fière ❖ Secrète ❖ Sociable ❖ Impliquée ❖ Maladroite ❖ Pipelette ❖ Aimante ❖ ❖ Avatar Jessica Alba  cute . ❖ Groupe Les tentacules de la déréliction. ❖ Crédits Répondre ici.


L'hémorragie de tes désirs s'est éclipsée sous la joue bleue dérisoire


Kimia n'a pas vraiment de grands tics ou de véritables habitudes. Elle se plaît à vivre au jour le jour même si sa vie est devenue indéniablement plus rangée depuis qu'elle vit avec Mike. ❖ Généralement, elle ne peut pas s'empêcher de lâcher une petite remarque moraliste concernant l'environnement ou la misère dans le monde, surtout pour ses élèves. Evidemment, elle continue à se vouer à des associations. ❖ La cuisine n'est pas véritablement son fort, mais elle fait énormément d'efforts pour parvenir à trouver un moyen de pallier à ce manque. Il faut croire que les leçons de sa mère n'ont pas véritablement servies. ❖ Très souvent, quand elle ne va pas très bien, en plus d'écrire à Jasmine, elle aime écrire à son père. Elle sait qu'il ne lui répondra pas, mais d'en-haut, elle espère qu'il l'entendra malgré tout ❖ Quelque peu maladroite, elle multiplie parfois les gaffes, que ce soit de dire une âneries sans faire exprès ou de casser des choses sur son passage, même sa pipe. Mais que voulez-vous, il paraît que ça fait son charme. ❖ Néanmoins, Kimia a toujours été une étudiante brillante et sérieuse, ce qui se fait toujours ressentir dans ses actes. Elle tente toujours de faire primer la raison sur toute chose. ❖

Que penses-tu de la ville de Los Angeles ? Los Angeles est... très différent de ce que j'ai pu connaître jusqu'à présent. Ça pourrait me déplaire, mais en vérité, je l'aime bien cette ville. Puis j'essaye de rattraper un peu le temps perdu. Non, j'suis contente d'être ici. Concernant ton groupe choisi, pourquoi avoir choisi celui-ci ? Parce que Kimia est une petite pile électrique mine de rien, et que malgré tout, elle est toujours positive, très bavarde et un peu fofolle. Bref, ce n'est pas un monstre What a Face Quel est ton petit secret ? Mes secrets, c'est Jasmine qui les connaît et elle ne répétera rien à personne, parce que c'est un SECRET !


Du temps qui se passe contre duquel on ne peut rien...

Vous me connaissez déjà tous, la schizophrénie est en moi cute Je vous aiiiime heart2hug



Être ou ne pas être, telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque


Code:
[b]Jessica Alba :[/b][i][url=http://vice-et-versa.forumactif.org/t715-kimia-were-like-parallel-lines-always-close-never-together] Kimia Turner[/url][/i]
[b]Kimia Turner : [/b][i]Downtown[/i]
[b]Kimia Turner : [/b][i]Institutrice[/i]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimia Turner
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 20/08/2015
MESSAGES : 316

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Ven 15 Jan - 19:17


All I want is nothing more to hear you knocking at my door



« Ryyyyyyan ! » Ma voix porte dans toute la maison, rebondit contre les murs et je me plais à l'imaginer monter les escaliers pour atteindre la chambre de mon frère. « RYAN ! » Mon sublime hurlement se joint à mon pied qui s'abat violement sur le sol. Flanquée de mon cartable sur le dos, et coiffée de mes jolies couettes qui volent dans l'air au moindre de mes mouvements, je me précipite en bas des escaliers. « Ryan ! Ryan ! Ryan ! Ryan ! Ryan ! Ryan ! Ryan ! Ryan ! Ryan ! Ryan ! » Mon débit s'accélère de ma divine voix de crécelle, jusqu'à ce qu'une exclamation plus puissante ne vienne la briser. « Kimia ! » Ma tête tourne vers la source de la voix, reconnaissant celle de ma génitrice, la grande mère supérieure. « Arrête de crier. Qu'est-ce qui te prend ? » Mes épaules s'affaissent, comme soudainement affligées d'un poids immense. Mes joues se gonflent d'ennui.  « Ryan ne veut pas desceeeendre ! Il met trop de temps à se préparer ! » Je rouspète tandis que ma mère s'approche de moi pour remettre en ordre les mèches rebelles qui s'échappent négligemment de mes couettes, avec cette douceur que seules les mamans connaissent. « Il va arriver. » affirme-t-elle calmement. « Mais on va être en retard, maman ! » Mon pied s'attaque de nouveau au sol alors que mes bras semblent être attirés vers le carrelage de la maison par une force surnaturelle. Finalement, ce sont mes genoux qui rejoignent la terre ferme. « Et alors l'école sera fermée... Et nous n'aurons pas de classe... Et nous n'apprendrons rien... Et nous n'aurons jamais aucun ami ici ! » Face à ce scénario catastrophique, un fin sourire étire les lèvres de ma mère. Sa main saisit délicatement mon menton pour le relever et que ses prunelles noisette croisent les miennes. « Kimia, l'école est à deux pas d'ici et tu t'es préparée avec une heure d'avance. Vous ne serez pas en retard. » Une moue boudeuse se plaque sur mon visage avant qu'un long soupir de lassitude ne vienne achever le débat. « Alors j'attendrai. » Ma mère dépose un baiser sur le front de la pauvre sacrifiée que je suis. Elle se redresse pour partir à l'étage se préparer à son tour. Quant à moi, mon âme en peine se traîne jusqu'au perron de notre nouvelle maison. Je viens m'assoir sur les marches de l'entrée, posant mon visage sur mes poings fermés eux-mêmes maintenus par mes genoux. Mon impatience s'efface bien vite à mesure que mon regard se balade sur le paysage autour de nous, la nature environnante et le soleil qui frappe sur mon visage exposé. Je songe à l'Australie que nous avons quitté pour aller vivre en Nouvelle-Zélande, à cette excitation que j'avais de me faire de nouveaux amis et d'aller à l'école. « On y va ? » Enfin ! Tout le monde est prêt et c'est l'heure. Je bondis sur mes deux jambes, et le trajet paraît me durer des heures pour atteindre l'école. Immédiatement, c'est l'effervescence des lieux qui m'enrobe. Après un bref baiser de ma mère, j'attrape la main de mon frère et je cours vers la cours de récréation. « Ryyyyan regarde ! On va se faire des amis ! » La main de Ryan se dérobe à la mienne. Je vois le sourire gêné qui apparaît sur ses lèvres. « Tu n'es pas obligée de me tenir ma Kimia. On n'est plus de bébés. » Un soupir s'échappe d'entre mes lèvres. Je finis par lui tirer la langue pour prendre mon envol ailleurs. Je m'approche de la toute première personne qui se trouve sur mon chemin. Un large sourire étire les lèvres. « Booonjour ! Je m'appelle Kimia et je suis nouvelle. » Les sourcils de mon interlocuteur se froncent légèrement. Je n'en perds pourtant pas de ma superbe. « Et toi ? » Un léger silence accompagne mes paroles. Finalement, le garçon se décide à délier ses lèvres. « Otto. »

***

Ma Jaaajaaaa ! ♥

Tout premièrement, tu me manques ! La vie, elle est trop triste sans toi, et trop nulle aussi. Enfin… on a quand même une jolie maison, tu sais ! Avec une belle balançoire, comme à Sidney, et même une chambre rien que pour moi où je peux jouer à mes poupées sans que Ryan ne m’embête avec ses jeux de construction. Et c’est vraiment beau la Nouvelle-Zélande, tu sais ? C’est tout vert, et on a la mer tout près de nous. L’école ici, c’est vraiment génial. La maîtresse est très gentille et toute la classe aussi. Je suis devenue amie avec un garçon qui s’appelle Otto. On passe tout notre temps ensemble. Il est super drôle et il a plein de choses à raconter sur la ville. Je me sens moins dépaysée. Mais tu me manques quand même hein ! J’aimerais que tu sois là. Surtout que papa est encore reparti en mission. Ce n’est jamais pareil quand il n’est pas là. Ma maman est un peu triste, et Ryan aussi. Des fois, il s’enferme dans sa chambre et je n’ai pas le droit d’aller le voir. Mais après, tout va bien ! Maman a dit qu’on allait peut-être retourner à Sidney pour les vacances quand papa sera de retour ! On va pouvoir se voiiiir ! En tout cas, tu me manques grooos comme la distance entre la Terre et la Lune ! Tu vas bien toi ? Ta maman a eu le bébé ? Grooos bisouuuus !
Ta Kimia ! ♥


***

« Donc en fait, je pensais que nous aurions pu faire passer des tracts dans le lycée pour sensibiliser les jeunes  à l’environnement avec du papier recyclable. Comme ça, ça les force à commencer à trier. Tu en dis quoi ? Kimia ? Kimiiiia !! » Je tourne brusquement la tête vers mon amie Kelly, comme si je prenais soudainement conscience de sa présence. Je n’ai pas entendu un traite mot de ce qu’elle a dit, et j’ai beau tenté de reconstituer les lambeaux du début de notre conversation, je ne sais pas quoi répondre. Mon esprit n’est focalisé que sur une seule chose. « Pardon, qu’est-ce que tu as dit ? » Les grands yeux verts de Kelly se lèvent au ciel tandis qu’un long soupir désabusé s’échappe d’entre ses lèvres. Je hausse un sourcil, n’étant pas certaine de l’attitude à adopter. Résignée, elle décide de ranger ses feuilles dans son classeur avant de se tourner complètement vers moi. « Bon, c’est quand que tu lui dis ? » Je fais mine de ne pas comprendre. « Dire quoi à qui ? » Une fois de plus, une expression dépitée s’affiche sur le visage de mon amie. « Dire à Otto que tu l’aimes et que tu ne supportes pas qu’il collectionne les conquêtes. » Ma bouche se tord en une moue boudeuse tandis que je m’affaisse sur le banc du lycée, croisant les bras sur ma poitrine. « On est juste amis Kelly. Avec Otto, il n’a jamais été question de ça entre nous. C’est juste mon meilleur ami. » Un long silence s’installe durant lequel je sens un regard lourd de ressentiment provenant de Kelly sur moi. Je tente de ne rien laisser paraître, mais c’est plus fort que moi. Je m’anime soudain, pointant du doigt le couple qui se bécote un peu plus loin dans la cour. « Non mais regarde-moi ça ! Pourquoi faut-il toujours qu’il s’affuble de filles pareilles ? C’est vrai quoi ! Elle a l’air d’avoir autant de QI qu’une huître handicapée. Et cette tenue… autant ne rien mettre, ce serait strictement pareil. Et je ne parle pas de sa tête… » Je me tourne vers mon amie, toujours enfiévrée par cette jalousie qui me ronge. « As-tu déjà remarqué qu’il ne sortait qu’avec des blondes ? » A cet instant, cela sonne comme une insulte dans ma bouche pourtant si châtiée d’ordinaire. Je me renfonce dans mon banc, perdant ma flamme qui se trouve remplacée par l’impuissance. « Je vais me faire teindre en blonde. » j’affirme, comme une vérité universelle. Kelly pouffe à côté de moi. « Je ne suis pas certaine que ce soit la bonne solution. Tant que tu ne lui diras rien, rien ne va bouger entre vous. » J’estime ses paroles, conservant un silence empli de réflexion. Certes, rien n’avancera si rien n’est dit, mais je ne veux pas reculer non plus à la suite d’un tel aveu. Mon ton se teinte d’une triste raison. « Non, ça ne servirait à rien. Nous ne sommes pas destinés à ça. Puis je ne veux pas risquer de le perdre à cause de ça. » Oui, je n’avais aucun désir de tout gâcher entre nous. Depuis que nous nous connaissions, nous avions tout partagé. Je ne voulais pas prendre de risque. Combien même, je savais que je n’étais pas faite pour lui. « Alors qu’est-ce que tu vas faire ? Continuer à le regarder sortir avec d’autres filles que tu vas détester et dont tu vas être jalouse ? Tu vas te faire plus mal qu'autre chose.» Je songe à ses paroles pleine de sens. Non, je ne pourrai sans doute pas le supporter indéfiniment, mais j’étais dépourvue de toutes solutions. Mon regard se porte de nouveau sur Otto. A chaque fois, c’est la même chose. Mon cœur bat plus fort, mais il se fend dès que je le voie dans les bras d’une autre. Mes yeux se perdent dans la vide contemplation du sol. « J’en sais rien, Kelly. Je n’en sais vraiment rien. »

***

Cher Ryan,

J’espère que tu vas bien. Sache que tu me manques énormément. J’ai appris que tu avais emménagé il y a peu avec Ellis. Je suis tellement heureuse pour toi. Pour vous-même ! C’est une fille vraiment géniale. En plus, papa l’accepte. Alléluia ! Tu as intérêt à m’envoyer un faire-part le jour où vous décidez de vous marier, mais ne vous inquiétez pas, on va dire que vous avez le temps ! J’ai eu maman il n’y a pas très longtemps au téléphone. Nous n’avons malheureusement pas pu parler beaucoup, car mon avion allait décoller. Je voudrais que tu lui dises que je suis désolée d’être partie. Je sais que ça paraissait peut-être un peu précipité. Je m’étais inscrite à la fac avec la ferme intention d’y aller, et pourtant, me voilà aujourd’hui à avoir pris mon envol pour faire le tour du monde. Je ne vous demande pas de comprendre mon choix. Sachez seulement que je crois que plus rien ne m’attendait ici, en Nouvelle-Zélande. Je crois que j’avais juste besoin de partir, certainement pour me faire moins de mal et pour avoir moins l’impression de tourner en rond. Tu te souviens quand je jouais à la poupée étant petite ? Je m’imaginais toujours qu’elles étaient de grandes aventurières et qu’elles partaient sauver le monde. Aujourd’hui, c’est à mon tour. Sauf que… disons que je ne traverse pas la planète dans un avion Barbie et que je suis loin de porter des shorts roses, mais ça revient au même ! Je suis arrivée depuis quelques temps déjà. Tu ne me croiras jamais si je te dis que je suis en Arctique pour l’instant. Il y fait un froid de canard, et je crois que je vais congeler avant de pouvoir finir cette pauvre lettre. Mais sache que c’est magnifique. Evidemment, ça n’a rien avoir avec l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Tout est différent ici. Tout est si pur, tellement immense et c’est juste le retour à la nature, à ces choses réelles qui m'avaient manquées. Ça me fait un bien fou et je me sens bien... Bien comme je ne l’ai jamais été auparavant. Je crois que j’ai enfin trouvé ma voie. Etre sur les bancs de la fac m’aurait rendu plus malheureuse qu’autre chose. Je connais enfin mon but dans la vie. Dis à papa et maman que je vais bien et qu’il ne faut pas qu’ils s’inquiètent. Leur petite Kimia va bien… Je leur écrirai prochainement. Et si Otto te demande quoi que ce soit, ne lui dis rien, s’il te plaît… Je t’aime fort Ryan. Embrasse Ellis pour moi.
Ta sœur, Kimia.



***

Papa… Je crois qu’aucun mot ne sera suffisamment fort pour traduire l’immense chagrin qui me dévore. Je sais que tu n’auras jamais cette lettre et que tu ne pourras pas la lire. Plus maintenant… Il y a tellement de choses que j’aurai voulu te dire et que je n’ai pas eu le temps de faire. Je voulais que tu saches que tu as toujours été mon plus grand héros et que tu le seras à jamais. Si j’avais su, je… j’aurais aimé pouvoir retourner en arrière. J’aurais voulu passer plus de temps avec toi, apprendre à mieux te connaître, à te faire part de mes peurs et de mes doutes, à te confier mes chagrins et mes espoirs. J’aurais voulu te dire toutes ces choses de ton vivant. Je suis tellement désolée de ne pas avoir pu être là quand on l’a appris et quand on t’a enterré. Là où j’étais, il n’y avait aucun moyen de me contacter. Je sais que ça comptait énormément pour Ryan et pour maman… Mais toi, est-ce que tu me pardonnes ? Je cherche par tous les moyens à te rendre hommage, mais je sais que rentrer à la maison serait une épreuve trop lourde. Je n’en suis pas capable… Puis j’ai appris que Ryan voulait suivre tes pas, et qu’il voulait devenir comme toi. Est-ce qu’il va suivre le même chemin que toi ? Tu le protègeras, pas vrai ? Je continuerai à faire ce que je fais… à voyager, à tenter de sauver des gens, la nature, ce qui nous appartient et dont personne ne se soucie. Je le ferai pour toi… Dis-moi papa, est-ce que d’en-haut, tu seras fière de moi ?
Ta petite fille qui t’aime…



***


Je m’éveille doucement, et c’est comme si je m’extirpais d’un tendre songe. Je n’aurai jamais pu souhaiter un tel apaisement dès mon réveil. L’espace d’une nuit, il m’a semblé que le monde entier s’était ouvert sous mes pieds, mais cette fois, la chute avait été douce. Je me souviens de toutes ces années à souhaiter secrètement un amour que je n’obtiendrai jamais, à souffrir d’une tendresse qui ne me serait jamais donnée. Je n’ai qu’à me tourner dans le lit pour réaliser que c’était bien plus qu’un songe ou un vague fantasme. Le visage d’Otto me fait face et je ne le trouve jamais aussi beau qu’à cet instant, paisible et serein. Mes doigts s’avancent doucement, effleurant tout juste l’arrête de sa mâchoire pour être certaine de ne pas perturber son sommeil. Mes prunelles s’attardent sur chacun de ses traits. Je les ai déjà observés un millier de fois, je les ai fait mes compagnons quotidiens. Dès que j’allais mal, dès que je me sentais seule, dès que je sentais que je perdrais courage, je n’avais qu’à songer à lui pour me rappeler pourquoi je me battais. Aujourd’hui, je contemple une dernière fois son visage, j’en imprime les contours, ces imperfections que j’aime tant, la courbe de ses cils, le relief de ses lèvres pour les graver à jamais dans ma mémoire et les inscrire dans mon éternité.
C’est à regret que mes yeux quittent ses traits pour m’extraire discrètement des draps. Je me rhabille rapidement, attrapant mon sac pour prendre mon envol. J’ai la sensation de fuir comme une voleuse, mais je sais que c’est la meilleure décision que je puisse prendre… pour lui en tout cas. Il y a bien longtemps que je m’étais fait une raison, que j’avais rangé notre histoire dans les amours éphémères. Otto ne pourrait jamais me donner ce que j’attendais depuis toujours, et je ne serai jamais assez naïve pour lui demander plus. Je préférais encore prendre la décision pour nous deux. Alors je quitte cette chambre d’hôtel, laissant dernière moi tous les vestiges de cette nuit d’amour où j’avais enfin la sensation d’être à ma place dans le cœur de celui que j’aimais depuis toujours.

***

Ma Jasmine !

Je réalise que ça fait un temps infini que je ne t’ai pas donné de nouvelles. Je sais, tu vas encore me dire que les lettres papiers, c’est rétro et qu’aujourd’hui nous avons les mails, mais je préfère clairement ce système, d’autant que la WIFI ne passe pas partout. Certes, depuis que je vis à Los Angeles, je n’ai plus ce problème, mais les vieilles habitudes sont persistantes chez Kimia Turner !
En vrai, j’ai tellement de choses à te raconter. Je crois que ma dernière lettre remonte à l’époque où j’ai vu Otto pour la dernière fois. Ouais… c’était vraiment il y a super longtemps. J’ai même honte en vérité de mettre autant de temps à t’écrire, mais je dois admettre que les choses se sont rapidement enchaînées. J’étais sur une mission pour Greenpeace, l’association des Tarzan comme tu dis, lorsque j’ai appris pour mon frère. Lors d’un raid, il a bien failli mourir dans une explosion. Le fils a failli suivre les traces du père… Alors j’ai tout arrêté. Je ne voulais pas faire la même erreur une deuxième fois, tu comprends ? Je suis partie pour retrouver Ryan, ainsi que pour rassurer maman. Je sais que ça aurait pu être bien pire, qu’il aurait pu mourir, mais les séquelles étaient tout de même énormes. Ryan a perdu l’ouïe, lui qui était si mélomane. Je ne le reconnaissais plus, mais je crois bien que c’était la période d’acceptation. Pour cela, il est parti et j’ai décidé de le suivre à Los Angeles. Tu savais que le langage des signes était aussi difficile ? Mais on l’a appris ensemble, bien heureusement. Donc pour l’heure, Ryan apprend à vivre avec sa nouvelle situation. Il est coach sportif et finalement, je me dis que ça lui va plutôt bien. Pour ma part, j’ai réussi à décrocher un poste en temps qu’institutrice. Du coup, j’arriverai sans doute à glisser deux trois règles écologiques pendant la classe. D’autant que ma nouvelle collègue s’appelle Jade, et elle est juste adorable. Vous vous ressemblez un peu toutes les deux. Vous devriez vous rencontrer si tu daignais sortir le nez de ton Australie !
Enfin bref, bien plus important, je crois que j’ai rencontré quelqu’un. Pour l’heure, je n’en ai trop parlé à personne. Tu sais combien Otto est resté ancrer dans mon cerveau bien plus longtemps qu’il ne le faudrait, mais pour cette fois, je suis presque persuadée d’être arrivée à tourner la page. Non, en fait, j’en suis sûre. Il s’appelle Mike. Je sais que tu vas sauter au plafond quand je vais te le dire, mais c’est un homme d’affaire. Oui, le genre de mec dont je n’arrêtais pas de moquer auparavant. Mais que veux-tu, ça doit vraiment être le bon pour m’avoir fait changer d’avis. Il n’est vraiment pas comme les autres, et certainement pas comme Otto. C’est sans doute pour cela qu’il me plaît autant. Je n’ai pas besoin de quémander mon amour avec lui, il me donne sans restriction. Je n’ai juste plus peur d’aimer, et ça fait un bien fou. Enfin, ça fait un petit moment qu’on se fréquente et qu’on est ensemble. Je crois qu’il va bientôt me proposer de vivre avec lui. Ça fait un petit moment qu’il y fait deux trois allusions parce que je suis toujours fourrée chez lui, ou lui chez moi. Mais tu me connais, je ralentis toujours les choses. Je promets de t’écouter un jour et de me laisser aller autrement qu’en partant à l’autre bout du monde.
Je t’aime et je t’embrasse très fort. Donne-moi des nouvelles.
Kimia.



***

Jasmine ♥
_________ 30/11/2015 _________

Oh bon sang ! Bon sang ! Bon saaaang !
Pour cette fois Jasmine, cette nouvelle mérite bien un texto et non une lettre. Je n'aurai pas la patience d'attendre !! MIKE M'A DEMANDÉE EN MARIAGE !! Appelle-moi vite !

PS : J'ai dit oui !





❖ ❖ ❖
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Ven 15 Jan - 20:22

Elle est tellement parfaite Jessica!
Je t'aime ma chouquette heart3
Revenir en haut Aller en bas
Otto Winspire
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 12/09/2015
MESSAGES : 1346

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Ven 15 Jan - 23:10

heart2 heart2 heart2 heart2 heart2

Je vais la jouer sobre niveau émoticones, mais je suis tellement, tellement, tellement, tellement heureuse que tu aies pris mon scénario ! fall cute
J'ai hâte de voir ce que tu vas en faire et hâte de les voir se retrouver, les deux loulous amour amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Ven 15 Jan - 23:31

Jessicaaaaaaaaaaaaa !!!! C'est ma chouchoute, je ma trouve trop blblblblblblbl. Y a que pour elle que je pourrais changer de bord amour
Bon courage pour la fiche que j'ai bien hâte de lire. Et évidemment, je veux un lien ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Sam 16 Jan - 10:29

Ma chouquette, je t'aime aussi cute

Et Ju, moi aussi j'suis trop contente d'avoir pris ton scénario. Je vais faire tout mon possible pour terminer ma fiche rapidement et qu'on puisse jouer cute J'ai tellement hââââte amour

Merci ma Caroooo ! Cette fille est tellement cute Et un lien est obligatoire le regard pervers heart2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Sam 16 Jan - 11:21

rebienvenuuueee ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Sam 16 Jan - 12:25

Merci le regard pervers heart2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Sam 16 Jan - 18:46

TEUBÉE What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Luce H. Kane
Admin sexy
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 09/11/2015
MESSAGES : 1653

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Sam 16 Jan - 19:08

Re bienvenue !! cute cute heart3 heart3 heart3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimia Turner
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 20/08/2015
MESSAGES : 316

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Sam 16 Jan - 19:42

Gnnniii merci cute

Et Clo, je t'embête ! clotilde a peur des
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Winspire
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 12/09/2015
MESSAGES : 1346

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Sam 16 Jan - 22:03

OOOUUUUUUUH JE L'AIME CETTE KIMIA !
heart2 fall  heart2 fall  heart2 fall  heart2



comprendre : valide-toi huhu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kimia Turner
avatar
DATE D'INSCRIPTION : 20/08/2015
MESSAGES : 316

MessageSujet: Re: Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »    Dim 17 Jan - 9:44

Voilà qui est fait omg heart2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kimia ❦ « We’re like parallel lines. Always close, never together. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» (F) ÉMILIE J. BOUSQUET ● i hate these blurred lines
» Deirdre of the Sorrows : These lines the last endeavour to find the missing lifeline
» Education féline
» Un senateur affirme avoir vu Martelly avec un passeport US en 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vice et Versa :: Tes rancœurs dialectiques :: Poussez-vous, excusez-moi ! Poussez-moi excusez-vous ! :: Les fiches validées-